<<Retour

BnF, Fonds Périgord, tome 10

Leydet & Prunis

Dépouillement des archives des rois de Navarre, conservées autrefois au château de Pau en Béarn, et à Nérac.

_________________________________

Fonds Périgord, TOME 10

Archives de Pau

CODEX VII

(contient une suite du nouvel inventaire d’Albret)

Chapitre 2 du Nouvel inventaire d’Albret

_________________

Page 1 / chapitre 2 nouv. Albret

Abrégé de la généalogie, ou descendance du roi de Navarre, fils d’Alain d’Albret (1526).

In dossier E 562 (ou E 579) aux AD 64.

[1]Abbrégé de la descente ou genealogie du feu roy de Navarre fils de monseigneur d’Albret :

Il est clair et notoire et trouve-t-on par instruments anciens que, regnante Proph. Jhu et eodem tempore Sancius Mytarra de Castilhe fuit elesctus rex Vasconiae et fut le 2e roy et sgr de Gascogne. Il eut un fils nommé aussi Mycarre Sans qui fut son heritier.

Cestuy second Mytarre Sans eut 3 fils : Yon, Guillaume et Arnaud-Gracye. A l’aisné nommé Yon donna le grand Gascoigne qu’est la maison d’Albret, au second nomé Guillaume Gracye donna Armaignac et Fezensac, autres nommé Arnault Gracye donna Astrac. Du roi Yon sgr d’Albret sont yssus en droite ligne plusieurs enfans qui luy on succedé jusques à ce que sa succession par laps de temps vint à une fille, seule qui fut et mourra dame d’Albret en deffault de masles.

La maison de Lorraine tient appanaige de France car un fils France l’avoit eu en partage dont fut sgr Lorrain Guérin[2].

Ledit Lorrain Guerin fils aisné et sgr dudit Lorraine ayant un frere puisné, fit traicter d’avoir à femme la dame et heritiere de la maison d’Albret descendant dudit roy Yon de Gascoigne, et de fait fut fait ledit mariage et laissa le dit sgr Lorrain Guerin la succession de Lorraine à son frere puisné et ne se retint que seulement les armes de sa maison qui sont un champ de geules.

Du frere puisné de Lorraine à qui demeura la succession de Lorraine, est yssu par moyen Godefroy de Billon qui conquist Jerusalhem.

De Lorrain Guerint sgr d’Albret, venant comme dit est de ligne royale, descendit Amanieu d’Albret qui fut le premier qui entra en Jerusalhem apres ledit Godefroy de Billon, eux deux parens prouchains, la succession de laquelle maison d’Albret a continué de masle en masle, despuis la dite dame que le dit sgr Lorrain Guerin epousa, jusques à aujourd’huy[3].

Et entre autres sgrs qui en sont descendus, a esté messire Bernard Ezii qui epousa madame Mathe d’Armagnac qui fut dame de Scte Vie, et le dit sgr fut tres vaillant prince, tant au fait des guerres comme appert par les croniques, que en autres faits dignes de louenges, et eut plusieurs enfans.

Son aisné fils et successeur fut messire Arnault Amanieu sire d’Albret qui interjecta l’appel contre le prince de Galles pour reduire la duché de Guyenne en l’obeyssance de France et tant au moyen de ce que des grands faits d’armes qu’il y fit et la maison et le comte d’Armaignac son cousin germain, la dite duché fut mise ez mains et obeissance de France et les Anglois mis et expulsés hors.

Le dit messire Arnault Amanieu espousa mad. Marguerite de Bourbon sœur du duc de Bourbon, le roy de France Charles le Quint espouza une autre sœur puisnée de la dite dame d’Albret et le roy Dom Pedro de Castilhe en espouza une autre et toutes trois sœurs et filles de la dite maison de Bourbon, lesquelles dames sont descendues du roy St Louis roy de France, duquel roy St Loys fut fils Robert comte de Clermont et du fils du dit comte Robbert sont descendues les dites dames, et en descend mr de Bourbon qui à present est le dit messire Arnault Amanyon et la dite dame Marguerite de Bourbon eurent plusieurs enfans, et entre autres messire Charles sire d’Albret connetable de France cousin germain du roy Charles VIeme car

Page 2 / chapitre 2 nouv. Albret

ils etoient fils de deux sœurs, comme dit est, lequel messire Charles connetable espousa la dame de Sully que le fils seul du duc de Berry avoit fiancée, mais il mourut avant l’espouser, et le dit sgr connetable l’espousa.

D’eux yssirent plusieurs enfans entre aultres messire Charles qui fut sire d’Albret et Jeanne qui fut mariée au comte de Foix, duquel comte de Foix et d’elle sont yssus quatre roynes, scavoir est la royne de Navarre qui est à present, la feue royne de France Anne, la royne de France qui est à present et la royne d’Arragon.

Parce que la dite royne de Navarre en vient de par le fils ainé, la royne d’Arragon de par le fils puisné, et les roynes de France de par une fille mariée au duc de Bretaigne père et mere de la dite feue royne Anne, et mourut le dit sgr Charles connetable à la deffence du royaume à la journée d’Agincourt.

Le duc de Berry qui etoit fils du roy Jehan de France et frere du roy Charles le Quint après que son dit fils fut trepassé, maria sa fille unique et seule, Bonne de Berry au comte Bernard d’Armaignac qui fut connetable de France, lequel connetable fut tué et escourché à Paris sur la pierre de marbre pour la querelle et deffence de ce dit royaume.

Charles sire d’Albret fils dudit sgr connetable espousa dame Anne d’Armaignac fille dudit messire Bernard connetable et de la dite dame Bonne de Berry, laquelle dame Bonne etoit cousine germaine du roy Charles VIe dont sortirent messire Jehan vicomte de Tartas qui deceda avant ledit sgr son père, messire Loys cardinal d’Albret, dame Jeanne mariée au duc de Richemont, et autres plusieurs enfans.

Messire Jean d’Albret vicomte de Tartas fils ainé des sgrs Charles et dame d’Amaignac espouza dame Catherine de Rouhan sœur de madame d’Angoulesme grand mere du roy de France qui est à present, de quels est descendu monsgr Alain sire d’Albret, oncle par les moyens sudits du roy à present regnant.

Mondit sgr d’Albret qui à present est a esté marié avec feue madame Françoise de Bretaigne comtesse de Penthievre et de Perigord vicomtesse de Lymoges et dame d’Avesnes.

Ladite feue dame Françoise de Bretaigne est descendant de vraye souche et droicte lignée de Bretaigne et à elle apartient la duché qui anciennement etoit royaume, laquelle descente apert par les moyens qui s’ensuivent.

Arthus fut duc de Bretaigne en l’an 1359, qui fut marié avec dame Marguerite de Bourgoigne fille du duc Philippe fils de France.

Des dits duc et duchesse yssirent deux enfans, c’est à scavoir Jehan et Guy de Bretaigne.

Le dit duc Arthus, après le trepas de la dite dame Marguerite de Bourgoigne se remaria à la comtesse de Montfort, dont sortit Jehan de Bretaigne, qui fut apres le trespas de son père comte de Montfort.

Jehan fils aisné du duc Arthus et de la dite dame Marguerite de Bourgoigne mourut sans enfans.

Guy, second fils, fut comte de Penthievre par appanaige

Page 3 / chapitre 2 nouv. Albret

et eut une file qui eut nom Jehanne de Bretagne[4] après le trespas du duc Arthus son ayeul et de son père Guy et de son oncle Jehan, lequel Jehan son oncle la fit son heritiere en la mariant.

La dite Jehanne fut mariée au comte de Bloys nommé le benoist Charles de Blois, lequel fut de sainte vie, mais Jehan de Bretaigne fils du duc Arthus et de la comtesse de Montfort donna empeschement au dit Charles de Bloys et à la dite dame Jehanne en la dite duché et jacoit que fut adjugée à la dite Jehanne par arrest par le roy Philippe le Bel[5], appellés et presens les pers de France à Conflans en l’an mil CCC XLI, toutes foys le dit comte de Montfort leur fit guerre non obstant le dit arrest et y eut journée à laquelle fust tué le dit benoist Charles au lieu d’Euroy le jour St Michel l’an mil CCC LXIIII en la querelle et pursuite de la dite duché apartenant à la dite femme, et par ce tiltre et moyen, le dit comte de Montfort usurpa la duché de Bretaigne.

Le dit Charles de Bloys est tenu saint, et fait notre seigneur beaucoup de miracles à la requeste et invocation de luy despuis son trespas, si faisoit, il etant en vie, comme apert par le proces des commissaires qui ont esté deputés à le faire par la court de Rome, lequel proces ne reste que d’estre rapporté pour faire relever le corps dudit benoit Charles.

Et dudit benoit Charles et de sa dite femme Jeanne de Bretaigne yssirent Jehan de Bretaigne et Marie de Bretaigne. Laquelle Marie fut mariée au duc d’Anjou, dont issirent le roy de Cecile, et la roine Marie femme du roy Charles VIIe mere du roy Loys onzieme et de madame la princesse de Vienne mere de la royne de Navarre qui est à present.

Jehan de Bretaigne fils du benoit Charles de Bloys et de dame Jehanne de Bretaigne lequel fut comte de Penthievre, sgr d’Avaugour et d’autres belles seigneuries, fut marié avec dame Marguerite de Clisson vicomtesse de Lymoges et dame d’Avesnes.

D’eux issirent quatre enfans, savoir Olivier, Jehan, Charles et Guillaume de Bretaigne. Olivier fut marié à une fille de Bourgoigne et deceda sans enfans.

Jehan fut marié à dame Marguerite de Chauvigny. Il deceda sans enfants et acquit la comté de Perigord. De Charles issit dame Nicolle de Bretaigne. Mons. Guillaume de Bretaigne fut marié à dame Isabeau de La Tour fille de la maison de Bouloigne et luy advint la succession des dits Olivier et Jehan et fut comte de Perigord et de Penthievre, vicomte de Lymoges et sgr d’Avesnes.

Des dits messire Guillaume de Bretaigne et dame Ysabeau de La Tour sont yssues trois filles, c’est à scavoir madame Françoise de Bretagne, Jeanne et Charlotte. Laquelle dame Françoise, après le trepas de son dit père fut dame comtesse et vicomtesse des dits lieux, et fut mariée, comme dit est, à mondit sgr d’Albret qui est à present.

Et sont yssis plusieurs enfans, scavoir est feu de bonne mémoire Jehan roy de Navarre, messire Amanieu cardinal, Gabriel qui fut sgr d’Avesnes, Loyse princesse de Symay, Ysabeau dame de Candalle, et Charlotte duchesse de Valentinoys, et autres enfans decedés en bas age[6].

Page 4 / chapitre 2 nouv. Albret

Le dit feu roy de Navarre a esté conjoinct par mariage à la royne de Navarre à present regnante, desquels ont procedé Henry à present roy de Navarre conjoint en mariage à dame Marguerite …duchesse de Lausun sœur de François à present roy de France premier de ce nom. Fin, en papier. (ce mémoire a sans doute été fait à cause des contestations pour le royaume de Navarre avec le roy d’Arragon – Leydet).

_____________________________________

Hommage rendu à Hélie Rudel seigneur de Bergerac, par Gaston de Gontaut seigneur de Biron, pour son château de Biron (1239)

In dossier E 702 aux AD 64.

[7]Conoguda causa sia a tots … quen Elia Rudel lo macips Gasto de etc. … Gastos per la agradeira voluntat recogn. quel castel de Biron devia tenir … den Elia Rudel. Dat. foren, X dias a l’issid de magh, anno Domini M° CC XXX VIIIII. En parchemin, scellé etc. Ex authentico vel autograph. Deja copié ailleurs et ici cotté A 31.

_____________________________________

Plusieurs contrats d’assense faits par les consuls de Limoges (1488-1498)

Par un mémoire de Jacques de Foix eveque de Sescar, dans le sac cotté L 4, il paroit que les lettres et papiers ont du souffrir à Montignac, l’eveque y avertit le roy de Navarre : que le Tresor etant dressé en l’une des tours du château (en la grande) … l’eau coule par la voulte et tombe sur l’archif qu’on a dressé pour mettre les papiers et les lettres dudit Tresor n’est bien cimentée pour ce que au lieu ù ils sont maintenant, ils ne sont bien rangés, sera adviser de la fere visiter etc. et scavoir ce qu’il pourra couter de la bien cimenter etc.

Dans ce sac est un vieux livre en papier couvert de parchemin contenant les contrats d’assence faites par les consuls de Limoges en M CCCC octuagesimo octavo (1448). On lit fol. 4 r° : 13a di mensis martii anno 1448, personaliter constitutus magister Martialis Vertamon[8] notarius castri lemovic. qui … cum assensasset et assensaverit a dominis consulibus ejusdem castri graffariam in civitibus ejusdem castri quae fuit sibi liberata tanquam plus et ultimo offerenti pro precio quater viginti quindecim libr. turon., idem ipse Vertamon in pignus eisdem dominis consulibus tradidit pro summa 43 libr. tur. vadia sequentia etc., et 1° unum annulum auri cum una perla cum uno molineto, unum aliud cum duabus perlis, unum aliud cum tribus perlis, duos annulos etiam aureos cum quatuor perlis in quibus in medio IJ # extitit … et duos alios cum quatuor perlis, et certis esmalhs[9], et unum aliud cum tribus grossis perlis, et uno dyement in medio, cum octo annuli aurei, ponderis unius unci et minus unus denarii cum dimidio, et certos boubeux in quibus extitit unum jaspis, unam crucem, unum aglan, unam guynam, unam ymaginem sancti Jacobi, unam eschille, unum cassidoyne, unum cristallum, unum royal, unam aliam peciam enchassatas de argento deaurato existentes in quadam bursa cericea rubea munita botons argenteis deauratis et perlis super seminata. Item ulterius unum noble à la rose, sex lyons, unum scutum à la couronne, et tres florenos de trect et residuum dictae summae videlicet quinquaginta duas libras restantes solverere eisdm consulibus promisit videlicet per quaterons etc.

Anno 1490, Johannes Vertamon … consulibus lemovic., fol [-0] [10] r°:

[11]Die sabbati Xa quarta martii anno 1496, Petrus Bernardi in utroque licenciatus etc. Petrus Noalhe et consules castri lemovic. recognoverunt assensasse de concilio sanioris partis manantium hujusmodi castri pro edificio urgenti et necessario murorum castri lemovic. nuper demolitorum in magna quantitate ad tempus duorum annorum, graffariam civilem etc..

Die 18 martii anno 1497, Martialis Botini burgensis castri lemovicensis, psalmodius reulx tenturiarius castri praedicti … recognoverunt debere eisdem dominis consulibus modernis causa assensae du faymidroit[12] dictae eorum curiae summam XXX II libr. turon. [13]

[14]Dicta die (IXa martii anno Domini M° CCCC° nonagesimo octavo [-----][15]), Petrus Merteu et Julianus Coloni burgenses castri lemovicensis et eorum quilibet in solidum, ita quod uno solvente alter quittus remaneat, recognoverunt debere domnis consulibus modernis praesentibus causa affirmae du faymidroit, videlicet deffectuum et emendarum, ad unum annum solvendo jus officiariorum summam triginta libr. turon. quam solvere promiserunt videlicet medietatem infra festum beati Johannis Baptistae etc. Fol. 47 recto, signé du notaire.

_____________________________________

Page 5 / chapitre 3 nouv. Albret

CHAPITRE 3

ARMOIRE D’ALBRET

Nouvel inventaire

_________________

Rolle des anciens seigneurs d’Albret, dont plusieurs ont été ensevelis sous l’habit de St François (1481)

Référence non connue aux AD 64.

[16]Les nobles personnages cy-dessous ont esté ensevelys en habit de St François, premierement :

Depuis l’incarnation notre Seigneur mil deux cens et huict trepassa mgr Amanieu d’Albret chevalier er sgr d’Albret.

1208, mourut Bernard Ezii d’Albret, le meme jour mourut dame Assande d’Albret comtesse d’Astarac en 1213.

Le meme jour mourut dame Masquerosa d’Armagnacvicomtesse de Tartas en 1328.

En 1311, mourut Amanieu d’Albret damoisel. En 1326 trepassa dame Rose d’Albret

En 1326 mourut mgr Amanieu d’Albret chevalier et sgr d’Albret.

En 1334 mourut dame Thomase fille de mgr Amanieu d’Albret. En 1339 mourut madame de Bergerac, c’est à scavoir dame Mathe fille de mgr Amanieu d’Albret.

1347, mourut mgr Amanieu d’Albret chevalier premier fils de mgr Bernard Ezii d’Abret et dame Mathe d’Armagnac.

1350, mourut Jehan d’Albret fils de mgr Bernard Ezi et dame Mathe d’Armagnac.

1351, mourut mgr Bernard Ezii d’Albret chevalier, fils de mgr Bernard Ezii d’Albret et dame Mathe d’Armagnac.

Ce mesmes jour trepassa dame Thomase fille de mgr monsr. Amanieu d’Albret ensevelie en habit de St Françoys l’an 1334.

Item aussi Scisse premiere fille de mgr Bernard Ezii d’Albret et dame Mathe d’Armagnac.

Item aussi Gilles fils de mgr Bernard Ezii d’Albret et dame Mathe d’Armagnac.

Item aussi madame de Pons, madame Jeanne d’Albret fille de mgr Amanieu d’Albret, qui fut femme de mgr de Pons.

Ce meme jour trepassa illustre dame Helene de Ste Bazeille femme de mgr Bernard d’Albret.

Le meme jour mourut Jean d’Albret fils de mgr Bernard Ezii et dame Mathe d’Armagnac, 1350.

Le mesme jour, mourut tres illustre prince mgr Charles chevalier et sgr d’Albret, lequel tout le temps de sa vie eut en grand commemoration mgr St Françoys et en le servant et l’invoquant en ses necessités, à cause de quoy il merita et voulut etre fait fils de si bon père, et aussi voulut etre ensevely en habit de St Françoys, et se fit porter de Tartas à Castelgeloux l’an 1471, et fut ensevely le XII septembre.

L’an 1359 mourut mgr Guytard chevalier fils de mgr Bernard Ezii et dame Mathe d’Armagnac.

L’an 1359 mourut madame Jehanne fille de mgr Bernard Ezii et de Mathe d’Armagnac comtesse de Baisserelle.

L’an 1359 mourut mgr Bernard Ezii sgr d’Albret.

L’an 1352 trepassa reverend père en Dieu mons. Berard d’Albret de l’ordre des freres myneurs et eveque d’Ax, fils de mons. Bernard Ezii dgr d’Albret et dame Mathe d’Armagnac

1352, mourut Rose d’Albret fille de Bernard Ezii et de dame Mathe d’Armagnac femme du captal de Buch.

1367, mourut mgr Girard d’Albret chevalier fils de Bernard Ezii d’Albret et de dame Mathe d’Armagnac.

1427, trepassa mgr François d’Albret sgr de Ste Bazille, et ensevely en habit de St François.

Le meme jour, trespassa mr Jehan d’Albret vicomte de Tartas, qui fut ensevely en habit de St François le XV janvier 1466.

L’an 1470 (M CCCC soixante et dix) [17], mourut mademoiselle Mathine d’Albret fille de mgr Bernard Ezii et dame Mathe d’Albret.

Le meme jour, trespassa illustre dame madame Catherine de Rohan vicomtesse de Tartas. L’an 1469 IIII may, et voulut etre ensevelie en habit de St François.

Item aussi trepassa mgr Guitard d’Albret chevalier fils de mgr Amanieu d’Albret vicomte de Tartas.

Ce mesme jour trepassa Myramunde d’Albret et fut ensevelie en habit de St François, l’an 1472.

Ce meme jour trepassa Hondet de Cassenode damoisel, l’an 1416.

Page 6 / chapitre 3 nouv. Albret

Ce mesmes jour trespassa illustre dame Françoise de Bretaigne comtesse de Perigord et dame d’Albret et fut ensevelie en l’habit de St François, l’an mil CCCC IIIJx et ung[18].

Ce meme jour trepassa illustre dame madame Marguerite de Bourbon dame d’Albret et fut ensevelie en habit de St François l’an 1418.

Ce mesme jour mourut Anne d’Armagnac dame d’Albret, ensevelie en habit de St François, 26 septembre 1472.

_____________________________________

Lettres du roi Henri II, par lesquelles il établit des maîtrises dans chaque ville de son royaume (1548)

[19]Henry par la grace de Dieu etc. Come puis naguieres le mariage d’entre notre tres cher et tres amé cousin Anthoine duc de Vendosme gouverneur et notre lieutenant general en notre pays de Picardye et notre tres chere et tres amée cousine la princesse de Navarre eut esté fait, traicté, celebré,solemnisé et consommé en notre ville de Moulins en mémoire duquel et aussi pour ne moins faire en cest endroit en faveur de notre dicte cousine par la très grande proximité de sang et lignage dont elle nous acient et aussi pour la parfaite amitié que l’y avons toujours porté et portons, qu’il a esté fait cy-devant en contemplation des mariages des princesses de sa qualité pour ces causes etc., avons fait, créé et statué et estably faisons, creons, statuons et establissons par ces presentes en chacune ville de nostre royaume, pays, terres et seigneuries ung maistre de chascun mestier voulons, et nous plaist que des dictes maistrises de chacun des dicts mestiers soient par nostre dicte cousine pourveus tels personnages qu’elle advisera et bon luy semblera, auxquelles elle en fera expedier ses lettres patentes et provisions scellées de son scel et signées de sa main, ou de l’un de ses secretaires, en vertu desquelles ceulx qui ainsi seront par elle pourvus des dictes maistrises seront, et voulons y este receus, mis et institués par les juges qu’l appartiendra et auxquelles les dictes lettres patentes de nostre dicte cousine seront pour cest effet addressées sans qu’ils soient tenus faire aucun chef d’ouvre, payer disner, ni faire autres frais deppendants de chacun des dicts mestiers. Si donnons en mandement à nos amés et feaulx les gens de nos cours de parlement … Donné à Gyen le 2e jour de novembre, l’an de grace 1548, et de nostre regne le 2e. Et sur le reply : par le roy, monsr le cardinal de Guise, vous les sgrs de Sedan et de St André mareschaux de France et autres presens. Signé : Clausse, et scellé à double queue du grand sceau de cyre jeaune, collation fait par moy notaire et secretaire du roy, Bohier.

_____________________________________

Le roi Jean accorde plusieurs privilèges aux comtes dePérigord (1356)

In dossier E 679 aux AD 64.

(voir aussi dossiers E 603, E 626 et E 873 aux AD 64) [20]

[21]Johannes Dei gratia Francorum rex. Notum facimus universis etc. quod cum alias litteras in cera viridi et in filio de cerico sigillatas dilecto et fideli nostro Rogerio Bernardi comes (comiti) Petrag. pro se et suis heredibus et successoribus dededimus et concessimus pro nobils et successoribus nostris ad hereditagium perpetuum castrum, villam et honorem sive castellaniam Montiscuqui de Vallibus in Caturcinio, et castrum, villam et castellaniam de Monte Domae supra ripariam Dordoniae in diocesi sarlatensi et villam et castellum de Turre Alba cum omnibus dominiis altis, mediis et bassis, mero et mixto imperio, et cum omnibus juribus et deveriis et sive pertinentiis universis, item primum ressortum et omnem cognitionem causarum primarum et appellationum ipsorum castrorum, villarum, honorum et castellaniarum sicut permittitur donaturum. Et etiam totius terrae suae quam habet in Petragoricinio, Caturcinio et Tholosano. Item,

Page 7 / chapitre 3 nouv. Albret

primum ressortum et omnem cognitionem causarum primarum appellationum totius terrae et jurisdictionis archiepiscopi burdigalensis, episcopi petragoricensis, episcopi sarlatensis, Reginaldi de Pontibus militis domini de Ribeyraci et Montis Fortis quas habent in diocesi petragor. et sarlatens., omniumque terrarum et locorum, castrorum, villarum, castellaniarum honorii et districtus et eorum habitantium dominorum de Beynaco, de Castronovo, de Comarchia, abbatis de Sancti Amandi, abbatis de Terrassonio, abbatis de Castris, domini de Altoforte et de Thenone, domini de Burdelia et de Brantholmio, abbatis de Brantholmio, dominorum de Monte Agrerio, et de Sancto Asterio, de Monte Inciso, et de Sorzaco, item castrorum locorum, castellaniarum, villarum et honorii et districtus dominorum de Marolio, de Alba Terra, Sanctae Eulaliae prope Albam Terram et terrae et jurisdictionis abbatis de Tusturiaco[22], item, et locorum, terrarum et jurisdictionum vassalorum, valvassorum retrovassalorum praenominatorum et cujuslibet eorumdem prout in dictis aliis super hoc confectis litteris per nos concessis latius dicitur contineri, nos attentis et diliginter consideratis pluribus laudabilibus fidelibus et acceptabilibus servitiis per dictum comitem et suos nobis et nostris factis et impensis et quae ab eodem et suis nobis et nostris impendi et fieri speramus in futurum, attentisque et consideratis probitate et constantia ejusdem quibus apud nos nonnullorum fidedignorum testimonio multipliciter commendatur praemissiset aliis quae nos movent in hac parte, attentis et consideratis eidem complacere et dona nostra sibi per nos facta mera liberalitate regia insignire et augere volentes praefati comiti pro se et suis heredibus et successoribus et causam seu jus ab eodem vel suis in perpetuum habituris auctoritate nostra regia etc., concessimus et donavimus et tenore praesentium concedimus et donamus quod ipse et suis heredibus et successorum[23] praedicti in toto comitatu suo ejus pertinentiis et ressorto et in tota terra sua noviter acquisita et in recompensationem terrae Brageraci per ipsum quondam genitorem nostrum pro se et suis successoribus translata sibi tradita, liberata et assignata et etiam in tota terra … praenominatorum … salvas guardias quibuscumque possint ex nunc perpetuo dare et concedere tenerique facere cum appositione penuncellorum suorum in bonis requirentium auctoritate sua propria totiens quotiens sibi et suis praedictis placuerit et videbitur faciendum et quoscumque violatores earum mulctare et punire et puniendos compellere sive in terra sua vel ressortorum praedictorum sive extra ubicumque commorentur prout nos ante concessionem nostram hujusmodi et translationem praedictam pro violator. nostrarum salvagardiarum facere poteramus, privilegiis nobilibus seu quibuscumque aliis personis sub quacumque forma verborum concessisque praemissa non possimus, in dictum comitem vel aliam quamcumque personam transferimus nec ea concedere et aliis ordinationibus super hiis contrariis non obstantibus, cujusmodi privilegia et ordinationes quathinus nostrae concessioni hujusmodi praejudicare seu adversari possent, volumus non valere. Item, damus et concedimus praefato comiti pro se et suis praedict.

Page 8 / chapitre 3 nouv. Albret

auctoritate et gratia quibus supra quod de quibuscumque forefactis et debitis committendis et perpetrandis in viis et itineribus publicis colitatus sui et terrae et ressortorum vassaloru, valvassorum et retro vassalorum praedictorum ac etiam de illicita armorum portatione et cui possint cognoscere, condempnare, absolvere et punire in quibuscumque casibus prout nos ante concessionem nostram praesentibus facere poteramus non obstante quod cognitio et punitio forefactorum et delictorum in dictis viis et itineribus committendorum et perpetrandorum ratione nostrae regiae … ad nos et nostros pertinere noscentur et omnibus aliis adversantibus seu adversari valentibus non obstantibus quibuscumque. Item damus … praedicto comiti et suis etc., quod praedicti possint et sibi sit licitum quotiens ipsi videbitur faciendum habere, ponere, statuere et tenere perpetui sigillum ad contractus in aliquo loco dicto sui comitatus quem ad hoc elegerit et stylum facere, ponere, instituere seu statuere et simili modo in aliquo oco quem elegerit in terra sua quam habet in diocesisarlatens. Et tholosano xum quo sigillo litterae obligandorum sub eodem sigillentur necnon et executores unum vel plures qui dictas litteras dicto sigillo sigillatas possint contra quoscumque executare … Item quod possint incantum facere, statuere et tenere, salutare, proclamare, vendare, alienare, liberare, decernere et decretum et auctoritatem interponere et coetera omnia alia et similia facere quae de jure seu de consuetudine aut alias ad talia faciendum pertinere noscuntur, inhibentes gentibus nostri parlamenti parisiensis ac omnibus senescallis coeterisque judicibus et officialibus nostris ut infra ipsum comitatum, ressortum et terram vassalorum, valvassorum, retrovassalorum ipsius comitis aliquas executiones faciant nec facere possint nec aliquos servientes mittant nec mittere possint pro aliquibus executionibus faciendis in causis criminalibus civilibus pecuniariis realibus vel aliis quibuscumque sine voluntate et licentia speciali ipsius comitis seu judicum et officialorum suorum quae omna superius concessa et donata per nos ipsi comiti et suis valere in perpetuam firmitatem habere decernimus et volumus privilegiis quibuscumque concessis vel concedendis sub quacumque forma verborum juribus, usibus, statutis seu ordinationibus contrariis ne quaquam obstantibus quibuscumque quae omnia in quantum praemissis donatis et concessis possent obviare et contrariari tollimus et enervamus et perinde haberi volumus ac si specialiter et expresse de ipsis non obstantibus esset facta mentio specialis, mandantes et praecipientes senescallo et judicibus majoribus petragori. et caturc. coeteriisque justitiariis nostris et eorum locatenentibus praesentibus et futuris et ipsorum cuilibet quathinus praemissa omnia et singula in locis prout expedierit publicari tenere et inviolabiliter observare et de eisdem ipsum comitem et suos praedictos uti, frui, libere et pacifice etiam, et gaudere faciant et permittant … Quae ut ut firma etc., sigillum

Page 9 / chapitre 3 nouv. Albret

nostrum … apponi fecimus praesentibus litteris etc. Actum in tentis nostris ante Britholium anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo sexto mense augusti. Et infra, de mandato expresso regis vivae vocis oraculo, m. facto cumsignavi, et super plicam, per regem, J. Royer. En parchemin, sur vidimus, fait à Bordeaux en parlement, 9 aout 1560, signé : Pontac.

_____________________________________

A la meme piece est attachée une autre contenant les memes concessions presque dans les memes termes, par le meme roy Jean, datée du meme camp, mense augusti 1356.

_____________________________________

Autre charte du meme roy Jean, aussi attachee aux precedentes par laquelle il declare que son père Philippe de Valois avoit assigné au comte de Perigord pour recompensation de la terre de Bergerac pour 19 livres tourn. sur l’emolument du sceau du pariage (ad acta curiae pariagii), que le dit sgr roy avoit avec le chapitres de St Front, in villa Podii Sancti Frontonis Petrag., 25 # tourn. sur l’emolument : cerae sigilli ad contractus dicti pariagii etc. Sur les lots et ventes : vendas parrochiae dictae villae Sancti Frontonis ad dictum dominum nostrum genitorem spectantes pro quinquaginta libris turon. et commune dicto domino genitori nostro debitum levari consuetum in villa et suburbiis seu barriis Petreg., pro centum libris turon., cum juribus et deveriis aliis ad hoc pertinent. Porro quod consules villae Petragoric. privilegium a nonnullis praedecessoribus dicti domini nostri genitoris se habere praetendentes et illud propter dictum dominum et genitorem nostrum eos seu dictam villam petragoricensem a se segregare vel in aliam transferre non posse privilegium hujusmodi per dictum dominum et genitorem nostrum confirmari ac confirmatione ipsa assisiam et assignationem praedictas revocari facere, dicto comite non vocato nec audito, procurassent post modumque assisia et assignatio revocatis, cessatis et annulatis privilegio praedicto et confirmatione ejusdem et revocatione assisae et assignationis praedictarum cum ipso comite non vocato, impetratae fuissent, per nos[24] confirmatae et approbatae, retentis domino nostro genitori et suis ex praedictis assignatis emolumento cerae sigilli ad contractus et vendis praedictis ac homagiis et fidelitatis juramento, quod dictus comes et ejus poster., pro jurisdictione emolumento cerae sigilli ad acta et commune praedictis si et prout ante pariagium praedictum existerat usitatum facere praestare tenebitur, le comte avoit été mis en possession de ces droits, la concession à luy faite par le roy, à l’assiette qui en avoit été faite, la revocation des privileges de Perigueux, revocatio privilegiorum praedictorum per dictum dominum nostrum genitorem nostrum confirmatae fuerant et approbatae et per cameram compotorum Paris., expeditae nichilominus tamen praedicti major et consules dicto comiti invidentes detans assisiam  et assignationem in grande praejudicium dicti domini nostri genitoris ac dictae villae quae nichil percipit nec percipere consuevit in praedict. factas fuisse et jure dicti domini nostri genitoris derogare et praedictum pariagium et commune et eorum retentionem dicto domino genitori nostro et suis utilia fore et multipliciter fructosius, et non expedire ea a domanio dicti domini genitoris nostri separi et jura dicti domini nostri genitoris et dictae villae quam plurimum derogare praetendentes, praedictas

Page 10 / chapitre 3 nouv. Albret

litteras omnes et singulas super assisia et assignatione praedictis obtentas et eorum effectus per dictum dominum nostrum genitorem et nos ac locumtenentem (l’eveque de Beauvais) dicti domini nostri genitoris aut quemvis alium nomini dicti domini nostri genitoris et nostri et quemlibet eorumdem dicto comiti quo ad praemissa concessas …et assignationem praedictam factam vel faciendam, realem et actualem possessionem traditam de praemissis et quidquid inde factum et scentum est ac sequi posset, momodolibet non obstante quod per dicum dominum genitorem nostrum confirmatae fuissent et in camera compotorum Paris. deductae revocari et annulari per dictum dominum nostrum genitorem, ipso comite non vocato nec audito, in servitio dicti domini nostri genitoris et nostro existente procuraverunt nullius efficaciae seu valoris esse decernendo ea que in toto vel in parte a manibus seu patrimonio dicti domini nostri genitoris nullatenus separi nec in aliam manum transferri praedicta privilegia confirmando prout inter coetera in litteris per dictos majorem et consules super praemissis impetratis a dicto domino nostro genitore plenius continetur. Propter quod dictus comes in praedictis assisia et assignatione et earum possessione indebite impeditur, supplicavitque nobis dictus comes et sibi super praemissis providere assisiamque assignationem praedictas gratiose confirmare vellemus non obstantibus litteris per dcitos majorem et consules super praemissis obtentis. Nos igitur attentes fidelibus … servitiis per dictum comitem etc. dicto domino nostro genitori et nobis … impensis in guerris nostris … informati plenarie quod utilius et magis expediens in dicto domino nostro genitori et suis, praedicto dicto comiti assignata et tradita, eidem dimittere et liberare quam dicto patrimonio remanere et eadem alibi dicto comiti assignare et tradita liberare, advertentes etiam quod praedictae litterae per partem dictorum majoris et consulum obtentae, dicto comite non vocato nec audito et in servitio dicti domini nostri regis et nostro existente, impetratae sunt attentesque aliis quae nostrum animum movent in hac parte ejus supplicationi benigne et favorabiliter inclinati, praedictas litteras omnes et singulas per partem dictorum majoris et consulum super praemissis impetratis sub quacumque forma verborum existant et praedicta privilegia et earum effectus et quidquid inde factum et secutum est, aut sequi posset quomodolibet in futurum, de auctoritate regia nobis attributa et nostra ex certa scientia speciali gratia et ex causa, revocamus, cassamus, abolemus, irritamus et penitus annulamus easque nullius firmitatis efficaciae et valoris decernimus in hac parte, non obstante quod decretum fuit in hoc per partem majoris et consulum impetratis ex nunc ut ex tunc etc. Mandantes senescallo et receptori petragoric. et caturc. et eorum cuilibet … quod dictum comitem et suos posteros et causam seu jus ab eodem in posterum habituros praedictis assisia et assignatione uti et gaudere … faciant privilegio praedico litteris quae praedictis per partem majoris et consulum impetratis et aliis impetrandis … non obstantibus … quae ut firma etc.

Page 11 / chapitre 3 nouv. Albret

permaneant etc. sigillum nostrum etc. Datum Agenni, anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo sexto mense augusto. C’est Jean duc de Normandie qui vient de parler. Il commence ainsi : Johannes primogenitus et locum tenens regis Francorum, dux Normaniae et Aquitaniae, comes pictavensis, andegavensis et cenomanensis, notum facimus etc. Cet acte fini, son père Philippe de Valois le confirme : Nos autem omnia et singula in suprasciptis litteris contenta, grata habentes … approbamus etc. et ut firma etc. sigillum etc. Actum et datum apud Malmudinum prope Pontisanum anno Domini 1346, mense novembris. Enfin le roi Jean confirme le tout : Nos autem omnia et singula in supra litteris contenta, grata habentes approbamus et confirmamus non obstantibus quibuscumque litteris per dictos majorem et consules tam a dicto nostro genitore quam a nobis aut quibus vis aliis sub quacumque forma verborum impetratis, in contrarium vel in posterum quomodolibet impetrand., et quod praedicti major et consules commune nobis in dicta villa, suburbiis vel barriis Petragor., debitum et levari consuetum seu emolumentum ejusdem communis usque ad certum tempus rocuraverint sibi dari tacito de praedictis quas quidem litteras praedicti communis eisdem majori et consulibus concessas esse de cetero volumus nullius efficaciae vel valoris, quod ut firmum etc. sigillum etc. Actum apud nemus Vincenn., anno Domni millesimo trecentesimo quinquagesimo primo mense februarii etc. En parchemin sur vidimus fait en parlement le 9 aout 1560, signé : De Pontac, fait à la requete du roi de Navarre. Sic à nos sgrs de parlement supplient les roy et royne de Navarre etc.

