<<Retour

Périgord 10

Leydet & Prunis

Dépouillement des archives des rois de Navarre, conservées autrefois au château de Pau en Béarn, et à Nérac.

Archives de Pau

Codex VI, ch. VIII du vieux et nouvel inventaires d’Albret

Cartons Prunis

Carton n° 2

VI. RECUEIL

Page 1 / Ch. VIII Albret

Lettres du roi Philippe de Valois à Bernard-Ezi, sire d’Albret concernant l’application des peines royales de bannissement sur les terres relevant de sa juridiction (1329).

(référence non connue aux AD64)

[1]Philippus Dei gratia Francorum rex, senescallo Agennense aut ejus locumtenente, salutem. Significavit nobis dilectus et fidelis noster Bernardus Ezii dominus de Lobreto quod quod cum vos Guillelmum de Escaforti(?) domicellum a regno nostro suis exigentibus demeritis duxeritis banniendum[2], praetextu siquidem cujus banni omnia bona sua amotata fuerunt et etiam confiscata, et licet ab eodem Bernardo quondam decimae feodales et alia bona quae fuerunt dicti banniti in feodum teneantur et a suo dominio moveant sicut asserit quod ratione confiscationis et annotationis de jure et consuetudine patrie debent ad eum pertinere. Nichilominus vos ipsum contra jus et consuetudinem praedicta ne dictis decimis feodalibus gaudere valeat impeditis indebite sicut dicit et injuste, eas habentes totales nostris usibus applicare in sui juris praejudicium atque damnum. Quocirca mandamus vobis quathenus si vocato procuratore nostro dictae senescalliae cum coeteris evocandis summa vie et de plano constiterit ita esse, dicto Bernardo, id quod de dictis bonis confiscatis ab eodem in feodum teneri noveritis eidem pro ut de jure et consuetudine praedictis ad ipsum pertinebant et ad vos pertinerat sine difficultate liberatis. Datum Parisius XXVII die junii anno Domini millesimo CCC vicesimo nono.

In R--[3], et plus bas vistrebet en parchemin, et pendoit au bas à une lemnisque decoupée au bas un sceau en cire jeaune ordinaire, dont il ne reste qu’un fragment, cotté R2, chap. VIII, Rubriche Taillebourg (en Agenois), Marmande, etc…

__________________________

Armoire d’Albret

Chapitre XI Tartas etc.

__________________________

Edouard III, roi d'Angleterre, rend à Bernard-Ezi, sire d'Albret, et à Mathe d'Albret les seigneuries de Bergerac, Gensac, Montcuq, Miremont et Castelmoron.

(in dossier E 129 aux AD 64)

Edwardus[4], Dei gratia rex Angliae et Franciae et dominus Hiberniae, senescallo suo Vasconiae et constabulario suo Burdigal. qui  nunc sunt vel qui pro tempore erunt ac aliis officialibus et ministris nostris in ducatu nostro Aquitaniae constitutis salutem ex parte  nostris et dilecti et fidelis nostri Bernardi Ezii domini de Lebreto nobis est supplicatum ut cum nos nuper conventiones et concordiam inter vos praefatae senescalliae qui nunc estis nomine nostro ex parte una et nobilem mulierem Matham de Lebret dominam de Montignac et de Gensac ex altera initas et factes videlicet quod dicta Matha cederet et concederet nobis totum jus et omnem actionem quae habuit et habere possit ad locum, castellaniam et praeposituram de Brigerac[5] cum pertinentiis ac in eis et omnibus locis aliis quae fuerunt domini de Bragerac in diocese Tartas (Tartasis)[6] habendis nobis et heredibus nostris in perpetuum, et quod dicta domina daret et concederet nobis castrum et villam de Montinhac cum pertinentiis habendis et tenendis nobis et heredibus nostris in perpetuum, dictaque domina durante guerra Vasconiae concederet et liberaret nobis et heredibus nostris et senescallo nostro vel heredum nostrorum Vasconiae qui pro tempore foret custodiam(?)[7] locorum et castrorum de Gensaco, de Montyner ac castrorum de Meuron, de Moncuc et predicta domina et heredes sui libere recipere valerent firmas et redditus castrorum et locorum praedictorum et vos praefatae senescalliae nostrae qui nunc estis in recompensationem castrorum et locorum praedictorum nomine nostro promiseritis dictae Mathae castrum locum et praeposituram et castellaniam de Montandre[8] ac bladagiam quod habuimus in villa et castellania de Blaya una cum terra quam nuper domina de Blaya de nobis ibidem tenuit ac etiam cum Maino de Condaco et praeposit. de Born, Meymisan, Erbefaveria, et de Brassent cum pertinentiis habendis Mathae et heredibus suis de nobis et heredibus nostris in perpetuum

Page 2 / Ch. XI Albret

salvis nobis  homagiis fidelitatibus ressortis et aliis deveriis in aliis similibus locis dicti ducatus debitis prout haec et alia in quadam endentura inter vos praefatae senescalliae qui nunc estis et praedictam Matham inde facte plenius dicebatur contineri attemptaverimus et quathenus ad nos attinuit approbaverimus, et per litteras nostras patentes confirmaverimus prout in litteris nostris praedictis vidimus plenius contineri, vosque praefatae senescalliae noster qui nunc estis praetextu conventionum concordiae et confirmationis praedict. dicta manerium de Condat ac praeposituram de Born, Meymisan, Erbefaverie et de Brassenti cum pertinentiis et in recompensatione praedictorum castri loci praepositurae et castellaniae de Montandra ac bladagii de Blaya terrae quam domina de Blaya tenuit dum vivebat per quosdam inimicos nostros de Francia[9] jam occupatorum quominus juxta formam conventionis et concordiae hujusmodi praefato Bernardo tradi et liberari possent loca ballivias et terras de Pontosio Aures Vallis de Gossa et de Sonhas ad nos pertinentes praefato Bernardo tanquam heredi universali praefatae Mathae tenend. per ipsae et ejus heredes et successors in perpetuum quousque possessionem pacificam dictorum castri loci et praepositurae de castellaniae de Montendre ac bladagii et terrae sic occupatorum fuerit assentus per litteras sub sigillo nostro, quo utimur in ducatu praedicto, tradi et liberari mandaveritis, velimus assignationem, traditionem et liberationem et alia praedicta eidem Bernardo sic[10] factas per litteras nostras acceptare et confirmare; nos intelletis commodo et incommodo [----][11] ex premissis nobis deveniunt et evenire contingere possunt … attendentes grata et utilia obsequia per praefatum Bernardum nobis hactenus multipliciter impensa et laudabilem gestum suum in praesenti guerra nostra erga nos et gentes nostras partium illarum ostensum intime pensantes volentesque de ipsius supplicationi ‘et favorabilem’ annuentes [qu--] ipsum[12] ad deffensionem jurium nostrorum promptum se reddere conspicimus et paratum assignationi traditioni et liberationi per vos factae praedicto Bernardo de praemissis et coram pertinentiis et prout idem Bernardus per se et alios suos officiales ea tenet et possidet factas, firmas et gratas habentes ex certa scientia et deliberatione nostri consilii et gratia speciali tenori praesentium ratificamus approbamus et confirmamus sicut litterae praedictae testantur de non obstantibus quibuscumque donationibus, assignationibus et alienationibus seu ypothecis quibuscumque aliter factis de terra praedicta vel parte ejusdem et non obstante qu. dicta loca et castra de Brigerac et de Montinhac senescalliae Petragoricensis, et de Pinoliis et de Ventinaco senescalliae Tartas., per nos vel per subditos nostros set potius per quosdam valitores inimicorum nostrorum de Francia teneantur in cujus rei et teste me ipso apud Turrim London., quarta decima die julii, anno regni nostri Angliae quintedecimo, regni notro nostri Francie secundo[13]. …et plus bas : Per regem et totum consilium in parliamento.

Et pend au bas en cordons ‘double queue’ de soye rouge et jaune le grand sceau d’Angleterre en cire verte. [14]

__________________________

Page 3 / Ch. XI Albret

Accord avec le comte d’Albret concernant les baronies de Gausse, Seigneus, la paroisse de Posse, et la cité de Dax (1451).

Référence non connue aux AD 64.

Le VII j. de juing l’an mil CCCC LJ furent faits les accords articles et appointements qui s’ensuivent par mon tres redoupté et puissant sgr monsieur de Lebret comte de Dreux et de Gaure et les bayle, gens d’eglise, nobles, communes et autres habitans des baronies de Gausse, Seigneus et la parroisse de Posse :

Premierement a été appointé que incontinent que la cité d’Axe sera reduite et mise en l’obeissance du roy de France nostre souverain seigneur lesdits bayles qui a present sont ou ceux qui alors seront les dits gens d’eglise nobles communes et habitans des dites baronnies et parroisse se mettront eux avec les dites baronnies et parroisse au bon party et obeissance du roy nostre seigneur en la main de mondit sgr de Lebret comme à leur naturel seigneur et luy feront le serment de feaulté tel que subjet ont acoutumé de faire à leur seigneur et pareillement mondit seigneur leur fera le serment de garder leurs coutumes, privileges et franchises et etre bon et droicturier seigneur ainsi qu’il est dit et acoutumé

2. Item durant le dit temps que ladite cité d’Ax demeurera en l’obeissance du roy d’Angleterre, par les gens des susdites baronies et parroisses ne sera fait traictié ne procuré aucun mal ni domage en rien s’il soit du party et obeissance du roy de France nostre seigneur et pareillement en rien qui soit du party du roy ne sera fait aucun domage etc.

3. Item si le cas estoit que quant lesdites baronnies et parroise seront reduites au dit party et y auroit aucun desdits habitans qu’il ne voulsist venir au dit party s’en pussent aller leur corps avec leurs biens meubles habiter où bon leur semblera et d’aucune chose ou dommage feissent d’ilec en avant les habitans des dites baronnies et paroisse ne seront en rien teneuz.

4. Item et pour plus grand sureté de toutes et chacune les choses dessus dites pour icelles loyaument et en bone foy tenir et faire tenir mon dit seigneur de Lebret au nom de luy et comme commissaire en cestuy pays de par le roy nostre dit seigneur de reduire et mettre en son hobeissance tous ceux qui venir y vouldront a fait sceller les presens articles de son propre scel et les dits bayles nobles au nom d’eulx et autres des dites baronnies et paroisse ont scellé de leurs seuaulx et juré de leurs mains car ainsi comme dessus en dit le tiendront, fait devant Ax, les jours et an que dessus et au dessous sont les cachets plaquez en cire rouge, du sire d’Albret et cinq autres cachets des bayles, (en une feuille de papier ecrit des 2 cotés). Au dessous de chaque cachet est le nom de deluy de qui ilest.

_________________________________

Testament de Marguerite de Turenne, dame de Bergerac et de Gensac (1289 v. st.)

In dossiers E 125 (original ?) E 126, et E 605 aux AD 64

Testament de Marguerite de Turenne dame de Bergerac et de Gensac etc. du VII kal. febr. M CC° LXXX nono, testes Raymund. episcopus … Geraldus (Ger). abbas de Cancellata etc. Deja extrait supra dans le cayer precedent. Ce test. est ici sur vidimus de l’an 1312 à Perigueux, et celuy sur un autre de 1308 à Poitiers, de cotte D3.

_________________________________

Procédure faite par le sénéchal de Guyenne à la requête de Mathe d’Albret (1325).

In dossier E 129 aux AD 64(à vérifier)[15].

Procedure en papier faite par le seneschal de Guienne à la requete de Mathe d’Albret, dame de Pons, de Bergerac et de Gensac, comment elle requiert luy estre rendu Gensac et Castelmoron et Miremont qu’elle avoit mis entre les mains du roy d’Angleterre, pro securiori tuitione ipsorum castrorum contra egrassus ( ??) aliquorum in---dentium partes illas. Cette procedure est du mardy avant la Purific. de la Vierge 1325. Il y est parlé d’un noble homme Stephanus burgens. et habitator loci de Gensaco etc. Coté J III, en papier.

__________________________

Armoire d’Albret

Chapitre XIV Verteuil, Langoiran etc.

__________________________

Page 4 / Ch. XIV Albret

[16]Appel de Bernard d’Escossan, seigneur de Langoiran devant les assises de Périgueux. Jean d’Arrabloy le jeune alors sénéchal du Périgord (1315).

In dossier E 184 aux AD 64[17].

Bernard d’Escossan sgr de Langoiran, avec plusieurs complices ayant tué à Bordeaux Bernardus sgr d’Auros, sur la plainte de ses enfans et de sa veuve, le seneschal de Gascogne pour le roy d’Angleterre le fit arreter et mettre en prison, sur ce que le dit de Langoyran en avoit appelé au roy de France et procureur general de ceprince et le seneschal de Perigord, se fondant sur cet appel revendiquoient cette affaire, dont ils empechoient le jugement devant la cour du seneschal de Gascogne pour le roy d’Angleterre, mais, pars domini ducis Aquitaniae impetravit a domino rege quasdam litteras quae dirigebantur senescallo petragoricensi et inter cetera continentes quod, si sibi constaret vulnera mortem et excessus praedictos fuisse commissos infra juridictione dicti ducis, et appellationem praedictam si qua fuit per ipsum dominum de Logoyrano interposita non fuisse prosecutam, aut eandem fore desertam aut dictum dominum de Logoyrano tante vel expresse renuntiasse, praefat. Appellationi, quod dictum ducem seu officiales suos non impediret[18]. Il fut fait procedure au devant le seneschal de Perigord. Le reste de cette procedure ne nous est pas necessaire. Les pieces qui regardent cette affaire sont dans une liasse cottée EE, Buch. Parmi ces pieces, se trouve la suivante :

Nos, Petrus, miseratione divina archiepiscopus Rothomag. notum facimus universis, quod nobilis et potens vir Almaricus vicecomes lautricensis miles dominus de Ambricio fervore devotionis inductus volens ut asseruit cum excellentissimo principe domino Philippo Dei gratia rege Franc. illustrissimo in Terrae Sanctae[19] subsidium transfretare a nobis auctoritate domini nostri papae in hac oarte fungantibus signum recepit vivificae Sanctae Crucis. Fuit tamen in receptione hujusmodi protestatus in modum qui sequitur, et in formam, ego Almaricus vicecomes lautricensis dominus de Ambricio crucem recipio et protestor quod si dominus noster rex infra teminum super hoc ordinatum transfretaret, ego cum tribus militibus et sex domicellis in Terrae Sanctae subsidium transfretabo, quibus et eorum cuilibet quando iter arripiam intendo providere de armaturis pro persona sua et de uno equo semel tantum et supplico domino nostro regi moderno quathinus michi dictisque militibus et domicellis providere dignetur in expensis et aliis omnibus necessariis et quod haec michi antequam iter arripiam per dictum dominum regem promittatur. Item volo quod cum contigerit me in partibus ultramarinis esse non sim coactus per aliquem remanere ultra velle. Item quod possim revenire si et quando michi placebit, item dicto domino nostro regi supplico, quod si nostre continguar me transfretare et videatur sibi decore statui meo cum pluribus militibus et domicellis quam ut praedictum est militare seu transfretare, quod sibi placeat de ipsis michi providere ad nos expensas. Item volo quod si infra tempus praedictum scilicet tempore quo dictum passagium fiet, aliqua cissem infirmitate detentus, quod absit, quod non tenear aliquathenus in dicto passagio ire nec mittere, nisi ad meam solam voluntatem de qui infirmitate me ipsum et conscientiam meam judicem judicem eligo, nec alium

Page 5 / Ch. XIV Albret

super hoc judicem habere volo. Item quod si dictus dominus noster rex praedicta complere recusaret in eum casum votum factum de eundo in propria persona cum militibus et domicellis ire, complere non tenear nec etiam mittere nis ad meam bonam voluntatem, ut praedictum est, sed tali casu operetur dictae crucis receptis ac si ipsam non recepissem per jam dicta superius heredem meum seu terram meam nolo aliquathenus obligare. In cujus rei testimonium, nos archiepiscopus praedictus sigillum nostrum praesentibus litteris duximus apponendum, datum apud Sanctum Germanum de Pratis prope Parisius, prima die octobris anno Domini M° CCC° tricesimo tertio. Cet acte est en papier[20], non signé no scellé, ainsi ce n’est qu’une copie, mais du temps comme l’indique le caractere d’ecriture qui est du milieu du XIVe siecle.

________________________________

In dossier E 184 aux AD 64.

   un exploit pour mettre à execution un arrest du parlement de Paris pour l’affaire du sgr de Langoyran dont il est parlé dans la page precedente, pour y designer la langue vulgaire. On l’appelle, lingua layca, cet exploit est de 1334.

________________________________

Appel au sénéchal de Gascogne d'une sentence de mort rendue par le maire de Bordeaux (1354).

Le maire de Bordeaux ayant condamné à mort un serviteur d’Amanieu d’Albret à cause de ses vols etc., les amis de ce serviteur font appel de cette sentence au seneschal de Gascogne pour le roy d’Angleterre etc. Le maire (Thomas Duros, miles) donne ses raisons pour que le seneschal n’admette pas l’appel, ces reponses sont ainsi datées, die sabbati ante festum beati Martini hyemalis, in majoria communiae Burdig., videlicet VIIJ die introitus mensis novembr., anno 1354[21]. Cotté KK.

________________________________

Appel de Bernard d’Escossan, seigneur de Langoiran devant les assises de Périgueux. Jean d’Arrabloy le jeune alors sénéchal du Périgord (1315).

Noverint quod anno 1315 regnante Ludovico … Franc. et Navarrae rege, die mercur. post festum conversionis Sancti Pauli in plena assisia Petrag. in praesentia mei notar., etc., nobilis et prudens vir dominus Johannes de Arrablayo junior miles, dicti domini regis ejusdem senescal. petrag. et caturc., sedem pro tribunali in dicta assisia auctoritate et virtute quarum dictarum litterarum regiarum quarum tenor … Ludovicus etc. senescal. petrag. et ejus etc., salutem. Cum nos carissimum fratrem regem Angliae ducem Aquitaniae fidelem nostrum vel ejus locum tenent. in eodem ducatu per alias nostras litteras adjornatus ad dies ducatus praedicti nunc proxime faturi, parlamenti processurus in causa appellationis quam Bernardus d’Escossano dominus de Logoyrano domicellus ab audientia locum tenentis seu commissarii senescalli Vasconiae pro eodem duce et aliarum gentium ipsius ducis, videlicet, a deffectu juris seu denegationis et pluribus aliis gravaminibus eidem factis et illatis, ut dicitur, occasione cujusdam bastidae quam in quibusdam terra et nemoribus in quibus idem dominus tertiam partem asserit se habere dictae gentes ipsius ducis de novo constituere nitebantur in praejudicium domini memorato tanquam ab iniquis, ad nostram curiam legitime se asserit emisisse. Mandamus vobis quattinus litteras adjornamenti praedicti dicti duci vel ejus loc. tenenti in eodem ducatu praesentetis … non permittentes interim contra dictam appellationem in praejudicium dictae appellationis, aliqui indebite attemptari, etc. Datum Parisiis octava die maii ann. 1315. Inhibuit ex

Page 6 / Ch. XIV Albret

parte regia discreto viro magistro Austentio Jordani procuratori praefati ducis et eodem domino duci et ejus officialibus et gentibus suis in persona procuratori praedicto, ne dicto domino de Lagoyrano et sibi adherentibus … facerent … injurias, violentias etc. Et dictus senescallus Petrum Gombaudi procuratorem domini d’Escossano cum ejus familia terra, pratis et nemoribus, ortis, vineis etc. posuit sub speciali gardia domini regis (pendente appellatione) de quibus etc. En parchemin scellé, cotté FFF.

________________________________

(Suite de l’affaire ci-dessus)

En 1334, mardi avant Sainte Catherine le procureur du roy d’Angleterre duc de Guienne, comparoit devant P. Raymundi de Rapislanguo seneschal d’Agenois et de Gascogne pour le roy de France. Le dit procureur donna ses protestations devant le seneschal, protestat. quod non intendimus in vos dominum senescallum in aliquo consentire nec jurisdictionem in vos aliqualiter prorogare … Intendimus dumtaxat ad finem dectinandi forum cognitionem et jurisdictionem vestram. Ex eo et pro eo quia idem dominus de Logoyrano est immediate subditus de foro et jurisdictione ipsius domini regis et ducis et ejus Vasconiae senescal., et ipsius domini de Logoyrano cognitio, punitio et correxio ad praefatum dominum regem et ducem et ad ipsum senescal. pertinet pleno jure[22]. Item quod ex certis causis contra ipsum dominum de Logoyrano impositis, idem dominus senescallus Vasconiae pro domino … duce Aquit. iIpsum dominum de Logoyrano tenet captum et arrestatum ante omnem citationem per vos seu curiam vestram concessam contra dictum dominum de Logoyrano et post, et adhuc est sine dolo vel fraude, in tantum quod certa loca eidem pro arrestat. deputata non est ausus exire, alioquin convictus reputaretur etc. Item ipsae citationes salva gratia concedentes sunt injustae cum in territorio ipsius regis et ducis vos minime citare potuistis nec debuistis, ymo ejus jurisdictionem in hoc usurpastis … ipsis domino regi et duci injuriam fecistis contra jus et formam pacum inter dominos reges Franciae et Angliae initarum et contra libertates et franchisias parium Franciae de quibus paribus idem dominus res et dux est unus[23], etc. … Itam quia dominus rex et dux et ejus senescall. non denegaverunt facere justitiam de eodem ymo sunt parati facere justitiam secundum consuetudinem patriae cuilibet quaerelanti. Item nec valent dictae citationes in hoc quod suponunt Petrum de Mota … fore appellantur gentibus dicti domini regis et ducis supposito quod verum esset, quod non confitentur, non sequitur quod senescallus agennens. cognoscere valeat de subditis dicti domini regis et ducis nam similem cognitionem haberent senesc. Tholosae et Carcassonae et alii domini regis Franciae quod dicere esse absurdum sine speciali commissione, cum actor debeat sequi forum etc. En parchemin non signé.[24]

_____________________________________

Traité entre le comte de Dunois et le captal de Buch. (1451)

Référence non connue aux AD 64.

Traictié et appunctament fayt entre Jehan monsgr bastard d’Orlians comte de Dunoys et de Longuaville lieutenant general du roy nostre sire sur le fait de la guerre, d’une part, et messire Gaston de Foix comte de Longueville et de Benauges, captau de Buch, d’autre part, en la forme cy après declarée.

Et pour ce que ledit mons. le captau est en voulenté de soy

Page 7 / Ch. XIV Albret

retraire pour aucunes causes, … et de layssier ses heritages qu’il ha au pays de Guyenne. A aucun de ses enfans ou enfans de ses enfans qui demorent françois et en l’oneyssance du roy de France a esté accordé et traité ce qui suit :

[25]Prom. que le dit mons. le captau et ses dits enfans ou enfans de ses enfans et leurs heritiers et successeurs auront toutes les terres chateaux forteresses senhories, hostaux et heritages que le dit mons. le captau et mr de Kandale son fils tiennent et possedent en le duchié de Guienne, et leur compettent et appartiennent par leurs succession de ses pere et mere et autres predecesseurs, et toutes icelles qu’ils ont acquis de quelque personne que ce soit.

Et s’il y a quelqu’une d’icelles terres et seigneuries etc. dont ils ayent perdue la possession et seigneurie par la fortune de la guerre ou autrement en quelque maniere que ce soyt, icelle terre et seigneurie seront rendues et restituées realment et de fayt à ses dits enfans et à ses hoirs et successeurs par iceulx qui les tiennent, qui à ce fere seront contraints de par le roy.

Item et si auront toutes terres et seigneuries, hostaulx et heritages dont ledit mons. le captau et mons. de Candale son fils joyssent et possedent en ledit duchié de Guienne, qui leur ont esté données et à leurs predecesseurs pour le roy d’Angleterre et duc de Guyenne, et sera tenu le roy de recompenser ceux à qui ils sont et doivent appartenir jusques à la valeur de deux mille livres de rente monoye den., si tant montent et si plus montent, les dits enfans ou enfans de ses enfans herit. et successeurs suppléeront et paieront le surplus à ceux à qui ils appartiennent, et le rouy leur fera jouir paisiblement de toutes ces dites terres, seigneuries, hostels et heritages.

Item … que les reparations qu’ils auront faites … donnés par les rois d’Angleterre etc. leurs seront allouées etc.

Item et sera content le roy que le dit mr le captau emporte et face emporter deu dit pays de Guienne ses biens meubles, or, argent vaysselle, et autres biens  quelquonques, en quelque part que bon luy semblera et aura soubs conduit pour ce faire.

Item et sera content le roy que le dit mer le captau et mr de Kandale puissent delaysser toutes leurs dites seigneuries heritages, chastels, forteresses et pocessions quelquonques qu’ils ont en le dit pays de Guyenne à l’aisné fils du dit mons. de Kandale fils dudit mons. le captau, et qu’il en puisse joir et user par luy et ses successeurs, heritiers et ayant cause d’eux, à toujours perpetuellement.

Item et pour ce que le dit enfant de mondit sgr de Candale est en bas ages comme de trois ans ou environ, le roy sera content que mr le comte de Foix son cousin ait de part le roy la garde et gouvernement du dit enfant, et de ses dites terres, heritages et biens quelquonques pour le regir et gouverner doresnavant au profit d’icellui enfant, et sur ce demorera le dit enfant soubs l’obeissance du roy jusqu’à ce qu’il soit en age suffisant de avoir son gouvernement et de ses dites terres etc., pourvu que la revenue des dits heritages de cette presente année

Page 8 / Ch. XIV Albret

sera et demorera entierement au proufit de mon dit sgr le captau et de mr de Kandale ou de l’un d’iceulx lequal qu’il leur plaira, et le porront fere payer tant desd. revenues que de tous autres deptes et arrerages quelquonques à eux et chascun de eux deues en leurs dits titres par les receveurs et officiers d’icelles terres et seigneuries.

Item a esté accordé que les dits officiers que mon dit sgr le captau et mon dit sgr de Kandale son fils ont mis et mettre vouldront dedans trois moys prochains venant ez dites terres et seigneuries y seront et demeureront doresnavant pour icelles regir et gouverner pour lesdits enfans, en faisant toutes voyes le serment de fidelité et tous autres qu’il appartiendra ez mains des officiers du roy ou en main de mondit sgr de Foix de estre bons, vrays et loyaux envers le roy, de bien regir et gouverner icelles terres et seigneuries au profit dudit enfant.

Item, et pour ce que le dit enfant ez soubs age, comme dit est, le dit mr de Foix comme ayant la garde et gouvernement de icelluy enfant fera au roy les foi et homage deus et accoutumés à cause des dits heritages et quand le dit enfant sera en age d’avoir son gouvernement, il en fera homage au roy comme son subject et vassal, et fera les autres debvoirs acoutumés.

Item pareillement tous les subjets demorant ez seigneuries que mondit sgr le captau et mondit sgr de Kandale tiennent à present et qui demoreront avec ledit enfant feront le serment au roy en la main de aucun de ses officiers d’estre bons et vrays et loyaux françois subgiets et obeissant au roy de France Charles, ayschi qu’il est acoutumé fere en tel cas.

Item, et s’il advenoit que le dit enfant luy venu en age ne voulsist demourer au parti du roy ne fere le serment, ou qu’il alast de vie à trespassement sans heritier de son corps, en ce cas toutes les dites terres, seigneuries, forteresses, rentes, revenues et possessions que [----][26] dessus dites demoreront et seront au plus prochain heritier dudit aisné fils de mondit sgr de Candale soient masles ou femelles, demourans et et vivans au parti du roy.

Item pour ce que le dit mons. de Kandale n’est pas encore deliberé de prendre le parti françois, le roy sera content qu’il ait terme de ung an, de soy declarer françois si bon luy semble, et aura soubs conduyt bon et suffisant d’aller ou bon luy semblera et emporter ou fere emporter dudit pays de Guienne tous ses biens meubles, or, argent, vaysselle et autres biens quelquonques durant le dit terme d’un an.

Item, et s’il advenoit que pendant le dit terme d’un an ou partie d’icellui, le dit mr le captau et mr de Kandale son fils voulsissent demorer ou l’un d’eux o eulx tenir en le dit duchié de Guienne quelque part que bon leur semblera pour aucunes leurs besoignes et affaires, faire le pourront, pourvu qu’ils feront le serment solement qu’ils ne feront ni pourchasseront chose qui soit au prejudice du roy ni de ses pais, hommes, subgiets tant qu’ils seront et demoreront

Page 9 / Ch. XIV Albret

au dit parti du roy.

Item, et s’il advenoit que mon dit sgr de Kandale se voulsist fere françois dedans le dit temps d’un an, et estre vray subgiet et obeissant au roy et pour ce fet, de laisser les terres er seigneuries qu’il ha en Angletere tant de soy mesme que à cause de madame de Kandale sa femme, le roy par luy aider à vivre et soustenir son estat, en son service luy donnera la some de IJm livres de pension pour chacun an.

Item est accordé que les dits monsrs le captau et mr de Kandale pourront demander, requerir et pourchasser envers et contre touz et ayssi que bon leurs semblera touz leurs debits et obligations, ypotheques, raisons, actions, qu’ils poront avoir envers plusieurs personnes et sur plusieurs lieux et places et en special sur la place de Lesparre et leur fera et fera faire le roy bonne et breve expedition de justice dedans un an prochain venant.

Lesquels traictés, accords, … nous Johan comte de Dunois etc., lieutenant general du roy nostre sire sur le fait de la guerre, Poton de Saincte Aralhe, bailli de Veroy, Johan Bureau conseiller du roy nostre sire et tresorier de France, promettons par la foy et serment de nos corps et sur nos honneurs tenir et fere tenir et accompter de point en point selon leur forme et teneur et promettons comme dessus yceulx fere ratifier par le roy, les jurer et promettre ainsi que est acoutumé de faire en tel cas. En temoing de ce, nous Johan bastard d’Orleans, Poton de Ste Arralhe, et Johan Bureau dessus nommés avons signé ces presentes de nous mains et scellées deus scels de nos armes le digmenge XIII de juin l’an 1451.

Lesqueulx traités etc., nous, Gaston de Foix comte de Benauge, captau de Buch, promettons par la foy et serment de nostre corps et sur nostre honneur tenir, etc. en tesmoins etc., le digmenge XIII de juing l’an M CCCC LJ.

Seguen se las gens deu pays de Buch qui an feyt lo serment d’estar bons et leyaux subjets a nostre tres redoptable sgr mons. de Labret, comte de Dreux et de Gaure, et à sous hers et successors perpetualement dessi en avant los quaus juran et fen lor segrament, lo VIJ jorn deu mes de juing l’an M CCCC LJ, l’un apres l’autre, paropi par paropi et nom par nom, il y a XI parroisse et 389 personnes (en papier, non signé, ecrit vers 1451).

__________________________________

Chalon Valet, fils de Constantin le Gras, seigneur de Verneuil, vend à Regnaud de Pons, seigneur de Bergerac, la seigneurie de Verneuil (à cette pièce est attaché le sceau de l'évêque de Saintes). (1245)

In dossier E 234 aux AD 64.

In nomine patris et filii et spiritu sancto, amen. Ego, Chalo Valetus, filius Contantini Grassi domini de Bernolio, militis deffuncti, notum facio universis ac singulis hanc cartulam inspecturis quod super omni baronia et terra et pertinen. ad ipsam baroniam et terram quae ad me ratione successionis hereditariae ex parte domini Chalonis de Ponte militis deffuncti quondam avi dicti patris mei devenerant quae ego dictus Chalo Valetus habebam et possidebam et possidere debebam et habere tempore hujus subscriptae per mutationem pro qua baronia et terra cum pertinentiis eram homo ligius nobilis viri domini R. de Ponte intervenientibus assensu et voluntate domini G. de Ponte domini Montiniaci[27]

Page 10 / Ch. XIV Albret

filii primogeniti ejusdem nobilis inter me ex una parte tunc existentem mei juris de aetatis legitimae, et dictum nobilem ex altera permutatio spontanea facta fuit in hunc modum, videlicet quod pro dictis baronia et terra cum pertinentiis dedit in perpetuum et assignavit michi et heredibus meis dictus nobilis, pro se et suis, quater viginti et duas libras annui redditus cum omni jure et debito ejusdem redditibus annexis, retentes tamen et heredibus suis alto dominio et vigeria habendos et percipiendos jure meo, in locis inferius expressis, scilicet apud pontem in molendinis de Turre viginti et duas libras minus duobus solidis et dimidio, in burgo Sancti Viviani sexaginta solidos, et ad viverium de Las Chartres quinquaginta et quatuor solidos, et in furno suo et domo fabrorum de Montiniac sexaginta et quindecim solid,. in domo Guoberti quinquaginta solid., in molendino En Crebier decem libras et dimidiam, et in Costura quae est inter arenas de Valay et estallum de Pregulhac, undecim solidos et dimidium in censu de Boniallo undecim solid. et dimid., in censu de Boniallo quatuor libr. et duodecim solid. et centum sexaginta et duas quarterias et dimidiam frumenti censual. in parrochia de Boniallo[28], pro valore triginta duarum librarum et decem solid. horum autem assignationem reddituum pro me et heredibus meis gratam, ratam habui et pro hiis praedictis, quitavi … dicto nobili … praedictas baroniam et terram … nichil mihi retinens … nisi exceptis tamen uno boycello salis singulis septimanis in Salneria de Ponte habendo et percipiendo et domo et maynili in quibus manet domina Raymunda noverea mea prout hodie possidet et explectat, et vineis de Codret non datis ad censum et carteragio domus Byotat quae omnia retinui mihi et heredibus meis in perpetuum cum assensu et voluntate dictorum R. domini de Ponte et G. de Ponte filii sui et dominus Chalo miles patruus meus retinuit sibi domum Byotat et domum quae est ante domum P. de Ferreria in fossato … Etiam sciendum est quod de dicta summa quater viginti et duar. libr. debent deduci viginti et quatuor librae pro osclo[29] dominae Raymundae sibi facto a patre meo … mortua vero domina Raymunda dominus R. et et ejus heredes debent succedere in illo osclo dominae Raymundae et ego et heredes mei ex tunc habebimus et percepiemus jure nostro viginti quatuor libras renduales in assignatione quam fecit mihi idem R. de Ponte in redditibis supradictis … Item, sciendum quod ex causa hujus permutationis dictus R. de Ponte pro se et heredibus suis quittavit me et heredes meos ab exercitu[30] domini comitis Pictaviae, et super hoc tenetur me et meos servare indempnes … praeterea retinuit sibi et suis heredibus dictus R. de Ponte in hac permutatione, de consensu et voluntate mea, homagia Petri de Ferreria et Gaufridi de Rabaina militum de Ponte vel successorum eorumdem, quae pertinent ad me ratione

Page 11 / Ch. XIV Albret

dominii de Bernolio … Item ego dictus Chalo debeo et conveni guarire[31] pro me et heredibus meis dicto domino R. de Ponte et suis dictam baroniam et terram cum pertinentiis prout homo liggius et fidelis guarire …. ut autem quae praemissa sunt plemum robur obtineant … perpetuae firmitatis dicto R. de Ponte et heredibus suis dedi et concessi praesentem cartulam, sigillo meo una cum sigillo venerabilis patris in Xpo P. (Petri) xantonens. sigillatam, ad praeces et petitionem partium in testimonium veritatis. Actum die veneris post Pascha anno Domini M ducentesimo quadragesimo quinto[32]. En tres beau parchemin et beaux caracteres ludovisiens, et pendent à des cordons de fil de chanvre deux sceaux en cire verte, le 1er ovale est de l’eveque de Saintes, qui represente d’un coté un eveque en chasuble , la mitre en tete, la main droite un peu elevée, benissant avec deux doigts et le pouce elevés, et de la main gauche il tient sa crosse tournée en dedans, avec cette legende : SIGILOM PETRI EPISCOPI XANTONENSIS, et au contrescel est une autre empreinte beaucoup plus petite representant St Pierre, c’est une tete et une partie de la poitrine, autour de la tete est l’aureole, de la main droite il eleve une clef inclinée, et autour on lit : STUS PETRUS. Le 2e sceau est facé de six pieces[33].

___________________________________

Copie du testament du captal de Buch (1368).

In dossier E 42 aux AD 64.

[34]Testament de Jean de Grayli, miles, captal de Buch, vicomte de Benagiorum, fait à Bordeaux en 1368., 6 mars, indict. VIJ, p. Urbain V, an VII. Item legavit luminace beatae Mariae de Solaco viginti scutos auri semel solvendos … Item fratribus carturiensis ordinis conventus parisiens. conventuumque de Chartrosa in Burgundia, Caturci, Vallae Clarae[35], de Mortamar, de La Lobatera etc. cuilibet conventui ducentos scutos auri ut teneantur [--ar--][36] ducis et omnes [-------][37] pro anima ipsius testoris et parentorum suorum … Item legavit abbatia de Carnesalssa[38] in petragorien. (bien lisible) duo mille scutos auri semel solvendos pro emenda et ulterius omne illud debitum quod sibi debent gentes seu (cr~i~tas)[39] de Petragor. … Item cuilibet ordin., dictus testator quod duo homines equites mittantur ad visitend. limina apostolorum Petri et Pauli et Sepulcrum Dominicum pro anima ipsius testatoris et domini Johannis de Greylia patris condam ipsius testatoris et quod illis duobus hominibus tradantur cuilibet … tres centi scuti auri veteris. Item voluit … quod septem homines pergre pedes mittantur ad Sanctum Jacobum[40] pro anima ipsius testator. etc. Item legavit cuilibet ecclesia beatae Magdalenae Monte Carmelis de Brageriaco, de Moseraco, de Solaco, de Memisano et de Verta centum scutos auri semel … Item legavit domino nostro regi Angliae et Aquitaniae duci decem mille scutos auri veteres semel operi ecclesiae Burdig. alios decem mille scutos et archiepiscopo Burdigal. decem mille scutos auri semel, ut teneantur facere complere testamentum suum. Il fait son heritier universel Archambaud de Greylli, milit., son oncle (villa de Gralino in Burgundia)[41].

_______________________________

Référence non connue aux AD 64.

Parchemin ecrit vers 1331, où sont tous ceux qui font hommage au sgr de Verteuil, il n’est parlé de l’abbaye de Verteuil qu’en rappelant un acte d’achapt passé dans l’eglise de St Pey de Verteuil. [42]

_______________________________

Le château de Verteuil remis en l’obéissance du roi d’Angleterre (1378 v. st.)

In dossier E 234 aux AD 64.

[43]Suyent ci les promesses et conventences faites par entre le très noble et tres puissant seigneur mons. Jehan sgr de Neuville lieutenant d’Aquitanie

Page 12 / Ch. XIV Albret

pour le roy d’Angleterre et Bertrand de Lanne escuier d’autre part sur la delivrance du lieu et chastel de Bertuilh, tout premierement que le dit Ber. de Lanne baille et met le dit chastel de Bertuilh à la main du roy d’Angleterre avec telle condition et maniere que le dit chastel ne soit deffait ne mis ne remué en aucunes autres mains fors que en la main des sires de Lebret ou de Ste Baseille ou de leurs hers lorsque fera paix auquels ou aucun deulx ou leurs hers fussent en l’obeissance du roy d’Angleterre. Et toutes ces choses promesses et convenance et chacunes d’icelles ledit monsr le lieutenant a promis et juré par la foy et serrement de son corps de tenir et accomplir comme lieutenant du roy d’Angleterre, et soubs l’obligation de tous ses biens et choses moubles et immoubles … deça et dela la mer, et en ce cas, et en ce cas que le roy d’Angleterre fit le contraire des choses susdites, il se oblige en la maniere que dessus à le amender et reparer de chose qui soit rasonnable … et a mis le scel royale à ces presentes etc. Le premier jour de mars l’an de grace 1378, M CCC LXXVIII. En parchemin scellé à lemnisque decoupée.

__________________________________

Sur le même sujet (1378 v. st.)

[44]Suyent ci les promesses et convenances faites par entre les honourés sgrs messgrs Guillé Lescrop messire Archambaut de Gresly capral de Buch et messire Gaillard de Durefort sire de Duras et de Blanquefort d’une part, et Bertrand de Lanne escuyer d’autre part, sur la delivrance du lieu et chastel de Bertuilh, tout Premierement que le dit Bertrand de Lanne baille et met le dit chastel de Bertuilh à la main dur roy d’Angleterre avec telles conditions etc. (comme le precedent, le 1er jour de mars 1378). La lemnisque decoupée en trois autres portant chacune les sceaux des 3 sgrs ci-dessus nommés.

_________________________________

Hommages de Gassiens de Lamarque Cavoir à Guitard de Bourg et à sa fille pour ce qu’il avoit à Cussac (1283-1287)

Hommage de En Gassiens de Lamarque Cavoir à Guitard de Borc sgr de Verteuil pour ce qu’il a à Cussac. Conoguda causa sia etc. Actum fuit VIJ die introitus julii anno Domini M° CC° LXXX° IIJ, regnante Edwardo rey d’Angl., vacant la sea de Bordeu[45]. En P. deu Soler major, etc. En parchemin signé avec sigle du notaire et endentée.

En parchemin, autre hommage du meme fait à la fille de Guitard de Bourg, femma de noble Amanieu d’Albret donzel etc. Actum fuit XIJ die exitus martii anno Domini millesimo ducentesimo LXXXmo VIJ, regnante Edward rey d’Angleterra, vacante sede Burdigal.

_________________________________

Restitution de Vayres et de Verteuil par Charles VII à Charles II, sire d’Albret (1451)

In dossier E 233 aux AD 64.

[46]Charles, par la grace etc. à nos amés et feaux conseillers les gens de nostre court souveraine etablie à Bourdeux aux seneschaux de Guienne, d’Agenois et de Buzadois ou à leurs lieutenants, salut et dilection. Nostre tres cher et amé cousin le sire de Lebret nous a fait remonstrer que combien que par traité et apointement fait touchant la reddition en nostre obeissance de nos ville et cité de Bourdeaux, pays de Bourdelois et de Guienne, chacun doye revenir à ses heritages et possessions, et que les places, terres et seigneuries de Vayres et de Vertueil estant en nostre dit pays de Guienne soient et apartiennent à nostre dit cousin de Lebret, neanmoins pour ce que nos tres chers et amés cousins les comtes de Foyx et de Dunoy se dient avoir acquis de Gaston de Foix chevalier le droit qu’il pretendoit avoir ez places, terres et seigneuries qu’il tenoit ou dit pays de Guienne et qu’il tenoit et ocupoit les dites places de Vayres et de Verteuil au temps de la dite redduction

Page 13 / Ch. XIV & XVI Albret

et par le moyen du dit transport detiennent les dites places, terres et seigneuries de Vayres et de Vertueil, ont fait difficulté de les rendre à nostre dit cousin exposant, en son tres grand prejudice etc. Pour ce est-il que nous ces choses considerées, et après ce que nos dits cousins de Foix et de Dunoy ont été ouis en nostre grand conseil et que par nostre dit cousin de Dunois a esté dit en nostre presence, que vehue certaine quittance de 15 000 escus monstrées, nostre dit cousin de Lebret pour laquelle somme ils pretendoient les dites terres leur appartenir ou au moins avoir dessus la dite somme, par laquelle quittance est apparu n’avoir esté payée et aussi certaine lettre par laquelle appert que la susdite place de Verteuil appartient à nostre dit cousin de Lebret, nous avons ordonné … les dites terres, seigneuries de Vayres et de Vertueil etre mises et delivré à nostre dit cousin de Lebret, pour en jouir par lui doresnavant etc. et s’il est trouvé la dite somme n’eust esté acquitée, et la dite quittance etre bonne, d’avoir sur ce recours contre nostre dit cousin d’Albret … Donné à Taillebourg le 26 septembre 1451, et de nostre regne le 29. Sur vidimus en parchemin scellé. ibid.

____________________________________

Hommage fait à Guitard, seigneur de Verteuil (1357).

Référence non connue aux AD 64.

[47]Vidimus de l’hommage fait à Guitard seigneur de Verteuil. Ce vidimus est datté ainsi :

Conoguda causa sia que lo dessapte après la feste de Sent Matheu apostol., loquau era lo oyten jor à lissent deu mes de septembre, anno Domini M° CCC° L° septimo. Per la grac. de deu rey d’Angleterr. et de Franssa duc de Guyanna, Amanieu archibesque de Bordeu, mossen Thomes Rous Cavoir maior de Bordeu etc.

____________________________________

Armoire d’Albret

Chapitre XVI Perigord & Limousin.

__________________________

[48]Coutumes de la bastide de Bénévent (1270)

Note préliminaire : Une autre transcription manuscrite du 18ème siècle se retrouve dans le tome 51 du Fonds Périgord, f°s 129 et suivants. Nous avons ajouté une numérotation des articles et une présentation entre crochets de l'intitulé de ces articles (de couleur bleue).

Quelques incertitudes demeurent dans notre texte. La consultation croisée des autres sources nous permettra d’établir ultérieurement une version définitive. Le manuscrit original (registre) se trouve aux archives des Pyrénées Atlantiques, sous la cote E 698. Voir ici :

copie du document original .

[49]Hic incipiunt consuetudines seu libertates bastidae Benaventi,

pro ut in quibusdam litteris continetur.[50] C:\Users\hp\StMeard\Site_Guyenne\ArchivesPerigord\BNF\trrwh.gif

Hic incipiunt consuetudines seu mos Benaventi de quibus dicetur in fine seu in ultimo folio.

Universis presentes litteras inspecturis, Archambaudus, comes Petragoricensis, salutem in Domino. Noveritis quod nos, habitatoribus villae nostrae de Benavent sitae in parrochia ecclesiae Sancti Laurentii de Prador Petragoricensis diocesis, concedimus libertates et consuetudines infra scriptas, videlicet :

1- Quod per nos vel successores nostros non fiat in dicta villa quaesta, tallia seu alberga, nec recipiemus ibi mutuum nisi gratis nobis mutuare voluerint habitatores.

2 [De venditione habitantium] Item, quod habitatores dictae villae et in posterum habitaturi possunt vendere, alienandre, dare omnia bona sua, mobilia et immobilia, cui voluerint, excepto quod immobilia non possunt alienare ecclesiae personis, religiosis, militibus, nisi salvo jure dominorum quarum res in feodum tenebantur[51].

3 [De matrimonio][52] Item, quod habitatores dictae villae possint filias suas libere et ubi voluerint maritare et filios suos ad clericatus ordinem facere promoveri.

4 [De captione vel arrestatione] Item, quod nos (vel) baiulius noster non capiemus aliquem habitantem in dicta villa vel vim inferemus vel saziemus bona sua

Page 14 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

dum tamen, velit et fide jussebat stare juri, nisi pro murtro vel pro morte hominis vel plaga mortifera, vel alio crimine quod corpus suum vel bona sua nobis debeant incursa esse.

5 [De citato proclamorum] Item, quod ad questionem seu clamorem alterius non mandabit vel citabit senescall(u)s vel baiulus noster nisi pro facto nostro proprio, vel quaerela, aliquem habitantem dictam villam, extra honorem dictae villae, vel metas ipsius, super hiis quae facta fuerint in dicta villa et in pertinentiis infra metas sive los decx dictae villae vel super possessionibus dictae villae et pertinentiis et honore ejusdem.

6 [De illis qui moriantur sine testamento] Item, siquis habitans in eadem villa moriatur sine testamento, nec habeat liberos nec appareant alii heredes, qui sibi debeant succedere, bailivus noster et consules dictae villae bona defuncti descripta tamen, commendabunt duobus probis hominibus dictae villae ad custodiendum fideliter per unum annum et diem. Et si infra eundem terminum ap(p)areat heres qui debeat succedere, omnia bona praedicta debent integraliter sibi reddi, alioquin bona mobilia nobis tradentur et etiam immobilia quae a nobis in feudum tenebuntur ad faciendam nostram omnimodam voluntatem, et alia immobilia quae ab aliis dominis in feudum tenebuntur ipsis dominis tradentur, ad faciendam omnimodam voluntatem suam, solutis tamen debitis dicti deffuncti, secundum usus et consuetudinem Petragoricensis diocesis, si clara sunt debita, non expectato fine anni.