Aux pieces precedentes est encore attachée celle qui suit :

Johannes Dei gratia Francorum rex etc. Notum etc. comiti petrag. pro se et suis heredibus ac successoribus comitibus dicti loci petragoricens., primas appellationes videlicet cognitionem et examen decisionemque punitionem et compulsionem totalem primarum appellationum, omnium et singularum causarum, et casuum tam civilium quam criminalium quas a majore et consulibus villae et civitatis petragoricensis et curia eorumdem et etiam a curia vocata « del celerier » communi inter dictum comitem et capitulum ecclesiae sancti Frontonis petragoricensis eum data praesentium in antea perpetuis temporibus in villa et curiis supradictis et qualibet earumdem sive ad nos vel ad nostrum senescallum petragoric. seu ad nostram curiam parlamenti aut alibi, ubi libet tum a definitiva sententia quam interlocutoria sine a gravamine seu condempnatione alia quomodolibet appellatur seu provocetur contigerit emanari omnimodamque jurisdictionem ad dictas appellationes seu ad nos eorumdem ratione spectantes et pertinentes ac pertiner debentes et valentes ad quodcumque aliud jus nobis et succesoribus nostris competens et competere valens, seu ad nos petinens in eisdem superioritate tamen nobis et nostris retenta, perpetuo praedicto comiti et suis heredibus et successoribus causam seu jus ab eodem vel suis in posterum habituris pro nobis et successoribus nostris auctoritate regia etc. … deliberatione cum nostro consilio super hoc praehabita diligenti de jure que nostro in hoc debite certiorato concessimus et donavimus ad perpetuum tenoreque praesentium, concedimus et donamus in

Page 12 / chapitre 3 nouv. Albret

praedictum comitem pro se et suis in perpetuum transferimus pleno jure etc., mandantes praecipiendo senescallo petrag. et caturcensi coeterisque officiariis nostris etc., quathenus omnes et singulas causas et casus appellationum primarum a dictis majore et consulibus et eorum curiis ac a dicta curia communi inter dictum comitem et dictum capitulum Sancti Frontonis quae a modo in antea pro futuris emergent vel emanebunt temporibus tam in civilibus quam in criminalibus et tam a definitiva quam ab interlocutor. vel alio gravamine per nos dicto comiti concessa et donata ad perpetuum et in ipsum et suos translata, si et quotiens ad eos contigerit appellari et totiens quotiens casus emercerit ad dictum comitem vel judicem suum appellatioonum super hoc ordinatum vel ordinandum ipsis vel eorum altero requisitis vel non requisitis remittant, et de illis ipsum cognoscere et judicare cognitaque et judicata exequi pacifice permittant juxta concessionem nostram praedictam etc. Quae ut firma etc. Sigillum nostrum … Datum apud Paris. anno Domini 1353 mense januarii etc. En parchemin, sur vidimus fait en parlement 9 aout 1560.

_____________________________________

Lettres de François Ier en faveur du roi de Navarre, comte de Périgord, portant confirmation des privilèges, franchises et libertés accordées par le roi Jean au comte de Périgord (1517).

Autres chartes de François Ier roy de France, du moys de fevrier 1517, donné à Amboise en faveur du roy de Navarre comte de Perigord, portant confirmation des privileges, franchises et libertés et autres immunités accordées par e roy Jehan au comte de Perigord. En parchemin, vidimus fait en parlement 9 aout 1560, signé : Pontac. Autre charte de François II donnée à Blois au mois de novembre 1559 portant confirmation des memes privileges (sur vidimus fait en parlement, signé : de Pontac. Toutes les chartes sur les privileges des comtes de Perigord, en parchemin et  authentiques d’ailleurs sont en mauvais etat et presque pourries, mais elles sont encore très lisibles.

_____________________________________

Lettres en forme de patente de frère Antoine Marcel général des Cordeliers, par lesquelles il reçoit Alain sire d’Albret en la secrète de tous les offices et services desdits Cordeliers, et lui permet, s’il le désire, de se faire enterrer sous l’habit de leur ordre. (1517)

Frater Antonius Marcellus, artium et sacrae theologiae professor totiusque ordini Minorum generalis minister, nobili et illustrissimo principi domino Alano d’Albreto cum suis titulis et generosa prole ordinis beatissimi patris nostri Francisi amico et benefactori devotissimo necnon et sacrae propagini religionis nostrae cum suis praedecessoribus in Aquitania et Francia sator perpetuus et inclitus cum suffragio salutari omnium incrementa virtutum, quamvis excantatis debito cemetis in religione christiana de gentibus teneamur, illis tamen longe amplius obligamur quorum dilectione ceteris beneficiorum indiciis frequentius experimur, pio igitur animo vestrae sinceritatem devotionis attendens quem ad universum praefati patris nostri Seraphici Francisci geritis ordinem, prout et veridica fratrum relatione cognari, dignum putari divinae acceptabile voluntatis ut ab ipso ordino prerogativam sentiatus spiritualium gratiarum, verum quia nudi temporalibus bonis caritatis vestrae subsidiis dignam rependere vicem temporaliter non valemus, spiritualibus saltem beneficiis compensare spiritualiter affectamus. Ea propter ego quilibet indignus ordinum fratrum Minorum et sororum et minorissarum Sancti Damianni seu Sanctae Clarae et sororum fratrumque tertii ordinis de poenitentia nuncupatorum curam habeo generalem, vos ad universa et singula nostrae religionis

Page 13 / chapitre 3 nouv. Albret

suffragia et beneficia spiritualia in vita recipio partier et in morte plenam vobis orationum, missarum, officiorum, devotionum, praedicationum, contemplationum, testimonium, meditationum, studiorum, exercitationum, obedientiarum, jejuniorum, abstinentiarum, macerationum, disciplinarum, vigiliarum, peregrinationum, rogationum, et omnium aliorum officiorum ac spiritualium operum participationem praesentium tenore gratiose conferendoquae per fratres et sorores dictorum ordinum per universum orbem de gentes fieri contingerit et acceptare dignabitur clementia salvatoris volens iterum et mandans quod cum divinae placuerit dispositionis de exilio instantis miseriae vos vocare si tunc cupitis cum ipsius nostrae religionis habitu mundo mori ac in eodem sepeliri et (2 ou 3 mots effacés) confidentia juxta summorum pontificum nostro ordini indulta et concessa quae humana fragilitate contraxistis vestrorum peccatorum, vincula solvantur et future plene relaxentur, guardianus et fratres conventus ubi hac divina permissione contingerit, teneantur jussu praesenti, vos habitum induere. Cum vero vester obitus annuente domino multo tempore differendus, nostro fuerit capitulo generali nunciatus, defunctis ibidem recitatis fieri ex more perpetuum ordinem consuevit in quorum omnium fidem et robur et testimonium praesentes fieri jussi et sigillo generalitatis nostri ordinis appensione munivi, valete in domino Jesu regum rege. Datum Romae tempore nostrae generalis congregationis in festo Penthecostae in conventum sanctum apostolorum celebratae, anno Domini millesimo quingentesimo decimo septimo. Signé : frater Anthonius Marcellus general. Min. En parchemin, scellé, signé: De [----][25].

_____________________________________

Bulle du pape Jean XXII par laquelle il ordonne des trêves entre le sire d’Albret et Saussanier[26] des Pins, mari de Jeanne de Périgord. (1316)

In dossier E 618 aux AD 64.

[27]Johannes episcopus servus servorum Dei, dilecto filio nobili viro Amanevo domino de Lebreto, salutem et apostolicam benedictionem. Dudum circa nostrae promotionis auspicia ex infausti rumoris assertione percepto quod humani generis inimicus zizaniae seminator incerte et dilectum filium nobilem Saucenerium de Pinibus militem materiam gravis dissentionis ingesserat, usque adeo commovens dissendentes ut inter vos non juribus sed viribus non viis pacifiis sed congressibus bellicis exortam decrevissatis dirimere quaestionem, in personas et in terras hinc inde hostiliter procedendo, nos animarum periculis, dispendiis corporum et lapsibus facultatum quae formidabantur utrumque verisimiliter praeventura, remediis oportunis obviare, paterno cupientes affectu, cum ex plenitudine potestato nobis exalto concessa, singulariter ad nos spectet in universali ecclesia[28], cuncta ve congregatione fidelium, pacem quarere, ac eam facere diligentius observari, inter vos, auctoritate apostolica treugas induximus duraturas usque ad festum Nativitatis beati Johannis Baptistae ultimo praeteritum ultimo venturum, ne in vos et omnes et singulos valitores vestros treugas infringentes easdem vel quomodolibet non servantes, excommunicationis sententiam duximus promulgandam, dato nichilominus per nostras certi tenoris litteras dilectis filiis abbati monasterii Montisalbani, ordinis sancti Benedicti caturcensis diocesis

Page 14 / chapitre 3 nouv. Albret

et Garciae camerario ecclesiae Terraconensis firmiter in mandato ut ipsi at eorum altere hujusmodi treugas et sententiam vestrum cuilibet intimarent, licet autem iidem abbas et camerarius circa intimatione hujusmodi, mandatum nostrum devote fuerint executi vos obedienter treugas acceptantes, easdem unanimiter compromisisse feramini super jamdicto dissidio in venerabilem fratrum nostrum archiepiscopum Auxitan., et dilectum filium nobilem virum Bertrandum de Gulto vicecomitem Leomaniae et Altivillaris, acto quidem quod ipsum compromissum deberet tantum usque ad festum praedictum sancti Johannis et non ultra durare, eo tamen ut credimus faciente, qui primum scisma excitavit in coelo, et cujus semper sunt, cogitatus et conatus in malum, antea isius compromissi praeteriit terminus, quam aliquis inter vos, pacificis seu concordiae sequeretur,effectus sicque proch dolor ut displicenter audivimus, treugis ipsis ac compromisso finitis, unus in alterum hostiliter progredinititur, ad bellicos apparatus et exercitus instaurationem, intendens, nisi provisione celeri succurratur. Nos itaque ad tranquillitatem et pacem inter te et dictum Saucanerium dicto sublato dissidio, ex causis, ut dicitur, satis levibus procedente, propagandam, in specialitate quandam, certis considerationibus hanelantes, a ceptis non putavimus desistendum, sed de illius omnipotentia, spe concepta, qui concordiam in sublimibus operatur, insistentes, eisdem treugas inter te et ipsum Sancenerium renovare providimus, easque inter vos usque ad unum annum, autoritate apostolica indicentes, in vos et omnes et singulos adjutores, valitores, consiliarios, sequaces, complices et fautores vestros, treugas infrigentes easdem aut quomodolibet non servantes, excommunicationis sententiam duximus promulgandam, treugas ipsa et sententiam a die notificationis seu publicationis earum suum effectum habere volentes. Quocirca nobilitatem rogamus et hortamur attente ac in remissionem tibi peccaminum injugendo sano consilio suademus quathinus guerrarum dispendiis animo quieto pensatis, sicut regi pacifico nobis ejus vices gerentibus licet immeritis placere desideras, et evitare praedictam sententiam excommunicationis, affectas treugas ipsas studeas inviolabiliter observare, et prudenter attento quantum spiritualiter animabus et temporaliter expediat, utriusque honori et commodis, in animorum concordia vivere, et quantum foret indecens, quam damnosum vos ex causa praesertim levi, vel mende dividi vel manifestatione operis ab invicem separari animum tuum habilites ad concordandum cum Sancenerio memorato, iterum videlicet eligendo communes amicos quorum arbitrio dictum dissidium sopiatur vel ad nostrum personaliter propterea veniendo praesentiam, vel personas aliquas destinando quae in votis pacem et concordiam habeant, et quae tuae consciae voluntatis pacificandi et concordandi, nec non

Page 15 / chapitre 3 nouv. Albret

firmandi cum eodem Sancenerio concordiam tuo nomine plena sint potestate suffultae. NOS enim super hiis eidem Sancenerio in forma consimili scribimus, et licet curis immensis et negotiis arduis distrahamur, libenter tamen non parcendo laboribus tractatum pacificationis hujusmodi, cum tuis et ejusdem Sancenerii nunciis assumemus, sperantes in pacis actore quod eo cooperante, nobis inter vos, si tamen volueritis, ut expedit, vos rationis conformare judicio, reformabitur concordia solida, vestrum cuilibet utilis, Deo grata. Et ecce super notificandis tibi et eidem Sancenerio ipsarum indictione treugarum et promulgatione sententiae dilectis filiis priori fratrum praedicatorum et guardiano fratrum minorum de civitate Agennensi vel eoru locatenentibus per alias nostras certi tenoris litteras dedimus expresse mandatum. Datum Avenioni VIIJ id. julii pontificatus nostri anno primo. Et plus bas : B. de Sancta Speria. Sans repli, en parchemin. Il n’y paroit aucun sceau, ni vestige de sceau. A la verité, le milieu du bas de l’acte où l’on place le cordon, est pourri, et laisse l’incertitude s’il y avoit un sceau. On remarque au haut et au bas de l’acte des fentes faites à coup de canif au nombre de huit en haut, et de sept en bas, faites avec ordre et simetrie, et dont je ne connois pas l’usage[29] etc. Vid. Diplomat. Benedictinorum. Cottée. La piece est encore lacerée en « ab », mais il ne paroit pas que ce soit à dessein.

[30]Nota : La bulle est pliée en quatre, partie « d » sur « S », le ply en « O », « e » en « S », le pli en « R », et un nouveau pli en « S », en sorte que « d » retombe en « E », enfin le tout dans cet etat est replié dans la ligne « dE », alors, sur le quart qui paroit, ont été faits 2 trous par une incision en cruciale « L » et « K », qui ont repondu aux autres. C’est par ces deux trous, dont l’incision cruciale paroit encore, que passoit le cordon qui portoit le sceau. Quand on a voulu ouvrir l’acte, on aura donné un coup de canif de « f » en « L », et de « g » en « K », et le sceau sera tombé, c’est ce qui aura produit ces fentes, lorsque l’acte a été ouvert, ainsi cette piece est proprement une lettre clause du pape Jean XXII. J’ay observé cette minutie pour distinguer les coupures qui decrient un acte d’avec celle qui indiquent une lettre close, et qu’on decide par là son authenticité, des que rien ne la decrie d’ailleurs, ainsi quand la piece seroit entiere en « X », on ne doit pas y chercher de trous propres à recevoir le cordon portant le plomb, à la façon des bulles, il ne doit pas y en avoir, le cordon a du passer autrement, etc. Leydet.

On lit sur le dos de la piece pliée comme je viens de la decrire : dilecto filio nobili viro Amanevo domino de Lebreto, de meme caractere et de meme encre que l’ecriture du corps de l’acte, ce qui confirme que c’est une lettre clause. Elle est large de deux pieds et demi, et haute d’un pied 10 pouces environ.

_____________________________________

Permission accordée par le pape Clément VI à Amanieu sire d’Albret, d’avoir un autel portatif (1343 v. st.)

In dossier E 24 aux AD 64.

Clemens episcopus servus servorum Dei, dilecto filio nobili viro Amanevo domino de Lebreto, salutem et apostolicam benedictionem. Devotionis tuae praecibus inclinati habendi altare portabile cum dedit a reverentia et honoria faciendi super eo divino officia celebrari, in quibuscumque locis te fore contigerit dum tamen in honestis, etiam si loca eadem generali subjaceant interdicto, dum tamen hujusmodi interdicto causam non dederis, nec si excommunicatione ligatus, neque id tibi contingat specialiter interdici, liberam tibi tenore praesentium concedimus facultatem sine juris praejudicio alieno, nulli ergo omnino hominum liceat etc. Datum Lugduni idibus januarii, pontificatus nostro anno primo. Et sur le reply : P. de [--][31], et pend la bulle en plomb, avec le nom du pape : CLEMENS PP U. Il semble qu’il y a Clement II comme on le dit quelquefois, mais c’est Clement V[32]. Le « U » est mal fait dans les sceaux de ce pape.

_____________________________________

Page 16 / chapitre 3 nouv. Albret

Permission accordée par le pape Clément VI à Amanieu d’Albret, seigneur de Langoiran et à Mabile d’Escossan sa femme, d’avoir tel confesseur que bon leur semblera (1351 v. st.)

In dossier E 24 aux AD 64.

[33]Clemens episcopus servus servorum Dei, salutem. Dilecto filio nobili viro Amanevo domino castri de Logoyrano militi et dilectae in Xpo filiae nobili mulieri Mabiliae ejus uxori burdigalens. Iocsis, salutem et apostolicam benedictionem. Provenit ex vestro devotionis affectu quo Nos et Romanam Ecclesiam reveremini ut petitiones vestras illas praesertim quae animarum vestrarum salutem respiciunt ad exauditionis gratiam admittamus. Hinc est quod Nos vestris supplicationibus inclinati ut confessor quem quilibet vestrum duxerit eligendum omnium peccatorum vestrorum de quibus corde contriti et ore confessi fueritis semel tantum in mortis articulo plenam remissionem vobis in sinceritatu fidei unitate sanctae Romanae Ecclesiae ac obedientia et devotione nostra vel successorum nostrorum Rom. pontificum canonice intrantium persistentibus auctoritate apostolica concede valeat devotioni vestrae tenore praesentium indulgemus sic tamenque idem confessor de hiis quibus fuerit alteri satisfactio impendenda eam vobis per vos si super vixeritis vel per heredes vestros si tunc forte transieritis faciendam injungat quam vos vel illi facere teneamini ut praefertur, et ne quod absit, propter hujusmodi gratiam reddamini procliviores ad illicita in posterum committenda, volumus quod si ex confidentia remissionis hujusmodi aliqua forte commiseritis, quoad illa praedicta remissio vobis nullatenus suffragetur. Nulli ergo omnio hominum liceat etc. Datum Avenioni XIIII kal. martii pontificatus nostri anno nono. Sur le reply : Paschalis. Et pendoit au bas des cordons de soye rouge et jaune (qui reste), un sceau de plomb qui est perdu, ainsi on ne voit pas d’abord si c’est Clement V ou Clement VI (ce qu’on (peut) connoitre ex supradict.). In pergam.

_____________________________________

Acte de la fondation du collège de Bergerac, que le roi avait déjà promis d’établir, par ses lettres d’août 1563 (1563-1577).

In dossier E 699 aux AD 64.

[34]Acte en parchemin, signé, de la fondation du college de Bergerac, 7 fevrier 1577 : Een l’audience de la cour de seneschaucée de Perigord, à Bergerac etc., ont comparu sindic et consuls de la dite ville par noble Raymond Dupont escuyer sgr de la Renaudie avec maitre Jehan de Mathieu procureur et sindic dudit college de la dite ville et des procureurs du roy de Navarre et des sgrs du vicomte de Turenne et comte de Montfort, d’Armand de Gontault sgr de St Genies et de Baddefou, chevalier de l’ordre du roy cappitaine de Solances et seneschal de Bearn, de Jacques de Caumont sge de La Force de Montboyer, et … de Bertrand de Larmandie sgr de Longa et de Gardonne, de Geoffroy de Baynac sgr et baron de Baynac et de Comarque, de Foucaud sgr de Lardimalie, et François de St Astier sgr de La Barde, ont remonstré que les habitans de Bergerac avoient etabli des ecoles en la presente ville pour instituer la jeunesse en la pieté et bonnes mœurs, ce qui avoit eté continué jusques aux troubles et guerres civiles survenues en le royaulme, qui avoient tous mis en confusion, et lors les habitans de la dite ville, assistés de plusieurs grands seigneurs et communautés du pays avoient presenté … leur … requete au roy … lequel par les lettres patentes données à Rossilhon au mois d’aout 1563, leur avoit permis de faire et ordonner un college en la presente ville, lequel le dit sieur y auroit etabli et composé de tel nombre de regens et autres officiers que les habitans adviseroient pour y etre faictes lectures tant ordinaires que extraordinaires en toutes langues par tels regens et aultres que par les dits habitans seront ordonnés. Voulant le dit sgr que les deniers des confreries du present ressort fussent employées à l’entretenement des dits regens et officiers, permettant à tous librement de donner et leguer au dit college pour l’entretenement (des dits regens) et officiers, en vertu desquelles lettres, les dit habitans auroient des lors dressé et baty un beau college muni d’un bon nombre de regens sous la conduite

Page 17 / chapitre 3 nouv. Albret

d’un principal avec autres officiers necessaires, les tous honorablement stipendiés en quoy les dits habitans auroient eté grandement secourus et aidés par la liberalité et bienfaits de la feue de bonne mémoire très illustre dame Renée de France duchesse de Ferrare, et ds sgrs de Biron, de Limeuil, de Caumont, de La Force, de Salignac, de Boisse, d’Aubeterre, de Longa de Bariere, de Mombajailla, de Pardailhan, de Longa de Larmandie, de Pilles, de Bellegarde, de Montastruc, de Romans, de Juare, des Bories, de Caussade, madame la doyriere de Longa de Berriere, et madame du Lyon. Et despuis les dits troubles et guerres civiles ayant eté renouvellées, la dite ville au moyen d’iceulx presque tombee en desolation, et le batiment dudit college entierement ruiné, ce qu’etant venu à la connoissance dudit sgr roy de Navarre, icceluy sgr pour le grand desir qu’il a à l’advancement de l’honneur et gloire de Dieu et au bien public de tout le pays, et pour l’affection singuliere qu’il porte à la dite ville de Bergerac et aux habitans d’icelle, par les patentes du dernier jour de juillet 1576, … auroit donné de fondation perpetuelle et irrevocable pour l’entretenement dudit college et du principal et gens d’icelluy, la somme de deux cens livres tourn. de pension à prendre chacun an par les consuls de la dite ville de Bergerac sur le revenu de la ville de Gensac par les mains du receveur du duché d’Albret, à la charge que le dit sgr roy de Navarre seroit recognu pour 1er fondateur du dit college et que en icelluy seroit dressées … ses armoiries …et que chaque premier jour de l’an il seroit fait une oraison publique en mémoire de la dite fondation, en oultre qu’il seroit dressé une pencarte dudit don et fondation, et autres dons que seroient faits par autres sgrs etc., et les dits sgrs de Turenne, de St Geniez, etc. à l’exemple dudit sgr roy de Navarre auroient pareillement donné, le sgr de Turenne 100 # par an sur sa comté de Montfort à la charge que la premiere classe du college sera appellée la classe de Turenne, là où seront mises ses armoiries etc., par acte du 25 aout 1576 ; le sgr de St Genies 100 # par an, sur sa chatellenie de Badeffole, à lacharge que la 2ème classe sera appellée la classe de St Genies, et en icelles seront mises ses armoiries, etc. par contrat du 16 aout 1576 ; le sgr de La Force 50# par an, sur sa maison de La Force, du 22 aout 1576 ; le sgr de Longa de Larmandie 25# par an … par acte du 15 aout 1576 ; le sr de Baynac 20# par an sur le revenu de la parroisse de Bezenac, 31 juillet 1576, contrat signé Lucrup et Lavergne notaires royaux ; et le sr de Lardimalie 10 # par an, du 30 aout 1576, et le sieur de La Barde la somme de cent sols par an à prendre sur le revenu des rentes deRaffallié, parroisse de Lisle, du 30 aout 1576. … Tous ces contrats duement insinués nous requerent les dits sindics et Mathieu leur octroyer acte de tout ce que dessus … pour leur servir de pencarte et denombrement general des fondations et dotations dudit college … nous avons ordonné qu’il sera fait acte public des choses dessus dites Signé :[PP-----][35] Cacaud greffier.

_____________________________________

Sentence arbitrale donnée entre le roi Louis XII, et le roi et la reine Jean et Catherine de Navarre, pour la souveraineté du Béarn (1512)

Référence non connue aux AD 64.

[36]Dans la sentence arbitrale entre Louis XII et le roy et reine Jean et Catherine de Navarre pour la souveraineté de Bearn, sentence donnée le [                ] [37], il est dit que peut avoir cinquante ans ou environ que le feu roy Loys onzieme de ce nom s’en alla en Guienne pour parler au roy d’Arragon père de celluy qui à present est, et passa par le dit païs de Bearn, et quand il fut à l’entrée dudit païs, dit à son grand et premier escuyer qui avoit acoutumé porter l’epée levée devant luy quand il etoit en son royaume comme sgr souverain, les parolls qui s’ensuivent, ou en effet semblables : « Escuyer,

Page 18 / chapitre 3 nouv. Albret

escuyer, or mettez bas l’espée, car nous sommes en ceste  heure hors nostre royaume, icy commence le pays de Bearn, qui n’est de nostre royaume », confessant expressement que le dit pays de Bearn est pays et seigneurie à part soy, distinct et separé du royaume de France. A la 3e peau versus finem, lors de la sentence supra, … le pays de Bearn ne suivoit point la pragmatique, le pape y nommoit aux evechés, abbayes et autres dignités et octroyoit graces, expectatives pour obtenir des benefices en la dite seigneurie de de Bearn, ce que n’a lieu en ce royaume, est-il dit.

Il est encore dit, en parlant des ressorts, que les pays de Bigorre etc. sont eté escripts au tableau pendant au palais de Thoulouse des jours ordinaires des pays ressortissant en la dite court[38].

Sur ce que le procureur general du roy au parlement de Thoulouse pour montrer que le Bearn faisoit partie du royaume de France, avoit allegué que : la Gaule se divisoit en trois parties etc., la Belge, l’Aquitanie et la Celte, que l’Aquitanie etoit limitée par la Garonne fleuve des monts Pyrennées, et ce qui est deça les monts Pyrennées et de Ronceveaulx jusques à la mer est de Guienne etc. que le pays de Soule, qui etoit certainement du royaume de France etoit au-delà du Bearn, que la Bigorre aussi du royaume de France, etoit limité aux Pirennées aussi bien que le Bearn, le procureur general du Bearn repondoit : … que le pays de Gaule est de plus longue estandue que le royaue de France, contenant le dit royaume, partie de la Germanie et partie des Espaignes, et sans repondre à ce qui regarde la question geographique sur Soule et Bigorre, insiste sur la possession, etc. La sentence arbitrale, en faveur du roy de Navarre, est du 15 juillet 1512, sur vidimus de l’an 1517.

_____________________________________

Lettre en forme de patente de François-Léonard de Mansuet de Pérouse, général de l’ordre des Dominicains, par laquelle il associe Alain d’Albret et sa femme à toutes les prières et bonnes œuvres de son ordre (1478)

In dossier E 79 aux AD 64.

[39]Lettre en forme de patente de frere Bernardus de Mansuetis de Perusio general de l’ordre des Dominicains par laquelle il associe à toutes les prieres et bonnes ouvres de l’ordre Alain d’Albret et sa femme Françoise de Bretaigne, à cause des grandes aumones et des bienfaits sans nombre rendus par les dits Alain et Françoise à l’ordre de St Dominique. Datum Romae in nostro conventu sanctae Mariae super minervam die X mensis junii anno Domini Incarnationis millesimo CCCC LXXVIII indictione undecima. Et pend un sceau de cire jaune avec une couche de cire rouge, attaché à un cordon de soye couleur de pourpre. Le commencement de ces lettres est en style pompeux, à l’usage de Rome, avec des lettres enluminées, vignettes, etc., d’un assez bon dessein, les fleurs y sont bien imitées etc.

_____________________________________

Supplique d’Anne d’Albret au pape, qui lui accorde des indulgences, etc. (1526)

Référence non connue aux AD 64.

Supplique d’Anne d’Albret repondue par le pape, sic :

Beatissime pater,

[40]Ut animarum salut. devotae oratricis vestrae illustrissime domine Annae de Albreto et duodecim personarum utriusque sexus per eam [Symbole n° 1] [41] nominandarum salubrius consolatur supplicat humiliter sanctitati vestrae oratrix praefata quathinus sibi et nominandis praefatis specialem gratiam facientes ut confessor ydoneus secularis vel cujus vis ordinis regularis presbyter quem ipsa oratrix et nominandi duxerint eligendum, ipsam et earum quamlibet a quibuscumque excommunicationis suspensionis et interdicti aliisque ecclesiasticis sententiis censuris et penis a jure vel ab homine quavis occasione vel causa latis et promulgatis ac ab omnibus et singulis peccatis criminalibus excessibus et dictis quantumcumque gravibus et enormibus de quibus corde contrite et ore confessae fuerint et votorum quorumcumque juramentorum mandatorumque ecclesia et jejuniorum transgressionibus homicidii mentalis vel casualis, reatibus manuum violentarum in quascumque personas injectionibus, penitentiarum injunctarum omissionibus[42] ceterisque …nibus offensis, etiam

Page 19 / chapitre 3 nouv. Albret

si talia forent propter quae sedes apostolica merito foret consulenda de reservatis semel quolibet anno [Symbole n° 2] exceptis contentiis in bulla Caenae Domini, de aliis vero non reservatis eidem sedi et omnibus casibus totiens quotiens opus fuerit absolvere et penitentiam salutarem injungere. Vota vero quaecumque per eas vel alteram ipsarum forsan emissa ultra liminum apostolorum Petri et Pauli, de urbe atque Jacobi in Compostella, visitationis et castitatis votis dumtaxat exceptis in alia pietatis opera commutare et juramenta quaecumque relaxare, et omnium peccatorum suorum plenariam remissionem et absolutionem [Symbole n° 3] impendere possit et valeat, liceatque eidem oratrici et cuilibet ex personis nominandis, [Symbole n° 4] habere altare portabile cum debitis tamen reverentia et honore super quo in locis ad hoc congruentibus et honestis etiam ecclesiastico interdicto auctoritate ordinarii superpositis, dummodo causam non dederint hujusmodi interdicto, etiam antequam elucescat dies, circa tamen diurnam lucem, per proprium aut alium sacerdotem ydoneum in sua et cujuslibet ipsarum ac familiarium suorum domesticorum presentia missas et alia divina officia celebrari facere et illis interesse ac ea audire possint et valeant. Quodque ipsius oratricis et nominandarum corpora, si ipsa aut earum aliquam in loco ecclesiastico supposito inter dicto forsan decedere contigerit et ecclesiasticae tradi possint sepulturae [Symbole n° 5] ipsaque oratrix et nominandae personae praefatae Eucaristiam et alia ecclesiastica sacramenta a quocumque presbytero seculari vel regulari ubicumque voluerint [Symbole n° 6] recipere possint et valeant, necnon unam vel duas ecclesiam vel ecclesias seu duo vel tria altaria in partibus ubi ipsam oratricem et personas praefatas pro tempore residere contigerit quam, quas, vel quae quaelibet ipsarum duxerit eligendum singulis diebus quadragesimalibus et aliis diebus aut temporibus, cujuslibet anni visitando, tot et singulas indulgentias ac peccatorum remissiones consequantur quas consequerentur si singulis diebus eisdem singulas urbis ecclesias quae Christi fidelibus propter stationes urbis visitari solent, personaliter visitarent. Et in super ut praefati oratrix et personae praefatae tam quadragesimalibus quam alibus diebus ac temporibus prohibitis praeter quam in majari hebdomada ovis, butyro, caseo et aliis lacticiniis et carnibus uti, vesci et frui libere et licite possint et valeant. Praeterea ut praefata oratrix una cum sex honestis mulieribus in ejus societate per eam electis, quaecumque monasteria monialium quorumcumque etiam sanctae Clarae ordinum [Symbole n° 7] ingredi, et cum monialibus conversari, loqui et corporalem refutionem assumere licentia cujus vis [Symbole n° 8] minime requisita possit et valeat licentiam et facultatem concedere et indulgere [---][43] dignemini de gratia speciali, non obstante constitutionibus et ordinationibus apostolicis, necnon cancellariae apostolicae regulis et dictorum monasterium et ordinum statutis et consuetudinibus quibus hac vice tentum derogare placeat ceterisque contrariis quibuscumque cum clausulis oportunis et consuetis. Ici finit la supplique, et à la suite sont, avec les renvois marqués dans le texte, on lit :

[Symbole n° 1]: pro una vice. [Symbole n° 2] : pro domina Anna vel semel invita et in mortis articulo, nominedis personis. [Symbole n° 3] : semel invita, et in mortis articulo. [Symbole n° 4] : nobili Annae. [Symbole n° 5] : sine funerali pompa. [Symbole n° 6] : praeter quam in Paschate et sine alicujus praejudicio. [Symbole absent dans le texte ci-dessus] : de consilio utriusque medici. [Symbole n° 7] : quantum [----][44] de [----][45] praejudicium et dum modo ibidem pernoctet. [Symbole n° 8] : alterius. Et au bas de la supplique, et ecrit en gros caracteres : Concessum ut petitur in praesentia D. N. PP. C. cardinalis. Mimaten. Et encore plus bas : Concess. C. cardinal. Mimaten. Vis-à-vis les articles suivants, reunis par un crochet :

Et         de reservatis semel quolibet anno exceptis contentiis in bulla Caenae Domini (ajouté : et alias, ut supra)

Et         de non reservatis casibus totiens quotiens opus fuerit                                               |

Et         de commutatione votorum et elaxatione juramentorum praemissis exceptis  | concess. C.

Et         de plenaria remissione et absolutione, ut supra                                                         | cardinal.

Et         de altare portabili cum clausula ante diem et tempore interdicti, ut supra                  | Mimatens.

Et         quod tempore interdicti corpora oratricis et personarum nominandarum                  |

            tradi possit sepulturae             |

Page 20 / chapitre 3 nouv. Albret

Et         quod visitando ecclesias seu altaria consequantur indulgentias stationum urbis

Et         de esu carnium, butiri, ovorum et aliorum lacticiniorum … oratricis et nominand.

Et         quod praesentium transumptis ……… alicujus  praelati invit. plena fide ubique adhibeatur sicut originali

Et         cum derogatione cancellariae apostolicae regularum et statuum pro hac vice tantum.

Cette piece n’a pas de date mais, à la droite on voit les armes du pape, d’azur aux trois fleurs de lys d’or, les branches entrelacées et sur le dessus de l’ecu les clés posées en sautier surmontées d’une mitre, qui sont les armes de La Rovere, et par consequent, c’est du temps de Jules II. Et plus bas est un autre ecusson, ecartelé au premier d’azur aux trois fleurs de lys d’or : 1 – qui est de France, au second et au troisieme de geule en plein qui est de ….[46] Avec un cadre en vignettes enluminées etc.

_____________________________________

Vidimus de plusieurs chartes en faveur des seigneurs de Bergerac, entr’autres d’une de 1279, par laquelle Edouard, roi d’Angleterre, donne à Marguerite de Turenne dame de Bergerac et de Gensac le droit d’herbage qu’il avait dans toute la terre de Bayanès (1303)

In dossier E 125 aux AD 64.

[47]Vidimus de plusieurs chartes en faveur du sgr de Bergerac :

Richard Nepotis prevot dans l’eglise de Chartres clerc du roy de France pour l’execution de la paix faite entre les rois de France et d’Angleterre : magistro Geraldo de Estris mandamus vobis quathenus nobilem virum dominum Brageraci manu teneatis et deffendatis in possessionibus, juribus et sasinis in quibus ipsum inveneritis seu de quibus vobis constiterit ipsum habere tempore quo dominus noster rex Franciae (Philippe le Bel) cepit terram et ducatum Aquitaniae, et specialiter de terra et territorio de Bayanesio prout per litteras illustris regis Angliae et mandata domini nostri regis Franciae et per litteras nobilis ac prudent. viri domini Johannis domini de Puiconio, vicedom. Ambianen. alia documenta vobis constare poterit, non permittentes dictum dominum Brageraci et gentes suas et subditos dicti domini Brageraci impedire vel molestari in possessione praedictorum per officiales illustris regis Angliae et baiulos ac consules Belli Montis et Rupis Pinae nichilomin. ex parte domini regis Franciae inhibendo officialibus illustris regis Angliae et baiulis et consulibus praedictis et subditos alios domini nostri regis Franciae ne contra praemissa … faciant etc. Datum die dominica ante festum beati Lucae nno Domini millesimo CCC tertio.

Autres lettres scellées du sceau du roy d’Angleterre : … volumus … quod bailino per senescall. Vasconiae in praedictis locis de Issigeaco et de Bayanesio nostro nomine positi, visis praesentibus omnino recedant ex inde excepto bailino nostro de Rocapina furcas, si quas ibidem leveverint totaliter amoventes.

Autres lettres … Edwardus Dei gratia rex Angliae dux Hiberniae et dux Aquitaniae … sciatis quod nos concedimus et quittamus dilecto nobis in Xpo Margarita dominae Brageraci et Gentiaci et hered. suis herbagium alibi cabanam et quidquid juris habemus vel habere debemus in tota terra de Bayanesio juribus illis quae habemus in villa de Issigiaco et in bastida de Rocapina[48] dumtaxat exceptis in cujus rei testimonium … Datum Engolismae quinta die maii anno regni nostri secundo.

Anno 1279 (millesimo CC septuagesimo nono), mardy apres St Niclas d’hyver, dominus Guilardus de Burgo miles dominus Bertolii[49] tenens locum domini Johannis de Greyli militi senescall. Vasconiae pro domino rege Angliae sedens pro tribunali apud Montem Secuvium Vasconiae dyocesis dedit liberum arbitrium dominae Margaritae Turennae dominae Brageraci et Gentiaci utendi pleno jure et omni jurisdictione in tota terra de Bayanesio et in castro de Cunhaco cum pertinentiis suis … excepta bastida de Rocapina, et dixit idem senescall. quod, in praedictis locis, nullus baylinus, serviens, praepositus erant pro domino rege vel senescall. excepto baylino dicta bastidae, nec aliis in praedictis locis advohabat. Testes hujus rei sunt viri nobiles Archambaldus comes petragoric., Otho de Leomania et plures alii[50].

Autres lettres :

Johannes vicedominus ambian., dominus de Puiconio domini regis Franciae miles ad partes occitanas et ducatus Aquitaniae pro refformatione patriae[51], auctoritate regia destinatus nobili viro senescallo Petrag. et Caturc. … salutem et dilectionem. Mandamus vobis quathinus nobilem virum Reginaldum de Ponte dominum Brageraci in possessione terrae de Banesio quae olim data et concessa fuit nobili dominae Margaritae condam dominae dicti loci de Brageraco per illustrissimum principem Angliae regem manuteneatis … Datum apud Altam Villare die veneris post festum beati Laurentii anno Domini millesimo CCC tertio (sur vidimus de 1303).

_____________________________________

Page 21 / chapitre 3 nouv. Albret

Lettres d’Henri roi de Navarre par lesquelles il fait cession provisionnelle à Catherine, sa sœur unique, du Périgord, Limousin, etc. (1587)

In dossier E 591 aux AD 64.

[52]Au nom de Dieu, sachent tous etc., que ce jourd’huy 13 nov. 1587 à huict heures du matin, en la ville de St Palay au present royaume de Navarre par devant nous notaires royaux au dit royaume et habitans à domicile en la dite ville … fut present en sa personne y etant venu pour visiter ses sujets, tres haut … Henry par la grace de Dieu roy de Navarre sgr souverain de Bearn duc de Vendosme … comte de Perigord etc., lequel reconnoissant que très haute … Catherine de Navarre sa sœur unique est hors de minorité … et douhée de tres grand sens etc.,  pour conduire … ses affaires, s’etant mesmes tellement confié qu’il se seroit du tout reposé en elle du maniment … des siens propres plus grands et plus importans, l’ayant etablie regente en ses royaumes et pais souverains, considerant aussi qu’il luy convenoit ordonner par chacun an certaine grande somme et maison de la dite dame et qu’il seroit plus expedient en attendant qu’il pleut à Dieu luy donner parti convenable à sa dignité et grandeur, luy faire part des grands biens et possessions qui leur sont demeurés par la succession de leur père et mere les roys et royne de tres noble mémoire derniers decedés à ceste cause, sa majesté, bien et deument conseillée et assistée des sgrs de Belsunsse et de Meharin, conseillers et chambellans dudit sgr roy, de Lamothe vice-chancellier au dit royaume de Navarre, de Vidard conseiller, et de Logras son procureur general et de son bon gré … delaisse, quitte et s’est desmis, desaisy, delaisse, quitte, et se desmet et delaisse par ces presentes par devant nous comme en droit jugement par forme d’appanage et partage ez mains de la dite dame sa sœur unique, et ce par provision seulement, pour tous droits successifs tant ez dits royaume, pais souverains, duchéz, comtés, baronies et autres terres et seigneuries en quelque pays qu’elles soient situées et assises soit au royaume de France ou hors icelluy, à eux echus et advenus par le decès des dits roy et royne leur père et mere, c’est à scavoir le duché de Beaumont ainsi qu’il se suit et comporte, consistant ez baronies de Château-Gonthier, La Flesche etc. [53], avec les meubles etant au château dudit La Flesche, à condition toutes fois qu’elle ne pourra faire aucune couppe extraordinaire ez dits boys et forests, si ce n’est pour l’usage de la maison, quand elle sera sur les lieux ou avec le congé et permission dudit sgr roy son frere, lequel aussi s’est reservé la provision de tous estats, offices et benefices quand vacation y echoyera … luy a aussi delaissé comme dessus aux memes charges, conditions et reservations sa comté de Perigord et les vicomtés de Lymoges et de Villemur et leurs apartenances et dependances, pour en jouir par ladite dame, comme de sa chose propre et en tirer le revenu par chacun an, à commencer du premier jour de janvier prochain par les mains de ses receveurs particuliers et fermiers lesquels elle ne pourra destituer, et sera tenue delaisser jouir les dits fermiers jusques à la fin de leurs beaulx iceulx receveurs aussi seront tenus de rendre leurs comtes ez chambres des comptes dudit sgr roy où ils ont acoutumé de ressortir et compter et d’autant que le revenu des choses susdites ne pourroit satisfaire à l’entretenement de la dite dame et de sa maison, selon son estat et grandeur. Icelluy seigneur roy son frere lui a en oultre assigné, cedé et transporte, delaisse, assigne etc. … 25.000# tourn. de rente par chacun an en deniers sur toute la recepte generale de Vendosmoys … desquelles choses, attendu les grandes deptes qui sont en sa maison, desquelles le dit sgr roy s’est chargé, icelle dame s’est contentée et conte par provision seulement et jusqu’à ce que par l’une ou l’autre des parties soit requis

Page 22 / chapitre 3 nouv. Albret

soit requis de proceder au partage final et absolu de toute la succession selon le jus et …. coutumes des lieux où les choses sont situées et assizes ou que par le dit sgr roy autrement y soit pourveu. A quoy les dites parties respectivement sont venues à ung accord, promettant ledit sgr roy, en foy et parole de roy, de tenir ferme et irrevocable tout ce dessus … ce que nous notaires sous signés avons stipulé pour et au nom de la dite dame … absente … Fait en la ville de St Paleis les jour, mois et an que dessus etc. Presens et signé De Guoiherceche notaire royal, Deusasan notaire royal. Et est plaqué au bas le sceau du roy de Navarre.

_____________________________________

Généalogie de la maison de Navarre depuis Garcie Ximenès (730), jusqu’au roi Henri II (1526)

In dossier E 563 aux AD 64.

[54]Genealogie des roys de Navarre (on y a joint celle des roys d’Arragon et de Castille).

Jean roy d’Arragon eut d’un premier mariage 1° Eleonore, qui devoit succeder à ses royaumes, selon le contrat de mariage dudit Jean. Ce meme Jean s’etant remarié à Jeanne, fille de l’amiral de Castille, il en eut Fernando (mari de Isabelle de Castilhe), et Jeanne royne de Naples.

Ce Fernando allegeant que la coutume de l’Arragon excluoit les filles, priva Eleonor du dit royaume[55].

Cete Eleonore epousa Gaston comte de Foix qui en eut : 1° Gaston prince de Viane, mort eux vivans, 2° Jean sgr de Narbonne 3° Pierre cardinal de Foix etc.

Ce Gaston, fils ainé de des dits Gaston et Eleonore fut marié avec Madelaine fille de Louis XI, dont il eut François Phebus roy de Navarre et Catherine, aussi royne de Navarre, apres le trepas dudit François Phebus. Le dit Gaston mourut à Liborne, vivants ses père et mere.

Ce François Phebus, après le trepas de son dit père Gaston et de ses ayeux et ayeule (Gaston et Eleonore), fut couronné roy de Navarre et bientôt apres mourut sans enfans, à cause de quoy succeda la dite Catherine sa sœur.

Cette Catherine succeda audit Phebus ez roy de Navarre comte de Foix, sgrie de Bearn entre autres lieux, combien que Jehan sgr de Narbonne[56] son oncle luy contredisit et en ait eu longuement procès contre elle, disant que esdits biens, femelle ne pouvoit succeder, mais finalement par arrest de la court de parlement à Paris, la dite Catherine en fut maintenue, et le dit Jehan et ses hoirs déboutés. La dite Catherine epousa Jehan sire d’Albret (fils d’Alain), qui ont procréé : 1° Henry roy de Navarre, 2° Charles prince de Navarre, qui mourut à Naples, 3° Anne infante fiancée au comte d’Astarac, 4° Catherine abbesse de …, 5° Quitiere (Quiterie) abbesse de la Magdeleine à Orleans, 6° Ysabeau dame de Rohan[57].

Henri, fils de Jean d’Albret et Catherine de Navarre a epousé Marguerite de France, sœur de François Ier, duchesse d’Alençon et de Berri qui vivent encore à present. En parchemin, en 6 peaux, deux à deux colée par cotés. Cette genealogie commence à Garcie Ximenès en l’année 730 elu capitaine par 600 hommes biscayens, guerroya contre les Mores, et recouvra une grande partie de la Navarre etc.

_____________________________________

ARMOIRE D’ALBRET

CHAPITRE 4e

Contrats de mariage

_________________

Contrat de mariage de César de Borgia, duc de Valentinois (fils d’Alexandre VI), avec Charlotte d’Albret, sœur du roi de Navarre (1499)

In dossier E 91 aux AD 64.

[58]Contrat de mariage de Cesar de Borgia duc de Valentinois (fils de Alexandre VI) :

A tous ceux etc., Guillaume [Bl------ayli] [59] de Blois etc., savoir faisons que … en presence du roy et la royne et par leur commendement mr. le chancellier a dit et proposé presens plusieurs grands et notables personnages, que le dit sgr deuement adverti des grands et recommendables services que haut et puissant prince Domp Cesar de Borgia duc de Valentinois et comte de Dioys a fait à luy et à sa couronne et qu’il espere que le dit duc, ses parens, amys et aliés luy feront au temps à venir, et mesmement touchant la conqueste de ses royaume de Naples et duché de Milan, et aussi pour les grands biens et vertus que le dit sgr connoit etre en la personne dudit duc, a singulierement desiré de retirer et faire venir en ce royaume et en icelluy se heriter ce qu’il a fait desdits duché de Valentinois, comté de Diois et autres terres et seigneuries

Page 23 / chapitre 3 nouv. Albret

[60]et avec ce ont ledit sgr et dame affecté, le marier à quelque bon et vertueux personnage en ce royaume, pour quoy considerans les louables et recommend. et les biens et vertus qui sont en la personne de mademoiselle Charlotte d’Albret fille naturelle et legitime de haut et puissant prince monsieur d’Albret (Alain), leur prochaine parente, et que de meilleur personnage ne de plus grande maison ne le pourroient alier par deça, ont envoyé par devers tres haut et tres puissants princes les roy et royne de Navarre, duquel roy la dite demoisellle est sœur germaine, et par devers le dit sgr d’Albret pour leur remonstrer et prier qu’ils voulsissent entendre et consentir au dit mariage, et que en ce faisant ils reputeroient tres grand plaisir et service par eux leur avoir eté fait, les roy et royne de Navarre envoyent de leurs serviteurs fondés de procuration[61], scavoir Gabriel d’Albret chevalier sgr d’Avesnes, fils dudit sgr Alain d’Albret, messire Regnault des Chamans chevalier sgr de Lissac, et maître Jehan de Calvimont licentié en loix sgr de Tursac connseiller d’Alain d’Albret, qui arretent le dit mariage, le sire Alain d’Albret constitue en dot à sa fille 30.000 # tournois compris tout ce qu’elle peut pretendre sur les biens de Françoise de Bretagne sa mere, et la dite Charlotte renonce etc. Item, seront les dits conjoints communs par moitié en meubles et acquets … promettant ledit Cesar de Borgia, etc., et les dits procureurs etc. Fait au chastel de Blois ez presences de très reverend père en Dieu mr Georges cardinal d’Amboise, mr le chancellier, me l’archeveque de Sens, mrs les eveques de Nevers et d’Orval, les eveques de Bayeux, de Castas, de Melse et de Viers, le sgr de Tournon, et le vice-chancellier de Bretagne … le X may l’an de grace 1499. La procuration d’Alain d’Albret est datée de Castelgeloux le 23 pars 1498 (1499 n. st.). Sur vidimus en parchemin signé et scellé, du 15 may 1526.

_____________________________________

ARMOIRE D’ALBRET

Nouvel inventaire

PAPIERS MESLES

_________________

Procédure faite devant le sénéchal de Poitiers, pour Mathe d’Albret, contre Jean de Thouars (1335)

In dossier E 30 aux AD 64.

[62]Procedure faite devant le seneschal de Poictiers pour Mathe d’Albret contre Jehan de Tarsio et Jeanne de Mathas sa femme, touchant Montignac. Dattée : anno Domini M CCC XXXV, die veneris, in quindena proximi praeteriti festi beati Michaelis, regnante Philippo, etc. A Poitiers, cotté B 3.

_____________________________________

Information sur la fracture du trésor du château de Montignac (1541)

In dossier E 668 aux AD 64 (à vérifier).

[63]Information sur la fracture du Tresor de Montignac, c’est une copie non signée de la deposition d’un particulier de Montignac, qui à la requisition du procureur de Amanieu de Lafaye escuyer et cappitaine du château et chatellenie de Montignac, atteste, le 3 octobre 1541, qu’il y avoit 5 ans, ayant été mis en prison au dit château, il vit la porte du Tresor percée d’un trou grand pour y passer la main, ou autrefois y auroit eu une serrure de fer à clef. Ledit deposant proteste qu’il n’entra pas, et ne scait qui avoit fait le trou, mais pour lors, le sgr de La Coulx avoit la garde du dit Tresor du chateau, sans etre memorable qui lors etoit cappitaine et gouverneur de la dite comté et château, et qui avoit les clefs dudit Tresor etc. En papier, cotté C 3.

_____________________________________

Arrêt contre Arnaud de Clermont, écuyer, seigneur de Piles, et autres, convaincus du meurtre et homicide, commis sur la personne de Jacques de Campnhac, écuyer. (1566)

In dossier E 680 aux AD 64.

[64]Entre Jehan de Campnhac, escuyer sgr de Beaumont et damoiselles Jane et Marguerite de Campnhac ses sœurs, dame de La Roque et de Beaulieu, demandeurs en cas d’excès, crimes et delits pour raison du meurtre et homicide commis en la personne de feu Jacques de Campnhac escuyer leur frere, et d’un nommé Jacques son serviteur, le procureur du roy joint à eux, d’une part, et Arnaud de Clermont escuyer sgr de Pilles, Paul de Calvimont sgr de Cheylar, un nommé le Capdet et un autre nommé Pierre dit Troubat freres dudit Paul de Calvimont, Guilhon Louzier, Jean Petit dit Jean Pigeon, le souldat de Puy-Chevrier, et un nommé Jean … serviteur … dudit Cheylard et du sgr de Laxion, deffendeurs et defaillans … d’autre. Veu le procès criminel et deddaux octroyés contre les dits defaillans … [---ollements] [65] des temoins etc. Disons les dits defaillans etre suffisament atteints et convaincus du dit meurtre et homicide par eux commis en la personne du dit Jacques de Campnhac et d’un nommé Jacques son serviteur, pour reparation desquels les avons condampnés et condampnons avoir la teste tranchée, leurs corps mis à quartiers par l’executeur de la haute justice en la place publique appellée de La Claustre de la presente ville, si apprehender se peulvent, sinon par effigie. Aussi les condamnons en trois

Page 24 / papiers meslés, nouv. Albret

mille livre tournois d’amende envers les dits demendeurs qui seront prealablement payés, la taxe à nous reservés. Ainsi signé : de Marqueyssac, rapporteur, Faure, de Merle, Vigoreux, de la Pontarie, Sculiere, de Fayard, Tortel, G. Chancel, Bordel, prononcée par nous Pierre de Marqueyssac escuyer sgr dudit lieu conseiller du roy, juge-mage et lieutenant general de la seneschaucée de Perigort en presence dudit de Campnhac comme demendeur en personne, avec Foulcon et de Lartige procureurs des dites Jeane et Marguerite. A Perigueux au parquet et auditoire royal du consulat le vingt troisième fevrier mil cinq cens soixante six. Pour les espices dix escus. Signé Durand greffier, collationé Brugieres. En parchemin, cotté G 3.

_____________________________________

Arrêt du Parlement de Bordeaux, séant alors à Bergerac (1495)

Référence non connue aux AD 64.

[66]Arrest du parlement de Bordeaux etc., entre Jean-Jacmes de Benguet escuyer sgr de Puyjou et de Montagut appellant de maitre Mondot de la Martonie conseiller en la court de ceans, commissaire à ce deputé par la dite court à l’execution de certain arrest, et anticipé d’autre part est Jean de Luxe escuyer etc. La court met au neant l’appel etc. Fait oudit parlement de Bordeaux pour certaines causes seant à Bragerac, le IIII jour de decembre l’an mil CCCC IIIIxx et quinze, signé de Marcillac. Sur parchemin.

_____________________________________

Lettres du roi Charles V, par lesquelles il réunit la châtellenie de Limoges à la couronne de France (1371)

In dossier E 630 aux AD 64.

Charles par la grace de Dieu roy de France, savoir faisons etc., que pour l’evident profit et utilité de nous et de notre royaume et des subjects d’icelle, et par meure deliberation et advis de notre conseil, nous avons uni et adnexé et par ces lettres … annexons à nous et à la couronne de France du tout en tout hereditablement et à toujours, pour nous et nos successeurs, le chastel et chastellenie de Lymoges ensemble toute jurisdiction haulte moyenne et basse, mere etc. et la mothe qui est sur ces deux estanges dedans le chatel de Lymoges … que notre tres chiere et amée cousine Jeanne duchesse de Bretaigne jadis femme de notre tres chier cousin Charles de Bloys duc de Bretaigne et ses enfans … peuvent ou pourront avoir etc., contre les consuls et habitans d’icelle ville, … à notre dite cousine faisons … recompensation de mille livres de rente avecques notre chastel de Nemours ou aultres de nos chasteaux royaulx, etc. Donné à Paris en notre hostel lez St Pol, le XXVI de decembre l’an de grace M CCC LXXVI et de notre regne le VII. Ainsi signé par le roy … Sur copie en papier, non signé.

_____________________________________

Vérification des papiers du Périgord et du Limousin, qui étoient au trésor du château de Montignac (1582).

In dossier B 1873 aux AD 64.

En fevrier 1582, Lion de Planeaux escuyer, sgr de Vieillecourt (en Perigord) et de la Marche, conseiller du roy de Navarre et auditeur des comptes en sa chambre d’Albret establie à Nerac, reçoit par les mains de son pere le sgr de Planeaux les ordres du sr baron de Salaignac, gouverneur pour le roy de Navarre en ses comtés de Perigord et de Lym. pour aller faire la verification du trésor de Montignac, mais comme le sgr de la Faye, cappitaine de ce château differoit de jour en jour de le remettre entre les mains du sgr de Salaignac etc., sous pretexte qu’il ne pouvoit le faire sans qu’il en eut parlé au sgr de [B--nes][67], le 22 mars, le sgr de Salignac luy fait part de la nouvelle que le roy de Navarre a pourvu l’etat de son gouverneur en Perigord et Lymousin, le 26 mars, le baron de Salaignac vient à Montignac pour fere publier les lettres de provision et prendre possession de son estat. Le meme jour le sgr de la Faye repondit audit de Planeaux Vieillecourt qui luy demandoit la reddition du château et la verification etc., qu’il ne desiroit autre chose qu’obeyr aux commandements du roy et de mgr le mareschal de Matignon mesmes pour la reddition dudit château, mais que la verification dudit Tresor luy importoit pour certaine occasion et demandoit 2 ou 3 jours, à raison d’une querelle intervenue entre deux gentilhommes d’honneur et de vertu où il etoit employé.

_____________________________________

Lettre de commission du roy de Navarre :

Henry par la grace … roy de Navarre, à nostre amé … le sieur des Planeaux, conseiller auditeur en nostre chambre des comptes à Nerac, et garde de nos papiers

Page 25 / papiers meslés, nouv. Albret

de nos comtés de Perigord et vicomté de Lymoges, au lieu de Montignac-le-Comte, salut. Nous ayant promis nostre très cher et bien amé cousin, mr de Matignon mareschal de France deputé et envoyé par le roy monsgr pour l’execution de l’édit en ce pays de Guienne, par traité fait entre nous assistans le sr de Bellievre, conseiller du roy mondit sgr en son conseil d’etat et privé, surintendant de ses finances de fere rendre et remettre en nos mains nos maisons de Montignac, Nontron, Exideuilh[68], et qu’il est besoin de visiter les dits papiers, s’il en auroit été perdus aucuns , à ceste cause, … vous avons commis … pour avec le sieur baron de Sallaignac par nous commis et deputé pour recevoir nos dites maisons, icelles acepter, prendre et recevoir du cappitaine ou celuy qui sera commis et ordonné par ledit sieur mareschal ou autre commendant à present au dit lieu, et faire inventaire … affin que nous soyons certoiores d’iceux qui pourroient estre esgarés ou perdus pendant la detention dudit château … Donné à Bazats, 6 fevrier 1582.

_____________________________________

Et dans la commission au baron de Salaignac … Henry etc. d’autant que nostre cousin le sr de Matignon mareschal de France ordonné … par le roy mgr pour l’execution de l’edit de pacification en Guienne assisté du sr de Bellievre, nous doibt en brief fere rendre et restituer nos maisons occupées et detenues contre le contenu dudit edit et entre aultres celles de Nontron, Montignac et Exideuilh etc. Nous vous avons commis etc., pour vous transporter ez dits lieux et iceux recevoir de nostre part des mains des cappitaines et commendans ez dites villes, celuy qui sera commis par ledit mareschal etc. A Bazats, 6 fevrier 1582.

Le sgr de Salaignac subroge à la place pour la verification, Guillaume Papus licentié et advocat ez sieges royaux de la ville de Perigueux. L’acte commence ainsi :

Au château de Salaignac en Perigort le 1er avril 1582, heures de six heures du matin, nous Jean de Biron baron dudit lieu de Salaignac conseiller chambellan et gouverneur pour le roy de Navarre en ses comtés de Perigord et vicomté de Lymoges etc., etc.

Le 2eme avril, le sieur de La Serre procureur … du sr de la Faye accompagne le sr des Planeaux au château qui luy est ouvert par le commendant du château en l’absence dudit de la Faye (le sr Moissard[69]. le jeune) … ledit sr de La Serre nous a dit que le vingt sixieme de mars mil cinq cens quatre vingts, le sieur de Vivans seroit venu assieger ledit château avec un grand nombre de gens de guerre[70], et les soldats qui etoient au-dedans pour la conservation d’icellui et de leurs vies, seroient esté contraints ouvrir la porte dudit Tresor par violence, dont ils avoient tiré la grande caysse et coffres qui etoient dedans et monté sur la platteforme pour remparer les lieux descouvers et s’en servir à leur deffence, et se voyant pressés, auroient prins les pieces et tiltres et portés sur ladite platteforme en intention et esperance de faire condescendre à composition ceux qui estoient devant et par ce moyen les dusdits papiers et tiltres se seroient meslés les uns avec les aultres en grande confusion dans lesdits sacs desquels ils avoient été tirés, et le siege levé, ledit sieur de la Faye seroit venu etant de ce adverti, auroit fait descendre ladite caysse et pieces et remettre dans le dit Tresor pesle mélés et incontinent fait fermer la porte comme il est de present et les cassiers de Montignac en auroient fait un procès verbal etc., le 2e avril 1580, dont la teneur s’ensuit :

Aujourd’huy second du mois d’avril l’an 1580 en la ville de Montignac-le-Comte par devant nous François Chapon … juge ordinaire de ladite ville et chatellenie a comparu Pierre de La Faye escuyer sgr dudit lieu et de Puygolfier

Page 26 / papiers meslés, nouv. Albret

gouverneur des dites ville et château, lequel nous a remonstré que samedy dernier passé qu’on comptoit le vingt six dudit mois de mars, ledit château avoit été assiegé par le sieur de Vivans accompagné d’ung grand nombre d’hommes de guerre, et reduit en une telle extremité vingt soldats qu’il avoit mis dans ledit château pour la garde d’icelluy qu’ils avoient été contraints pour sauver leurs vies, ouvrir la porte du Tresor où les titres apartenans au roy de Navarre sont, nous requis nous y transporter et ouir sur ce les dits soldats et lui en fere procès verbal, pour luy servir ce que de raison ce qu’avoit offert [f----][71] et de fait serions monté au dit château accompagnés de maistre Pierre Labrousse substitué du procureur d’office de la presente jurisdiction et de nostre greffier sous signé, et estant au devant de la dite tour dudit Tresor, l’avons trouvé ouverte à force, et sur ce nous ont esté presentés par ledit de la Faye pour justifier de son droit : Jean Massard puisné, Marsal Lafargue, un nommé Cavou, un autre nommé Flaugeac et Lecap dit de Mayac, me Jacques Dujonc, me Jehan Regrade, Berny et autres tous soldats dans ledit château, lesquels après serment par eulx presté sur les S. Evangiles nostre Seigneur etc., de dire verité sur l’ouverture de la porte dudit Tresor, nous ont dit tous d’une voix, et d’un commun accord, qu’estans dans ledit chateau par le commendement dudit sgr de la Faye pour la garde et conservation d’icelluy, ledit jour de sabmedy sur les sept heures du matin[72], seroient venus deux hommes montés à cheval au devant dudit château, conduits par François de Bort, disant vouloir parler au sgr de la Faye ou à son lieutenant, et qu’ils alloient trouver monsieur le mareschal de Biron, de sorte que un soldat dudit chateau nommé Carbonnier seroit sorty parler à eulx et ayant tenu plusieurs propos les dits deux hommes à cheval tuerent d’un coup de pistollet ledit Carbonnier, et incontinent descendit une trouppe d’hommes armés ayant cuyrasses et rondasches du cousté du Moustier, faisant porter un petard qu’ils mirent contre le seconde porte dudit château qu’ils enfoncerent et le dit Berny ferma la tierce porte, et iceux attestans, empescherent l’entrée, et furent à mesme instant assiegés par le sr de Vivant accompagnés d’un grand nombre d’hommes armés de toutes sortes et espece d’armes, tant offensives que deffensives, et assaillis de toutes parts par esquallades mesmes, firent avecques engins et artifices un trou à la tour du Paradis dudit château, par laquelle on pourroit facilement entrer entre les deux courtines dudit château, et ou lesdits assiegeans dresserent une barricade. Le quatrieme jour dudit siege, qu’il n’y avoit moyen pouvoir bonnement resister, et entrant en conseil pour scavoir ce qu’ils avoient à faire, lesquels tous, d’un commun accord, refuserent ouvrir ladite porte dudit Tresor parce qu’il n’y avoit autre

Page 27 / papiers meslés, nouv. Albret

moyen pour empescher la prinse dudit château, et sauver leurs vies, que ladite ouverture sans laquelle indubitablement ils etoient morts et le fort prins, mais au serment qu’ils ont fait n’a esté prins ni emporté chose desdits papiers ouy bien remués parce qu’il estoit necessaire qu’ils se servissent des arches et barriques en quoy estoient les dits papiers pour le retranchement, au moyen de quoy nous avons fait fermer avec une bande de fer ladite porte dudit Tresor, afin que personne n’y entrat et icelle recommandé au sr. de la Faye qui a promis icelle fidellement garder et ce fait serions allé à la dite tour de Paradis, laquelle aurions trouvée percée du costé du jardin, avec une barricade par le dedans qui faisoit grand dommage aux assiegés, et semblablement à la seconde porte dudit château, laquelle avons trouvée rompue et brisée du coup du dit petard, dont de tout ce que dessus avons fait procès verbal, etc., etc. Signé Chapon, etc.

En 1559, 21 mars, fut fait un autre procès verbal des memes papiers par le sr. De St Geniès gouverneur pour le roy de Navarre en ses comté de Perigord et vicomté de Lymoges, et me Bertrand de Lavie conseiller de sa majesté et lieutenant en la seneschaucée d’Albret.

A la verification de l’inventaire (c’est celuy appelé de Nérac, ou Perigord), se sont trouvées default. 94 pieces. Le chapitre 32 (Exideuil) manquoient le 28, 29 58. Au chapitre 34 (Perigueux) manque le 26, etc.

______________________________________

Edit du roi Louis XII par lequel ce prince fixe la jurisdiction de ses cours des aides (1500)

Référence non connue aux AD 64.

Copie de l’Edit de Louis XII datté de Lyon, 24 juin 1500 et de son regne le 3eme par lequel il fixe la jurisdiction de ses cours des aydes. Dans le preambule, il expose l’occasion de leur etablissement, explique leur nature, et les cas particuliers dont elles connoissent, le tout dans un très grand détail. Trop long à copier. Cette copie est dite « extrait des registres de la court des aydes en l’election de Perigort, et collation faite avec l’original des presentes à Perigueux, le 26 janvier 1541. Signé Ysalbert, greffier ». A la fin des lettres patentes ou edit du roy, est dit : de l’an 1500. Signé par le roy, mgr le cardinal d’Amboise, vous l’evesque d’Alby, les sgrs de Gié, mareschal de France, de Bouchage, de Talleran et autres presens, Robertat et Aulas, à la requeste des procureurs du roy en son grand conseil et en la cour de justice des aydes à Paris. Enregistrées à la cour des aydes à Paris le samedy 18 juillet 1500.

______________________________________

Bulle du pape Jules II concernant l’église de Condom (1510)

In dossier E 99 aux AD 64.

[73]Julius, servus servorum Dei, universis et singulis praesentes litteras inspecturis, salutem et apostolicam benedictionem. Cum jam dudum felicis recordationis Alexander papa VI praedecessor noster in administratorem ecclesiae condomiensis tunc pastoris solutio destitutae dilectum filium nostrum Amanevum Sancti Nicolai in carcere Tulliano de concilio fratrum nostrorum de quorum numero eramus, fraefecerit ei quidam frater Johannes de Marra pro electo se gerens nichilominus in illa se intrusit aqua illum faltum praesidio quorumdem judicum saecularium expellere nequivit, prout nequiat in praejudicium nostrum et sedis nostrae ac ipsius cardinalis damnum et gravamen non modicum nos cupientes eundem cardinalem in futurum a simili malestia liberare et praecipue sedis ipsius auctoritatem vigere ut decet non ut ipsi cardinali morem geramus quamquam illi non merito plurimum afficimur sed ut auctoritas ipsa integra persistat, dilectis filiis capitulo ecclesiae condomiensis, ordinis sancti Benedicti in virtute sanctae obedientiae ac sub excommunicationis latae sententiae et privationis omnium et singulorum beneficiorum et officiorum

Page 28 / papiers meslés, nouv. Albret

ecclesiasticorum suorum penis quas quemlibet eorum contrafaciendo ipso faccto incurrere decernimus per praesentes, districte eis et eorum singulis praecipiendo mandamus ne docto Johanni de Marra intruso cedente vel decedente aut alias ecclesiam praedictam dimittente ad aliquam electionem seu postulationem procedant. Nos enim quamcumque postulationem seu electionem quas per eos alias qua ut praefertur fieri, necnon quidquid secus a quoquam super hiis attemptari contigerit ac inde secuta quaecumque irrita et inania et nullius roboris vel momenti fore auctoritate apostolica decernimus. Datum Bononiae anno incarnationis Domini millesimo quingentesimo decimo, pridie idus octobris, pontificatus nostri anno septimo. Et sur le reply, Jo. de Madrigal. En parchemin d’où pendoit le sceau ou bulle à un cordon de chanvre.

______________________________________

Compromis entre Jeanne de Périgord et Amanieu seigneur d’Abret, pour les différends qu’ils avoient entr’eux (1318)

In dossier E 618 aux AD 64.

[74]En 1318, compromis entre Jeanne de Perigord et Amaniau d’Albret, miles, entre les mains de Bernard et Pierre de Audirano fratres canonici ecclesiae secularis Sancti Caprasii aginnensis etc., pour les differents qui etoient entre eux. II die exitus madii anno 1318, Amanevo Agen. episcopo.

______________________________________

Lettres patentes du roi Henri III par lesquelles il remet au cours, en France, les monnaies du roi de Navarre, qu’il avait décriées (1576)

Référence non connue aux AD 64.

[75]Lettres patentes du roy de France Henry III du 27 mars 1576 par lesquelles il remet en France au cours les monoyes du roy de Navarre, qu’il avoit decriées en general dans son edit du mois de septembre dernier passé 1577[76]. D’autant que … les simples et doubles ducats et les testons de Navarre sont comme ceux d’Espaigne, à scavoir les dits ducats à 23 carats ¾, et un quart de carat de remede et cinq deniers trebuchons, et les dits testons de meme poids alloy et remede que ceux de France. Donné à Paris le 27 mars 1578, et de notre regne le quatrieme.

Autres lettres patentes de Henri III pour le meme sujet, données à Fontainebleau le 10 juillet 1582, avec la condition, que tous les ans le roy de Navarre apellera l’essayeur de Bayonne, avec un des principaux officiers, pour verifier si la monoye est de meme poix, alloy et remede que celle de France.

______________________________________

Lettres patentes de Jeanne reine de Navarre, par lesquelles elle permet le libre exercice de la religion réformée dans les terres dépendantes de son duché d’Albret (1563)

In dossier E 586 aux AD 64.

[77]Jeanne par la grace de Dieu royne de Navarre, duchesse d’Albret, à tous ceux qui ces presentes lettres verront, salut. Reçues avons humble supplication de plusieurs gentilhommes nos vassaux et arriere vassaux, et tenans leurs fiefs et seigneuries de nous à cause de nostre duché d’Albret et membres dépendans d’icelle, lesquels nous on fait entendre et remonstrer que par l’edit de declaration du roy mon sgr fait sur la pacification des troubles de son royaume, donné à Amboise le 19 jour de mars 1562 dernier passé, leu, publié et enregistré en sa court de parlement, il est entre autres chouses statué, declaré et ordonné que tous gentilhommes qui sont barons chatelains hauts justiciers sgrs tenant plein fief haubert, et chacun d’eulx, pourront vivre en leurs maisons ez quelles ils habiteront en liberté de leur conscience et exercice de la religion refformée avec leurs familles et subgets qui, librement et sans aucune contrainte, s’y voudront trouver, et les autres gentilhommes aussi ayant fiefs en leurs maisons, pour eux et leurs familles tant seulement, moyennant qu’ils ne soient demeurans ez villes, bourgs, villages des sgrs hauts justiciers autres que mondit sgr le roy, auquel cas ils ne pourront ez dits lieux faire exercice de la dite religion, si ce n’est par permission et congé de leurs dits seigneurs haults justiciers et non autrement. Nous

Page 29 / papiers meslés, nouv. Albret

suppliant à ceste cause les dits gentilhommes pour ce que auparavant les dits troubles ils se sont, en plusieurs villes et villages de notre dit duché d’Albret duquel la justice haulte moyenne et basse nous apartient, convenus et assemblés pour l’exercice de la dite religion refformée qui consiste principalement en l’audition de la parole de Dieu, prieres ecclesiastiques et administration des saints sacrements, ce qu’ils ne vouldroient maintenant faire ou entreprendre, pour ne contrevenir aux dits edits et ordonnance de mondit sgr le roy, auxquels ils sont tres humbles, tres obeissans et fidelles subgets sans notre permission et congé, humblement requerant ycelle, savoir faisons que nous, tant par la profession que nous faisons apertement de la dite religion refformée de laquelle nous ne pouvons moins pour l’acquis de notre conscience que convier nos vassaulx et subgets selon les moyen qu’il a pleu à Dieu et à la bonté du roy permettre en son royaume, avons permis aux dits gentilhommes nos vassaulx, en vertu d’icelluy edit, permis, octroyé et, de nos certaine science et auctorité, permettons et octroyons par les presentes que ez ville de Nerac et Casteljaloux, Tartas, Castelmauron, et autres baillages et baronies, chastellenies et seigneuries de notre dit duché d’Albret desquelles la haulte justice nous apartient, les dits gentilhommes puissent chacun en son regard es dites villes et lieux et suivant icelluy edit faire le dit exercice de la religion, sans qu’ils puissent etre empeschés ou perturbés de ce faire, en mandant à nos seneschaux de notre dit duché d’Albret, leurs lieutenants, et à tous nos autres justiciers et officiers et à chacun d’eux, si comme il apartiendra, que de nos presens permission, congé et licence, ils fassent ,souffent et laissent jouyr les  dits gentilhommes ensemble tous nos autres vassaulx et subgets qui librement et sans contrainte se vouldront trouver aulx presches, prieres ecclesiastiques, administration des saints sacrements et aultres exercices de la dite religion pleinement et paisiblement le tout selon icelluy edit, cessant et faisant cesser tout troubles et empeschements, au contraire tenant vivement la main, que nos dits subgets de quelque religion qu’ils soient, vyvent paisiblement ensemble comme freres, amis et concitoyens doivent faire[78], et ce sans s’inquieter ou molester [p---e] [79] enpescher l’un l’autre en l’exercice chacun de la leur religion sur poyne à ceux qui contreviendront et qui seront auteurs et motifs de l’injure et offence qui adviendroit, d’etre pugnis selon la rigueur des edits et ordonnance du  roy mon dit sgr, comme infracteurs et perturbateurs de la paix et tranquillité publique, et pour ce que de ces presentes l’on pourra avoir à faire en plusieurs et divers lieux, nous voulons que au vidimus d’icelles duement collationnées, foy soit adjoutée comme à ce present original, car tel est notre plaisir, en tesmoin de ce nous avons à ces presentes signées de notre main, fait mettre et apposer notre scel. Donné à Pau, le vingt quatrieme jour d’april, l’an de grace mil cinq cens soixante trois après Pasques. Signé : Jehanne, et scellée du sceau de la dite dame, et sur le reply : par la royne de Navarre duchesse d’Albret, mrs de Loyon Beauvoir, de Lacaze et autres presens, signé : Pelletier. (Sur copie non signée, ecriture du temps, en papier)

______________________________________

Page 30 / papiers meslés, nouv. Albret

Procuration donnée par le roi de Navarre à Bertrand de La Vallade, etc., pour remettre le château d’Exideuil au seigneur des Cars (1583)

Référence non connue aux AD 64.

[80]Procuration du roy de Navarre du 2 mars 1583, à Bertand de la Vallade sgr de Caumont et Vincens de Pedeclaux ses conseillers maitres des requetes, president en la chambre des comptes de Nerac etc., pour recevoir le reste … remettre à messire François de Peyrusse sgr des Cars chevalier des deux ordres du roy, le château d’Exideuil pour de icelluy et de la chatellenie jouir etc., suivant le contrat passé entre eux dans la ville de St Mexant, le 23 mars 1582. Cotté T 12.

______________________________________

IIIeme INVENTAIRE

Ce 3e inventaire, grand in folio, contient divers articles :

1° Navarre 2° Bearn 3° Albret, Tartas, Gaure et Fleurance 4° Foix et Castelbon 5° Armagnac 6° Bigorre Barbazan, Esparros. 7° PERIGORD et LIMOUSIN 8° Marsan, Tursan et Gavardun, Nebousan et Aspect 9° Lautrec et Villemur 10° Vendosme.

Chacun de ces articles est sous divisé en chapitres.

______________________________________

Article Ier NAVARRE

Chapitre premier - Acquisitions

Lettres par lesquelles le roi Henri II donne au roi de Navarre les confiscations et amendes de la Guyenne, Angoumois, Poitou et la Rochelle (1558)

In dossier E 262 aux AD 64.

Brevet de Henri II etc

[81]Aujourd’huy XXV jour de may l’an mil cinq cens cinquante huict, le roy estant à Cressy en Brye, a donné et octroyé au roy de Navarre[82] les confiscations et amendes en quoy sont encourus ceux du pays et duché de Guyenne, Angoulmois, Poictou, ville et gouvernement de La Rochelle, de quelque qualité et condition qu’ils soient, qui ont durant les guerres, transporté, vendu et livré aux Espaignols et aultres ennemys dudit sgr, bleds et autres fruits et semblablement munition de guerre, contre et au préjudice des ordonnances, inhibitions et deffences faites au contraire et au grand domaige et interest des dits pays qui ont à ceste occasion souffert grande famine[83], oultre les grans inconveniens advenus par le moyen des dits transports, en tesmoing de quoy le dit sgr m’a commandé en expedier au dit sgr roy de Navarre ce present brevet, et en faisant aparoir des condamnations et adjudications des dites confiscations et amendes les lettres de don pour ce necessaires. Signé : De L’Aubespine. En parchemin, ex autograph.

______________________________________

Lettres du roi François Ier, par lesquelles il donne au roi de Navarre le profit, revenu et émoluments qui peuvent lui appartenir et mines d’or, argent, etc., qui seront ouvertes au frais du même roi de Navarre, dans ses terres situées dans le gouvernement de Guyenne (1540 v. st.)

In dossier E 572 aux AD 64.

[84]François par la grace de Dieu roy de France, à nos amés et feaulx les gens de nos comptes, tresoriers de France, savoir faisons que … à notre tres cher et tres amé beau-frere le roy de Navarre, voulant reconnoitre les services qu’il nous a faits, … avons donné etc., par ces presentes tout le profit, revenu et emolument qui nous peult et pourra competer et apartenir ez mynes d’or, d’argent, plomb, leton, cuyvre, fer et autres metaux qui seront cy après ouverts aux frais et mises de notre dit beau-frere le roy de Navarre en ses terres et seigneuries etant dans nos pays et gouvernement de Guienne, et ce pour le temps et terme de vingt ans prochains venans et consecutifs à compter du jour et date des dites presentes à quelque somme de deniers et valeur que se puisse monter etc. … non obstant que le revenu et valeur de notre dit droit ne soit cy anciennement declairé ne exprimé et l’ordonnance par nous faite à Meaulx et quelquonques autres … Donné à Rambouillet le 5 de fevrier 1540, et de notre regne le 27eme. Signé : François etc. Scellé, en parchemin.

______________________________________

Page 31 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

Contrat de mariage d’Henri d’Albret avec Marguerite de France (1526 v. st.)

In dossier E 569 aux AD 64.

[85]Ce sont les articles du pourparler de mariage d’entre très haut Henry … roy de Navarre, sgr de Bearn, fils de Jean et Catherine roy et royne de Navarre, duc et duchesse de Gandie, de Montblanc et de Pennefiel, comte et comtesse de Foix, sgr et et dame de Bearn et de Bigorre d’une part, et dame Marguerite de France, sœur unique du roy, duchesse d’Alençon et de Berry, comtesse de Roddès, du Perche, de Lisle, vicomtesse de Lomaigne, dame de Baugé d’autre part, es la presence et du bon plaisir et vouloir du roy et de madame la duchesse d’Angoulmois, d’Anjou et de Nemours mere du roy, et de madame dame la duchesse.