7 [De testamento qualiter valeat] Item, testamenta facta ab habitatoribus dictae villae in praesentia testium fide dignorum valeant licet non sint facta secundum solemnitatem legum. Dum tamen liberi non fraudentur sua legitima portione, convocato ad hoc cappellano loci, vel alia ecclesiastica persona, si commode possit vocari.

8 [Qualiter quis debeat se deffendere absque bello] Item, quod nullus habitans in dicta villa  de quocumque crimine appellatus vel accusatus , nisi velit, teneatur se purgare vel defendere duello nec cogatur ad duellum faciendum. Et si refutaverit, non habeatur propter hoc pro convicto, sed appellans, si velit, probet crimen quod objicit per testem vel per alios probationes juxta formam juris.

9 [Qualiter habitantes debeant vendere vel emere in feudare] Item, quod habitantes in dicta villa possint emere et recipere ad censum vel in dominio a quacumque persona volente vendere vel in feudare vel res suas immobiles dare, excepto feudo francali militari quod emere vel recipere non possunt, nisi de nostra, vel successorum nostrorum processerit voluntate.

10 [Quod debet quis solvere de pleydura] Item, de qualibet pleydura de

Page 15 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

quatuor branchiis latas in amplitudine et septem in longitudine habebimus duodecim denarios ubliarum turonensium secundum magis et minus in festo Nativitatis beati Johannis Baptistae, et sex denarios de acaptamento in mutatione dominii, et si vendatur habebimus ab emptore vendas scilicet duodecimam partem pretii quo vendetur. Et nisi ubliae solutae nobis fuerint praedicto termino, quinque solidi nobis solventur pro gatgio ubliae supradictae.

11 [De libertate portus Yliae] Item, habitantes dictae villae possent per portum transversanum fluvii Yliae juxta modum et pretium portus passagii transversani villae Sanctae Fidis.

12 [De emenda facienda per arsinam] Item, si arsinae vel incendia vel alia maleficia occulta facta fuerint in villa vel in honore sive infra metas vel in pertinentiis dictae villae, fiat per nos vel per nostrum locum tenentem emendam super hiis, secundum bona statuta bonos usus et approbatas (consuetudines) Petragoricensis diocesis.

13 [De juramento senescalli ad consules facto] Item, senescallus noster et ballivi dictae villae tenerentur jurare in principio senescalliae et balliae coram probis hominibus dictae villae quod in officio suo fideliter se habebunt et jus cuilibet reddetur possibilitate sua et approbatas consuetudines dictae villae, et statuta rationabilia observent.

14 [Qualiter mutentur consules quolibet anno] Item, consules dictae villae mutentur quolibet anno in festo Assumptionis Beatae Mariae Virginis et nos vel ballivus noster debemus ponere et eligere ipsa die consules catholicos sex de habitantibus in dicta villa quos magis bona fide communi proficuo dictae villae et nostro, viderimus et cognoverimus expedire. Qui consules jurabunt balivo nostro et populo dictae villae quod ipsi bene et fideliter servabunt et nos et jura nostra ac populum dictae villae fideliter gubernabunt et pro posse suo tenebant fideliter consulatum, et quod non recipient ab aliqua persona servitium pro officium consulatus. Quibus consulibus communitas villae jurabit sibi dare consilium, et adjutorium et obedire, salvo tamen in omnibus jure nostro, dominio et honore. Et dicti consules habeant potestatem reparandi carrerias (vias) publicas, fontes et pontes et colligendi per solidum et per liberam cum consilio viginti quatuor habitantium in dicta villa electorum a populo, missionem et expensas ab habitatoribus dictae villae quae propter reparationem praedictorum fient, vel quae fient propter alia communia negotia necessaria, et redundancia in communem utilitatem dictae villae. Et qui sordicies in carreriis ejecerit a baiulo nostro et consulibus puniatur secundum quod eis visum fuerit expedire. Et quicumque laycus in dicta villa vel pertinentiis ejusdem habuerit possessiones vel redditus ratione illarum rerum illae et sui successores in expensis, missionibus et collectis quae fient a consulibus propter utilitatem dictae villae, ut dictum est et faciat, et donec prout alii habitatores dictae

Page 16 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

villae per solidum et per libram et in hoc facere vellent baiulus noster pignoret eos ad instanciam consulum praedictorum. Clerici vero et aliae privilegiatae personae ad hoc idem similiter tenebuntur de possessionibus suis omnibus quae ad ipsas personas jure hereditario non constiterit pervenisse de quibus rebus hereditariis nichil praestare tenebunur nisi de earum personarum mera processerit per voluntate.

15 [De rebus comestibilibus] Item, res commestibiles de foris apportatas ad vendendum vel dum ap(p)ortentur de infra dimidiam leucam ad vendendum non vendatur nisi prius ad plateam dictae villae fuerint apportatae. Et si quis contra fecerit, emptor et venditor quilibet in duobus solidis et dimidio puniatur, nisi esset extraneus qui dictam consuetudinem probabiliter ignoraret.

16 [De percussione manuum et aliter] Item ,quicumque alium percusserit vel traxerit cum pugno, vel palma vel pede, irato animo, sanguine non interveniente, si clamor factus fuerit, in quinque solidis pro justicia puniatur, et faciat emendam in injuriam passo, secundum rationem. Si tamen sanguinis effusio intervenerit, in viginti solidis percutiens, si clamor factus fuerit, pro justicia puniatur, et si cum gladio, vel fasta petra, vel tegula, sanguine non interveniente, si clamor factus fuerit, percutiens in viginti solidis pro justitia puniatur, et sanguis si intervenerit, et fiat clamor presentium, in sexaginta solidis puniatur et emendet in injuriam passo.

17 [De banno confracto] Item, quicumque bannum nostrum vel ballivi nostri fregerit, vel pignus ab eo factum ob rem judicatam sibi abstulerit, in triginta solidos pro justicia puniatur.

18 [De adulterio ] Item, adulteri et adulterae si deprehensae fuerint in adulterio, si inde factus fuerit clamor, vel per homines fide dignos, super hoc convicti fuerint, vel in jure confessi, quilibet in centum solidos pro justitia punia(n)tur, vel nudi currant villam, et sit optio eorumdem.

19 [De gladio contra aliquo evaginato] Item, qui cultellum vel gladium emolutum contra alium, animo irato, traxerit, in decem solidis pro justicia puniatur et emendet injuriam passo.

20 [De furto] Item quicumque, aliquid valens duos solidos (a)ut infra, de die vel de nocte, furatus fuerit, currat villam cum furto ad collum suspenso et in quinque solidis pro justitia puniatur, et restituat furtum cui furatus fuerit, excepto furto fractuum, de quo fiat, ut inferius continetur. Et qui rem valentem ultra quinque solidos furatus fuerit prima vice signetur, in sexaginta solidis pro justitia puniatur. Et si signatus sit per judicium nostrae curiae puniatur. Et si pro furto quis suspensus fuerit, decem librae si bona sua valeant. Solutis debitis suis nobis pro justitia persolvantur, et residium sit heredi suspensi.

Page 17 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Item, si quis intraverit de die ortos, vineas, prata alterius et inde capiat fructus, fenum, paleam vel lignum valens duodecim denarios vel infra, sine voluntate alterius cujus fuerit, postquam quolibet anno semel deffensum fuerit et praeconisatum, in duobus solidis et dimidio per solvendis consulibus ad opus dictae villae pro justitia puniatur. Et quidquid consules ex hoc habuerint debent illud ponere in commune proficuum dictae villae ut pote in reparatione carreriarum, pontium, fontium et consimilium, et si ultra duodecim denarios valeat res quae inde ceperit, in decem solidos nobis pro justicia puniatur. Et si de nocte quis intraverit et fructus, fenum, paleam vel lignum ceperit, in triginta solidis nobis pro justicia puniatur et emendet damnum passo. Et si bos, vel vacca, vel bestia grossa ortos, vineas vel prata alterius intraverit, solvat dominus bestiae sex denarios consulibus dictae villae, et pro porco et suae si intraverit tres denarios, et pro duabus ovibus, vel capris vel yrcis, si intrent, solvat dominus cujus erunt bestiae unum denarium consulibus dictae villae, qui ex hoc faciant prout superius expressum, dampno ei cuius est ortus vinea vel pratum nichilominus resarsito.

21 [De falsis mensuris vel ponderibus] Item, quicumque falsum pondeyrus vel falsam mensuram vel falsam alnam tenuerit, dum tamen legitime super hoc convictus fuerit, in sexaginta solidis pro justitia puniatur.

22 [Qualiter baiulus faciat solvere aliquem] Item, pro clamore debiti vel pacti, vel alterius contractus, si statim prima die, in presentia baillivi nostri confiteatur a debitore sine lite mota et sine indiciis, nichil nobis pro justicia persolvetur, sed infra novem diem, baiulus noster debet facere solvi et compleri creditori quod confessum fuerit coram eo. Alioquin debitor ex tunc in duobus solidis et dimidio nobis pro justicia puniatur.

23 [De quinque solidis solvendis per clamore] Item, pro omni simplici clamore de quo lis moveatur, et induciae petantur post prolationem sententiae nobis quinque solidi pro justitia persolvantur.

24 [Quot debet deficiens] Item, deficiens ad diem sibi assignatam per baiulum in duobus solidis et dimidio nobis pro justitia puniatur et parti adversae in expensis legitimis condempnetur.

25 [Quot debet deficiens] Item, baiulus noster non debet recipere justitiam vel gatgium quousque solvi fecerit rem judicatam parti qui optinuit.

26 [De questione rerum immobilium quot debetur] Item de questione rerum immobilium post prolationem sententiae nobis quinque solidi pro justitia persolvantur.

27 [De quolibet clamore de quo lis moveatur] Item, de omni quolibet clamore facto de quo lis moveatur, si actor defecerit in probando, in quinque solidis actor pro justicia puniatur, parti adversae in expensis legitimis condempnatus.

28 [De mercato et quid debetur] Item, mercatum dictae villae debet fieri in die mercurii, et si bos vel vacca porcus, vel sus unius anni et supra vendatur, ab extraneo in die fori dabet venditor unum

Page 18 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

denarium pro venda. Et de asino vel asina, equo vel equa, vitulo vel vitula, unius anni et supra dabit venditor extraneus duos denarios pro leuda. Si nichil infra. Et de ove, ariete, capra vel hyrco, unum obolum. Et de salmata bladi, unum denarium. De sextario, unum denarium. De eymina, unum obolum pro leuda. Et mensuragio de quarterio, nichil dabit. De salmata salis quam extraneus de villa traxerit ad vendendum, unum denarium. De honere hominis vitrorum, unum denarium aut unum vitrum valens unum denarium. De salmata coriorum grossorum, duos denarios. De honere hominis, aut de uno corio grosso, unum denarium. De salmata ferri, pannorum lineorum, duos denarios. De salmata urnarum vel canarum, unum denarium. De honere hominis urnarum vel canarum, unum obolum. De sotularibus, de cauderiis, anderiis patellis essatis, payroliis, cultellis, faucibus, serpis, piscibus salcis et rebus consimilibus dabit venditor extraneus in die fori pro leuda et pro intragio de saumata et de honere hominis rerum praedictarum consimilium, unum denarium.

29 [De assignatione nundinarum] Item, nundinae sint in dicta villa terminis assignatis et quilibet mercator extraneus habens unum troscellum vel plures troscellos in dictis nundinis dabit nobis pro introitu et exitu et faulagio atque venda quatuor denarios. Et de bonis quidquid portet unum denarium, set de rebus emptis ad usus domus alicujus, nichil dabitur ab emptore pro leuda.

30 [De furnis] Item, furni dictae villae sunt nostri. Et pro viginti panibus dequoquendis dabitur vicesimus et non plus, et omnes habitantes in dicta villa tenerentur dequoquere panem in furnis nostris, excepto quod habitantes dictae villae possint dequoquere in domo sua panem sibi et familiae et domui necessarium, si velint ad comedendum, non tamen ad vendendum sed panem az(y)mum liceat cuilibet habitanti in dicta villa dequoquere in domo sua. Et si quis contra hoc fecerit, in quinque solidis pro justitia puniatur.

31 [De banchis et ubliaris] Item, de quolibet bancho sito infra macellos habebimus tamen octo solidos ubliar. in festo Beati Johannis Baptistae, et quatuor solidos de acaptamento in mutatione Domini. Et carnifices faciant domum super macellos et reparent quotiens opus fuerit. Et de quolibet vacca vel bove qui occeditur ad vendendum, dabuntur nobis duo denarii, de porco vel sue, unus denarius, de ariete vel capra, ove vel yrco, unus obolus.

32 [Quas carnes debent vendere carnifices in villa] Item, macellerii carnes lepra infectas vel suem vel ovem vel yrcum vel alias pravas carnes non debent vendere infra macellos communes vel alibi, quod si fecerint in duobus solidis et dimidio pro justitia puniantur. Et carnes illae quae tales inventa fuerint, canibus projiciantur, vel etiam comburantur, et carnifices vel alii

Page 19 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

non debent vendere carnes recentes et bonas nisi infra macellos nisi de nocte, exceptis carnibus silvestris et agnis et edulis et volatilibus et bachonibus salsatis quas licebit ubi voluerint vendere, quod si fecerint in duobus solidis et dimidio nobis pro justitia puniantur.

33 [De instrumentis notariorum publicorum] Item, instrumenta facta per notarios dictae villae illam vim optineant quam publica optinent instrumenta, dum tamen facta non sint contra libertatem et consuetudines in praesenti carta scriptas, quia tunc nullam obtinerent roboris firmitatem.

34 [De porcum tenendum ad nancum] Item, quilibet habitator dictae villae potest tenenere ad nancum duos porcos vel sues liberas et immunes a pasquerio et quaeste seu talliae, quae, ut praedictum est, sicut per solidum et per liberam (libram), per communi utilitate villae, fiant secundum bona quae quilibet habebat in pertinentiis dictae villae et infra et fiant a consulibus vel ballivo secundum bonum arbitrium et consilium eorumdem.

35 [Quando sequi debetur dominum in armis] Item, habitatores dictae villae debent nos sequi en ost contra exheredationem nostram ad consilium consulum et baiulivi per Petragoricensem diocesem et non ultra.

36 [De pedatgii et pedagii furato] Item, quicumque vendas et pedagia furatus fuerit seu retinuerit, puniatur secundum antiquos usus et consuetudines castri Montis Pavonis. Has autem libertates et consuetudines et omnia praedicta et singula quantum de jure possimus approbantes juramus super Sancta Dei Evangelia custodire firmiter et tenere. Heredes vero seu successores nostri antequam juramenta et acaptamenta recipiant, ab habitatoribus dictae villae praedictum juramentum prout nos fecimus habitoribus dictae villae facere tenebuntur unde in perpetuum testimonium omnium praemissorum sigillum nostrum praesentibus duximus apponendum.

37 [De illo qui interficit alium] Item, si quis alium interfecerit et culpabilis de morte reperiatur ita quod homicida reputetur, per judicium nostrae curiae puniatur et bona ipsius nobis sint incursa, solutis tamen primo debito suis.

38 [De opprobriis vel verbis consumetiosis in alio dictis] Item, si quis alicui aliqua vel opprobria vel verba contumetiosa irato animo alteri dixerit et inde fiat clamor, a ballivo nostro in duobus solidis et dimidio pro justitia puniatur, et faciat emendam passo. Et si quis coram baiulo nostro vel in curia dixerit dicta verba, irato animo, in quinque solidis pro justicia puniatur et emendet injuriam passo.

Constat de interlineaturis villae, villae porcus mercator.

Actum et datum apud Benavent mensis septembris anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo.

__________________________

Franchises de la bastide de Bénévent (1309) C:\Users\hp\StMeard\Site_Guyenne\ArchivesPerigord\BNF\trrwh.gif

Note préliminaire : transcription : Frédéric Biret & Claude Ribeyrol, mars 2010. Voir ici la copie du document original (à partir du cliché n° 5, f° 5, milieu de la 2ème colonne)

Hic incipiunt libertates et mos Benaventi sicut continetur in litteris signatis.

Universis praesentes litteras inspect[uris] Helias Talayrandi miles, comes Petragor. salutem et fidem partibus adhibere supplicandum significaverunt nobis consules et jurati bastidae seu villae nostrae de Benavente quod bonae memoriae quondam Dominus Archambaudus Comes Petragoricensis progenitor noster, usus, libertates, statuta,

Page 20 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

et consuetudines qui observantur in villa seu bastida Sanctae Fidis agennensis diocesis concesserat in constructione dictae villae. Tunc consules et jurati dictae bastidae de Benavente pro se et pro consulibus et juratis praesentibus et futuris dictae bastidae et ipsi bastidae supplicant nobis quod usus, libertates, statuta et consuetudines supradictos eis tenere et servare pro nos et bajulos et servientes nostros presentes et futuros et ipsam villam nostram juxta usus et consuetudines praedictos tenere regi bene et fideliter facieremus. Cujusmodi supplicatione benigniter exaudita cum nos non essemus certi de praemissis nec de modo observand. in dicta villa Sanctae Fidis per rectorem ejusdem usus et consuetudines saepedictas de hiis in modum qui sequitur nos diligenter fecimus informari.

Notum sit omnibus universis hoc presens publicum instrumentum inspecturi quod in praesentia mei Egidii de Bayna notarii publici dioces. agennensis et testium subscriptorum Grimoardus Chassens domicellus ballivus villae Sanctae Fidis dioces. agennens. pro domino nostro rege Angliae duce Aquitaniae et Guillelmus Oliverii, Reginaldus Garbaldi et Helias Fabri junior consules dictae villae ad propter et requestum Petri de sancto Salvatore et Guillelmi Vigerii consulum villae de Benavento dioces. Petrag. ibidem presentium et supplicantium suo et universitatis de Benavento nomine, ut dicebant, se et dominum nobilem comitem petrag. dominum dictae villae volentes certiorari pro dictus bajulum et consules super usibus et libertatibus quibus utitur in dicta villa sanctae Fidis et ejus pertinentiis quae scripta non sunt in consuetudinibus dicti loci scriptis quibus dictus locus de Benavento regi debet et totaliter consuerit habito, ut dicebant, consilio et deliberatione supra hoc cum majori parte recto consilii sui peritorum et proborum hominum dictae villae recognoverunt in casibus in praesente instrumento contentis utitur in dicta villa sanctae Fidis et ejus pertinentiis prout inferius continetur videlicet quod siquis conveniat principat et fidejussor pro uno debito &c.

Et suivent les articles suivants de la coutume de Ste Foy, lesquels je me contente d’indiquer, par ce qu’ils sont plus etrangers à la prov. de Pd. Je remarquerai seulement quelques points que je croirai plus importants soit pour les usages du temps, soit pour le droit feodal, ou pour les affaires.

 

1° De aedificiis.

2. De itinere clauso et de clausuris fundi. Item licitum est cuicumque claudere fundum suum &c.

3. De citato si confitetur debitum.

4. Qualiter serviens debet cotare.

5. Qua hora debent eum parere (usque ad solis occasum).

6. De illo qui jurat de Deo vel turpia loquitur. Item jurans de de Deo vel turpia loquens sine partis injuria non debet ob hoc in gatgio condempnari.

Page 21 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

7. De marito non compulsuro in bonis uxoris.

8. De citatione etc.

9. Quid debet habere serviens pro citatione.

10. De illo qui frangit arrestum vel bannum.

11. Quod ad scriptor curiae debet informare aliquem.

12. De citato noncomparente coram consulibus.

13. De his quae pertinent ad consules.

14. De illo qui malitiose injecit manus in consulem.

15. De fructus arborum.

16. De transeuntis per terram.

17. Si quis inveniat aliquem vel bestias in al(i)eno fundo.

18. Quid debent accipere notarii de cartis[54]. Item notarii publici debent solum accipere vel percipere de carta debita sine juramento et renunciatione et specialibus obligationibus quatuor denarios, et si cum renuntiatione vel specialibus obligationibus octo denarios et de carta facta super venditione vel alterius rei immobiles sine juramento duodecim denarios et cum juramento duos solidos. Et de carta facta super infeodatione(?) octo denarios tentum nisi alia instrumenta vel litterae incerantur in dictis cartis, vel dictae cartae fuerint cum decreto vel alia magna solemnitate de quibus juxta quantitatem scripturae vel deliberationis previdentiam notarii persolvetur.

19. De confissione notarii. Item notarii possunt et debent confiteri instrumenta ad requisitionem cujusque et quibuscumque litis et anno promissis et contra quiscumque.

20. Qualiter debent cercari notarii publici. Item notarii publici debent cercari per dominum senescallum vel ejus superiorem ad requestum et cum litteris consulum dicti loci et debent esse personae instructae et sufficienter bonae, bonae famae, et residentes in villa vel ejus pertinentiis et debent jurare et cavere ydonee sub poena centum librarum de fidelitate se habend. in officio suo et privilegio cleri renuntiare si delinqueret in officio, et jurisdictionis et cohertioni domini se supponere et haec omnia debent in litteris officiis sui contineri.

21. De coadjutore eorumdem. Item notarii possunt habere coadjutorium si velint et judex ordinarius vel superior debet eisdem concedere ad requestam notarii et consulum et coadjutor debet jurare et cavere ydonee sicuti notarii de bene fideliter se habendo &c. .. et notarii non debent consignare instrumenta quousque prius per ipsos facta fuerit collatio cum papiro.

22. De scriptoribus curiae.

23. De scriptoribus curiae et eorum scriptis.

24. Quod habere debet script. curiae de actis.

25. De constitutione mensur. et itinerum[55]. Item bajulus cum consulibus vel duobus eorum  potest dare, constituere et mensurare itinera publica et etiam privata adeundum ad fontes et data et statuta mutare vocat. secum quos vocare voluerint prout dictis bajulo et consulibus videbatur expedire.

26. De curia consulum quando [curia] debet teneri (ad diem veneris in qualibet septimana &c).

27. De servientibus consulum.

28. De citationibus consulum ad communitatem. Item si consules velint convocare communitatem &c &c.

29. De expensis consulum.

Page 22 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

30. De computo consulum … de administratis debent reddere etc.

31. Ad faciendum statuta. Item bajulus et consules vel consulum major pars cum baiulo possunt facere statuta in villa et ejus pertinentiis cum consilio proborum virorum dicti loci, et gatgium certum ponere et levare &c.

32. De satisfactione expens.

33. De inhibitu captivorum.

34. De consulum securitate.

35. De actione coram bajulo &c.

36. De creditor.

37. De denunciatione contra aliquem.

38. De citatione accusati.

39. De provisione tutorum et curator. ... Judex ordinarius vel ejus superior solum possunt et debent, si requirantur, .... de tutare & providere emancipationem concedere et decreta apponere cum juris solempnitate &c.

40. De appellationibus[56]. Item ab audientia bajuli appellatur ad judicem ordinarium vel senescallum et deinde ordin. ad senascallum vel ad dominum ab interloquor. definitivam sententiam vel alio quocumque gravamine et appellatione bajula denuntiata parere debet bajulus, et nichil contra appellantem innovare qui per judicem ad quem appellatur cognoscatur usum bene vel male fuerit appellatum.

41. De appellationibus.

42. De process. curiae.

43. De pedagio.

44. De illis quae nichil debent item de quo non debetur annua servitus penes nos gentile vel militare feudum appellabatur (pour apellatur).

45. De feudo[57]. Item feudum non cadit domino in commissum propter venditionem et possessionem venditionem et possessionem, domino non vocato,  neque propter cessationem solutionis obliarum, acaptagiorum, vendagiorum et aliorum quae pro praedicto feudo debentur. Sed pro obliis non solutis terminis assignatis habebit dominus quinque solidos pro gatgio de quolibet termino si eadem anno diversis terminis debeantur et si feudatarius per multos annos cessaverit tenetur ad solvendum domino reragia in unico gatgio quinque solidos de quolibet termino primi anni tentum de acaptagiis vel vendagiis vero non solutis non debetur gatgium.

(en marge: droit de prelation. retrait lignager... on peut rapporter ici l’édit de Périgord donné en 1555 par Henry second qui donne 2 mois pour le Périgord. Les arrêts du parlement confirment cette jurisprudence. voyez mes notes sur cette close. Leydet. je n’ai pas trouvé cet édit).

46. De venditione feudorum. Item dominus a quo tenetur feudum si vendatur denuntiata sibi venditione pro venditorem tenetur investire emptori si pecierint cum acaptagiis et duodecima parte precii pro vendagiis sine exactione domini vel aliis pro investitura vel si velit potest retinere rem venditam vel habere septem dies continuos post venditionis denunciationem tentum pro deliberando etiam rem retinere voluerit vel emptorem hujus modi investire et eam retinere non potest dictus dominus vendente invito nisi ejus precio oblato ut preces soluto infra dictum terminum venditori vel si illud retinere vellet ad opus alterius vel si appareat aliquis de genere venditoris qui dictam rem habere voluerit et petierit jur. turni. Et si

Page 23 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

per dominum feudum donatum fuerit vel cum alia re immobili permutatum per investitur. debentur acaptagia solum nisi in permutatione res pro extimata pecunia traderetur vel pecunia praecium cum permutatione daretur, quia tunc dominus habebit vendagia de illo quod daretur ultra permutationem vel de pecunia extimata.

47. Super feudatione. Item licitum est cuicumque supra feudare res quae in feudem tenet, domini non vocato vel invito. Sed si aliquid datur pro intragiis extentibus valor. obliarum de illo habebit dominus vendatgia sua tamen rem illam turno retinere non poterit et sives super feudata vendita fuerit habebit dominus superior a quo prius tenetur in feudum prima vendagia semel et dominus immediatus a quo tenetur res habebit vendagia et acaptagia et dominus superior nichil et de feudis suis infra districtum dictae villae licet ad feuda datae fuerint ante constructionem villae vel post ab antiquo licet mentio non fuerit facta quod data fuerint ad consuetudin. dictae villae de illis utitur ac si de novo data fuerint in feudum nisi sub homagii quaesta vel similis seu virtute hominis teneretur, quia tunc ad possidentem sine suo honere non transiret.

48. De curia domini feudali feudatario  tenenda. Item dominus feudalis tenetur feudatario suo curiam et judicem constituere infra clausuram dictae villae et ... extra et ibi jus facere de illis de quibus ad ipsam spectat cognitio nisi pro mostra pro qua semel idem dominus eidem feudatorio potest diem certum in dicto feudo assignare et nichil domino debetur pro mostra feud. et siquis bannum domini feudalis juxte appositum fregerit tenetur domini in quinque solid. pro gatgio tentum de quo banno dictus dominus cognoscere potest &c.

49. De banno feudi.

50. Per biafora[58]. Item pro clamatione biafora nullum gatgium debetur pro clamantem vel pro eum qui clamatur.

51. Idem. Item exiens et veniens ad clamorem vel alabiafora potest arma ferre eundo et redeundo sine gatgio aliquo.

52. De rebus non debet banniri. Item pro pacto vel debito aliquo bona immobilia alicujus non valent banniri, quandiu bona ejus mobilia valentia debitum vel per actum poterunt inveniri.

53. De inquesta.

54. De necessariis ad constructionem villae lapiendis. Item consules et universitas possunt ligna sive furtos lapides et alia similia mobilia tamen, necessaria ad utilitatem et necessaria ad constructionem dictae villae capere non verbum satisfacta prius illi cujus praedicta erunt omni et legati extimatione pro bonum vivorum immobilia vero non invito domini eorumdem nisi necessitas appareret quo non posset aliter sine dampno publico evitari que eo tunc accipere possunt satisfacto primitus quibus erunt de precio competenti.

55. De deffens.

56. De re vendita.

Page 24 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Item rex non potest recipere res venditas quod ab ipso tenentur in feudum vel alio domini feudati.

57. De redemptione rei vendita. Item rem venditam proximorum vendentur potest et redimere infra annum et diem a tempore emptionis computando pro qui vendita fuerit et expensis praedicta causa vel ejus meliorationibus subsecutis si alter de parentela infra annum venerit licet non sit proximorum et rem illam juretur ni petierit non apparent proximiore auditur et res ei traditur cum precio et expensis ut est dictum adveniente tam proximiore infra annum et diem rem venditam ratione turni recuperat cum precio et expensis eo quod primo alii tradita fuerit non obstante cum infra praedictum terminum non possit negligens reputari.

58. De turni habenda. Item dare vendita quae per turnum recuperatur per illum qui eam recuperat domino a quo tenetur vendagia non debentur.

59. Ad idem jure turni. Item petens rem venditam ratione turni debet jurare quod illam rem petit et habere vult ad opus suum et non pro alio, nec spe rem illam alii dimittendi.

60. De statutis.

61. De copia actarum curiae.

62. De pane frangendo. Item consules vel baiulus ad requestam consulum possunt frangere panem vendibilem sed non precium bladi si sibi minus videntur.

63. De mensur. et pondere capiend.

64. Mensuras quis debet tenere quilibet potest tenere mensuram vini, bladi dum tamen juste sint et consulum dictae villae ... debent habere et tenere patronum quibus aliter. mensurentur et tallientur .... et pro signo imponend.  habebit signans IIII denar. de. qualib. signata.

65. De piscator. Item quilibet habitans piscare potest in flumine (Dordoneae) (F.B. Bénévent se trouvait au bord de l’Isle) publico et in vivia exceptis paxeriis bastivis angillarum dum tamen de salmonibus, murenis, alosis, et creatis ibi captis vendat piscator domino aquae quartam partem tamen villae habitant licitum est piscare in totis aquis domini nostri regis ad proprios usus sine quaesto.

66. Qui constitunt portas vel alias. Item consules sive bajuli possunt construere destruere et mutare portas et pontes dictae villae et claudere et aperire introitus et clausura ubi et quando voluerint &c.

67. Qualiter leuda debet solvi.

68. De illis quae apportantur in villa.

69. De pleydura[59] habenda in villa. Item quiqui extraneus vel privatus potest habere in dicta villa unam vel plures et in eis facere hedeficium, viridarium vel aliud sine edificio quod cumque voluerit sine prejudicio alicujus.

70. De feno et paleis eiciend.[60] Item habens fenum vel paleam infra villam debet ea eicere quando cumque pro majorem par tem consulum fuerit requisitus &c.

71. De pignorato indebite &c.

72. De praeconisatione publica.

73. De re subtrartata.

74. Qualiter bajulus debet cognoscere de omni causa.

75. De panis decogcione.

76. De re dote data.

77.  De hedificatione.

78. De pigor servient.

79. De re bannita.

80. De citato si debet poni in defectum.

81. Defectu citati.

82. De bladire et gallinare[61]. Item servientes non possunt nec per nulli debent gallinare bladire vel aliam servitutem petere ab aliqua pro sona dicti loci praeter eorum salaria.

83. De inquisitione banali.

84. De faciendi citatores.

85. De aliam gatgio.

Page 25 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

86. De decima animalium. Item animalibus habitantium in villa vel barriis quae in eis barriis vel villa tenentur et jacent vel de fructus ortorum vel virgultorum dicti loci quicumque sint exceptis linis canapis, decima non debetur.

87. De arsuris domorum. Item si fiat arsura vel aliud dampnum clandestine de domo vel bonis alicujus &c.

88. De loco tenente bajuli.

89. De feudatario et domino suo. Item feudatarius tenetur solvere domino feodali ublias, et dominus recipere infra villam &c.

89. (sic) De rixa vel verberatione servientium.

90. De banno.

91. De executione.

Testes sunt magister Bernardus Fabri ... et Egidius de Goyna notarius publicus agen. qui ad request. dicta consulum de Benavent. et de Brandanto et consensu consulum praedictae villae praedictae sanctae Fidis hac praesens publicum instrumentum scripsi et signum meum apposui actum fuit hoc apud sanctam Fidem die mercur. post conversion. S. Pauli apostol. anno Domini M° trecentesimo quinto, regnante domini Dei gratia Rege Francia, Eddouardi rege Angliae, duce Aquitaniae, et Bertrando agennens. episcopo. Item volumus et concedimus juratis et habitatoribus praesentibus et futuris dictae bastidae quo pro maynasiis et ... fagiis suis et pro clausura et refectione dictae bastidae de nemore honoris Montis Pavonis possint capere et habere  fidem usus seu consuetud. et pro ut extitit usitatum in honore de Monte Pavonis praedicto. Quibus praemissis fidem plenariam exhibent. ea valere volumus et concedimus pro nobis et universis successor. eisdem juratis quod habeant et optineant perpetuam et irrevocabilem firmitatem permittentes nos premissis tenere et teneri  facere absque infractione quacumque juramento a nobis ad sancta Dei evangelia praestito corporali. In testimonium etc… presentibus litteris sigillum meum duximus apponendum. Actum et datum apud Benaventum die Lunae ante festum beatae Margaritae virginis, anno Domini M. CCC. nono.

Finito libro, sit laus et gloria Xpo. Amen.

Ces coutumes sont écrites dans un livre en parchemin format gr. in 4° de 14 ½ feuilles ou 29 Pages d’écriture faite vers 1350 à deux colonnes d’un caractère semblable aux dernières feuilles du cartul. de Chancellade. Les titres sont en lettres rouges, mais d’un vermillon mal appliqué, il s’efface en frottant légèrement. Ce livre est couvert de deux planches de bois. Une de ces planches a un trou rond en dedans évidé dans l’épaisseur de la planche qui est épaisse. Ce trou a 3 pouces de diam. Il servait sans doute a retenir de la cire sur lequel le propriétaire du livre avoit appliqué son cachet. Il n’en reste rien.

Au commencement de ce livre on y a cousu un parchemin encore entier informe. C’est une nomination (au bénéfice) faite par le chapitre de l’église de Périgueux : … capitulum ecclesiae petragoric. dilecto nobis in Xpo Geraldo de Armanhaco canonico acclesie Sti Frontonis Petrag. salut. etc. vicarium perpetuum ecclesiae nostrae Sancti Laurenti de Prador petrag. dioces. ad nos cum omni jure spectanti vacantem et liberam per mortem Roberti Arnaldi quondam ecclesiae perpetui vicarii cum omnibus juribus et pertinent. ejusdem perpetuae vicariae prout assignata est et [----bis][62] et mensae nostrae communi retento universo blado grosso [un espace laissé à blanc] vos perpetuum vicarium constutimus in ecclesia memorata vobisque parrochiarum praedictae ecclesiae earum tenore presentium litterarum juramento ad Sancta Dei Evangelia etc. per nos dictum capitulum a vobis dicto Geraldo recepto … quod nobis praefat. capituli et Petragor. fidelis eritis et

Page 26 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

utilitatem nostram et ecclesiae nostrae procurabitis et dampnum evitare pro posse, et quod jura ejusdem ecclesiae non alienabitis et alienata pro posse revocabitis … et quod aliquid non petetis nec peti facietis vel procurabitis et recipere in et de blado per nos dictum capitulum, ut praedictum est, retento nisi de voluntate nostri in dicto capitulo etc. Actum et datum in claustro superiori ecclesiae Petrag.[63], vicesima secunda die ab introitu mensis augusti, anno Domini millesimo CCC decimo quinto, indict. XIIIa, sede apostolica vacante per obit. … fel. R. domini Clementis papae quinti novissime deffuncti, etc., praesentibus etc., avec sigle.

Ce livre des coutumes de Benevent est cotté C, chapitre XVI.

__________________________________

Mention d’un contrat de vente fait par Audoin de La Faye d’un bois dans la paroisse d’Auriac (1352).

In dossier E 692 aux AD 64.

Contrat de vente faite par Audoin de la Faya, d’un bois, vocatum Lo Deffes de La Faya, parroisse d’Auriac, à Roger Bernard comte de Perigord … confronte etc. … samedy avant St Luc 1352, en parchemin scellé, cotté D.

__________________________________

Arrêt du Parlement de Paris concernant la succession de la comté de Périgord (1490).

In dossier E 880 aux AD 64.

La copie évoquée plus avant se trouve dans le dossier E 657.

[64]Arrest du parlement de Paris entre le duc d’Angouleme, actorem, et les tuteurs de Françoise de Bretagne. On y dit dans le long preambule que la comté fut donnée par Charles VI à Louys d’Orleans, lequel par : testamentum suum [---bgium][65] seu testamentum, avoit donné les comtés de Perigord et d’Angoulesme à son fils Jehan, que celuy-ci ayant eté pris en 1412, dit-on ici, (c’est en 1415) par les Anglois, avoit été mené en Angleterre et qu’après 30 ans d’absence, il etoit retourné en France où il avoit trouvé que le vicomte de Lymoges s’etoit emparé de la comté de Perigord, que le dit comte d’Angouleme, ayant obtenu des lettres royaux contre ledit vicomte et l’avoit traduit en parlement, que le procès y pendant, ledit Guillaume vicomte de Lymoges etoit decedé, qu’il avoit attaqué sa veuve Ysabelle de La Tour tutrice de sa fille Françoise, qu’après plusieurs deffences la dite Ysabelle, dans cet intervalle avoit contracté mariage avec le sgr d’Orval, ex quo ipsa tutricem dictae Franciscae esse desierat, loco cujus praenominati tutores (Joh. de Comborn, etc.) processum resumpserat etc. De son coté, le procureur general du roy intervenant demandoit contre les dits tuteurs que la vente faite par le duc d’Orleans à J. de Bret fut declarée nulle, comme etant faite d’une chose inalienable, et faite sans l’autorité du roy, ex adverso pro poni fecissent (tutores) quod defunctus Johannes de Britannia dum viveret miles valde strenuus comes Penthebriae et vicecomes lemovic. erat qui quidem vicecomitatus Lem. propinquus erat dicti comitatus idemque comitatus tempore quo Anglici antiqui inimici nostri ducatum nostrum Aquitaniae acprehende occupabant, quasi in ruinam longo tempore remanserat et quousque defunctus Johannes de Britannia dicto Guillelmo frater ex dicti avi nostri jussu et ordinatione certam comiti [-am][66] gentium armorum erexerat seu [------verat][67] et dictum comitatum petrag. contra et super quemdam Archambaldum nuncupatum partem dicto nostro avo contrarium foventem seu ducentem acceperat et inexpugnabile castrum d’Auberoche de pertinentiis dicti vicecomitatus Lemovicarum existens spacio duorum annorum obsiderat seu expugnandi causa cum exercitu circum dederat taliter quod illud et alias plateas fortes dicti comitatus usque ad numerum triginta non tamen sine magnis custibus et expensis cum summa triginta millium scutorum

Page 27 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

in hoc pluri salvo consumpserat ad obedientiam dicti avi nostri deduxerat, … consequenter, … quod tempore dictae reductionis, dicti dux Aurel. et comes Angol. tunc in dicta patria Angliae existentes ac de eorum expeditione et liberantia tractantes magnamque denariorum summam sibi fore necessar. perpendentes, dictum comitatum petrag. venditioni exposuerant et dicto Johanni de Britannia an illum comitatum emere vellet notificari … [feceran –pos][68] que plures diligentius etc. dictum comitatum … dicto Johanni praecio viginti sex milium scutorum quorum sexdecim milia realiter tradita fuerunt eo etiam pacto quod dictus dux Aurelian. de decem milibus scutis auri per eum deffunctae etiam Margaritae de Cliconio dicto Johanni matri debitis quietus et exoneratus remanserat, quinta die martii ann. 1437 vendiderant[69] (procuratores ducis Aurelian.) et obligaverunt etc. et quamvis praedictus comitatus illo tunc summam centum francorum per annum in valore minime excederet … verum cum dictus Johannes de Britannia possessionem eorum adipisc. voluerat magnam resistentiam habuerat nam Ricardus de Gontault tunc dictum castrum de Montignac tenens et occupans dictis Hugone de Sancto Mercio et Raymundo de Fricon praesentibus[70] quod dictam plateam quousque de pluribus denariorum summis sibi ut dicebat debitis ac variis reparationibus in dicta platea factis satisfactum sibi fuisset minime restitueret, dixerat et vociferaverat, ad eo quod dicto de Britannia centum libras redditus super dicto comitatu lemovic. praedicto de Gontaud assignare ac locum de Capella seu justitiam ejusdem loci ad valorem quingentorum scutorum auri et alia quinginta scuta pro platea vero de Bourdeill. capitaneo ipsius summam duorum milium ducentorum regalium auri cum uno jure redditus Lavinaude[71] dicto seu vocato ex proprio hereditagio dicti Johannis de Penthevriae et ad ipsius capitanei vitam cappitanarium dictae plateae ad vadia unius marchae auri annuatim per compositionem trader absque pluribus reparationibus et aliis impensis per eundem de Britannia in dictis fortibus plateis factis oportuerat taliter quod fors principalis pro emptione dicti comitatus et reparatione platearum licet dictus comitatus summam trecentarum librarum non valeret ad summam quinquaginta milium scutorum ascendere poterant … possessione per bonam fidem … ipse Johannis et Guillelmus de Britannia ejus frater, et dictae Franciscae pater, inter praesentes decem, inter absentes viginti annorum spaciis videntibus etiam et scientibus dictis actoribus et minime contradicentibus potissimum quod dictus comes Engolism. praed. Johan. de Britannia comitem petrag. saepius apellaverat ad quod dictus comes Aurelian. a quo dictus comes Engolism. causam habebat dicto comitatu petragoricensi ab anno millesimo CCCC septimo quo ejus pater decesserat usque ad tempus dictae venditionis anno 1437 factae dicto comitatu pacifice

Page 28 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

gavisus fuerat etiamque dictus comes Engolism. praedictam venditionem gratam et acceptabilem habuerat, necnon procuratio praedicta venditione fienda et concessa dicti comitis engolismensis passata extiterat et denarii ex eadem venditione providientes tam pro deliberanto a ipsius comitis Engolism. actoris quam dicti ducis Aurelian. ejus fratris implicati extiterant, et quod plus est, dicti dux Aurel. et comes Engolism. dictum comitatum petrag. dicto comiti Dunesii in excambium seu permutationem contra comitatum Porciani dudum cesserant et transportaverant et eorum omnium nomine potissimum dicti comitis Dunesii dicti de Sancto Marcio et Fricon. praedict. venditionem fecerant. A tout evenement les tuteurs demandoient que du comte d’Angoul. fut obligé à remettre les frais pour la conquete, les reparations etc., qu’encore la terre d’Auberoche devoit etre distraite de la comté, comme faisant partie de la vicomté de Limoges, et in omnem eventum, si dictus comitatus seu aliqua pars aut partes ipsius dicto comiti spectare diceretur, dictas tamen terras et dominium d’Auberocheb tamquam de pertinentiis dicti vicecomitatus Lemovicarum distrahere oportebat necnon dictam terram de Vernh quae praedictae Franciscae ex parte dominae de Villars provenerat protinus recuperationi dictus de Britania certam recompensam tradiderat.

Aux faits, raisons de droit, les tuteurs repondoient qu’en admettant le testament (en 1403)[72] par lequel le duc d’Orleans Louys auroit donné la comté de Perigord à Jean comte d’Angouleme, ce testament, s’il a existé, seroit devenu nul par la naissance subsequente de Marguerite d’Orleans mariée à Richard de Bretagne, que malgré ce testament ou partage par Loys d’Orleans, les memes freres en avoient fait un autre entre eux, au procureur general qui allegoit les ordonnances pour les appanages, les tuteurs repondoient qu’ils ignoroient les ordonnances, et que quand elles existeroient, il etoit faux que la comté du Perigord eust eté donnée comme apanage à Loys d’Orleans, que le duc etoit apanagé avant cette donation, qu’après la confiscation sur Archambaud, la comté n’avoit pas eté unie et incorporée au domaine royal et que par consequent Charles d’Orleans avoit pu la vendre, etc.

Apres la mort du comte d’Angouleme, Marguerite de Rohan sa fille continua le proces contre Alain d’Albret qui avoit epousé Françoise de Bretagne … [--dem--sis][73] etc. praefata avia nostra per suum arestum quod dictus processus absque veritate dictarum reprobationum in qui rendo bene judicari poterat, declarando litterasque relavamento per dictum actorum impetratas intereundo dictos deffensores ad se a possessione et gaudencia tertiae partis seu portionis dicti comitatus petragor. suarumque pertinentiarum et dependen., videlicet castellaniae et domini de Auberoche, comitatus[74] et dominii de Bourdeille, castrorum de Montignaco, et de Razac, terra de Vernh, castri et terrae de Roussilhe, villae et castellaniae de Montepavo, castri et castellaniae de Benevent, castri de Montignaco dicti Le Petit, Podii de Chaslucio, terrae parrochiae de Ploisac, villae de Caussade, loci de Mobsac, loci de Moleriis, de villa Francisca, villae des Cordes, in patria tholosana, totum secundum [cont---tum][75] venditionis dicto deffuncto Johanni factae una cum tertia parte omnium

Page 29 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

aliarum pertinentiarum et depend., jurium, etc., fructuum, revenutarum et emolumentorum dicti comitatus desistendum et discedendum dictumque actorem dicta tertia parte tanquam sibi spectante nomine tamen et titulo comitis dictis deffensoribus reservato, uti et gaudere dimittendum condamnavit et condamnat, et respectu fructuum dictae tertiae partis de quibus dictus actor restitutionem habere requirebat, ac ficdarum, misiarum, impensarum, meliorationum et reparationum per dictos deffensores et suos praedecessores usque ad praesens factarum eadem curia nostra ipsas compensavit et compensat, et ex causa salvo atque reservato quod dicti actores (comes Engol. et procurator regius) et dictos deffensores per tertia parte hujus quod per dictum deffunctum, Joh. de Britannia ex suo hereditagio pro dictis terra et domino de Vernh traditum fuisse ostendent recumpensare tenebantur et ulterius saepedicta curia nostra praedict. deffensoribus suam actionem pro dicta tertia parte una cum tam pro suis [fardis][76] expensis, dampnis et interesse quam pro misiis et impensis per dictum deffunctum Johannem de Britannia pro dictis castrum et dominium de Montignac a Ricardo de Gontault et castrum de Bourdeille ab Arnaldo de Bourdeille recuperando factis contra carissimum fratrem et consanguineum meum ducem Aurelianens. dilectumque carum consanguineum nostrum comitem Dunen. et alios quos decebit et ipsis dominis et comiti et aliis suas deffensiones in contrarium ne servavit et reservat, et absque expensis et ex causa et totum absque prejudicio processus in dicta curia nostra ratione dicti comitatus inter dilectum nostrum Eustacium de Montberon, militem ex una parte, et dictos deffensores ex altera, et etiam certa alterius processus in ipsa curia nostra inter consules, manentes et habitantes villae Petrag. in matheria ypothecaria, ratione certae denariorum summae contra dictos actores et deffensores et alios jus in dicto comitatu praetendentes pendentium, et quathenus [con---vit] [77] supra dictum procuratorem nostrum generalem saepefata curia nostra jam dictos deffensores a demandis et conclusionibus ipsius procuratoris non absolvit absque absolvit in cujus rei testimonium. Datum per ipsius in parlamento nostro 28 mai ann. 1490, & collation est faite, signé Perier. Copie conforme en papier, ecrit vers 1500.

______________________________

[78]Dans les deffences du comte d’Angoul. inserée(s) dans cet arret, ce comte nioit qu’il eut consenti à la vente, quod dux aurelien et comes fratres illi (in Anglia) insimul nomine conveniebant nec eorum alter alium alloqui absque regis Angliae congedio aususerat, que le prix de la vente pretendue n’avoit point eté employé à sa rançon, que si le vicomte de Lymoges avoit fait la conquete du Perigord, c’etoit par ordre du roy, et populi patriae expensis fecerat, qu’il ne devoit pas indamniser le vicomte pour l’argent qu’il avoit donné à Richard de Gontaud et à Arnaud de Bourdeille puiqu’il pouvoit retirer leurs places par autorité de justice, que les autres depenses etoient compensées par les fruits qu’il avoit perçu de la comté, qu’il etoit mineur lorsqu’il fut mené en

Page 30 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Angleterre n’etant agé que de 10 ou XI ans, et sous l’administration de son frere Charles d’Orleans, que pendant toute sa prison sa prescription n’avoit pu courir contre luy. Les tuteurs repondoient : quod dictus comes in ipsa patria Angliae, spacio triginta annorum, prisionarius detentus fuerat, quod illud verum non erat sed dumtaxat ut obses pro facto dicti ducis ejus fratris et pro suas promissiones adimplendo in dicta patria remanserat, et suos gentes in regno Franciae de suis negotiis tractantes semper habuerat [dum--][79] dictam patriam intraverat, in in aetate legitima constitutus, etc.

__________________________

Appel du procureur du sire d’Albret contre Bernard-Jourdain de l’Isle. (1323)

In dossier E 47 aux AD 64.

[80]Appel du procureur d’Amanevus, sire d’Albret et consorts, contre Bernard Jordani de Insula, noble homme Guillaume de Calvomonte donzell. et Jeanne de Perigord et consorts, du seneschal de Perigord et Querci, Aymeric de Croso miles [--][81] son lieu, au roy de France, ad illustr. principem dominum nostrum regem Franciae viva voce et illico appellavit (procurator domini de Lebreto) … petens appostolos[82] (en toute lettre) sibi nomine quo supra dari, qui si dari denegentur iterum ad dictum dominum nostrum regem appellavit petens dictos dominos suos sub speciali custodia dicti domini nostri regis etc. Le sujet de l’appel n’est pas expliqué, ceci pour etc. Actum in assisia Lausertae in praesentia domini locum tenent., die mercur. post festum Epiph. Domini, anno Domini M CCC° XXIII, regnante Karolo etc. En parchemin avec sigle. Acte original.

__________________________

Arrêt du parlement de Paris entre la vicomtesse de Limoges et le roi d'Angleterre, touchant la justice du château de Limoges (1275)

Document répertorié dans l’inventaire E 606 aux AD 64.

In dossier E 880 aux AD 64.

[83]Cum peteret nobilis domina vicecomitissa lemovic. ut emendarentur dampna illata eisdem terrae et ecclesiis terrae ejusdem vicecomitissae per gentes regis Angliae post inhibitionem eidem regi Angliae et gentibus suis ex parte domini regis videlicet ne predictus rex Angliae vel gentes suae guerram facerent praedictae comitissae vel terrae suae nec impedirent seu se opponerent quominus praed. comitissa burgenses suos castri lemovic. iustitiaret sine armis vel etiam cum armis si hoc exigeret rebellio eorumdem burgensium, inventum est per inquestam super hoc factam et per veritatem ipsius comitissae post ejus juramentum quod plurima dampna illata fuerint eidem hominibus et ecclesiis terrae post inhibitionem supradictam et ideo auditis nichilomin. rationibus quas procuratores regis Angliae proponere voluerunt contra inquestam praedictam, judicatum fuit et ordinatum quod dampna sic illata retituantur et etiam emendantur in hunc modum : vicecomitissa pro dampnis suis et pro missionibus quas fecit ratione guerrae praedictae, habebat a rege Angliae quatuor milia librarum turon. Homines vero ejusdem vicecomitissae villae suae et territorii de Auxia [habe----][84] de eadem pecunia praedicti regis quatuordecim milia octingentarum sexaginta trium librarum et homines villae suae de Sancte Johanne de Ligorre et territorii ejusdem loci et de Chaluceto habebunt duo milia IIIc IIIIxx et IIII libr. XVIII sol. et ecclesiae terra praedictae vicecomitissae habebunt de pecunia praedict. a rege praedict. M CCC LXIIII libr. et V sol. Ordinatum est insuper et judicatum quod pecunia quae reddenda est hominibus vicecomitissae et ecclesiis praedict. suae ut supradictum est reddatur et dictribuatur hominibus et ecclesiis praed. presente aliquo bono viro misso ex parte domini regis ad distributionem supradictam faciendam et praesentibus gentibus dictae vicecomitissae si voluerint interesse. Item quia inventum fuit per dictam inquestam

Page 31 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

quod praedicta dampna illata fuerint post inhibitionem praedictam, judicatum fuit quod procuratores regis Angliae hujusmodi in hobedientiam emendarent domino regi et eisdem fuit injuctum et dictum, et unus illorum procuratorum emendam gagiavit de hoc in manu venerabilis patris Remensis archiepiscopi, recipientes eam nomine domini regis. Extract. a registris curiae Parlamenti tent. in festo Penthecost. anno Domini M ° CC° septuagesimo quinto, folio XLI, signé plus bas : Chenoteau, en parchemin.

__________________________

Arrêts des requêtes du Palais à Paris sur le comté de Périgord (1462).

In dossier E 649 aux AD 64.

[85]Arrest des requetes du Palais à Paris entre les tuteurs de Françoise de Bretagne d’une part, et le duc d’Orleans et de Milan comte de Blois et Jehan batard d’Orleans, comte de Dunois et de Longueville, par lequel les ducs d’Orleans sont condamnés de prendre fait et cause de la dite de Bretagne au procès contre elle intenté par le comte d’Angouleme et par la dame d’Estampes touchant la comté de Perigord, du 7 aout 1462. (C’est que lors de la vente faite à Jean de Penthievre, en 1437, les vendeurs ou procureurs du duc d’Orleans et du comte de Dunois avoient garanti la vente). Dans le preambule de cet arret, il est dit (apres hist. de la vente) :

Et neanmoins despuis ce estoit advenu que le comte d’Angouleme et la comtesse d’Estampes et chacun en droit soy avoient voulu dire et maintenu ladite comté (de Perigord) et ses appartenances ainsi qu’elles avoient été vendues à eux appartenir, ledit comte d’Angouleme au moyen du testament dudit feu mgr le duc son père et comme par lui institué en la dite comté, et la dit comtesse d’Estampes[86] comme fille dudit feu mgr le duc son père et heritiere pour une tierce portion et lesquels et chacun d’eux avoient despieça commené pour raison d’icelle comté procès, c’est à savoir ladite comtesse d’Estampes des l’an 1447 à l’encontre dudit feu comte Jehan, et lequel procès les dits tuteurs avoient esté contrains de reprendre, et le dit comte d’Angoulesme dès le mois de juillet 1453. Et avoient conclud, le dit comte en la court de parlement, et la dite comtesse par devant nous (les requetes du Palais) afin qu’icelle damoiselle Françoise … fut condampnée et contrainte à eux desister et despartir et les laisser jouir et user du dit comté de Pierregord et ses appartenances, et leur rendre et bailler les [--ai--][87] d’icelui comté et ses appartenances. Depuis qu’icelle damoiselle en etoit detentrice, c’est à savoir au dit comté pour le tout et à la dite comtesse pour la tierce partie … Sur ces procès, le duc d’Orleans et batard d’Orleans avoient été appellés en garentie, sur leur refus, allegans que le prix de la vente n’avoit pas été payé … que le dit Jean de Bret n’avoit pas acquité la promesse qu’il avoit faite de payer 20.000 # à Olivier de Clisson ou à sa veuve à la descharge du duc d’Orleans, … que le duc d’Orleans etoit censé ignorer cette vente parce qu’il etoit pour lors prisonnier en Angleterre (et autres chicanes), sur ce intervint l’arret indiqué ci-dessus. En parchemin, signé, mais fort gâté de vetusté.

________________________________

Suite (1462)

[88]Vidimus de l’acte de partage entre le duc d’Orleans (Charles) et le comte d’Angoulesme son frere : A tous ceux etc. … furent presens … mgr Charles duc d’Orleans … et mgr Jehan comte d’Angoulesme son frere affirmans … que sur les partages qui etoient à faire entr’eux des conquetes faites par feu … Loys duc d’Orleans leur père, et des biens venus des successions de feu madame Valentine de Milan leur mere et de feu mgr Phelippe comte

Page 32 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

des Vertus leur frere par le moyen et conseil … de reverend père en Dieu mgr l’eveque de Laon … et mgr Jehan bastard d’Orleans comte de Dunoys … ils ont faits les accords … qui suivent, savoir que mondit sgr le comte d’Angouleme, tant pour sa portion des biens de feu sa mere et aussi de feu le sgr comte des Vertus, aura pour son droit … 2900 # de rente annuelle qui luy sera payée par ledit duc d’Orleans son frere qui luy assigne pour toujours les villes, chastel et chatellenie de Romorantin, Millancay, Villebrosse, Lucheze et Villefranc-sur-Cher pour 1200 # sur icelles seigneuries … qu’il a ypothequées audit mgr le comte qui sera tenu, et promet, pour lui et les siens, de les luy rendre et restituer toutes et quantes fois que mondit sgr le duc luy baillera la comté de Perigord et ses partenances. Item mgr le duc a encore baillé audit mgr le comte … la terre … d’Espernay pour 1000 #, laquelle terre etc. d’Espernay, ledit comte sera tenu et a promis delivrer et restituer à mgr le duc toutesfois que son plaisir sera de de bailler audit mgr le comte d’Angoulesme, la comté de Porcian, et pour le reste des 2900 #, ou 700 #, ledit mgr le duc a cedé pour toujours audit mgr le comte la baronie … de Fere en Tardenay … fait le mardy 29 juin 1445[89]. Et afferma (ledit mgr le comte d’Angoul.) que en faisant les dits accords … il avoit promis … et par ces presentes promet que au cas que il sera requis par ledit mgr le duc d’Orleans son frere de retraire par les meilleures voyes que faire se pourra les comtés de Pierregord et de Porcien, qui vendues ou alienées ont esté par mondit sgr le duc d’Orleans ou mises hors de ses mains, de, en icelluy cas prester et bailler son nom et fere tout devoir et diligence et pouvoir de faire le dit retrait … et ravoir à ce moyen lesdits comtés, des deniers qui pour ce faire seront baillés par mondit sgr d’Orleans et à ses frais et despens, et si ledit rachapt en peut etre fait … de rendre et restituer audit mgr le duc d’Orleans lesdits comté et seigneuries de Pierregord et de Portien … sans pour cause d’icelluy retrait y demander aucun droit, si par autre voye, droit ou raison il ne le doit avoir et qui lui doye appartenir ou que mondit sgr le duc luy en face aucun transport ou delaissement. Ce vidimus fait à la requete des tuteurs de Françoise de Bret par le garde de la prevoté de Paris, le samedy 22 may 1462, en parchemin signé et scellé.

________________________________________

Aliénations du domaine faites par Alain d'Albret et Jean, roi de Navarre, dans le comté de Périgord et la vicomté de Limoges; ventes : des paroisses de Bersac, Beauregard et Saint-Lazare à G. d'Aubusson, seigneur de Villac; — de la seigneurie de Savignac au sieur Des Bories;— de la paroisse de Coussac à Antoine de Bonneval ; — de la terre de Vergt à Jean d'Abzac, seigneur de Ladouze;—de la paroisse de Badefol à Marguerite de Pompadour ; — des droits du domaine dans la châtellenie de Bré à Jacques de « Liouro » seigneur de Polverel; — des paroisses de Saint-Selve et Concezes à Jean de Pompadour; — du lieu de Pouget à Raymond-Arnaud de La Faye;—de la seigneurie de Châteauneuf à Jean de Beaupoil, seigneur de La Force; — des paroisses de Saint-Pardoux, Saint-Pantaléon et Brochaud à Poncet de Marquessac ; — des paroisses d'Abjac et Daugignac à Dauphin Pastoureau, seigneur du Breuil ; — de la paroisse de Milhac à Etienne de La Marthonie ; — de la paroisse d'Argnac (?) à Raymond-Arnaud de La Faye et à Thomase de La Cropte, sa femme (1476-1497).

In dossier E 661 aux AD 64.

Livre des minutes signées des aliénations faites par le sire Alain d’Albret, cotté Y.

[90]Acte d’aliénation de Bersac, St Lazar et Beauregard chatellenye d’Ans, diocese de Perigord, vicomté de Limoges au sgr de Vilhac, Guillaume d’Aubusson, 13 oct. 1495. (Aliénation) à faculté de rachapt pour 10 ans, de Savinhac en la prevosté de Thiviers à noble home Geoffroy de St Astier, sgr des Bories, … pacte de rachapt pour VI ans par Alain d’Albret etant à Exideuil seneschaucée de Perigord, 26 avril 1498. (Aliénation) de Cossac, chatellenie de Segur à Antoine de Bonneval … 15 sept. 1486. Vente au sgr de La Douze à noble home Jehan d’Azac de la seigneurie de Vernh, du 8 avril 1496. (C’est une 2e vente ou le remboursement de la plus valeur que demandoit le sire d’Albret, allegant avoir eté lezé autre moitié à la premiere vente faite à Jean d’Azac sgr de Ladouze père de celuy supra), faite le 18 decembre 1484. Pacte de rachapt pour une année, meme jour 8 avril 1496. ... Vente de la parroisse de Badefol le 5 nov. 1495 à Marguerite de Pompadour veuve de noble François de Badefol sgr en parties des hostels de Solerio et de Faya, loci de Badefollo, dioces. petrag., avec pacte de rachapt de 5 ans.

Page 33 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Vente faite en presence de André Alardin et me Jehan Soliere clerc habitans de Montignac et domino Petro de Glane secretario domini comitis petrag. oriundo de Solomio, par Alain d’Albret de plusieurs possessions, droits, dans la chatellenie de Bré (1487, 21 nov.)

Donation faite par Alain d’Albret des lieux de St Salve et de Concezes, chatellenie d’Ayen, à Jehan de Pompadour sgr dudit lieu son conseiller et chambellan, presens les seigneurs de Sallaignac et de St Maurice ses conseillers et chambellans, et Pierre de Glaine pour secretaire, X juillet 1485.

Vente par Françoise de Bretainge, vicomt. de Lymoges, comtesse de Perigord epouse d’Alain d’Albret de la terre et seigneurie du Pouget parroisse de St Pierre du Sern, dioc. et sensch. de Perigueux, relevant et mouvant de la comté de Perigord à Raymond Arnaud escuyer seigneur de La Faye[91] …, au lieu de Segur du 15 mars 1476, presens nobles hommes Arnaud de St Chamassy sgr de Lissac, Jacques de Liouron sgr d’Objat, Bertrand Guillem thresaurier pour le roy en Perigort, Pierre de Pelisses chancellier de la vicomté de Lymoges, et Yrieys Dubois escuyer, juge de Segur etc.

Expedition en forme du pacte de rachapt pour trois ans accordé à Jean de Penthievre vicomte de Lymoges comte de Perigord par : nobili viro Johanne Beaupeal domicello domino de La Forssa[92] et de Castro Novello prope villam de Donzenaco, de la terre et château de Castro Novello prope villam de Donzenaco, situatum et prope riperiam Veseriae, ce pacte de rachapt est du 1er nov. 1441, presens : Audoyno de Peyrassa, domino de sancto Bonito, Theobaldo de Theno domicello capitaneo castro de Securio, magistro Petro de Pelissa secretario[93] et cancellario in toto vicecomitatu lemovic., dicti domini etc. Signé Manhani.

Vente à pacte de rachapt pour 10 ans par Alain d’Albret à Poncet de Marquayssac escuyer des lieux et parroisses de Pardoulx de St Penthaly et de Brochal, ez chatellenie d’Ans, 15 mars 1497, signé Guitard.

Vente à pacte de rachapt pour 10 ans par Alain d’Albret des parroisses d’Abzac et Enginhac, jurisdiction et chatellenie de Nontron à Daulphin Pastoureau sgr du Breuil, 15 mars 1497, signé, etc.

de la parroisse de Milhac chatellenie de Nontron à : honorabili viro Philippono Faure contra rollatore domini (regis Navarrae) ut procurator nobilis et egregii viri Stephani de la Marthonie domini de la Marthonie[94], et in parte parrochiae sancti Johannis de Cola, par Alain d’Albret, in prioratu beatae Mariae de Roncesvaulx in Navarra, 29 august. 1486., à pacte de rachapt pour VI ans, signé.

Vente par Alain d’Albret à Raymond Arnaud, dominus de Lafaye diocesis et senescalliae petrag., et à sa femme Anthonia de la Cropta, du lieu et parroisse d’Auriac membre non dependant de la chatellenie de Montignac, pour subvenir aux frais de la guerre dudit Alain mari de feue Françoise de Bretagne contre Jehan de Foix vicomte de Narbonne qui à main armée avoit envahi les terres de son fils le roy de Navarre, du 22 augist. 1487. Signé Doardi (livre en papier couvert de parchemin).

_____________________________

[95]Un sceau de Hugues de Baylly, miles, lieutenant du seneschal de Perigord, [-----][96] sceau de la seneschaucée etoir encore de fleurs de lys sans nombre en 1476, 5 fevrier. Pend à un acte en parchemin, cotté EE.

_____________________________

Procès entre Antoine de Salignac et Jean de Penthièvre concernant Larche et Terrasson (1473).

In dossier E 734 aux AD 64.

[97]Proces entre Anthoine de Salaignac chevalier sgr et baron du dit lieu, contre Jean de Penthievre et Philippes de Savoye comte de Beauge et sgr de Bresse et dame Glaude de Brosse sa femme, pour Larche et Terrasson. Le dit de Sallaignac allegue que ces terres n’etoient point de la succession de Jean de Bretagne puisqu’avant sa mort elles apartenoient par droit de donation, alienation et transfert fait par le dit Jean de Penthievre au sgr de Carbonnieres (Jean), domicello, escuyer sgr de Jayac. Le dit de Jayac en etoit en possession, et que luy, Anthoine de Salaignac, les tenoit dudit de Jayac ou ses heritiers.

En 1473 Jean de Carbonnieres escuyer est dit fils naturel et legitime de feu Jehan de Carbonniere et damoiselle Katherine de guerre, [------][98] en 1446, VI fevrier.

Jean de Penthievre vicomte de Lymoges ceda à perpetuité audit Jean père sgr de Jayac, 53 # de rente, en toute fondalité, qu’il assigna sur la parroisse de Caussac, chatellenie de

Page 34 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

de Segur dioces. de Lym., pour le prix de mil et cinquante escus ou royaux d’or, chacun du poids de trois den. du [----][99] du roy (dans une liasse en papier cottée RR).

____________________________________

Réponse du roi de France à la supplique de Guy de Pons seigneurs de Montfort et de Plassac en Périgord, etc… Services rendus par Jacques de Pons dans les guerres contre le roi d’Angleterre. Vente des seigneuries de Ribérac et Espeluche par Jacques de Pons etc… (1464 c.)

In dossier E844 aux AD 64.

[100]Loys, par la grace etc… aux seneschaux de Lymoges et de Pierregort etc. Receue avons l’humble supplication de nostre cher et amé cousin Guy de Pons escuyer sgr de Montfort et de Plassac, contenant que le dit supplicant est fils aisné yssu de la maison de Pons qui est bien noble et ancienne maison en laquelle a eu de grands notables et vaillans gens et par leur loyauté et confiance d’eux ont eu de grands auctorités et charges ez parties de Guienne, à la tuition, garde et deffence d’icelluy pays à l’encontre de nos anciens ennemis et adversaires les Angloys, en quoy ils se sont employés moult grandement pour le bien de nos predecesseurs et aussi de la chose publique de nostre royaume, biens et chevance, et pareillement nostre tres cher et amé cousin Jacques de Pons à present seigneur dudit lieu de Pons en en suivant les vaissances et prouesses de ses progeniteurs de tout son temps et jeune eage et continuant de plus en plus à servir nostre royaume, pour obvier et resister à nos dits anciens ennemis et adversaires les Anglois, qui etoient ses voisins et toutes ses places en frontiere à entretenir toujours avec luy et pour longtemps grand nombre de gens d’armes et de trait, à ses propres fraits, cousts et despens, et tellement que par la puissance et vaillance de luy et de ses gens, il a souventes fois repellé et debouté de plusieurs places estant au dit pays de Guienne nosdits ennemis et icelles places conquises ; mais ce non obstant, ja pieça feu Pregent de Coetivy[101], en son vivant admiral de France, qui lors avoit grant auctorité et puissance envers feu nostre tres cher seigneur et père que Dieu absoille, conceut grand haine et malveillance à l’encontre dudit Jacques de Pons à tort et contre raison, et trouva moyen de le mettre en grand indignation de nostre dit feu seigneur et père, tellement que par icelluy nostre seigneur et père luy fut oster les isles et seigneuries d’Olleron, Mareyne, Arvert et Brouhe, qui etoient lors les meilleures places et terres de son revenu, et dont il avoit accoutumé soy entretenir. Après lesquelles terres et seigneuries ainsi otées audit Jacques de Pons, voyant qu’il n’avoit plus terres ne seigneuries qui ne fussent lors de très petite valeur et que du revenu d’icelles il ne pouvoit entretenir luy et ses gens d’armes pour servir nostre dit seigneur et père ou fait de la guerre, ainsi qu’il desiroit, fut contraint de necessité ou indigence ou autrement, en l’an M CCCC quarante et deux, vendre, transporter et delaisser à feu nostre tres cher et amé cousin le comte Jehan de Penthievre et de Pierregort la terre, seigneurie et chatellenie de Larche, des deniers de laquelle vente il se mit sus luy et ses gens en bien grand nombre, et ce fait s’en ala avec ses dites gens au pays de Pierregort, où il demeura en la compagnie dudit comte de Pierregort pour la garde et deffence dudit pays[102], et illec par son ayde et moyen, furent prinses, recouvertes et reduites en l’obeissance de nostre dit feu sgr et père plusieurs places et grosses forteresses, jusques au nombre de vint et plus qui etoient detenues et occupees par les dits Angloys, et combien que le dit Jacques de Pons

Page 35 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

et ses dits progeniteurs fussent employés continuellement le temps passé à la deffence dudit pays à l’encontre des Anglois, neanmoins à l’occasion d’aucunes charges et injures controuvée à luy imposées contre verité par aucuns des habitans de sa ville de Pons[103] par l’induction dudit admiral qui furent données à entendre à nostre dit feu seigneur et père, ledit Jacques de Pons doubtant la fureur de nostre dit père, s’absenta de la dite ville de Pons et illec delaissa ledit suppliant et trois autres ses enfans en minorité et bas eage, lesquels furent pris et detenus prisonniers par longtemps au chastel de Rochefort sur Charante en si grant pauvreté et misere que l’un d’eux y mourut et trespassa, auquel temps le dit sgr Jacques de Pons fust tres fort poursuivi par ces haineux tellement qu’il fust (mot effacé) prisonnier en la Conciergerie de nostre palais à Paris[104] dont, finalement et après qu’il y eust eté longtemps detenu, il s’en yssit et luy fust de necessité de soy retraire en aucunes de ses places estant oudit pays de Pierregort pour ce que en sa ville de Pons et ses autres seigneuries du pays de Xaintonge etoient lors hors de ses mains et saisies. Et pendant ce temps trouva moyen ledit Jacques de Pons d’aller à Chinon par devers nostre dit feu sgr et père, où lors estoit le dit Jehan comte de Pierregort, lequel comte voyant la necessité où le dit de Pons estoit, trouva façon et moyen d’acquerir et achepter dudit de Pons la terre et seigneurie de Terrasson avecques toutes ses appartenances, fiefs et hommages d’icelle terre et en oultre les hommages des chatellenies et seigneuries de Salignac, Commarque, Saint Geneys et aultres qui sont tenues dudict de Pons à cause de la vicomté de Turenne[105] seulement et neanmoins depuis les dites ventes ainsi faictes, le dit de Pons, qui n’avoit de quoy de entretenir ne vivre commes dessus, fut derechef contrainct par necessité des l’an M CCC quarante cinq, vendre, ceder et transporter à nostre dit cousin de Pierregort les chastel, chatellenie et seigneurie de Riberac et d’Espeluche assis au pays de Pierregort avecques toutes et chacunes leurs appartenances et dependances, lesquelles terres et seigneuries, places et hommages par le moyen desdites venditions des contrats sur ce faitz, le dit comte Jehan et aussi le comte Guillaume son frere qui lui succeda ont despuis tenus, prins et perceus les fruits et revenus jusques à son trespassement delaissez aucuns ses enfans, ou gouvernement et administration d’aucuns leurs tuteurs et curateurs qui semblablement despuis ont pris et parçeu, prennent encores et perçoivent par chacun jour les profits et revenues desdites terres et seigneuries quoy que soit de la dite seigneurie de Larche, Terrasson et hommages dessus dits et despuis ledit Jacques de Pons vendeur des dites terres et seigneuries a toujours esté absent de nostre royaume sans y oser venir ne converser durant la vie de nostre dit seigneur et père, et jusques à ce que soions venus à la couronne et

Page 36 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

et pareillement le dit suppliant a despuis en la plus part du temps esté mineur sans nul gouvernement et sans avoir aucun biens ne chevances ne de quoy vivre, si ne fust l’ayde de ses parens et amys, le quel pour crainte et doubte de sa personne, tant à l’occasion de ce qu’il avoit esté prisonnier que autrement n’eust osé faire aucune demande, poursuite ou question des dites chouses ainsi vendues par son dit père, ne aussi n’avoit de quoy les recouvrer ne rachapter comme dit est, et il soit ainsi jusques à present ce que sommes venus à la dite couronne nous ait esté remonstré par le dit Jacques de Pons que toutes les accusations que l’on luy avoit voulu imposer et mettre sus, ce avoit esté à tort et contre raison, par quoy l’avons restitué en toutes ses dictes terres et seigneuries et de present ledit suppliant comme fils aisné dudit Jacques de Pons a entention de poursuir et demander par retrait lesdites terres et seigneuries, places et hommages vendus par son dict pere pendant le temps des fortunes à luy advenues en remboursant les deniers des achapts, mais il doubte que l’en ne le veuille recevoir au dit retrait, obstant ce que l’an et jour des dites venditions ou transports des dites terres et seigneuries sont passez de bien longtemps, qui est ou seroit en son tres grand grief et prejudice … si par nous ne luy estoit sur ce parveu de nostre grace et remede convenable par quoy nous ce que dit est, consideré voulant relever nos subjets[106], et par especial subvenir à nos parens[107] qui nous ont servi et aussi nos predecesseurs le temps passé et employé leurs corps, biens et chevance à l’encontre de nos ennemys, vous mandons et cometons par ces presentes et à chacun de vous sur ce requis, que s’il vous apert des choses dessus dites ou de tant que suffire doye, vous, au dit cas, faites ou faictes faire exprès commendement de par nous sur certaines et grans peines à nous à appliquer aux enfans et heritiers desdits feus Jehan et Guillaume comtes de Penthievre et de Perigord s’ils sont en eage sinon à leurs tuteurs et curateurs … que incontinent et sans delays ils reçoivent ledit suppliant au retrait et rachapt des dites choses aliénées et vendues par ledit Jacques de Pons, et lequel par ces memes presentes nous y recevons tout ainsi et par la forme et maniere que icelluy suppliant eut fait … dans l’an et jour des dites ventes … adjournez ou faictes adjourner les opposans et refusans à certain et competent jour ordinaire de nostre present parlement de Bourdeaux à venir, non obstant que nostre present parlement siee, et que par adventure les parties ne soyent pas des jours dont l’en plaidera lors pour dire les causes [deb--][108], opposition, refus et delays etc. Donné à [-----][109] le deuxieme jour de juing l’an de grace mil CCCC soixante quatre et de nostre regne le quatrieme, ainsi signé par le roy, les sires Dulau, de Bazoges et autres presens. Le Prevost. (suivi de l’exequatur de Jehan Destuier chevalier seigneur de La Barde de Salignac et de Tonyns conseiller et chambellan du roy, seneschal de Lymousin, du 27 janvier 1464. Signé de La Barde… en parchemin, copie signée, cott. VV).

________________________________

Page 37 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Accord entre Elie Rudel et Gaston de Gontaud par lequel ce dernier reconnaît tenir d’Elie Rudel le château de Biron et être à ce titre son vassal (1239).

In dossier E 702 aux AD 64.

[110] Conoguda cauza sia a totz aquels qui aquestas letras veiràn ni auziràn ligir qu’En Elia Rudel lo Macips e·N Gastós de Gontald per lor bona agradeira voluntad se son mes en maas d’En A. senhor de Blancafort . e d’En W. Ferriol . e d’En Anessàs de Caumont senhor de Monurt. Li cal baró mentagud an pausad e fait acorder entre N’Elia Rudel e En Gastó de totas las rancuras que avian entre lor entro al dia que aissò fo pausad. E l’acorders es aitals : que·N Gastós, per sa bona agradeira voluntad, conog que·l castel de Biron devia tenir e tot quant al castel aperté d’En Elia Rudel e de solinhadge ; lo cal castel e·ls apertenimentz a prees En Gastós de lui mesiss N’Elia Rudel, e s’en (es) faitz sos cavaers e sos hòm . En Elia Rudel a a lui promés et autreiad . que bos senher e leials lo serà a lui et als seus , e·l gardarà e·l defendrà de tòrt e de fòrsa a so poder a bona fe per totz temps, etaissò a aissí autreiad per si e per totz los seus a·N Gastó et a totz los seus en totas cauzas . E·N Gastós a a lui promés et autreiad per si e per totz los seus que bos cavalers e leials lo serà en totas cauzas a lui et als seus totz temps. Empero si nulhs hòm fazia tòrt ni fòrsa a·N Gastó ni als seus a Biron ni els apertenimentz, e no volia far dreit e prendre a·N Gastó en la ma d’En Elia Rudel, deu l’en N’Elia Rudel ajudar e valer e s’en deu tenir ab lui a tota bona fe e ses tot malgeinh . En après aissó N’Elia Rudel e·N Gastós an se jurad sobre S. Evangelis l’aüs a l’altre per davant aquelz barós mentagudz e davant d’autres que l’aüs no sobite l’altre del còrs ni del aver ni de nulha re, e que·s porten bona fe e bona leialtad . E d’aissò [son] tengud per en Gasto entro a . X . milia sol. de bordales e per lo meinhfagh adobar N’Ar. senher de Blancafort, En W. Ferriol,. En Anessàs senher de Monurt, En. W. Ar.z de Piis senher de Tailhaborg, En A. de Marmanda, En Berartz oncles d’En Elia Rudel . E·N Elia Rudel es tengudz a·N Gaston que si re li mensfalhia que lo adobès per diit de las fiansas ; e d’aissò son te(n)gud N’Ar. de Blancafort, En W. Ferriol, En Anessàs mesiss, En Nebles de Pugh, W. En W. Ar.z. de St Lesier. E per maior fermetad e per testinoni. an s’en dad cartas partidas per . A . b . c . sageladas del sagel d’En W. A. de Tantaló senescalc d’Agenés e dels sagels dels altres proshòmes qui so mentagud en las cartas . E si desacòrdi i avia, deven se acordar per las fiansas ; e si las fiansas no eran paroent deven se acordar per N’Ar. de Blancafort e per En W. Ferriol ; e si no eran paroent, deven i metre un amig comunal que·ls acòrde o judjament dreit ne fassa . Dat. foren X dias a l’issid de magh — anno Domini Mo CCo XXX VIIII .

(En parchemin, d’où pendoient six sceaux, dont il ne reste que les supports, au haut sont ecrits en (chirographe) 3 mots separés et coupés, comme les a, b, c. L’ecriture faite avec une ancre tres noires n’est pas si quarrée que celles des milieu du regne de Louis IX, mais tres lisible).

_____________________________

Hommage de Pierre de Gontaud, seigneur de Biron à Marguerite de Bergerac (1285).

In dossier E 702 aux AD 64.

[111]Matheus miseratione divina ecclesiae beati Dyon. in Francia abbas

Page 38 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

et Symon dominus Nigellae locum tenentis domini regis Franciae universis praesentes litteras inspecturis, salutem. Notum facimus quod in curia domini regis constitutus Giraldus Bitati procurator Petri de Gontaudo armigeri domini de Bironio petragoricensis dyocesis ut dicebat nomine procuratorio et pro ipso Petro armigero avocavit et recognovit castrum de Bironio et ejus honorem tenere de Margarita domina Braiayriaci, et debere teneri, et in hujus rei testimonium sigillum regium quo utimur salvo in omnibus jure domini regis et jure quolibet alieno, litteris praesentibus fecimus apponi. Actum Parisius dominica ante festum Sancti Petri ad vinvula anno Domini millesimo ducentesimo octagesimo quinto. En parchemin scellé, d’un sceau dont il ne paroit que les trous par où passoient les cordons, en beau caractère ludovic.

________________________________

Traité de paix par lequel le roi de France Philippe Le Bel restitue au roi d’Angleterre plusieurs places (1303)

In dossier E 691 aux AD 64.

[112]A totz ceux qui ces presentes lettres verront et oyront, Loys fils de rey de France, comte d’Eurans, Robert de Borgonhe et Johan de Bretanhe dux et Pierres sires de Chambely chivaler et chambellan nostre senhor le roy de France, salut, en nostre Senhor. Nous faisons à savoir que com par reformation de la paix entre très excellents prince Philippe et par la grace de Dieu roy de France nostre tres cher senhor d’une part e Edwart par celle mesme grace roy d’Angleterre d’autre part, sur les descordes e les guerres meues entre eus, nos et aultre certains messages e procuraors dudit nostre senhor roy de France fussoins plusors foys en divers leus assembléz, oueques les messages et procuraors dudit roy d’Angleterre, e plusors traitiez eussent été entre nos è les dits autres messages o procuraors dudit nostre senhor le roy de France por ly e en son nom et por luy d’autre part en la besonhe de la refformation de la paix dessus dite, lesqueus traitiés por venus certayns emachements n’estoient pas venus à effet ne à fin desirée … à la par fin nostre sire le roy devant dict considerantz le cosinage et la prochainté de lignage qui est entre ly et le roy d’Angleterre e la grant affinité e l’alyance noellement fayte entre eus par mariage comme cely qui est ja fait de sa sœur et du roy d’Angleterre, e cely qui se doit faire de sa filhe au fils aisné du roy d’Angleterre e por ce que la lyance e la mor de l’un à l’autre soyt plus ferme e que ly roys d’Angleterre soyt au roy nostre senheur plus obligez et tenuz e meillors amys et aizants e por oster les maus e les escandes qui viennent de la guerre, e por le proffit de tota crestienté e le bien e le pruchan secors de la Terra Sancta nous a novellement en voyez e establiz especeiaument pour parfaire e melde affin ledit traytée ouesques le honorable Peyre Johan par dite grace evesque de Wyncestre, Amez de Savvoye e Henry de Nicols comptes e me syres Othes de Granson chivaler

Page 39 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

messages et procuraors dudit roy d’Angleterre entre les queus messages e procuraors dudit roy d’Angleterre por ly e en son nom e nos por le dit nostre senhour le roy de France e en nom de ly est faite des ores et affermée certayne playne, enterre et estable paix à durer perpetuaument à tots jors por eus et por leurs hers e pour leurs successors e sont toutes rancures e injures, malvolhances e ahines delayshées, remises et pardonnées de tout en tout d’une part et d’autre est accordé par ceste paez faisant que le roy nostre syre doyt rendre dès maintenant e restituer par palore e par lettre au dit roy d’Angleterre ou à ses procuraors au nom delhs e aus homes e soumis au dit roy d’Angleterre e aus siens toutes les cittéz e chasteaux, bors, viles, terres, rentes ffiées, hommages, obeissances, senhories et toutes autres manieres de justices de tenaures de dreeturas e d’autres choses non mouables comment qu’elles ssoient nommées qui furent baillées au roy nostre senhour e à ses gens en nom de ly par le devant dit roy d’Angleterre ou par les ssiens ou qui ont esté prises pour le roy nostre senhour ou ses ministres ou ses hommes ou ses aliez en guerra au dugé d’Aquitaine en quelque manere que les aient été prises ou occupées ou qui autrement soient avenues ou eschangées au roy de France nostre senhour ou aus siens ce qui au dit roy d’Angleterre ou aus siens devoyoient au pooyent avenir e eschaer, se e ses terras du dugé d’Aquitaine fussent demoré en la main du dit roy d’Angleterre ou des ssiens, c’est à savoir ce que yl tent presentement en sa main e des autres sera selonc la forme qui s’en suyt de cest present accord. Et item les procuraors e les messages du dit roy d’Angleterre à ce establits en nom dels e pour ly comme dug d’Aquitaine e per de France pour le dict duché doyvent entrer desores en la foy, e obeissance du dit roy de France nostre senhor pour les dictes terres purement, simplement e sans condition en faisant sarament de fiance en lame dudit roy d’Angleterre, e auront les dits procuraors dudit roy d’Angleterre lettres du roy de France nostre senhour de restitution e de envestitura des terres dessus dites selonc la forme de cest present acort, e les dits messages dudit roy d’Angleterre devont donner lettres à nostre senhor le roy de France sa fiance fayte à ly selonc la forme de cest accort e pour bailler e delivrer par fayt les cittés, chasteux, villes, terras et toutes les autres choses dessus nommées plainement e entierement e pour oster tous les empachaments qui y porroient estre fust par privileges ou par dons que ly roy nostre syre eus faitz ou donnés en la terra ou autrement comment que ce fust, le roy nostre syres envoyera honorable peyre Pierre pour la grace de Diu evesque d’Ausoyrre nos Robert dug de Borgonhe et deus autres grans homes bons et que nostre syres nommera dedans la quinzaine de la Pentecoste prochayne à venir qui yront hastivement ez parties dudit duché e laborreront loyalement en bon à son … les dits empachements e par toute la … que il les pourront oster e tous les lieux où

Page 40 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Il n’aura poynt d’empeschement, ils deliverions et feront delivrer entierement brievement et sans delay audit roy d’Angleterre à son agent pour ly et ceux qui seront … au nom dudit roy de France nostre senhor par especial par commendement que ils auront sur ce celles chasteus villes et hommes de quelque estat, dignité ou condition qu’ils soient de serament, feautés ou homenages que yls ont fayt al roy nostre senhor ou à sa gent en nom de ly e leur commenderont que yls facent homages, feautés et seraments e soyent hobeissant au dit roy d’Angleterre e à tous hers comme à leur dreturer senhor, e anfine à ses hommes à qui les terres seront rendues sauve la souverayneté dudit roy de France nostre senhor, e si aucun des dits privilegiats no vouloient revenir audit roy d’Angleterre, yls mettent diligence et peyne à tous lor punir leaument en bonne foy à ce quel yl revenent, e se ne puit estre fayt, le dit roy de France nostre syres fera bailler et delivrer en tenure par les dits privilegiatz au dit roy d’Angleterre ou à sa gent pour ly ez leus convenables chasteus, villes, terres, fiées, hommages, rentes et autres tenures melheurs plus profitables toutes chose e conditions ardées si souffisament que tus porront user apartenent que ly roy nostre syres a volonté e desir de parfayre la delivrance e de restablir et delivrer audit roy d’Angleterre ce qui demorroit à delivrer pour les dits empeschamens, et que yl n’auront pas la grace de nostre senhor si entierament come yl auroyent en retornant à le meyn de la hobeissance du roy d’Angleterre pour le domage que il auroit, lesquelles tenures le dit roy d’Angleterre e ses heyrs e successors auront e tenoront paisiblement e pleinement à tous les profits juques à tan que les dits privilegiats soient revenus pleinement à la hobeissance du dit roy d’Angleterre nyant mays nostre syres le roy de France, ses hers et successors seront tenus à laborer et pourchasser en bien à foy al plus toust que ils porront que les devant dits privileg. reviennent à la senhorie e à la hobeissance dudit roy d’Angleterre, de ses heyrs e de ses successors si come dessus est dit, e emprès que les dits privilegies seront revenus à la main dudit roy d’Angleterre ou de ses heyrs si comme dessus est dit, les dites tenures qui seront baillées par le roy de France nostre senhor au dit roy d’Angleterre pour les dits privilegies, retorneront et doyent retorner au dit roy nostre senhor, e à ses successeurs, c’est à savoir tout par tout, partie par partie. Item il est accordé que le roy nostre syre fera rendre à ceux qui se sont tenus de la partie dudit roy d’Angleterre ce que il aura donné ou autrement aliené en qualque maneyra que ce soyt de leurs heritages e de leurs terres, si il n’en pooit autrement acorder à eux, e aussint fera-il rendre e delivrer les dons e les autres choses alienées par ly ou en nom de ly du domayne du duché d’Aquitaine, e ne sa partiront les dites gens de nostre senhor le roy de France envoyés au dit duché du pays de là jusques à tant que les dites choses soient

Page 41 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

parfaites et acomplies pleinement e entierement quan à la delivrance des terres e au bail des tenures si comme dessus dit est e y aura gent pour le dit roy d’Angleterre par recevoir la delivrance des dites terres, c’est à savoir les dits comptes de Savvoye e de Nicele et le dit me syres Orthes qui laboreront leyalement en bona foy tant come en eus sera a ouster les dits empeschements e là où l’en leur fera rayson selonc la forme de cest present accort, il le prendront et recevront [-----ent][113] e sans delay et jurreront les dit evesque de Aucoyrre e duc de Bourgonhe e ly autres etc., en l’âme du roy de France nostre senhor par especial mandement e aussi en leurs propres âmes à ssantz evangiles qu’il toutes ces choses devant dites pleinement delivreront e parferont en ladit maneyre leyaument, en bona foy, e aussi les dits comptes de Savvoye e de Nicele et le dit me syres Othes ont juré en l’âme dudit roy d’Angleterre, et leurs qu’ils etc. Item, il est acordé que les dites choses premyearement acomplies quant à la delivrance des terres e le bayl des tenuras, si comme dessus est dit, les roys dessus dits s’en senleront personnellement [-------][114] à la feste de la Nativité nostre done en setembre pruchaine à venir pour afermer, confermer e jurer les choses desus dites e lors fera ly dits roys d’Angleterre à nostre senhor le roy de France homage lyge purament, simplement e sans condition comme duc d’Aquitaine e per de France pour le dit duché, e ne peut le dit roy d’Angleterre delayer ne delaisser à faire le dit homage en la maneyra dessus dites pour cas pour dit ne pour fayt ni pour [-------][115] avvenue soit ne qui à venir puisse, ne se pourra escuser que il ne venhe lors personnellement pour escusation ne pour empeschement quel qu’il soit si n’est pour empeschement de maladie de son propre corps leyalement en bonne foy ou pour empeschement de mer ou en autre empeschement ou en [-----][116] leyal si apparent est notoire que tut voyent qu’il n’ayoist fraude ne barat. E si le dit empeschement avenoit, qui jà ne venhe, messyres Eddward filh de celuy roy d’Angleterre y sera tenus à venir en propre personne ou plain et suffisant mandement e pooir de faire la dite fiance en nom dudit roy d’Angleterre, et de fayre et parfaire toutes les autres choses dessus dites au nom de celuy roy comme son procuraor à ce establi, suffisamment et n’yant moys le dit empeschement cessant, ledit roy d’Angleterre sera tenu à venir personnellement le plus toust qu’il porra benament pour faire e accomplitr toutes les choses dessus dites. Item il est acordé que tous prisonniers et ostages seront delivrés et quites e toutes maneyres de lettres, obligations descangement d’une part e d’autre e toutes autres lettres touchant la rendue dudit duché d’Aquitaine feyte dudit roy d’Angletere en la main dudit roy de France nostre senhor, soyent rendues, celles qui pourront estre trouvées, e les autres annulées d’une part e d’autre. Item, il est acordé que toutes terres et rentes prises ou detenues par eschaestin[117] de

Page 42 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

la guerre des dits roys par nostre senhour le roy de France ou par ssiens des hommes ou des saugetz dudit roy d’Angleterre soyt de glises ou d’autres personnes quelles quelles soient, soyent d’ores pleinement et entierement rendues et aussin les terres et les rentes prises occupées ou détenues par le dit roy d’Angleterre ou par les siens des hommes e sugiez nostre senhour le roy de France soyt de glises ou d’autres personnes quelles quelles soient, soyent d’ores playenement et entyerement rendues à ceux à qui elles etoient devant. Item yl est acordé que ceux dudit duchyé qui ont esté de la partie du roy de France nostre senhour en la guerra revenhent de so rendroyt en la benvollance e la grace du roy d’Angleterre e aussin eux de la dite duchyé qui ont esté de la partie du roy d’Angleterre en la dite guerra revenhent en la benvollance e à la grace du roy de France nostre senhour. Item, yl est acordé que ly de France nostre syres fera sien proufit de sa [---][118] que seroyt et des amendement que yl a fayt en la terra tant come il l’a tenue en sa main en bayllant au dit roy d’Anglaterra tenant de condition souffisante sauf ce que d’ores de mangounages ne de mandement d’edifices restour ne recompensation ne sa fera e pour ce ce que toutes manieres de discourtz soient apaysées e par nulle manyere de dissention ne demorge pour raison du temps passé, entre les dits roys accordé est que les paeys anciennes faytes e eues entre yceux roys e leurs ancesseurs soyent fermes e stables e les avons affermées e confermées ez noms des diits roys de ça et de là. Item, yl est acordé que ceux qui yront pour les dits roys de ça de là au duchié d’Aquitaine si come dessus est dit, auront poaer de parlunher e alunher par comun acord le dit terme de la Nativité nostre Dame si yl voyent que mastir soyt ou que le profit de la besonhe le requere à un autre terme lequel il voyeront que bon sera. Lesquelles choses et chacune d’icelles se comme elles sont dessus devisées e escriptes, nous accordons, volons e [--treons][119] e promettons leyaument à bona foy comme messages et procuraors dudit roy de France nostre senhour pour ly e en nom de ly e pour ses hoyrs e par ses successors al esguarder, tenir e accomplir fermement, leyaument, à tous jours sans venir en contre par quelque rayson ou causa ou tous à venir, e que nous les ferons ratifier, acreer e aproer par nostre dit senhour le roy de France e les jurer en son âme, e de ce donner ses lettres ouvertes contanantz toutes les choses dessus dites. E de toutes ces choses nous avons fayt e donné en nom dudit nostre senhour e en l’âme de ly serament corporel aus Sants Evangiles en la presence des dits messages e procuraors dudit roy d’Angleterre . En testamoynan. de laquelle chose, nos avons fayt metre en ces lettres nos propres seaux. Doné à Paris le vintesme jorn de may en l’an de grace mil trois centz e troys. (en parchemin non signé et sans aucun vestige de sceau, ecriture du temps (1303), long de 1 ½ pied, large de deux pieds 4 pouces. Commence à se pourrir, mais encore très lisible (cotté RRR)).

_________________________________

Page 43 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Echanges entre Roger-Bernard, comte de Périgord, et Jean de Galard, seigneur de Limeuil (1357)

In dossier E 796 aux AD 64.

[120]Universis … Rogerius Bernardi Dei gratia comes petragoricensis pro se etc., et Johannes de Galardo miles dominus de Limolio et de Bonello, pro se etc…, inter nos permutavimus et cambiavimus ad invicem … nos dictus come sper permutavimus dicto Joh. de Galardo … locum nostrum de Manoyra cum omnibus etc. [pro--][121] se extendit de rivo qui labitur de stagno heredum Petri de Roquetta versus rivum antiquum vocatum de Manoyra versus flumen Veserae, ex alia videlicet a parte de Limolio et de Miromonte cum omni jurisd. … Et nos dictus Johannes de Galardo dominus de Limolio permutavimus … census, redditus, acaptamenta, homagia, alberguagia ac terras, vineas, omnimodam jurisdictionem, etc. quae adquisivimus a domino Lamberto de Vallibus (milite) in loco et parrochia de Plazaco cum et pro loco de Manoyra praedicto … quibus sic actis in super , nos dictus Johannes de Galhardo dominus de Limolio tenere recognoscimus a dicto domino comite in feodum nobile et sub homagio nobili quod facimus et facere tenemur domino comiti et suis ratione rerum permutatarum una cum loco et aliis rebus loci et honorii de Limolio ratione quorum tenemur etiam facere homagium eidem domino comiti … Actum, concessum et datum Montinhaci in castro Montinhaci die sabbato ante festum Ascensionis Domini anno 1357., domino Johanne Dei gratia Francorum rege regnante, praesentibus ad hoc discreto viro magistro Petro Labatut consiliario dicti domini nostri regis, nobili viro domino Ebrardo la Rocha milite etc. Signé avec sigle, etc. en parchemin.