1° que le dit sgr roy de Navarre, dispensation apostolique premierement obtenue, prendra madame dame Marguerite à femme etc.

En faveur dudit mariage, la dite dame duchesse dame de soy usant de ses droits delaissée de feu prince de bonne mémoire mgr le duc d’Alençon per et enfant de France, constituera … au dit sgr roy de Navarre en dot tout l’or, l’argent, vesselle d’or et d’argent à elle apartenant, desquels sera fait inventaire, et mesmement la somme de 45.000 livres à elle deues par mesdames de Vendosme et de Montferrat sœurs et heritieres de feu mgr le duc d’Alençon à cause de la restitution de sa dot, avec les levées et interests ja deues, desquels biens meubles constitués en dobt, le tiers sortira nature de meuble, et les 2/3 seront convertis en heritage sortissant nature de propre à ma dite dame dame la duchesse et à ses hoirs de son costé et lignée, si autrement par elle n’en est disposé.

Avec ce constituera et assignera madite dame la duchesse en dot au dit sgr roy de Navarre les comtés de Roddès, de Fezensac, de Perdiac, de Lisle, vicomté de Lomaigne, Auvillar et Gismoys, Aysse et Ayen, droits et actions à elles apartenant en la maison d’Armaignac, sans aucunement deroger ne prejudicier aux droits et actions que ledit royde Navarre pretend et que elle a ez dits comtés, vicomtés et en la dite maison d’Armagnac et succession d’icelle de son chief …

Et pour biens parphernaulx portera avecques le dit sgr roy de Navarre ses bagues, joyaulx, la duché de Berry, ville et cité de Bourges, seigneuries d’Issoudun, Mehun-sur-Yeure, Dunleroy, Vierzon, avec les aides et equivalent et greniers qui en dependent, … qu’il a plu au roy depuis son joyeux avenement à la couronne donner à madame sa sœur.

Et le dit roy de Navarre de sa part en faveur dudit mariage douera la dite dame Marguerite de France sa future epouse de la somme de 20.000 livres de rente à icelle prendre sur les vicomtes de Lymoges, seigneuries de Masseré, Nontron, Yssideuilh, Aulberoche, Segur et Pesac, les baronies et seigneuries de Chaslus, Chalucet, Corbefin, Solonhiac, Puis-Normant et Villefranche, Jaussac, Nerac, Castelgeloux, dont elle jouyra en tous droits comme douairiere et dame usufructuaire, les places non comprises ne comptées en la dite assiete.

Sera tenu le dit roy de Navarre engreler madite dame Marguerite de France de bagues, joyaulx … jusques à la somme de 10.000 escus.

… Si madite dame decede avant le dit roy de Navarre, et que dudit mariage y ait enfans survivans, les heritiers de madite dame recouvreront toutes les bagues apportés par elle et les 2 parts de la dite somme de 45.000 livres et les 2 parts des autres meubles et creances que la dite dame aura aportées … et les enfans survivans autre les

Page 32 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

bagues et joyaulx auront les 2 parts de la dite somme de 45.000 livres, et la moitié des autres biens meubles et aquets immeubles qui se feront durant le mariage.

Item, si dudit mariage y a enfans, madite dame demeurera et sera dame usufructuaire et administraresse de tous et chacuns les royaume, principauté, terres et seigneuries audit sgr roy de Navarre apartenants, et aura le gouvernement et administration des dits enfans tant qu’elle sera … en viduité, sans qu’elle soit tenue de rendre compte en portant les charges de la maison.

Item, pour la perpetuation, conservation et augmentation de la dite haulte et royale maison de Navarre et nobles maisons dont elle est augmentée et composée, a été convenu et accordé que le premier masle qui sortira dudit mariage, s’il survit le dit roy de Navarre et est habile à contracter mariage et ne se fait pretre ou religieux, sera roy de Navarre, sgr de Bearn, et heritier universel du dit roy de Navarre et de madite dame Marguerite de France, à la charge de pourveoir aux puisnés aux bon plaisir des dits mariez, et selon la coustume de la maison, et de douer les filles en argent, convenablement et raisonnablement et selon l’estat, decence et coustume de la maison.

Fut accordé en presence de messire Jehan Brenon chevalier sgr de Villanes, de Remy et Autheuilh, conseiller du roy et premier president de sa court seant à Rouen, le chancelier d’Alençon et de Berry, etc., et de moy notaire de madite dame duchesse … le 3e janvier 1526. En papier, signé de la propre main de madame la duchesse, sic : Marguerite, et plus bas : P. Authery, avec paraphe.

______________________________________

Contrat de mariage d’Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, avec Jeanne princesse de Navarre (1548)

In dossier E 574 aux AD 64

[86]Contrat de mariage entre Anthoine de Bourbon, duc de Vendosme et Jeanne princesse de Navarre, le 20 octobre 1548, signé : Bocherel et Duthier, ex authentico, in pergam., et pend au bas le grand sceau de France en cire verte, cordons de soye rouge et verte. Ce contrat de mariage est déjà extrait dans mon Ve cayer, Albret, etc. A la fin, sur une copie que j’ai prise dans le 3e volume de la collection du president de Doat.

Le 4e n° de ce chapitre 2 contient les seuls articles dudit mariage, et à la fin est ecrit : lequel mariage fut consommé à Moulins le XXI jour dudit mois d’octobre 1548.

______________________________________

Contrat de mariage entre René vicomte de Rohan, prince de Léon, etc., et Isabeau de Navarre, sœur d’Henri et fille de Jean roi de Navarre (1534)

In dossier E 571 aux AD 64

[87]Contrat de mariage passé entre le vicomte de Rohan prince de Leon, etc., et Ysabeau de Navarre fille de Jean roy de Navarre et sœur de Henry roy de Navarre, en presence du roy François Ier et d’un grand nombre de seigneurs, à Fontainebleau, le … d’aout 1534. Le dit roy de Navarre donne à sa sœur Ysabeau pour tous ses droits etc., la somme de 20.000 livres … meubles … et pour le restant qui sont 80.000 t., ledit sgr roy de Navarre luy a baillé et assigné 4.000 t. de rente, et pour ce luy laisse les terres et seigneuries de Montpaon, Puynormand, Villefranche et Gensac, en tous droits de justice et jurisdiction haulte etc., avec les nomination, disposition et collation des benefices, telles qu’elles apartiennent au dit sgr roy de Navarre, et sans aucune chose excepté ni reserver les dites terres situées et assises au conté de Perigord et pays bourdelois, lesquelles terres rachetables jusques à quinze ans, en rendant à une ou plusieurs fois la dite somme de 80.000 livres, etc. En parchemin, scellé, fort gaté de vetusté.

______________________________________

Page 33 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

Testament d’Alain d’Albret, fait à Castelgeloux, le 8 octobre 1522

In dossier E 112 aux AD 64[88].

[89]Testament d’Alain d’Albret : Au nom du Père, … nous, Alain sire d’Albret, acertainé que toute humaine creature etc., ordonnons notre testament nuncupatif, veut etre enterré dans l’eglise collégiale de Casteljaloux, dont il se dit fondateur, après avoir reglé ce qui regarde ses funerailles, il ajoute :

Item, pour ce que nous avons longuement levé et prins les dismes qui etoient de notre maison en aucunes parroisses de nos terres et seigneuries, par quoy nous pourrions etre tenus à faire quelque bien aux fabriques des eglises des dits lieux, voulons et ordonnons que à chacune des dites eglises soit donné un calice d’argent de la valeur de trente francs bourdeloys. Fait plusieurs legs pieux, confirme le sgr de Sermet son conseiller et chambellan dans la charge de gouverneur de ses comté de Perigord et vicomté de Lymoges, et de capitaine de Montignac et d’Exideuilh sa vie durant, sans pouvoir etre destitué des dits offices.

Donnons au bastard Rollet la capitainerie de nos chastel et vicomté d’Allas, au bastard Achilus 1.000 francs … au bastard nommé … lequel le sgr de Mauvezin nourrit, notre heritier luy fournira ce qui sera requis pour son entretenement tant aux estudes que dehors, jusqu’à ce qu’il l’aura fait pourveoir en benefices jusques à 500 livres tourn.

Item voulons et ordonnons que notre heritier universel nourrisse et entretiengne Loys et François nos bastards jusques à l’aage de vingt ans et que après jouyssent des donations que leur avons faites desquelles apert par instrument etc.

Item voulons et ordonnons que la bastarde Florette soit mise en religion de Ste Clare, au Mont de Marsan, et luy donnons 400 francs bordeloys semel.

Item donnons au bastard de feu nostre fils d’Avesnes 200# semel, jusques à ce qu’il sera pourvu de benefices de 500 livres.

Item donnons à la bastarde de feu nostre fils le cardinal[90], qui est avec madame de Marueil, la somme de 3.000 livtres tourn., pour la marier quand sera d’age et que soit entretenue par notre heritiers jusques alors.

Item ordonnons que l’autre bastarde de notre dit fils feu le cardinal, que Ramefort nourrit, soit mise en la religion de St Perdoulx ou autre couvent, et lui donnons 400 franc bourdeloys une foys payés.

Item donnons à notre tres cher et amé fils et neveu[91] Charles second fils de feu roy de Navarre notre ainsné fils, nos terres, seigneuries et chastellenies de Chaslus, Chervis, Maumont, Chalucet, Courbefin et Solompnhac pour en jouyr par notre fils et neveu Charles, ses hoirs, successeurs et ayant cause à heritage perpetuel et en dispose comme de sa propre chose.

Item plus luy donnons en pareille forme, la terre et chastellenie et seigneurie de Masseré laquelle terre … prenons pour partie des quotités qui en proprieté nous apartiennent es comté de Perigord et vicomté de Lymoges[92].

Fait des legs en argent : à ses tres cheres et amees filles et niepces[93] Anne, Catherine, Quiterie et Ysabeau fille dudit feu roy de Navarre notre aisné fils … et à notre fille Loyse d’Albret princesse de Cymay, et à notre fille Ysabeau d’Albret en son vivant contesse de Candalle, les sommes etc. A notre fille et niepce Loyse de Valentinoys dame de la Trimoille fille de notre fille Charlotte d’Albret en son vivant duchesse de Valentinoys 5.000#.

Item instituons notre heritier universel en tous et chacuns nos biens meubles et immeubles, comtés, vicomtés et chastellenies, terres et seigneuries notre tres cher fils Henry roy de Navarre fils ainé de notre dit feu fils aisné Jean en son vivant roy de Navarre.

Item voulons … que le cas advenant que le dit roy de Navarre Henry notre heritier universel auroit deux ou plusieurs enfans masles descendans de luy par loyal mariage, que le second fils habile à succeder et en defaut de ce le tiers et ainsi des autres après le trespas dudit roy Henry notre heritier, succede

Page 34 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

et aye tous et chacuns nos biens, comtés, vicomtés, maisons, seigneuries et terres et chastellenies qui au moyen de nous adviendront à notre dit heritier en portant le nom et les armes d’Albret.

Item et advenant que le dit roy Henry notre heritier yroit de vie à trepas sans enfans legitimes … nous luy substituons notre dit fils et nepveu Charles son frere.

… Ordonnons que l’or et argent monoyer et à monoyer et aussi notre vaisselle d’argent, tant de cuysine que de buffet, bagues, anneaulx, pierreries et autres joyaux et pieces d’or et d’argent et tous nos autres meubles … seront tous prins par les executeurs après nommés pour … satisfaction de notre dit testament.

Pour mesme cause, voulons que le revenude nos peages de la riviere de Garonne, ensemble de nos terres et seigneuries de Castelgeloux, Puynormand, Castelneau de Cernez et Rions soient aussi prins etc. et afin que notre dit testament soit selon notre intention executé, nous sommes constituez tenir (des maintenant) tenir et posseder les choses dessus dites pour et au nom des dits executeurs et en advenement que nos dits executeurs seroient troublés par notre dit heritier universel … dans la jouissance des dites choses et execution du dit testament, nous voulons qu’il soit prins le double de toutes les sommes par nous leguées et laissées, et qu’il soit distribué par nos dits executeurs et à leur discretion …

Lesquels executeurs de cestuy notre testament elisons … notre cher et amé cousin Estienne bastard d’Albret[94], sgr de Myocens, seneschal de Foix, mons. maitre Antoine de Proilhac sgr de La Tour conseiller en la court de parlement à Bordeaux, mr le procureur general du roy au dit parlement, et nos amés et feaulx conseillers Jean de Sermet sgr dudit lieu, maitre Antoine de Chamborel sgr de Combouc et de Lauderron, maitre Pierre de Biays chancellier de Bearn et de Foix, maitre Pierre Devalier sgr de Talance advocat en la court dudit partlement et maitre Jehan Martret sgr de Betuc notre secretaire … Fait à notre chastel de Castelgeloux le premier jour d’octobre mil cin cens vingt et deux. Suivent les seings originaulx : Alain, Chambourel, de Valac, Relize prebtre, Jean Martret prebtre [-----][95] prebtre, André Negre prebtre, Poyade, Barbier, Martret notaire et secretaire.

______________________________________

Codicille de Blanche, reine de France, veuve de Philippe de Valois (1395 v. st.)

In dossier E 525 aux AD 64[96].

[97]Cayer en papier de 24, pages d’ecriture, original (premiere minute).

Codicille de Blanche, par la grace de Dieu royne de France, veuve de Philippe de Valois.

… Nous laissons à notre tres cher et amé sire et fils le roy de France une sainture de bisette d’or trait à losanges de perles aux armes de France à lys d’or qui se euvrent et y a plusieurs bonnes reliques, laquelle sainture notre tres chere dame la royne Jeanne de Bourgoigne fit faire pour notre tres cher sgr et epoux le roy Phelippes que Diex absoille, pour porter sur luy quand alloit en guerre[98] … Item … nous laissons à notre tres cher et amé neveu le roy de Navarre le breviaire qui fut à monsieur le roy saint Loys de France, lequel l’ange luy aporta en la chartre, quant il fut prins des ennemis de la foy, et fut monsieur son fils aisné qui mourut en Arragon mary de madame la royne Marie notre besayole, et le luy donna en sa vie, et despuis est venu de hom en hom de la lignée monsr saint Loys, et le nous donna notre frere le roy de Navarre son père, et pour reverence d’il et la sainteté de mons. saint Loys et que par grace il est venu de la lignée de nous

Page 35 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

et despuis que nous eusmes ledit breviaire, promismes à notre dit frere que il retourneroit en notre ligne, nous voulons et ordonnons que à notre dit neveu il demeure et desormais ensuivament à ses successeurs sans estre aucunement estrange, et les requerons que ils le facent toujours garder comme precieux et noble jouel venu de nos antecesseurs, et qu’il ne parte point de sa lignie, et aussi luy laissons un fermail d’or, rond, où il y a un gros saphir au millieu, et autour dudit fermail a rubis, perles et diamants, et avecques ce notre livre des Chroniques de France. Item, à notre fils le duc de Bourgoigne, le psaltier ou mr saint Loys aprint et fu (à) madame la grande duchesse Agnès duchesse de Bourgoigne, sa fille, et apres à notre dit feu sgr epoux qui nous le donna, et nous tesmoigne … que c’estoit icelluy vraiment. Si desirons qu’il fut à la ligne … et luy laissons un fermail d’or que mon dit sgr espoux attachoit à sa poitrine et y pendoit ses reliques chacun jour … à notre tres cher fils le duc d’Orleans notre bon livre de la Somme le Roy[99] qui fut au roy Philippe le Bel et est bien enluminé, et aussi un dyamant plat que le roy nous donna etc. … à notre amé nepveu le duc de Bourbon … notre livre du gouvernement des princes selon theologie, et y a dedans le Livre des Eschets et autres choses … à notre fille la duchesse de Bourgoigne unes patenostres à perles et à saigneaulx de rubis et saphirs et une emeraude au millieu, et y en a un cent que madame la royne Jeanne d’Evreux laissa à notre dite fille, et aussi le livre de Josafas et Balahan, et plusieurs autres choses … et est armoïé de France et de Bourgoigne … à notre tres chier suer la contesse de Foix … notre livre de l’Enseignement du Mirouer des Dames lequel est couvert de veluau, et a les fermoirs d’argent. … à notre tres chier neveu messire Pierre de Navarre … notre livre des Croniques d’Oultremer, et un diamant qui fut feu mr le comte d’Evreux notre ayeul … à madame Jehanne de Navarre, vicomtesse de Rohan … notre livre du Pelerinage du Monde, et y a plusieurs oraisons, et est celui qui parle apres la mort … et à notre tres chiere niepce madame Marie de Navarre fille de notre frere le roy de Navarre, que Diex absoille … ung breviaire à l’usage de Roome qui fut acheté à Paris, et est la couverture brodée sur satarin Ynde à or et à perles. Item aussi un roman qui au commencement parle du pelerinage de Jesus-Chgrist et plusieurs bons enseignements. Item à notre tres chier cousin le comte d’Estampes ung fermail d’or à une chaenne d’or, lequel fait reliquaire et fermail, ou quel y a un cerf ou milieu dont le corps est d’un saphir et autour a trois rubis trois diamans, 13 perles et 6 emeraudes, et dedans plusieurs bonnes reliques et le nous donna madame la royne Jehanne, et aussi notre livre où sont les evangiles des quatre evangelistes et plusieurs sermons en françois qui fu à la mere de monsieur St Louis de France[100] … Item, à notre chier neveu Charles de Rohan, fils de notre sœur madame Jeanne de Navarre … et le livre du déduit des chiens et oyseaux que fist messire Gasse de La Buyne, jadiz chapellain des troys rois. Item à notre tres chiere cousine la dame de Preaulx unes patenostres or en façon de baton creux coppé, et en y a 1 cent, et les seigneaulx d’or parmy , où il y a un poy d’esmail, qui furent à Jehanne de France notre fille …Item à la dame de Fontenay qui demeure avec nous 300 francs, … et  un tableau de bois peins … et nostre messel escript en françois … Item à frere Pierre Bassin notre confesseur 500 francs d’or, item le livre où est la vie des Peres, le dyalogue Saint Gregoire, et son pastoral, une ymage Ste Catherine où il y a ses reliques qui est en notre petit clotet lez notre lit … et aussi une chapelle de trois garnements

Page 36 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

c’est à savoir frontier, dossier et chasubles d’or de Luques et est l’orfrois de la dite chapelle de brodure à champ d’or, de nos armes et à papegaux et avec ce un calice d’argent doré, un corporalier et les corporaux, six touailles d’autel plaines, et une touaille parée, et le messel, où lui et les autres freres chantent messe et notre hostel et chapelle afin qu’il puisse etre pourveu de ce qui apartient à dire et celebrer la messe ou lieu où il demoarra après notre mort … et avec celuy laissons une chambre de sarge vermeille etc… à maitre Guillaume Freret notre conseiller 100 fr., à maitre Gavart de Coucy notre physicien 60 fr., à Jehanne de Besaine notre premiere demoiselle 400 fr. … et le coffre de notre atour reservé nos anneaux etc., et ung livre où il y a plusieurs romans … Item à Jehanne du Mesnil, nostre damoiselle, 200 fr. et aussi le livre de la Somme le Roy, où sont les remèdes contre les pechés. … à Marguerite de Vymont, nostre damoiselle, 40 fr., et aussi le Trésor de l’Ame, et parle des sept pechés mortelx et d'aucuns examples et remèdes contre iceulx … Item à Agnote, nostre damoiselle, 60 fr., et un livre qui enseigne l’ame dévote, et si contient le testament maitre Jehan de Meun[101], et plusieurs sermons. … Item à Blanchete, notre fillole, fille de Robert le Grant, notre eschanson, un chapel d'or pesant v onces v estrelins, à X assiettes à vin perles en l’assiette, et x rubis que esmeraudes, assis entre IJ petit, et nous cousta LXXII francs … Item à Blanchete, notre fillole, fille de de maitre Jehan de Poupaincourt, une petite couronne d'or de pierreries d'Alexandrie que nous fismes pieça acheter pour prester à faire les nopces de nos serviteurs et amis. Item à Blanche, notre fillolle, fille du sire d'Aumont, une couronne d'or de pierreries d'Alexandrie et d'autre pierreries, et y a grans fleurons et petits florons de saphirs, et la prestons à nos femmes quant elles sont mariées en notre présence. Item à Jehanne du Mesnil, à Marguerite de Vymont, à  nos damoiselles, etc. et à celles qui euvrent de soye en notre chambre[102], les exemplaires, l’or et la soye que nous aurons à ouvrer qui sont en nos petits coffres et à departir entr’elles. Item à la fille de la mère qui nous alaita de let, qui est seculiere, 30 frans. Item à frere Robert Cresserel, compagnon de notre confesseur, cent francs et le livre du gouvernement des princes selon philosofie[103], et le fist frere Giles l'augustin. … Item à frere Nicolas Moysy jacobin, notre chapelain, 60 fr., à frere Pierre, son compagnon, 20 fr. Item, etc., et nomme pour executeur de son testament le roy, notre tres chier sires et fils, et ses tres chier et amés fils, les ducs de Berry, de Bourgogne et d’Orleans etc. Donné à Paris le 20 mars 1395. Autre codicille qui fait quelques changements au precedent, le X sept., fait à Neaufle, le X sept. M CCC IIIIxx dix et huit. En papier non signé, ecrit vers 1460.

______________________________________

Défi (ou provocation) à un combat en champ clos, à Bordeaux, entre le roi d’Aragon et le roi de Sicile. (1282 v. st.)

In dossier E 514 aux AD 64.

[104]Petrus, Dei gratia Arragonum et Siciliae rex, ad notitiam praesentium et memoriam futurorum, pridem inter magnificum principem Carolum Jerusalem regem illustrum et nos mutuo praecedente tractatu quod rex ipse eligeret sex de suis militibus vivos probos et fideles et nos eligeremus sex de nostris militibus orios, probos et fideles, qui omnes duodecim milites per ipsum regem Carolum et nos totaliter selecti, corporali prius per eos praestito juramento legaliter et bona fide tenerentur eligere locum communem, et statuere terminum ad pugnam faciendam inter ipsum regem Carolum et centum de suis miltibus ex una parte, et nos ac centum de nostris militibus ex altera parte pro eo quod ipse tanquam petitor nobis opposuit et opponit quod nos intravimus regnum Siciliae contra rationem et malo modo, et ipso prius non diffidato et hac paratus erat et est probare de suo corpore et centum de suis militibus contra nostrum corpus et centum de nostris militibus. Nosque rex Petrus praedictus tanquam deffensor ei respondimus et respondemus quod in ingressu Siciliae

Page 37 / chapitre 2 de Navarre, 3e inventaire

[105]vel in aliquo quod fecerimus contra eam, rem non fecimus unde nostra legalitas minus valeat vel verecundum habere debeamus in curia seu coram aliquo probo viro et quod pugna de ipso et centum de suis militibus contra nos et centum de nostris militibus nobis placet. Nos de fide, prudencia et legalitate ac armorum experientia Guillelmi de Castronovo Roderici, Eximeni de Luna, Petri de Quiralco, Eximeni de Arceda, Radulphi de Manuele militum, et judicis Renaldi de Limogiis de Messana per nos ad huc positi, et pro uno milite computati familiarium et fidelium nostrorum plenarie confidentes ipsos elegimus, fecimus, constituimus et ordinamus, eisque per nostras patentes litteras exhibuimus plenariam potestatem quod ipsi, una cum Jordano de Insula, Johanne vicecomite de Tramblay, Jacobo de Bursone, Eustacio de Hardecourt, Johanne de Denisi et Guill. de Salsis familiaribus et fidelibus ipsius regis Caroli per eum ad hoc electis, factis, constitutis et ordinatis proutt per patentes litteras ipsius regis Caroli pendenti cereo sigillo munitas evidenter aparuit et apparet, corporibus inter ipsos duodecim hinc inde electos pro parte ipsius regis Caroli et nostra, ac ipsorum taliter electorum hinc inde receptis et praestitis juramentis legaliter et bona fide possent eligere et eligerent locum communem et terminum statuerent competentem ad pugnam faciendam, inter ipsum regem Carolum et centum de suis militibus ac nos et centum de militibus nostris, circum quod praefigerent terminum in quo ipse rex Carolus cum centum de suis militibus et nos cum centum de nostris militibus, commodo esse possimus et simus in loco quem praedicti duodecim per ipsum regem Carolum et nos taliter electi ad pugnam hujusmodi faciendam unanimiter, concorditer ducerent eligendum. Dedimus etiam eisdem quinque militibus et dicto judici Renaldo pro parte milite computato familiaribus et fidelibus nostris plenariam potestatem quod ipsi securites necessarias et quas inspicerent oportunas nomine nostro praestare et recipere, ac praedicta omnia et singula quae sub ypotheca bonorum nostrorum rata et firma habere ac inviolabiliter observare, tractare, eligere, ordinare, statuere possent libere et firmare. Adjecimus autem quod si aliquis, vel aliqui es praedictis nostris quinque militibus et judice pro milite computato infirmitate vel alio casu quolibet emergente in praedictis vel aliquo praedictorum sex militum personaliter interesse non posset vel non possent, totidem quot ex praedictis nostris sex essent taliter praepediti, eximerentur de numero praedictorum sex militum per ipsum regem Carolum ad praedicta taliter electorum et reliquatam per eundem regem Karolum quam per nos electi unanimiter et concorditer ea omnia et singula possent libere perficere et complere, et hoc idem servaretur si aliquis vel aliqui de praedictis sex miltibus per ipsum regem Karolum electis essent infirmitate vel casu quovis alio praepediti, ita videlicet quod totidem eximerentur et numero praedictorum quinque militum et judicis loco militis computato per nos taliter electorum et reliqui sui forent residui tam per ipsum regem Carolum quam per nos electi in omnia possent et singula perficere libere et firmari, et ea omnia et singula quas praedicti quinque milites et unus judex loco militis computatus per nos electi iidem sex milites ab ipso rege Karolo electi vel ex eis omnibus electis ab utraque parte, aliquo vel aliquibus ex una vel altera parte, praepedito vel praepeditis et totidem ab una parte vel altera exempto vel

Page 38 / chapitre 3 de Navarre, 3e inventaire

exemptis, residui concorditer et unanimiter in praedictis omnibus et singulis tractarent, ordinarent, eligerent, statuerent , facerent , firmarent, jurarent, sub hypotheca bonorum nostrorum, rata et firma habere, et inviolabiliter observare promisimus et juravimus, tactis corporaliter evangeliis sacrosanctis. Securitates etiam omnes et juramenta praestare, obligationes ponere, cautiones cujuscumque generis praebere, quos praedicti duodecim ab eodem rege Carolo et nobis electi, vel residui ex eis, aliquo vel aliquibus ab una parte vel altera impedito seu impeditis, et todidem ab una parte vel altera exempto vel exemptis, a nobis ducerent postulandas, prout haec omnia in patentibus litteris nostris in testimonium inde eonfectis, et pendente sigillo nostro munitis, eidem regi Carolo, ex parte nostra exhibitis quarum est data Messanae, VII kal. januarii anno ab incarnatione Domini M CC LXXXII, plenius et apertius continentur. Idem autem rex Karolus praedictus Jordanum de Insula, Johannem vicecomitem de Tremblay, Jacobum de Bursano, Eustachium de Hardicourt, Johannem de Denisi, et Gilium de Salsi, familiares et fideles suos, ad hoc pro se elegit, fecit, constituit et ordinavit, dans et concedens eisdem, pro parte sua, consimilem per omnia potestatem, prout in patentibus litteris ipsius regis Karoli, in testimonium inde confectis, et pendente sigillo suo munitis, nobis, pro parte ipsius regis Karoli exhibitis quarum est data regii, anno Domini M CC LXXXIII, die XXVI mensis decembris, indictione XIa,  plenius continetur. Et licet data, tam praedictarum ipsius regis Karoli et nostrarum, quam etiam praesentium et aliarum pro parte ipsius regis Karoli, praesentibus consimilium litterarum videatur in annis Domini discordare, eo quod earundem litterarum nostrarum data facta est anno Domini M CC LXXXII, secundum consuetudinem regni Arragonum, et quam plurium aliarum partium ultramontanarum, qui annus ab incarnatione Domini computatur, et earumdem litterarum dicti regis Caroli data facta est, secundum consuetudinem romanae Ecclesiae, totiusque fere Ytaliae consuetudinem generalem, anno Domini M CC LXXXIII currente, qui annus a nativitate Domini computatur horum annorum descriptione diversa scilicet LXXXIII et M CC LXXXII quamquam secundum diversitatem regionum in positione a vocabulo discordante una tamen et eodem in existentia permanente, nullum tamen propter hoc aliquibus dubium generetur sed sit firma singulis certitud. quod tam praedicti de potestate ipsius duodecim tradita ipsius regis Caroli et nostrae quam praesentes et ipsius regis Caroli, hiis similes et correspondentes litterae fuerint uno et eodem anno, mense et die confectae, praefati quoque sex milites per eundem regem Carolum ac praefati quinque milites et unus judex pro milite computato per nos electi, facti constituti et ordinati in regali palatio nostro Messanae pariter congregati et ad perfectionem hujus negotii procedentes, post tractatus multiplices discussiones diversas, examinationes varias, indaginesque subtiles, propenso ac diligenti deliberato consilio inter eos ex potestate ipsius ab eodem rege Karolo et nobis per easdem litteras tradita, unanimiter et concorditer elegerunt quod praedicta pugna inter nos et centum de nostris militibus, ac dictum regem Carolum et centum de suis militibus facienda, fiat in posse regis Angliae, videlicet in Vasconia, in territorio civitatis Burdigalensis, in aliquo campo vel platea ipsius territorii, quem vel quam idem rex Angliae magis convenientem pro utraque parte viderit ad pugnam ipsam de ducentis militibus faciendam, et quod locus ipse, in quo praedicta pugna fieri debet, sit circumdatus et bene
Page 39 / chapitre 3 de Navarre, 3e inventaire
(clausus) palis et clausuris et aliis oportunis, ita quod nullus pedes vel eques, locum ipsum possit intrare, vel exire nisi per portas. Statuerunt etiam praedicti duodecim per ipsum regem Karolum et nos electi, praefato regi Karolo et nobis terminum ad praesentandum nos coram rege Angliae praedicto in eadem civitate Burdigalensi ad pugnam hujusmodi faciendam, nostrum quemlibet cum praedictis nostris centum militibus, primam diem mensis Junii primo futuri, hujus XIa indictionis. Adjecerunt etiam iidem duodecim per eundem regem Karolum et nos electi, quod id, quod de praesentatione dicti regis Karoli et nostra, coram eodem rege Angliae facienda, dixerunt, et superius est, expressunt et voluerunt intelligi quod ipse rex Karolus et nos, in praedicto loco et termino, nos debemus coram dicto rege Angliae praesentare ad pugnam hujusmodi faciendam. Et si ipse rex Angliae in eodem loco et termino personaliter esse non potest, idem rex Carolus et nos praesentemus nos coram eo quem idem rex Angliae miserit specialiter ad recipiendam praesentationem hujusmodi loco sui, et si ipse rex Angliae in eodem loco et termino praesens non fuerit, nec aliquem ad hoc specialiter miserit loco sui, dictus rex Karolus et nos tenemur nos praesentare coram eo, qui vicem dicti regis Angliae gesserit in loco praedicto. Ordinaverunt etiam et statuerunt praedicti duodecim quod praedicta pugna inter praedictum regem Carolum et nos facienda in loco praedicto, non fiet coram aliquo de gente ipsius regis Angliae , nisi ipse rex Angliae personaliter esset praesens, salvo si ad pugnam ipsam aliter faciendam ipse rex Carolus et nos essemus in communi concordia et assensu, quod si in praedicta die rex Angliae praesens in praedicto loco non esset, idem rex Karolus et nos teneamur ipsum regem Angliae, vel responsionem suam de veniendo, vel non veniendo ad locum ipsum et die praedicto dato, usque ad triginta dies expectare. Et ut ipsius regis Angliae praesentia modis omnibus procuretur, voluerunt, ordinaverunt et statuerunt praedicti duodecim, quod idem rex Karolus et nos, quilibet pro se, promittanus et juremus, quod legaliter et bona fide pro posse procuremus et sine fraude vel ingenio quolibet, diligenter et sollicite faciemus, et facere studeamus, quod idem rex Angliae ad praedictam [--------][106] primam diem primo futuri mensis junii , in eadem civitate Burdigalensi, sita in Vasconia, praesens sit et personaliter, et cadias[107] per ipsum regem Karolum et nos, coram ipso offerendas, ipse rex Angliae recipiat ad pugnam hujusmodi faciendam. Ordinaverunt etiam et statuerunt praedicti duodecim quod ipse rex Carolus et nos, cum nostra utriusque comitiva donec in Vasconia moram traxerimus pro pugna hujusmodi facienda , et etiam per octo dies post eumdem terminum completum, pro recidendo inde et eundo quo utrique nostrum placuerit, nos et dictae nostrae comitivae, in personis, animalibus et rebus, quas nos et ipsae nostrae comitivae nobiscum duxerimus et portaverimus ad pugnam hujusmodi faciendam, nos ad invicem nullatenus offendamus, dictique duodecim treugas et securitates utriusque nostrum nomine sibi dederunt et fecerunt ad invicem ac eidem regi Carolo et  nobis treugas et securitates induxerunt easdem, ut eas donec in Vasconia, pro eadem pugna facienda, manserimus, et etiam per octo dies post omnem terminum percompletum, pro recedendo inde et eundo quo utrique nostrum placuerit, treugas et securitates ipsas nos et 
Page 40 / chapitre 3 de Navarre, 3e inventaire
comitivae nostrae inviolabiliter observemus. Ordinaverunt insuper, statuerunt et etiam firmaverunt praedicti duodecim quod praedictus rex Carolus et nos legaliter et bona fide debeamus promittere et jurare quod quicumque nostrum praedictorum duorum regum, videlicet praedicti regis Karoli et nostri Petri legitimo, aperto et bene probato corporis cessante deffectu ad praefatos diem et locum, praefato regi Carolo et nobis statutos et praefixos ad pugnam hujusmodi faciendam, defecerit et in eodem die estprimus dies primo futuri mensis junii, et in eodem loco, qui est civitas Burdigalensis sita in Vasconia, in potestate regis Angliae, cum eisdem centum suis militibus praesens non fuerit, ut est dictum, in antea toto tempore vitae suae se tenere debeat pro devicto, pro vivo, falso, fallito, infideli et proditore, et quod nunquam sibi ascribere debeat nomen regium et honorem, quin immo, ipso facto, remaneat nomine et honore regis, et cujuslibet alterius officii seu dignitatis exutus, spoliatus perpetuo et privatus, et tamquam devictus, perjurus et falsus, fallitus, infidelis et proditor infamis sit et perpetuo habeatur. Et, si hoc aliquis ei opposuerit publice vel occulte, negare non possit, sed confiteri publice teneatur, prout haec omnia, per praedictos duodecim electos ordinata, statuta et firmata, in duabus consimilibus patentibus litteris, pendentibus sigillis eorumdem duodecim munitis, inde confectis, una ex eis praefato regi Karolo, alia vero nobis tradita ad cautelam plene factam evidenter et a parte. Nos autem, praefatus rex Petrus, nolentes in hiis de contingentibus quicquam omittere, vel aliquem ex parte nostra intervenire defectum, quin immo volentes praedicta omnia et singula, per praefatos duodecim electos, ordinata, statuta et firmata, quantum in nobis est, complere totaliter et inviolabiliter observare. Bona et spontanea voluntate nostra legaliter et bona fide promittimus, et juramus, tactis corporaliter evangeliis sacrosanctis, quod, si ad eosdem diem et locum , eidem regi Karolo et nobis per eosdem duodecim praefixum et statutum ad pugnam hujusmodi faciendam defecerimus, et in eodem die, qui erit primus dies primo futuri mensis junii, hujus XIae indictionis, et in eodem loco qui est civitas Burdegalensis sita in Vasconia, in potestate regis Angliae, cum eisdem centum nostris militibus, personaliter praesentes non fuerimus ad pugnam hujusmodi faciendam, prout per praedictos duodecim ordinatum et statutum est, ac superius continetur, ab eodem prima die proxima futuri mensis junii, hujus XIa indictione, in qua sic defecerimus, et in eadem civitate Burdegalensi cum eisdem centum nostris militibus ad pugnam ipsam faciendam personaliter praesentes non fuerimus, in antea et toto tempore vitae nostrae nos tenebimus pro devicto, perjuro, falso, fallito, infideli et proditore, et quod nunquam nobis nomen et honorem regium ascribemus, quin immo volumus et consentimus expresse quod ex tunc ipso facto remaneamus nomine et honore regio, et cuiuslibet officii seu dignitatis alterius exuti, spoliati perpetuo et privato, et tamquam devictus, perjurus, falsus, fallitus, infidelis et proditor infamis simus, et perpetuo habeamus. Et si hoc aliquis nobis opposuerit publice vel occulte, nullatenus hoc negemus, nec negare possimus, sed hoc confiteamur et teneamur ubique publice confiteri. Et, ut haec omnia eo permaneant firmiora, quae plurium fidealarorum, testimonio et assertionibus fuerint roborata, infrascriptos quadraginta milites affectuose rogavimus et rogamus, quod ipsi haec omnia, quae nos facturos et completuros promittimus, pro nobis et nostro nomine promittere debeant et jurare. Nos autem praefati quadraginta milites, videlicet : Guillemmus de Castronovo, Rodericus Exemini de Lana, Petrus de Quaralto, Eximenus de Arceda, Radulphus de Maunele judex, Renaldus de Limogiis ad hoc pro milite computatus Arnaldus Rogerii comes Pallariensis
Page 41 / chapitre 3 de Navarre, 3e inventaire
et Mengaldus comes Urg., Petrus Ferrandi frater dicti regis Petri, Jacobus Petrus filius ejusdem regis, Lupus Ferrandi de Luna, Poncius de Ribellis, Sancius de Antilione,  Petrus Arnaldi de Butinac, Alanus de Lentino regum Siciliae magister justitiarius, Ardoinus de Viginti Miliis comes Yscle maior., Frecericus Musca comes Moac., Orlandus de Aspello, Galterius de Calatagirono, Bernardus Rogerii de Herd., Rogerius de Lanna, Lupus Fernandi de Trusillo, Ber,nardus de Montepavone, Petrus Garzesii, de Luzc de Lamo, Blasius Massa de Gavalur, Egidius Roderici de Montonqua, Garcia Arnaldi de Til., Berengarius de Enfagato, Gaiterius de Villafranca, Raymundus de Cortada, Jacobus de Oblitis, Giraldus Estur, Stephanus [--ti] [108] et Bascus de Alascon, ad preces et requisitionem dicti regis Petri, bona et spontanea voluntate nostra promittimus et juramus, tactis Evangeliis sacrosanctis, nos legaliter ac bona fide, pro posse , facturos et curaturos quod ipse rex Petrus praedicta omnia et singula, per eum promissa et inita firmiter adimplebit et inviolabiliter observabit. Et si, quod absit, contingeret quod ipse rex Petrus legitimo, aperto, et bene probato corporis cessante deffectu ad praedictos diem praefixum et locum statutum deficeret, et in eodem primo die mensis junii primo futuri, in eadem civitate Burdegalensi sita in Vasconia, in posse regis Angliae cum eisdem centum suis militibus personaliter praesens non fuerit ad pugnam hujusmodi faciendam, prout per eosdem duodecim ordinatum et statutum, et per ipsum regem Petrum promissum est firmiter et juratum. Nos, ex tunc incontinenti societatem act servitium ipsius regis Petri, velud de dictis promissionibus et conventionibus ex tunc devicti, perjuri, falsi, failliti, infidelis et proditoris, totaliter et perpetuo deseremus, et nunquam praeterea toto tempore vitae nostrae cum eo erimus, nec ei praestabimus in aliquo auxilium, consilium, vel favorem, verbo vel opere, publicum vel occultum. Et nos praefatus rex Petrus, si, quod absit, in praemissis omnibus, legitimo, aperto, et bene probato corporis defectu cessante defecerimus, ex nunc volumus et consentimus expresse, quod ipsi praedicti quadraginta milites ab omni fidelitatis , homagii , et quolibet alio juramento, quo nobis tenentur, prorsus sint liberi, et remaneant penitus absoluti. In quorum omnium testimonium et evidentiam pleniorem nos praefatus rex Petrus, et nos praedicti quadraginta milites, praesentes litteras, de mandato et voluntate nostra inde confectas, pendentium sigillorum nostrorum appensionibiis duximus muniendas. Datum Messanae, terti kalendas januarii , anno ab incarnatione Domini millesimo CC LXXXII, regnorum nostrorum Arragonen. anno VIJ°, Siciliae vero primo.
[109]Et sciat vestra nobilitas quod die martis prima die junii nuper praeterita secundum pacta et conventiones praelibatas coram Johanne de Grilli milite Senescalco regis Angliae illustris et aliis quamplurimus justiciariis , baillivis et officialibus dicti regis, locum ipsius in Vasconia, et specialiter in civitate Burdegalensi tenentibus, nos in dicta civitate praesentavimus ad bellum, de quo supra fit mentio, cum centum militibus nostris faciendum paratos, Petro praedicto quondam rege Arragonum minime comparente et se nullatenus excusante. Et sciatis quod ipsum Petrum a mane usque
Page 42 / chapitre 3 de Navarre, 3e inventaire
ad vesperum expectavimus, ipsius desiderantes adventum, tenentes pro firmo quod karissimus dominus et nepos noster Philippus rex Francorum nunciis dicti Petri obtulit quod ipsum Petrum et suos per litteras suas et juramentum super hoc praestandum pro se et omnibus baronibus et gentibus suis ibidem existentibus assecurare volebat, qui barones per litteras et juramenta, assecurationem modo simili offerebant exhabundanti, licet praedictus rex Franciae et nos ad hoc nullatenus teneremur, maxime cum securitas quam eidem Petro fecerimus, sufficeret, pro ut in dictis conventionibus continetur, nec aliquatenus per dictum regem Franciae aut alios amicos nostros frangi deberet, sed illam intendebant inviolabiliter observare. Et licet idem Petrus a pluribus fidedignis visus fuisset sanus corpore ante dictam primam diem junii, et ita dictae civitati propinquus quod poterit se dicta die praesentare, si vellet, in civitate praedicta post promissiones et assecurationes a rege et baronibus sibi factas, sicut praedictum est, nihilominus nec venit, nec se aliquatenus excusavit. En parchemin de 4 pieds 3 pouces de long, en 2 peaux, sans signature ou sceaux, mais d’un ecriture faite vers 1282, et bien lisible, cotté XXXIIII.

______________________________________

Transaction passée entre Odet d’Aydie comte de Comminges vicomte de Fronsac, et seigneur de Lescun, d’une part, et Pierre de Lur, écuyer, et Isabeau de Montferrand sa femme (1483)
In dossier E 161 aux AD 64.
[110]Double d’une transaction (non signee, du 12 oct. 1483) passée entre : Odet d’Aydie, comte de Commenge, vicomte de Fronsac et sgr de Lescun d’une part, et Pierre de Lur escuyer, et Ysabeau de Montferrant sa femme. Odet allegoit le don qu’il luy avoit eté fait par le roy de la vicomté de Fronsac, et Pierre de Lur le droit que sa femme y avoit à raison de succession. Celuy ci disoit que Raymond de Fronsac sgr, vicomte dudit lieu eut une fille, Jeanne de Fronsac qui porta cette vicomté à messire Guillaume de Pomiers son mari, dont elle eut messire Jehan Sens vicomte d’Uza et de Bolin. Celuy-ci epousa Souveraine d’Albret dont il eut Joyne Sens, laquelle epousa messire François de Montferrant chevalier, d’où vint messire Berrard de Montferrand qui fut marié à dame Marie de Lalande. De Berard de Montferrand et de Marie de Lalande naquit la dite Ysabeau de Monferrand epouse dudit Pierre de Lur. Par la dite transaction, les 2 epoux cedent à Odet d’Aydie tous leurs droits, à l’exception de 6.000 ecus d’or, etc. Enregistré au parlement de Bordeaux, 2 septembre 1483.

______________________________________

CHAPITRE VIII

ALBRET

3e inventaire

Charte du roi Philippe de Valois, qui permet aux barons et nobles d’Aquitaine de faire la guerre entre eux (1338 v. st.)
In dossier E 30 aux AD 64.
[111]Robertus dominus de Petillot de Salvaterra et de Larimonte consiliarus domini nostri Franciae regis ejusque senescallus Landarum universis et singulis has nostras patentes litteras specturis, visuris lecturis, seu etiam audituris, salutem. Notum facimus et tenore praesentium atestamur quod anno et die infra, magister Bertrandus de Noselliis in decretis baccal., procurator domini comitis Fuxi in suis vicecomitatibus Marsani et Gavardani exhibuit et praesentavit nobis quasdam patentes praesentes litteras sub sigillo magno cum cera viridi et filio cirico sigillatis … quarum tenor sequitur et est talis : Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis tam praesentibus quam futuris quod cum nuper carissimus et fidelis consanguineus noster Johannes eadem gratia rex Boemiae pro nobis agens in partibus Vasconiae ad petitionem dilecti et fidelis nostri Bernardi Ezii domini de Lebreto militis, et plurium aliorum tam baronum quam nobilium ducatus Aquitaniae, super infra scripta inter alia suas sequentis tenoris litteras, nostro nomine concessisset nostra voluntate retenta nos attentis litteris supradictis ipsorum baronum ac nobilium petitionibus annuentes eisdem domino de Lebreto baronibus et nobilibus praedicti ducatus concedimus per praesentes, quod inter se possint ad invicem cum expedire viderint guerras indicere, prosequi et continuare, difidatione prius facta per volentem guerram facere, et per deffidatum acceptatam antequam occasione
Page 43 / chapitre 8 Albret, 3e inventaire
Dictae guerrae aliquod dampnum inferatur in corporibus vel in bonis et quod pro guerra hujusmodi seu dampnis occasione ejusdem datis vel secutis invadentes seu dissidantes aut eorum valitores vel gentes seu diffidati quamvis invasionem diffidantium non expectaverint cum armis vel sine armis ad aliquam poenam vel emendam nullatenus teneantur, cum sic praemissis usi fuisse noscantur impune in illis partibus ab antiquo, salvo tamen et retento nobis et successoribus nostris quod dicti barones et nobiles et eorum successores a guerris suis pro facto guerrarum nostrarum et successorum nostrorum et ad nostrorum ipsorum mandatum cessare seu quiescere tenebuntur, deportatione vero et usu armorum quem dictus dominus de Lebreto et alii nobiles praedicti a nobis sibi declarari seu confirmari petebant scilicet quod ipsi cum suis gentibus et valitoribus tam equitibus quam peditibus possent arma cujuscumque generis deferre[112], guerra seu guerris diffidationum inter eos non praecedentibus aut eis durantibus vel sopitis et de remissionibus deliquentium et contrahentium subditorum suorum tam a nobis quam ab aliis petentibus faciendis nos informationem pleniorem fieri fecimus qualiter acthenus usu et portatione armorum temporibus hujusmodi usi sunt praesertim eo tempore quo rex Angliae ducatum praedictum tenebat, et etiam de renuntiationibus supradictis et pro ut invenerimus per informationem praedictam super usitatum fuisse, uti concedimus et permittimus, libere et impune, nostrasque litteras cera viridi sigillatas super hoc concedimus eisdem. ITEM concedimus baronibus et nobilibus ducatus praedicti quod castra, fortalitia aut loca alia quaecumque dicti domini de Lebreto et aliorum quorumcumque nobilium dicti ducatus ubicumque et cujuscumque estatus existant hobedientia nobis et successoribus nostris, durante, eorum hobedientia, non dirruiantur in toto vel in parte, nec amoveantur aut transferantur a dominio et subjectione seu ressorto eorum sub quibus sunt et erunt, nisi de illorum quorum interit assensu procedat, seu propter excessus aut delicta propter quos de jure, scripto vel de consuetudine patere, prout locorum in quibus situata fuerint diversitas exiget, per [s…..] praecedentem , dirui vel demoliri debeant aut translatio fieri debeat de eisdem. ITEM estatuimus concedentes quod officiarii nostri, in terris dominorum dicti ducatus jurisdictionem habentium non faciant aliqua explecta nisi in quasibus ressorti et superioritatis, et in casibus illis[113], officiales et servientes nostri, citationes, adjornamenta et executiones et alia explecta per manus dominorum jurisdictionem habentium, aut eorum offic. fieri requirant et permittant, nisi ipsi domini vel officiarii super hoc requisiti in hiis faciendis vel exequandis fuerint negligentes, nec in aliis casibus aliquis senescallus, judex aut officiarius noster infra jurisdictionem alicujus alti justiciari jurisdictionem aut cognitionem aliam in casibus
Page 44 / chapitre 8 Albret, 3e inventaire
ad ipsum justitiarium altum et spectantibus exercente ressorti tamen casibus et aliis ad nos jure regio spectantibus nobis salvis, et de domiciliis servientium non tenendis in terris baronum et aliorum jurisdictionem alta habentium ordinationem regiam super hoc editam servari volumus et etiam facimus in ducatu praedicto, proclamationes autem armorum dum faciendae fuerint pro casu nos tangente, in terris et jurisdictionibus aliotum justitiariorum seu merum imperium habentium et compulsiones per eos fiant ad mandatum senescallorum nostrorum nisi in casu quo justitiari ipsilegitime requisiti, id facere negligerent vel etiam recusarent. Caeterum ad dictorum domini de Lebreto et aliorum baronum et nobilium praedictorum petitionem, nos omnes foros consuetudines et usus eorum antiquos et acthenus observatos generales et speciales in praemissis et aliis volentes teneri et servari eos et eas voluimus, laudamus, aprobamus, ratificamus et tenore praesentium auctoritate regia confirmamus. Quae ut firma et estabilia pervenerent praesentibus litteris nostrum facimus apponi sigillum, salvo in aliis jure nostro, et in omnibus alieno. Actum apud Boscum Vincennarum anno Domini M° CCC° XXX° octavo, mensis februarii, per dominum regem in suo consilio, in quo erant domini rex Navarrae, dux Normanen., dux Borbonen., vos et plures alii [----][114]. Volentes quod huic transumpto seu vidimus dictarum litterarum regiarum … tanta fides in  judici et extra judicior ubicumque adhibeatur, quanta dictis litteris originariis, … in cujus rei testimonium nos senescallus Landarum antedictus huic praesenti transumpto … sigillum authenticum dictae senescalliae impendent., duximus apponendum. Datum et actum in villa sancti Severi die vicesima quinta mensis augusti anno incarnationis Domini M° quadringentesimo quinquagesimo nono, coram etc. Signé Guillel. Banqueti, notar. reg., avec sigle, ou signe, et pend au bas à une lemnisque decoupée le sceau du seneschal. En parchemin, bien ecrit et bien conservé, cotté XVI. Et sur le dos, d’une ancienne ecriture : « Privileg. dous seignors de Guayne ».

______________________________________

Lettres du roi Charles VIII confirmatives d’autres lettres de Charles V datées de Paris en février 1372, par lesquelles ce prince accorde etpermet à Arnaud Amanieu d’Albret la faculté de lever un droit sur le vin, pour servir aux réparations et fortifications de ses châteaux, etc. (1483)

[115]Karolus Dei gratia Francorum rex notum facimus … nos recolendae memoriae Karoli quinti litteras, vidisse nobis pro parte carissimi dilecti consanguinei nostri domini de Lebreto praesentatas … quarum tenor est talis : Carolus Dei gratia Francoreum rex notum facimus universis … nos dilecto fratri nostro Arnaldo Amanevi domino de Lebreto tam ipsius contemptatione quam suorum commodo et utilitate sujectorum concessisse ac de nostris certa scientia et gratia speciali concedere per praesentes ut ipse frater noster suique in posterum successores domini de Lebreto in omnibus castris, villis et locis suis quibuscumque ducatus Aquitaniae quodque subsidium soquetum vini vulgariter nuncupatum pro reparatione et fortificatione castrorum, villarum et locorum suorum de consensu tamen majoris et sanioris partis habitantium, castrorum, villarum et locorum praedictorum in eisdem castris, villis et locis in perpetuum possint indicere ac illud soquetum sic indictum colligi facere et levari totiens quotiens eidem dominis de Lebreto ad usus praedictos videbitur expedire nulla super hoc a nobis seu successoribus nostris locumtenentibus, senescallis, judicibus aut officiariis regis quibuscumque petita licentia vel obtenta. Qua propter universis et singulis locatenentibus nostris in dictis partibus deputatis …  Damus in mandatis etc., quod ut firmum etc. Datum Parisiis mense februarii anno Domini M° trecentesimo septuagesimo secundo, regni vero nostri nono, sic signatum per regem Thocie. Visa … post quarum quidem

Page 45 / chapitre IX. 3e inventaire d’Albret

litterarum etc. A la supplication du sire d’Albret. Charles VIII confirme les lettres de Charles V. Datum Turonis in mense martii anno 1483, regni vero nostri primo. En parchemin scellé du grand sceau, en cordons de soye rouge et verte. Cotté 23.

______________________________________

Acte par lequel René de Bretagne, comte de Penthièvre, et seigneur en partie de Terrasson et de Larche, vendit ces deux châtellenies aux procureurs fondés du cardinal d’Albret, dont l’un était Pierre de La Cropte dit de Lençais (1519)

In dossier E 734 aux AD 64.

[116]Acte en parchemin par lequel : haut etc., Regné de Bretagne comte de Penthievre et sgr en partie et par indivis des chateaux et chatellenies de Terrasson en Perigord et de Larche en Lymousin, vend les 2 chatellenies à noble Pierre de la Cropte dit de Lencays prothonotaire du St Siege apostolique et maitre Pierre Bouchier licencié ez droits procureurs de reverend père en Dieu mgr Amanieu cardinal d’Albret, absent, pour 16.000 # tournois, du 25 aout 1519. Signé, scellé et avec signe.

______________________________________

Lettres patentes de Louis XII par lesquelles ce prince permet au roi de Navarre d’assembler les gens des états de ses terres, pour en obtenir quelque don et octroi, pour l’aider à subvenir à ses affaires. (1512)

In dossier E 554 aux AD 64.

[117]Vidimus fait par les elus et ordonnés par le roy notre sire au pays et election de Perigort, à Perigueux le 12 nov. 1513, de lettres patentes du roy Louis XII, dattées de Blois le 14 septembre 1512, par lesquelles sur ce que le roy de Navarre luy avoit representé que pour l’entretenement de son etat et autres ses affaires, il feroit volontiers « requerir les subjets de plusieurs terres et seigneuries et aussi de ceux de son père le sire d’Albret lesquels sont sous la souveraineté dudit sgr roy Louis, luy octroyer, conceder et faire don de quelques sommes selon leurs facultés, ce qu’il croioit que les dits sujets … luy accorderoient liberalement, en consequence le roy donne permission au dit roy de Navarre de pouvoir assembler et faire assembler les gens des etats tant de ses pays, terres et seigneuries que de son pere le sire d’Albret etc. … pour les requerir quelque don et octroy pour luy aider et subvenir à ses dites affaires, et que les sommes raisonables qui luy auront eté ainsi données et liberalement accordées par les dits habitans et subjets etre mises et imposées sur eux et levées par forme de taille et à tels termes et payements que les dits des estats luy accorderont ». En parchemin, signé et scellé.

______________________________________

ARMOIRE D’ALBRET

Chapitre IX

Contrat de mariage de Renaud de Pons et de Jeanne d’Albret (1319).

In dossier E 838 aux AD 64 (à vérifier)

[118]Contrat de mariage de noble : Reginaldus de Ponte miles dominus Brageraci et Riberaci, vicecomitatus Turennae pro parte, avec Jeanne d’Albret, fille d’Amanieu sgr d’Albret et de dame Rose de Bourg sa femme, lesquels constituent en dot à leur fille : 10.000# et arnesium competens, pour laquelle ledit Reginaldus ypotheque : castrum suum de Ribeyraco, petrag. dioces., die … ante festum Purificat. Beatae Mariae virginis apud Castrum Gelos., anno 1319, praesentibus … Bernardo Ezii de Ladials civitatis vasatens., Petro Godalh rectore ecclesiae de Ribayraco, nobilibus viris dominis Arnaldo Bernardi de Preyssaco dicto Soldan, Amanevo Enleuton, Bertrando de Pompiaco, Helia Pelagas militibus, Raymundo de Monte Alto domino de Mychidano, Johanne de Malloni, Raymundo de Blotgonio, Gaillardo de Puisaco, Raymundo de Cantamerle domicellis, et magistro Raymundo Guillelmi Mozalha notario etc. En parchemin, avec signe, scellé, cotté XXI.

______________________________________

ARMOIRE D’ALBRET

Comté de FOIX

Chapitre XXIII Foix et Castelbon

3e inventaire d’Albret

Accord et traité de paix, fait entre Raimond, comte de Toulouse, et Roger Bernard comte de Foix. (1226)

In dossier E 395 aux AD 64

[119]Haec est compositio et forma compositionis et pacis facta inter dominum comitem tholosan. Ramundum filium dominae reginae Johannae et inter dominum Rogerium Bernardum comitem Fuxensem. Primo est sciendum quod quaerimoniae quae erant inter eos qualicumque modo[120] essent ab utroque indultae sunt et pacificatae et omni tempre definitae convenit quoque alter alteri firmiter et promittit cum juramento quod pacem vel treugam neque concordiam cum romana ecclesia vel cum rege Francorum vel cum valitoribus eorum neque compositionem aliquam alius sine altero aliquo tempore

Page 46 / chapitre XXIII Foix

faciat et haec convenerunt inter se bona fide dominus verus Raymundus comes tholosanus donat firmo dono et perpetuo praedicto domino fuxensi Rogerio Bernardo et heredibus suis totum hoc quidquid habebat vel habere debebat ratione dominii in dominio castri de Perella vel in pertinentiis ejusdem castri et in omnibus aliis quae spectant ad dominum illius castri Perellae, si ibi aliquod habere debebat, donat etiam praedictus dominus comes tholos. praefato domino comit. Fuxens. et heredibus suis omne illud dominium quod habet vel habere debet in castello, castri Verduni et in castro de Lier et in castro de Ravato et in castro d’Alzono[121] et in terra Bernardi Emelini de Paleriis et in omnibus pertinent. eorumdem eo videlicet modo quod quandocumque dominium predictorum castrorum vel cujuslibet castri illorum recognitum fuerit supradicto domino comiti fuxensi ratione praedicti doni, tunc vel postea ad commonitionem domini Raymundi comitis tholosani vel suorum, dominus comes fuxensis et haeredes sui ex castro recognito, vel ex castris recognitis, faciat fidelitatem et hominium domino Raymundo tholos. comiti vel heredibus suis terram Sancti Felicis cum suis pertinent., sicut cum melius ei reddidit et donavit illud donum et confirmat adjungens quod si aliquius vel aliqua potens vel impotens persona vel ipse dominus comes Tholosae de praedicta terra vel de dominiis et pertinentiis ejusdem terrae aliquid tenet in Tholosana [ve--tabili] [122] et ipse praedictus dominus comes fuxens. de jure voluerit eum petere, praedictus domibus comes tholos. secundum quod jus postulaverit debet illud ei et successoribus suis reddere et perpetuo facere, habere et tenere pro multis etiam dominus comes tholos. praedicto domino comiti fuxens., quod si [----villus] [123] vicecomes biterrensis deficeret sine legitimo herede quod omne illud quod ab ipso domino comite tholosano tenetur in vicecomitatu biterensi, carcasson., albiens. agathen., ruthen., loduensi, omne illud concedat praedicto comite fuxens. et suis heredibus et inde recipiat illum vel heredes suos si contingat in hominem suum ligium. Si vero sint aliqua in vicecomitatu quod de eo non teneantur et aliquis vel aliqua controversion. vel guerram ibi ei facere voulerit, praedictus dominus comes tholos. praestabit ei adjutorium suum, consilium et juvamen bona fide contra omnes homines et feminas et in hoc resistentes pro hiis omnibus attendendis et complendis praedictus dominus comes tholos. et dominus comes fuxensis unusquisque illorum tactis corporaliter sacrosanctis evangeliis juraverunt. Testes sunt Sicardus de Monte Alto et Poncius de Villanova et Otho de Tarrida et Poncius, Adhemarius et Petrus de Durbanno et Bernardus de Duroforti et Arnaldus de Villa Murio et Raymundus de Amorto, et Petrus de Fenoleto et Bernardus de Bellimonte et Petrus de Villa Murio et Hugo, Lenus et Bernardus de Miramonte et Tholosanus de Siolio juvenis et Poncius, Gayraldus et Michael de Vos, et Petrus-Rogerius de Mirapistae et Arnaldus de Grandino et Caslar de Aura, et Rogerius de Capiane et Raymundus major, et Raymundus d’Arsatz, hac compositione ita facta et posita inter nos sicut superius dicitur praedictus dominus Raymundus comes tholos. veniens coram consulibus et coram consilio urbis Tholosae

Page 47 / chapitre XXIIII Foix

et suburbii hostendet (un espace à blanc) dixit eis quod compositionem fecerat cum comite fuxens. et ipse comes fuxensis cum eo de qua compositione quoddam instrumentum coram consulibus et eorum consilio urbis Tholosae et suburbii legere fecit in quo scripto continebatur forma et sacramentum et testes illius compositiones uti melius superius scribitur, et mandaverat et convenerat praedicto comite fuxens. ut totum hoc faceret mandari et concedi et juras [124] eidem comiti fuxens. ab ipsis consulibus et etiam a consilio urbis Tholosae et suburbii ita scilicet quod ipsi consules et consilium illud totum faciant agere et tenere et complere domino comiti tholosano sicut melius eidem comiti fuxensi mandaverat … unde ipse dominus comes tholosanus ipsos consules et consilium deprecabatur quod illud pro eo jurarent et mandarent praedicto comiti fuxensi etc. Suit l’acte par lequel les consuls de Thoulouse et le conseil jurent de tenir et faire tenir l’acte ci-dessus … Ita juratum et mandatum a consulibus et a probis viris nominibus de consilio, ultima die mensis septembris, feria IIII anno M° CC° XXVI° ab incarnatione Domini. Sur vidimus en parchemin fait par un notaire de Foix, reghant Philippe roy de France XI kal. sept. 1277, en parchemin, auquel est attaché un autre vidimus fait à Thoulouse 8 mars 1394, en parchemin. Je prefere le Ier.

_______________________________________

Alliance d’armes faite entre le comte de Foix et Aymerigon seigneur d’Estissac, chevalier (1439)

In dossier E 429 aux AD 64.

[125]Sachent tous que comme je, Aymerigon seigneur d’Estissac en Pierregort chevalier, pour la bonne et grant affection que je ay eu le temps passé à feu hault et puissant seigneur monsieur Jehan de bonne mémoire comte de Foix et de Bigorre et à son hostel, eussé fait avec luy certaines alliances plus à plain contenues ez lettres par moy sur ce faictes signées de ma main, scellées de mon scel, et depuis le dit monsr Jehan comte de Foix et de Bigorre soit allé de vie à trespassement, voulant ensuit la bonne volente et affection que je avoye à lui et à son hostel, je, pour la date de ces presentes, de mon bon gré et certaine science, me suis fayt, et par la teneur de ces presentes, fais allié, serviteur, valedeur de vous hault et puissant sgr Gaston comte de Foix et de Bigorre et vous ai promis et juré, promets et jure sur les saints evangiles de Dieu et sur la foy et serment de mon corps et sur mon honneur que doresenavant et par tout le temps de ma vie, à vous et à votre hostel seray bon et loyal allié, serviteur et valedeur, votre honneur et votre personne garderay et deffenderay et votre bien pourchasseray, votre mal, deshonneur et dommaige escheveray, empescheray et destourberay de tout mon povoir et savoir, et s(i) aucune chose au contraire en venoit à ma connoissance, incontinent et le plutôt que je pourray, vous en advertiray et le vous ferai savoir par lettre ou messaige, et avec ce, se aucuns ou aucuns vous faisoient ou vouloient faire guerre ou debat vous secourray et ayderai de toute ma puissance et avec tous ceulx qui avec moy vouldroyent fere et se besoing est, de mes lieux et places en hors leur feray guerre et en yceulx pour icelle fere recevray de vos gens se envoyer en y voulez en faisant toutes et quantes foys que besoing en aurez et par vous en seray requis, envers tous et contre tous

Page 48 / chapitre XXIV Foix

qui puissent vivre et mourir, excepté le roy de France mon souverain sgr, monsieur le dauphin de Viennois son fils, et mons. le duc d’Orleans, lesquelles choses ay faictes, promises et jurées pour toute ma vie, comme dit est, tout de mon bon gré, comme aussi pour ce que m’avez promis et juré d’etre mon bon et vray sgr et ami et me secourir et aydier se besoing me faisoit ainsi qu’il est plus à plain contenu en vos lettres patentes signées de votre main et scellées de votre scel, et aussi que m’avez donné cinq cens moutons d’or pour une fois et promis trois cens moutons de pension annuelle, tant pour ce que dit est, que aussi pour vous entretenir toujours de mon povoir en la bonne grace et amour du roy mon souverain sgr et de mon dit seigneur le daulphin. En tesmoing de ce j’ay signé ces presentes de ma main et scellées de mon scel, faites à Tholose le VIIe jour de juillet, l’an mil CCCC trente neuf, presens mes seigneurs le comte de Cominge, les eveques d’Ayre et de Tarbe, le sgr de Vilar seneschal de Beaucaire, le sgr de Gamasche, et messire Tristant d’Aure. Signé au bas, de sa propre main : ESTISSAC, et pend au bas, à une lemnisque decoupée, un sceau de cire rouge entre deux papiers, les armoiries ne se distinguent pas. En pa    rchemin, autograph., in pergam., cotté XIIJ.

_______________________________________

Lettres d’Edouard prince de Galles, par lesquelles il donne à Gaston-Phébus comte de Foix, un sauf conduit pour venir le trouver à Angoulême, ou à Périgueux (1365)

In dossier E 409 aux AD 64.

[126]Edward ainsné fils du roy d’Angleterre, prince d’Aquitaine et de Gales, duc de Cornoaille et comte de Cestre, à tous ceux qui ces presentes lettres verront, faison assavoir que pour aucunes grosses et chargeantes besoignes avons envoyé pour notre tres cher et foial cousin le comte de Foix pour venir par devers nous à Engolesme ou à Pierreguers icest mois de septembre prochain à venir, et pour ce est il que à notre dit cousin avons donné et donnons par ces presentes nostre sauf et seur conduit pour luy et toutes ses gens venues en sa compaignie, jusques au nombre de deux cens à cheval avec tous leurs biens et harnois de venir demorer et retorner franchement et sauvement parmi notre dite principauté d’Aquitaine, pour nous et tous autres, par tout le mois dessus dit, et promettons en notre bonne foi et sans nul mal enging[127] pour nous et pour tous autres, que en venir, demorer et retorner ne luy sera faict nul empoichement encois l’en leirrons aller toutes fois que lui plaira, non obstant queleque soit chose ne ait esté ou peusse à venir. Donné à Burdeux le vint et huictieme jour de julet l’an mil trois cenz sexante et quint. Et plus bas, London., et pendoit au bas à une lemnisque découpée, etc., un sceau perdu. En parchemin, ex autograph.

_______________________________________

Alliance entre le duc d’Anjou, et Gaston-Phébus comte de Foix. (1376 v. st.)

In dossier E 410 aux AD 64.

[128]Loys fils de roy de France de monsieur le roy, duc d’Anjou et de Touraine et comte du Mayne, savoir faisons qui ces presentes lettres verront et orront, que nous avons fait et acordé faisons et accordons avec notre tres chier et tres amé cousin le comte de Foix, bonnes, vrayes et loyaulx alliances en la manière qui s’ensuit : premierement que nous ly serons bon, loyal et vray ami, et son honneur, bien et estat garderons, et le contraire eviterons

Page 49 / chapitre XXIV Foix

et empecherons loyalement à tout nostre pouvoir devant toutes personnes excepté mr le roy, madame la royne, monsr nostre neveu le daulphin et leurs autres enfans, nez et à naistre, et leurs successeurs roix de France, nos freres le pape et le roy de Castelle. Item que en tous les faits et besoignes que il a et aura et porra avoir à faire par le temps à venir, nous le consulterons, adviserons et aiderons contre toutes personnes à qui il a et aura à faire par question, guerre et autrement, exceptés nos seigneurs et dame, neveux nieces, freres le pape et le roy de Castelle dessus dits, d’aussi bonne foy, vraye intention et loyaulment comme nous ferions en nos propres faits et besoignes, et par exprès contre les roix d’Arragon et d’Angleterre, et pour ce que notre dit cousin qui semblablement se alie avec nous contre les deux roix dessus declairiez leur a fait ez temps passéz hommaige de certaines choses et terre qu’il tient d’eulx, nous li avons accordé que quand nous vouldrons commencier guerre audit roy d’Arragon, nous li ferons savoir un mois d’avant, afin que il li rende son hommage laquelle chose il doit, et nous a promis de faire dedans ledit moiz et de là en avant, nous aidier contre le dit roy d’Arragon par toutes les voyes et manieres que il porra, et aussi en recompensation de la terre que il tient du roy d’Angleterre qui est en la valeur de cinq mille livres de rente d’assiette laquelle li convient pour ce laissier, et des autres dommaiges que il porra pour ce avoir, nous li avons accordé de faire avoir la somme de cent mille francs d’or une fois, et il nous a promis que toutes fois que monsr le roy ou nous l’en feront payer ou contenter, il envoyera incontinent rendre son hommage au dit roy d’Angleterre, et dedans deux moiz après contre lui se armera et fera guerre de sa personne, terres et povoir. Et à monsr le roy et à nous, sera à toujours mais aidant en toutes les besoignes que mon dit sgr et nous et chascun de nous auront à faire contre le dit roy d’Angleterre et ses successeurs ou aians sa cause, d’aussi bonne foy ci loyaulment comme il vouldroit faire en son propre fait. Toutes lesquelles choses et alliances dessus dites nous avons promis et promettons à notre dit cousin tenir, accomplir et garder bien et loyaulment par la foy de notre corps et comme loyal chevalier et fils et frere de roy, et en oultre li avons tout ce juré de notre propre main dextre et sur le Te Igitur du missael et la vraye croix de notre seigneur, sans jamais en aucune chose faire ne venir en l’encontre, et en tesmoing de ce nous avons de notre propre main subscript notre nom en ces lettres, et y avons fait mettre en pendant notre scel secret, en l’absence de nostre grant. Fail à Tarbes en Bigorre, le vint et

Page 50 / chapitre XXIV Foix

cinquiesme jour de janvier l’an de grace mil trois cens soixante et sexze, presens messire Jehan de Bueil seneschal de Beaucaire, James Ysalguier seneschal de Bigorre, et maistre Jaque de la Chayenne secretaire de mons. le roy et le nostre, et Bernard de Lux secretaire de notre dit cousin. Signé de la propre main du duc d’Anjou, sic : LOYS, et sur le repli, par mons. le duc, et plus bas : Chayenne. Et pend au bas à une bande de parchemin le petit sceau du duc d’Anjou en cire rouge. Ex autographo, in pergameno.

_______________________________________

Traité d’alliance entre Jean de Radcliff, chevalier, sénéchal de Guyenne pour le roi d’Angleterre, et Isabelle comtesse de Foix et vicomtesse de Béarn (1425)

In dossier E 432 aux AD 64 (à vérifier).

[129]Traité d’alliance entre Jehan de Radcliff cavalier, senescaut de Guianne, pour le roy d’Angleterre, et noble et puissante Ysabelle comtesse de Foix, vicomtesse de Bearn, Marsan et Gavardan et de Capsius etc. Par ces lettres, Ysabelle de Foix declare que quoique son fils le comte de Foix ait fait des traités avec les François, lesquels traités ont eu conclusion, et qu’il ait accepté la lieutenance de Languedoc et du duché de Guienne de la part du roy de France, neanmoins elle desire que ses terres de Bearn, Marsan, Gavardan et Capsius restent en paix, etre libre pour le commerce, ce pourquoi elle veut qu’il ne soit fait aucune guerre de part et d’autre, et que les Anglois ni les François ne soient reçus dans les lieux, places et forteresses. Ces lettres, en bearnois, sont : dades à Ortes, le IIII jours d’aost, l’an 1425. Le seneschal de Guienne, de l’avis du conseil du roy d’Angleterre existant à Bordeaux, et par advis et deliberation : deus senhors deux tres estats de Bordalès, ordonne que ceux des terres de Bearn, Marsan, Gavardan et Capsius demeurent en l’amitié, dilection, charité et communication comme au temps passé, et qu’ils puissent aller, passer, sejourner, commercer dans les terres de l’obeissance du roy d’Angleterre. Donat à Bordeu sodz lo sagel de nostre offici, lo 25 jor deu mes d’aost, l’an mil CCCC vint et sinc. Et est plaqué un grand sceau en cire rouge, chargé de trois leopards (armes d’Angleterre). Le sceau est rond et au-dedans est un carré chargé de trois leopards. Le parchemin est piqué avec la pointe d’un canif, pour faire tenir la cire.

_______________________________________

Alliance, ou association d’armes, faite entre Jean comte de Foix, et Bertrand d’Abzac, seigneur de Domme et de Montastruc (1421)

In dossier E 429 aux AD 64.

[130]In Dei nomine amen, noverint universi etc., quod anno a Nativitate millesimo quadragentesimo vicesimo primo, apud Montem Domae, die vero tertia mensis maii, indictione quintadecima, pontificatus sanctissim. in Xpo patris domini nostri domini Martini digna Dei gratia papae quinti anno quarto, in praesentia mei notarii etc., personaliter existens nobilis et potens vir dominus Bertrandus de Abzaco[131] miles dominus de Doma et de Montastruc citra revocationem aliorum procuratorum suorum alias per ipsum constitutorum in diocesi sarlatensi habitator et moram trahens videlicet in castro Domae, gratis et sponte sicut dixit, fecit, constituit, creavit et ordinavit procuratorem suum et nuncium suum specialem videlicet nobilem virum Mancipium de Cazelo armigerum ibidem praesens … in omnibus causis suis motis pariter et movendis … et personaliter et expresse ad comparendum et se presentandum personaliter nomine et vice supradicti militis constituentis coram magnifico et egregio domino domino Johanne Dei gratia comite Fuxi et vicecomite de Bearn et de Castelleo, et cum eodem domino comite nomine dicti militis constituentis concordare et ipsum militem socium suum facere pro serviendo eundem dominum comitem per dictum dominum Bertrandum cum suis gentibus et sociis armatis equestris ubique stipendiis et expensis dicti domini comitis contra inimicos et emulos dicti domini comitis quoscumque

Page 51 / chapitre XXIV Foix

et nichilominus ad faciendum pactum dicto domino comiti de custodiendo per dictum dominum Bertrandum personam honorem et bona dicti domini comitis suo posse et omnia praemissa ad praemittendum per pactum expressum medio juramenti per dictum procuratorem eidem domino comiti nomine ipsius militis constituentis praestando quali idem dominus comes eidem procuratori ordinabit et sibi visum fuerit faciendum, et hoc cum instrumento vel sine instrumento et sub obligatione omnium bonorum dicti domini Bertrandi militis supra constituentis nichilominus quod ad acceptandum et recipiendum praedictum procuratorem nomine ipsius militis constituentis quodcumque juramentum et promissionem quod seu quam dictus comes Fuxi et vicecomes de Bearn et de Castelbo eidem militi super praemissis duxerit faciendum specialiter et expresse quod contra quemcumque hominem idem dominus comes praedictum militem et omnes de comitativa sua existentes terram suam et fautores suos sustinebit et adjuvabit, et ipsos custodiet suo posse ab omni malo, et demum omnia alia universa et singula faciendi praestandi et accipiendi quae in praemissis et circa ea erunt necessaria juxta causae meritum et oportuna et que ipsemet miles constituens facerit seu facere posset si in praemissis et quolibet praemissorum personaliter praesens esset … ratum et gratum et firmum habens idem dominus Bertrandus constituens et habiturus promisit totum et quidquid per dictum procuratorem suum actum, promissum, acceptatum et receptum seu alias quomodolibet etc… sub ypotheca omnium bonorum suorum etc. et sub omni renuntiatione etc. Acta fuerunt haec anno die loco indictione et pontificatus quibus supra, praesentibus et audientibus Arnaldo de La Ladia, Petro de La Vigayna armigero in garnizione Montis Domae commorantibus, et me Bernardo de Pogeto, Montis Domae sarlatensis diocesis habitore, imperiali auctoritate publico notario qui de praemissis omnibus notam recepi possum et in hunc formam publicam redegi et manu mea propria scribsi et signo meo solito signavi … In quorum praemissorum omnium fidem et testimonium dictus dominus Bertrandus de Abzaco miles dominus de Doma et de Montastruc sigillum suum proprium huic praesenti publico instrumento apposuit cera rubea impendenti ad majoris roboris firmitatem. En parchemin, à coté est le sigle ou signe du notaire et au bas pend à une bande de parchemin le sceau de Bertrand d’Abzac. On ne distingue plus les armoiries, mais l’ecu est renverse  et surmonté d’un heaume placé de face. Ce sceau a cela de particulier qu’il est couvert d’une feuille d’arbre[132] repliée sur les deux faces du sceau sur lequel elle est collée sans doute parce qu’elle a été appliquée lorsque la cire etoit encore molle, car elle y tient fortement. On a vu l’ecu et l’heaume en detachant un peu de la feuille qui paroit etre de charme ou d’ormeau, ce qu’on a mis pour conserver le sceau, comme on applique du papier, etc.