________________________________

Hommage fait par Alain d’Albret à l’évêque d’Angoulême pour ce qu’il tient en Périgord et Limousin. (1505)

In dossier E 663 aux AD 64.

[122]Hugo de Banza Dei et s. sed. ap. gr. episcopus engolismensis, … salutem. Noverint universis quod illustrissim. ac potentiss. princeps dominus Alanus dominus de Lebreto comes Drocarum, Gaurée, Penthebrié, petragoric., castrensis et de Armaniaco, vicecomes Tartasii et lemovic. ac dominus de Abesnis nobis hac die personaliter fecit fidem et homagium ligium modo et forma quibus praefatum homagium fuit factum praedecess. episcop. engolism., quod nobis facere tenetur ratione castrorum et terrarum et quorumcumque locorum tam in praefato vicecomitatu lemovic., in patria engolism. et petragoric. seu alibi et moventur a nobis ratione nostrae dignitatis episcopalis engolism., et pro omnibus quibuscumque aliis ubicumque sint, quae vicecomes  lemvicens. tenet seu tenere debet a nobis episcopo engolism., ad quod homagium  nos eum recepimus per pacis osculum in villa Blesis, de gracia speciali salvo jure nostro in aliis etc., proviso quod idem dominus dabit denombramentum et avoamentum infra tempus cconsuetudinis. Datum Blesis, sub parvo sigillo [-----][123] nostra camere die sabbatis duodecima mensis aprilis anno Domini millesimo quingentesim. quinto., praesentibus nobilibus viris Reginaldo de Sancto Emancio, senescallo des Lannes, domino Johanne de Medario milite, et Johanne de Sermet et Alexandro de Sancto Gelasio scutiferis et pluribus aliis. Signé, de mandato Domini, Capdenac, et scellé, en parchemin, cotté L4.

_______________________________

Lettres d’Edouard II, fils aîné du roi d’Angleterre Edouard Ier, par lesquelles il confirme les bonnes coutumes du Périgord accordées par son père en 1269 (1324)

In dossier E 612 aux AD 64.

[124]Edwardus, Dei gratia rex Angliae, dominus Hiberniae et dux Aquitaniae, omnibus ad quos praesentes litterae pervenerint, salutem. Litteram quamdam quam dudum fieri fecimus Archambaldo comiti petragoric. antequam suscepimus regimen regni nostri inspeximus in haec verba : Edwardus illustris regis Angliae primogenitus omnibus ad quos praesentes litterae pervenerint, salutem. Sciatis quod nos, per nos et heredes et successores nostros dominos Vasconiae, dilecti et fideli nostri Archambaldo comite petragoric. pro se et suis heredibus et successoribus

Page 44 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

praesenti et recipienti concedimus et harum nostrarum litterarum praesidio perpetuo confirmamus bonas, laudabiles et approbatas consuetudines in terris, feodis et retrofeodis suis quibus idem comes et praedecessores sui uti et gaudere consueverunt temporibus retroactis, promittentes quod nos vel interpositum contra non veniemus … per nos ipsum et suos et bona ejusdem a violentiis manifestis oppressionibus et navitatibus injuriosis de nobis et aliis ad jurisdictionem nostram spectantibus defendemus et boni sibi erimus domini sine cujus quam injuria et peccato. In cujus rei testimonium has litteras nostras fieri fecimus patentes. Datum London. XV die aprilis anno regni domini regis patris nostri quinquagesimo tertio. Quam quidem litteram et contenta in ea in omnibus volumus observari, in cujus rei testimonium has litteras nostras fieri fecimus patentes. Datum apud Condat prope Leyburn[125], octava die junii anno regni nostri decimo septimo. (en parchemin, scellé, reste seulement le cordon tressé à double queue, avec des fils de soye rouge, verte et jaune).

_______________________________

Transaction entre les habitants de Limoges et la vicomtesse de Limoges (1275)

(vidimus de 1331).

In dossier E 738 aux AD 64.

[126]Vidimus scellé de la transaction ou sentence arbitrale passée entre les bourgeois de Lymoges d’une part et Marguerite de Bourgogne et sa fille Marie epouse d’Artur de Bretagne vicomtesse de Lymoges. Ces arbitres sont : mgr Geraldus de Malomorte canonicus Lugdun. et mgr Helias de Malomonte frater ejus decanus Sancti Aredii, notum facimus quod cum consules et burgenses castri Lemovic. … super multis articulis in litteris excellentissimi domini regis Franciae contentis et quibusdam aliis sigillatis sigillis ipsorum et sigillis venerabilium virorum decani et officialis decani et capituli Lemovic., sede vacante, et domini Odonis de Fazello militis senescalli petragoricensis[127] pro domino rege Franciae et Jacobi de Ydois tenentis locum ipsius, ordinamus quod dicta Maria et dictus Arturus de Britania vire jus etc. … habeant exercitum et calvagatam in dicto castro Lemovic. et foris bariis … et in omnibus burgensibus et hominibus commorantibus in eisdem tanquam in hominibus suis aut alibi … Ita ut cum a dicta Maria vel ejus viro vel heredibus et successoribus dictae Mariae aut eorum certo mandato requisiti fuerint[128] ipsos sequi cum armis sicut alii burgenses vicecomitatus Lemov. in expensis burgens. et hominum praedict. … in lemovicens., petragoricens. et engolism. diocesis teneantur. (ils payeront la taille aux 4 cas generaux selon leurs facultés) … Item … quod illa pars quam habebant vel habere dicebant in moneta dictae Mariae vicecomitissae semel viri sui … et custodia dictae monetae et ejus quod in praedictis habebant vel habere dicebant, … ad ipsam pertineant pleno jure … ita ut nihil burgens. nichil possint petere in praedictis. Item, quod dicta Maria … dictam monetam cudi faciant ubi voluerint in terra sua … Item quod dictam monetam, et nullam aliam recipiant et ad ipsam … teneantur … monetam vero domini regis Franciae parisiensem turon., aut si aliam facere voluerit recipere poterunt et monetam dictae Mariae prout superius est expressum .... Item quod consuetudines et usagia quae dicta Maria etc. habent in castro et villa praedict. in pedagiis, ledis ac usagiis, leda panis et salis, deschargiis, candelag., gieta bladi, codorscubis lignorum et quibuscumque aliis cum omnibus emolumentis inde provenientibus nec non et foris et preciis carnium gallinarum et aliarum rerum venalium de quibus est consuetum ab ipsa Maria tanquam a domina dictorum castri et villae et viro suo pro certis preciis habendarum ac certis temporibus sibi competentibus ad venditionem feni sui seu aliarum rerum de quibus est consuetum quae tempora stagnum usualiter appellantur ac pastu et custodia leporariorum et aliorum canum suorum

Page 45 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

et aliis usagiis quibuscumque in quibuscumque rebus consistentibus plene et ex integro salva sint eis … ordinamus quod in dicto castro sint de cetero decem consules et non plures, quor. quinque a praefata Maria … et vicecom. qui pro tempore fuerit … creabuntur alii quinque oligantur ab hominibus et burdensibus et sic electi vicomiti … seu tenenti locum suum praesentabuntur et ab ipsis libere recipientur, ex causa rationabili et justa ipsi vel eorum aliqui recursari deberent etc. … quod domus que dicebatur ut dicitur consulatus ad eandem Mariam etc., pertinent etc. … [129]balistae vero e quarelli torni, scuta loricae alberiones perpuncta, galee, capelli ferrei et alia quaelibet armorum genera item machinae et equi lignei et aliae ingeniorum species et alia similia quae dicti burgenses et homines quando nostrae voluntati se supposuerunt in communi habebant, tradentur praeposito et consulibus antedictis per ipsos vocatis aliquibus probis hominibus de villa sub fideli custodia praepositi qui pro tempore fuerit reponenda ad deffensionem vicecomitis qui pro tempore fuerit et jurium et hominum suorum tam in in dictis castro et villa quam etiam extra si opus fuerit, per praepositum cum consilio consulum exponend. illam sane congregationem hominum seu collectionem quae dicebatur vulgariter hospitale et illam novam colligationem seu conspirationem quae Cruce signatorum dicitur[130], de novo in magna fraude et jam ex parte malicia adinventam et quaslibet alias colligationes aut conventiculas factas aut initas in castro et villa praedictis a viginti annis citra totaliter et in perpetuum annullamus et hujusmodi aut similes colligationes seu conventiculas per modum colligationum aut conspirationum fieri quoquo pietatis colore velentur in posterum prohibemus dicimus etiam … ad consueta pericula si Deo placuerit evitand. quod singulis annis in die martis post octabas Paschae burgenses et homines dictorum castri et villae et foris bannorum a decem et octo annis sup. vicecomiti qui pro tempore fuerit vel mandato suo jurare teneantur quod corpus ipsius vitam et honorem et jura et etiam tenentium locum suum in castro praedict. … custodient et deffend. et de omnibus juribus suis … fideliter respondebunt nec ipsa deturcabunt (ou decurcabunt) et quod eis guerram non facient etc. nec castrum aut villam in aliquo casu sibi vetabunt … nec munient contra eos … nec alium dominum de coeter. non advohabunt … ordinamus … quod praefata Margarita vicecomitissa lemovic. et dicta filia ejus et vir suus ejus nomine sumptus quos fecerunt et dampna quae habuerunt vel sustinuerunt in placito vel in garra propter rebellionem et guerram burgens. praedictorum remittant eis … praecipientes per ordin. nostram quod burgenses, infra octabas beati Johannis Baptistae domino regi Francorum supplent et procurent fideliter … quathinus hanc ordin. nostram approbet et confirmet et litteras suas super praemiss. dictae Mariae etc. in consimili forma concedat etc. Actum mense aprilis anno Domini M° CC° LXXV°, le roy l’approuve et ordonne ses lettres, ann. 1277, mense april., sur vidimus de la prevoté de Paris 1331, le dimanche 23 jours en fevrier, en parchemin scellé. [131]

________________________________

Hommages d’Alain d’Albret pour Nontron et Ans à l’évêque d’Angoulême (1514).

In dossier E 811 aux AD 64.

Acte en parchemin signé Aubin et scellé du sceau aux armes d’Estaings, par lequel noble homme Charles de la Romagere escuyer seigneur de Roussecil et de Filholie rend hommage au nom d’Alain d’Albret … vicomte de Limoges, comte de Perigorg etc.,

Page 46 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

à Benoit Genier licencié ez loys chanoine d’Angouleme, vicaire general en spiritualité et temporalité de reverend pere en Dieu monsgr messire Anthoine d’Estangs par la grace de Dieu eveque d’Angouleme et dudit reverend deputé pour recevoir les homages à luy deus à cause de la dignite episcopale, … lequel La Romagere audit nom fait un homage lige pour raison et à cause de la baronie et terre de Nontron et de la chatellenie, terre et seigneurie d’Ans etant en la vicomté de Lymoges et leurs appartenances et dependances et de toutes autres choses que le dit seigneur d’Albret a et tient et ses praedecess. ont acoutumé tenir ez dites baronie de Nontron et seigneurie d’Ans dudit reverend et ses praedecess., et s’est offert payer le devoir et bailler le denombrement tout ainsi que les praedecess. dudit seigneur d’Albret à cause que dessus ont acoutumé etc. Donné ez maisons episcopales d’Angouleme soubs le scel dudit reverend, le premier jour decembre, l’an mil cinq cens e quatorze. Par commendement, signé Aubin. Le sceau pendant est de cire rouge entre 2 papiers collés, à trois fleurs de lys … au chef … la crosse en dedans, et autour : S. A. DESTANGH EPISCOPI ENGOLISMEN.[132]

________________________________

A cet hommage est attaché un double en papier non signé, ecrit vers 1524, du denombrement, sic :

[133]Vicecomes lemovicensis tenet sub homagio ligio ab episcopo engolismen. Aento cum Exandonio et toto honore Aenti et castrum de Ans cum toto honore, exceptis burgis castri [d----][134] aux Chabroulx, et quidquid dominus de [---ha] [135] habet et tenet a nobis quidquid de Monte Berulpho habet a nobis in episcopatu engolismens., et in feudo Sancti Salfori et medietatem fortalitiae de Marollio cum tota villa et honore exepta [-----][136] castrorum de Borziaco cum toto honore et quidquid Iterius de Villa Bovem[137] habet a nobis in episcopatu petragoricens. et engolismens. diocesibus, et quidquid Americus de Marolio habet a nobis, et quidquid Helias de Villabovem habet a nobis in petrag. et engolism. dioces., et quidquid Arnaldus Ardunis habet a nobis et Sanctum Riberium et medietatem tam castri quam honoris de Bruzaco, et feodum domini Heliae de Burdelia[138] et la Crozala, et quidquid dominus de la Gontiere habet a nobis in feodo Sancti Sasfori et quidquid habemus in castro de Gressignaco a nobis et quidquid dominus de Turre Alba habet a nobis et quidquid dominus de Salanhaco petragoricensis diocesis habet a nobis in feodo Sancti Sasfori, in quo sunt viginti duae parrochiae et quidquid dominus de Chalanazio habet a nobis in episcopatu petragoricens. et engolismens. dioces. (rien davantage sans signature).

______________________________

Hommage du comte de Perigord à Louis IX / St Louis (1270( ?))

Document évoqué dans l’inventaire E 606 aux AD 64.

[139]Ludovicus, Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis …. et fidelis noster Archambaldus comes petragoric., significavit nobis quod inclitae recordationis + avus noster quasdam suis praedecessoribus litteras suas super homagia etc. (cette charte est en si mauvais etat qu’il n’est pas possible de la lire de suite, à cause des trous, de la pourriture etc. Il paroit qu’elle en refere une autre, et on lit vers le milieu : anno Domini M° CC quarto, mense maii. La derniere date est : Actum apud Aquas Mortuas, anno Domini millesimo ducentesimo sept. … Le repertoire met 1271, je doute que cet « primo » y soit. Cette piece est peut-etre la meme que supra. A verifier. Require supra.

______________________________

Vente par Alain d’Albret au chapitre de St Front de la moitié du pariage qui lui appartenait (1484)

Référence non connue aux AD 64.

[140]Alain d’Albret avoit vendu au chapitre de Saint Front de Perigueux, le … la moitié par indivis du pariage de St Front qui luy apartenoit, à perpetuité pour 1000#, pour soutenir la guerre contre le comte de Narbonne et payer les dettes de son fils Jean roy de Navarre, mais le 12 mars 1484, le chapitre de St Front, comosé alors de 12 chanoines, savoir : Guillermus Margoti, Johannes de

Page 47 / Ch. XVI Albret / Perigord & Lymousin

Monte Ardito, Petrus de Bressa, Johannes Roberti, Anthonius Verneroti, Helias de Landrico, Petrus Cluselli et Stephanus Grosseti, nomment pour leur procureur et syndic Bernard d’Abzac chanoine des deux églises, St Etienne et St Front (ibid. presentim) pour consentir avec Alain d’Albret un pacte de rachapt pour dix ans, ce qu’il fait, à Rouen, an 1485, 13 avril, praesentibus … nobilibus viris dominis Anthonio de Salignaco domino dicti loci de Salignaco et Arnaldo de Calvo Monte filio domini de Lozun, dictae senescalliae petragoricensis, testibus ad praemissa vocatis etc., signé Gardini, notaire de Perigueux [----][141] de Beaupoujet, avec son sigle. Cet acte est en forme, en parchemin. (Nota : il s’en est expedié depuis peu une copie en forme pour le secretaire du Tresor, etc. Cotté O 6).

________________________________

ARMOIRE D’ALBRET

Chapitre XVII

VAYRES - PUYNORMAND

Philippe Le Bel donne et transfère à Hélie, comte de Périgord, en échange de la vicomté de Lomagne et d’Auvillars, Puynormand, la bastide de Villefranche de Longchapt, la bastide de Beauregard, St Astier etc...1301 (vidimus de 1476).

In dossier E 842 aux AD 64.

[142]Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis tam praesentibus quam futuris quod cum nos dilecto et fideli nostro Helaie Talayrandi comiti petragoricensi dederimus, traderimus et asignaverimus in permutationem seu escambium pro vicecomitatu Leomaniae et Alto Vilari et aliis certis rebus nobis ab eodem comite in permutationem seu escambium hujusmodi assignatis et traditis, castrum Podii Normandi, bastidam de Lopchaco, villam dictam francam villam de Sancto Asterio cum honore Estissaco, bastidam Belli Regardi cum Claromonte, bastidam Lindiae, cum paxeriis, castrum de Granholio cum pertinentiis locorum ipsorum … Nos ejusdem comitis supplicationibus inclinati castra, villas et loca praedicta cum pertinent. eorumdem quorumquid. de senescallia Vasconiae esse solebant, in senescallia petragoricensi et ejus ressortum transferimus, et ea de dicta petragoricensi senescallia et ejus ressorto deinceps in perpetuum esse volumus et per senescallum et … alios justitiarios, officiales et ministros nostros, ipsius petragoricensis senescalliae justitiari a modo sub foris et legibus antiquitus consuetis eidem siquidem comiti ad precum suarum instantiam de gratia speciali concedimus quod homagium vel superioritatem praemissorum, nos vel successores nostri reges Francorum extra manum regiam ponere non possimus nec a corona Franciae separare. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum apud Sanctum Germanum in Laya, anno Domini millesimo ducentesimo primo, mense novembris sic signatum super repletum dictae litterae, facta et ordinata, de mandato domini archiepiscopi Brug. ad testimonium domini P. de Pradinis et G. Balene, et sigillat. in cera viridi comitis petrag. Actum Burdegalae in parlamento XXa die febr., anno M° CCCC° septuagesimo sexto (1476). Signé de Marcillac, avec paraphe.

_________________________________

Edouard roi d’Angleterre : service militaire promis, associations d’armes, etc. Concerne Vayres, Puynormand et le sire d'Albret (1358) (en occitan).

Référence non connue aux AD 64 .

(vraisemblablement E 202 ou E 842)

(texte à réviser)

[143]Conoguda causa sia que lo dimenga après la festa de Sen Nicolau destin, so es asaber lo tretzen jorn de may en l’an de nostre senhor mil ccc cinquante e huyct et regnand Edward rey d’Angl. et duc de Guyana, Amaneu archibesque de Bordeu, en la presensa de mi etc. lo noble et podeior baron et senhor mossen Guillem Sautz cavoy senhor de Pomeys estant en la cappera Sent Gregori dues Carmes apparada de Lala, disso que vertat

Page 48 / Ch. XVII Albret / Vayres & Puynormand

era que li noble et excellent senhor mossen Bern. Edz senhor de Lebrit s’ave feyt sa en arreyre frans bens et grans plasirs per los quaus sera tengut totz temps servir e aiudar per que lo deyt senhor mossen Guilhem Sautz jurat sobre l’autar e sobre lo messau et sobre la Crot que ed sera ab lo deyt senhor de Lebrit e ab son premer filh heriter de l’ostau de Lebrit tant cum lo deyt senhor mossen Guilhem Sautz [vi--ra][144] et l’ajudera de guerra en contre totz los homes deu mon[145] exceptat contra lo rey d’Anglaterra deu quau segrament e causas dessus dictas lo deyt senhor mossen Bern. Edz requero a mi notari deus escripti que l’enssessi carta o cartas tantas cum mesters s’en seren las quaus jo las autreyey affar de mon officy en testimonatge de las quaus causas e major fermetat d’aqueras lo medis senhor de Pomers meto[146] et pauset son propri saget en pendent, … Acta fuerunt haec in dicta capella die, anno, etc. quibus supra. Testes sunt le noble home mossen comendayre de Roquabruna, de l’ordre de Jerhlm, mestre Raynaud deus Clans bachaler en decretz, mossen Menaud de Gnaus prestre et rector de las Clotas, fray Pey Guiot deu combent deus frayres Menuts de Bordeu e Pey de Poyana donzet, e io Ayquem deu Poyau cleric. notari public deu duguat de Guiayna, qui cesta carta audi, recebuy, escribuy e mon senhau acostumat y ppausey. Avec sigle, en parchemin, scellé, cotté C 2.

_______________________________

Édouard III confirme (en 1372) la donation faite en 1366 par son fils à Bérard d'Albret, seigneur de Rions et de Vayres, des seigneuries de Puynormand et de Cubzac

In dossier E 203 & E 202 aux AD 64 (à vérifier).

[147]Lettres patentes de Edward roy de France et d’Angleterre portant confirmation d’autre lettre d’Edward son fils prince de Galles, duc d’Aquitaine, par lesquelles il donne à : Berard d’Albret sgr de Rions ses chateaux de Puynormand et de Cubzac, la bastide de Villafranqua avec les parroisses de Marquans, de Prinhac, de Cazels, de St Laurens d’Arles, de l’Hospital de Magrinhe, de St Gelvare[148], de St andré de Cubjac … en boursez - lesquelles furent de l’honneur de Bourg-sur-Mer, se reservant la superiorité. Les lettres du roy sont du 17 fevrier 1372, celles de son fils du 6 sept. 1369. Celuy-ci les date : donné à notre ville de Xaintes.

Ces terres avoient deja été donnée à Berard d’Albret, puis la donation revoquée, parce que, à la suggestion d’aucuns gens qui se disoient avoir privileges qu’ils ne pourroient etre transportés hors de la couronne d’Angleterre en aucune maniere, parce que les dites choses etoient annexées à la dite couronne. Le prince de Galle declare qu’il a restitué ces dites terres à Berard fils de Berard à la requete dudit Berard qui precede, etc. Scellé du grand sceau d’Angleterre en cire verte etc. En parchemin, cotté J 2.

__________________________________

Puynormand, Montpon, Gensac, Villefranche donnés à René de Rohan pour dot de sa femme Isabeau de Navarre (1534)

In dossier E 842 aux AD 64 (voir aussi B 1875).

[149]Par contrat de mariage passé entre : très haut etc. René vicomte de Rohan prince de Leon et tres haute etc., dame madame Isabeau de Navarre, entre autres choses ont été cedées, transportées et delaissées au dit vicomte par très haut etc. … le roy de Navarre frere de ladite dame Ysabeau de Navarre les terres et seigneuries de Montpaon, Puynormand, Villefranche et Gensac, assises ou comté de Perigord, pour quatre mille livres tournois de rente annuelle, rachetables les dites terres jusques à quinze ans, en rendant à une ou plusieurs fois la somme de quatre vingt mille livres tournois, en deduisant dudit revenu au prorata de la somme qui sera baillée pour rachapt, pourveu que à chacune des dites fois

Page 49 / Ch. XVII Albret / Vayres & Puynormand

de rachapt, soit payé 20.000 # livres tourn. du moins, et neanmoins pour ledit contrat est tenu ledit sgr roy de Navarre dedans un an après la confirmation dudit mariage rachepter d’icelle somme de quatre mil livres tourn. de rente ou revenu par chacunes, la somme de sept cent livres tourn. en rendant la somme de 15.000 # t., à ung seul payement, et là où il n’auroit ce fait dedans le dit temps, par celle somme de 700 # t. sur les quatre mil autres tourn. de rente annuelle, seront et demeureront perpetuelles et non racheptables … ledit cotrat de mariage retenu le 16 août 1534 par Cumal notaire de Moret, mais le roy de Navarre, en consequence de ces articles et ayant fait signifié audit vicomte qu’il entendoit lui delivrer 20.000 # tourn., et rabattre sur les dites 4.000 #, qui seroit mille livres tourn. de rente, le vicomte de Rohan donne ici procuration pour recevoir cette somme de 20.000 #, cette procuration est du dernier juin 1535, en parchemin signé, scellé, et signé Contesse notaire, etc. cotté.

________________________________

Par lettres patentes, Puynormand est accordé pour services rendus à Bérard d’Albret par Edouard roi d’Angleterre (15ème année de son règne - 1342).

(sans doute in dossier E 203 & E 202 aux AD 64 – à vérifier).

[150]Lettres patentes d’Edward roy d’Angleterre, par lesquelles il donne à perpetuité à Berard d’Albret à cause des services à luy rendus etc., le château de Puynormand qu’il luy avoit déjà donné à vie seulement, datum apud Andewerp., 13 mai, anni regni nostri XIII. Ceci sur un vidimus ou transcript fait par ce meme roy … sic : constat nobis per inspectionem transcripti irrotulamenti[151] quarumdam litterarum quasdam in partibus eramus transmarinis fieri fecimus etc., in cujus rei testimon., … test. me ipso apud Westmonas., vicesimo sexto die januar., anno regni nostri Angl. XV, regni vero nostri Ffranc. secundo. En parchemin scellé du grand sceau d’Angleterre en cire verte en cordon de soye tressé à double queue en soye rouge et jaune.

__________________________________

Les nobles et habitants de Puynormand se disent réunis irrévocablement à la couronne d’Angleterre (au temps de Bérard d’Albret) (1342 ?)

(sans doute in dossier E 203, E 202 ou E 842 aux AD 64 – à vérifier).

 

[152]Ces donations ne plurent pas sans doute aux habitans de Puynormand, Bourg, etc., puisqu’on trouve sous la cotte Z3, un playdoyé en parchemin long de 5 pieds 2 pouces par lesquels ils se pretendent reunis à la couronne d’Angleterre. Ce playdoyé est fait : afin que vous mess. le chancellier et mes autres dits seigneurs du conseil de monsgr le prince d’Aquitaine soit dit par votre jugement pour le procureur des nobles et habitans de la chatellenye et terre de Puynormand, du lieu de Cusac, etc.

Premierement, dient les dits procureur de Puynormand que lieu et chastel et chatellenie de Puynorm., avec toutes leurs apartenances et appendances sont et ont été de tel temps qui n’est memoire du contraire du droit, domaine et ancien patrimoine de la duchié de Guienne par avant et par apres que la dite duchié a esté en la main du roy d’Angleterre, et ce est chose notoire à tous nos dits seigneurs et aussi ne l’a mie nié ledit messire d’Albret.

Item que le dit lieu … chatell. et apartenances sont et ont esté si noblement ou domaine et du domaine qu’ils sont et ont esté annexés pour les roy d’Angleterre à la couronne et domaine du roy d’Angleterre et dudit duchié de Guienne inseparablement ainsi et par telle maniere que par quelque

Page 50 / Ch. XVII Albret / Puynormand

titre que ce soit, les dites terre et chatellenie ne peuvent estre mis par les roys d’Angleterre en autre main que en la main du roy d’Angleterre duc de Guienne…

Item que le dit Berard, ne aulcuns, hors près le roy d’Angleterre et son fils aisné comme est nostre dit seigneur le prince, n’est privable d’avoir et tenir en sa main le lieu de Puynormand.

Les maire et commun de Bourg, après avoir allegué les mêmes choses, ajoutent :

Item le dit chastel, ville et toute la chatellenie de Bourg sont et ont esté de tout temps … du droit, domaine de la duchié de Guienne et des roys qui ont été ducs de Guienne. …

Item, et ce est la clef de tout le pays de Gascogne et, par especial, de la riviere de Garonne et autrefois par le dit lieu de Bourg, fut recoubré Bordeux et l’autre pays de Gascogne, et par ce est et a esté necessaire et profitable que le dit lieu avec la dite chatellenie, ses apartenances et tous ses hommes soit et demeure entierement au domaine et en la main du roy d’Angleterre … et de ce en fut fait lettres en lacs de soye et cire vert, à mondit sgr le prince … et la dite annexion à la couronne d’Angleterre fut faite pour le [transcendant][153] profit du roy et seureté dudit pays et en faveur des dits maire et commun de Bourg, et pour leurs bons et agreables services par eux faits aux roy d’Angleterre.

Item, que le roy d’Angleterre et plusieurs ses predecsseurs et nostre dit seigneur le prince ont promis et juré aux dits de Bourg de garder leurs droits, privileges et franchises et par ainsi ne peuvent par quelque cause que ce soitt etre mis hors de la main du roy d’Angleterre, de nostre seigneur le prince les dits chastel et château … (le reste desformable etc.), et à la fin on lit : collation est faite par moy J. London, et s’accordent, mais est malement escript et non lisible. Cette ecriture de ce playdoyé est du temps de la concession du prince de Galles en faveur de Berard etc. ainsi les anciennes ecritures, etc., etc.

________________________________

Echange entre le roi Philippe le Bel et Hélie VII comte de Périgord, concernant Puynormand, St Astier, les bastides de Beauregard, Villefranche-de-Longchat, etc… (Audouin, évêque de Périgeux) (1311).

In dossier E 842 aux AD 64.

[154]In nomine Domini nostri, Jhu Xpi, noverint universi et singuli quod anno Domini M° CCC° undecimo regnante excellentissimo domino Philipp. Franc. regi, et domino Audoyno Petrag. episcopo, me notar. infrascriptum una cum testibus etc. vidisse, etc. litteras etc., cujus tenor, etc. : Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis nos vidisse litteras in hac forma : Universis, … Johannes de Hospitali domini nostri regis Francorum clericus, et Petrus de Villa Bloava[155] miles ejusdem domini regis senescal. pictaviens. commissarii in negotio infrascripto, salutem. Notum facimus nos litteras dicti domini regis patentes recepisse formam qui sequitur continentes : Philippus Dei gratia Francorum rex dilecto et familiari nostro magistro Johanni de Hospitali clerico nostro ac senescall. pictav., salutem., et dilect., committimus et mandamus vobis quathinus inquestam de mandato nostro factam super valore terrae dilecto et fideli nostro Heliae comiti petragor. per permutationem inter nos et ipsum comitem factam et habitam et habitam assignatae in locis pluribus quam per pacem inter nos et karissimum consanguineum et fidelem nostrum et regem Angliae et ducem Aquitaniae initam habuimus restituere recipientur a senescal. petrag. qui eandem habet enquestam,

Page 51 / Ch. XVII Albret / Puynormand

(enquestam), sui senescallo dictam enquestam vobis mittat. damus nostris aliis litteris in mandatis, de valore ipsius terrae assignatae dicto comiti ac regi Angliae ut praedicitur restituae de novo diligentius inquirentes de locis in quibus cum nostro minori in commodo ad utilitatem dicti comitis usque ad valorem terrae praedictae restat assidendum assidere valeat dicto comiti vos cum quibus diligentia et celeritate poteritis, informetis et dictum residuum eo modo quo praedicitur, competentes in petragoricens., caturcens., tholosan. et xantonens. senescalliis in redditibus, terris, justitiis altis et bassis, etc., feudis competentibus assigere et assignare curetis … Actum Parisius, die jovis post translationem beati Martini, anno Domini M° CCC° quinto. Quarum auctoritate nos praedict. commissarii ad loca, terrae praedictae, videlicet apud Podium Normanum, bastidam Villae Franchae de Lopchaco, Sanctum Asterium, Granholium, Estissacum, Bellum Regardum, Clarum Montem, Lindiam et Longum Vadum personaliter accedentes, facta per nos inquesta de valore dictae terrae, etc. Suivent les evaluations : bastidae de Calciata, bastidae de Moleriis, de Monte Assata, de Villa Francesia baiulia de Sancta Liberata, caturc. dioc. cum pedagio ipsius in flumine Tarni, item villam de Verlhaco prope Sanctum Leufarium dictae diocesis, ces evaluations ont dejà été extraites d’une autre charte supra, itaque hic salis sit.

_______________________________

ARMOIRE D’ALBRET

Chapitre XVII

MONTIGNAC & BERGERAC

_______________________________

Sentence d’un commissaire royal en faveur de Mathe d’Albret. Cette sentence mentionne que "les habitants de Bergerac empêchent qu'on ne donne la sépulture ecclésiastique à leur seigneur Regnault de Pons (1335).

[156]Ply en parchemin, long de 10 ¼ pieds, contenant une sentence donnée par un commissaire royal (Bernardus Gervasi clericus, judex major senescall. petragor.) en faveur de Mathe d’Albret dame de Bergerac etc., contre le procueur du roy, en reparation des attentats faits par le seneschal de Perigord et de Quercy, Petrum de Mirmanda militem, en prejudice les appellations de la dite Mathe interjetées, actum Caturcii die veneris ante festum beatae Quiteriae virginis, anno 1335. La plupart de ces reproches roulent sur la saisie faite par le seneschal de la chatellenye de Bergerac, item dicit et si necesse sit probare intendit idem regius procurator quod deffuncto nobili domino Reginaldo de Ponte milite, domino quondam Brageraci, (viro dictae Mathae) cum ad vestram (senescall.) notitiam, pervenisset quod corpus dicti nobilis nondum erat ecclesiasticae sepulturae traditum[157], et quod gentes villae Brageriaci non permittebant gentes ingredi apud Brageriacum nec corpus praedictum sepeliri in ecclesia Fratrum Minorum de Bragayraco, ubi pro ut dicebatur suam elegiat sepulturam, vos iter vestrum [acr-----stis][158] versus Bragayracum ad removendum dictum impedimentum, et faciendum dictum corpus ut decebat honorifice sepeliri, et cum venissetis usque ad Montem Leyderium magister Geraldus Lavaleta sigillifer vester qui ex certis causis apud Bragayrac. everat, redians recto ilire, dixit vobis quos non oportebat alterius accedere … quod corpus dicti quondam domini Bragayr. jam erat sepultum, ob quod vos … apud Montem Domae [redi----is][159]. Scellé d’un sceau en cire rouge, renfermé dans une boite de buis.

________________________________

Plainte de Mathe d’Albret, dame de Montignac et de Moncuc, concernant les spoliations faites par son mari Regnaud de Pons à son encontre (1334)

(peut-être E 29 – voir aussi E 775 aux AD 64)

[160]Philippe, par la grace, etc. aux seneschaux de Pierregord, de Quercin et d’Agenois etc. salut. Notre amée et feal Mathe de Lebret femme de feu Regnault de Pons jadis chevalier sgr de Bragerac nous a supplié humblement que comme pour ce que son dit mari abusoit de sa substance et de ses biens elle l’eut trait en cause au temps qu’il visoit par devant vous seneschal de Pieregord sur la restitution de certaine quantité d’argent donné à son dit sgr en mariage en douere et en acroissement dudit douere en harnoys, en

Page 52 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

joyaux que il autoit heu de la dite dame et avecques ce pour certaine quantité d’argent donnée à elle par son dit mary pour cause de noces, lesquelles choses la dite dame demandoit à son dit sgr et finalement elle eut obtenue sentence definitive pour soy, et contre son dit seigneur sur les choses dessus dites, par laquelle sentence le dit sire de Bragerac fut condamné à lui restablir quatre vingt mille livres tournois, tant pour le principal que pour les despens, frais en la poursuite de la dite cause, si comme elle mantient, par laquelle sentence ou partie d’icelle, comme le dit [maxi----][161] biens meubles ce quoy il put payer ladite somme et transporter en lui et li bailla et delivra en payement et solution apparente les chateaux de Montignac et de Montcuc avec les apartenances et s’en desaisit en son vivant et ladite dame en joy et au temps du decès de son dit mary et après la dite dame en continuant sa possession le tint, et les tient realment et corporellement et les possede et exploite si comme elle dit, et comme les dits chateaux et lieux doivent etre tenus de nous en foy et en homage, et elle soit femme venue de faible condition, et grief lui seroit de venir par devers nous pour nous faire foy et homage, des dits châteaux nous li voulissions pour veoir de remede convenable … nous vous mandons que vous receviez d’icelle serment de feauté pour les dites choses, et ne la molesté sur ce par defaute de homage mais l’en laissiez jouir … Donné au Montel les Ponz Saynte Maissance, le XVII juillet M° CCC° trente quatre (ce Regnaut de Pons ne laisse pas d’enfans de sa femme Mathe).

______________________________

Philippus rex … datum Aurelian., 20 august. anno1334 (dans un rouleau de parchemin cotté B, long de 45 pieds en XXI peaux, contenant une procedure relative à la precedente).

________________________________

 

[162]Protestation du mercredy avant Ste Catherine 1325, regnant Charles, etc. du procureur de Mathe d’Albret, contre l’assignation de rentes que les commissaires donnés par Regnault de Pons sgr de Pons et de Bergerac alloient faire au comte de Perigord, le procureur de Mathe d’Albret proteste au nom de la dite dame, quod castrum et castellania de Montinhaco erant obligata et ypotechata expresse dictae dominae suae pro dote sua, per dictum dominum Pontis et Brageraci, ce qu’il s’opposoit à la dite assignation. En parchemin avec sigle. Cotté C.

_____________________________

Coutumes de la ville de Montignac près Vauclaire (1281)

In dossier E 774 aux AD 64.

Note préliminaire (C. R.) : La transcription de Lespine (BnF, Fonds Périgord, tome 78, f°s 75v°-77v° est bien plus complète.

Dans sa transcription, Leydet fait référence à deux reprises à des articles identiques contenus dans la charte des coutumes de Bénévent. La charte des libertés de Montagnac (1281), accordée par le même Archambaud, a été calquée de toute évidence sur celle de Bénévent (1270), dans un contexte géostratégique identique, celui de la vallée de l’Isle.

Le manuscrit original se trouve à Pau, aux AD64, sous la cote E 774.

[163]Arcambaudus, comes Petragoricensis, universis presentes litteras inspecturis, salutem in Domino. Noverint universi et singuli quod nos, habitatoribus villae nostrae Montaniaci[164] Petragoricensis diocesis, concedimus libertates et consuetudines infra scriptas, videlicet :

Quod per nos, vel per successores nostros, non fiat in dicta villa questa vel tallia vel albergata, nec recipiemus ibi mutuum nisi gratis nobis mutuare voluerint habitantes.

Item, quod habitores dictae villae et in posterum habitaturi possint vendere, alienare, vel dare omnia bona sua, mobilia vel immobilia, cui voluerint salvo de immobilibus jure dominorum quorum res in feodum tenebuntur.

Item, quod habitatores dictae villae possint filias suas libere ubi voluerint maritare et filios suos ad ad ecclesiasticum ordinem facere promoveri.

Item, quod nos vel balivus seu praepositus noster non capiemus vel capi faciemus aliquem habitatorem dictae villae vel vim inferemus vel saziemus bona sua, dum tamen voluntas faciat stare juri, nisi pro murtro vel pro morte hominis vel plaga mortifera, vel alio crimine corpus suum vel bona sua

Page 53 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

nobis debeant esse incursa.

Item, quod ad questionem seu clamorem alicujus non mandabit vel citabit senescallus vel balivus aut praepositus noster nisi pro facto nostro proprio, aliquem habitantem in dicta villa, extra honorem dictae villae, super iis quae facta fuerint in dicta villa et in pertinentiis et honore dictae villae vel super possessionibus dictae villae vel honore ejusdem.

Item, siquis habitans in eadem villa moriatur sine testamento, nec habeat liberos nec appareant alii heredes, qui sibi debeant succedere, ballivus seu praepositus noster et consules dictae villae bona defuncti descripta tamen, commendabunt duobus probis hominibus dictae villae ad custodiendum fideliter per unum annum et diem. Et si infra eundem terminum appareat heredes qui debent succedere, omnia bona praedicta debent integraliter sibi reddi, alioquin bona mobilia nobis tradentur et immobilia quae a nobis in feudum tenebantur ad faciendam nostram omnimodam voluntatem, et alia immobilia quae ab aliis dominis in feudum tenebuntur ipsis dominis tradentur, ad faciendam voluntatem suam, solutis tamen primo debitis dicti deffuncti, secundum usus et consuetudinem Petragoricensis diocesis, si clara sunt debita, non expectato fine anni.

Item, testamenta facta ab habitatoribus dictae villae in praesentia testium fide dignorum valeant licet non sint facta secundum solemnitatem legum, dum tamen liberi non fraudentur sua legitima positione, convocato ad hoc cappellano loci, vel alia ecclesiastica persona, si commode possit convocari.

Item, quod nullus habitans in dicta villa de quocumque crimine appellatus vel accusatus, nisi velit, teneatur se purgare vel defendere duello[165] nec cogatur ad duellum faciendum. Et si refutaverit, non habeatur propter hoc pro convicto, sed appellans probet, si velit, probet[166] jus quod objicit per testes vel per alias probationes juxta formam juris.

Item, quod habitantes in dicta villa possint vendere[167], percipere et emere ad censum vel in dono a quacumque persona volente vendere vel in feudare aut res suas immobiles dare, salvo de immobilibus jure dominorum quorum res in feudo tenebuntur et excepto feudo francali[168] militari quod emere vel recipere non possunt, nisi de nostra, vel successorum nostrorum processerit voluntate.

Item, de qualibet pleydura de quatuor bracis lata in amplitudine et .ix. in longitudine habebimus decem et octo denarios ubliarum, et secundum majus habebimus majus, et secundum minus habebimus minus, in festo Paschae, vel in crastinum, et totidem de acaptamento in mutatione dominii, et si vendatur habebimus ab emptore vendas scilicet duodecimam partem praecii quo vendatur. Et nisi ubliae nobis solutae fuerint praedicto termino, quinque solidi nobis solventur pro gatgio et ubliae supradictae.

Item, habitantes in dicta villa passent per pontem[169] transversanum fluvii Yliae[170], si forte

Page 54 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

habitatores dictae villae nollent ibi tenere pontem, passent juxta modum et pretium portus passagii transversam villae Sanctae Fidis.

Item, senescallus noster et ballivius seu praepositus noster dictae villae tenentur jurare on principio senescalliae, balliae seu praepositatus coram probis hominibus dictae villae quod in officio suo fideliter se habebunt et jus cuilibet reddent pro possibilitate sua et approbatas consuetudines dictae villae, et statuta rationabilia observent.

Item, consules dictae villae mutentur quolibet anno in festo Assumptionis Beatae Mariae Virginis, et nos vel ballivius aut praepositus dictae villae debemus ponere et eligere ipsa die consules catholicos sex de habitantibus in dicta villa quos magis bona fide communi pro ficuo dictae villae et nostro, viderimus et cognoverimus expedire. Qui consules jurabunt ballivo nostro sive praeposito et populo dictae villae quod ipsi bene et fideliter servabunt nos et jura nostra ac populum dictae villae fideliter gubernabunt et pro posse suo tenebunt fideliter consulatum, et quod non recipient ab aliqua persona aliquid servitium propter officium consulatus. Quibus consulibus communitas jurabit sibi dare consilium, et adjutorium et obedire, salvo tamen in omnibus jure nostro, dominio et honore. Et dicti consules habeant potestatem reparandi quarrerias, vias publicas, fontes et pontes, et colligendi per solidum et per libram cum consilio viginti et quatuor habitantium in dicta villa electorum a populo, missiones et expensas ab habitatoribus dictae villae, quae propter reparationem praedictorum fient, vel quae fient propter alia negotia necessaria, et redundantia in communem utilitatem dictae villae. Et qui sordities in quarreriis ejecerit, a ballivo nostro vel praeposito et consulibus puniatur secundum quod eis visum fuerit expedire. Et quicumque laycus in dicta villa vel pertinentiis ejusdem habuerit possessiones vel redditus ratione illarum rerum ipse et sui successores, missionibus et collectis quae fient a consulibus propter utilitatem dictae villae, ut dictum est et facient, et donent prout alii habitatores dictae villae per solidum et per libram et nisi hoc facere vellent ballivus vel praepositus noster pignoret eos ad instanciam consulum. Clerici vero et aliae privilegiatae personae ad hoc idem similiter tenebuntur de possessionibus suis omnibus quae habent et habebunt infra metas vel infra los decs villae superius nominatae.

Item, res commestibilis de foris apportata ad vendendum de infra dimidiam leucam ad vendendum non vendatur nisi prius ad mercadillum vel ad plateam dictae villae fuerit apportata, et si quis contra fecerit, emptor et venditor quilibet nobis in duobus solidis et dimidio pro justitia puniatur, nisi dictam consuetudinem probabiliter ignoraret.

Item,si quicumque alium percusserit cum pugno, vel palma vel pede, irato animo, sanguine non interveniente, si clamor factus fuerit, in quinque solidis nobis pro justicia puniatur, et emendet etc (le reste de ce qui regarde la punition des crimes est comme dans les coutumes de Bénévent supra chap. XVI, cotté C [171]).

Item, mercatum dictae villae debet fieri in diebus martis, et nundinae sint in dicta villa quater in anno videlicet in vigilia Apostol. Symonis, et Judae et in festo, et in crastinum, et in vigilia Beatae Katerinae

Page 55 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

virginis, et in festo et in crastinum cum sequenti festo Sanctae Crucis, et in vigilia Sancti Stephani mensis augusti et in festo et in crastinum. Vendae et pedagia persovantur secundum bonos usus Montaniaci et secundum bonas consuetudines castellaniae Monte Pavonis (après quelques autres règlements pour les boucheries, ce comme pour Bénevent).

Item non claudentur vel amoventur ostia domorum habitatorum dictae villae[172], nec fiet in eis aliquod bannum, nec ibidem pignorabantur armaturae vel vel culcitrae et alii panni in lectis suis necessarii, nec calderiae sive payrolli vel anderii aut patellae nec etiam panni ad induendum vel vestiendum necessarii[173], vel porci aut sues de [ranco][174] aut bacones non integri seu etiam entamnati nec vinum vasis aut dolii entamnati.

Item instrumenta facta per notarios villae illam vim optineant quam publica optinent instrumenta, dum tamen facta non sint contra libertates et consuetudines in praesenti carta scriptas, quae tunc nullam optinerent roboris firmitatem.

Item habitatores dictae villae non dabunt vel persolvent pasquerium de septem porcis vel suibus, et habitatores et jurati villae Montaniaci debent nos sequi en ost contra nostrum deseret vel exheredationem nostram ad consilium consulum dictae villae, et nos habebimus in dicta villa praeconem vel cridam nostram tanquam dominus, et habitatores dictae villae antiquum in mutatione domini faciant nobis vel successoribus nostris juramentum. Nos et successores nostri debemus eis primo jurare quod libertates, usus et consuetudines ipsorum servabimus, custodiemus et tenebimus tanquam bonus dominus, nec eis super haec aliquid infringemus et quoties opus fuerit vel ab ipsis ou fuerimus requisiti nos et successores nostri praesentem cartam vel consimilem eis sigillo nostro sigillari faciemus ; unde nos praedictas libertates et consuetudines et omnia praemissa et singula quantum de jure possumus approbantes habitatoribus dictae villae pro nobis et successoribus nostris super Sancta Dei Evangelia juravimus praedicta omnia et singula firmiter attendere et tenere et nos non contravenire modo aliquo in futurum et in perpetuum testimonium praedictorum sigillum nostrum praesentibus duximus apponendi una cum sigillo venerabilis patris in Xpo, R. Dei gratia Petragoricencis episcop.[175] Nos vero, praedictus R. Dei gratia Petragoricencis episcopus, ad praeces et instantiam Arcambaudi nobilis comitis Petrag. et ad praeces habitantium in dicta villa Montaniaci, sigillum nostrum praesentibus apponi fecimus, in testimonium praemissorum. Actum et datum apud Montaniacum, mense febroarii, anno Domini millesimo ducentesimo octuagesimo primo.

Ex autographo in pergamen. Unde pendebant duo sigilla in cordulis sericis que sola ad huc remanent. Scriptura species et aspectus, aetatis manuscripti veritatem confirmant.

__________________________

Charte d’Alphonse, comte de Poitiers et de Toulouse qui donne au sire de Pons le fief de Constantin Crassi. (1242)

Charte citée dans l’inventaire E 601 aux AD 64.