_______________________________________

Procuration donnée par Jean, fils du roi de France, duc de Berry, etc., au comte de Sancerre, pour traiter avec le comte de Foix (1388 v. st.)

In dossier E 413 aux AD 64 (à vérifier)

[133]Procuration de Jean, fils de roy de France duc de Berri et d’Auvergne, comte de Poitou lieutenant pour le roy au pays de Languedoc et ou duchié de Guyenne, donné à son cher et feal cousin le comte de Sancerre pour traiter avec le comte de Foix et accorder certains differents qui s’etoient elevés entre luy et le dit comte pour plusieurs causes, dont les unes touchent le fait de monsr le roy, le bien, honneur et profit de lui, de ses pays et subgiets et specialement de son pays de Languedoc duquel le dit duc avoit la lieutenance, et les autres (luy), nous et notre (son) [134] fait singulier, le comte de Foix

Page 52 / chapitre XXIV Foix

avoit fait les avances en envoyant plusieurs fois de ses gens et entre autres le sire de La Rochefoucaut par devers le frere du dit duc de Berry, le duc de Bourgogne suppliant celui-ci par les lettres qu’il voulut se charger d’acomoder les different eleves entre le dit duc de Berry et le comte de Foix, la procuration du duc de Berry est donnée à Bourges le 8 janvier M CCC IIIIxx et huit. Guillaume de la Trimoille et Odoart de Chazeron chevalier chambellans du duc de Bourgogne sont nommés par ce prince pour accorder ce different. Ce qui regardoit en particulier le duc de Berry regardoit le traité de mariage dudit duc de Berry et damoiselle Jeanne de Boulloigne fille de mons. le comte de Bouloigne dont le contrat etooit passé entre les parties. Les dits Guillaume de la Trimoille et Odoart de Chazeron disent au bas de la procuration du duc de Berry : Nous … par telle condition et non autrement que le dit monsieur de Foix baillera et delivrera royaument et de fait mademoiselle de Bouloigne pour etre femme et epouse de mons. le duc et la nous rendra sans peril en la ville de Carcassonne dedans le dymanche après Pasques que on chantera en son eglise Quasimodo. Avons fait avec mr le comte de Foix, promises, jurées et accordées alliances, confederations et amitiés entre les dits messieurs les duc de Berry et de Bourgoigne et le dit mr le comte de Foix en la manière qui en suit, c’est à savoir que tous debats, dissentions, discors et demandes que le dit mr le duc de Berry a eu ou peut avoir avec le dit mr le comte de Foix en tout le temps passé jusques aujourd’huy … sont quites, remises et pardonnées d’une partie et d’autre … et demeureront les dits messeigneurs les ducs et comte dessus dits doresnavant leurs vies durans bons, vrays et loyaulx amis et aliez chacun l’un à l’autre, et jurons, nous messarges du dit mr le duc de Berry en l’ame dudit mr le duc par vertu du pouvoir à nous donné comme dit est, et nous messarges dudit mons. de Bourgoigne par les foy et serment de nos ames, promettons et jurons en faire nos loyaulx pouvoirs envers mondit sgr de Bourgoigne que doresenavant ils seront et demeureront bons, vrays et loyaulx aliés et amis avec le dit monsieur le comte, envers et contre tous, excepté les rois de France, messieurs le duc de Touraine, le roi de Sicile en son frere mons. le comte de Nevers et ses freres, mons. le duc de Bourbon, mr de Montpensier et les autres neveux de nos dits sgrs les ducs, madame de Braban, le duc Aubert, le comte d’[Ast---t] [135] et mons. de Savoye et le duc d’Autriche … et seront tenus messieurs les ducs de le aider et secourir loyaulment à leur povoir en toutes ses besoignes et affaires … et au cas que mons. le comte ne nous baillera et delivrera loyalment et de fait en la ville de Carcassonne madite damoiselle de Boulloigne, nous voulons et reputons ce traicté etre de nul effet et valeur… en tesmoing de ce etc. Donné à Orteys le IX jour de mars l’an de grace mil CCC quatre vint huit. En parchemin au bas duquel pendent neuf sceaux brisés.

_______________________________________

Lettre de Gaston de Foix au prince de Galles (1365)

In dossier E 409 aux AD 64 (à vérifier).

[136]A mon tres cher et tres redopté sgr le prince d’Aquitaine et de Gales. Mon tres cher et redopté seignour, je ay receu vos amiables lettres et veu votre vcher [137] d’armes Thomas Florak et oi la creance que il m’at volu dire

Page 53 / chapitre XXIV Foix

de part vous et veu me mire que m’avez envoyé dont mon sire je vous regracie tant comme je puis, et sachez mon tres cher seigneur que ma jambe est près de garrir Dieu merci, et mon sire je irai devers vous si à Dieu plaist, pour tout le mois de septembre, à Angoulesme ou à Pierreguers, là où vous serez à l’un des deux. Mè sur totes choses me vuillez envoyer passé la mi septembre monsire Thomas votre seneschal et monsire Jacmes d’Audebi, et comme mon sire je aie entendu que mon sire Jacmes est malaudez, et le seneschal at affaire de vous besoignes, en ci comme Thomas votre dit vcher m’a dit que vous plaise mon sire, votre sauf conduit que vous me envoyerez oue la un des dits chevaliers qu’il ait tiel terme et soit suffisant pour moi aller, demourer et retourner, si vous plaist. Et pleise vous mon sire, que quant je irai par de là, que vous aiez tous les chevis de Chandos, et tous autres que vous pourrez avoir, et je vous monstrerai un poi de ma science mon sire si vous plest, riens que je puisse fere plaise vous moy commander quar je ferai à mon poer, et le sainst Esperit vous teigne en sa sainte garde. Donnée Artes le tiers jour du mois d’aost, le votre comte de Foix. En parchemin, et pend au bas à une lemnisque decoupée le sceau du comte de Foix (ecu renversé et sur le coin d’en haut un heaume de face). L’ecu est parti au premier et au 4e de aux trois pals de (ou palé) qui est de Foix, au 2e de Bearn (2 vaches), au 3e de effacé. En cire rouge. Le sceau a eté enveloppé pendant que la cire etoit encore molle d’un papier qui y tient encore, et que j’ay soulevé, comme dans la procuration de Bertrand d’Abzac supra, qui a mis une feuille d’arbre.

_______________________________________

Alliance de Jean comte de Foix avec Maurigon, seigneur d’Estissac, chevalier (1425)

(pièce en occitan)

In dossier E 432 aux AD 64.

[138]Sapien tots qui las presens veyran que jo, Mautigon senhor d’Estissac en Peyregort, cavaler, de mon bon grat et serte science me suy feit, et per thenor de la presens, me fas servidor et valedor de vos mod naud et poderos senhor mosser Johan per la gracia de Diu comte de Foix et vos ey promettut et jurat, prometti et juri aus sans evangelis de Diu toquatz de ma man dextre, que vos sere bon, leyau et fideu servidor, aliat et valedor et vos soccorare et ejudare de ma personne et de tote ma poixance et far guerre de mous locx et fortalesses en foret envers totz, et contre totas personnas qui pusquen viure et morir, totes et tantes vetz cum besong sera et per vos ne serey requerit, exceptat lo rey de Fransa, mon sobiran senhor, et si sabi que degun o deguns vos procurassen o volessen far mal ni deshonnar et decorbare a mon poder e vos en avisare au plus tot qui pyrè per lettre o messadge, laquoau cause ey feite promesse et jrade per tot lo termi de ma vite, tant de mon bon grat cum perso que vos me avetz promes et autreyat de soccorer et adjudar si besong me fase segont semblant sehnor es tengut de soccorer et adjudar a semblant servidor, aliat, et valedor que jo suy. En testimoni d’aisso ey segerat la present de mon saget à la Chastre en Berry, lo XII jorns de septembre l’an mil quoatre cens vint et cinq. En parchemin, pendoit un sceau à une lemnisque aujourd’huy arrachée.

_______________________________________

Alliance de Jean comte de Foix avec Poton de Saintrailles (1426)

(pièce en occitan)

In dossier E 434 aux AD 64.

[139]Sapin tot qui las presens veyran que jo, Poton de Sentealhe, de mon bon grat et certane science me suy feit et per tenor de la presens me fas servidor,

Page 54 / chapitre XXIV Foix

aliat et valedor de vos mot naud et poderos senhor monsenhor Johan per la gracia de Diu comte de Foix et de Bigorre et vos ey promettut etc. (le reste comme dans l’acte precedent). A Jargueau lo XIIII jotns de seteme l’an M CCCC vint et sieys. Signé : POTON. Scellé. En parchemin.

_______________________________________

Alliance de Jean comte de Foix avec Huc et Johan de Caramanh (1427)

(pièce en occitan)

In dossier E 434 aux AD 64.

Semblable traité d’alliance entre Huc vicomte de Caramanh et Johan de Caramanh primogenit dau dit monsr. de Caramanh cavalers, avec le comte de Foix, en la ville de Sant de Navalhes le vint et dus jorns de septembre, l’an mil quatre cens vint et sed[140], ce que je mets ici pour observer que cet acte est signé de deux contractans père et fils, sic Huc et Johan. Au bas du seing « Huc » pend à une lemnisque le sceau en cire rouge du père. C’est un ecu renversé, avec un heaume de coté sur la pointe d’en hat. L’ecu est parti au 1er et 4e de au lion grimpant de … au 3e de aux deux faces de. Au bas du seing « Johan », pend à une lemnisque un sceau tout semblable dont l’ecu est aussi renversé avec un heaume de coté sur la pointe d’en haut. Je n’ai aperçu aucune difference entre ces deux sceaux, ni pour la grandeur, ni pour la forme, à part ce que les 2 cornes de l’heaume dans celuy du fils sont plus ecartées que dans celui du père. On doit conclure que les deux sceaux n’ont pas eté formés avec le meme cachet. Ainsi le renversement de l’ecu n’est pas une distinction, ce que je voulais observer contre … etc.

_______________________________________

Sauf-conduit du prince de Galles pour le comte de Foix (1365)

In dossier E 409 aux AD 64

[141]Edouard ainsné fils du roy d’Angleterre prince d’Aquitaine et de Gales, duc de Cornouaille et comte de Cestre, à tous ceux qui ces lettres verront, faisons assavoir que pour aucunes grosses et chargeantes besoignes avons envoyé pour notre tres cher et foial cousin le comte de Foix pour venir par devers nous, et pour ce est il que à notre dit cousin avons donné et donnons par ces presentes notre sauf et seur conduyct pour luy et tous ses gens veneus en da compagnie, jusques au nombre de deux cens, à cheval, avecques tous leurs biens et honneurs de venir, demorer et retorner franchement et sauvement parmi notre dite principauté d’Aquitanie, pour nous et pour tous autres, jusques à six semaines, ou autrement qu’il puisse bonnement etre retornez en son pays et pour nous et pour les noz par huit jours en près son dit retour commenscans, les dites six semaines à la datte de cestes nos presentes lettres, et promettons en notre bonne foi et sans nul mal enging pour nous et pour tous autres que en venir, demorer et retorner, ne le sera fait nul empoichement en seois l’en lairrons aller toutes fois que lui plaira, non obstant quelque soit chose luy ait eté ou puisse avenir. Donné à notre cité de Bordeaux le dix octisme jour de julet l’an mil trois cens sexante et cinq. Signé … London… en parchemin scellé, le sceau perdu.

_______________________________________

Alliance de Jean comte de Foix avec Gaston de Gontaud, seigneur de Biron, chevalier (1421)

(pièce en occitan)

In dossier E 429 aux AD 64.

[142]Sapien totz qui las presens veyran que jo, Gaston de Gontaud, cavaler, senhor de Bironen Peyregort, me suy feit, et per thenor de la presens, me fas companho, aliat et servidor deu mot noble et poderos senhor mosser Johan per la gracia de Diu comte de Foix, et lo ey promettut et jurat, prometi et juri los sans evangelis de Diu, de luy esser bon companhon, aliat et servidor, et lo soccorer e ajudar de ma personne ab tot mon poder et far guerre deux mees locx en fore et en totes autres parts, contre totz aquets qui eg volera et totes hores que m’en requerira, exceptatz lo rey d’Anglaterra mon sobiran senhor et lo senhor de La Barde, la quoau aliance et promission ey feyt tant per quoatre cens francx bordales cum per un cosser que lodich monsenhor lo comte me a donnat et balhatz per une vetz et

Page 55 / chapitre XXIV Foix

et aixi ben que m’a prometut corrorer et ajudar segont semblant senhor deu et es tengut far a semblant aliat et servidor. En testimoni d’asso, l’ey balhat las presens signades de ma maa et sagerades deu propri saget de mas armes. A Beglot lo XVIJ joens de decembre l’an mil quatre cens vint et un. Signé de sa propre main : Baron de Gontaut. Et pend au bas à une lemnisque decoupée etc., un sceau en cire rouge, mais on ne distingue plus les armoiries. Il semble que l’ecu est renversé, et surmonté d’un heaume.

_______________________________________

Promesse faite par Chopy ou Chopin de Badefol, seigneur de Hautefort, à Archambaud de Grailly, captal de Buch, de servir le comte de Foix avec 25 hommes d’armes, etc., sous les drapeaux du même captal de Buch (1396)

In dossier E 415 aux AD 64.

[143]Sapien totz que jo Chopi de Badefoll senhor d’Autafort ey promes et prometti en feit de prodomia et de tota et verayra leyautat a mossen Archambaud de Greyly captau de bBuch de anar fen et leiaument servir monsenhor lo comte de Foys av vint et sinc homes d’armes en sa companhia et sotz l’estandart deu dit monsenhor le captau et de mossen Johan de Greyli o d’aquer qui per lo dit monsenhor lo captau sera seuz mettre me dessotz autre senhor capitayne estandart, baneyra ny penon et aisso en aquest biatge que lo dit monsenhor lo comte enlent a far en Aragon et per tant de temps cum aquet durera senz partirmen nulha vetz entra que lo deit estandart de monsr lo captau s’en partis e s’en retornes en Bordalès lo seit senhor comte faden à nrin e a mons companhons come caus autres qui seran en son service et si ayssi era que en demey lo temps dudit biatge d’Arragon au deit mossenhor de Foys per lo comte d’Armanhac o per autre sera feit guerra per medissa maneyra à se deffendre d’aquera, jo avant dit Chopi, prometti come dessus au deit monsenhor lo captau de ajudar et servir ben et loyaument lo deit monsenhor de Foys, tant quant lo deit estandart est y demorra, ni le dit capitayne d’aquet per mon deu deit monsenhor lo captau en la deita guerra. Estera et tot jorn sotz aquets senz autra, et en sia a ez aussi qua a la fazenda d’aquestas, lo deit mons. lo captau à Bordeu me aya deliurat et bailhat à cause de mous deitz XXV companhons homes d’armes, tres cens et cinquanta francs et per aquesta condition me los a balhatz e jo la ay recebutz … et … ez estat, ordonnat et accordat entre monsenhor lo captau et min Chopi, que lo VIme jorn d’aquest mès d’aost qui aras prumey sera commensara lo terme à servir de min et de mous companhons et aquest jorn deven partir de Bordalès per anar enbers lo deit monsenhor comte à Morlans … et las causas dessus deitas, jo avant deit Chopi, au deit mossen lo captau prometti far, tenir etc., et aisso per la fe et segrament de mon corps et obligation de min et de totz et singles, mous bens et causes nobles et nomobles presens et avendris, et per major fermetas de totas et las unas las causas dessus deitas, jo avant deit Chopi, eymes et pausat en las presentz mon propri sacgat en pendent. Dadas à Bordeu lo XX jour deu mes de julh, l’an de gracia mil CCC IIIIxx et setze. En parchemin, et pendoit au bas à une lemnisque decoupée, un sceau perdu.

Nota : Il est parlé de ce Chopin de Badefol dans les accords faits entre le comte d’Armagnac et les chefs des compagnies, dont ce Chopin etoit un des principaux. Ces accords sont dans le recueil de mr le president de Doat, que j’ay extraits.

_______________________________________

Lettres patentes de Charles VI par lesquelles il établit le comte de Foix, gouverneur du pays de Languedoc, etc., et lui fait faire serment qu’il tiendra la paix dernièrement faite entre lui et le roi d’Angleterre (3 mars 1421 v. st.)

In dossier E 430 aux AD 64.

[144]Copie de lettres patentes de Charles VI, par lesquelles il etablit le comte de Foix gouverneur du pays de Languedoc, à la charge de la part dudit comte de Foix de faire serment et jurer : qu’il tiendra la paix final dernierement faite

Page 56 / chapitre XXX Foix

entre nous et nostre fils le roy d’Angleterre (nostre tres cher et tres ame fils le roys d’Angleterre heritier et regent de France (supra), et tous les points et articles contenus ez lettres d’icelle paix … laquelle paix Bertrand de Domasainz etc., conseillers et message dudit comte) ont juré aujourd’huy en l’ame de nostre dit cousin de Foix solennellement en la presence de nostre dit fils et grand conseil, … et de servir et obeir à nous et notre dit fils le roy d’Angleterre envers et contre tous. Nous voulons et ordonnons que icelluy notre dit cousin le comte de Foix ait le gouvernement de nostre dit pays de Languedoc, si longuement qu'il plaira a nous et à nostre dit fils le roy d'Angleterre (il est dit plus haut que le gouvernement a été donné par le roy par l’advis de nostre tres cher et tres amé fils le roy d’Angleterre heritier et regent de France) … Item que nostre dit cousin aura, en temps de paix, six vints homes d'armes, et L hommes de trait, de retenue, pour la seureté du gouvernement de nostre dit pays de Languedoc. Item, que nostre dit cousin jurera, ez mains de notre dit cousin le comte de Longueville son frere, commis ad ce de par nous, de bien loyaument et duement gouverner nostre dit pays de Languedoc, à l'honneur et utilité de nous et de nostre dit fils le roy d'Angleterre et de garder en nostre obeissance ycelluy pays, et de restituer à nous et a nostre dit fils icelluy pais toutes fois qu'il plaira à nous et à nostre dit filz, qu'il ne baillera ou delivrera, ne souffrira etre baillé ou delivré, le dit pays, ne les villes, chasteaux ou forteresses dudit pays, ou aucun d'icelles, à quelquonque personne de quelque etat, auctorite, ou preheminense qu'elle soit, soubs couleur ou ombre de quelque chose qui puist etre, sinon à nous, ou à nostre dit fils le roy d'Angleterre, ou aux commis et deputes en cette partie de nous et de lui. Item, que de chacun capitaine et officier royal[145], de nostre dit pays de Languedoc, nostre dit cousin de Foix recevra pareil serment et leur fera jurer la dite paix final, et les articles contenus en icelle; et pareillement la fera jurer aux gens des trois estats et communautes des bonnes villes de ses terres et pays, tant de nostre royaume, comme du duché de Guienne; et se ils sont de ce faire refusans, les pugnira et corrigera, et tous ceux qui icelle paix voudront, de parole ou de fait, contredire, impugner, ou empescher. … item, pour ce que nous avons voulu et voulons que, pour commencer la guerre par nostre dit cousin le comte de Foix à l'encontre de celui que se dit dauphin[146], et de ses alliez, adherens et complices, ennemis, rebelles et desobeissans de nous et de nostre dit fils le roy d'Angleterre, soit baillée charge à nostre dit cousin de mil et Vc cens payes, et que les gages lui seront païés à compter du jour des monstres et reveues de tel nombre de gens qui seront reçus es dites monstres et reveues, jusques au dit nombre de mil et Vc cens payes, et au dessoubs, de six escus d'or pour paye par chacun mois, et lui sera fait prest, avant qu'il commence la dite guerre[147], de XIIm VIIc L ecus d'or, sur les gages qui seront deubs pour deux mois; et le residu prendra sur nos revenues et droits de nostre dit pays de Languedoc, jusques à entiere solution et payement de ce qui sera deu aux dits gens d'armes et de trait, pour les dits deux mois, au pris dessus dit, et avec ce, aura, par mois, pour l'estat de lui et des comtes et barons de sa companhie, sept cens L ecus d'or. Icellui nostre cousin jurera et promettra de faire sa diligence et loyal povoir d'avoir le dit nombre des dites paies, et de les employer diligenment au bien et honneur de nous et de nostre dit fils le roy d'angleterre, laquelle guerre il commencera dedans le premier

Page 57 / chapitre XXX Foix

jour de juing prochain venans. … Si donnons en mandement à noz amés et feaulx conseillers les gens de nostre parlement et de nos comptes à Paris, aux gouverneurs de toutes nos finances, et à tous nos autres justiciers et officiers, etc. que nostre dit cousin, par la maniere que dit est, fassent, souffrent, et laissent chacun en droit soy, joyr et user plainement et paisiblement de nos grace et octroy, … en tesmoing de ce nous avons fait mettre nostre scel à ces presentes. Donné a Saint Faron les Meaulx, le troisieme jour de mars, l'an de grace mil IIIc et XXI et de nostre regne le XLIJ. Par le roy, à la relation de son grand Conseil tenu par le roy heritier et regent de France.

J. de Rinel.

Charles VI à Paris le 26 mars 1421 etc., à Montereaux foule [------][148] le 1er juillet 1420.

_______________________________________

Autres lettres patentes de Charles VI par lesquelles il établit le comte de Foix, gouverneur du pays de Languedoc, etc., et lui fait faire serment qu’il tiendra la paix dernièrement faite entre lui et le roi d’Angleterre (4 mars 1421 v. st.)

In dossier E 430 aux AD 64.

Lettres patentes de Charles VI par lesquelles il domme à Jean comte de Foix le gouvernement de Languedoc. Entre autres droits qu’il luy donne, il ajoute ceux-ci : … de remettre, pardonner et bailler etat et lettres de remission, pardon, et quittement si mestier est, excepte à ceux toutes voyes qui sont consentans et coupables de la mort de feu nostre cousin Jehan duc de Bourgoigne , cui Dieux pardoint, desquelx nous voulons estre faite justice comme il apartient, … de resister et faire guerre par toutes voyes et manieres à celuy qui se dit dauphin, ses aliés, complices, favorisans, et adherens, ennemis, adversaires, rebelles, et desobeissans à nous et à nostre tres cher et tres amé fils le roy d'Angleterre, heritier et regent de nostre royaume, de publier et faire publier les lettres de la paix final, dernierement faite entre nous et nostre dit fils le roy d'Angleterre, de faire jurer icelle dite paix par nos diz subjets, et recevoir les serments sur ce ordonnés etre faits, … assembler tel nombre de noz vassaux et subjets du dit pays, et d'autres gens d'armes et de trait que bon luy semblera, et iceux employer, conduire et mener pour resister aux dits ennemis de nous et de nostre dit fils, et à la recouvrance de nostre dit pays (de Languedoc), et remettre sous nostre obeissance tous rebelles et desobeissans, … si donnons en mandement etc. Au commencement de ces lettres, le roy dit : Charles … salut. Comme pour remettre et reduire à nostre obeissance et subjetion notre pays de Languedoc, et icelui tenir soubs nous en paix, justice et bonne tranquillité, soit besoin et expedient de commettre de part nous, personne de grant estat et bonne autorité, loyal à nous et desireux le bien de nous et utilité du dit pays, et soyons informés, … de la bonne volonté etc. de nostre tres cher et feal cousin Jean comte de Foix, pour ce nous ayant tres grand et singuliere confiance en sa loyauté etc., icelluy par l’advis et deliberation de nostre grant conseil, avons commis et commettons … Donné à Saint Pharon lez Meaulx, le 4 mars 1421, de nostre regne le 42.

_______________________________________

Commission donnée au comte de Foix du gouvernemment de Bigorre, et d’y faire jurer le traité de Troyes, à Saint Pharon lez Meaulx, le 4 mars 1421.

_______________________________________

Commission pour le captal de Buch, le connétable de Bordeaux, et Me Guillaume Barrault, pour recevoir le serment de la paix de M. de Foix (1421 v. st.)

In dossier E 430 aux AD 64.

Commission pour mr le captal de Buch, le connetable de Bordeaux et maitre Guillaume Barrault pour recevoir le serment de la paix de mons. de Foix.

Charles par la grace de Dieu roy de France, à nostre tres cher et tres amé cousin Gaston de Foix comte de Longueville et captal de Buch[149], Jehan Radclyf chevalier connetable de Bordeaux, et notre amé et feal premier secretaire

Page 58 / chapitre XXX Foix

maistre Guillaume Barraut, salut et dilection. Comme pour le tres grand bien et evident proufit de nous et de toute la chose publique de nostre royaume, et pour eviter l'effusion du sang humain et aussi pour mettre en paix, repos et tranquilité les royaumes de france et d'Angleterre, qui par longue espace de temps ont esté en guerre, division et mortelle hayne, dont tant de maulx et inconveniens sont venus aux dits deux royaumes, et memement a la Xpotienté, comme il a esté et est assez notoire, et estoient encore en aventure de venir plus grands, se, par la grace de nostre seigneur, provision n'y eust eté mise, nous, par tres grand et meure deliberation de conseil, eue avec nostre tres chiere et très amée compaigne la royne, nostre tres chier et très amé fils le duc de Bourgoigne, les autres pers, arceveques, evesques, et autres gens d'eglise, barons, nobles et communaultés de nostre royaume, ayons depuis nagueres faite, conclue, et jurée solennellement paix final, ferme et estable entre nous et nostre tres cher et très amé fils le roy d'Angleterre, heritier et regent de France, et les royaumes de France et d'Angleterre, la quelle paix nos compaigne et fils de Bourgoigne, et les autres dessus dits ayent par nostre ordonnance et commandement, jurée et affermée, et dernierement en la presence des trois estats mandés et venus par devers nous en nostre ville de Paris, ayons derechief, toujours pour plus seur confirmation, agrée icelle paix, et ordonnée par edict et loy irrevocable que chacun de noz subjets de quelque estat, dignite ou condition qu'il soit, jure la dite paix, et icelle tiengue et garde fermement et inviolablement, et pour ce que, nostre tres cher et très amé cousin, le conte de Foix n'a encore juré la dite paix, comme ont fait nos autres parens, vasseaulx et subgietz, comme dessus est dit, nous, qui ne voulons aucuns de noz vasseaux et subgietz demourer en ce cas en neutralité, partialité ou suspens, mais etre unis, soubs nous leur roy et souverain seigneur, en une mesme obeissance, et soubs une seigneurie souveraine, comme raison est, confiant à plein de vos loyauté et bonne prudence, vous et les deux de vous avons commis et commettons par ces presentes, à requerir, demander et recevoir de nostre dit cousin, le conte de Foix le serment de la dite paix, lequel serement luy ferez faire et recevrez de part nous, selon la forme qui s'ensuit : premierement, vous jurez et promettrez que à tres haut et tres puissant prince Henry roy d'Angleterre, comme  gouverneur et regent du royaume de France et de la chose publique d'icellui, et à ses mandemens et commandemens, vous entendrez et obeirez humblement, loyalement, et diligemment, et en toutes choses, touchant et concernant le gouvernement et regime du dit royaume de France et de la chose publique, sujette à tres haut et tres excellent prince, et nostre souverain seigneur Charles roy de France. Item, que incontinent, aprez le decès de nostre dit souverain seigneur Charles roy de France, et continuellement, vous serez loyaulx homes liges, et vrays subgiets du dit tres hault et très puissant prince

Page 59 / chapitre XXX Foix

Henry roy d'Angleterre et de ses hoirs perpetuellement; et icellui, comme votre souverain seigneur et vray roy de France, sans opposition, contradition ou difficulté, aurez et recevrez, et à lui, comme vray roy de France, obeirez, et que jamais à nul autre, comme a roy et regent de France n'obeirez, sinon à nostre dit souverain seigneur Charles roy de France, et au dit tres hault et très puissant prince Henry roy d'Angleterre, et à ses hoirs. Item, que vous ne serez en aide, conseil ou consentement que le dit tres haut Henry roy d'Angleterre perde la vie ou membre, ou soit prins de mauvayse prise, ou quel il sueffre dommaige ou diminution en ses personne, etat, honneur ou choses quelquonques; mais se vous sauvez ou cognoisisez aucune telle chose estre contre lui, pensée ou machinée, vous l'empescherez en tant comme vous pourrez, et par vous mesmes, messaiges ou lettres, lui ferez savoir le plus tot que faire le pourrez, et generalement, vous jurez que, sans dol, fraude ou mal enging, vous garderez et ferez observer et garder toutes les choses, poins et articles contenus ez lettres et apointemens de la dite paix final, faite, accordée et jurée entre nostre dit souverain seigneur Charles roy de France et le dit tres haut et tres puissant prince Henry roy d'Angleterre, sans en jugement ne dehors, directement ou indirectement, publiquement ou secretement, par quelquonque couleur ou ombre que ce soit, ou puisse etre, venir ou faire venir, ou consentir etre fait au contraire des choses, articles ou poins dessus dits, ou d'aucun d'iceulx, mais en toutes manieres et voies possibles, tant de fait comme de droit, resisterez à tous ceux, qui viendront, ou attempteront, ou s'efforceront de faire venir ou attempter à l'encontre des choses, articles ou poins dessus dits, ou d'aucun d'iceulx. Et, pour ce que de nouvel nous avons commis et ordonné nostre dit cousin de Foix gouverneur pour nous de nostre pays de Languedoc, pour raison du quel gouvernement, et pour autres causes et considerations à ce nous mouvans, voulons et desirons qu'il fasse en vos mains les serments, contenant la forme qui s'ensuit : vous jurez et promettrez que, sans aucun delai, vous ferez jurer la dite paix, et les poins et articles contenus en icelle, par les gens des trois etats, et communautés des bonnes villes de vos terres et paiis, etant ou royaume de France, et duchie de Guienne. Item, que vous gouvernerez bien et dueement et loyalement le pays de Languedoc à l'honneur et utilité des dits roys, et en leur obeissance le garderez, et leur restituerez toutes fois qu'il leur plaira; et ne baillerez ou delivrerez, ne souffrerez etre baillé ou delivré, le dit pays, ne les cités, villes, chasteaux ou forteresses d'icellui, ne aucun d'icelles, à quelquonque personne, se non aux dits rois, ou à leurs commis et deputés. Item, que de chacun cappitaine et officier royal du dit pays de Languedoc vous recevrez pareil serment, et leur ferez jurer la dite paix. Item, que vous restituerez aux dits rois les terres de Leutre, de Thor, de Talemont, de Marquefauve, et le comté de Bigorre, au cas que vous ne monstrerez icelles etre vostres dedans le terme et par la maniere accordée en certaines lettres données à Saint Pharon les Meaulx, le III jour de mars, l'an de grace M CCC vint et ung. Item, que vous ferez diligence d'avoir ou service des dits rois, en votre compagnie, et soubs vous, le nombre

Page 60 / chapitre XXX Foix

de gens d'armes et de trait dont Bertrand de Dommaisan escuyer, Jehan de Forcon licentié en droit canon, et Jehan de Santerisse escuyer, vos conseillers, ambaxadeurs, procureurs et messagers en ceste partie, ont eté d'accord avec les dis rois par les dites lettres; c'est à savoir jusques à mil et cinq cens paiés, et que vous les emploierez à faire guerre a celui qui se dit daulphin, et a ses aliés et adherens et complices, ennemis et adversaires, desobeissans et rebelles des dits roys; et ferez la plus grande diligence que vous pourrez à remettre le pays de Languedoc en la subjection et obeissance des dits roys; et commencerez à faire guerre et entendre a la recouvrance des dits pays dedans le premier jour de juing prochain venant. Item, que vous ferez et accomplirez, de votre part, toutes les choses dont (ont) esté d'accord vos dits ambaxadeurs, selon la forme et teneur des dites lettres données, à Saint Pharon les Meaulx, le III° jour de mars, l'an de grace mil CCCC vint ung, comme dit est, et que vous baillerez vos lettres confirmatoires de celles que vos dessus nommés ambaxadeurs, procureurs et messagers ont baillé aux dits rois, desquels serments qui ainsi seront faits par nostre dit cousin le comte de Foix, voulons lettres patentes etre faites et scellées de son scel et à nous renvoyées, le plus tost que faire se pourra. Donné à Saint Pharon les Meaulx, le VIII jour de mars l'an de grace mil CCC vint et ung, et de nostre regne XLIJ. Par le roy à la relation du grand Conseil. De Vinel.

_______________________________________

Traité de paix entre les rois de France et d’Angleterre, connu sous le nom de traité de Troyes (1420)

In dossier E 430 aux AD 64.

[150]Littera pacis inter reges Franciae et Angliae initae. In latino.

Karolus, Dei gratia Francorum rex ad perpetuam rei memoriam. Licet celebres … atque varii, per Franciae et Angliae regnorum reintegranda pace, evellendisque dissidiis inter clarae memoriae nobiles progenitores nostros ac inclitae recordationis progenitores serenissimi principis, praecarissimi filii nostri, Henrici regis Angliae haeredis Franciae, nosque et praefatum filium nostrum hactenus habiti expectatum inde pacis fructum non attulerint. Notum facimus tam praesentibus quam futuris, quod nos nichilominus ultra praemissa in nostrae conscientiae liberamine sinceriter ponderantes, quam grandia, quam irreparabilia mala, quamque enormem laesionem quamque universalem ac inmandicabilem plagam dictorum regnorum deploranda division huc usque intulerit, non eis solum, sed et toti prohdolor ecclesiae militanti, nuper cum praefato carissimo filio nostro, Henrico rege Angliae pacis tractatum resumpsimus, in quo tandem post plurima nostrorum collationes mutuas et colloquia illo nostris effectum desideriis largiente, qui pacem pollicetur hominibus bonae voluntatis inter nos et eundem filium nostrum, in ipso desideratissimae pacis negotio conclusum est et concordatum in eum qui sequitur, modum: In primis quod quia per fedus conjugii, pro bono dictae pacis initi, inter ipsum filium nostrum regem Henricum, et carissima(m) filiam nostram Katherinam, ipse nobis atque carissimae consorti nostrae Hysabelli filius effectus est; idcirco nos et praefatam consortem nostram ut patrem et matrem habebit ac venerabitur, et ut decet venerari tales et tantos principem et principissam, ymo praecunctis aliis personis temporalibus mundi. Item, quod filius noster rex Henricus non turbabit ne inquietabit aut impediet nos, quominus teneamus et possideamus, quoad vixerimus, quathenus tenemus et possidemus de praesenti, coronam et dignitatem regalem Franciae et redditus, fructus et proventus eorumdem ad sustentationem status nostri et onerum regni et praefata

Page 61 / chapitre XXX Foix

consors nostra etiam teneat quamdiu vixerit statum et dignitatem reginae, secundum morem regni praedicti, cum parte praefatorum reddituum et proventuum sibi congrua et convenienti. Item, concordatum est, quod dicta filia nostra Katherina percipiet et habebit dotem in regno Angliae, quemadmodum reginae Angliae hactenus percipere et habere consueverunt, videlicet ad summam quadraginta millium scutorum annuatim; quorum duo semper valeant unum nobile anglicanum. Item, concordatum est, quod dictus filius noster rex Henricus viis modis et mediis quibus poterit, absque transgressione vel offensa juramenti per ipsum praestiti de observando leges consuetudines usus et jura dicti regni sui Angliae, laborabit et providebit, quod praefata Katherina filia nostra consors sua, citius quo fieri poterit, efficiatur in omnem eventum plene secura, de precipienda et habenda in dicto suo regno Angliae, a tempore obitus sui, dote praedicta quadraginta millium scutorum annuatim quorum duo semper valeant unum nobile Angliae. Item, concordatum est, quod si contingerit praefatam filiam nostram ipsi filio nostro Henrico  regi supervivere[151], percipiet ipsa et habebit in regno Franciae, immediate a tempore obitus dicti filii nostri, dotem ad summam viginti millium francorum annuatim, de et super illis terris, locis et dominiis quae tenuit et habuit in dotem, inclitae recordationis carissima domina nostra Blancha quondam conthoralis recolendae memoriae carissimi domini et proavi nostri Philippi regis Franciae. Item, concordatum est, quod immediate post obitum nostrum et ex tunc deinceps, corona et regnum Franciae cum eorum juribus et pertinentiis universis manebunt et erunt praedicti filii nostri Henrici regis et heredum suorum in perpetuum. Item, quod pro eo, quod nos tenemur ut plurimum et praepedimur adversa valetudine, per eum modum, quod non poterimus in persona nostra intendere seu vacare disponendis regni negotiis, quod idcirco ad totam vitam nostram facultas et exercitium regendi et disponendi rem publicam praedicti regni Franciae consilio nobilium et prudentium ejusdem regni nobis obedientium, qui commodum et honorem ipsius regni dilexerint, penes eundem filium nostrum regem Henricum erunt et manebunt. Item, quod ex nunc deinceps ipsam per se ipsum, ac etiam per alios, quos cum consilio praefatorum nobilium ad hoc duxerit deputandos, regere possit et gubernare quibus quidem facultate et exercitio regendi, sit penes eundem filium nostrum regem Henricum existentibus efficaciter et diligenter et fideliter laborabit et intendet ad id quod esse possit et debeat ad honorem Dei et nostri ac dictae consortis nostrae, necnon ad bonum publicem dicti regni, et ad ipsum regnum cum consilio et auxilio procerum, magnatum et nobilium ejusdem regni defendendum, tranquillandum et pacificandum ac regendum secundum exigentiam justitiae et aequitatis. Item, quod idem filius noster, pro posse suo, faciet quod curia parlamenti Franciae custodiatur, et observetur in auctoritate et superioritate suis et sibi debitis in omnibus et singulis locis nobis nunc aut in futurum subjectis. Item, quod praefatus filius noster

Page 62 / chapitre XXX Foix

pro posse suo, tuebitur et conservabit omnes et singulos pares, nobiles, civitates, villas, communitates et singulares personas nobis, nunc aut in futurum subjectas, in eorum juribus, consuetudinibus, privilegiis, praeeminentiis, libertatibus et franchisiis eisdem competentibus sive debitis in locis quibuscumque nobis nunc aut in futurum subjectis. Item, quod ipse filius noster diligente et fideliter pro posse suo laborabit et faciet quod justitiae complementum administrabitur et fiet in dicto regno Franciae secundum consuetudines et jura ejusdem regni absque personarum acceptione[152] … Item, quod idem filius noster laborabit pro posse suo et quam citius vel commode poterit ad ponendum in obedientiam nostram omnia et singula civitates, villas, castra, loca, patrias et personas infra regnum nostrum nobis inobedientia et rebellia, tenentia partem illam seu existentes de parte illa vulgariter nuncupata Delphinii seu Armagniaci. Item, ut praemissa commodius, securius et liberius facere, exercere et implere idem filius noster valeat, concordatum est quod proceres, magnates et nobiles ac status regni praedicti, tam spirituales quam temporales, necnon civitates, communitates ac cives et burgenses villarum ejusdem regni, pro tempore nobis obedientes, praestabunt juramenta quae secuntur : Imprimis, quod ipsi filio nostro regi Henrico facultatem et exercitium disponendi et regendi dictam rem publicam gerenti, ac ipsius jussionibus et mandatis humiliter et obedienter in omnibus, exercitium regiminis dicti regni concernentibus et per omnia parebunt et intendent. Item, quod ea quae inter nos et consortem nostram reginam et dictum filium nostrum regem Henricum cum consilio eorum, quos nos (et) ipsa consors nostra et dictus filius noster ad hoc duxerimus adhibendo apunctuata sunt aut fuerint et accordata, ipsi proceres et magnates nobiles ac status regni nostri praedicti, tam spirituales quam temporales, necnon civitates et notabiles communitates ac cives et burgenses villarum ejusdem regni quathenus eos et singulos eorum concernere poterit in omnibus et per omnia bene et fideliter observabunt et pro posse suo sic facient ab aliis quibuscumque observari. Item, quod continuio ab obitu et post obitum nostrum, ipsi erunt fideles homines ligii dicti filii nostri et heredum suorum ac eundem filium nostrum pro domino suo ligeo et supremo ac vero rege Franciae[153], absque oppositione, contradictione seu difficultate recipient et admittent ac pro tali obedient, et quod praeterquam nobis nulli unquam post hoc tanquam regi aut regenti regni Franciae obedient, nisi dicto filio nostro regi Henrico, et heredibus suis etc. … Item concordatum est quod dictus filius noster nullas impositiones aut exactiones imponet aut imponi faciet subditis nostris absque causa rationabili et necessaria, nec alias quam pro bono publico ipsius regni Franciae et secundum dictamen et exigentiam legum et consuetudinum rationabilium et approbatarum ejusdem regni. Item quod … ambae coronae, scilicet Franciae et Angliae, perpetuis futuris temporibus simul commanebunt et erunt in una et eadem persona, videlicet in persona praedicti filii nostri regis Henrici, ex tunc a        d vitam suam et ex tunc deinceps in personis heredum suorum, etc. … juvabuntque se regna praedicta consiliis, auxiliis et assistentiis suis mutuis adversus quoscumque qui eis aut alteri eorumdem regnorum vim, injurias, etc. inferre … conabuntur ... Item, consideratis exhorrendis et enormibus criminibus et

Page 63 / chapitre XXX Foix

et facinoribus per Karolum pro delphino Viennensi se gerentem in dicto regno Franciae perpetratis; concordatum est, quod nos nec filius noster rex Henricus supradicutus, nec etiam dictus filius noster Philippus dux Burgundiae[154] aliquem cum dicto Karolo pacis aut concordiae tractatum inhibimus seu iniri faciemus seu facient, nisi de consilio et assensu omnium et cujuslibet nostrorum ac trium statuum utriusque regnorum praedictorum. Item, concordatum est, quod nos super praemissis omnibus et singulis ultra litteras nostras patentes magno sigillo nostro sigillatas, dabimus dari et fieri faciemus filio nostro Henrico regi supradicto litteras patentes approbatorias et affirmatorias dictae praecarissimae consortis nostrae, dicti filii nostri Philippi ducis Burgundiae et aliorum de sanguine nostro regali ac procerum ac magnatum ac civitatum et villarum nobis obedientium; quarum litteras in ea parte dictus filius noster rex Henricus a nobis exigere voluerit (meme precaution exigee du roy d’Angleterre, de ses freres, de princes de son sang et des grands etc., qui lui obeissent). Quae omnia et singula suprascripta nos Karolus rex Francorum supradictus, pro nobis et heredibus nostris, quatenus nos concernere poterit, nos et dictos heredes nostros absque dolo, fraude aut malo ingenio facturos, impleturos et observaturos promisimus et promittimus in verbo regio et juravimus et juramus ad sancta Dei evangelia etc. … Et ut haec stabilia et firma perpetuis maneant temporibus, nos praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Datum Trecis, die vigesima prima mensis maii[155], anno Domini millesimo quadringentesimo vigesimo, et regni nostri quadragesimo[156].