[176]Alfonsus filius regis Francorum, comes pictavensis universis praesentes litteras inspecturis notum facimus nos dilecto et fideli nostro Renaudo de Ponte et heredibus suis dedisse feodum Constantini Crassi quod idem

Page 56 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

Constantinus a nobis tenere debebat super quod feudo dictus Renaudus fecit nobis homagium ligium, contra omnes homines et feminas qui possunt vivere et mori. Idem vero Renaudus nobis et heredibus nostris tenetur per juramentum suum corporaliter praestitum castrum suum de Ponte et totam villam ad magnam et ad parvam forciam tradere vel nostro certo mandato quoties super hoc a nobis fuerit requisitus. Nos vero concessimus praedicto Renaudo quod ipse et heredes sui villam de Ponte et totam etiam terram suam in ea libertate teneant in qua eam hactenus tenuerunt[177]. Quod ut firmum sit et stabile praesentibus litteris sigillum nostrum fecimus apponi. Actum in castris juxta Macillac, anno Domini M° CC° quadragesimo secundo, mense augusti. (C’est l’année de la bataille de Taillebourg en Saintonge). Ex autographo in pergam. Unde pendet in duplici cauda quadam lemniscens ex pergam. Sed. sigill. confract. periit. Caracteres graciles, cum caudis longioribus sed satis nitidis et lectu facilibus.

________________________________

Donation par Regnaud de Pons en faveur de Mathe d’Albret son épouse des châteaux de Montignac et de Montcuc (1334).

In dossier E 129 aux AD 64 (à vérifier).

[178]Noverint, etc. quod cum nobilis … dominus Reginaldus de Ponte, Brageraci dominus voluisset et concessisset ac etiam mandasset sigillum suum pendentem apponi in duobus publicis instrumentis receptis per me notarium infrascript. etc. super donatione in solutionem factae dominae Mathae de Lebreto consorti suae pro sexaginta milibus libris turon. parvor. de castris suis de Monte Cuquo, de Montiniaco et de Poioliis et de tota terra quam habet in senescallia Carcassonae et super assignatione pro viginti millibus libr. turon. facta de villa et castro de Bergeraco cum omnibus bonis et juribus et pertinent. suis in quibus summis ex certis causis sibi tenebatur … Tendem dictis instrument. in formam publicam redactis 19 junii 1334, regnante Philippo etc., apud Montem Cuqum interrogatus dictus dominus de Bragerac. per dominum Reginaldum de Ponte dominum de Ribeyraco si dicta instrumenta suo faceret muniri sigillo, respondit idem dominus Brager. quod ea sigillo suo per manus Syoraci senescalli et domicelli sui faceret sigillari, cui suum sigillum statim … tradidit etc. et dictus de Syoraco sigillavit.

________________________________

Don fait par Marguerite, dame de Bergerac et de Gensac, mère d’Hélie Rudel, en faveur du seigneur de Penda, des rentes et revenus des châteaux de Gensac, Castelmoron, etc.  (1291) (vidimus de 1409).

Référence non connue aux AD 64.

[179]Nobilis vir dominus de Penda miles, ayant reçu en don, de feu noble dame Marguerite dame de Bergerac et de Gensac mere de Helies Rudel, miles, lequel Rudel fut pere de Regnault de Pons sgr de Bergerac, c’est à savoir : fructus redditus justitiatus pedagia et omnes alios redditus et proventus castrorum et castellaniarum Gensaci et castri Mauronis de Monre Miro et de Resaco et omnium parrochiarum et locorum eis adjacent. Le meme Alexandre Syremet audit Regnault de Pons par acte sur la fete de Ste Katherine 1291. Sur vidimus de l’an 1409.

________________________________

Sauvegarde de Philippe de Valois pour Mathe d’Albret, dame de Bergerac, contre le comte de Périgord. (1334).

In dossier E 129 aux AD 64.

[180]Philippus, Dei gratia Franc. rex, caturc. et petrag ac agennens senescallis ac judicibus, majoribus dictarum senescalliarum vel eorum loc. tenent., salutem. Cum per alias nostras litteras vobis mandatum et commissum fuisse dicatur quathenus dilectam et fidelem nostram Matham de Lebreto dominam Bragayriaci relictam domini quondam Bragayriaci nuper defuncti, in nostris salvagardia et protectione speciali ac in possessione et saizina castri et villae Bragayriaci ex certis et justis causis existentem impeditam per dilectum et fidelem nostrum comitem petragoric. et allios in hac parte complices, ut dicitur armorum potentia ad statum suum pristinum reduceratis, dictam reintegrando salvam gardiam et ad

Page 57 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

inquestam faciendam contra dictum comitem et complices procederitis ipsos de fractione salvae gardiae violentia et armorum portatione culpabiles[181], ex ipsis reperieritis puniendo ut eorum punitio transiret coeteris in exemplum prout praedicta et alia in dictis aliis nostris litteris dicuntur plenius contineri. Vos vero mandatum hujusmodi contempnentes et exequi in debite usque nunc distuleritis, in magnum non solum juris dictae relictae praejudicium ymo vilipendium nostrae majestatis quod nobis non immerite displicet, si sit ita. Quare vobis iterato et omniorum duobus mandamus districtius injungendo quathinus dictas nostras litteras quibus vobis liquebit juxta sui tenorem sic studiose et viriliter exequi studeatis ut non possitis ulterius de negligentia reprehendi sed potius de bona et diligenti exhibitione justitiae commendari, et dictam relictam ad nos redire minime oporteat de vobis conquesturi alioquin per alium fieri faciemus vostris sumptibus et expensis, litteris subreptitiis in contrarium impetratis vel impetrandis non obstantibus quibuscumque. Datum Ambiañ. XIIa die augusti anno Domini millesimo CCC° tricesimo quarto et R. de Lostal par mess. Phe de Meleun et Ferri de Puiguygny. J. Aubigny. Avec un petit sceau plaqué, effacé, et le grand sceau de France en cire jaune, pendant à une lemnisque decoupee au bas de la piece qui est en parchemin.

______________________________

Contrat de mariage de Mathe d'Albret, avec Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, Montignac et Pons (1314)

In dossier E 125 & E 126 (copie) – cité également dans l’ inventaire E 605 aux AD 64.

[182]Contrat de mariage de Helie Rudel sgr de Pons et de Bergerac avec Mathe d’Albret, fille de : Amanevis domini de Lebreto, regnante Philippo rege Franc., domino Edwardo regnante in Anglia, duce Aquitaniae, Arnaldo archiepiscopo Burdigal., anno M CCC quarto decimo, post fest. Apostolorum Philippi et Jacobi, apud Marquans in honorio de Burgo, dyoces. Burdigal., inter ortum solis et horam primae. Nobilis vir dominus Amanevi ..., miles, et nobilis mulier Matha ejus filia ex una parte et nobilis vir Helias Rudelli armiger (Helies Rudel est appelé « armiger »), dominus Barageraci, Montiniaci et de Ponte, accompagné de : domina Yolendis de Lesinhano comitissa Marchiae et Engolismae et domina Falgeriarum avia dicti Heliae Rudelli. Amanieu d’Albret constitue à sa fille 15.000 livres tournois petits une fois payes pour toutes ses pretentions sur les biens paternels et maternels, … salvis dictae Mathae et liberis suis diffragio[183] et escheita quae in defectum in casum non existentium masculorum dicti domini de Lebreto eidem Mathae in et de rebus praedictis contingerit. Helie Rudel oblige à la dite Mathe pour ces 150.000 livres son château et chatellenie de Montignac, et lui donne, propter nuptias 1.000 livres t. pour lesquelles il oblige les chateaux et chatellenie de Gensac, de Castelmoron et de Monte Mero. (En parchemin, avec sigle, cotté P).

_______________________________

Philippe roi de France à Bernard d’Albret concernant Bergerac, Montignac, et le conflit de feue Mathe d’Albret avec le comte de Périgord (1339)

In dossier E 30 aux AD 64 ( ?)

Philippe à nos amés … les gens de nostre present parlement de Paris et à nostre amé et feal Bernard sire d’Albret nous a signifié en complaignant que comme nostre amé et feal le comte de Pierregort se deist avoir fait adjourner ledit complaignant, hoir[184] de feu Mathe de Lebret sa suer à reprendre les errements des causes ja pieça meues entre le dit comte et la dite Mathe nostre baylle de Pierregort pour ce qu’il pretendi comme l’en dit qu’il ne peut bien aller en domicile dudit complaignant pour doubte de la guerre il le fit en certain

Page 58 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

autres lieux du dit sire d’Albret, nous supplimes par grace speciale audit deffaut, à la requete dudit comte etc., nous vous signifions que nostre entente n’est mie que la dite grace soit au prejudice dudit sire d’Albret etc. Donné à Conflans les Paris, le 28 juin 1339. Cotté Q.

_______________________________

Testament de Geoffroy de Pons seigneur de Riberac et vicomte pour partie de Turenne (1317)

In dossier E 126 aux AD 64.

[185]Testament de : dominus Gaufridus de Ponte miles, dominus Ribayraci et vicecomitatus Turennae pro parte, fait dans le château du testateur, de Archa, die marttis post festum beati Bernabae apostol. ann. 1317, regnante Philippo etc. Il choisit sa sepulture, in hospitali novo Sti Johan. de Ponte ubi sunt et consueverunt praedecessores nostri sepeliri. Il reconnoit avoir reçu de sa femme, domina Ysabelli de Rodès, fille de feu domini de Ruthen. [----][186] a domino condam [Ch----][187] de Ruthen., patris dictae Yzabellis 14000 liv. turon. parvor., et luy donne sa vie durant, tant qu’elle restera veuve, castra nostra et castellanias nostras de Monteforte et de Archa, et de Terracinio[188] cum juribus et pertinen. suis, fecit, plusieurs legs pieux, … Item legamus pro salute animae nostrae, … ad dotandas pauperes mulieres et intrandas religionem[189] et ecclesiis construendis et in aliis piis causis trecentas libras turon. parvor. … ad arbitrium executorum nostrorum. Il fait son heritier universel Reginaldum de Pontibus militem, son fils, auquel il substitue Marguerite fille ainée dudit Reginaldus, au deffaut d’enfans masles, saufs les dots de Yolande et Isabelle filles dudit Reginald. In pergam., cum sigla, sur vidimus scellé.

__________________________

Testament d’Hélie Rudel, seigneur de Bergerac (1254).

Le manuscrit original se trouve à Pau, aux AD64, sous la cote E 17.

[190]In nomine Patris … ego Helias Rudelli dominus Brageyriaci et Gentiaci, anno ab Incarnatione Domini nostro M° CC° L° quarto, ultima die aprilis compos mentis. Testamentum meum condo … in primis Margaritam filiam meam in omnibus bonis meis heredem meum instituo. Item volo quod Rage uxori meae solvantur quinque milia solid. morlan. quos pro eadem nostre dotes mihi fuerunt soluta, et totidem ei solvatur de pecunia mea et pro utraque teneat … pedagium meum de Bragerac. Item volo quod de redditibus terrae meae si ad hoc mobilia non sufficerent mea ponantur triginta sex milia solid. monetae currentis in constructione pontis Brageriaci[191] quia istud facere disposuerat in suo animo pater meus. Item volo quod a…. assignentur pro anima mea monialibus de Fontanas, Petragoricensis diocesis, viginti solidos renduales. Item monialibus de Ponte Ayrault assignentur decem solidi renduales Item monialibus de Tres Sorors, assignetur unus sextarius frumenti rendualis. Solventur eis prima die kadragezimae. ‘Item volo quod’ domibus religiosis, scilicet abbatiae de Sancti Fremerio hospitali Sancti Naxenti abbatiae de Cadunio, cistercensis ordinis, et domui de Ponte Romeu[192] pro anima mea et pro dampnis ‘eis’ a me eis illatis aliqui redditus assignentur. Item volo quod Rudellus, frater meus, habeat castrum de Poiolio cum omnibus pertinentiis, ita tamen quod omnes redditus quos dedi sibi apud Brageracum ad filiam meam quam heredem institui revertantur, et volo ‘et praecipio’ etiam quod vinea de Pogolio restituatur heredibus Fortonis de La Bacona, solutis expensis factis pro melioratione ejusdem vineae. Item, volo quod de dampnis a me et meis ilatis Petro Vigerii Albaterrensi et ecclesiae de Festelenes et cuidam alteri ecclesiae Caturcensis diocesis quae vocatur Comiac (ou Corniac) satisfiat de bonis meis mobilibus. Item, quod officiali Vasatensi de viginti quinque libris burdigalensibus in quibus eidem teneor ex venditione cujusdam equi, quem a dicto officiali emi. Item volo ‘et praecipio’ quod domicelli quibus dixeram quod se pararent ad militiam[193] a me

Page 59 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

recipiendam et aliis domicellis et toti familiae mecum equitanti et in meis domibus commoranti, clericis et laicis de pecunia et aliis mobilibus meis fiat remuneratio competens ad arbitrium dilectorum meorum Gastonis de Gontaldo, Guillaumetti Ferrioli, Armandi Praepositi, Oliveri Praepositi, Willelmi Arramundi de Sancto Desiderio, propter illum ultimum articulum in omnibus supra dictis executores meos deputo. Dilectos et fideles meos Gastonem de Gontaldo et Guillometum Ferrioli, Armandum et Oliverium Praepositos, Willelmum Arramundi de Sancto Desiderio, Bertrandum de Naycho, Aymericum de Prato Novo, Petro de Boon, Steph. Falqueti, P. Sinquanval juniorem, dominum abbatem Sancti Fremerii, Teobaldum de Genciaco, Willelmum Bertrandi, B. de Bossiagas, Bertrand. de Lalana, Arnaldum Iterii milites, Aymericum Austor, Heliam de Lobejaco, Vitalem de Gironda, burgenses de Genciaco. Et praesente supradicta, volo et mando quod religiosis domibus de Cadunio, cistercensis ordinis, de Sancto Naycentio in qua meam eligo sepulturam, et abbatiae Sancti Fremerii, assignantur competentes redditus quos pater meus et mater mea legaverunt eisdem locis in testamentis suis, et testum dare pro anima mea et apud Pontem Romeu triginta solidos annuos volo et volo pro nostra anima assignari. Testes[194] jurati et praesentes abbas Sancti Fremerii, officialis Vasatensis, Willelmus del Bedat, cappellanus de Gentiaco … Hoc meum testamentum mandavi et feci sigillo proprio sigillari. Datum die jovis  in festo post quindenam Paschae, anno Domini M° CC° L° quarto.

Ex autographo, d’une assez belle écriture, et pendant deux sceaux à des cordons de fil, le premier en cire jaune et [-----] [195] représente un chevalier armé, à cheval, ce tous [----][196], le 2ème sceau aussi en cire jaune. L’inscription ne peut se lire. Ces armes sont comme celles de la maison de Bourdeilh, le revers sans figure, mais les deux lettre « Ro » qu’on distingue assez, indiquent qu’elles ne sont pas d’une personne de ce nom. Ou du moins le sceau est dans le [----][197] de Hélie Rudel, seigneur de Bergerac [-----][198].

__________________________________

Contrat passé par Isabelle d’Albret comtesse d'Armagnac et de Fezensaguet. (1294)

Référence non connue aux AD 64.

A ce meme acte, est attaché un contrat de vente en parchemin faite par noble femme, domina Ysabellis de Lebret comitissa Armanhaci et Feyensati, aux nobles hommes : domino Gastoni vicecomiti Feyensaq. et Ratgerio de Armaniaco fratribus castrum et villam de Castro Gelasio, castrum et villam de Vertiaco cum omnibus juribus, de quae ipsa domina Ysabellis habebat etc. in dioces. agen. et vasat. et in omnibus aliis spectantibus pertin. ad dictum castrum seu locum quaecumque sint et ubicumque sint intus et extra et specialiter in territoriis, castris, seu locis, villis, capmasiis[199] (ou capinasiis capiuasiis) de Vazateco, d’Estasano, d’Auditano et de Lecdersano de Sancta Aralia et in parrochiis et territoriis seu locis vocatis Laslagnes et de Balandraut in dyoces. agenn. et vasatens. pro sexaginta millis libris monetae morlat.[200] Actum fuit hoc aux. II die exitus mensis septembr. anno Domini M° CC° XC quarto in praesentia et testimon. reverendi in Xpo patris domini Amanevi Dei gratia archiepiscopi Auxit. etc., avec sigle. A la meme piece est jointe un autre acte en parchemin, par lequel nobles homes : Gasto de Armaniaco, vicecomes Fezensaquet et Rotgerius frater suus, font donation pure et simple des chateaux et terres supra,

Page 60 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

à : Bernardo comiti Dei gratia comit. Arm. et Fezen. Fratri eorumdem … Actum fuit hoc aux. VIII ydus octobris, anno Domini M° CC° nonagesimo quarto, in praesent. rever. … Amaneui archiepiscopo aux., meme notaire, avec sigle.

__________________________________

(1344)

[201]Homage de : Arnaud deu Pradet lo trestiau de la parrochia de St Laurent de Medont, fait à Berard de Lebrit cavoyr … Actum fuit IX introitus decembr. an. 1344, Philip. rege Franc., regnante Eddwardo in Anglia duce Aquitaniae, Petro archepiscopo Burdigal., testes sunt N’Auger de Montaut daudet[202] senhor de Muchidan, Hugo de la Barda daudetz, Johan de Carreus daudetz etc. Facta collatio (sans sigle). C’est une copie dont l’autenticité n’est etablie que par ces mots : F. colatio. Cequi suffisoit alors. (ecriture du temps).

________________________________

Philippe de Valois ordonne la main levée sur la terre de Bergerac en faveur de Mathe d’Albret. (1344)

In dossier E 29 aux AD 64 (à vérifier)

[203]Philippe de Valois, ordonne la main levée de la terre de Bergerac en faveur de Mathe d’Albret veuve de Regnault de Pons sgr dudit Bergerac et de Pons, prise par les ardres, Donné à [Balle--sane] [204] le IJ jorn d’aost M CCC trente quatre. A la levée de mainmise, le procureur du roy qui, non obstante ce, non intendit jus domino nostro regi acquisitum in dicto castro et castellaniae propter inobedientias et rebelliones factas, ut dicitur, per nobilem dominam Matham de Lebreto et ejus gentes seu officiales necnon et per comitem petragoricensem et ejus gentes ipso domino senescallo vel ejus officialibus regiis facere deteriorari [----][205] ipsi comes et domina possint insequi pro ipsis rebellionibus in inhobedentiis loco et tempore oportunis et super hiis et aliis jus regium dixit idem procurator et commissarius quod volebat illibatum servari domino regi etc.

_______________________________

Compromis entre Alexandre de Caumont, seigneur de Sainte-Bazeille, Raymond de Bouglon, son frère, et Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, au sujet de la dot d'Isabelle, femme d'Anessans de Caumont (1314)

In dossier E 126 aux AD 64

[206]Compromis par lequel Alexandre de Caumont, de Cavomonte, sgr de Ste Baseille, domino pro parte sua Sanctae Basilidis et de Laudargo, et Raymont de Botglo son frere et Helies Rudel seigneur de Pons et de Bergerac et de Montignac, remettent au jugement d’Amanieu d’Albret ces differents qu’ils avoient sur ce que les dits Alexandre et Raymond freres disoient que Marguerite de Turenne dame de Bergerac epouse de Reginal de Pons pere dudit Helies, avoit promis à Anissancius de Caumont leur pere certaine dot pour son mariage avec Izabelle fille de ladite Marguerite, le dit Helie disant que les revenus assignés pour cette dot etoient excessifs et trop grands, regnante Philippo, 1314., die veneris in festo invention. Sanctae Crucis, apud Margaus. En parchemin scellé.

______________________________

Référence non connue aux AD 64.

[207]Dans le proces entre Mathe d’Albret pour Bergerac etc., François de Levis se joignit au comte de Perigord etc. Playdoyer de 1314[208]. Cotté Y. Sans autre detail pour François de Levis.

Philippe de Valois à Paris, 21 avril 1335. Ex processu, cotté Y.

______________________________

Quittances consenties par Hélie de St Astier et Gilbert de Themines en faveur d’Hélie Rudel (1314)

In dossier E 127 aux AD 64.

[209]Quittance en faveur de Helie Rudel sgr de Bergerac … donnée par : nobilis vir dominus Helias de Sancto Asterio miles … Actum fuit Brageriaci die jovis post festum beati Barbabae apostoli, anno Domini M° CCC° XIIII regnante domino Philippo rege Franciae, Eddwardo rege Angliae duc. Aquitaniae, Raimundo petragoricensi episcopo, et dicto nunc domino Bergeraci, en parchemin signé avec sigle. Liasse cottée AA.

Quittance en faveur du meme donnée par : Gibertus de Theminis miles dominus de Gordonio et de Theminis pro parte sua … Datum apud Nadalhacum die veneris post festum Penthecost., anno 1314. En parchemin avec sigle, liasse cottée AA.

_________________________________

Accord fait devant le roi Charles-le-Bel entre Regnaud de Pons, seigneur de Bergerac, et Hélie Singuenval, Arnaud Constantin et Arnaud Ruffac, syndics des habitants de cette ville, au sujet de la des coutumes libertés et franchises de Bergerac (1319-1322).

In dossier E 129 aux AD 64.

(Voir aussi le dossier E 128)

[210]Karolus etc. coram nobis personaliter constituti Reginaldus dominus Pontis et Brageriaci ex parte una et Helias Singueuval, Arnaldus Constantini et Arnaldus Vassani procuratores seu sindici habitatorum dicti loci Brageraci facientes fidem de mandato suo per quoddam publicum instrumentum etc. confectum … sub sigillo locum tenentis senescalli petragoric. etc., ex altera. Dictae

Page 61 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

partes unanimiter et concorditer nobis cum instantia supplicarunt quod guardatiores dudum appositos per praedecessores nostros reges Franciae … apud Brageracum et in jurisdictione dicti loci et pertinent. ejusdem, propter diversas appellationes, debata et discordias partium praedict. , amaveremus ex inde cum dicta debata et discordia cessarent, et essent sopita, inter dictas partes per modum infrascriptum amicabiliter ut dixerunt, verum cum dicti sindici dicerent habitatores Brageriaci habere, debere et hactenus habuisse consulatum universitatem corpus, sigillum domum et archam communem et jurisdictionem tam ex donatione et concessione praedecessorum dicti domini quam alias ab antiquo dicti domini in contrarium asserente et praemissa negante ac dicente ad se solum et in solidum in dicta villa Brageriaci et ejus pertinent., jurisdictione omnimodam pertinere. Super quibus et libertatibus et franchisiis infrascriptis compositio, tractatus et accordum inter dictas partes, ut asseruerunt ut sequitur, agitur et concordatum est inter praedictas partes et idem dominus Brageraci consentit quod dicti sindici et habitatores Brageraci burgorum et clausurarum dicti loci, habeant in perpetuum corpus universitatem consulatum domum, archam et sigillum communes. Item … quod in praed. villa Brageraci in perpetuum sint et creentur octo consules in hunc modum videlicet quod in prima creatione consulum praed. duo sindici universitatis nomine nominal. seu inscriptis tradent duodecim burgenses seu habitatores dictae villae clausurarum et burgorum quorum duo erunt de burgo Magdelanae quos ydoneos asserent per juramenta tam per ipsos sindicos praestanda dicto domino vel ejus balivo in absentia ipsius domini ad consulatus officium exercendi nomine universitatis praed. de quibus idem dominus vel ejus baiulus per jramenta infrascripto modo praestanda sine aliqua corruptione, octo de dictis duodecim quos magis ydoneos fore sibi videbitur die crastina nominationis praedictae in consules confirmabit, scilicet quatuor de corpore villae et quatuor de clausuris praedictis, qui dumtaxat durababt in dicto officio per annum et unam diem, et ante finem dicti anni praedicti consules seu duo ex ipsis de mandato aliorum alios duodecim comburgenses seu habitatores dictae villae clausurarum et burgorum, quorum duo erant de burgo Magdalenae quos ydoneos se credere per juramentum super hoc praestandum asserent, ad praedictum officium consulatus praesentabunt ipsi domino vel ejus baiulo in villa Brageraci, qui de ipsis duodecim octo quos sibi videbitur magis ydoneos ad officium consulatus in die crastina nominationis et praesentationis praedictos in consules confirmabit. Nominatio autem et praesentatio ita secrete fient inter nominantes et praesentantes et dictum dominum seu ejus baiulum, quod illi quatuor de illis duodecim qui non recipientur, illo anno ad officium consulatus hoc scire non possint. Si vero dictus dominus vel ejus baiulus de praedictis duodecim habitatoribus seu burgensibus modo praedicto praesentatis nollet in crastina die praesentationis seu nominationis, octo de eisdem quos magis ydoneos nosceret [-------][211].

Page 62 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

Dum tamen constet per publicum instrumentum de praesentatione, requisitione, seu deffectu responsionis ipsius domini vel ejus baiuli, octo de dictis duodecim quos consules antiqui qui eos representarent, eligerent, remaneant illo anno consules, et habeantur pro consulibus, ac si per dictum dominum vel ejus baiulum fuissent expresse confirmati. Hoc acto quod per unum diem ante finem anni quo durabunt dicti confirmati vel pro confirmatis habiti similis nominatio et representatio et requisitio fieri debeat et loco habeat … Item quod dicti consules quolibet anno in navitate sua ibidem dum confirmati fuerint, … antequam illud administrent, jurent et jurare teneantur in ecclesia beati Jacobi de Brageraco in praesentia et manibus dicti domini si praesens sit, vel baiuli sui, in ejus abstentia si requisitus dominus vel baiulus dictum juramentum recipere noluerint, alioquin in manibus veterum consulum, dum tamen constet de praedict. requisitione per publicum instrumentum quod in dicto consulatus officio, bene et fideliter se habebunt et  jura dictorum domini et universitatis bene et fideliter custadient et servabunt. Item quod in dicto sigillo, arma seu signum dicti domini ex parte una, et arma dictae villae ex altera videlicet quod draco insculpentur, et circumscriptio sigilli, sit sigillum consulatus universitatis villae Brageriaci. Item quod dictum sigillum per tres dictorum consulum in archa communi sub tribus clavibus formarum diversarum custodiatur. Item quod nulla patens littera sigillatur de dicto sigillo nisi in praesentia trium partium dictorum consulum, et de eorum communi consensus praedict. littera seu litterae sigillentur in domo communi. … Item quod pro refectione viarum et itinerum, pontium, murorum, fossatorum, portarum, portalium quae et quae dicti consules reficere poterunt et pro evidentibus utilitatibus quibuscumque dictae villae et universitatis, dicti consules vocatis octo habitatoribus cujuslibet quinque clausurarum dictae villae quarum una erit de burgo Magdalenae eorum arbitro, dicta necessitate inspecta, possint tallias seu collectas seu impositiones indicere seu imponere in dicta villa, burgis, barris et clausuris et pertinent. earumdem habitatoribus earumdem et ab eis exigere et levare per servientes domini praedicti sibi per dictum dominum vel ejus baiulum ad officium dicti consulatus exequendum deputandos, qui impositiones et collectas poterunt facere per solidum et libram seu imponendo super vinum et bladum seu quibus vis aliis victualibus, quae in dicta villa et pertinent. ejusdem vendentur, certam pecuniae quantitatem, secundum[212] indigentiam vel evidentem utilitatem dictae villae … Item quod in dicta villa Brageriaci, burgis, clausur., et pertinent. ejusdem, per dictum dominum pro utilitate et fraude evitenda pondus perpetuum seu pondera statuentur pro ponderando bladum et farinam in dicto loco molend., itaque ratione ponderi per dictos consules denar. pro quolibet sextario ponderando exigatur, et infra pro ponderando minor. quantitat. unius sextarii obolus, si fuerit eymina vel magis vel minus pro rata exigatur. De emolumento vero quod exinde perveniet, dicti consules habebunt satisfacere custodibus dicti ponderis de suo salario residuo penes ipsos consules remanente, in utilitate dictae universitatis convertendo. Item promisit dictus dominus Brageriaci facere in perpetuum apud Brageriacum moderatum numerum servientium, qui durabunt in sergentariae officio quandiu dicto domino placebit … et non ultra … Item quod in castro et castellania Brageriaci cotus[213] sive gardiagium videlicet in terra dicti domini et districtuu qui nunc est, vel erit in futurum inter flumen vocatum Layla et flumen

Page 63 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

Droti et inter Flexum et Lindiam et de rivo vocato Lagaso usque ad Sanctam Fidem cujus quidem coci seu gardiagii erit gaggium quatuor solid. et infra secundum consuetudinem villae praedictae in quibus dampnum dans tenebitur ratione gagii, et ultra hoc emendare dampnum passo, ita quod pro dicto coco de cetere infra dictos terminos gagium novem nec sex solidor. quos consuevit exigi seu levari de cetero non levetur, cognitio tamen dicti loci si super ipso questio oriatur, sit dicti domini seu ejus baiuli, qui baiulus debebat cognoscere et judicare de dicto coco seu gagio vocato semper uno vel duobus consulibus per alios consules ad hoc specialiter deputandis … Item emolumenti dicti coci recipietur per quemdam probum orium dictae villae, per dictum dominum seu ejus baiulum et ipsos consules eligendum, qui de emolumento dicti coci pro parte dimidia respondebit dicto domino seu ejus baiulo, pro alia vero medietate dictis consulibus … Item quod super custodia clavium, portarum, murorum dictae villae Brageriaci, quod dictae claves, die qua dicti consules onfirmabuntur vel pro confirmati habebuntur, deferantur et tradantur dicto domino Brageriaci, vel ejus baiulo, custodes qui tunc erunt clavium praedict. qui quidem dominus seu ejus baiulus statim et incontinente tradet et debere tenebitur et commendabit dictas claves personis ydoneis habitatoribus et de communitate et universitate dictae villae, videlicet uni ydoneo cujuslibet clausurae dictae portae clavem dictae portae, ita tamen quod dictus dominus vel ejus baiulus praedict. consules requiret et requirere statim tenebitur qui sunt ydonei et sufficientes ad custodiend. dictas claves … qui quidem nominati tenebunt dictas claves ad utilitatem dicti domini et universitatis praedictae, et dictus dominus seu ejus baiulus eisdem custodibus vel eorum alteri ipsas claves amovere non poterit nec auferre nisi cum causa rationabili et evidenti ad quam ostendendum vocabit consules si vocati interesse voluerint … Dictus vero dominus solus et in solidum habebat et habebit regimen et custodiam clavium, portarum, pontis Dordonee et castri sui Brageraci. Item merum et mixtum imperium, alta et bassa justitia et jurisdictio omnimoda dictae villae, castri et castellaniae baroniae et districtus et pertinentiarum ejusdem et universitatis et consulum praedictorum et cuilibet eorumdem et singulorum de universitate et omnium et singulorum habitandium in dictis castro et castellania eorumque pertinent., districtu et ressorto et aliorum quorumcumque contrahentium seu deliquentium ein eisdem in omnibus et per omnia pertineant sint et remaneant dicto domino Brageriaci et successoribus suis soli et in solidum, praedictis consulatu et universitate et aliis omnibus per ipsum dominum de novo concessis in praesenti tractatu declaratis et declarandis eisdem consulibus et universitati integre remanentibus atque salvis non obstantibus omnibus supradictis in contrarium vel aliquibus eorumdem … Item quod dicti burgenses et habitatores sint quitti et immunes et liberi perpetuo et quod dictus dominus vel ejus successores sui in aliquo de quatuor casibus, videlicet pro passagio seu transfretatione marina, nova militia, dotanda filia, vel captione seu prisione ejusdem domini

Page 64 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

in quibus casibus dictus dominus asserebat eos sibi teneri contribuere … ipsis contrarium asserentibus, ab ipsis vel eorum successoribus non possint aliquid in posterum exigere habere, imo sint de praemissis perpetuo liberi et immunes … Item illi qui fuerint consules uno anno de triennio immediate sequenti non possint nec debeant fieri nec eligi nec in consules nominati. Item quod licet consules dictae universitatis pontes possint reficere ut superius est expressum, non propter hoc sint astricti nec teneantur ad reficiendum aliquathenus magnum pontem dicti loci qui est super Dordoneam sed ejus refectio seu reparatio et redditus seu emolumentum qui, quae, seu quod in dicto ponte dictus dominus percipere consuevit, pertineant et spectant ad dictum dominum prout ante tractatum hujusmodi pertinebant. Item quod dictus dominus Brageraci dictis habitatoribus Brageriaci omnibus et singulis dictae villae et burgorum ejusdem omnem odium et rancorem et omne dampnum interesse et expens. et quidquid occasione litis, contentionis et controversiae expressat. et expressand. et secutum ex inde poterat petere neque potest a dictis habitatoribus seu ab aliquo eorumdem quittat et remittit eisdem cure et simpliciter … pacem et amorem et benevolentiam reddit et restituit … Item quod habitatores corporis villae Brager. et omnes secaces eorumdem de Brageraco, et habitatores burgi Magdalenae ipsique habitatores burgi Magdalenae habitatoribus dictae villae et secacibus suis quittant et remittant sibi ad invicem pure et simpliciter et absque retentione et conditioni quibuscumque, omne odium et rancorem et sibi restituant pacem et amicitiam inter ipsos[214]. Item quod non obstantibus tractatu seu compositione hujusmodi molendina et molendinaria redditus seu quaecumque alia deveria quae dominus habet et habere debet in fossatis et ante fossatos dictae villae et etiam omni alia quae habitatores et universitas dictae villae vel quilibet ex ipsis habent et habere debent sint eis salva et illibata ut erunt ante tractatum et compositionem praedictam, et juraverunt ad sancta Dei evangelia,  supplicaverunt autem partes praenominatae ut nos supradicta … Vellemus approbare et auctoritate nostra regia confirmare. Nos autem inter ipsos dominum et habitatores pacem haberi et foveri nunc et in posterum villaeque et personarum tranquillitatem nimirum sicut et coeterorum subditorum omniorum ob tantes ut dictos habitatores, consulatum et universitatem et coetera ad hoc pertinent., prout superius dumtaxat concordata sunt et expressa tenere et exercere licet et tenore praesentium concedentes supra dicta omnia et singula in praesentibus litteris contenta, laudamus et approbamus, et … auctoritate nostra regia confirmamus, gardiatores et manum regiam ibidem propter debatum et controversiam dictarum partium in jurisdictione dictae villae et pertin. ejusdem apposit. tenore praesentium partibus ipsis instantibus amoventes, salvo in omnibus jure nostro et etiam quolibet alieno. Quod ut firmum et stabile permaneat in futurum praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum Parisius, anno Domini millesimo trecentesimo vicesimo secundo, mense junii. Sur le repli, per cameram Compotorum, in vestra praesentia, H. de Domp., et pend le grand sceau royal (bien conservé) en cire verte à un cordon de soye rouge et verte. En parchemin, belle ecriture pour le temps.

___________________________________

Affaire de Bergerac. Acte du Parlement de Paris. (1336)

In dossier E 839 aux AD 64 (à vérifier).

[215]Philippus rex … notum facimus quod cum a quadem definitiva sententia per senescall. Petrag. pro Matha de Lebreto uxore quondam domini Reginaldi de Pontibus militis domini Brageriaci contra praedictum ejus maritum loca quae eidem uxori tam pro dote, dotis augmento et lucro propter nuptias, idem dominus tempore quo vivebat in septaginta septem

Page 65 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

milibus libris eidem uxori solvendis extitevat[216] condempnatus, Archambaldus comes petrag. et Johanna comitissa dicti loci ejus uxor soror dicti deffuncti ad curiam nostram appellassent, postmodumque dicto comite et Johanna ejus uxore deffunctis, Rogerius Bernardi nunc comes petrag., Robertus de Mastasio, Johannes de Choarcio[217] et ejus uxor, et Franciscus de Levis milites dicentes se diversis modis heredes esse Johannae praedictae praedictam Matham ad curiam nostram ad videndum per eos, in quantum quemlibet tangebatur resumi arremente in dicta causa adjornari fuissent … Matha proponente … quod maritus suus ypothecavit eidem … locum de Brageraco … pro XX millibus turon., et esset in possessione et saizina castri et villae Bragerac., et Johanna comitissa dum vivebat, cujus praedicti dicebant se heredes, per vim et armorum potentia a dictis possessione et saizina in quantum in ipsa comitissa erat, spoliaverat, et etiam a plurium bonorum mobilium possessione quae ibidem habebat, spoliaverat, et adhuc spoliata existebat, quodque etiam dictus Franciscus de Levis (dominus Mirapic) miles in quantum erat in ipso eandem de possessione et saizina terrarum de Podiolis et de Ventenaco (in senescall. carcasson.), in qua erat juste et suo jure, ut dicebat, spoliaverat dictum fuit per arrestum curiae nostrae qu. dicta Matha ad proband. dictas spoliationes … admittetur … Datum Parisius in parlamento 13 juill. 1336 (procedure cottée FF)

__________________________

Affaire de Bergerac. Généalogie et alliances des seigneurs de Bergerac. (1336)

Extrait d’une procedure cott. FF.

[218]Primo, praesuponendi quod dominus Helias Rudelli dominus Brageraci avus domini Raymundi domini Brageraci noviter deffuncti contraxit matrimonium cum Yoland. de Marchia es qua procreati Raynaldus de Ponte et Yolendis de Ponte.

Raynaldus de Ponte filius dicti domini Heliae contraxit matrim. cum Ysabelli de Levis filiae domini Guidonis de Levis militis domini quondam Mirap. ac baroniae de Pojolis et de Ventenaco, et erat dicta Ysabellis soror domini Francisci de Levis qui nunc litigat contra Matham.

Ex dictis Raynaldo de Ponte et Ysabelli, procreati dictus dominus Raynaldus dominus Brager. nuper deffunctus et domina Johanna comitissa petragor. uxor domini Archambaldi comitis petrag. noviter deffuncti.

Yolandis filia dictorum domini Heliae Rudelli et Yolandis de Marchia sororque dicti Raynaldi et amita dictorum domini Raynaldi et dominae Johannae fuit uxor domini Folqueti de Mastasio ex quorum matrim. procreati dominus Robertus de Mastasio, et Johanna de Mastasio.

Domina Johanna de Mastasio fuit collocata in matrimon. domino Johanni de Toarcio militi, domino de Prosangis.

Dominus Raynaldus ultime deffunctus contraxit matrim. cum domina Matha filia quondam domini Amanevi de Lebreto, cum dote XVm libr. turon. et arnesiis extimatis IJm libr. tur. (et uxore domini Bernardi Hessii)[219].

Constante matrimonio inter dictos conjuges fuit aucta dicta dos usque ad summam XXXm libr. et facta donatio propter nuptias … et duravit matrimonium per XV annos vel circa, tendam cum dictus dominus Raynaldus [inciper-- ----][220] substantia sua, egit dicta domina ad restitutionem dotis et donationis propter nuptias et augmenti coram senescal. petrag. contra ejus virum … qui condempnatus fuit in 77 millibus libr. turon. et tribus millibus pro expens., et cum non haberet mobilia undesolveret, dedit in solutum dictae uxori castra de Montinhaco et de Montecuco, de Pojolis et de Ventenaco, pro se et suis, perpetuo, pro summa XL mil. libr. et pro viginti millibus libris restantibus, obligavit villam et castrum Brageraci tenenda et possidenda donec ei de summa esset integraliter satisfactum, fructibus in sortem minime computatis et possesssionem corporalem dicta domina Matha habuit sibi traditam per

Page 66 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

dictum dominum, et in vitae jus, et post decessum, et claves dictorum castri et villae , destituendo officiales … ibi … et novis instituendo et virtute salvae gardiae sibi [dat--][221] fuit gardiator et penuncelli appositi et publicatio facta dictis comiti et comitisse quae ultima dictus dominus in suo testamento confirmavit.

Sed comes petrag. et comitissa expulerunt gentes dictae dominae et gardatiores (a rege datos praedict. Mathae) de dictis villa et castro alias violentias impedimenta et novitates faciendo.

Comes et comitissa conjuges adjornamentum impetrarum contra dictam Matham ad procedendum in appellationis causa ad Parlamentum anni CCC vicesimi quinti.

Defunctis dictis comite et comitissa Rogerius Bernardi nunc comes, frater dicti comitis Archembaldi veniens ad dictum parlamentum asseruit dictum comitem Archambaldum fratrem suum fuisse per dictam comitissam institutum et eundem nunc comitem per dictum fratrem suum, et ita nunc comitem esse heredem dictae comitissae mediante persona dicti fratris volens resumere arramenta dictorum conjugum, petiit se admitti ad proponendam dictam appellationis causam.

In eodem parlamento dominus Franciscus de Levis asserens se esse proximiorum gener. dictae comitissae ad succedendum eidem quantum ad loca de Poiolis et de Ventenaco quae sunt in senescall. Carcasson. et quae obvenerant ex successione patris sui, et pro eo quod fuisse dicuntur de conquesta, innitens consuetudine praepositurae parisiensi, et dominus de Mastasio miles asserens se esse prosimiorum quantum ad jura succedendi quantum ad medietatem omnium bonorum dictae comitissae ab intestato, et dominus Johannes de Coarcio miles, et domina Johanna de Mastasio praedicta uxor sua etiam dicentes debere succedere dictam dominam Johannam vero tanquam proximiorum in residua parte etiam ab intestato petierunt se omnes praedicti admitti ad resumendum arramenta dictae comitissae petentes nichilominus dictam dominam (Matham) debere ipsis et eorum cuilibet in dicta appellationis causa respondere.

________________________________

Hommage au roy Philippe de Valois par Robert de Mastas pour le château et la châtellenie de Bergerac. (1334).

Référence non connue aux AD 64.

[222]Sur ce que Robert de Mastasio avoit representé au roy Philippe de Valois qu’il etoit en possession du château et chatellenie de Bergerac pour le droit qu’il luy disoit avoir pour la succession de Jehanne de Pons jadis comtesse de Perigord, à lui venue, de laquelle il se dit cousin germain, et heritier plus prochain, le roy declare l’avoir reçu à foy et homage pour lesdits château et chatellenie, Donné à Poyssi, 15 sept. 1334.

_____________________________

Mathe d’Albret livre ses forteresses au roi d’Angleterre Edouard II (1325).

In dossier E 129 aux AD 64 (à vérifier).

[223]Eddvardus rex Angliae, dux Aquitaniae, etc. Supplicavit nobis dilectus nobis Berardus de Lebreto domicellus, quod cum Matha de Lebreto consors domini Brageraci nuper imminentibus guerrae periculis ad requisitionem Edmundi comes Kant. Fratris nostri karissimi tradidisset eidem fratri nostro de gentibus nostris in ducatu Aquitaniae castra sua de Gentiaco, Mauronis et de Monte Miro pro securiori deffentione partium illorum contra egressus aliquorum tunc partes illas invadentium, mandamus vobis quod senescallo vestro ducatus praedicti injunga tales quathinus ipse vocatis illis de consilio vestro quos fore viderit convocando, habitaque de modo traditionis castrorum praedictorum informatione pluriori si invenerit praemissa veritatem continere tunc pro restitutione castrorum praedictorum eidem Mathae facienda, faciat quod de jure fore videvit facienda … Datum apud [-h--][224] XVI octobr. Anno regni nostri decimo nono. Exeqatur de ces lettres par le prince Eddouart sont datées de Paris du 14 novembre 1325 (sur vidimus cotté HH). Dans le meme acte est apportée la piece suivante :

________________________________

Mathe d’Albret livre ses forteresses au roi d’Angleterre Edouard II (1325).

In dossier E 129 aux AD 64 (à vérifier).

[225]Edvardus rex Angliae etc. Edvardo duci Aquitaniae etc. Supplicavit nobis Berardus de Lebreto domicellus, quod cum dominus de Brageraco volens Mathae de Lebreto consorti suae honori et instituti providere, castra de Gentiaco, Mauronis et de Monte Miro donasset Renaudo de Ponte domino Ribayraci consanguineo

Page 67 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

suo, et idem Renaudus eidem Renaudus eadem castra cum pertinentiis suis, Bernardo de Lebreto vendidisset, idemque Bernardus post mosdum eadem casra cum suis pertinentiis titulo donationis in praefatam Matham transtulisset secundum ordinationeme domini de Brageraco supradicti, volumus dictae Mathae vendas quae nobis secundum consuetudinem partium illarum ratione praemissorum debebantur videlicet vicesimam partem praetii castrorum praedictorum remittere generose, nos ad bonum et laudabile servitium ipsius Berardi nobis multipliciter impensum considerationem habentes … ipsiusque contemptatione, volentes cum praefata Matha vendas praedictas etc. Datum apud Chena 16 oct. anno regni nostri 19 … Exequatur du prince Edouard datté de Paris 14 nov. 1325. Cotté HH.

________________________________

Arrêt du parlement de Bordeaux, rendu entre Alain d'Albret et François Arnal, seigneur de La Faye, touchant la capitainerie de Montignac, qui est enlevée à ce dernier au profit de Jean de Sermet (1521)

In dossier E 784 aux AD 64.

[226]Arret du parlement de Bordeaux à l’instance d’Alain d’Albret qui ordonne à François Arnal seigneur de la Faye de vider le château de Montignac, et de laisser jouir de la capitainerie dudit château Jean de Sermet escuyer seigneur dudit lieu demandeur en matiere de statut d’arest de querelle et reparations d’attemptats, du 27 janv. 1521. Signé de Marcillac. En parchemin, cotté K2.

________________________________

Vente d'une rente de 200 écus d'or sur la châtellenie de Montignac par Pierre de Labat, prévôt de Lombrière, au nom d'Alain d'Albret, en faveur de Philippe de Commines, seigneur d'Argenton (1499)

In dossier E 780 aux AD 64.

[227]Par acte du 19 février 1499, noble homme Pierre de Calat procureur de Henry sire d’Albret, comte de Dreux, vendit et constitua à feu messire Philippe de Comynes deux cens escus d’or couronné lors ayant cours de rente annuelle et perpetuelle payables chacun an à deux termes par moitié, c’est à sçavoir les 9e de juillet et de fevrier tant et sur la terre et seigneurie de Montignac-le-Comte apartenante au sire d’Albret comme generalement sur tous et chacuns les autres biens dudit sire d’Albret, ladite vente faite à la faculté de remeré à deux ans en suivant et oultre et moyennant parmi trois mille écus d’or couronné que le dit sire d’Albret veu autres pour luy en [rec---][228]. Ces lettres furent ratifiées par le sire d’Albret et Jean d’Albret roy de Navarre, le cardinal d’Albret et depuis par Henry d’Albret roy de Navarre.

________________________________

Transaction entre Jean-Jacques de Mesmes, lieutenant civil à Paris, au nom de Henri II, roi de Navarre, et Jean, comte de Penthièvre, seigneur de Laigle et de Boussac, héritier de Philippe de Commines et de Hélène de Chambes, sa femme, au sujet d'une rente de 200 écus d'or assignée sur la châtellenie de Montignac (1532)

In dossier E 784 aux AD 64.

Sur le different qu’il y eut entre cet Henry roy de Navarre et Jean de Penthievre sgr de Laigle et de Boussac heritier de messire Philippes de Comynes en son vivant chevalier seigneur d’Argenton, et de dame Heleyne de Chambes sa femme, ayeul et ayeule naturels dudit sgr comte, il y eut une transaction le XI janvier 1532, par laquelle tant pour le sort principal de la dite rente que pour les frais des arrèges qui en sont deus depuis sa creation jusqu’à la date du XI janvier 1532, le roy de Navarre donne audit sgr de Laygle la somme de huict mille livres tournois pour toutes choses etc.

___________________________________

Acte de donation faite par Bertrand de Puch Loaud en faveur de Yolende de Pons (1366)

Référence non connue aux AD 64.

[229]Acte de donation faite par Bertrand de Puch Loaud en faveur de Yolende de Pons, dona d’Agulha, etc. (en gascon). Actum fuit Burdegalae XVIII introitus mensis novembris anno Domini millesimo trecentesimo LXmo sexto, domino Edvardo primogenito regis Angliae principatus Aquitaniae principi, et domino Heliae burdigal. episcopo etc. en parchemin avec sigle, cotté OO.

___________________________________

Emprunt par Hélie Rudel d'une somme de 400 livres à Amanieu VII, sire d'Albret (1318)

In dossier E 25 aux AD 64.

[230]Acte par lequel, nobilis vir Helias Rudelli dominus Pontis et Brageraci, confesse devoir au sgr de Lebret, milite, cum auctoritate curatoris sui … 400 #, à cause de prest, die lunae post octab. purificationis beatae Mariae Magdalenae virginis, anno 1318, regnante Philippo. Actum fuit hoc Brager., testibus nobili viro Reginaldo de Ponte dicti loci de Ribayraci, domini nostri Franciae regis milite, domino Aymerico Guillelmi milite, domino Arnaldo de Rossinhaco milite, etc.

_________________________________

Assises de Périgueux tenues par Jourdain de Lubert et publication des lettres de la sauvegarde royale de Mathe d’Albret (1331

In dossier E 129 aux AD 64 (à vérifier)

[231]Nobilis vir dominus Jordanus de Luberto miles domini nostri Franc. regis, senescal. petrag. et caturcen., tient les assises à Perigueux vendredy avant St Michel, an 1331. (cotté ZZ), et publie la sauvegarde en faveur de Mathe d’Albret pour Bergerac, Montignac et Moncuc, etc.

_____________________________

Page 68 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

Olivier Prévost et Rolland Rainoult reconnaissent devoir 1.000 livres à Regnaud de Pons, seigneur de Bergerac, pour les frais d'un procès et d'un duel qu'ils avaient eus ensemble (1293)

In dossier E 125 aux AD 64.

[232]Noverint universi presens instrumentum publicum imputari quod in praesentie nobilis viri Reginaldi de Ponte domini Brageiraci ac mei notarii etc., personaliter constituti Oliverius praepositi domiscellus, ex una parte, et Rotlandus Ramnulfi domicellus ex altera, dicti domiscelli non vi, metu, dolo, nec fraude inducti … recognoverunt et confessi fuerunt se debere eidem domino nobili viro Reginaldo praedicto praesenti, et recognitionem hujusmodi recipienti mille libras monetae currentis apus Bragairacum vidilicet quilibet eorum domiscellorum quingentas libras dictae monetae ex causa expensarum et pro expensis per ipsum militem et gentes suas factis ratione gagii duelli traditi per ipsos ut dixerunt et confessi fuerunt, in curia dicti nobilis, et duelli occasione dicti gagii facti inter eos coram dicto nobili et concilio et gentibus ipsius, ac ex dicto gagio subsequente ut dixerunt et confessi fuerunt. Quem pecuniae summam dicti domiscelli videlicet quilibet ipsorum quingentas libras dictae monetae promiserunt ex causa praedicta dicto nobili … sub obligatione et ypotheca omnium bonorum et corporum suorum, et distractione sit necesse fuerit ipsorum bonorum. Ils donnent pour caution plusieurs chevaliers, jurent sur les saints évangiles, et renuntiaverunt … et omni privilegio Cruce signatis et Cruce signendis, et ad castra seu exercitum regium euntibus vel ituris indulto et in posterum indulgendo, et omni alii auxilior. Acta fuerunt haec in castro de Bragairaco in aula majori domini ejusdem castri die mercurii post octabas Paschae, anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo tertio, regnante domino nostro Philippo Dei gratia rege Francorum illustrissimo, testibus ad haec specialiter praesentibus dominis Archambaldo comite petragoricensi, et Hugone de Castro Novo domino de Gramato militibus, et domino Helia Aytz milite, et magistro Petro de Podio jurisperito, et Bozone filio dicti domini comitis[233] et Guillelmo de Marulh et Arnaldo de Montensis, et Almustanno de Balentz, Bertrando de Castro Novo, Petro Vigerii de Bello Loco, et Ramnulfo Vigerii de Sarlato domiscellis, et me Bernardo de Galterio notario etc. Avec son signe, en parchemin, cotté RR.

___________________________________

Hélie Rudel reconnaît avoir reçu 30.000 livres tournois de Mathe d'Albret, sa femme, en augmentation de douaire (1318)

In dossier E 128 aux AD 64 (voir aussi E 29)

[234]Acte par lequel : nobili et potens vir Reginaldus dudum vocatus Helias Rudelli dominus Pontium, Brageriaci et Gentiaci, filius quondam nobilis et potentis viri Reginaldi dictorum locorum domini et nobilis mulieris Ysabellis de Levis etc., assigne à Mathe d’Albret sa femme trente mille livres sur tous ses biens, sur Bergerac et autres places, et ce en reconnaissance de 30.000 livres que la dite dame Mathe avoit aporté contre son douaire de mariage. De l’an : M° CCC° XVIII Xa die mensis Junii intrantis facta, devant le seneschal de Saintonge pour le roy d’Angleterre. En papier (copie, vers 1340).

_________________________________

Assignation de 500 livres de rente sur la seigneurie de Montignac par Renaud de Pons, seigneur de Bergerac, à Archambaud III, comte de Périgord, pour la dot de Jeanne de Pons, femme de ce dernier et sœur de Renaud (1324).

In dossier E 774 aux AD 64 (voir aussi E 620bis etc.).

[235]Acte par lequel le procureur de Reginaldi de Ponte domini Bragerac. Pontium et Montiniaci assigne sur la seigneurie de Montignac 500 # de rente à Archambault comte de Perigord pour la dot de Jeanne de Pons sa femme, sœur dudit Reginaldus. Du samedy après Ste Luce vierge 1324. Cotté JJJ [-----][236].

_________________________________

Edouard d’Angleterre accorde Bergerac à Mathe d’Albret qui lui concède le château et la ville de Montignac (Olivier de Ingham sénéchal de Gascogne) (1335-1336).

In dossier E 165 aux AD 64.

[237]Eddwardus Dei gracia rex Angliae et dux Aquitaniae omnibus ad quos etc. Sciatis quod cum inter dilectum et fidelem nostrum Oliverium de Ingham militem senescallum nostrum Vasconiae pro nobis ex parte una, et nobilem mulierem Matham de Lebreto dominam de Montinhaci et de Gensac ex alia sit conventum et concordatum quod dicta Matha cedet et concedet nobis totum jus et omnem actionem quos habet vel habere poterit ad locum castellaniam et praeposituram de Bragayrac cum pertinent. et in eis ac in omnibus locis quae fuerint quondam domini de Brageraco in dioces. tholosan. habendi nobis et heredibus nostris in perpetuum et quod dicta domina dabit et concedet nobis castrum et villam de Montinhaco cum pertinen., habendi tenendi nobis et heredibus nostris in perpetuum, dictaque domina, durante guerra Vasconiae cedet et liberavit, nobis et heredibus nostris aut senescallo nostro vel heredum nostrorum Vasconiae, qui nunc est vel qui pro tempore

Page 69 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

fuerit custodiam castrorum et locorumde Gensac et de MonteMir., ac castrorum de Mauron. et de Montcuc. Ita tamen dicta domina et heredes sui libere et percipere valeant fructus et redditus castrorum et locorum praedictorum. Et idem senescallus in recompensationem praedictorum nomine nostro promisit dictae Mathae castrum locum praeposituram et castellaniam de Montandre et bladagium quod habemus in villa et castellania de Bleyves, una cum terra quam nuper domina de Bleyves de nobis ibidem tenuit ac etiam cum mayno de Condat et praepositura de Born Memissan, Herbo Faveire et de Crassenx cum pertinen. habendi dictae Mathae et heredibus suis de nobis et heredibus nostris in perpetuum, salvis homagiis fidelitatibus ressortis et aliis deveriis [----][238] in aliis similibus locis dicti ducatus debitis ab antiquo. Item quod nos et heredes nostri resarcire et restituere faciemus praedictae Mathae sociis et servitoribus suis omnia dampna et deperdita, quae ipsos incurrere contigeret occasione adhaesionis nobis factae prout et alia in quadam indentatura inter praefatos senescallum et dominum inde facta plenius continetur. Nosque, praefatum senescallum nostrum in hac parte facta sunt nomibus acceptantes ea ac omnia et singula content. in dicta indentatura quathenus ad nos attinet pro nobis et heredibus nostris approbamus, ratificamus et tenore praesentium confirmamus, in cujus rei testimonium has litteras nostras fieri fecimus patentes. Datum apud Wetmon. XXX die aprilis anno regni nostri XII, per ipsum regem. Sur vidimus scellé de 1409, cotté KKK.

_____________________________

[239]Philippe de Valois à Monceaux de Les Ponts Ste Maixence, 2 avril 1336. Le même à Paris XX avril 1335. Cotté NNN.

_________________________________

Yolaine de Pons fille de Regnaud de Pons et de Helionor de Beaumont (1328).

In dossier E 839 aux AD 64.[240]

[241] Die martis in vigilia nativitatis beate Mariae virginis 1328, Hyolena de Ponte filia domini Reginaldi de Ponte militis vicecomitis karsaten. et in parte Turennae, et Helyonoris de Bello Monte uxoris quondam dicti nobilis, etc. Cotté RRR. [242]

________________________________

Bergerac confié par le roy d’Angleterre à Bernard Ezii d’Albret (1345)

In dossier E 129 aux AD 64

[243]Hac endentatura facta apud Brageracum die sabbati Xa die mensis septembris anno Domini millesimo CCC° quadragesimo quinto inter grgium virum dominum Henricum de Lancastriae comitem Derb., locum tenentem serenissimi principis domini nostri Angliae et Franciae regis in ducatu Aquitaniae et Lingua Occitana ex parte una et nobiles viros dominos Bernardum Ezii dominum de Lebreto et Berardum de Lebreto dominum de Vayriis, milites fratres, ex altera. Testatur conventiones habitas et concordatas inter ipsos super custodia villa Brageriaci, ejusdem domini regis quae sunt primo quod dicti fratres erunt capitanei dictae villae illamque custodire et salvam facere domino nostro regi praedicto tenebantur, a dicto die usque diem nonum sequentis mensis octobris, et pro custodia dictae villae habebant et tenebant cum ipsis CCIIIJxx XVIII homines equites armorum et M CC servientes pedites tam balisterios sive archerios quam lancerios cum taulachis, videlicet per primos XIIII dies dicti termini et per residuos XIIII ejusdem termini CCL homines equites armorum ipsis fratribus computatis et dictos M CC servientes ad vadia regia videlicet pro quilibet ipsorum fratrum [IIII-][244], pro quolibet milite equite IJ s., pro quolibet scutifero equite XII d., pro quolibet balisterio seu archerio IIJ d., et pro quolibet lancerio IJ d. sterlingorum vel eorum valorem per diem secundum consuetudinem patriae alias usitatam, et antiquitus observatam, et finito dicto termino dictus dominus comes et locum tenens ponat alium vel alios capitaneum sei capitanos in dcita villa si ipsi fratres plus custodire nolunt eandem. Item dicti fratres facient monstram dictarum gentium equitum et peditum et equorum, de octo in octo diebus durante termino praedicto coram illo quem dictus dominus comes et locum tenens duxerit deputand. Item quod dicti fratres

Page 70 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

poterunt vocato deputato per dictum dominum comitem et locum tenentem et per visum ejusdem opera et reparationes necessarias dicta villa faciendas fieri facere suburbios sive barria minare vel destruere et reparari facere secundum quod eorum discretioni videbitur faciendi, et commodius fuerit pro utilitate regia et salvatione villae praedictae. Item dictus dominus comes et locum tenens per suum deputatum faciet provideri de arcubus sive ballistis[245] unius pedis et duorum pedum springall. et quadrellorum necessariorum pro custodia et deffensione villae praedictae quae tamen in villa praedicta … (ce mot dechiré) praesenti reperiri poterunt et aliunde commode haberi, quam artilhariam dicti capitanei divident custodibus dictae villae et in fine termini praedicti dicti capitanei illam reddere et restituere dicto deputato tenebuntur, exceptis illis quae si necessaria contingerit fuerint devastata. Item, quod finito dicto termino dicti capitanei capitaniam et custodiam villae praedictae cum eadem boni volentia dicti domini comitis et locum tenentis qua easdem receperunt dimittere possint ipso prius certoriato legitime et requisito. Item si forsam vellet dictus dominus comes dictos fratres in capitanea et custodia praedict. ulterius moraturos finito termino praedicto quod solvantur eis manibus vadia pro ipsis et dictis gentibus ut est dictum perr tempus quod ipsos voluerit ulterius mansuros et moraturos et in casu quo dicta vadia sic non solventur, quod cum eadem benevolentia dimittere possunt capitaneam et villam praedictas ipso tamen ut supra requisito. Item equi ipsorum capitanei et gentium suarum armorum praedictarum appretiabuntur si et quando monstrabantur de die in diem et si equi in servitio regio perdantur illi qui eos perdent habeant vadia sicut est fieri consuetum in ducatu in toti casu, et nichilominus emenda eis fiat de restante equorum condigna praedictorum convictio fieri poterit bono modo. Item quod dicti fratres et quilibet ipsorum tamen cum magistro Johanne Wadeayn constabul. Burdegal. per dictum dominum comitem deputato et eis adjuncto habeant potestatem reappellandi et convocandi gentes Brageraci[246]  de redeundo ad villam praedictam per donandi gratiam faciendi et homines equites et pedites ad vadia regia in locis si quae ipso capere vel domino regi adquirere contingeret, et eis expediens videatur ponendi conventiones et pacta faciendi eisdem gentibus et aliis quae venire voluerint ad obedientiam dicti domini nostri regis et quod dictus dominus comes et locum tenens ordinata tracta praemissa contenta et facta per dictos fratres et quemlibet ipsorum simul cum dicto adjuncto deputato ad commodum et honorem dicti domini nostri regis rata et grata habeat et confirmet, in quorum omnium tetimonium sidilla duorum praedictorum hiis indenturis alternatim sunt appensa. Datum Bregeriaci XI die septembris anno praedicto, en parchemin, au haut de l’acte on voit l’endenture sic [mot raturé] avec neuf lettres dans l’endenture. Au bas il paroit qu’il y avoit une lemnisque decoupée laquelle est arrachée, peut-etre etoit-elle sous divisée en deux lemnisques. Cotté SSS.

____________________________________

Philippe de Valois ordonne au sénéchal de Périgord de remettre Mathe d’Albret en possession de ses biens qui lui avaient été pris par force par le comte de Périgord, alors qu’elle était placée sous la sauvegarde royale (1335)

In dossier E 130 aux AD 64 (à vérifier).

[247]Philippus Dei gatia Franciae rex senescallo petrag. … salutem. Significavit nobis graviter conquerendo dilecta et fidelis nostra Matha de Lebreto etc., quod ipsa existente in possessione et saizina … villae et castri Brageyraci etc. … ipsa

Page 71 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

una cum bonis et familia sua existente in salva gardia nostra speciali …  intimatu Archambaldo tunc comiti petrag. et Johannae uxori ejus cum agerent inhumanis certusque gardiator fuisset sibi per nos datus … et penuncelli nostri essent  in portis … dicti castri … nichilominus dictus comes ultimo defunctus et Johanna de Ponte ejus uxore tempore quo vivebat seu alii eorum nomine ipsis mandantibus seu ratum et gratum habentibus cum pluribus complicibus suis intraverunt dictam villam et invaserunt dictum castrum tam per terram quam per aquam, illud obsedentes cum armis et ad modum guerrae, insultus quam plures faciendo, contra dictam nostram salvam gardiam in qua gentes dictae Mathae existebant, et muros dicti castri disruperunt, et per violentiam intraverunt dictum castrum … dictum nostrum gardiatorem et gentes dictae Mathae verbaverunt, vulneraverunt atrociter et maletractaverunt, penuncellos que nostros ac terram et in locos pios traverunt et de bonis dictae Mathae seu gentium suorum ceperunt et rapuerunt usque ad valorem duorum milium librarum et ultra, et multa instrumenta et litteras ad eandem pertinent. et secum ad porta erunt, Rotgeriusque Bernardi nunc comes petrag. frater et heres comitis ultimi deffuncti impedimentum continuando praedictam eandem Matham impedit et perturbat etc. … Quo circa mandamus vobis quathinus impedimentum et novitatem hujusmodi quo ad dicta bona immobilia abinde amoveatis … mobilia … restitui faciatis … et emendam condign. … praestare faciatis, manum nostram et gardiator. reintegrantes … opponentes adjornetis addici vestrae senescalliae nostri futuri proximi Parlamenti … Datum Parisius 7 sept. 1335 (dans un grand rouleau de procedure sur cette affaire – cotté XXX).

_______________________________

Intendit de Mathe d’Albret contre le comte de Perigord (1334)

[248]Ad illum finum quod per judicium curiae pronuncietur quod manus regia fracta per [249] Heliam de Sancto Asterio milite, Guillelmum Barrieira, Heliam Guillelmi, Stephanum Arnols, Arnaldum Burelli, Petrum Bloy dictum Claret, Johan. Dalo carpentarium, Johan. Baneti, Stephanum Vedelli de Brageriaco, Augerium de Monte Alto, Bertrandum de Ruppe, Petrum Vigerii, Arnaldum de Sancto Asterio milites, Raymundum et Taleyrandus dominos de Granholio[250], Adhemarum Bruneti, Heliam Singueval, Gacel. Balhagii burgenses, Heliam de Sancto Asterio, Guillelmum Beraldi domicellos, Aymericum de Betailha domicellum, Bernardum Geraldi, Guillelmum Heliapit[251], compariotum[252] de Bassoy alias Trompeta, Petrum de Landa domicellum, magistrum Guillelmum Noxanto, Guillelmum et Geraldum Belin, Geraldum Bel en Beraut dictum Rocel, Heliam de Chancel (ou de Chaucel), Bernardum Ramnulphi, Petrum Martini, Heliam de la Boria, Johan. Guinerol, Raymundum Ramonot, Geraldum Foltra, Bernardum Arnol, Petrum de Campanhaco, Raymundum de Sermeto domicellum[253], magistrum Johan. carpentar., Petrum Martoni, Archambaudum Fabri, Johan. de Brolio, Petrum Angozca, Geraldum de Barbasta, Archambaudum Boneti, Petrum de Barbasta alias Petit, Guillelmum de Cauzc, Heliam Garnerii Senite, Petrum Aneros

Page 72 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

sive Penissouveros, Johan. Bodut, Guillelmum Guencardi, et Aymericum de Sancto Michaele, nec non gardia regia fracta per eosdem reintegrentur et reponatur domina Matha de Lebreto domina Brageriaci in statu in quo erant tempore fractione manus et gardiae infrascritorum de castro et castellania Brageyraci et pertinen. ejusdem, necnon et de bonis mobilibus infrascriptis. Qui quidem omnes praedicti et singuli condempnentur ad emendand. domino nostro regi necnon et dictae dominae Mathae injurias, rapinas, excessus manus regias, salvas gardias fractas de quibus mentio infra fiet videlicet dominae Mathae praedictae de decem milibus libris parisiensibus, et domino regi de tali emenda quae curiae videbitur esse justa una cum pena qua raptores puniri debent, secundum jus scriptum quo regitur terra illa[254], taxatione vestra in omnibus praecedente, et quod condempnentur in expensis et dampnis factis et faciendis in causa et lite praesenti, dicunt et proponunt procurator regius ac dicta Matha prout quemlibet eorum tangit … contra dictos supra nominatos … facta et rationes quae secuntur :

Primo dicunt quod dictus dominus Brageriaci erat obligatus et condempnatus dictae Mathae … in viginti millium libr. turon. ex certis et legitimis causis etc.

… arnesia bona et competentia ad armandum homines de perperuinitis et disploidibus et platinis et jamberiis, bassinetis et gorieretis ferreis et colaretis[255] ac aliis quae ad armandum sunt necessaria quae valebant communi extimatione XL libr. turon. et ultra.

In pecunia numerata CCC libr. turon.

Quinquaginta tonellos plenos vini qui valebant communi extimatione 300 # tur. et ultra.

Item ducentas honeratas frumenti et alterius bladi quae valebant communi extimatione 200 # tur. et ultra.

Item explecta coquinae in magna quantitate valebant 100 # tur. et ultra, etc., etc.

_________________________________

Varia[256]

In dossier E 29, E 130 et E 622 aux AD 64.

Acte passé à Moncuc[257] près Bergerac, témoins : nobil. vir. Gerald. de Temniaco, Guastonis de Casnaco, Petri de Tocabuo[258], domic. 1334, juillet. Cott. A 4.

_________________________________

Reconnaissance faite par Hélie Pelagres à Archambaud IV (1334)

Reconnoissance faite en aout 1334 : per dominum Helyam Pelagres, milit., de la parroisse de Mela, à Archamb. comte de Perigord de ce qu’il possedoit dans la parroisse de : Poporino et de sancta Ernee sita in castellania Brageraci et de Montecuto (indiquée dans la pièce cott. B4).

__________________________________

 

Acte par lequel il paroit que Roger Bernard fut reçu paisiblement dans Bergerac comme seigneur, reçut les clefs du château et de la grande tour, accompagné des consuls, de la main de Bernard Porte, miles, senescall. Brager. pro dicto domino regi etc., du dimanche avant St Michel 1334 (indiqué ibid.).

_________________________________

Hommage de Roger Bernard pour Bergerac rendu à Philippe de Valois à Vincennes 1334 le 18Autre hommage du comte Archambaud au même roy, apud Cella Aussona, 29 juillet, anno quarto (1334). Autre (hommage) d’Archambaud et sa femme 19 juillet, anno quarto.

_________________________________

Aliud instrumentum sub anno XXXIII, die jovis post festum assumptionis beatae Mariae continent. qualiter comes Archambaldus transiens carreriam et villam Brageriaci intravit palam et publice et verus dominus castri Brag. sine armis pacifice et quiete et associatis sibi pluribus nobilibus et innobilibus et latanter, et Gir. de Begeonis miles sibi traddidit claves castri … et consules fecerunt juramenta fidelitatis dicto comiti.

_________________________________

 

Aliud instrumentum, anno Domini XXXIII die mercurii ante festum nativitatis beati Johannis Baptistae … quomodo communitas et universitas Brager. ad sonum campanae ibidem

Page 73 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

domina Johanna exeunte quae asseritur soror domini Brager. nuper defuncti et assistente dictae dominae Johannae viro suo comite petrag. fecit reutari qualiter successerat, tam ex substitutis suis et donationibus per instrumentum per fratrem suum sibi factis et alio bono jure suo omnia quae fuerunt condam patris sui et fratris … et juraverunt … juxta statuta et privilegia et consuetudines per dominos condam concess., et dicti consules et universitas recognoverunt  ipsam esse veram dominam (indiqué ibid.)

_______________________________

Hommage de Roger Bernard au roy, 1334, in vigilia beati Martini yemalis … assistente Bernardo de Rupe milit., fecit homagium.

_______________________________

Jeanne de Pons par son testament fait son héritier universel son mari Archambaud, comte de Perigord.

_______________________________

Hommages rendus

Intrumentum factum per Domeng., an. 1334, post yemale festum beati Martini, domini Ysarnus d’Escodaca, Bern. de Borelha, Gualterius Amanevi, Geraldus de Ruppe Forti, Raym. de Buxia, Helias de Sendreus, Guillelmus de Albessena, Helias Praepositi, recognoverunt tenere[259] a Rogerio Bernardi comite petrag. domino de Brageraco, certa bona sub homagio et fidelitate (indiqué ibid.).

________________________________

Instrumentum continens quod ann. 1334, die jovis post festum nativitatis beatae Mariae apud Bragerac., Arnaldus Batalha gardiator regius comiti Archambaldo et comitissae datus prout asserebatur contrarium in quodam acto assissiae Petrag. an. 1328, etc., continebat actum qualiter dicti consortes erant in salvagardia et publicatione ejusdem penuncelli supra portale etc. (inventaire de pieces receues par la chambre des Requetes pour le procès de Bergerac, cotté BBBB).

_______________________________

Mémoires

(non identifiés aux AD 64)

Dans un memoire de Mathe d’Albret contre le comte de Perigord, de l’an 1336, on y attaque une piece qu’on soubçonne de faux, pour ce qu’on la produit avec un sceau du seneschal, tandis qu’il avoit été produit sans sceau, l’année precedente[260]. Et on ajoute : et est fortius quod illud sigillum non erat tempore quo agitata et facta fuisse dicuntur quae in dicta copia (testamenti Raynaudi de Ponte) seu scriptura continentur, quod apparet clarissime quia eo tempore senescalli utebantur sigillis propriis quousque postea a VII vel VIII annis[261] citra fuit facta certa ordinatio per regem quod in qualibet senescallia deputaretur sigillum regium cujus emolumentum ad regem pertineret, et subscriptio que facit mentionem de sigillo non affirmatur per notarium. Quare, etc.

[262]Item apparet suspicio contra magistrum Helyam [-----][263] (notarium) qui a de XL, vel L scripturis per dictum comitem nunc productis viX[264] alio tabellione utitur quia non posset alter forsan ad votum ita invent. tales scripturas, pro publicis instrumentis conficeret, et mirabile est quod pars dicti nunc comitis qui ad alios fines sua ostendit pluries arramenta[265] seu scripturas, ullo tempore ostendit quae nunc exhibet qui forsan non erant in rerum natura, et de die in diem fabricantur, et jam est una scriptura pro instrumento exhiberi, cujus data est a tempore festi Paschae citra et propter hoc pars dicti comitis recusavit tradere arramenta sua tam longo tempore in causa domini Raynaudi de Ponte, et quia de principio parlamenti usque ad septimanam sanctam quia forsan nondum confecta ferant pro libito. Quare etc.

… Item non obstat quod dictae papyrus fuerit sigillata sigillo consulum Bragerac. quia non est fides eis adhibenda cum partem faciant pro dicto comiti propter privilegia concessa eis indebite et de facto per comitem Archambaldum et comitissam, licet super hoc potestatem non haberet, et jam sunt de complicibus dicti comitis, et adversarii et malevoli dictae Mathae.

… Fuit proclamatum (Brageriaci) ex parte dictae comitissae quod quicumque

Page 74 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

posset portare arma, esset paratus et quando auditur pulsari campana veniret quis in ecclesia beati Jocobi cum armis ad faciend. voluntatem comitissae, … prohibebatur sub magnis poenis quod nullus cum nave vel cum aliquo vayssello transiret  de nostra ripperia malia, et quicumque haberet navem vel corralia (Helie des Courraux) vel vasa sua in comanda, ex parte rippae Magdalen. duceret ad aliam partem, ad finem quod nullus posset transire … haec facta fuerunt eo tempore quo dicti dudum comes et comitissa debebant expugnare castrum Bergerac. ubi gentes dictae Mathae et ejus gardiator ex parte regia deputatus existebant., et etiam pulsata dicta campana per terram et aquam cum dictis manibus et corralibus ac aliis vasis dictum castrum fuit subsequenter expugnatum, cum carellis et calistis et aliis diversis generibus armorum, et dirutum dictum castrum violentia dictorum condam comitis et comitissae et complicium suorum et captus dictus gardiator, et penuncellii regii projecti in luto et alia maleficia perpetrata prout constat in informatione quae est penes curiam, etc.

_________________________________

[266]Dans un mémoire intitulé : memoria objectionum et suspicionum dicta et proposita per dominam Matham de Lebreto contraproducta per partem comitis petrag. in causa recredentia villae et castri Bragerac. … ad illud finem quod per vos dominos presens parlamentum Paris. pro domino nostro rege tenentes dicatur … cedulas … quae pro instrument., litteris et processibus publicis per comitem petrag. producta sunt penes curiam contradictam Math. etc., tanquam falsa viciosa seu alias suspecta et invalida rejici, etc. Dans le cotté BBBB. Au dos de ce mémoire est un arret du parlement de Paris, qui en consequence, ordonne que Mathe soit admise à venir proposer ore tanus ses objections contre les pieces produites par le comte de Perigord. Cet arret est daté du 19 juillet 1337.

_________________________________

 

Dans la piece cottée CCCC, mémoire pour Mathe, à l’occasion de sa dot, il est dit : de jure scripto[267] per quod senescallia petragoric. quantum ad hoc regitur et de usu et consuetudine in eadem obtentis … quando maritus incipit sic abuti bonis et substantia suis et incipit male gubernare bona sua est locus restitutioni dotis et arnesiorum et augmenti dotis et donationis constitutae ad dotem vel augmentum, et potest agere mulier personali actione contra maritum et reali, si res proprias dederit in dotem vel in augmentum, aut ypothecaria contra maritum vel alium tertiam possessorem non obstante quod duret matrimonium, sic et eo modo quo posset experiri si esset per mortem vel alias matrimonium dissolutum.

Il est dit dans ce mémoire que Mathe prit possession paisible dudit Bergerac … et on ajoute :

Item ad plenius habendam et acquirendam et continuendam possessionem et saisinam paedictas, procurator dictae Mathae fuit adductus in capitolio[268] dicti castri Bragerac. ad vivendum et demonstrand. occulatim dictam villam et castrum Brager. et pertinen. eorundem, etc.

… Item quod occupata dicta villa (comes et comitissa) dictum castrum obsederunt ad modum guerrae, per terram et aquam, multosque insultus fecerunt et excessus pluribus temporibus et diversis sagittando et quadrellos et felos projiciendo et assalliendo dictum castrum et gentes dictae dominae, … et cum armis prohibitis vociferantes et clamantes cepe et cepius « a mort, a mort, moriantur », et similia terribilia verba … et ruperunt munos dicti castri et primi fortalitii ejusdem et postquam intraverunt clausuram dicti castri, gentes dictae dominae et guardiator affugerunt et recluserunt sub majori et interiori fortalitio dicti castri postquam fuerint (dicti complices) intra clausuram murorum projiciebant cadrellos et telos cum arcubus et balistis et irruebant contra eosdem cum casibus

Page 75 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

lanceis et lapidibus et alio multiplici genere armorum, eosdemque (gentes Mathae et gardiatorem regem) debellaverunt licet inhiberent et appellarent et se fore sub dicta salvagardia significarent, ipsos ceperunt et ligaverunt imponentes laneos, enses et cultellos ad gulam et collum ipsorum, et incarceraverunt, etc.

Item confessa est pars adversa quod fractus dictae terrae ascendunt quolibet anno quatuor milia librarum turon. vel ultra. Cotté CCCC.

_______________________________

 

[269]An. 1335, nobilis vir dominus Johannes de Luberto senescall. pictav. et lemovic. Notorium est quod terra senescalliae petrag. regitur jure scripto, non consuetudinario cujus contrarium asserit dictus senescallus pictav. [270], etc. et in dicta senescallia de consuetudine nunquam mortuus saysit vicium, cum regatur jure scripti… Et in ea sunt castra Montinhaci et de Montecuco, etc. ;

Ainsi la question sur l’etat du Perigord a été traitée contradictoirement. Dans cette affaire, Mathe d’Albret fait appel de cette sentence du seneschal de Poictou, et son appel se trouve sous la cotte FFFF, en parchemin (cette Jeanne de Mastas etoit femme de Johan de Thouarsio domin. de Posariis, supra cotté FF).

_______________________________

(1336)

[271]Dans une longue procedure de Mathe d’Albret devant le seneschal de Perigord, de l’an 1332, lundy apres St Gregoire, Mathe donne son intendit pour prouver que son mary Regnauld de Pons seigneur de Bergerac a mal geré et a dissipé ses biens depuis leur mariage. Elle luy reproche :

d’avoir donné, ex causa donationis inter vivos perpetuo, etc. domino de Baynaco locum de Teyaco in honore et district. seu castellania de Montinhaco cum alto et basso justitiatu etc., licet non meruisset, etc.

7° quod et … dedit et ex causa donationis inter vivos contulit et donando concessit domino Guillelmo de Chaunac tunc archidiacono parisiensi, et nunc parisiensi episcopo, parrochiam de Cern cum alto et basso justitiatu et jurisdictione omnimoda valentes … 50 # burdegal., annui redditu, licet dictus dominus Guillelmus non peruisset.

… procurator dictae dominae Mathae per modum positionis asseruit quod tempore contracti matrimonii inter dominum Reginalduum de Ponte militem[272] dominum de Brageyraco et nobilem dominam Matham de Lebreto, idem dominus vocabatur Helias Rudelli et quod post dictum matrimonium idem dominus extitit confirmatus, in qua confirmatione mutatum extitit ejus nomen assumando et imponendo sibi loco Heliae Rudelli, Ratgualdus de Ponte, cui positioni et affectioni petiit per procurationem dicti domini de Brageraci respondere, qui requisitus recognovit ita esse.

Acte en parchemin pour Mathe d’Albret, datté ainsi : anno Domini M° CCC° tricesimo sexto, die sabbati in vesperas nativitatis beatae Mariae virginis, videlicet septima die mensis septembr. … infra castri Bergeraci. Cotté MMMM.

_______________________________

Acte par lequel le procureur de Mathe demande d’etre admis comme appellant du seneschal de Perigord, lequel il regarde comme suspect à la dite Mathe comme ayant favorisé le comte de Périgord dans l’invasion de Bergerac (1334)

In dossier E 622 aux AD 64

[273]Dans un acte par lequel le procureur de Mathe demande d’etre admis comme appellant du seneschal de Perigord, lequel il regarde comme suspect à la dite Mathe comme ayant favorisé le comte de Perigord dans l’invasion de Bergerac. Il est dit que Berard d’Albret, frere de la dite Mathe, pendant le siege que le comte faisoit de Bergerac, ayant demandé au seneschal de Perigord, de venir pour faire finir ce siege et interposé son autorité, celuy-ci, s’etoit avancé vers Bergerac, mais qu’il avoit favorisé le comte, et cum essset de parentela[274] dicti comitis et de raubis suis, et de hospicio suo, et formis in tornament., et ab eodem comite habuerit quoddam equum valide pulcherrimum pluraque alia, anno 1334, die lunae in festo beatorum Jacobi et Christophor. apostolorum … apud Montinhacum … Cotté OOOO.

________________________________

 

[275]Acte par lequel Helias Rudel donne à sa sœur Johanne comtesse de Perigord, tous ses biens venus de la succession de ses père et mere suivant les dispositions testamentaires, videlicet castra et castellanias de Gentiaco, castri Mauronis, de Monnier, dyoces. vasatens., de Bragerac., Montis Cussi, Montis Leyderii, Sancti Albini Montinhaci, et baylliam de Tayaco petrag. et sarlaten. dyoces., castrum de Ponte dyoc. xantonen., et castrum de Pojollis et totam terram quam habet in Tolosano ex parte matris suae in senescall. tholosan. et carcasson. etc. Fait à Paris, 1322, apres St Michel d’hyver, cotté TTTT.

__________________________________

Page 76 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

 

[276]Robertus de Mastasio miles dominus dicti loci et de Mornaco, et Hyolendis de Marchia domina de Pontesio, ac etiam Fulco ejusdem domini Roberti filius, miles, et Yolendis de Ponte uxor dicti Fulconis, le dit Robbert de Mastas donne à Yolande de Marchia, propter nuptias sive in osclum 600 #, anno 1296 mense julii, cotte VVVV.

____________________________________

 

[277]Vicecomes de Tartasio maritus prior dictae dominae Mathae uxoris Heliae Rudelli, reliquerat ad vitam suam duo millia libr. turon. levandas in dicto vicecomitatu etc. cotté BBBB.

_______________________________

 

[278]Helias Rudel, seigneur de Pons, Bergerac meurt sans enfants, à Monché, 5 jours avant la fete de St Jean Baptiste en juin 1334. 8 jours avant sa mort, sa sœur Jeanne comtesse de Perigord, vint se presenter au château pour le visiter, Bernard d’Albret et Regnault de Pons seigneur de Riberac miles, luy en refusent l’entrée. Les consuls et plusieurs nobles de Bergerac la prient de se retirer dans leur ville, ce qu’elle fait, et trois jours apres elle apprend la mort de son frere. Alors elle prit possession de reelle de Bergerac. Le comte de Perigord (Archambaud) son mari instruit de cette mort vint, cum quatuor scutiferis et uno milite dumtaxat sine armis prohibitis ad locum de Brageraco. Ils reçurent le serment des nobles et des consuls de Bergerac et entrerent dans le château dont ils trouverent les portes ouvertes etc. pacifice, etc. Mémoire pour la comtesse de Perigord, où l’on nie tous les faits de celui de Mathe. On y dit que le roy  reçut le serment de fidelité du comte pour Bergerac, et que celuy-ci fit son heritier son frere Roger Bernard etc. ibid. cotté YYYY[279].

_______________________________

Hommage de Raymond-Bernard de Fumel, commandeur de Saint-Maixent, à Isabelle de Lévis, dame de Bergerac, pour ce qu'il possédait dans la châtellenie de Bergerac (1306)

In dossier E 126 aux AD 64

[280]Acte d’hommage rendu par Raymundus Bernardi de Fumello miles ordinis Hospitali beati Johan. Jerushlm praeceptorque domus Maxenci, à, Isabella de Levis, dame de Bergerac et de Pons femme mère et tutrice d’Helies Rudel, mardi après les octaves, nativitatis Domini ann. 1306. Audoyno Petrag. episcopo, avec sigle Z5.

______________________________

Constitution de douaire par Regnauld de Pons à Garnaise sa sœur, mariée au vicomte de Rochechouart (1298)

In dossier E 165 aux AD 64.

[281]Contrat de mariage de noble homme Eymeric vicomte de Rupe Cavardi lemovic. dyoces. et Garnesia alias appellata Dalmaysa sœur de Regnauld de Pons sgr de Bergerac, sous la contribution dotale de 300 # de rente monoye de Perigord, payables par le dit Regnauld et 2000 # une fois payées, du mardi après l’exaltation de la sainte Croix, 1298, Audoyno Petrag. episcopo … apud Brageriac. En parchemin, cotté X 5.

_______________________________

Aude, fille de Regnaud de Pons, et Guillaume, vicomte de Bruniquel, son mari, donnent quittance à autre Regnaud de Pons de tous droits successifs sur l'héritage de leurs parents (1304)

In dossier E 125 aux AD 64.

[282]Acte de cession de biens par Auda de Pons fille de Regnauld de Pons et de Marguerite de Turenne, femme de noble homme Guillaume vicomte de Bruniquel , an 1304, jeudi après St André, à Sarlat, presents : Radulphus de Castronovo, Guillelmus de Doma, Gastone de Casnaco militibus, Gilberto de Theminis, Raymundo de Valle, [H----ne] [283] de Doma, Petro et Radulpho de Albussone domicellis, etc. En parchemin, avec signe et scellé, cotté Q5.

______________________________

Testament d’Hélie Rudel, seigneur de Bergerac (1318)

In dossier E 128 aux AD 64.

[284]Testament original de Helias Rudel sgr de Bergerac, domicellus, etc., par lequel il fait sa sœur Jeanne comtesse de Perigord, son heritier universel. Fait, in domo assisiarum castri Xanton., anno 1318. Samedi avant la Pentecoste, scellé de 3 sceaux, cotté R5.

_______________________________

Assises tenues à Cahors mardy avant St Vincent 1333, par Pierre de Mirmanda seneschal de Perigord et de Quercy, pour le roy de France. Cotté J5.

______________________________

(1334)

Acte EEEEE contient une piece en patois gascon qui est dite ecrit in Romana lingua[285] : Joan [---------][286] bayle de Sarlat, gardea donat à ma dona Matha de Lebret per notre senhor lo rey de Franssa per gardea e per empar la persona e sos bes e de deffendre de totas oppressios … io laga trobada es possessio paisibla … del castel et de la villa de Montinhac am totas sas apertinensas. Vos Ramon de Sermet que vos diset esser senescal del comte de Peregort en aqual loc de Brenac etc. Il luy ordonne de remettre à Mathe les lieux de cette chatellenie dont il s’est emparé à force ouverte et main armée, etc. 22 juin 1334, avec sigle en parchemin.

______________________________

Don d’Hélie Rudel à sa femme Mathe d’Albret son château et châtellenie de Pons et Ponteix (1317) (vidimus en parchemin scellé de 1411)

Référence non connue aux AD 64.

Voir aussi dossier E 131 (en latin).

[287]Acte en françois par lequel noble Helias Rudel sive de Pons et de Bergerac, donne par don pur et perpetuel fait entre vifs à Mathe d’Albret sa femme : son chastel

Page 77 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

et chastellenie de Pons et de Ponteix, si comme ilz se comportent et estendent de toutes parts etc., suppliant le dit Helies aux seigneurs desquiex les dictes choses dessus dictes meuvent et sont [ten----][288] specialement aux gens messrs le roy de France et aux gens le roy d’Angleterre et à chacun d’eux emprès le deus dudit Helies, ils mettent… la dite Mathe en possession de toutes les dictes choses. Fait à Paris le mercredy après les huitenes de la saint Martin d’esté, l’an de grace M CCC et dis sept. Vidimus de l’an 1411 en parchemin scellé.

____________________________

Donation de Bergerac par Hélie Rudel à Mathe d’Albret (1318)

Voir dossier E131 aux AD 64.

[289]Donation de Bergerac par Helie Rudel à sa femme Mathe, quo advixerit, pro honorabili sustentatione domus suae. A Bordeaux 14 juillet 1318. Cotté E 6.

______________________________

Référence non connue aux AD 64.

[290]Petrus Raymundi de Raspitangne miles senescallus agenn. et Vasconiae pro domino Franc. rege, dilectis nostris bajulis regiis ressorti de Caturco, de Sarlato, Montis Domae et de Sancta Fide et de Eymeto[291], etc., il leur adresse des lettres du roy Philippe qui lui commettoit toutes les causes de Mathe pour lesquelles le roy dit : eandem (Matham) ab examine senescalli nostri qui nunc est petrag., ex causa et de speciali gratia ex emissi. Les lettres royales, dat. Parisius 26 sept 1334. Le seneschal d’Agnois ordonne à ces baillis de citer Roger Bernard aux assises de Lauserte devant luy. Datum Agen., dimanche avant St Luc, 1334, cotté G6.

__________________________________

Référence non connue aux AD 64.

[292]Acte en parchemin pour Mathe etc., Noverint etc. quod … ainsi datté : die vicesima quarta mensis novembris anno Domini millesimo tricentesimo tricesimo quarto regnantibus dominis Philippo rege Francorum, Rñdo petragor. episcopo et Rorgerio Bernardi comite petragor ac domino Brageraci. Ego Helias conogut … notarium … legi public. instrument. … cujus tenor etc. Regnault de Pons donne à Guill. Folquerii en payement de 600# pretios, totum emolumentum nundinarum Bragerac. necnon exitus emolumentor. in quadam paxeria in flumine Dordoniae, in loco vocato Lo Sablas, et quartam partem exituum et proventuum ad dictum nobilem spectan., in veta portus Brageriaci in dicto fluvio Dordonae necnon et ulterius totum jus quod hactenus perceperat et percipere consueverat in salmonibus levari consuetis in omnibus vetis dicti fluminis Dordonae quathenus est in castellania dicti loci Brageriaci. Datum apud Pont., 15 maii 1329. En parchemin avec sigle cotté G6.

___________________________________

Procès verbal des commissaires royaux qui mettent Robert de Mastas en possession de Bergerac. La ville etait auparavant sous la main du roi.

In dossier E 130 aux AD 64 (à vérifier).

Procès verbal des commissaires royaux qui mettent en possession de Bergerac, lors mis sous la main du roy, Robert de Mastas que le roy Philippe venoit de recevoit à foy et homage, en vertu des lettres patentes données à Poissi, le 15 sept. 1334. [293] Suivent les protestations du sgr de Mastas, du comte de Perigord, de Reginaldus de Pons seigneur de Pons et de Riberac, vicomte de Carlat et de Turenne en partie, Marguerite de Turenne, dame de Bergerac, mere d’Helie Rudel et Geofroy de Pons, est dite : avia istius Reginaldi de Ribayraco. Cette Marguerite, dans son testament avoit substitué ses biens apres la mort de cet Helies Rudel mourant sans enfans masles, à Geoffroy de Pons, tunc domicelli, patrem dicti domini Reginaldi de Riberaco, nunc opponentes.

Dans la protestation de Robert de Mastas, il est dit, quod locus Brageraci et castellania Brager. cum suis pertinen. ressortit et ressortire consuevit apud Lango quousque homagium debitum pro praedictis devenit ad dominum Franciae nostrum regem et quod ex tunc ressortire consuevit Petrag. Ob hoc quod dictus locus de Lengo non spectabat ad dictum dominum nostrum regem immediate sed ad ducem Aquitaniae qui tunc erat … et quod dictus locus, castrum et castellania cum dictis pertinen. se regebat tunc et regere consuevit per consuetudines Vasconiae, et posito quod ressortum praedictum mutaretur, ex causa praedicta de loco ad locum non propter hoc debet restare, quin regatur et regi debeat per consuetudines sui ressorto antiqui et per quas regi antiquitus consuevit, etc. En parchemin, cotté H6.

_______________________________

Référence non connue aux AD 64.

Quidam servientes armati apud Bergerac., lancibus ensibus, tanlachis et bloqueriis, an 1334 mens. [---][294]. Cotté J6.

____________________________

Page 78 / Ch. XVIII Albret / Bergerac & Montignac

Hélie Rudel, seigneur de Bergerac, donne à Mathe d'Albret, sa femme, la châtellenie de Bergerac, sa vie durant (1318).

In dossier E 128 aux AD 64.

Vidimus de cet acte in dossier E131 aux AD 64.

[295]Donation d’Helie Rudel, dominus de Ponte et Brageraci, domicellus, en parchemin par lequel donne à Mathe sa femme la terre de Bergerac sa vie durant, die sabbati ante festum Pentecost., in domo assisiae … xanton., circa vesperas, anno Domini 1318, et pendent trois sceaux, le dernier est celuy d’Helies Rudel ci-contre[296]. Cotté L6.

_____________________________

(1518)

[297]Copie d’arret ou lettres de commission de pareatis du Parlement de Paris, die XI avril 1518, 5e du règne de François Ier, en faveur d’Alain d’Albret pour faire ajourner au parlement de Bordeaux Ysabella Tallerand et Bertrandum de Salignac militem dicti loci dominum ejus maritum, et autres detenteurs, pour la restitution de la terre de et seigneurie de Moncuc, en vertu duquel suit l’exploit donné par le sergent etc., à St Germain en Laye, le mercredy treisieme jour dudit mois d’avril, audit an mil cinq cent dix huit avant Pasques. A messire Jacques de Beaume chevalier seigneur de St Blancay conseiller du roy, et general de ses finances, pour comparoitre en la court de Parlement, au dixieme jour du mois de may en suivant, l’an mil cinq cens dix neuf. En papier non signé, ecrit vers 1520.

____________________________

Ventes et échanges de la seigneurie de Moncuc (1489)

[298]Le sire Alain d’Albret avoit vendu en 1489, 12 may, pour 18 000 #, la terre de Moncuc au general de Beaume, celui-ci l’eschange le meme jour au même prix au seigneur de Grignoulz, et le seigneur de Grignoulz au dit Bertrand de Salignac. Cet autre eschange par lequel ledit de Grignols donna audit de Salignac ladite seigneurie de Moncuc, et le dit de Salignac donne audit sgr de Grignols la seigneurie de Nadaillac, cet acte daté du 25 juin 1489. Le 20 sept. 1489 ledit de Salignac vendit[299] la terre de Moncuc audit de Grignols pour 10 000 # (Moncuc pres de Bergerac, dyoces. de Sarlat). Memoires dans le sac cotté N7.

________________________________

(1334)

[300]An 1334, … die martis post festum beati Geraldi in assisia Montis Domae quae incipit teneri … ibid. die sabbati ante festum beati Luchae evangelist., tenta per Petrum de Mirmanda senescall. petrag., Reginaldus de Ponte miles dominus de Ponte, de Virello, de Ribayraco vicecomes Carlat. et Turennae, pro parte … et Mathe d’Albret, font leur opposition à la prise de possession de Bergerac par Robert de Mastas, qui avoit obtenus lettres royaux sur l’homage qu’il en avoit fait, cotté J7.