Per regem in suo concilio. Jehinel. (en 8 pages et demi).

Litterae pacis regem Franciae et Angliae in gallico :

Charles par la grace Dieu roy de France à perpetuelle memoire[157]. Combien que pour reintegrer la paix et oter les dissentions des royaumes de France et d’Angleterre plusieurs notables et divers traitiés qui au temps passé ont eté faits entre nos nobles progeniteurs de bonne mémoire et ceux de tres hault prince et notre tres cher chier fils Henri roy d’Angleterre heritier de France et aussi entre nous et notre dit fils n’ayent aporté le fruit de paix pour ce desiré, scavoir faisons à tous presens et advenir que neantmoins nous considerans et pesans en notre cuer qu’aus grans et irreparables maulx, quantes enormités et quelle doloreuse plaie universelle et incurable la division des deux royaumes dessus dits a jusques ici mis et aporté non pas tant seulement aux dits royaumes mais à toute l’eglise militant, nous avons nagueres reprins traitié de paix avec notre dit fils Henri etc. Et le reste du meme temps et meme date. [158]

_______________________________________

Lettres patentes de Louis duc d’Anjou, par lesquelles il mande aux seigneurs de Montallais, de Parthenay, de Mauny, etc., de laisser au comte de Foix, s’il en a besoin, les forteresses dont ils sont capitaines, et d’aller à lui avec leurs compagnies, quand il le leur mandera (1377 v. st.)

In dossier E 410 aux AD 64

[159]Lettres patentes de Loys duc d’Anjou frere du roy, son lieutenant en toute la Langue d’Oc, par lesquelles il mande à : messire Jehan sire de Montalhais cappitaine general en duchié de Guienne de par luy deputé, Henric de Leymagrinas capitaine de Duras, de Marmande et de Montsegur, Geoffroy de Parthenay capitaine de Langon, Alain de Mauny cappitaine de Landiras et autres, de laisser au comte de Foix, s’il en a besoin, leurs forteresses garnies suffisamment, et d’aller à lui avec leurs compagnies, quand il le leur mandera. Donné à Thoulouse le 6 mars 1377.

_______________________________________

Sauf-conduit donné par Edouard prince de Galles, au comte de Foix, à qui il avait mandé de se rendre auprès de lui (1366)

In dossier E 409 aux AD 64.

[160]Sauf-conduit donné par Edouard prince de Galles au comte de Foix qu’il avoit mandé de venir auprès de luy (comme ci-dessus) pour luy et pour ceux qui seront en sa compagnie, jusqu’au nombre de 200 à cheval. Donné à notre ville de Liborn, le 23 septembre 1366 (soixante et six). En parchemin, scellé.

_______________________________________

Page 64 / chapitre XXX Foix

Lettres de Louis duc d’Anjou, frère du roi, et son lieutenant en Languedoc, par lesquelles il promet au comte de Foix, jusques à la quantité de mille marcs d’or (1376)

In dossier E 410 aux AD 64

[161]Loys fils de roy de France, frere de monsieur le roy et son lieutenant en toute la Langue d’Oc, duc d’Anjou et de Touraine et comte du Maine, au seneschal des Landes et à tous autres justiciers et officiers royaulx de la dicte seneschaucée, et à notre bien amé Jaque Jogimel maistre general et à tous autres maistres des monoyes de monseigneur et à chacun d’eux et à leurs lieutenants, salut. Comme par un certain traictié et accord que nous eusmes avec nostre tres cher et ame cousin messire Rogier Bernard de Foix, vicomte de Castelbon quant il vint à l’obeissance de monsgr et la nostre, entre les autres choses que nous li octroyames parmi le dit traictié, nous li ayons accordé qu’il puisse faire monoyer et faire battre monoye blanche et noire tant seulement, en un de ses lieux quel qu’il lui plaira, qu’il a à present ou aura, hors toutes foyes les trois seneschaucies de Thoulose, Carcassonne et Beaucaire, et que de l’emolument et profit qui yssera de la dite monoye, mon dit sgr aie et doie avoir la moitié, et nostre dit cousin l’autre moitié, et de parmi certaines conditions et retentions contenues plus à plain au dit article, et pour ce que nous aye nostre dit cousin supplié que de nostre grace especial nous li veuillons octroyer que pour une fois il puisse faire monoyer et faire faire monoye d’or, jusques à la quantité de mil mar(c)s d’or, en laquelle mon dit sgr aura la moitié du profit, qui en vendra, savoir faisons que nous voulons complaire à nostre dit cousin, de tout nostre pooir li avons octroyé et octroyons par ces presentes de grace especial et auctorité royal dont nous usons en cette partie, congié et licence qu’il puisse jusques à la dite quantité de mil mars d’or faire monoyer et faire faire monoye du coing, du poys, de l’aloy et de autel taille qu’il est accoutumé de faire ez autres monoyes de monsgr ou sera dedans deux ans que nous li donnons le terme depuis l’institution de la dite monoye et voulons que les diz mil marx d’or dedans le dit temps face monnoyer une fois tant seulement [p…] que mondit sgr aura ladroite moitié de tout le profit et emolument qui en escharia, et par la propre manière et conditions et retentions contenues au dit article, et avec ce voulons que ou cas que en la dite monoye vous maistres dessus dits, ne trouverez ouvriers monoyers et autres officiers et personne soufficiens pour faire la dicte monoye d’or, vous y en mettez et instituer qui soient à ce souffisans et expers, et se metier est, la faitez triefve expedition du dit fait, si vous mandons et commendons et que nostre dit cousin laissiez joir et user paisiblement de nostre dite grace et octroy, car ainsi le voulons nous etre fait, non obstant l’instruction contenue au dit article (de) ces presentes apres le terme de deux ans, la dite institution de la dite monoye non vallables. Donné à Tarbes le VI jour de fevrier, l’an de grace mil CCC soixante et seize, par monsr le duc, present le seneschal de Beaucaire. En parchemin, etoit scellé d’un sceau pendant à une lemnisque decoupée, aujourd’hui arrachée. Signé plus bas : Haluyn.

_______________________________________

Page 65 / chapitre XXX Foix

Acte par lequel l’abbé de St Antonin de Pamiers, prend sous sa protection et défense un juif nommé Bonjo, et toute sa famille (1256)[162]

In dossier E 418 aux AD 64.

[163]Notum sit cunctis quod ego M. abbas ecclesiae sancti Antonini Appamiarum nomine nostro et conventus, recipio te Bonjo judeum filium quondam Beslinenga et totam familiam tuam et omnes res tuas mobiles et immobiles praesentes ac futuras sub nostra speciali manutentia, deffensione, amparentia et ducatu. Ita quod ab hac praesenti die in antea manuteneam ac deffendam te praedictum Bonio judeum et totam tuam familiam et omnes tuas res quaecumque fuerint et ubicumque, et a nullo gravari vel molestari permittans bona fide, et sit salvus et securus quamdiu in dicta manutenentia stateris, infra villa Appamiarum et extra villam in eundo et redeundo et permanendo et aliis aliquibus locis ubicumque potestatem habeo, vel habere potero, aliquo modo ad omnem tuam voluntatem. Idcirco ego Bonjo judeus dabo vobis domino abbati Appamiarum et vestris singulis annis in festo nativitatis Domini, unum marbotinum aureum, quamdiu in vestra manutenencia permanebo, promittens vobis in nostra lege quod, vobis et domino Appamiarum, sim bonus et fidelis ut bonum decet judeum bona fide. Ut autem praesens pagina robur obtineat firmitatis sigillo proprio feci munimine roborari. Datum Appam., kal. octobr., regnante Ludovico rege Francorum, anno Domini M° CC° LVI°. En parchemin, scellé, pend un cordon de soye rouge et jaune, le sceau est perdu.

_______________________________________

Lettre de Roger comte de Foix et vicomte de Castelbon, à Raimond comte de Toulouse (1242)

In dossier E 396 aux AD 64.

[164]Illustri et nobilissimo viro domino R. Dei gratia comiti Tholosae, March. provinciae, duci Narbon., Rogerius eadem gratia comes Fuxi, vicecomes Castriboni, salutem. Et si posset sine periculo animae et corporis et metu exheredationis imminentis et evidentis et famae dispendio in omnibus et per omnia elaborare ad suam gratiam retinendam, a memoria celcitudinis vestrae excidisse non credimus qualiter nos in pace quam cum domino rege Franciae fecistis Parisius, patrem nostrum clarae memoriae R. B. comitem Fuxi non solum in guerra dimisistis sed promisistis quod faceritis ei vivam guerram. Et tandem patrem nostrum licenciastis ut qualemcumque pacem vel compositionem cum rege faceret supradicto et cum Ecclesia, quam pacem fecit ut potuit, set non ut voluit, se et heredes suos obligando multis pactis et conventionibus interpositis quae nostram erga vestrum auxilium bonam voluntatem et vestram voluntatem impediunt in hac parte praedicta credimus vos memoriter retinere qualiter eundem patrem nostrum fideijussorem pro vobis praestitistis Ecclesiae et et absolvistis eum ab omni nexu fidelitatis et homagii et juramenti quibuscumque vobis teneretur, et de adherendo sibi contra nos jurare fecistis si unquam guerram contra regem vel Ecclesiam faceretis, nec debet vestra nobilitas indignari, si nos in excusationem nostri

Page 66 / chapitre XXX Foix

veridicam et evidentem referimus exheredationem quam patri nostro praedicto fecistis et nobis facitis de terra Sancti Felicis et pertinentiis ejus et multis aliis locis et nunc noveriter addistis exheredationem aliorum castrorum quae dictus rex nobis contulerat, in terra Carcasson., licet in eisdem castris nullam jurisdictionem haberetis, et eadem castra collata fuerunt nobis in recompensationem terrae nostrae quam pro vobis et pro guerra nostra amiserat pater noster, cum igitur dominus rex Francorum cui homagium et juramentum fidelitatis praestitimus de vestra voluntate … qui etiam nos multis beneficiis, non solum in redditione castrorum quae nobis meliorata et inforciata reddidit, non deductis expensis quas forte posset rationabiliter repetere set nos in multis aliis honoravit, nunc instantissime nos quibuscumque potest modis urgeat et litet et requirat ut eidem contra vos auxilium et juvamen sine dilatione tribuamus et ejus praeceptis sine reatu perjurii et dampno exheredationis et infedilitatis nota et famae dispendio grave nullatenus valeamus nec aliquas in ducias obtinere celcitudini vestrae praesentibus intimamus quod eidem domino regi et Ecclesiae volumus et proponimus fideliter adherere, nostrum eisdem juvamen et consilium prout poterimus impendendo, reputantes nos in hac parte a fidelitate vestra et homagio penitus absolutos, nec indignetur vester animus si nos praedictis rationibus moti et coacti vos deinceps inpugnamur, unde significamus vobis quod pro guerra quam pro rege vel Ecclesia deinceps vobis faciemus de fidelitate vel homagio vobis nullatenus teneamur. Datum Appam., III° nonas octobr., anno Christi m° CC° XL° secundo.

In nomine Domini notificatur cunctis praesentem paginam inspecturis, quod istas litteras destinavit dominus comes Fuxi praedictus de consilio et assensu abbatum M., Dei gratia Appam., G., Fux., P., Lesati et magistri Ar. de Cumpianhan sacristae Appam., et fratris R. gardiani Fratrum Minorum, et promiserunt eidem domino comiti se perhibituris testimonium coram domino rege Francorum et Ecclesia in praemissis, in cujus rei testimonium habendum sigilla sua posuerunt. En parchemin, au bas duquel pendent cinq petites bandes de parchemin qui soutenoient les sceaux, lesquels sont perdus.

_______________________________________

Quittance donnée par Hélie Taleyrand, comte de Périgord, au nom de dame Brunissende de Foix, sa femme, de la somme de 6.000 livres de tournois noirs, pour la dot de celle-ci, et donation faite pour cause de noces par ledit comte, à la même Brunissende, de 3.000 livres (1296)

In dossier E 399 aux AD 64 (à vérifier).

[165]Noverint universi praesentes et futuri quod nobilis vir dominus Helias Taleyrandi Dei gratia comes petragoricensis, vicecomes Leomaniae et Altivilaris, in praesentia discreti viri magistri Arnaldi de Sancto Dyonysos jurisperiti, tenentis locum discreti viri domini Arnaldi magistri judicis curiae domini vicarii Tholosae, et mei notarii publici … sua gratuita volens tale recognovit et in veritate confessus fuit mihi notario infrascripto, stipulenti et recipienti vice et nomine nobilis dominae dominae Brunissendis uxoris suae, filiae nobilis nostri domini Rogerii Bernardi Dei gratia comitis Fuxi

Page 67 / chapitre XXX Foix

absentis habuisse et recepisse ab ipsa domina Brunissendi nomine dotis et matrimonii inter ipsum dominum Heliam Taleyrandi et dictam dominam Brunissendi ejus uxorem contracti, sex milia librarum turon. nigrorum in pecunia numerata de quibus se habuit et tenuit se pro bene pacato et contento, vero quiam dos donationem propter nuptias meretur, idcirdo dictus dominus Helias nomine donationis propter nuptias dedit et constituit dictae uxori suae tria milia librarum turon. nigrorum et praedictam dotem et donationem propter nuptias eidem dominae Brunissendi uxori suae et mihi notario infrascripto stipulenti et recipienti pro ipsa domina Brunissendi uxore sua et ejus orderio et heredibus misit, posuit et assignavit super castris de Altovilari et de Montepavone cum suis honoribus, juribus, dex et pertinentiis, redditibus et fructibus eorum, hoc pacto et in pactum deducto, quod si contingat dictam dominam Brunissendam praedecedere virum suum praedictum non existantibus liberis ex eo matrimonio procreatis, quod praedictus dominus comes teneatur, utatur et fruatur toto tempore vitae suae quandiu vixerit praedictis rebus supradictis in dotem. Post decessum vero praenominati comitis, dos praedict. revertatur integro absque contradictione et impedimento quocumque ad propinquiores de parentela dominae Brunissendis praedictae … Et si vero contigerit ipsum dominum comitem praedecedere dictam dominam Brunissend. uxorem suam, est detum et in pacto deductum, quod praedicta dos dictae dominae Brunissendi uxori suae reddatur, una cum praedicta donatione propter nuptias quod voluit in hoc casu praedictam dominam lucrari sine aliquo retentu …. La commission de la comtesse Brunissende au notaire est ainsi datée : In cujus rei testimonium … Datum Tholosae die martis post festum dedicationis sancti Michaelis, anno Domini M° CC° nonagesimo sexto. Et l’acte de Helie Taleyrand : Actum fuit hoc VIa die introitus novembris anno Domini (al. Incarnat.) millesimo ducentesimo nonagesimo octavo, regnante Philippo Franc. rege, et Arnaldo Rogerii Tholosae episcopo. Hujus rei testes sunt Frumus Dudree, Guillelmus de Vaqueriis, Ademarus Parati burgenses Tholsae et Altivilaris, Bozo frater dicti domini comitis et Raymundus de Sivis publicus Tholosae notarius etc. En parchemin, scellé. Il ne paroit que les trous du cordon, et au bas de l’acte paroissent les moitiés de grandes lettres, per alphabetum dividentes.

_______________________________________

ARMOIRE DE BIGORRE

Liasse des acquisitions cott. 34, transportée de l’armoire de Bearn. Acquisition.

 

Accord entre le duc d’Anjou, et Gaston-Phébus, pour la reddition du château de Lourdes (1376 v. st.)

In dossier E 302 aux AD 64.

[166]Gaston par la grace de Dieu comte de Foixs, senhour de Bearn, viscomte de Marsan et de Gavardan, à tous qui ces presentes verront et orront, je fais savoir que j’ay promis et promets sur ma bonne foy à mon très cher et très puissant seigneur monsire le duc d’Anjou que, ou cas que entre ci à la feste de Pasques prochain venant il m’aura envoyé par messire James Ysalguier seneschal de Bigorre les lettres tielles comme il les emporta, ordenées, scellées du dit scel dudit monsire le duc et signées de sa mein, et aussi la somme de vint mile et cent francs d’or pour bailler au chapitene et compagnons qui sont au château de Lourde ou par autre manière, je auray à mamain ledit chateau de Lourde et celui bailleray au roy mon sire

Page 68 / Armoire de Bigorrre, liasse aquisitions

sire toutes fois que par lui en seray requis en payant à moy presentement la somme de quarante mille francs d’or, ou en cas que je ne peusse avoir le dit château, le rendray les diz vint milie francs si pris les avoye en contenant que j’en seray requis par le roy mon sire ou par mon sire le duc, et pour ce tenir et accomplir, j’ay obligié au dit monsire le rou tous mes biens presens et endevendeurs. Et en tesmoing des chouses dessus dictes, li ay ordonnées ces lettres scellées de moi, scel en pendant et signée de ma propre main. A Pau, le XXIIe jour de febvrier l’an de grace mil CCC LXXVI. Et signé plus bas de sa propre main : FEBUS. Et pend au bas du titree en parchemin, à une lemnisque decoupée en cire rouge le sceau de Gaston Phebus, comte de Foix. L’ecu est renversé, et la pointe d’en haut surmontée d’un heaulme. Les armoiries sont ecartelées au 1 et 4e de Foix, au 2 et 3 de Bearn, qui sont deux vaches passantes, l’une posée au dessus de l’autre.

_______________________________________

Plaintes faites au roi Philippe de Valois, par la noblesse de Languedoc, Périgord, Rouergue, etc. (1338)

Référence non connue aux AD 64.

[167]Philippus Dei gratia Francorum rex ad populorum regimen et tuthelam constitutae sunt in orbe terrarum ab eo per quem reges regnant et regum et principum potestates, in virga aequitatis et justitiae regant et in pace custodiant sibi subditas nationes. Cum itaque nobis ex parte dilectorum et fidelium nostrorum comitum, baronum et aliorum nobilium justitiam altam, seu merum imperium habentium, senescalliarum Tholosae, Bellicadri et Nemausi, Carcassonae et Biterris, Petragoricensis et Cathurcensis ac Ruthenensis et Bigorrae et ressortorum earum, prout se et suis subditis plures quaerimoniae nuper porrecto fuissent, inter alia continentes, quod ipsis districta seu diminuta fuerant in guerris nostris Vasconiae anni presentis stipendiaque in guerris Vasconiae percipere consueverunt praedecessorum nostrorum temporibus ab antiquo. Solebat enim quod quilibet habens equum precii XXV librarum turonensium, vel majoris precii, debebat habere per diem septem solidos et sex denarios turonenses. Et si essent minoris precii XXV librarum turonensium, debebat habere quinque solidos turonenses. Item quod quilibet serviens pedes debebat habere per diem XV denarios turonenses; gentesque nostrae recusaverunt solvere pro homine equite, si equus non esset coopertus, vel posset cooperiri ferro, ultra quinque solidos turonenses, et pro serviente pedite noluerunt solvere (3 mots effacés), quod in dictorum comitum, baronum et nobilium ac subditorum suorum, tam nobilium quam innobilium, grave prejudicium redundare dicebant, et plura gravamina sibi et suis subditis per senescallos, officiales (mot effacé) nostros illata fuisse dicebant, ante et post tempus quo regnantium dominus ad regni solium nos provexit, suas libertates, privilegia et consuetudines infringendo, suaque jura, praedicti conquerentes ex ordinatione et mandato nostris, duos ex se ipsis, (mot effacé) senescalliarum praedictarum ad nostram (7 à 8 mots dechirés) ac concordandi nobiscum super stipendiis, tam praeteritis quam futuris, pro se et subditis suis, et super aliis gravaminibus quae nobis ducerent exponenda,

Page 69 / Armoire de Bigorrre, liasse aquisitions

quod nobis seriose omnia et singula de quibus conquerebantur, exponere curaverunt, supplicantes per nos provisionem nostram super hiis exhiberi. Auditis igitur praedictis dest… (5 ou 6 mots effacés) ipsis super stipendiis praedictis, suo et alirum comitum, baronum et nobilium nomine composuimus et concordavimus super stipendiis et aliis pro se et suis subditis nobilibus et innobilibus persolvendis, prout sequitur :

In primis ordinatum et concordatum est, quod a modo in perpetuum in guerris nostris balistarii pedes pro stipendiis per diem in dictis senescalliis et in toto ducatu Aquitaniae et in partibus Arverniae, XV denarios. Item, serviens pedes sine ballista, in locis praedictis, XII denario. Item, scutifer eques habens equum pretii XXV librarum turonensium, vel majoris precii, per diem sex solidos et sex denarios turonenses. Item, concordatum est quod in dictis partibus ac ubique (2 mots dechirés) intra regnum Franciae, miles cum baneria capiet viginti solidos. Item, miles simplex decem solidos turonenses.

Item, scutifer habens equum precii quadraginta librarum, vel majoris precii .... fero, corio, cornu vel platis, capiet septem solidos t. et sex denarios turonenses. Item, nobilis homo pedes armatus tunica gambesata et basineto, capiet duos solidos turonenses, et sic magis sicut decet armatus, capiet duos solidos et sex denarios. Item, concordatum est quod scutifer habens equum precii XXV librarum turonensium, vel majoris precii non coopertum corio, ubicumque et infra regnum Franciae, septem solidos turonenses, exceptis partibus dictarum senescalliarum et Aquitaniae et Averniae, ubi dumtaxat capiet sex solidos et sex denarios turonenses. Item, servientes pedites sine arbalistarum, sive alii ubique infra regnum Franciae, XV denarios turonenses, exceptis partibus dictarum senescalliarum et Aquitaniae et Arverniae, ubi servientes pedites sine arbalistis capient dumtaxat XII denarios turonenses. Item, miles cum duplici baneria et scutifer cum baneria, capiet stipendia per totum regnum Franciae, … modo temporibus retrolapsis. Et sic dicti comites, barones et nobiles pro se et suis subditis nobilibus et innobilibus, stipendiis supradictis erunt contenti. Ea propter notum facimus universis tam praesentibus quam futuris, quod nos dignum et congruum arbitrantes, quod dicti comites, barones et nobiles, (3 ou 4 mots effacés) praemissorum, quam pro eo quod pro honore nostro et praedesessorum nostrorum exposuerunt liberaliter se et sua personarum pericula et rerum dispendia non timentes, regiam debent clementiam favorabilem invenire, non solum in hiis quae ex justitiae debito, sed de gratia requiruntur. Idcirco ad supplicationem eorum statuta, ordinationes, prohibitiones et …iones fecimus eis et concessimus infrascriptas irrefragabiliter et in perpetuum valituras, quibus supernae dono clementiae, speramus fructum justitiae pacis et modestiae in dictarum senescalliarum partibus observari. In primis ordinamus et praecipimus per senescallos, receptores, thesaurarios seu capitaneos aut deputatos nostros, et successorum nostrorum et eorum successores pro se et suis subditis, nobilibus et innobilibus

Page 70 / Armoire de Bigorrre, liasse aquisitions

cum ex parte nostra mandati fuerint, vel ad gratias nostras accedant, mutuum (4 mots effacés), secundum statutum cujuslibet eorumdem super stipendiis suis plus vel minus, secundum locorum distantias, ut commodius absque suorum dampnosa distractione … [168]Statuimus etiam concedentes quod aliqua subsidia vel exactiones ab eis vel eorum subditis nobilibus vel innobilibus ex parte nostra, vel successorum nostrorum de cetero non exigantur pro guerris nostris, vel alias quovismodo. Item, hoc edicto in perpetuum valituro statuimus, ut cum limitationes fieri petentur, etiam suos et alios quoscumque subditos nostros per senescallias locorum sine difficultate fient, vocato tamen procuratore nostro si domanium nostrum tangat, exceptis finibus regni nostri contiguis, terris vel jurisdictionibus consistentibus ex regno, in quibus limitationes fieri non concedimus per praesentes. Et si de jure nostro et alieno, in casu limitationis etc. effacé[169]… Item, edicto perpetuo prohibemus ne (2 mots effacés) gardiatores ecclesiarum aut commissarum a nobis, vel senescallis nostris deputati, penuncellos vel gardias ponant, nisi in rebus de quibus ecclesiae sunt in possessione pacifica, … sic oppositio super re, vel jurisdictione, et utraque se asserat possidere, gardiator, vel commissarius in casu illo, partes adjornet coram … competentem, et prohibeat partibus vel interim alterutrius, pendente adjornamento, aliquid attemptent, nec aliquis pro fraxione gardiae molestatur, (3 ou 4 mots effacés), sicut de kathedralibus ecclesiis et monasteriis aliquibus, qui sunt in gardia regia notorie ab antiquo, … Item, statuimus etc. Plusieurs lignes sont pourries ou dechirées, mais on entrevoit que ce  sont des reglements sur la justice … Et quia nonnulli ex ipsis comitibus, baronibus et nobilibus solent facere cudi monetam, ut dicitur, concedimus ipsis (2 mots effacésque ita nobis fide de jure suo de forma et de cugno eam cudi faciant, ut solebant … Item, concedimus quod nobiles habentes ab antiquo pedagium in terris et fluminibus, non impediantur per aliquem seu aliquos de officiariis nostris, quin illud levare possint a mercatoribus per eorum leudarium[170], districtum transeuntibus, prout hactenus consueverunt, licet iidem mercatores (2 mots dechirés  gentibus nostris nomine nostro eis vendentibus emerint res praedictas, non obstantibus litteris in contrarium impetratis (dechiré et effacé) … [171]Et quia ex parte comitum, baronum et aliorum nobilium et praedictarum partium extitit supplicatum, quatinus a faciendis pariagiis et ab aquirendo emptionis vel excambii titulo, vel alias quoquomodo in feudis, retrofeudis, villis, locis et castris, ubi ipsi altam justitiam seu merum imperium habere noscuntur, abstinere velimus. Nos, dictae eorum supplicationi pro nobis et successoribus nostris annuimus, concedentes, quod nisi dumtaxat pro necessitate regni, fortalitia necessaria vel utilia pro securitate regni nostri et tuitione ipsius ulterius acquiremus, in locis praedictis vel eorum aliquo, titulis supradictis, aut aliquo eorumdem, et de acquisitis in casu illo recompensationem debitam faciemus. Cum autem senescalli, judices, procuratores et quicumque alii officiarii nostri,

Page 71 / Armoire de Bigorrre, liasse aquisitions

officium suum, quacumque causa, vel occasione dimiserint, ordinamus et statuimus quod post dimissionem dicti officii in loco illo, debeant per quinquaginta dies immediate sequentes continue residere, et quaerelantibus de ipsis habeant respondere, et possint ipsi quaerelantes facilius consequi jus suum contra eos. Privilegia autem, seu ordinationes eisdem comitibus, baronibus, et nobilibus quae a beato Ludovico et a carissimo quondam patruo nostro Philippo regibus Francorum, concedimus et praecipimus eis tradi, sub signo nostro, per gentes nostras camerae compotorum, et eisdem nobilibus pro nobis et successoribus nostris, tenore praesentium confirmamus, renovamus et teneri ac inviolabiliter observari mandamus. Caeterum nos praemissa omnia et singula per nos, ut praemittitur, estatuta, edicta, concessa, inhibita et ordinata, prout superius sunt expressa, sicut concordata nobis ex parte comitum, baronum et nobilium praedictorum, pro se et subditis suis praedictis super percipiendis stipendiis supradictis servari volumus inviolabiliter observare volentes, nos et successores nostros reges, ad ea ex parte nostra servanda et facienda, obligamus expresse. Et ut inviolabiliter et inconcusse serventur, omnes et singulos nenescallos praesentes et futuros dictarum senescalliarum, in prima assisia quam tenebunt, necnon et judices, procuratores, officiales, thesaurarios, ministros, servientes regios praesentes et futuros, per juramenta coram dictis senescallis astringi volumus, ad irrefragabilem observantiam eorumdem, nonobstantibus quibuscumque ordinatione, lege, privilegio, usu, stylo, observantia, consuetudine … Quod ut firmum et stabile perpetuo perseveret, praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum, nostro in aliis et alieno in omnibus jure salvo. Datum apud Boscum Vincennarum, anno Domini millesimo trecentesimo tricesimo octavo mense junio.

Cette charte est precede d’une autre, du meme Philippe de Valois, addressée aux memes seneschaux, où il les reprend de n’avoir pas laissé joir les dits nobles etc., des privileges de cette charte. Il leur enjoint de la mettre à execution sans delai, sous peine d’etre deposé de leurs offices et d’encourir son indignation. Ces seneschaux avoient allegué, en refusant de faire le serment qui leur etoit enjoint, et de remplir les autres closes, que les barons n’avoient pas … quod singuli nobis cum accordant vadiorum inter nos et eos factum in dictis litteris contentum non ratificaverunt. En consequence, ces seneschaux avoient ecrit qu’ils vouloient consulter le roy alleguant d’autres raisons, ce qu’ils avoient consigné dans un acte du 3 sept. 1339, presenté au roy. Non obstant toutes ces raisons, le roy leur enjoint, sur les peines dessus dits, de suivre ses volontés quoique les barons aient negligé, soit pour cause d’absence ou autrement, de faire cette ratification. Ces lettres sont dattées de Vincennes, die XII januarii, anno Domini 1339. Ceci est transcript sur un vidimus fait par Bernard de Grassinhaco miles vicarius Tholosae domini nostri regis. Sur les lettres du lieutenant du seneschal de Carcassone et de Beziers, ce vidimus est du 24 fevrier 1339. Et ce vidimus sur un autre fait à Carcassone le 24 juillet 1393[172]. En parchemin scellé. Cet acte est dans le plus mauvais etat, il est presque tout pourri, dechiré par la moitié, et dans plusieurs endroits. En d’autres, il est effacé etc. (Mr le president de Doat  l’a fait transcrire dans son Recueil – Leydet).

_______________________________________

Page 72 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

ARMOIRE DE PERIGORD

3e inventaire

Chapitre 46.

Donation faite par le roi Jean, à Roger-Bernard, comte de Périgord et aux siens, des terres de Domme et de La Tour-Blanche, pour 500 livres de rente (1356)

In dossier E 626 aux AD 64 (voir aussi E 772).

[173]Johannes Dei gratia Francorum rex regalis providentiae digna pensans merita subditorum, illos libenter attolit muneribus et premiis ac favoribus gratiosis quos natalium et generis nobilitas probatae fidelitatis sinceritas osequiorumque laudabilium assiduitas recommendant, notum igitur facimus universis praesentibus et futuris quod nos dilecti et fidelis nostri Rogerii Bernardi comitis petragoricensis et praedecessorum suorum generosa obsequia per eos nobis et antecessoribus nostris reginus et coronae Franciae praestita aut ad impugnationem inimicorum regni nostri tempore guerrarum, et alias quotiens opus erat, indefesse, constante et continuo adhaeserunt, ad examen nostrae memoriae reducentes, ea propter ipsum comitem aliquali remuneratione praemiore volentes, eidem tanquam bene merito pro se et suis heredibus successoribus universis in perpetuum donavimus et concessimus, donamus et concedimus per praesentes titulo purae et irrevocabilis donationis inter vivos omnes et singulos res infrascriptas, videlicet castrum, fortalitium, locum, villam et castellaniam ac honorem seu districtum Montis Cuqui de Vallibis in Caturcino, item castrum, fortalitium, locum, villam et castellaniam de Turre Alba, petragoricensis diocesis, cum totis dictorum castrorum etc., juribus, aedificiis et fortalitiis, dominiis, jurisdictionibus altis, med. et bassis, mero et mixto imperio, censibus, redditibus, pensionibus canonibus et acaptamentis, foriscapiis, pedagiis, leudis emphiteot., prestationibus, servitutibus ac jure patronatus, capitatione, communi, decimis, incursibus, molendinis etc., cum suis pertinentiis et deveriis universi quaecumque, qualiacumque, ubicumque sint et consistant … quorumquidem locorum, videlicet castri, fortalic., loci, villae, castellaniae et honoris seu districtus Montis Cuqui de Vallibus quingintarum librarum turon. rendual., item castri, fortalicii, loci, villae, castellaniae ac honoris seu districtus de Turre Alba ducentarum librarum rendualium summas annui redditus non excedunt computando annuos redditus juxta et secundum morem et consuetudinem quibus in partibus illis consueverunt assignari et assituari aedificis fortalitiis et incursibus in aestimatione dictorum reddituum minime compututis, item et eidem comiti pro se et suis ut supra donamus et concedimus per praesentes homagia omnia et singula recognitiones, fidelitates et dominii quocumque modo jurament., praestationes et alia jura et deveria quaecumque sint nobis debita et competentia seu quae deberi et competere possunt et potuerunt per archiepiscopum burdegalensem, episcopum petragoricensem, episcopum sarlatensem, Reginaldum de Pontibus dominum Riberiaci … et Montis Fortis, Girbertum de Terminis dominum de Milhaco dominum de Marolio, condominos de Turre Alba, dominum de Alto Forti et de Thenone ratione villarum, castrorum, castellaniarum, locorum et terrarum quas et quae habent et

Page 73 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

tenent in dioces. petragoric. et sarlatens. et caturcens., necnon jura regalia ad nos pertinentia, sede episcopatus sarlatensis vacante, quousque episcopus post nova creatione fecerit homagium seu fidelitatis juramentum, quae omnia indictum comitem pro se et suis heredibus causamque ab eis habentibus in perpetuum cum omni proprietate et possessione seu quasi transtulimus et transferimus per praesentes, et quidquid juris nobis competit et potest seu poterit competere in eisdem … dictos archiepiscopum (et) episcopos et alios vassalos superius nominatos et eorum singulos de dictis homagiis, recognitionibus et aliis sic in dictum comitem et suos translatis nobis irrequisitis seu aliter in consultatis ipsos et eorum singulos a nobis ex tunc et ex nunc eximimus, absolvimus et quittamus licentiam que faciendi ipsos et dicto comiti et suis recipiendi ex nunc et facultatem liberam ac plenam impertimur, praecipientes eisdem et eorum cuilibet ut sine alterius expectatione mandat., seu secundi vel quacumque alia jussione dicto comiti et suis et causam ab eis habentibus plene in praemissis pareant et respondeant sicut nobis mandantes omnibus et singulis supradictis ne praetexta habendae nostrae super hoc voluntatis et licentiae etiam vel tali vel alterius de faciendo praemissa omnia et singula aliqualiter se excusent seu defferant quoquomodo cum pro excusatis eos omnes et singulos qui praedicta facient homagia omnino habeamus … mandantes et praecipientes senescallo petragoricensi et caturcensi, ceterisque justitiariis et afficiariis nostris et eorum locum tenentibus et cuilibet eorumdem, quathinus dictum comitem seu ejus procuratorem pro eo inducant seu induci faciant realiter et de facto in corporalem et realem possessionem naturalem et civilem etc., et praemissa omnia concedimus ex plenitudine regiae potestatis ex certa scientia et gratia speciali, et ex causa, non obstantibus privilegiis, gratiis, indulgentiis et concessionibus quibuscumque eisdem archiepiscopo, episcopis et vassalis superius nominatis et cuilibet ipsorum ac eorum terris vel habitatoribus eorumdem concessis per regiam majestatem seu etiam quod non possint a corona Franciae separari … Quod ut firmum et stabile perpetuo perseveret nostram praesentibus litteris fecimus apponi sigillum salvo in aliis jure nostro et in omnibus quolibet alieno. Actum et datum in tentis nostris ante Britholium anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo sexto mense augusti. Sur le repli : per regem, Du Royer. En parchemin, scellé du sceau royal pendant à des cordons de soye rouge et verte.