________________________________

NOUVEL INVENTAIRE

D’ALBRET

_____________________

Chapitre I

Vente de la terre de Montpon (1559, 1571 & 1578)

[301]Jean de Bretagne duc d’Estampes comte de Penthievre et lieutenant general pour le roy en Bretagne et sgr … de … Montpaon en Perigord vendit cette terre à Robert Fichepin … marchand fournissant l’argenterie du roy et à quelques autres, pour 355#[302] (ou 3355 # ?) 3s. 2d.  [------] 11.705 [----][303] 3 s. 2 d. t., à pacte de rachapt en faveur du roy de Navarre qu’il avoit consenti en 1559. La reine Jeanne ou son gouverneur vendit en 1567 à Paris 13 janvier à dame Jeanne de Cardaillac dame de Longa les forets, fons d’icelles appellees Poyaublanc, le Buzet et la Ferrechate et du Puy-Chalux dependantes de la chatellenie de Montpon pour 72 000 # à la charge de racheter pour la dite reine la chatellennie à quoy s’engageat de nouveau le fils de ladite de Cardaillac, noble et puissant sgr Michel de Lur, chevalier sgr de Longa en la parroisse de St Meard de Lymulh, de Barriere, de Soligny, de St Loys et Victe de Roussilhe, gentilhomme ordinaire de la chambre du roy et chambellan du roy de Navarre, par acte passé avec la reine Jeanne à la Rochelle, 24 janvier 1571, ce qu’exécut, en faveur du roy de Navarre Pierre Cherbonneau marchand de Tours, auquel le dit sgr de Longa avoit vendu les dites forets fonds, etc., à même charge que luy ou sa mere Jeanne de Cardaillac. Ce rachapt est datté de Tours, 12 may 1578, en parchemin signé, cotté N.

__________________________________

Vente de la terre de Larche et Terrasson (1483 & 1491)

[304]Copie non signée du contrat de vente … faite par Alain d’Albret pour 3 000 livres de la chatellenie et chateaux de Larche et Terrasson à son amé et feal cousin Anthoine de Salignac chevalier seigneur dudit lieu, reservé à luy, la foy et homage ressort et souveraineté, etc. Donné à Montpaon 28 sept. 1483(Signé Alain etc. copie)

Pacte de rachapt consenti par Anthoine de Salignac, et depuis ledit Alain vend audit de Salignac cette faculté de rachapt pour 2 mille livres, 20 mars 1491. Ratifié par Jean roy de Navarre, à Lourde 28 mars 1491 avant Pasques. Cotté Z.

_________________________________

Page 79 / Ch. I Albret / Nov. Albret

[305]Charles VIII fait mettre sous sa main la chatellenie de Masseré parce que Alain d’Albret sgr dudit Masseré s’etoit allié et retiré au pays de Bretagne, contre luy, donné à [Mar----s][306], 8 decembre 1488 (copie)

_________________________________

 

[307]Le cardinal Amanieu d’Albret cede en payement, etc., à Martial Douchet les revenus d’Auberoche qu’il dit etre une chatellenie dependant de la vicomté de Limoges, 1520. 6 augusti, cotté S4 signé.

__________________________________

Cession par Alain d’Albret de la terre d’Excideuil (1487)

In dossier E 725 aux AD 64.

(document cité également dans l’inventaire E 609)

[308]Copie (non signé) d’un acte par lequel Alain d’Albret : cede et transporte à perpetuité à Jeanne de Bretagne fille de Guillaume de Penthievre sœur de Françoise de Bretagne et de Charlotte de Bretagne femme de feu noble Jehan de Surgieres sgr de Baslon, pour payement du restant de ses droits dotaux 500 ecus d’or etc., et pour sa portion, ou tiers de cinq mille livres mon. de Haynauld, à elle donnée par Jeanne de Balam veuve d’Olivier de Bretagne comte de Penthievre, et arrerages montant à 1666# 2 s. 10 d., c’est à savoir pour etre heritage d’elle et de ses hoirs soit masles ou femenaux, ou ayant cause d’elles, les chateaux, chatellenie, terre et justice et seigneurie d’Exideuilh, avec la utencile qui à present est audit chastel, cens, rentes, revenus, fois, omages, dons d’offices, collations de benefices, hommes et femmes, estangs, vivieres, molins, boys, buissons, garennes, dixmes et autres devoirs seigneuriaux quels qu’ils soient etc. Et aussi ledit sgr de Lebret a transporté … à la dite Jeanne … la faculté … de pouvoir rachepter les parroisses de St Jory, de Rossesil et de Cornhac de ceux à qui ledit de Lebret les a engagés et vendus, … laquelle vendition mon …. (1 ou 2 mots dechirés) a fete en protestant et en tant que la chose (1 ou 2 mots dechirés) autrement sans ce que par sa dite vendition luy puisse etre prejudice au privilege de ladite vicomté, sans icelle desmembrer ne se peut à cause du procès qui est pendant sur ladite vicomté entre mondit seigneur et le seigneur de Bossac, 19 janvier 1487, cotté X4.

__________________________________

Chapitre II DOMAINE

Hommage fait à Alain d’Albret par Guinot de Roffignac pour Chavagnac etc. (1498)

In dossier E 718 aux AD 64.

[309]Homage en papier fait à Alain d’Albret par Guynot de Roffinhac fils naturel et legitime de messire Jean de Roffinhac chevalier, en son vivant seigneur dudit lieu de Chavaignac et de Cousages, escuyer dudit Alain, du chastel et chatellenye de Chavagnac, et generalement de tout ce qu’il tient dudit sgr à cause de la comté de Perigord, ez les chatellenyes de Larche et Terrasson aussi mouvant de sa comté de Périgord et vicomté de Lymoges, 25 sept. 1498, copie collationée et signée.

_______________________________

Hommage fait à Jean de Bretagne par Johanisson Melet pour Excideuil (1441)

Référence non connue aux AD 64.

[310]Dans la liasse cottée D5, est une copie signée signée, de l’homage lige fait à Jean de Bretagne vicomte de Lymoges, par notre amé Johanisson Melet etant fils et heritier universel de feu Guillaume Melet jadis demeurant d’Exideuilh, agé de plus de 21 ans et moins de 25 ans avec une maille d’or … (mots déchirés) pour les repaires es terres et heritages (mot déchiré) La Jourye, du Chastaguenal et de la Rolandie et la moitié des heritages qui furent des feux comtes avec tous les cens, rentes et autres apartenances et append. quelquonques etant en la chatellenie d’Exideuilh, de Segur et de Thiviers, du X mars 1441. Signé Guast.

_________________________________

Don de Razac à Hugues Beylt, sous reserve de rente annuelle et d’hommage (1471)

Référence non connue aux AD 64.

[311]Alain sgr d’Albret … comme ainsi soit que feu nostre oncle le comte Jehan de Penthievre que Dieu absoilhe en donnant à nostre amé et feal chevalier et conseiller messire Hugues Beylt ses lieu, château et chatellenie de Razac avec ses apartenances et dependances o toute justice (movens – mot mal ecrit) et tenus en tant que toche seulement la parroisse de Razac des eveque et chapitre de Perigueux, et à la charge de certaine rente annuelle que le dit chevalier luy en est tenu payer et en eust et aist retenu à soy e à ses successeurs nostre dit feu oncle foy et hommage lyge et serment de feaulté que le dit chevalier et ses hoirs et successeurs desendans de luy en loyal mariage luy en doivent faire et ycelluy nostre dit feu oncle et ses dits successeurs soient tenus d’en faire le dit hommage auxdits evesques et chappitre touchant seulement ladite parroisse dudit Razac, car la parroisse dudit St Apre

Page 80 / Ch. 2 Albret / Nov. Albret

des apartenances et chatellenye dudit Razac n’est en riens de ladite eglise mais seulement de nous, savoir faisons à tous etc. que ledit chevalier, nous a fait les foy et homage et serments de feaulté qu’il nous doit et est tenu de faire à cause de ces dits lieux et chateaux et chatellenie dudit Razac, appartenances et deppendances tenus par luy de nous en plein fief en tant que touche ladite parroisse de Razac seulement et en arriere fief desdits evesque et chapitre[312], à la rente, come (mot effacé) est. Donné au château de Montinhac, 16 janvier 1471 (copie signée Galzons, en gros caract. et en forme de signature).

_______________________________

Testament de Jean de Baily seigneur de Razac (1530)

Référence non connue aux AD 64.

[313]A cet homage est jointe une copie signée du testament de Jean de Baily escuyer sgr de Razac et de St Apre. Legue pour reparations à l’eglise de Razac 15# qu’il avoit receux de la terre et plassage de la dite eglise faite neuve au commencement, ensemble donne à ladite eglise de Razac et parroissiens d’icelle ledit plassage par luy laissé en reservant à luy et aux siens la fondalité et seigneurie. Legue à Guillé son 2e fils 1000# tourn. une fois, à Marguerite et autre Marguerite, Antoinette et Françoise pour dot 1000# semel ses filles naturelles et legitimes. A Peyrone Bayline sa fille naturelle pour la marier 30# tourn., un lit et habillements selon son estat, et à Catherine Bayline, aussi sa fille naturelle, meme chose … Fait usufructuaresse de ses biens, sa femme Jehanne d’Abzac damoiselle, fait son heritier universel son fils aisné Ponet Bayly escuyer, auquel il substitue son 2e fils Guillaume, et au defaut de ces 2 ci, ou de leurs enfans masles, substitue sa fille Marguerite la plus jeune, à celle-ci Marguerite la plus vieille puis Antoinette et Françoise, et dans ces derniers cas, sa fille et son mary seroient tenus de porter ses noms et armes, fait tuteurs de ses enfans messires maistres François de Ranconnet seigneur d’Escoyre et Poulignac avocat en la cour de parlement de Bordeaux et Helie de Merle escuyer lieutenant en la seneschaussée de Perigord, et Pierre de St Angel son juge, lieutenant et avocat en la dite seneschaussée. Du 15 janvier 1530. Original signé Girault notaire royal. Dans la liasse cottée D5.

_________________________________

(E 693 aux AD 64)

[314]Copie signée du contrat de vente faite par Jean de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord vicomte de Lymoges etc. a nobili viro Juliano Beaupoil domicello, déjà seigneur foncier et direct, in tota et integrali parrochia de Sanctae Eulaliae, la justice haute, moyenne et basse, etc. de la même parroisse avec [---ur][315] d’y batir castrum forte si voluerint fossatis meniis turribus et aliis edificiis ad omnimodam defentionem necessariis munitum, fieri facere exculias etc. [---][316] demembre de la chatellenie de Haente dont elle dependoit et luy transfer. audit domicell., quantum potius et debuit de jure tale jus castellaniae quale in castro suo de Haento utitur et ab antiquo usus fuit, jure pedagii sui … salvo et retentis superoiritate et ressorto etc., et cognitione appellationum immediate devoltarum … pour 825 # de monnaie courrante, le 26 mai 1445.

____________________________________

Hommages divers contenus dans la liasse cottée D5 (1464-1541).

(E 784 aux AD 64)

Homage signé à Alain d’Albret de noble home Jean de Massaut seigneur de Clarans en la chatellenye de Montinhac, pour son hostel de Clarens etc., 20 fevrier 1511, ibid.

__________________________________

(B 1778 aux AD 64)

Pierre de Saint Aulaire offre de faire homage pour les seigneuries de Celles et de Bertrix pour lesquelles y avoit procès au grand conseil, son père Jean de Saint Aulaire en avoit fait homage, ibid. sans date, ni seing.

_________________________________

(B 1840 aux AD 64)

[317]Copie signé Dubreuil, d’une transaction du 17 juillet 1534, par laquelle noble Louis de Palayrac protonotaire etc. et François d’Abzac sgr de Mayac tuteurs de noble Jean du Bosquet, cedent au nom dudit du Bosquet à noble Jean Chapt toutes les rentes que ledit du Bosquet a au lieu de la Bachelerie etc.

____________________________________

Page 81 / Ch. 2 Albret / Nov. Albret

(E 666 aux AD 64)

Homage fait à Alain d’Albret par Foucault de Chassaing escuyer seigneur de Mas Nadaud, pour ses maisons nobles de Mas Nadaud, de [La----][318] et du Chaslard dans les chatellenies de Chalus, Chervol et Maumont, 7 juillet 1515, signé, ibid.

__________________________________

Hommages de 1541.

(Homage) de Françoise de Jounhac abbesse de Alloix 18 aout 1541 ibid.

__________________________________

(Homage) de Cherlite de Maumont abbesse de la Règle 22 oct. 1541, ibid.

__________________________________

(B 1794 aux AD 64)

Procuration signée à faire hommage au roy de Navarre comte de Perigord, donné par Jean de la Brangelie et Jacques seigneur de Sufferte Joumars freres habitans de la chatellenie de Riberac pour le droit de vigerie, four à ban et estang, au mois d’aoust[319], qu’ils tiennent au bourg de Vanxens et autres cens, rentes et menus fiefs qu’ils tiennent hors ladite chatellenie de Riberac, ez paroisse de Bertrix, Celle, Eschournhac, St Germain du Salembre, Douchac, Segonzac, St Pardoux de Drone, St Vivien  de Double et St Privat 18 oct 1541, ibid.

__________________________________

(B 1793 aux AD 64)

Procuration pour faire homage audit roi de Navarre, signée, donnée par Françoise de la Tourn dame de La Roque et de Tayac veuve de François de Baynac chevalier seigneur de la Roque et de Tayac, comme mere de Gabriel de Baynac fils dudit seigneur de la Roque pour la seigneurie de Tayac, 30 sept. 1541, ibid.

__________________________________

(E 846 aux AD 64)

Procuration signée pour faire homage au roy de Navarre vicomte de Lymoges par Pierre Joubert escuyer habitans du bourg de St Penthaly pres Exideuilh pour son repaire noble de la Roche assis en la dite parroisse de St Penthaly, etc. 14 oct. 1541., ibid.

__________________________________

Hommages de 1464.

(E 771 aux AD 64)

Alain d’Albret, seigneur de Rions comte de Penthievre, comte de Perigord vicomte de Lymoges et seigneur d’[A----][320] … savoir faisons que nostre cher et amé cousin Archambault de Bourdeille nous a aujourd’huy fait les foy et homage lige et serment de feaulté qu’il nous doit et est tenu de faire à cause de son chastel et chatellenie de Montencès avec toutes ses apartenances et deppendances quelquonques tenans de nous à cause de nostre comté de Perigord, auxquels foy, homage et serment de feaulté o l’autorité et bon plaisir de nostre tres redoubté seigneur et père mr. Jehan d’Albret vicomte de Tartas, l’avons reçu sauf nostre droit et l’autruy, etc. Donné en nostre lieu de Montignac soubs le scel de nostre seigneur et père en l’absence du nostre, le neufieme jour de may mil quatre cens soixante et quatre ainsi signé par monseigneur le comte, messieurs Gaultier de Perusse seigneur des Cars, Charles de Beaume escuyer, maistre Pierre de Pelisses et autres, contresigné [----][321].

__________________________________

(B 1791 aux AD 64)

Dans la liasse cottée D5, copie en papier en gros caractère, François de Bourdeille

__________________________________

(E 606 aux AD 64 ( ?))

Homage lige fait à Alain d’Albret par Guilhonnet de la Porte procureur, pour son hotel du Puy St Bertholmieu [----][322] Saint Chastier avec les justice haute, moyenne et basse et tout ce qu’il tient de luy en la ville et l’honneur de saint Chastier come heritier de Holivier Jean Raymond et Pierre de St Astier et generalement de tout ce qu’il peut tenir de luy en sa comté de Perigord, etc. Donné à Montignac-le-Comte 9 mai 1464, et au bas est signé : d’Escatha juge du Puy St Astier, procureur dudit Helies de la Porte sgr de Chanteyrac

__________________________________

Hommage de 1541.

(B 1797 aux AD 64)

Procuration pour faire hommage au roy de Navarre donnée par noble et puissant sgr messire François de Saint Aulaire chevalier seigneur dudit lieu, de Tarnac, Mensac, la Grenarie, en Limousin, d’Arcing es en Beaujoloys, et panetier ordinaire du roy nostre sire, à noble Elzias de la Montpeylarie, sgr de la Montpeylarie, du XI sept. 1541, ibid.

___________________________________

Page 82 / Ch. 2 Albret / Nov. Albret

Hommage de 1541

(E 832 aux AD 64)

Procuration pour faire hommage au roy de Navarre donnée par Pierre de la Place escuyer seigneur de Javerlhac et de Valetes, eslu d’Engouleme pour le roy, demeurant à Engouleme, comme père et legitime administrateur de ses enfans et de feu demoiselle Marguerite Pastoureau sa femme fille de feu Dauphin Pastoureau [------][323] sgr de Javerlhac, pour la 4e partie du chastel et chatellenie, terre et seigneurie dudit Javerlhac, vicomté de Lymoges, ressort de Nontron etc. , 24 sept. 1541, ibid.

___________________________________

Référence non connue (1541)

En 1541 il y avoit à Vauclaire-lès-Montignac 9 religieux chartreux, qui donnent procuration à Ramond Jacobi, pour faire homage et remontrer à Henry roy de Navarre comte de Perigord, que par les statuts et constitution de leur ordre le couvent de Vauclaire ni aultres de la religion ne peut contracter, ni autre chose faire (que de prier Dieu pour l’etat et felicité dudit sgr sans autre devoir), sous le congié et licence du R. P. général de l’Ordre, leur superieur, requerir ledit seigneur de bailler et declarer son intention et demande qu’il entend faire et leur octroyer terme competent pour le tout remonstrer au R. P. general jurer en l’âme desdits prieur et religieux dudit couvent de Vauclaire qu’ils feront dehormais les prieres et service divin audit sgr acoutume fé ou meilleur s’il etoit etc. et autrement faire et procurer comme au cas appartient. Ibid., signé Aymeric notaire.

________________________________

Hommage de 1541

(B 1804 aux AD 64)

Procuration signée, pour faire hommage au roy de Navarre Henry donnée par messire Gaultier de Badefol chevalier, et dame Françoise Flamenche conjoincts sgr et dame de Badefol et de Peyraulx à cause de leurs maisons nobles de Badefol et de Peyraulx en la vicomté etc. 19 oct. 1541. Ibid.

________________________________

Hommage de 1466

(E 645 aux AD 64)

Hommage fait à Alain d’Albret par Arnault de Fayolle escuyer sgr dudit Fayolle à cause de sa maison et forteresse dudit lieu de Fayolle située en la parroisse de Ste Marie de Perduies en sa comté de Perigord, et de tout ce qu’il tient de luy en l’honneur et chatellenie de St Astier. Donné à Bertriq, le X fevrier 1466. Signé.

________________________________

Hommage de 1541

(B 1800 aux AD 64)

Procuration pour faire hommage au roy de Navarre donnée par François de Fayolle escuyer sgr de Fayolle et de la mothe de Vernode, à Anthoine d’Escatha juge pour le roy au bailhage St Astier, du 20 sept. 1541. Signé, ibid., attaché au precedent.

________________________________

Hommage de 1515

(E 721 aux AD 64)

[324]Alain sire d’Albret comte de Dreux, d’Armagnac, de Fezenzac, de Gaure, de Perigord et et de Castr., vicomte de Tartas et de Lymoges, sgr d’Avesnes, de Chaslus, Cherval, Maumont, Chalucet, Courbefin, Solemnhac, à tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Savoir faisons que aujourd’huy date de ces presentes est venu et comparu en personne par devant nous nostre très cher et bien amé Jacques Aymeric escuyer sgr de Chastaing, lequel estant à genouil, nue teste et ses mains jointes entre les notres, nous a fait et presté le foy et homage et serment de fidelité qu’il est tenu de nous faire de son chastel des Blancs avec ses apartenances et dependances tenu en fief de nous à cause de nostre terre et seigneurie de Courbefin et de tout ce qu’il tient en nostre dite seigneurie, et ce faisant a promis nous etre bon et loyal subjet etc. et generalement de garder … toutes les clauses contenues ez chapitres de fidelité vieilh et nouveau, au quels foy et homage l’avons receu … pourveu qu’il baillera et verifiera son denombrement  dans 40 jours etc. Donné en nostre ville de Chaslutz le neufieme jour de juillet mil cinq cens quinze, scellé à double queue,etc. Donné par copie, Aymeric fils dudit feu Jacques Aymeric. Cette pièce en papier et authentique est dans la liasse cottée D5, chapitre 2, intitulé : Domaine, au nouvel inventaire d’Albret.

________________________________

Référence non connue (1507)

Hommage fait à Alain d’Albret comte de Perigord vicomte de Lymoges, par maître Jehan de Marcilhac notaire et secretaire du roy et greffier de sa court de Parlement de Bourdeaux comme mary de damoiselle Marie Pastourelle, fille de feu Daulphin Pastoureau en son vivant escuyer sgr de Javerlhac pour la quarte partie de Javerlhac avec toute justice. Donné à l’abbaye de Brantome 13 nov. 1507, par mgr., etc. Signé Arbonneau. Ibid.

_____________________________________

Page 83 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Sentence provisionnelle du sénéchal de Périgord Gaultier des Cars concernant les juridictions des baillages de Périgueux et de Sarlat (1485)

Référence non connue aux AD 64.

[325]Pour donner ordre aux differents des bayliarges royaulx de Perigueux et de Sarlat, au moyen desquels plusieurs inconveniens et domaiges en sont advenus au pouvre peuple de la present seneschaucée, et obvier à iceulx à la requete du procureur du roy en ladite seneschaucée, et compareus par devant monsgr le seneschal les scindics des estés de Perigueux et de Sarlat qui disoient chacun y avoir interests apres que par ordonnance de mondit sgr le seneschal ont eté faictes enquestes ez lieux de Limeuilh, Plazac et Montinhac, …. la chouse mise par mondit sgr en conseil ouyes partyes, et par advys et deliberation des gens du roy et autres saiges, par ce que de present la matiere ne se peult diffinitivement determiner, a ordonné que les scindycs des citez de Perigueux et de Sarlat, plus amplement produiront lettres et aultres enseignements dedans le terme de Noel prochain par devers soy pour en ordonner par luy, et cependant pour obvier aux dits inconveniens, par manière de provision et jusqu’à ce que par luy en sera ordonné a dict et appoincté que les officiers royaulx de Sarlat useront et explecteront en toute le chatellenie de Montinhac et parroisses de Saint Lazc et de Bersac, sans ce que les officiers de Perigueux leur y donnent empeschement, et les officiers de Perigueux useront ez parroisses de Tremolat, Paunac et toute la terre de Limeuil de par deça les rivieres de Vézere et Dordoigne et devers Perigaux, Saint Drioux, Saint Martin del Bugue, Plazac, Floyrac, Miremont et Roffinhac et tout ainsin que se extendent les dites rivieres devers Perigueux et non Sarlat, et jusques à la chatellenie de Montinhac, et sans ce que les officiers de Sarlat leur y donnent aucun empeschement, le surplus des dits lieux estant delà des dites rivieres devers Sarlat demeureront au ressort dudit Sarlat, et tout ce sans prejudice des droits et privileges des dits deux cotés et en tant que touche les manans et parroissiens de Perignac, ils impetreront et ressortiront en icelluy desdits sieges là où bon leur semblera jusqu’à ce que autrement en soit ordonné, et a donné mr le seneschal en mandement au premier sergent de ladite seneschaucée que cette presente ordonnance fasse publier ez lieux dessudits, et a inhibé et deffendu aux susdits (blanc d’une ligne) jusqu’à ce que autrement par nous en soit ordonné, que n’ayent enfreindre ladite ordonnance sur peine d’estre deschus de leurs droits, et aux lieutenants, procureur et officiers de l’entretenir sur peine de perdition d’office, dret aux parties par les lieutenants de Sarlat et de Perigueux, le procureur et advocat du roy en Perigord, le sgr de Las Bories de Perigueux[326], Capitalis et Valeta scindics desdites cités, mr maitre Bertrand Dallez, Pierre de Saint Avit official de monsgr de Sarlat, et plusieurs autres presens. Fait à Montinhac au logis de mondit sgr le seneschal, en la maison de Freron Richard, diocese de Perigueux deça la riviere de Vezere devers Perigueux, le sixieme jour de juillet mil quatre cens quatre vingt cinq et apres la dite ordonnance donnée, les dits mere et Capitalis procureur de Perigueux ne y ont consenti, ains ont protesté de en appeler et aussi ledit Vallette scindic de Sarlat a dit qu’il ne se consentoit pas en la dite ordonnance et proteste d’en appeler.

Page 84 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Ainsi signé G. des Cars seneschal de Perigord[327] et Jehan greffier de Sarlat par commandement de mondit seigneur le seneschal. De Mota greffier de Perigueux, J. Guillaume Brosse notaire collationnaire des papiers, prothocoles et registres de feu maître Guillaume Jehan notaire. Ay trouvé entre les notes … l’original de la sentence ci-dessus signée de la main de mr le seneschal de Perigord, Gaultier des Cars et signée des dits feux Jean lors greffier de la cour presidiale de Sarlat et dudit de Mota lors greffier de la cour presidiale de Perigueux … lequel extrait je baille au scindic de la ville de Sarlat qui ad ce m’a fait contraindre de par le roy. Signé de Brosse, collationnaire susdit (en papier).

________________________________

Etat des revenus de la chatellenie de Montpaon (1473)

In dossier E 791 aux AD 64.

Etat des revenus de la chatellenie de Montpaon, etablis par … de la Ferriere et François de Challon escuyers, commissaires ordonnés à refformer le domaine de la baronnie de Montpaon, par très haut, etc. Alain d’Albret comte de Perigord, etc. le 28 fevrier 1473.

_________________________________

[328]Dans les parroisses de G., parroisse de StMartin de Montignac, parroisse de St Laurens, de St Michel, de St Andrieu et St Vivien, de Ponteyrault, de Eschournhac, de Servenches, de St Vincent de Jallemoustier, de St Bertholmieu, de Moneysterol, de Menesplet, du Buzet, de St Marsal (avec les rentes en bled, argent, cire, geline, achapt taile de chaque tenetier, y nommé, etc.)

_________________________________

Procès-verbal de mise en ferme des revenus des domaines de Périgord et de Limousin dressé par Florent Chrestien, secrétaire des finances (1579)

In dossier B 1866 aux AD 64

Proces-verbal des affermes du Perigord et Lymousin par chatellenies faites en avril et may 1579 pour le roy de Navarre par Florent Chretien. Le commun, pariage St Front à 1000# par an. Le greffe d’appeaulx de Perigueux 4 ecus par an, Exideuil 570 ecus, Auberoche VI vingt escus, et toutes les autres chatellenies etc. Aucun article pour St Astier, pour Montignac on n’offre que 200 escus et n’est livré, remis au roy à decider, à cause des monopoles et intelligences des habitans. Nontron, on n’a offert que 650#, remis au roy. Thiviers livré pour 100 ecus. Greffe d’appeaux : 97 2/3 ecus. Droits du greffe des petits scels, 8 ecus (les autres chatellenies sont : Ans, Chalusset, etc. en Lymousin).

________________________________

Bulle du pape Clément VI confirmant la fondation de chapellenies par le cardinal Talleyrand de Périgord dans l'église de Saint-Front de Périgueux (1347).

In dossier E 826 aux AD 64.

[329]Copie en papier (non signée) de la bulle de Clement VI confirmatives de la fondation de 12 chapellenies dans l’eglise collegiale de St PFront de Perigueux faite par Talayrand cardinal de Perigord, datum Avenioni, sedo ydus novembris pontificat. nostri anno septima (voyez mes extraits de l’eveché de Perigueux – Leydet). La bulle rapporte au long lettres de fondation ([----][330] à Perigueux) sic :

In nomine Domini, amen, anno ejusdem millesimo trecentesimo quadragesimo septimo, indictione quinta decima, die vicesima octava mensis junii, pontificatus sanctissimi in Xpo patris et domini nostri domini Clementis divin. prov. papae VI anno septimo, in mei notarii publici et testium subscriptorum ad haec vocatorum praesentia. Primus parens humani generis praecepti legem sub qua fuerat constitutus transgrediens, sic vivos propagationis infecit et in traduce generationis peccati traduceretur orig., hinc namque dispendium mortis totu successura progenies pertulit et innocientiae bono private tot peccatis obnoxia redditur ut nisi gratia conditoris adesset, efficeretur a paradise gaudiis aliena, ad expiandum igitur peccati labem quam ex infectae radice contraxit et prona sequitur humana fragilitas, devote et intenta debet fidelis quisque mente consurgere ut fient per culpam corruit, sic per impetiendam ei gratiam relevetur, quam ut facilius consequatur sanctorum patrocinia quibus redemptori nostro vota fidelium benigno favore prosequitur nunc helemosinarum nunc orationum suffragiis nunc aliis operibus caritatis imploret, quod nos Talayrandus miseratione divina titulo Sancti Petri ad vincula presbyter cardinalis attente pensantes ad laudem et gloriam Dei, et gloriosae virginis matris ejus et as subscriptorum et aliorum sanctorum honorem quamdam cappellam juxta ecclesiam beati Frontonis petragoric., pro nostra nostrorumque et

Page 85 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

aliorum fidelium animarum salute de propositis nostris construximus seu constitui fecimus et sufficienter dotavimus etc. prout munimento super hiis confecta patenter insinuant etc.

_____________________________

Divers

La piece cottée P14 parle de plusieurs droits sur Meilhan sur Garonne, on y rapporte d’anciens actes en [-----][331] vidimés ici. J’y observe seulement les notes chronologiques suivantes : IVa die introitus mensis julii anno 1257, Henrico rege Angliae, Johanne priore de Regula.

… decima tertia die introitus novembris anno 1276, Eddwardo rege Angliae et Petro episcopo Bassaden.

Xa die introitus julii anno 1287, Eddwardo rege Angliae et Hugone episcopo bassaden.

L’an de nostre senhor mil CCC XVIII lo IX dia del mes de janvier, so es asaber lo dimars après la proavia en lo semetri de Sent Peyre de la Reola etc. au folio V verso de cette piece cottée P14.

An 1328 21 nov., regnante Philippo Franciae rege Bernardo de Milliano Pytavino episcopo bassaden., etc.

An 1458 22 mensis madii, regnante … Karolo Dei gratia Francorum rege, reverendoque in Xpo etc., Raymundo miserat. divina episcopo bassaden.

__________________________________

Injonction royale (Henri III) au gens du Parlement de Bordeaux, concernant la nomination de 4 conseillers royaux1576 (v. st.)

Référence non connue aux AD 64.

[332]Henry par la grace de Dieu roy de France, de Poloigne à nos amés et feaux les gens tenants nostre court de parlement de Bourdeaulx salut et dilection. Feu nostre très honoré seigneur et frere le roy dernier decedé ayant par son edit du mois de novembre 1573, remis et restabli quatre officiers lais en nostre dite cour vacant par mort, vous aviez fait difficulté quelques lettres de jussion que par nostre dit seigneur et frere vous ayant été adressées de proceder à la verification dudit edit à cause de la suppression generale auparavant ordonnée de president et conseillers de nostre dit dite court jusques à ce qu’ils seroient reduits à l’ancien nombre au moyen de quoy et pour ne faire prejudice à ladite suppression nous aurions par aultre nostre dit edit du moys d’avril dernier au lieu dudit restablissement créé et erigé en nostre dite court pareil nombre de 4 officiers de conseillers lais pour y estre par nous pourveu de personnes capables, lequel vous estant presenté, vous avez encores fait refus d’icelluy publier et par aultres nos lettres patentes nous vous aurions mandé de verifier ledit edit, toute difficulté cessant sur la deliberation desquelles vous vous seriez trouvez partie, et les uns auroient esté d’advis de ne proceder à la dite publication, et les aultres que remonstrances nous debvoient estre faictes, qui estoit contrevenir à nos vouloir et intention, ou iceulx differer. Toutes foys, nous aurions fait juger le dit partage et vous aurions derechef mandé de proceder promptement à la publication dudit edit, sur tant que desirez nous obeyr, et tous affaires postposées, sans vous arrester audit partage ne aux dites difficultés et aultres que pourroient estre sur ce faictes ne à remonstrances quelquonques, que nous tenons pour toutes faictes et entendues. Cependant aucuns se voulans prevaloir du refus par vous faict de publier ledit edit auroient trouvé moyen en obtenir ung autre au moys de juillet dernier portant creation

Page 86 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

de pareil nombre de quatre officiers et conseillers en nostre dite court, et pretendoient les derniers qui proviendroient des dites offices etre employés au fait de la guerre et entretenement d’une armée que lors se preparoit sous la charge de nostre amé et feal cousin le marechal de Montluc laquelle toutes foys n’a esté mise sus, ce que ayant entendu et la leur prise qui nous auroit esté faite, nous aurions revoqué ledit edit et declairé nulles les provisions obtenues en consequence d’icelluy et vous aurions fait deffence d’y avoir aucun esgard, et à toutes personnes de s’en ayder. Toutes foys vous, estant ledit edit puis en ça presenté, au mepris desdites deffences vous auriez ordonné qu’il seroit publié contrvenans par ce moyen de propos deliberé à nos commandements et ce à la charge de faire juger par nostre procureur l’opposition formée à la dite publication, par nostre tres chere et tres amée cousine la princesse deNavarre à laquelle assignation de la fnance qui proviendroit  de la composition desdits offices a esté par nous cydevant donnée tenant lieu comme si les dits deniers venoient comptans de nostre espargne veu laquelle opposition, et icelle jugeant, nous aurions derechef par aultres nos lettres patentes du mois d’octobre dernier revoqué ledit edit du moys de juillet et ordonné que celuy du mois d’avril seroit par vous publié et sortiroit son plein et entier effect comme plus à plein et porté par nos dites lettres, lesquelles vous estant presentées combien que par icelles vous ayez assez entendu nos vouloir et intention, ensemble par nos lettres closes que nous vous avons particulierement escriptes en oultre, parce que nous vous avons fait dire de bouche par aucuns de nos plus speciaulx serviteurs, neanmoins n’ayant esgard à ce que desuus et à tant de commandements que nous vous avons sur ce faits, combien que d’aultre part nos advocats et procureurs generaux eussent baillé leur consentement, au rapport de nostre amé et feal maître Jacques Massiot conseiller en nostre dite court, auquel auroit assisté nostre amé et feal maître de Lalane president de nostre dite court, ensemble aucuns autres de vous qui font leur propre fait dudit affaire, en la faveur d’aulcuns qui ont le maniement de nos finances en Guienne, qui se sont rendus parties, avez dit par vostre arrest du second de decembre dernier ne pouvoir et ne devoir proceder à la publication de nsotre dit edit du moys d’avril dernier tant pour le bien public le soulagement de nos finances que pour vostre particuliere autorité, le voulant par ce moyen rendre sans nul effect, et oultre la contrarieté de vos premieres deliberations et jugement sur ledit affaire vous opposer pour le regard à nos commandements et ordonnances et ce faisant par mesme moyen entrprendre sur la cognoissance de la disposition de nos finances, qui ne vous appartient aucunement, à quoy nous desirons singulierement pourveoir, afin de vous fere entendre le peu de contentement que nous recevons de vous en cest endroit et que nous recepvrons encores à l’advenir

Page 87 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

s’il n’est par vous promptement satisfaict à nos ordonnances et commendements. A CES CAUSES nous vous mandons, commendons, et tres expressement enjoignons cestes foys pour toutes que toutes les difficulté cessant et autres qui se pourroient sur ce mouvoir, ensemble tous empeschements, oppositions formées et à former, vous ayez incontinent après la presentation qui vous sera faicte des ces dites presentes signées de nostre main, à proceder à la publication de nostre dit edit du moys d’avril dernier, affin qu’il sorte son plein effect selon sa forme et teneur, sans vous arreter à quelques remonstrances que vous vouldriez sur ce faire, que nous tenons pour toutes faites et entendues et sans y user d’aucune modification, restriction et interpretation sur peine de desobeissance. Ordonnons neanmoins que l’extrait du registre des opinions des presidens et conseillers de nostre dite cour qui ont assisté à la deliberation de nostre dite cour du mois d’avril que d’icelle du moys de juilet ensemble à celle de nos dites lettres du moys d’octobre dernier et mesmement de ceux qui assisteront à la deliberation des presentes par vous feablement clos et scellé nous sera envoyé dans quinze jours après la presentation que vous sera faicte des presentes, et où il ne seroit par vous promptement procedé à la publication de nostre dit edit du moys d’avril nous ordonnons et tres expressement enjoignons à nostre amé et feal conseiller et general de nos finances estably en Guyenne faire deffence comme nous avons fait et faisons au recepveur de payer vos gaiges et droitz, et de ne vous payer aulcuns desit gages et droitz soit du passé ou de l’advenir jusques à ce que vous ayez entierement satisffait et obeyr à nos dits vouloir et intention à peine de les repeter sur luy en son propre et privé nom, et d’estre rayés en ses comptes, ce que nous enjoignons de faire à nos amés et feaulx les gens de nos comptes à Paris auxquels auxquels nous voulons les dites presentes estre pour cest effet monstrées et presentées par le premier nostre huissier ou sergent sur ce requis, auquel nous enjoignons de le faire sans pour ce demender aulcunes lettres de permission [pl---][333] visa ne pareatis, et pour ce qu’on pourra avoir à faire des presentes en plusieurs divers lieux nous voulons que au vidimus d’icelles duement collationné par l’un de nos amés et feaulx notaires et secretaires foy y soit adjoutée comme au present original, enjoignant en oultre à nos amés et feaulx conseillers, advocats et procureur generaux en nostre dite cour, de faire les poursuites requises et necessaires pour l’entiere affect, execution et accomplissement de ces dites presentes, et nous certifier de ce que fait y aura esté, car tel est nostre plaisir, non obstant quelquonques ordonnances, restrictions, mandements, deffences et lettres à ce contraire. DONNE à Paris le dixième jour de fevrier l’an de grace mil cinq cens soixante et seize, et de nsotre regne le  deuxieme. Et plus bas, pour le roy, de Neufville,

Page 88 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

et scellé de cire jaune à simple queue. Collationné à l’original par moy notaire et secretaire du Roy, Deleveillé. Cotté L20. Ex authentic. in pergam.[334].

_______________________________

Transport des archives de la comté de Périgord et vicomté de Limoges, de Montignac-le Comte en Perigord, à Turenne, et de Turenne à Nerac (1598)

Référence non connue aux AD 64.

[335]Catherine, sœur unique du roy, princesse de Navarre, duchesse d’Albret, comtesse d’Armagnac et de Rodes, vicomtesse de Lymoges et de Fezenzaguet, etc., aux sieurs de Vieillecourt, gentilhomme servant de sa majesté et de Brassay conseiller et secretaire ordinaire et nostre tresorier general audit duché, salut. D’aultant qu’il est besoin et necessaire pour le bien de nostre service faire porter les tiltres et aultres documens et papiers qui sont au château de Turenne estans du trésor de Montignac en Perigort d’où ils furent tirés au commencement des derniers troubles pour la conservation d’iceulx et portés au dit château de Turenne, parce que les dits tiltres sont en lieu emprunté et incommode pour en retirer les expeditions necessaires pour nostre service et conservation de nos droits, et que d’ailleurs le roy nostre très honoré seigneur et frere ny nous, nous n’avons aucun château ni maison forte propre et commode en l’estendue dudit comté et vicomté pour iceulx tenir en seureté, à ceste cause nous, à plain confians de vous, etc., nous avons commis et depputés, commettons et depputons par les presentes pour vous transporter audit Turenne, et là estant, faire mettre dans des coffres fermants à deux clefs diverses, l’une desquelles chacun de vous gardera, lesdits tiltres, papiers et documents, et après les faire porter et conduire en nostre château de Nerac, pour en estre fait inventaire par nos amez et feaulx conseillers les sieurs tenant nostre chambre des comptes et conseil de finances estably au dit Nerac, ou verifier celluy qui en a esté cy devant fait ainsi qu’ils adviseront estre le plus expediant et necessaire, et ce faisant les bailler et delivrer au garde du tresor de nos tiltres qui sont audit Nerac, qui s’en chargera, affin d’estre tenus et conservés avec les aultres qui y sont deja, et en faire par lui les expeditions necessaire pour nostre service quand besoin sera, vous donnant de ce faire plein pouvoir, puissance, auctorité, commission et mandement special par ces presentes, comme aussi pour faire par mesme moyen pourter et conduire les aultres tiltres que vous, dit sieur de Vieillecourt, avez en vostre maison servant à la conservation de nos droits et domaine, et aultres qui se trouveront ailleurs dans nostre dite vicomté de Lymoges ou comté de Perigord ez mains des serviteurs de sa majesté et nostres, mandant et ordonnant au tresorier et recepveur general de nostre dicte viscomté de Lymoges de fournir et payer ce qui sera necessaire pour l’execution de ces presentes, et aux dites gens des comptes, de luy en faire les ordonnances requises pour la descharge afin de les rapporter à la reddition de ses comptes. Donné à Nantes le IIe jour de may, l’an mil cinq cens quatre vingt dix huit. Signé Catherine, par madame seur unique du roy, de Lafons. Ex authographo, in pergam. cotté V1

__________________________________

Injonction royale (Henri III) au gens du Parlement de Bordeaux, concernant la nomination de 4 conseillers royaux1576 (v. st.) (voir l’avant dernier document ci-dessus)

Référence non connue aux AD 64.

De part le Roy

Nostre amé et féal aiant mis en consideration les reffus et difficultés faictes [s--------ant] [336] de reyterées jussions que nostre court de parlement de Bourdeaulx

Page 89 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

a faictes sur la publication de l’edit par nous faict au mois d’avril dernier pourtant creation de quatre officiers de conseillers en icelle, nous luy avons bien voulu envoyer autres nos lettres de jussion desquelles nous vous envoyons le vidimus duement collationné, suivant lesquelles vous ne ferez faulte de saisir et arrester ez mains du recepveur et paieur des gaiges de la dite court tous les dits gaiges et droits, et luy faire deffence de n’en payer aucune chose aux presdident et conseillers d’icelle, que premierement ils n’ayent fait lire et publier ledit edit purement et simplement, et ce sur peine de repetition en son propre et privé nom de tout ce qu’il auroit païé contre et au prejudice de nos dites deffences, faisant mettre toutes et chacunes les sommes  de deniers et assignations ordonnées pour le paiement desdits gaiges et droits ez mains de nostre recepveur general, pour estre employées pour nos affaires avec les autres deniers de nostre dite recepte generale, à quoy vous ne ferez faulte, et de nous envoyer l’acte des dites deffences et saisie d’iceulx gaiges avec la response de la presente, car tel est nostre plaisir. Donné à Paris le XXVI jour de fevrier 1576 (en chiffres arabes). Signé HENRY et plus bas : de NEUFVILLE, en autographe. Cette lettre est dans les lettres du roy supra cottées L20. Au revers de  cette lettre close est écrit : à nostre amé et féal conseiller et general de nos finances en Guienne estably à Bourdeaulx (en papier).

______________________________

Hommage des seigneurs de St Laurent seigneurs de La Feuillade (1452, 1462, 1505)

In dossier E 729 aux AD 64.

[337]Homage fait à Jean de Bretagne comte de Perigord, vicomte de Lymoges, par noble homme Yvonet de St Laurent seigneur de Foilhade, chatellenie de Nontron, Jean de Bretagne etant à son chastel de Segur, le 20e jour de may 1452. Signé.

Homage de noble Jean de St Laurent, fils de Yvon et seigneur de Foilhade aux tuteurs de Françoise de Bretagne, 21 may 1462. Signé. Avec un procès entre le sgr d’Albret … et Patoureau escuyer et … de St Laurent etc., 1505.

_______________________________

Hommages du Périgord (1583)

Référence non connue aux AD 64.

[338]Dans un livre en parachemin de 100 folios ou 200 pages, sont les homages du Perigord et de la vicomté, rendus au seigneur de Salignac pour le roy de Navarre, 1583.

________________________________

Hommages au roy de Navarre (1583)

In dossier E 671 aux AD 64 (à vérifier).

Lettres de commission données par le roi de Navarre pour recevoir les hommages à luy deus dans les comté de Perigord et vicomté de Lymoges, à messire Armand de Gontault de Biron sgr et baron de Salaignac chevalier du roy monseigneur (de France) et conseiller du privé conseil et chambellan dudit roy de Navarre. Donné à Nerac le 2e jour de novembre 1582 (tous les homages sont signés Biron)

[339] Homage de François d’Abzac sgr de Mayac, pour Mayac et Lymeyrac 8 janv. 1583.

[340]Homage de Jacques de la Marthonie sgr de Puyguilhem chevalier de l’ordre du roy gentilhomme ordinaire de sa chambre pour les maisons nobles de Puyguilhem et de Condat, 18 janvier 1583.

Homage de Bardin de Vayres escuyer sgr de Breuilh pour de Brenac, 18 janvier 1583.

Homage de Alain de Bailly escuyer fils naturel et legitime de Guillé de Baylhy escuyer sgr de Razac et St Apre, à raison des château et seigneurie de Razac et de Saint-Apre avec toutes et chacunes ses appartenances etc. (rien dit de l’eveque et chapitre de Perigueux, comme supra), 19 janvier 1583[341].

Homage de Pierre Martin sgr du Vigor pour la Bounaudie et Campaigne, la Martagerie du Vigor etc., près Montignac, 19 janvier 1583.

Homage de Jean de Beaulieu escuyer sgr de la Filiolie pour la maison noble du Chaigne en la ville de Montignac, 19 janvier 1583.

Homage de Jean de la Queyrerie escuyer seigneur du Cheylar comme mary de Jeannne du Cheylar pour la maison noble du Cheylar, à cause de son comté de Perigord, du 20 janvier 1583.

Homage des Cordeliers de Montignac pour leur enclos fournage, du 24 janvier 1583.

Homage de messire Germain de St Aulaire sgr dudit lieu, et de la Grenerie, chevalier de l’ordre du roy et gentilhomme de sa chambre pour son château de St Aulaire, 25 janvier 1583.

Page 90 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage d’Antoinette de Larmendie comme mere et tutrice de Elizabeth de Royere fille et heritiere de feu Jehan de Royere escuyer en son vivant seigneur de Mosnes, pour la maison noble de Mosnes et de la chapelle en la ville de Montignac, 25 janvier 1583.

Homage de Gabriel de St Supery escuyer seigneur des maisons nobles deu Frayxe en la chatellenie de Larche, et de la Monpelerie en la vicomté de Lymoges, 25 janvier 1583.

Homage de Leonard Bertin escuyer sgr du Burg et de Tounelles pour les maisons nobles de Tounelles chatellenye d’Ayen, et château de St Meymy chatellenye de Segur, 25 janvier 1583, f° 12 v°.

Homage de Loys Bertin escuyer sgr de la Remondie en la terre d’Ayen pour la maison noble de la Reymondie, 25 janvier 1583. Folio 13 r°.

Homage d’Antoine de Reillac sgr de Pelevezi, de Las Caoustz et Belcayre, chevalier de l’ordre du roy pour la maison noble de Las Caustz et Belcayre, à cause de la comté de Perigord, 27 janvier 1583.

Homage de Jean de Lespicerie, escuyer sgr de la maison noble de Lespicerie, 25 janvier 1583.

Homage de Christofle de Mazaud chevalier sgr de la maison noble de Clerens, à cause de la comté de Perigord, 27 janvier 1583.

Homage de François de Royere escuyer sgr de Lon et de la Jarrousse et de la maison noble d’Ayen, pour la seigneurie de Lon au pays de Lymoges, ez parroisse de Perpezac, Leblanc, et de Lonchade, en [-----] avec d’autres articles, 28 janvier 1583, folio 16 r°.

Le 28 janvier 1583, avant midy par devant nous commissaire susdit (du roy de Navarre) en nostre logis, en la ville de Montignac, s’est comparu Jehan de Bourdeille escuyer, sgr de la Salle St Lazer au nom et comme mary de (en blanc), damoiselle, lequel a faict et preté les foy et hommage er serment de fidelité qu’il doibt et est tenu faire audit sgr roy de Navarre pour raison de la maison noble de la Salle St Lazer, avec toutes les appartenances et deppendances à la dite maison noble, appartenans qu’il a recogneu et confessé tenir à foy et homage dudit seigneur à cause de son comté de Perigord et ce faisant, ledit de Bourdeille etant tete nue, un genoil en terre, l’espée discincte, tenant ses mains jointes entre les nostres, a promis et juré sur la sainte Bible qu’il sera bon et loyal vassal dudit seigneur et de ses successeurs comtes de Perigord, etc., en presence de François Arnal sgr de la Roche St Martin, et Jean Chapon marchand habitant de la dite ville, tesmoings. Signé de Biron, et plus bas, Griffoul notaire. Au folio 17 recto et 17 verso.

Homage de Jean de Bermond escuyer sgr de la Brande pour ce qu’il tient par successions ez maisons nobles de la Bermondie, Joubertie et Auberoche … comme comte de Perigord, 28 janvier 1583.

Homage de maître Jehan Formigier advocat en la cour de la seneschaucée de Perigord au siege de Sarlat sgr de la maison noble de Beaupuy a presenté les foy et homage lige pour la maison noble de Beaupuy par luy nagueres acquise du sgr de la Cassaigne, avec toutes et chacunes ses apartenances … à cause de la comté de Perigord, etc. du 29 janvier 1583. Folio 18 verso.

Homage de Jehan Personne juge d’Ayen, sgr de la maison noble de Muratel, vicomté de Lymoges. 2 fevrier 1583. f° 19 r°.

Homage de François Arnal escuyer, sgr de Preielies pour la maison noble de Preielies et la Renaudie, la Roche St Martin et Pré et Labourelye, chatellenie d’Exideuilh, 3 fevrier 1583.

Homage de Marguerite de Heu damoiselle d’Azerac pour raison des rentes foncieres, domaines et heritages qu’elle a retiré des mains de Françoise de Hauteclere[342].

Page 91 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage de la dame de Puyguilhem en vertu de la cession du droit de prelation à la dite damoiselle faite par le roy de Navarre comte de Perigord, ayant eté lesdites rentes etc. vendus par Françoise de Fermieres dame de Salamonie, à Guillem de Lafarge etc., et la dite dame de Puyguilhem les ayant retirées ou pouvant retirer des dits de Lafarge etc., par droit de retrait lignager … à cause de la comté de Perigord, 2 fevrier 1583.

Homage de François de Bori conseigneur de la Bounaudie à cause de son comté de Perigord. 2 fevrier.

Homage de Jacques Arnal à cause de sa maison noble de Braiadalès, à cause de la comté de Perigord, 2 fevrier.

Homage de M. Legier Labrouhe chatellenie de Montinhac, 2 fevrier.

Homage de Claude de Martres escuyer comme mary de Jeanne de Clarens pour la maison noble de la Piegerie, chatellenie de Montignac, à cause de son comté de Perigord[343], 2 fevrier.

[344]Homage de maitre Pierre Fregefont abbé de Terrasson, pour raison de la temporalité de ladite abbaye à cause de son comté de Perigord (ce Fregefont etoit un confidentiaire etc).

[345]Homage de Leone de Montardit dame de Villac comme mere et admin. de Jehan d’Aubusson escuyer son fils sgr de la moitié dudit Villac.

Homage de Jehan de Montfrebeuf escuyer sgr de la Chabrolie et de Lage à cause de la vicomté, etc., 2 fevrier.

Homage de Guillaume de Chabroulie escuyer sgr de Razac et en partie de la maison noble de la Chabroulie, pour la maison de la Chabroulie, vicomté etc. 2 fevrier.

Homage d’Annet de Millac escuyer sgr de la maison noble de la Vigerie, ladite maison en la chatellenie de Ver, à cause de son comté de Perigord, 2 fevrier 1583.

Homage d’Henry du Saillant escuyer comme procureur de messire Arnaud du Saillant chevalier de l’ordre du roy, sgr du Luc et en partie de Mansafrassalves, pour la seigneurie du Luc etc., vicomté etc., 3 fevrier.

Homage de Jehan et Loys de Fanlac escuyers, sgrs de la maison noble de St Orse, à cause de la vicomté etc., 4 fevrier.

Homage d’Antoine d’Authefort escuyer seigneur des maisons nobles de Gabilhon et de Lymerigic chatellenie d’Ans, 4 fevrier 1583, à cause de la vicomté.

Homage de Charles de Bannes escuyer sgr de la maison noble de Banes chatellenie d’Auberoche, à cause de son vicomté de Lymoges, 4 fevrier 1583.

Homage de Jean de Vauquecourt escuyer seigneur de la maison noble de Vauquecour situee en la ville de Thiviers, etc. 7 fevrier 1583, à cause de la vicomté.

Homage d’Etienne de Bar escuyer sgr de la maison noble de la Bertrandie, pour de Perpezac le Blanc etc., 7 fevrier 1583, vicomté.

Homage de Jean de Lestrade escuyer sgr de de la Cousse (à Thiviers) 8 fevrier 1583.

Homage d’Alain de la Faye escuyer sgr de St Privat et de Lespinassa, 8 fevrier.

Homage de François de la Faye escuyer sgr de Chardeil et de Lage, frere du precedent, vicomté de Lymoges.

Hommage de François de Fars escuyer, sgr de Fousse Landry, chatellenie d’Exideuilh, 8 fevrier 1583.

Homage de Pierre de Vicollechiezas escuyer sgr du Bastit de Crozes et de Marguerite du Ret damoiselle de la Relye chatellenie d’Exideuilh, XI fevrier 1583.

Homage de Pierre de la Faye escuyer sgr dudit lieu pour la maison noble de la Faye en la parroisse d’Auriac, la Mote de Villac, en la ville de Montignac au comté de Perigord, la Mote de la Peizie et la Gaillardie en la chatellenie d’Auberoche vicomté de Lymoges, a reconnu tenir à foy à cause de ses dites comté et vicomté, XI fevrier.

Homage de Marcial Daudert escuyer sgr de Moncheuil, pour les maisons nobles de Moncheuil, la Roche d’Aisse et St Martin des Rivieres, le tout situé en la baronnie de Nontron vicomté de Lymoges, XI fevrier 1583.

Homage de Gaston de la Romagiere escuyer sgr de la maison noble de Filolye et de la Sepiere en la chatellenie d’Exideuil et prevoté de Thiviers, 12 fevrier 1583.

Homage de François Flamenc chevalier de l’ordre du roy sgr du château haut de Bruzac de Puyberal et en partie de Sorges (par un procureur, Grimond de Bruzac escuyer sgr de Douma), 12 fevrier 1583.

Homage de Guillaume de la Tour escuyer sgr d’Ygonie, et autre Guillaume de la Tour son oncle, pour la maison noble d’Ygonie chatellenie d’Exideuilh, 12 fevrier.

Page 92 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage de Jean de Vintignac escuyer seigneur dudit lieu, chatellenie d’Exideuilh, 12 fevrier.

Hommage de Geoffroy de Cugnac escuyer, commme procureur de Jean de Cugnac escuyer seigneur de Caussade, son père agé de 80 ans et plus, etc., à cause des maisons nobles de Caussade et de Chabans situés au comté de Perigord, 12 fevrier 1583.

Homage de Geoffroy de Cugnac comme mary de Jacquette du Bosc damoiselle de Vaulx à cause de la maison noble de Vaulx, dans la vicomté de Lymoges, 12 fevrier 1583.

[346]Homage de Leonard Roux escuyer sgr des repaires nobles de Lusson et de la Salle Maumont, le tout dans le bourg et parroisse de St Front la Riviere au comté de Perigord, 14 fevrier 1583.

Homage de Bruchard escuyer comme procureur de Marguerite de Belcier damoiselle comme procuratrice de Bertrand de la Porte[347] escuyer seigneur de Chanterac et du Puy-St-Astier, pour la seigneurie du Puy-St-Bartholmieu autrement St Astier de Chanterac avec la justice … et autres appartenances de la dite seigneurie et de ce qu’il tient en l’honneur de St Astier, 14 fevrier 1583.

Homage de Gabriel du Barrye escuyer sgr de la Gloudie à cause des villages de la Gloudie del Cause et du Puy, le tout en la parroisse de Millac, vicomté de Limoges, 14 fevrier.

Homage de Jehan de Calvimon escuyer sgr de Lern[348], St Pol, château et chatellenie de Reignac, à cause du château et seigneuries de Tursac, avec tout droit de justice haute, etc., droit de peage, plus pour raison de St Pol de Scire et Grun, château et chatellenie de Reignac, comprenant en ce les enclaves de Lespinasse et de la Rastucie … à cause de ses comté et vicomté, 14 fevrier.

Homage de Jehan de Calvimon escuyer sgr de Chabans parroisse de St Lyons et du Chaslard parroisse de Lymeyrac 14 fevrier.

Homage de François Texier escuyer seigneur de la ¼ de la chatellenie Javerlhac en la baronie de Nontron par procureur etc., 14 fevrier 1583.

Homage d’Antoinette de Pontac damoiselle veuve de Jehan Dufaure escuyer de la Rodderie, 14 fevrier, à cause de la maison noble de Beauvoys, en la baronie de Nontron.

Homage de François de Sediere escuyer sgr de Colonges pour son chateau et seigneurie de Colonges en la comté de Perigord, 15 fevrier.

[349]Homage de reverend père en Dieu Antoine Orluc abbé de Tourtoyrac, 15 fevrier, pour son abbaye de Tourtoyrac, temporel d’icelle, ses membres, appartenances et dependance, qu’il tient au comté de Perigord et vicomté de Lymoges 15 fevrier 1583 au devoir d’un marc d’argent qu’il nous a payé moyennant une couppe d’argent qu’il nous a baillée etc.

[350]Homage de Jean de Sudour escuyer sgr de Beauvieulx et de Vauzelle comme procureur de Poncet de Montagrier escuyer seigneur de Chessac et de la Roche Lagaudilhe, son gendre pour la maison noble et repaires de Chessac, de la Roche Lagaudilhe situées en la chatellenie d’Auberoche, au vicomte de Lymoges, qu’il a reconnu tenir dudit seigneur à cause de son dit vicomté, 15 fevrier 1583.

Homage de François de Sireuil escuyer sgr de la Rochejoubert pour la maison noble de la Rochejoubert située dans le bourg de St Penthaly chatellenie d’Exideuil, 15 fevrier.

Homage de Leonard de la Salmonie escuyer sgr de la maison et repaire noble de la Salmonie, située en la parroisse de St Bartholmieu jurisdiction de Puyagut (par procureur Jean de la Morinie escuyer, sgr dudit lieu), luy etant blessé au bras etc.

Homage de Jean de Tardieu escuyer seigneur de la maison noble de St Martin parroisse de St Jory les Bloux en la chatellenie d’Exideuilh, 16 fevrier.

Homage de Helies Mallet (ou Melet) escuyer sgr de la parroisse de la Jorie pour la maison noble de la Jorye et des chatellenies de la Rollandie avec leurs apartenances et dependances.

Page 93 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Qu’il a reconnu … tenir à foy etc., dudit sgr à cause de son vicomté de Lymoges, 16 fevrier 1583.

Homage de Aubin de Terieres escuyer sgr de la maison noble de Beaulieu parroisse de la Noaille en la chatellenie ded’Exideuilh, 16 fevrier 1583, fol. 50.

Homage de Mathieur de Verdillon escuyer, sgr pour la ¼ de la maison noble de Mayac chatellenie d’Ans en vicomté … 17 fevrier 1583.

Homage de Pierre Pailles escuyer sgr des Limaignes pour le repaire noble dependant de la maison noble de la Mosnerie, située en la prevoté de Thiviers, 17 fevrier (par procureur).

Homage de François de Cosnac escuyer, sgr de la Rodderie et de Beauvois tant pour luy que pour Alain, Pierre, Guillaume et Jean Faure ses freres etc., pour le repaire noble de Beauvois en la baronie de Nontron, 18 fevrier 1583.

Homage de François Chalup sgr de la Chalupie en la parroisse d’Eylac jurisdiction d’Auberoche, pour le repaire noble de la Chalupie, du 19 fevrier.

Homage de Flotard Joubert escuyer sgr de Nantiac pour le château entier de Nantiac et de la ½ de la terre et seigneurie dudit Nantiac avec toute justice etc., et de l’hostal noble de Latour, etant situés au vicomté de Lymoges, 19 fevrier.

Homage de messire Gabriel d’Abzac sgr de la Douze, de Reilhac et de Vern, chevalier de l’ordre du roy, pour la seigneurie et chatellenie de la Douze et Reilhac, etc., 22 fevrier.

Homage de de messire François Costin sgr de Mas Nadau chevalier de l’ordre du roy, pour les maisons nobles de Mas Nadau et de Mas Chalard situées en la jurisdiction de Courbefin, vicomté de Lymoges, 23 fevrier.

Homage de François de Brie escuyer sgr des repaires nobles de Boffren et des chatellenies de Balangues et l’Aumonerie situées ez parroisses de Lagerac et de Fribès jurisdiction de Chalus au vicomté de Lymoges, 24 fevrier 1583, fol.° 59 v°.

Homage de François de Lambertie escuyer sgr dudit lieu de Basons, la Soupeze et la Brousse, enseigne de cent gentilhommes d’armes des ordonnances du roy sous la charge dudit comte des Cars, pour ce qu’il tient noblement ez chatellenies de Chaslus, Chevrol, Maumont et Courbefin ez parroisses d’Abzac et de Savignac en la baronnie de Nontron, 24 fevrier 1583.

Homage de Charles Helies de Colonges escuyer sgr du Bordes et Puyagut, pour les chatellenies du Bordes et Puyagut, à cause de la vicomté, 25 fevrier 1583.

Homage de François de Libersac escuyer sgr de St Julien et de Chabrignac comme mary de Jeanne de Colonges pour la maison noble de Chabrignac, au vicomté, 25 fevrier.

Homage de Jean de St Mathieu escuyer seigneur de Belussieres comme mary de Honorete de Lageart damoiselle, pour la maison noble de Belussieres, baronnie de Nontron, 25 fevrier.

Homage de Jean de Maumont escuyer sgr dudit lieu du Chadaud et Millaguet pour les fiefs des Moulins et de la Salle, situés entre la parroisse de la Chapelle-Montraudeys jurisdiction de Chaslus au vicomté de Lmoges, 25 fevrier 1583.

Homage de François de Crozan escuyer seigneur du Genest, Deymarie, Gaychardie et Jaubertats, dans les chatellenies de Chaslus et de Courbefin et Maumont, 25 fevrier.

Homage de Jehan Eymeric sgr des Blancs et du Chastain et vigier du bourg et parroisse de Ladignac pour la maison noble des Blancs, en la chatellenie de Courbefin, au vicomté de Lymoges, du 28 fevrier 1583, fol. 64 r°.

Page 94 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage de Guy d’Abzac escuyer sgr de Villars, comme mary de Loyse Brun damoiselle, pour la maison noble de Villars parroisse de St Pardoulx, du repaire noble de Posous en la parroisse de Milhac, de la troisieme partie de la maison noble de Latrade (forte Lastrade), size dans le château de Nontron … à cause dudit vicomté, 28 fevrier.

Homage de Germain de Lavergne escuyer sgr de la maison noble de La Vergne parroisse de St Priech Ligourre, 5 mars 1583.

Homage de François d’Abzac sgr du village de Sarrazac qu’il a eu en partage comme fils de la maison d’Abzac, du 6 mars 1583, fol. 67 v°.

Homage de Pierre Reynier conseiller et eslu pour le roy en Perigord sgr des maisons nobles des Reyniers, et repaires de Nauchès en la ville de Thiviers, pres la porte de la Peze etc., et des repaires nobles de Glane, la Coubertie, la Tour et en partie d’Antissac et la Girboulye, situées en la parroisse de Colouris prevosté de Thiviers achetés (les repaires de Glane, etc.) du seigneur de la Marthonie et de Beausoleil, 7 mars 1583, fol. 68.

Homage de messire Anthoine de Chauveron sgr des maisons nobles de Journiac, d’Egyptie et de Mons, chevalier des ordres du roy, lesdites maisons à cause de la vicomté, 7 mars 1583, fol. 69 r°.

Homage de Guillaume Folcon escuyer sgr du Garreau, la maison noble du Garreau parroisse de Journhac, à cause de la vicomté etc., 7 mars 1583, par procur. Fol. 70.

Homage de Pol Berger escuyer sgr de Vaux et de Farges comme mary de damoiselle Helene de Chaussecourte pour la maison noble de Farges size dans le bourg de Fraixinet au vicomté, 7 mars 1583.

Homage de messire Jacques de Pompadour conseiller du roy et son aumonier ordin., abbé commendataire de St Morin, grand archidiacre de Perigueux, sgr de Chateaubouchet, Las Couts et Javaillac, pour le château et chatellenie de Chateaubouchet et Las Couts et Javaillac, etc., à cause de la vicomté (à Lymoges, 8 mars)

Homage de messire Bernard de Chauveron sgr de la maison noble de Dussac chevalier de l’ordre du roy, pour la maison noble de Dussac, vicomté de Lymoges, 9 mars 1583.

Homage de Pierre Dubreuil escuyer sgr de Connezac comme mary de damoiselle Catherine de Conan et de Loyse, autre Loyse et Paule de Conan ses belles sœurs, pour ½ de la seigneurie de Connezac en la parroisse de Nontron, 9 mars 1583.

Homage de Philippe de Fayolle escuyer sgr de Fayolle pour la maison et forteresse de Fayolle parroisse de Ste Marie de Perdueix au comté de Perigord, du 9 mars 1583, fol. 78 v°.

Homage de Michel de Vertamont sgr de Borc, de Feys et de Fontjaudran conseiller du roy et president en l’election du hault pays de Limousin pour le fief noble de Borc par luy acquis il y a 3 ans des srs du Murany, au vicomté de Lymoges.

Homage d’Antoine Mosnier escuyer de son chef pour son château de Planeaux avec la justice haute, moyenne, etc., par luy acquise du roy de Navarre à tiltre d’eschange ensemble la maison noble d’Ayen en Lymousin, de la maison noble de Malleville en la chatellenie d’Exideuilh et des maisons nobles de Mosnerie, de Masdurand en la prevosté de Thiviers et villes de Perigueux, leurs apartenances et dependances, et comme mary de Marqueze de Millac damoiselle, pour raison de ses trois tours nommées de Pelissess dans la ville de Thiviers etc., ez comté et vicomté etc., 12 mars 1583.

Homage de Jacques de Rouffignac escuyer sgr de Marzac-le-Vieux pour la seigneurie de Marzac-le-Vieux … à cause de son comté de Perigord, du 19 mars 1583.

Commence ainsi le 19e jour de mars 1583 : par devant nous commissaire susdit au lieu de Salaignac en Perigord, s’est comparu Jacques de Rouffignac etc. L’acte est signé : de Biron, sgr de Salaignac, et Griffoal notaire, fol. 90.

Page 95 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage de Theophile de Vins escuyer sgr de la Flunye[351] pour la maison noble de la Guniebaudie située dans le fort de la ville de Montignac, 19 mars.

Homage de Philippe de Gueret comme mary de mademoiselle Barde de Montardit pour la maison noble de Valette en la parroisse de Cern, au comté de Perigord, 13 avril.

Homage de messire Jean de Comarque sgr de Beyssac chevalier de l’ordre du roy, pour la moitié de la seigneurie de Caussel, avec ½ de la justice haute, etc. au comté de Perigord, 24 avril 1583.

Homage de messire Geoffroy de Baynac sgr dudit lieu et de Comarque chevalier de l’ordre du roy, pour la chatellenye de Comarque, au comté de Perigord. On y refere un autre homage fait le 9e may 1464 rendu par Bertrand de Baynac à mgr de Penthievre (il faut que ce soit à Françoise de Bretagne etc.).

[352]Homage de François de la Cassaigne escuyer sgr dudit lieu de la Cassaigne, etc., au comté de Perigord, 25 avril 1583 (par procureur).

Homage de messire Foucault d’Aubusson sgr de Beauregard [----][353] et Chastel Nouvel chevalier de l’ordre du roy, pour la seigneurie de Chastel Nouvel en Limousin, avec les dixmes de S. Viance, de Cussac etc., 2 juin 1583.

Homage de Jehan Foucault sgr de Lardimalye gentilhome ordinaire de la chambre dudit sgr roy de Navarre … come au comte de Perigord, pour les 2 maisons nobles de Lardimalye parroisse de Chignac, et de Soloignac, parroisse de Blis, avec droit de vigerie et basse justice des parroisses de St Pierre de Chignac et St Crespin de Manoyre, possede ce que dessus d’ancienneté de ses predecesseurs à titre successif, plus de la justice haute, moyenne et basse de la parroisse de Chignac par entier, plus de la justice haute, moyenne et basse de la parroisse de Ste Marie de Chignac, etant à moitié par indevis et commun pariage entre luy et les seigneurs chanoines et chapitre St Front de Perigueux plus etc., [----][354] tant de la parroisse de St Laurens que d’icelle d’Eylac, etc. (dont on donne les confrontations), 2 juin 1583, folio 96.

Homage de Pierre Foucaud escuyer seigneur de la Garaudie et de La Besse, au vicomté, 2 juin 1583.

Homage, le 2 juin 15483, par devant nous etc., en nostre château au lieu de Salaignac, s’est comparu André de Solvignac[355] escuyer seigneur de Chaune, au nom et comme procureur de Jehan de Solvignac escuyer son frere seigneur de Belet et du Recidou lequel en vertu de sa procuration expresse … a fait … foy et homage qu’il doit … audit sgr roy de Navarre comme comte de Perigord pour raison de ladite maison noble de Chaune avec toute justice, haute, moyenne et basse et desdites maisons de Belet en la chatellenie de Griniolz et de Recidou en la seigneurie de St Aquilin, jurisdiction de St Astier avec le droit de vigerie de toute la dite vigerie de Griniolz, leurs apartenances et dependances que la dit de Solvignac a reconnu audit nom dudit sgr comme comte de Perigord, etc., fol. 98.

Homage de noble Georges de Ribeyres escuyer seigneur dudit lieu comme procureur de noble Anthoine de la Bastide escuyer seigneur dudit lieu, 8 mars 1583.

Homage de Hector de Vars de St Jehan escuyer comme procureur de Milles de Vartz escuyer et Jehanne de Coignac damoiselle sgr et dame de St Jehan Ligourre, à cause de la vicomté de Lymoges, 26 juin 1583, fol. 99 v°.

Homage de Arnaud de la Coutye comme procureur de Flore Roussette damoiselle, pour le repaire noble de Lesparre dependant de la maison noble de Valette en la parroisse de Cern, à cause de son comté de Perigord etc., 23 apvril 1583, fol. 92 r°.

Fin. Il y a aussi dans ce livre quelques articles pour les fiefs nobles du Limousin hors du Perigord. Cotté J 19.

___________________________________

Hommages de Périgord rendus devant Rollet, bâtard d'Albret, commissaire (1541)

In dossier B 1807 aux AD 64

[356]Livre en papier ou registre original des hommages reçus par Rollet bastard d’Albret, commissaire du roy de Navarre, commenée le 20 septembre 1541

Homage de reverend père en Dieu Alain de Ferrieres abbé de St Amand, le 20 sept. 1541, presens P. d’Abzac sgr de la Douze, reverend père frere Pierre Sounyer, abbé de Fontguilhem.

Homage de Jehan des Mastres escuyer sgr de la Roche et de la Salle, parroisse de St Lions, jurisdiction de Montignac, fol. 5.

Homage de messire Jehan d’Authefort chevalier, seigneur dudit lieu, gouverneur pour le roy de Navarre

Page 96 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

ez comté et vicomté de Perigord et de Lymoges, gentilhome de sa chambre, pour ladite seigneurie d’Authefort, à cause de sa dite comté, et qui a exibé un homage du 8 janvier 1499 fait par Jehan d’Authefort son père, du 20 sept. 1541, fol. 6.

Homage de Helies de St Supery escuyer sgr des Fraisse et de Montpeleri, 20 sept. 1541, fol. 7.

Homage de messire Jehan d’Aubusson escuyer sgr de Villac, 21 sept. 1541, fol. 8.

Homage de Helies de Ferrieres escuyer sgr de Salvebeuf à cause de son château det repaire de Salvebeuf en la parroisse des Bas chatellenie de Montignac, 21 sept. 1541, fol. 9.

Homage de Pierre de Bonal escuyer seigneur de la maison noble de la Bonaudie, jurisdiction de Montignac, 21 sept. 1541, fol. 10.

Homage du 21 sept. 1541. A comparu reverend père en Dieu Antoine de Montardit abbé de Chancellade[357] comme tuteur et curateur de Pierre de Montardit escuyer seigneur dudit lieu et de Coussade, au comté de Perigord, etc., fol. 11.

Homage de Antoine de Cheylar escuyer seigneur dudit lieu sis au bourd de Brenac, 21 sept.

Homage de Aymar de Vayres sgr du Breuilh habitant de Brenac etc., 21 sept. 1541, fol. 12.

Homage de Helies de la Porte escuyer sgr du Puy St Astier alias de St Bartholmieu pour le dit houstel avec la justice haute, etc., et tout ce qu’il a dudit comte en la ville et honneur de St Astier, 23 sept., fol. 15 r°.

Homage de François de Tricard habitant de Perigueux pour le repaire de Vignac chatellenie d’Auberoche, le repaire noble du Chaylar et maison noble de St Crespin meme chatellenie, ou ailleurs en quelque part que ce soit ez comte de Perigord et vicomté de Lymoges, en ensuivant les anciens et derniers homages, 23 sept. 1541, fol. 17 r°.

Hommage de Jean de la Cassagne sgr dudit lieu et des maisons nobles de Beaupuy et de Puypeyroux, au comté de Perigord, 23 sept. 1541, fol. 18.

Homage de Raymond de St Clair abbé du Ryvet come tuteur de Raymond de St Clair escuyer seigneur de Peuch Martin, 26 sept. 1541, fol. 19.

Homage de messire Bertrand de Salainhac chevalier seigneur et baron dudit lieu, a fait foy et homage, etc. (par procureur, Annet de St Gilles escuyer seigneur de la Salle) audit sgr roy de Navarre à cause de son dit comté de Perigord, pour raison de ladite seigneurie et baronie de Salainhac, apartenances et dependances, etc., avec toute justice, haute, moyenne et basse etc., du 1er oct. 1541, fol. 20 v°.

Homage de Annet de St Gilles sgr de la Salle, 23 sept. 1541, (pour) ladite maison noble de la Salle au bourg de St Laze, jurisdiction d’Ans, vicomté de Lymoges.

Homage de François de Montardit come procureur de Arnaud de Montardit son père pour la maison noble de la Valette parroisse d’Auriac et de Cern, comté de Perigord, 24 sept. 1451, fol. 22.

Homage de Bertrand de Lostanges escuyer, sgr de Sainte-Alvere et de Puydarges (par procur.) pour les dites seigneuries de Ste Alvere et de Puydarges etc., 26 sept. 1451, fol. 22 v°.

Homage de Jehan Bermond le Vieulx, habitant du repaire noble de la Bermondie en partie parroisse de Tonnac, 27 sept 1451, fol. 23, et de la maison nommée de la Vernhe parroisse de Tonnac, … de la maison nommée d’Auberoche en la chatellenie de Montinhac.

Homage de Raymond Bermond escuyer sgr de la Chapelle parroisse de Fanlac, 27 sept., fol. 24.

Homage de Jean de Massault escuyer, sgr de Clarens … parroisse de St Lyons chatellenie de Montignac, 26 sept., fol. 24.

Homage de Bertrand Foucault escuyer sgr de Viganhac comme procureur de François de Caumont sgr et baron dudit lieu, et de Castelnau de Berbiguieres pour la baronie de Castelnau de Berbiguieres, au comté de Perigord, fol. 25, sans date.

Homage de François de Fanlac escuyer sgr habitant de Ste Orse, pour les maisons nobles de la Salle et de Fanlac assises au bourg de Fanlac chatellenie de Montignac et de sa maison de Ste Orse assise en la chatellenie d’Ans, vicomté de Lymoges, 27 sept. 1541, fol. 26.

Homage de Arnaud de Royere escuyer sgr de Mones, ladite maison noble de Mones sise en la ville de Montignac, 27 sept., fol. 26 v°.

Homage de Etienne de Felets escuyer et habitant du repaire noble de la Dauradie parroisse de St Pierre de Montignac, pour ses maisons nobles de Felets et de la Dauradie assises en la chatellenie et honneur de Montinhac, 27 sept. 1541, fol. 27 v°.

Page 97 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Homage de Amanieu de la Faye escuyer seigneur dudit lieu pour la maison noble de la Peysie parroisse de Saint-Pierre de Chignac, de la maison noble de la Gaillardie parroisse de Saint-Crepin chatellenie d’Auberoche en la comté de Perigord, 27 sept, fol. 28.

Homage de Bernard Foucault escuyer sgr de Lardimalie pour sa maison noble de Lardimalie parroisse de Chinhac, pour la maison noble de Solignac parroisse de Blis, au comté de Perigord, 27 sept. 1541, fol. 28 v°.

Homage de Jean de la Foucaudie escuyer sgr de la Robertie, à cause de sa femme Françoise de Montloys, dame des repaires nobles de la Robertie, la Mothe de Montloys, et de Leyjounies assises en la parroisse de Millac chatellenie d’Auberoche, fait homage audit sgr comte et vicomte etc., ibid.

Homage du procureur de messire Jean de Calvimont chevalier et second president de la cour du parlement de Bordeaux, sgr de Lerm, de Tursac et maison noble de la Malvynye, a fait homage audit sgr à cause de son dit comté et vicomté pour raison desdites seigneuries de Lern, Tursac et leurs appartenances que ledit de Calvimont tient en ladite comté, avec toute justice, etc., ensemble de la maison noble de la Malvynye acquise par ledit de Calvimont et generalement de tout ce qu’il tient en ses dites comté et vicomté, 28 sept. 1541, fol. 29.

Homage de Hugues de Saint-Amand escuyer seigneur dudit lieu et sgr en partie de Montmege pour son château et seigneurie de Montmege, justice haute, moyenne et basse, parroisse de Terrasson etc., fol. 30 v°.

Homage de Raymond de Cazenac escuyer coseigneur en partie de la Bermondie et de la Tour parroisse de Tonnac lurisdiction de Montignac, 29 sept. 1541, fol. 31 v°.

Homage du prcureur de Françoise de la Tour dame de la Rocque-de-Tayac come mere et administratrice de Gabriel de Baynac escuyer son fils et de feu messire François de Baynac chevalier son mary sgr desdits lieux etc., du 1er oct. 1541, fol. 33 et dernier. Tous ces homages sont signés de Lacoste notaire royal et greffier du Trésor de Perigueux pour le sgr roy de Navarre. Au fol. 17 verso est un homage pour maître Anthoine de Beulieu, commencé, à demi page, le reste en blanc sans finir. Le livre est cotté V 36.

____________________________________

Procès-verbal de vérification des archives du château de Montignac (1598)

In dossier B 1873 aux AD 64.

[358]Nous gens de la chambre des comptes et conseil des finances au bureau etabli par le roy et madame sœur unique, dans la ville de Nerac, savoir faisons que, ayant son altesse par lettres patentes du 2 mai 1588 deputé les sieurs de Vieillecourt … et de Brassay … pour aller au château de Turenne prendre les titres … qui souloient etre au trésor du château de Montignac-le-Comte en Perigord d’où ils avoient eté tirés au commencement des derniers troubles et iceux portés au château de Turenne pour la seureté et conservation d’iceux sur le bruit du siege du château dudit Montignac et les faire porter au château de Nerac afin d’en faire un inventaire ou verifier celuy qui avoit eté ci-devant fait … pour l’execution de la commission lesdits sieurs de Vieillecourt et de Brassay avoient eté dans le mois de juing aussi dernier audit château de Turenne pour en retirer les dits titres etc. … le 29 d’aout au dit an, avons verifié ledit inventaire[359] devant ledit de Vieillecourt qui avoit en long temps le maniement et connoissance desdits papiers et garde dudit tresor, ensemble une charge des tiltres qu’il avoit retirés des commissaires deputés à la refformation du domaine … nous avons trouvé les deffauts qui s’ensuivent oultre ce qui defailloit par cause (de) verification cy-devant faite par ledit sieur de Vieillecourt et Guillaume Pappus, savoir :

Chap. 1 : les n°s 44, 45, 50, 51, 52, 53, 54, 55, 56.

Chap. 3 : (les n°s) 42, 51 63, 64, 68, 71, 145, 160, 181.

Chap. 7 : (les n°s) 40, 42.

Chap. 9 : (le n°) 17.

Chap. XIV : (les n°s) 32, 33.

Chap. XV : cotte [------][360]

Chap. XVI : (les n°s) : 31, 115.

Chap. XVII : (les n°s) : 43, 61, 72, 76, 83, 97.

Chap. XIX : IX XXI cotte corrupte infirmi, genitus II XXVII.

Chap. XX : coté genitus.

Chap. XXIII : Ayen, tout excepté 8 et 23. Sur quoy sera noté que le procureur du sr de Noailles fyt recherche avec Villetreys juge d’appeaulx de Lymoges à Turenne des titres qui pouvoient servir au sgr de Noailles[361]

Page 98 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

Est à supposer qu’il doit avoir prins ce qui etoit dudit chapitre d’Ayen à present possédé par ledit sgr de Noailles comme heritier du feu sieur eveque d’Ays auquel la terre d’Ayen fut vendue.

Chap. XXV : cott. 8.

Chap. XXVII : 6.

Chap. XXX : 48, 100, 286

Chap. XXXII, Exideuil : 5, 48, 62.

Chap. XXXIII : 1 et 7.

Chap. XXXIV : 5, 6.

Chap. XXXV : 2, 9, 26, 30, 31, 33, 34, 37, 38.

Chap. XXXIX, Bourdeille : 16.

Chap. XLII, Montignac et Bergerac : 38.

Chap. XLVII, St Astier et Montagrier : n° 8.

Chap. XLVIII, Montpaon : n° 31.

Chap. XLIX, Larche deffaut tout (meme note que sur Ayen)

Chap. LXXI, comté d’Armagnac et Gaure, le n° 3.

(ce qui fait en tout 65 n°s oultre les chapitres entiers d’Ayen et de Larche)

Le tout a été delivré à Me Nicolas de Brassay conseiller secretaire de sa majesté, en sa maison de Navarre et garde du trésor de Nerac … fait à Nerac en ladite chambre le XII sept. 1598, signé : de Vieillecourt, de Brassay, de Mazelieres, de Brisac, de Brassay, de Fausselin.

_________________________________

Homage d’Hugues de Jauffineau à Alain d’Albret (1464)

Référence non connue aux AD 64.

[362]Homage de Hugues de Jauffineau chevalier fait à Alain d’Albret pour le repaire et forteresse de Fraissinet au vicomte de Lymoges, 8 juin 1464, signé, cotté G 34.

_________________________________

Rolle des hommages dus au comte de Perigord et vicomte de Limoges.

In dossier B 1824 aux AD 64 (à vérifier).

[363]Rolle des homages deubs au comte de Perigord et vicomte de Limoges.

Ecclesiastiques

L’eveque de Lymoges

L’abbé de St Amand de Coly, Marcillac, Sargeac

L’abbé de Chancellade

--------- de Toutoyrac

--------- de la Chastres

--------- des Alleus

--------- de Terrasson

--------- de Dalon

L’abbesse de ND de Beaulieu

Les religieux de Montignac

Les nonains de Perigort

L’eglise collegiale de St Germain, Salon et la Crosilhe dependant d’icelle (de St Front).

Temporel

Le vicomte de Forinsac

Le baron de Bourdeille

Le baron de Baynac pour la seigneurie de Comarque

Le baron de Mareuil

Temporel (suite) : Les sieurs de :

Ribeyrac

(du) Poujet

Sainte-Alvere

Chapniers

Mussidan

Jailles

Puy-de-Reges

Vaudun

(d’) Estissac

Fallac

Lamarie

[------][364]

Limeuilh

St Antoine

Montardit

Chavaignac

Caumont

Chauton

Colonges

La Salle St Lazer

La Douze

La Germanie

Lascoux Montardit

Vernadier

Sarcilhac

Segonzac

Allemans

Bochaut

Barriere, en Auberoche

Salamanie

La Bonnaudie

Lambertie

Salaignac

Martinie

Miremont

Le Bastit

La Cassaigne

Felletz

Fayolle

Marquessac

Douhet

Laduarade

La Besse

St Penthaly

La Salle St Germain

Mussoulz

Le Cheylar

St Perdoulx

Lern

Rochemasure

La Tetinye

Brouchaut

Tursac

Bousquet

Lespissarie

Sarazac

La Malinie

Lavergne

Lardimalye

Lamerlatye

Mosnès

Chambrilhac

Souloignac

Labaroutie

La Martonie

Sauvebeuf

La Fraixe

Puychavel

St Aulaire

Caussel

Chatellenie de Terrasson

Jaubertie

La Trade

Clarens

Le Pin

Tenon

Banes du Change

La Peyronie

Le Petit Fraixe

Foussemanie

Chanterac

La Peygirie

Le Grand Fraixe

Abzac

(du) Puy St Astier

Brunie

La Feragudie

Linars

(des) Bories

Ladournac

Plame

Neufville

Montagrier

La Salle St Lions

Gonucge et qqes rentes

Javayola

St Genies

La Roche

Masset

Cheyssac

La Renaudie

Lossse

Beupuy

Laroche-Gaudilhe

Mayac

Perignat

Chabans

Gabilhon

Candilhac

Belcayre

St Perdoulx

Leymerigie

Coulonges

St Crespin

St Medard

Anthonie

La Salle

Le Chaslar

Rouniac

Lavigerie de Salignac

La maison n. de Fallac

Las Coux

Estabillon

Ligonie

Bordon

La Bermondie

Valette

Soursac

La Faye

Lavernie

Castelnau de Berbiguières

Mayac

La Peysse

La Jaubertie

Puypeyroux

Lymeyrac

La Gailhardit

La Reymondie

La Mouthe

Vauclaire

La Mothe de Montignac

Lauvareilhe

Mones

La Pomarede

Ste Orse

La Chapelle

Monac la Chapelle

Mongu

La Salle de Ste Orse

Auberoche

Mommege

La [-----][365]

Razac

Sainte-Aulaye

Falissie

Lern

Caussade

Salle

Laroche

La Jarousse

Rastignac

Bertrix

Sandreaux (Terrasson)

Rochefort

Page 99 / Ch. 2 Albret / Nouv. Albret

La Seurye

Coussac

De Chabanes

Mazeau

Les Clelans

Libersac

La Gorsse

La Faye de Jomilhac

Chareulh

Massere

La Chabrouilhie

Chabrignac

Mazieres

Lachalane

Puycheyron

Puy Molenier

Boufreau

La Valade

Deyport

La Golferie

Balanges

La Farge

Donoauradour

Malefayde

L’Aumonerie

Le Colombier de Segur

Labeytour

Puy de Romies

Piarre Buffiere

La Boussalezie

Counazac

Puy Aura

Fourssac

Frigalie

La Doumanchie

Claru

Benayes

La Grande Maison de Beaume de Libersac

Condat

Decomp

Desmoulins

Desfarges

Puyguilhem

Reymondie

Le Puy-Fauchier

Salon

Le Cheyron

Bolieres

Bouchiac

De Laverie

La Reynaudie

Des Cars

Puymalier

Du Mas

Lavernie

Croignac

Las Rochas

La Serre

Chassaing

Salon

Sibonet

St Michel

Champaignac

Touron

La Panetarie

Du Prevost

Millac

Grespin d’Abzac

Fouilhuty

La Penchenarie

St Crapaly

Panot

Château-Guynoy

Des Biars

Bruzac

Charaton

Garebeuf

La Gouverdie

Bonneval

Broilhac

Duleu

La Chastauludieres

St Priech Ligourre

Mareuil

Trafolnac

La Marge St Ribier

Enclave de Jumilhac

Bourzac

La Fouilhade

La Servantie

Chalus Chevrol

Rochebeaucourt

Javerlhac

La Marche d’Ayen

Vaux

Presignac

La Beytone

Bret

La Rouffie

Breuil

Dubrandie

Chantois

Du Boys

Valette

La Valade

Mareilh

Linars

De Mailhac

Gros-Puy

Bourzac

Chambon

Beaulieu

De Lestrade

Relhie

Dixme de Peyssac

Rilhac

De La Mauriliere

Contye

Ventignac

Bruzac

Pausures

Des Ailleurs

Chappdecinq

Vauquecourt

Bonneval

La Coussie

Badefol

La Cropte

Lagurac

Veyrieres

Peyraulx

Verdier

Lacourt

Fosselandry

Lablounie

St Germain

La Baufrie

La Roche Jaubert

Lisle

Jumilhac

Champhac

La Tour

Maumont

Chambon

Lern

La Roche

Chateaubouchet

Sarlandes

Lauron et Las Valetes

Lespine de St Privat

Javarlhac

Meymen

Janilhac

La Blancherie

St Germain près Mains

Verneuilh

La Porte

De La Salle

Les Oliviers

Rouzel

Mas Fargas

Château Vieux

Rentes de Chantois

Gomon

La Maroanie

Beaulieu de La Nouaille

Milhards

Denoyet

Maulagenet

La Prevosté d’Artun

Las Tonnelas

Beaulieu

De Blancs

Lagut

Peyssac de Vigerie

Royere d’Ayen

De La Bertangées

Freyssinet

Rentes des Pasquets

Raymondie

Gay

St Jean de Colle

La Bastide

Bertinie

La Guychardie

St Jean Ligourre

Chantelerie

Roche

Jaubertets

Du Genes

La Juddie

Rollands

La Vigerie de Ladignac

Leymarye

La Roche Lombarie

Cornus

Jauniac

La Cluzel

St Martin de Lymoges

Labarde

Nantiac

Belussieres

St Geraud

Coussac

La Tour

Dussac

De Bort

Vayrieres

La Reymondie

Degyptie

Château Chervix

Mauroget en Thiviers

La Bertynie

Journiac

Fayolle

Maignac

La Vigerie [De--goire] [366]

Longue Cue

Monchalh

Bouch

De Favoye

Firbes

Prevosté St Robert

Lavau

Lagareau

Dubreuilh

L’Aumosnier de Lymoges

Collie

La Jorie

Lastroue

Merignac

Destabilleon

De Chataigniers

Le Mas

Sufferte

Braudie

La Pollandie

Mounes d’Authefort

La Porte

Villac

Manadau

La Bernardie

La Feragudie

Germanie

La Maurie

Planeaux

Plaigne

Bois Royal

Du Chaslar

Las Sallas

Nouell

Cavaignac

Rentes de Segur

La Reynaudie d’Authefort

La Romagere

Feragudie

Peyzac

Razac

Ronsecil

Chanton

 

St Apre

La Filolie de Thiviers

Germanie

 

Vertneuilh

La Germanie

Montancès

 

 

La Borie

Tous Vents

 

 

Pierre Gay

Gunnaudie

 

 

 

Bigor

 

 

 

Las Laychas

 

 

 

Losse

 

 

 

Bois

Page 100 / Ch. 2 Domaine / Nouv. Albret

Du Bertit

La Chapelle Albarelz

Montreygal

Las Leychas

Royere

Verneuil

St Felix

Terre à Mussidan

La p. de Badefol d’Ans

Nantiac

La Vigerie de Ver

Terre à Bragerac

Puyagut

La Tour des Lamberts

Lasire près Bonneval jurisd. d’Auberoche

Mussidan

Bordes

Croze

St Crapaly

En la P. d’Eyraut

Clermont

Vigne

Vinion en Auberoche

De Greyssonio

Portefoy

La Mas

plus. fiefs en Auberoche

Tauron

St Yries

Lavau de Livron

Beaulieu en Auberoche

Creyssac

Soliers

Soleilhe

Soufferte

Corbassat en la chatell. de Segur

La Faye chatell. d’Ans

Chervance

Nancel

Fiefs en chatell. de Bordeille

Ducodere

Bounon

Perilhac

f. en ch. de Montpaon

St Bonnet

Larigondie

St Maime

f. en ch. de St astier

Chaumas

Neutolu

Fiefs nobles à St Astier

qui furent à G. Helies

Montloy

Gounaudie

Val Mausanges

et à la Fayolle sgr de Douhet

Hobrardye

Ronhac

Griniolz (ou Granolz)

Repaires de Arbassye p. de Cossac

Foucaudie

De Prozieres

Beauregard près Brigerac

Le mas de Fourlaireux

Labatut

De Clareuil

Clermont

et la Borde de la Salle

Jalatz

Devillesegnes

Mauriac

parr. de Rouffignac

Dubareilh

Riberac

Cholino de St Astier

La Ferandie p. de St Geyrac

Bernardie

Boucherie

Asprely en la p. de la Chap. d’Albarel

Balanaye p. de Senillac

Vigerie de Savignac

Pompadour

Cournazac

maison de Davegar en Auberoche

La p. St Rabier

Goniori

Rouffigniac

La Foucaudie en Auberoche

Faye

De Limeyrac

Lissac

Trotandie

Muratel

Sauvebeuf

Clermont

Lavaur

Labatut

St Michel

Marsanès

Del Bosc

Gorcilhe

De Gontaud

Berbeverl

De Morlande

Rosille

La Robertie

Vertuol

De Leymonie ch. de Vern

St Michel Prival

La Mothe Mont Loys

Lauron

De Montbrun

Puy Golfier

Leygounie

Chapniers

De Ronhac

Hobrard

La Besse

Longua de Barriere

Lafourie en la ch. de Camblezac à Vern

Du Mas

Tayac

Grandval

Abzac

Mont Pelarie

Cousages

Castelmore

Marcilhac en Auberoche

Montagrier

Cramirac

Ventignac

Melet en Auberoche

Gersarerie de la Roche

Migasse

Benayes

Caulmont

Porchevye

Mussidan

La Plaigne

Cornazac ch. D’Auberoche

Freysse

Stissac

La Blancerie

Lenreuil

Combolivarie

Flayac

De Bruilhac

Poumiers

Bouchiac

Marniac

Larochevignier

La Vaure p. de Mensignac

Trenchilion

La Courroussie

Montaigne

Chabarlhac en Bourdeille

Château Chervix

La Rementhie

Segue

Rentes à St Apre et Ste Marie de Perducio

Meilhac d’Ymerie

Puyd’emblard

Biron

La Taurie

De Lers

Ver

Estival

La Reytinie

Tanoon

Fayolle

Roche Chevart

La Granugalie

Les Valettes

Beuronne

Buysson

Mesquinet

Jauffenie

Vanxens

Senzillion

La Bunra

Bonneval

Lambertie

Limeuilh

La Reyalie p. de Plasme

Corbesse

Contal Seytournel

Descandillac

Migasses en Auberoche

Cezillac

Jaubertenc

Vermerotz de Px

La Gamies de Las Fons en Auberoche

St Vic

Reliac

Mareuil

La Grave p. de Basilhac

St Avit

Romanist

Autefaye

Le Perier en Vern

Foursac

De Valle

Janarlhac

Bocanie en Bordeilh

Des Moulins

Marsilhac p. de Drone

Chanyes

La Chapelle Albarets

Puy Fouchier

Leymonie

De St Sameres

Asprille en la Chap. Albarets

Reynauffie

Fiefs nobles de Mussidan

De la Betoyer

Valbart et Las Lechas en Vern

La Salle

Graulet

Puy St Front

Le Guyage de Perigueux

La Chieze

Rouffignac

Coublares

Negredouzie

Anthonne

Duverdier

Fiefs nobles ez par. de Naillac

Le Mas Rouquet

Vigerie

[Beu---nie] [367]

f. n. p. de St Perdoulx la Riviere

 

Cluzel

Douzilhac

f. n. p. St Front

 

La Roche

St Aquilion

Mas appelé Perpreig

 

Maillotz

Puy Chalvet

Vernho et Reliaer

 

Farges

Dubreuilh p. d’Asturs

St Asterii

 

Cotnelye

Lisle

Chateauneuf

 

Verdinier

Beaupoil

Fiefs à Mussidan

 

Bary

Foleys pres Beauregard

Fiefs à Ver

 

Belguos

Perigueux

Fiefs à St Astier

 

Delacourt

St Front pres Mussidan

et du Fraixe

 

Riberac

Granges

 

 

La Mosnerie

Montpaon

 

 

Lagurac

La Combe d’Eylac

 

 

St Genies

Blet et autre en Auberoche

 

 

St Abilion