_______________________________________

Lettres du roi Charles V, par lesquelles il confirme en faveur d’Archambaud V comte de Périgord, la donation de plusieurs villes, châteaux, etc., que le roi Jean son père avait faite à Roger-Bernard, père de ce comte (1369)

In dossier E 629 aux AD 64.

[174]Charles par la grace de Dieu roy de France, savoir faisons que comme notre tres chier sgr et père, que Dieux absoille, pour le temps qu’il vivoit et avant la paix faite entre lui et nous d’une part et Edouard d’Angleterre et Edouard son ainsné fils d’autre part, par les lettres patentes scellées en cire

Page 74 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

vert et lacs de soye eut donné et octroyé à notre très chier et amé cousin le comte de Perigord et pour les bons, grans et notables services que le dit comte et ses predecesseurs avoient fait à notre dit seigneurs et à ses predecesseurs rois et à la couronne de France, plusieurs villes, chateaux, chatellenies, communs, hommages, fiez, arriere fiefs, seigneuries, noblesses et autres droits, proufits et emoluments plus à plain contenus ez dites lettres de mr dit seigneur, desquelles il aparra, nous considerans les choses dessus dites et que notre dit cousin a bien et loyalement continué et persevère en nos services , et tenons ferme qu’il continuera doresenavant, les dites lettres de don et octroy par notre dit sgr à lui faits des dites villes, chateaux etc. et tout l’effet qui s’en est ensuivi et ensuivra de ci en avant, de notre auctorité et pleine puissance royal certaine science et grace special, avons agreables, louons, ratifions, approuvons et par les presentes lettres confirmons etc., si donnons en mandement au seneschal de Pierregort et de Quiercin et à tous nos autres justiciers etc. Donné à St Germain en Laye au mois de may l’an de grace mil trois cens soixante neuf et de notre regne le VI. En parchemin scellé du sceau royal pendant en lacs à un cordon de soye rouge et verte.

_______________________________________

Lettres patentes de Charles Dauphin, par lesquelles il donne au cardinal de Périgord, la ville de Périgueux (1356 v. st.)

In dossier E 827 aux AD 64.

[175]Karolus primogenitus et locum tenens regis Franciae, dux Normanniae delphinus viennensis, notum facimus universis praesentibus et futuris quod, cum inimici dicti domini nostri genitoris et nostri, clandestine et cum armis alim civitatem petragoricensem quae de hobedientia dicti domini nostri genitoris et nostri existebat et sub ea regebatur et tenebatur occupassent, intrassent et eam detinuissent per aliquo tempore ex inde guerram et rebellionem dicto domino nostro genitori et nobis et terrae nostrae faciendo incendia, strages, rapinas, depredationes ponendo et committendo et alia maleficia et dampna irreparabilia nostris subditis fidelibus inferendo, et dicta civitate sic detenta per dictos inimicos, carissimus et dilectus amicus dicti domini nostri genitoris et nostri cardinalis petragoricensis indempnitati dicti domini genitoris nostri et nostri ac nostrorum subditorum praedictorum providere cupiens, suam amicitiam cordialem ad dictum dominum genitorem nostrum et nos ac totum regnum se habere praetendens, volens in super obviare dampnis et maleficiis supradictis de voluntate, jusso et consensu expressis dicti domini nostri genitoris praedictam civitatem petragoricensem eripuerit et extraxerit[176] a manibus et potestate dictorum inimicorum adeo quod de dicta civitate amplius guerra nec rebellio aliqua non sic dicto domino genitori nec nobis nec dictis fidelibus et subditis, aliqua dampna exinde dantur, attendentes quod praemissa facta fuerunt per ipsum cardinalem sine magnis laboribus et expensis, NOS praemissis omnibus et aliis causis justis et licitis consideratis et diligenter attentis, ipsum cardinalem ut privatam personam, favoribus et graciis oportunis prosequi

Page 75 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

affectantes et sibi complacere cupientes in hac parte, eidem cardinali tanquam benemerito atque grato et ut privatae personae praedictam civitatem cum omnimoda jurisdictione alta, media et bassa, mero et mixto imperio et omnia et singula jura et deveria ejusdem cum omnibus et singulis juribus, deveriis, fortaliciis, patibulis, limitibus, decis ac pertinentibus suis universis, auctoritate regia qua fangimur in hac parte, ex certa scientia et de speciali gratia concessimus et donavimus ad hereditagium perpetuum et tenore praesentium concedimus et donamus, et in eundem pro se et suis transferimus totaliter pleno jure ad habendum, tenendum, utendum, retinendum, possidendum, explectandum perpetuo et faciendum ex inde deinceps suas et suorum heredum et successorum praedictorum omnimodas voluntates, non obstante concessione per dictum dominum genitorem nostrum majori et consulibus de Petragoris facta, quod in casu quo dicta civitas petragoricensis aduceretur ad manum et hobedientiam dicti domini nostri genitoris et nostri, ipsi major et consules sub quorum jurisdictione dicta civitas ante captionem praedictam teneri dicebatur, ipsam civitatem haberent, tenerent et possiderent sub eorum jurisdictione ut antedictam captionem faciebant, et litteras sub hoc concessis vel concedendis sub quacumque forma verborum similiter, non obstantibus quam quidem concessionem et litteras super hoc confectas etiam in casu quo dicta civitas plenarie ad hobedientiam dicti domini genitoris nostri et nostram reducta sit vel rediret, valere nolumus, sed eas potius annulamus, irritamus, cassamus ac nullius decernimus valoris auctoritate qua supra et ex certa scientia ac privilegiis eisdem majori et consulibus per praefatum dominum genitorem nostrum aut praedecessores suos reges Franciae, de non ponendo seu transferendo extra manum suam villam et civitatem petragoricensem conjunctim vel separatim concessis et litteris super hoc impetratis sub quacumque forma verborum existant juribusque legibus, statutis, consuetudinibus seu ordinationibus ad hoc contrariis non obstantibus quibuscumque, quae sibi locum vendicare nolumus in hac parte, volentes et concedentes dicto cardinali auctoritate et gratia quibus supra, quod auctoritate sua propria sine juris offensa per se vel per procuratorem suum possessionem realem, naturalem et corporalem praemissorum donatorum intrat, capiat, aprehendat et et etiam nanciscatur quotienscumque sibi placuerit et videbitur faciendum nullo alio super hoc expectato mandato. Mandantes nichilominus et praecipientes senescallo petragoricensi et caturcensi praesenti et futuro coeterisque justitiariis regiis vel eorum locatenentibus et eorum cuilibet quathinus dictum cardinalem et suos heredes et successores praedictos et causam seu jus ab eodem vel suis in posterum habituros hac nostra praesenti gratia, uti et gaudere ad plenum libere et pacifice

Page 76 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

faciant et permittant, donis aliis sive graciis dicto cardinali factis non obstantibus. Ut autem praemissa robur firmitatis perpetuo obtineant dicti domini genitoris nostri praesentibus litteris fecimus apponi sigillum, salvo in aliis jure regio et quolibet alieno. Actum et datum apud Luparam prope Parisius, anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo sexto, mense januarii. Et sur le repli : per dominum ducem vobis et domino archiepiscopo senonensi praesentibus. Et plus bas : Tourneur. Cette charte est en parchemin, bien ecrite et bien conservée. Au bas pend le grand sceau royal en cire verte, à des lacs de soye rouge et verte. Et sur le dos, ecriture du temps : pro domino cardinali petragoricensi, registratam. Et d’une ecriture du XVe siecle : littera qualiter rex dedit domino cardinali petragor. villam petragoricensem tunc occupatam per inimicos. Ce « tunc » est mal mis. Il falloit dire « olim antea » – Leydet.

_______________________________________

Lettres patentes du roi Jean, par lesquelles ce prince donne à Roger-Bernard comte de Périgord les hommages dus à la Couronne par l’archevêque de Bordeaux, les évêques de Périgueux et de Sarlat, le ressort des seigneurs de Bourdeilles, Beynac, Comarque, des abbés de Terrasson, Châtres, etc. (1356)

In dossier E 827 aux AD 64 (à vérifier).

[177]Johannes Dei gratia Francorum rex universis praesentes litteras inspecturis, salutem, ad perpetuam memoriam. Dum perfectae sinceraeque devotionis affectum et verae fidelitatis constantiam, quos dilectus et fidelis noster Rogerius Bernardi comes Petragoricensis et sui praedecessores, ad nos, regnum et coronam Franciae, totis exactis hactenus temporibus habuerunt, grataque et utilia servitia quae regibus praedecessoribus nostris et nobis, in guerris nostris fideliter et laudabiliter impenderunt, ac innumerabilia dampna et deperdita, quae, sicut est notorium, occasione guerrarum praedictarum, sustinuit et incessanter sustinet dictus comes, in nostrae considerationis examine debite revolvimus. Nos, qui nos eis propter hoc quamplurimum obnoxios reputamus, nostrum libenter animum convertimus ad ea quae praedicti comitis et successorum suorum perpetuum concernunt commodum et honorem, nostraeque eis libenter largitatis regiae dexteram impertimur. Notum igitur facimus universis praesentibus et futuris, quod attentis supradictis et aliis quampluribus, quae nos ad hoc rationabiliter induxerunt, nos volentes praedictum comitem favore et gratia specialibus prosequi, qui in suis et suorum perpetuum cedere commodum debeat et honorem, homagium archiepiscopi Burdigalensis nobis debitum pro terris, locis, villis et castris et eorum pertinentiis universis, quos et quas habet seu habere potest quovismodo, in diocesibus Petragoricensi et Sarlatensi, item, homagium episcopi Sarlatensis, item homagium loci de Turre-Alba, homagium abbatis Sancti Amandi, homagium abbatis de Castris, homagium abbatis de Terrasonio, homagium castrorum de Altoforti et de Tenone, necnon et primum ressortum terrae, locorum, villarum et castrorum et aliorum locorum et pertinentiarum suarum, dicti archiepiscopi Burdegalensis, et terrae et locorum dicti episcopi Sarlatensis, dicti loci de Turre-Alba et ejus honoris, terrae et locorum abbatis Sancti Amandi, terrae et locorum abbatis de Castris, terrae et locorum dicti abbatis de Terrasonio, terrae et locorum domini de Altoforti et de Tenone, terrae et castellaniae domini de Baynaco, castri et castellaniae de Castro

Page 77 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

(Castro) Novo et de Berbigueriis, terrae et locorum Archambaudi domini de Burdelia, ressortum villae Sancti Asterii et ejus honoris, ressortum castri et castellaniae de Monte-Agrerio, item, ressortum villae de Brantolonio et ejus honoris, item, ressortum villae, castri et castellaniae Montis-Domae, item, homagium nobis debitum per Iterium de Sancto Asterio, militem, et ressortum loci et honoris de Insula, item, et ressortum totius terrae prioris de Sorsaco, item ressortum totius terrae domini Poncii de Baynaco, domini de Comarca, senescallie nostrae Petragoricensis et Caturcensis existentis, et juramentum fidelitatis et quodcumque aliud juramentum nobis debitum per praenominatos et eorum quemlibet, ratione villarum, castrorum etc. quae habent et tenent a nobis in senescallia Petragoricensi et Caturcensi, cum omnibus et singulis juribus et deveriis dictorum homagiorum et cujuslibet eorum, necnon primum ressortum omnium et singulorum locorum, terrarum, villarum et castrorum praedictorum superius nominatorum, omniumque vassalorum atque retrovassalorum eorumdem prenominatorum cognotionem scilicet et examen, ac totam cognitionem, punitionem, confiscationem emendarum servianciarum et sententiarum quarumlibet prolationem, compulsionem et executionem omnimodam primarum appellationum seu provocationum omnium et singularum causarum et casuum civilium et criminalium, quas in villis, terris, locis et personis supradictis, feodis, retrofeodis et curiis eorumdem, nos et senescallus noster Petragoricensis et Caturcensis ante datam presentium, habeamus vel habere poterimus quoquomodo, et quas ab eisdem (in) villis, locis, terris, personis, vassalis, retrovassalis, incolis confluentibus in curiis suis et qualibet earumdem, de cetero perpetuis temporibus, sive ad nos vel ad dominum senescallum seu ad nostram dictam curiam Parlamenti, vel ubilibet alibi, tam ab interlocutoriis quam a sententiis definitivis, seu a gravaminibus aut condempnationibus aliis quibuslibet, et lite contestata vel non, provocetur aut quomodolibet appelletur, contingerit emanari, omnimodamque jurisdictionem cum servitio nobis debito pro temporalitate praedicti episcopi Sarlatensis, et omnimodam aliam nobilitatem ad homagia, ressortum, feoda, retrofeoda et appellationes seu provocationes supradictas, seu ad nos vel ad dictum senescallum, ratione earumdem spectantes et pertinentes ac pertineri debentes quoquomodo, et quaevis alia jura nobis et successoribus nostris in eis competentia etc., deliberato penitus cum nostro consilio super istis et ex nostra certa scientia, memorato comiti pro se et heredibus et successoribus suis, in perpetuum dedimus et concessimus et in eosdem transtulimus, … auctoritate regia, de nostrae plenitudine potestatis et gratia speciali, … superioritate tamen nobis et heredibus et successoribus nostris, in praemissis exceptis, superioritatibus superius nominatis praedicto comiti, suis heredibus et causam ab eis habentibus, tamen salvis, … Mandantes praecipiendo senescallo Petragoricensi

Page 78 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

et Caturcensi, coeterisque justitiariis et officiariis nostris, … quatinus omnes et singulas causas, et casus ressorti et appellationum primarum praedictarum, quae et quotiens a modo in antea pro futuris temporibus, in vel a personis, villis, locis et terris, feodis etc. emanari quoquomodo contigerit, ad praefatum comitem atque successores suos, seu ad judicem suum appellationum ad haec per ipsum comitem atque successores suos, ordinatum vel ordinandum, requisiti vel non requisiti, sine quavis cognitione remittant, et de illis ipsos vel judicem suum appellationum, cognoscere sententiare, judicare, cognitaque et judicata exequi faciant et permittant pacifice et quiete, juxta concessionem nostram prefatam, praedictasque causas et casus ressorti, seu eorum aliquos, vel eorum cognitionem aut examen penes eos nullatenus retineant, vel de eis se quomodolibet intromittant, etiam si ad eos seu eorum aliquos, forsitam appellaretur, memoramtumque comitem homagiis supradictis etc. … gaudere … faciant atque permittant, etc.,  non obstante quod sint vel fuerint de regio domanio, et quod forsam personarum, civitatum, villarum seu locorum praedictorum aliquibus vel eorum singulis, per nos vel per  praedecessorum nostrorum aliquos, de speciali gratia concessum sit aut fuerit, quod non possint a manu nostra regia seperari vel alienari seu quomodolibet amoveri, … consuetudine, usu, stylo aut observantia nostrae camerae compotorum, per quas asseritur donationes patrimonii nostri non valere, nisi prius facta informatione de valore, et postmodum dictae camerae reportatum, et aliis non obstantibus … Quod ut firmum et stabile permaneat perpetuo in futurum, nostrum praesentibus litteris duximus apponi sigillum, … nostro in aliis et alieno in omnibus jure salvis. Datum in exercitu nostro ante Bertolium, anno Domini millesimo trecentesimo quinquagesimo sexto, mense Augusti. Et sur le repli, en ecriture verte : per regem, et plus bas : Yvo. En parchemin, scellé du sceau royal en las de soye rouge et verte.

_______________________________________

Commission donnée par Jean de Bretagne à Gauthier de Pérusse et autres, de recevoir en son nom le comté de Penthièvre (1450)

In dossier E 643 aux AD 64 (à vérifier).

[178]Par commission donnée par Jean de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord vicomte de Lymoges et sgr d’Avesnes, à Gaultier de Perusse sgr d’Escarts, maistre Jean Fournier, licentié ez loix, sgr de la Gueriniere, conseiller du roy et Olivier de Broon escuyer capitaine de Montignac. Ces deputés, etc., reçoivent, au nom dudit Jean de Bretagne, la comté de Penthievre du duc de Bretagne (Pierre), que le duc etoit tenu de luy donner par le traité et acord fait entre le feu duc dernier decedé, consenti par le duc present, le 21 decembre 1450 au château de Vannes. Ces deputés en prennent possession [----][179] la ville de Lamballe, des mains des procureurs du duc. Le 29 decembre 1450, fut dressé l’acte présent en parchemin, cotté XVIJ.

_______________________________________

Lettres du roi Jean par lesquelles il donne à Roger-Bernard comte du Périgord les villes et châteaux de Moncuq-de-Vaux en Quercy, le Mont-de-Dome, La Tourblanche, etc.

In dossier E 772 aux AD 64 (voir aussi E 626). [180]

[181]Joannes Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis, etc., quod cum per nostras alias litteras etc., dilecto et fideli nostro Rogerio Bernardi comiti petrag., pro se et suis heredibus et successoribus, dederimus et concesserimus pro nobis et nostris successoribus ad hereditagium perpetuum castrum, villam et honorem sive castellaniam Montis Cuqui de Vallibus in Caturcinio, et castrum, villam et castellaniam de Monte Domae supra riperiam Dordoniae in dioces. sarlatens., et villam et castellaniam de Turre Alba, cum omnibus deveriis altis, mediis et bassis, mero et mixto imperio et item primum ressortum et omnem cognitionem

Page 79 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

causarum primarum appellationum ipsorum castrorum villarum et honorum et castellaniarum sicut praemittitur donatorum, ac etiam totius terrae suae quam habet in Petragoricinio, Caturcinio, et Tholosano, item primum ressortum et omnem cognitionem causarum primarum appellationum totius terrae et jurisdictionis archiepiscopi burdigalensis, episcopi petragoricensis, episcopi sarlatensis, Reginaldi de Pontibus militis domini Riberiaci et Montis Fortis, quas habent in diocesi petragor. et sarlatens, omniuque terrarum et castellaniarum honorum et districtus et eorum habitantium dominorum de Baynaco, de Castronovo, de Comarchia, abbatis Sancti Amandi, abbatis de Terrassonio, abbatis de Castris, domini de Altoforti et de Thenone, domini de Burdelia et de Brantholmio, abbatis de Brantholmio, dominorum de MonteAgrerio, de Sancto Asterio, de Montensaco et de Sorzaco, item castrorum, locorum, castellaniarum, villarum honorii et districtus terrarum dominorum de Marolio, de Albaterra, Sanctae Eulaliae prope Albam Terram, et terrae et jurisdictionis abbatis de Tusturiaco, item et locorum castrorum, villarum, terrarum et jurisdictionum vassalorum, valvassorum, retrovassalorum praenominatorum et cujuslibet eorumdem, prout in dictis aliis super hoc confectis litteris dicto comiti per nos concessis latius dicitur contineri. Nos attentis et diligenter consideratis pluribus laudabilibus, fidelibus et acceptabilibus obsequiis per dictum comitem et suos nobis et nostris factis et impensis etc. … eidem complacere et dona nostra per nos sibi facta nostra mera liberalitate regia insignire et augere volentis, a praefoto comiti pro se etc., auctoritate nostra regia ex certa scientia etc., concessimus et donavimus et tenore praesentium concedimus et donamus quod ipse et sui heredes et successores praedicti in toto comitatu suo ejus pertinentiis et ressorto et in tota terra sua noviter acquisita et in recompensationem terrae Brageraci per ipsum [ind---][182] quondam genitorem nostrum pro se et suis etc., translata, sibi tradita, liberata et assignata et etiam in tota terra sua et pertinentiis suis per nos sibi ad perpetuum concessis de novo, ac in terris omnibus et singulis et eorum pertinentiis ressortorum praenominatorum et cujuslibet eorumdem et vassalorum, valvassorum retrovassalorum suorum et cujuslibet ipsorum salvasguardias quibuscumque possint ex hunc perpetuo dare et concedere tenerique et facere, cum appositione penuncellorum suorum in bonis requirentium auctoritate sua propria totiens quotiens sibi et suis praedictis placuerit, et videbitur faciendum et quoscumque violatores earum molestare et punire, et puniendo, compellere sive in terra sua vel ressortorum praedictorum sive extra ubicumque commorentur, prout nos ante concessionem nostram hujusmodi et translationem praedictam pro violatione nostrarum salvarum gardiarum facere poteramus privilegiis nobilibus seu quibuscumque aliis personis sub quacumque forma verborum concessis quod praemissa non possint in dictum comitem vel aliam quacumque personam

Page 80 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

transferre nec ea concedere et aliis ordinationibus super hiis contrariis non obstantibus … etiam damus et concedimus praefato comiti, pro se et suis praedictis, auctoritate et gratia quibus supra, quod, de quibuscumsque forefactis ei delictis committendis et perpetrandis in viis, itineribus publicis comitatus sui et terrae et ressortorum vassalorum, valvassorum et retro vassalorum praedictorum, ac etiam et illicita armorum portatione et cujuslibet eorumdem, possint cognoscere, condempnare, absolvere et punire in quibuscumque casibus quibus prout nos, ante concessionem nostram praesentem, facere poteramus non obstante quod cognitio et pugnitio forefactorum et delictorum in dictis viis et itineribus commitendorum et perpetrandorum ratione nostrae regiae potestatis ad nos et nostros pertinere noscantur, et omnibus aliis adversantibus etc., non obstantibus quibuscumque. Item, damus et concedimus praedicto comiti pro se et suis praedictis, auctoritate et gratia quibus supra, quod ipse et sui praedicti possint et sibi licitum sit quotiens ipsis videbitur faciendum, habere, ponere, statuere et tenere perpetuo sigillum ad contractus in aliquo loco dicti sui comitatus quod ad hoc elegerit et stylum facere, ponere et instituere seu statuere et simili modo in aliquo loco quae elegerit in terra sua quam habet in diocesi sarlatensi et simili modo in aliquo loco quem elegerit in terra sua quam habet in diocesi caturcensi et tholosano, cum quo sigillo litterae obligandorum sub eodem sigillentur, necnon et exactores unum vel plures qui dictas litteras dicto sigillo sigillatas possent contra quoscumque executores nulli (ex) officialibus, rectoribus, auctoritate sua propria et quoscumque obligatos seu obligandos sub viribus ejusdem compellere seu compelli facere per arrestum et detentionem personarum si adhoc obligatae existant ac captionem, venditionem, distractionem, alienationem et sub hastatione est bonarum et rerum obligandorum ubicumque fuerint intus comitatum et ressortum praedictos et terram vassalorum valvassorum retrovassalorum praedictorum quem ad modum nos et judices  sive officiales nostri in simili casu facere consuevimus et facere poteramus ante hujusmodi concessionem. Item quod possint incantum facere, statuere et tenere subhastare, proclamare, vendere, alienare, liberare, decernere et decretum et auctoritatem interponere de latera omnia alia et singula facere quae de jure seu consuetudine aut alias ad talia faciendum pertinere noscuntur, inhibentes gentibus nostri parlamenti parisiensis ac omnibus senescallis ceterisque judicibus et officialibus nostris ne infra ipsum comitatum ressortum et terram vassalorum, valvassorum et retrovassalorum ipsius comitis aliquas executiones faciant nec facere possint nec aliquos servientes mittant nec mittere possint pro aliquibus executionibus faciendis in causis criminalibus, civilibus, pecuniariis, realibus et aliis quibuscumque,

Page 81 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

sine voluntate et licentia speciali ipsius comitis seu judicum et officiariorum suorum, … privilegiis contrariis non obstantibus … mandantes et praecipientes senescallo et judicibus majoribus petrag. et caturc., ceterisque justiciariis nostris etc., quod praemissa omnia et singula … in locis et prout expedierit publicari tenere et inviolabiliter observare et de eisdem ipsum comitem et suos praedictos uti, frui libere etc., faciant et permittant … ipsis perpetuum silentium imponentes … quae ut firma et stabilia perpetuo permaneant praesentibus litteris fecimus apponi sigillum, salvo in aliis jure nostro et in omnibus quolibet alieno. Actum et datum in tentis nostris ante Bertholium, anno Domini millesimo trecentesimo sexagesimo sexto mense augusti, sic signatum super plicam per regem, Boyer, et sigillatum de cera viridi cum cordela cirica. Transcrit sur une copie en papier non signée, mais d’une ecriture ancienne ecrite dans le XVe siecle, initio.

_______________________________________

Hommage du roy de Navarre à l’évêque d’Angoulême pour Nontron (1520)

In dossier E 811 aux AD 64.

[183]Henri par la grace de Dieu roy de Navarre duc de Nemours, … comte de Perigord etc., savoir faisons que comme soit ainsi que nous tenons et nos predecesseurs ayent tenu en foy et homage de monsieur l’eveque d’Angoulesme et ses predecesseurs eveques dudit eveché, les baronies et seigneuries de Nontron et de Ans situées et assises en notre vicomté de Lymoges, et pour raison d’icelles avecques leurs apartenances et deppendances luy soient tenu faire et preter le serment de fidelité en tel cas requis et acoutumé par nos dits predecesseurs, lequel luy eussions voulu faire en propre personne, mais obstans plusieurs occupations que presentement avons au service de mgr le roy de France, ne nous est bonnement possible pour ce est il etc. Il donne commission au sieur Pierre de Biaxs et au sieur Jean d’Antin chevalier sgr et baron d’Antin son seneschal de Bigorre de se presenter devant le dit sgr eveque d’Angoulesme, et luy offrir, faire et prester le dit serment de fidelité, foy et homage pour les dites baronies de Nontron et d’Ans. Donné à Poissy le 19 juillet 1520, signé Henry, et pend au bas son grand sceau.

_______________________________________

Privilèges des habitants d’Excideuil, accordés par Charles VIII, et confirmés par Louis XII (1496 & 1500)

In dossier E 725 aux AD 64.

[184]Loys par la grace de Dieu roy de France savoir faisons à tous etc. Nous avons receu l’humble supplication de nos bien amés les manans et habitans de la ville d’Exideuilh contenants que par nos predecesseurs rois de France et pour consideration de ce que en suivant leur party ils avoient du tout eté destruits, en leurs biens, bruslés et consommés justes et raisonnables causes leur fut octroyé par privilege qu’ils fussent à toujours mes francs quittes et exempts de toutes tailles, aides et subventionsnquelquonques, lesquels privileges leur ont eté dernierement confirmés par feu notre tres chier sgr et cousin le roy Charles dernier trespassé par les lettres patentes en forme de chartre dont la teneur s’ensuit : Charles par la grace de Dieu roy de France etc. Ces lettres de Charles VIII ne disent rien de plus, mais seulement que les elus ayant imposé les habitans d’Exideuilh qui ne faisoient point voir de titres de leurs privileges dont les lettres furent bruslées par aultre fortune de feu, les dits habitans obtinrent lettres patentes qui enjoignoient au seneschal de Perigord de s’informer des droits des dits habitans, les eslus apellés. Après plusieurs enquetes et temoins examinés jusque au nombre de cinquante.

Page 82 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 46

Ces habitans prouverent et montrerent de leur intention. Le seneschal, reconnaissant que, sans cause et à tort, ils avoient eté tenus en procès quinze ans ou environ, donna sa sentence présens les elus, par laquelle les habitans demeurerent francs de tailles etc., suivant leurs privileges et franchises, laquelle sentence dit le roy Charles, est passée en force de chose jugée. Sur de nouvelles demandes, les habitans se pourvoient devant Charles VIII pour demander la confirmation de leurs privileges, ce qu’il leur accorde par ces lettres-ci dattées de Lyon au moys de may, an 1496, de son regne de France le 3e et de Sicile le second. Louis XII, qui les refere, les confirme aussi par ses lettres données à Bloys en janvier 1500, et de son regne le 3e. Suivent les lettres d’attache des generaux des finances, du mois d’aout 1506, et la verification des elus du Perigord, du mois de janvier 1515. Le tout, de suite, dans un cayer en papier collationné à l’original en la ville d’Exideux, le 15 septembre 1522. Signé par Jean Constant, notaire royal.

_______________________________________

Vente faite par Jacques de Pons vicomte de Turenne, etc., à Jean de Bretagne comte de Périgord, de Penthièvre etc., des châteaux et châtellenies de Ribérac et Epeluche (1447)

In dossier E 839 aux AD 64.

[185]Contrat en original en papier signé de Jacques de Pons et de Jean de La Dapiera notaire, par lequel le dit Jacques de Pons vicomte de Turenne sgr des Ysles d’Oleron, de Marenne et de la terre d’Arevart vend à Jean de Bretaigne comte de Pentièvre et de Perigord, vicomte de Lymoges et sgr d’Avesnes les chateaux et chatellenies de Riberac et d’Espeluche avec toutes leurs apartenances et dependances pour le prix de deux mille reaulx de bon or et de bon poids qu’il reconnoit avoir reçus, et come Jacques de Pons pretendoit que les eglises (ou parroisses) de St Sulpice et Siurac ne devoient pas etre comprises, le comte de Penthievre allegue le contraire. Il est dit ici qu’on s’en est remis au jugement d’arbitres choisis de part et d’autre. Le jugement n’est pas ici. Cet acte est du 17 mars 1447.

_______________________________________

Coutumes de la ville de Caussade en Quercy, accordées par Hélie Talayrand comte de Périgord et seigneur de Caussade (1306)

In dossier E 710 aux AD 64.

Cayer en papier non signé, d’une ecriture de la fin du XVe siecle, contenant :

Las costumas de Caussada

[186]A tots aquels aquesta carta veyran, Helias Talayran per la gracia deDieu coms de Peyregort et senhor de Caussada, salut et patz. A totz, fecim assaber que es stabelit devant nos R. de la Comba (et 5 autres) cossols de Caussada per lor et per la universitat del castel de Caussada producero et mostrero nos una carta publica facta sobre las costumas de Caussada per ma deu B. Capel notari etc. [187], laquela carta justa enten dada diligemen nos aben et lenen per bona et per lialh et per vera et publica. Le comte declare qu’il confirme et donne les dites coutumes qu’il rapporte au long. Je n’y ai rien vu de remarquable. Elles sont comme la plupart des reglements pour les punitions des crimes, pour les droits du comte, les testaments etc. Elles sont datées : l’an de la encarnation de nostre senhor mila CCC sexto valua remanet usque ad finem. Ad haec ego autem Geraldus … notarius publicus … de mandato domini comitis, in forma publica redegi …, anno Domini 1306, die quarta intrante mense octobris. A ce cayer est jointe une copie (14 pages in folio), transcrite depuis moins de 20 ans

_______________________________________

Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 47, acquisitions, sentences

Arrêt du Parlement de Bordeaux, rendu pour des rentes dans les paroisses de Ladournac, Nadaillac, etc., entre Charles de Navarre, fils de Jean roi de Navarre, et dame Anne de Pons, veuve d’Odet d’Aydie, seigneur de Ribérac, etc. (1519)

In dossier E 734 aux AD 64.

[188]Arret rendu par le parlement de Bordeaux dans un procès pour les rentes des parroisses de Ladournac et de Nadaillac, Ferrieres, entre Charles de Navarre, fils de Jean roy de Navarre et dame Anne de Pons, veufve de feu messire Odet d’Aydie en son vivant chevalier, comme administaresse de ses enfans mineurs. De ce parlement y regle des droits … il y est dit : pour le droit du privilege, que les habitans de Larche et de Terrasson ont à savoir est que ne payent point les tailles au roy et que les dits habitans sont taillables aux 4 cas (taxés) seize livres, et les deniers de rente à 53 livres 5 sols … et les bleds à soixante et cinq charges, 1 quarteron et tiers de quarteron froment, dix quartons faisant la charge de Montpaon, cinquante quatre charges cinq quarterons avoine etc. seize quartons faisant la charge avoine, mesure dudit Montpaon. Donné en parlement, 13 aout 1519.

_______________________________________

Page 83 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 48

Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 48, domaine des terres de Perigord et Lymousin et refformations

_______________________________________

Charte de Roger-Bernard comte de Périgord, par laquelle il confirme les coutumes et privilèges de la ville de La Françoise, au diocèse de Cahors (1359 v. st.)

Référence non connue aux AD 64 (voir in E 710 ?)

[189]Privilegia et consuetudines villae franceziae diocesis caturcensis. Roger Bernard comte de Perigord confirme aux consuls et habitans de cette ville le 21 janvier 1359 les privileges qui leur avoient eté accordés par le roy de France dont ils dependoient, avant qu’ils passassent au pouvoir des comtes de Perigord. Privileges qui leur avoient été donnés par : bonae memoriae quondam dominum Helyam Talayrandi quondam comitem petragoric. genitorem nostrum, dit Roger Bernard. Les titres originaux avoient eté perdus lors d’une « calvacatam in loco praedicto Villae Franceziae (nuper) factam per inimicos anglicos domini nostri regis Franciae ». Roger Bernard fait transcrire ensuite ces privileges et coutumes prises sur des copies. Ces coutumes données par le roy de France sont de Philippe le Hardi, données à Paris en 1275, mense julio. Ces coutumes n’ont rien de remarquables. Je remarque seulement que les habitans et consuls demandent à Roger Bernard : quod concederemus (ultra) Dei gratia speciali plateam communem in dicto loco nostro de la Franceza situatam medetiatem furni nobis pertinent., ac emolumenta mazelli et emolumenta pecharum sive decx ho talas[190], necnon emolumenta nauze eidem concedere dignaremur etc. Et plus bas, Roger Bernard leur accorde : emolumenta etc., à condition que : pro dictis domo communi furno emolument. mazelli et pecharum sive decs vel talas ac nauze praedictae, solvent nobis viginti libras etc. Ces privileges sont de nouveau confirmés par Jean d’Armagnac comte d’Armagnac, de Rodes, de Fesenzac, de Lisle, vic. De Lomagne et Auvillar. Brulhesii et Gimesii, sgr des terres Repariae, Aurae, Manhoaci, [M---arum] [191] ruthenensis, et des baronies de Calviata et Francesiae, du 21 decembre 1473. Sur copie en parchemin signée : F. Dumarey, an 1497.

_______________________________________

Dénombrement du revenu de la châtellenie de Ribérac et role de la noblesse des châtellenies et terres de Ribérac, Carlux, Moncuq, Médillac et Montagrier (1548)

Référence non connue aux AD 64

[192]Denombrement en papier, non signé (ecriture du XVIe siecle in medio) du  revenu de la chatellenie de Ribeyrac, 1 page ½. Suit revenu de la chatellenie de Moncuq, de Celles Medillac, de Carlus et de Montagrier, celle-ci ½ page

Rolle des hommes souveraynement prins de la chatellenie de Riberac par mr de Ribeyrac et premierement mr de Nunye, le sgr de La Mothe de St Privat, le s. de La Mothe de St Mersault, le sgr d’Escandillac à cause de La Rigalle, le sgr de La Regnauldie, le sieur de Gandillac à cause de ce qu’il tient dans la chatellenie de Ribeyrac, le sgr de Laquos, le sgr de Montardy, le sgr d’Allemans, le sgr de La Perte, le sr des Hommes, le sgr de Burée, le sgr de Landoye, le sr de Verteillac, le sgr de Boryporte, les srs de la Potenerie, le sr de Polyn, le sr de Fraysse, le sr de Massy, le sr de la Rigauldye, le sieur de La Barde de Bourdeille, de ce qu’il tient  dans ladite chatellenie de Ribeyrac, le sr de la Brangelye, le sr de La Ferriere, le sr de Sufferte, le sr de Lescarderye, le sr de Farges, le sr de La Veilye, la maison de La Court, le sgr du Vigier de Cyeurac, le sr de Chabans, le sr de La Force, le sgr du Temple, le sr de La Mothe de St Vincent, le sr de Bonnes pour Bacoulat, le sr de Puygrangier, le sgr de La Riviere, le sr de la Taillandye à cause de ce qu’il tient en la dite terre, le sr de Charry, le sr de La Force à cause de sa terre, la dame de St Severin à cause de ce qu’elle tient en la dite terre, le commendeur de Comberenche, pour sa Commenderie, le prieur du Chalart, le chapitre du Pont-St-Geniez, le prieur du Soulher, la sgrie du Chadeuilh que tient le sr de Montreal, le chapitre de Perigueux, la maison de St Jehan que tient le Brouilhet.

La chatellenie de Carlux pour mondit sgr de Ribeyrac

La chatellenie de Salignac, la Chapelle St Geniez que tient le sieur de Badefol, le sr de La Cassaigne, le sr de Jayac, le sgr de Polvesin, la chatellenie de Comarque que tient le baron de Baynac, le sr de Campaignac à cause de La Cassaigne, le sgr de Brezolles pour Beaurepos, le sr de Maselat,

Page 84 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 48

le sr de La Mothe, le sr de Fenelon, le sr de Cournilh, le sr du Roc, le sr de Marueil, le sr du Claux, le sr de La Brande, le sr de Paluel, le sr de Laigue, le sr de La Tour, le sr de La Vigerie, le sr de Roufillac, le sr de la Tourette, le sr de Vignac, le cappitaine Paluel, la demoiselle de Cazenac, le sr de Penasson, le sgr de Caussade, le sgr de La Salle de St Geniez, l’abbaye de Souilhac.

La chatellenie de Moncuq

Le sgr de Milhac, le sgr de Thiliac, le sr de Perron, le sr de St Martin, le sr de St Michel, le sieur de Landoye, le sr de Chaulmont, le sr de Boydonere à cause de la maison de Morlhac, le sr de La Poncye, le sr de Gardonne à cause de ce qu’il tient en la dite terre, le sgr de Fayolle, de Calio à cause de ce qu’il tient dans la dite terre, le sr de Lenvege, le sr de La Baune le Pont à cause de ce qu’il tient en la dite terre.

La chatellenie de Medillac (ecrit de suite)

(Je n’y en sache que quatre vassaulx, d’autant que je ne l’ay jamais faite verifier). Le sgr de Basas, le sr de Curac, le sr de La Tour, le sr de La Barde.

La seigneurie de Montagrier, dont mademoiselle de Montagrier en est usuffructiere,

Le sgr de Marouatte, le sr de la Bellye, le sr de Mouset, le sr de La Jobertye, d’Allemans, le sr de Montardy de ce qu’il tient en la dite terre, Mersault de Perigux, monsieur de Fief, la Borye de Perigux, le repaire de Vandoux. En papier non signé.

_______________________________________

Commission donnée par Henri roi de Navarre, à l’abbé de Terrasson et autres, pour faire l’estimation des terres de Châlus, Châlucet, et Courbefin (1534 v. st.)

[193]Commission donnée par Henry roi de Navarre à Bertrand de La Faye abbé de Terrasson, son conseiller et aumosmier, et à Jean de Martret son secretaire, de faire l’estimation des terres de Chaslus, Chalusset et Courbefin, daté à Dacqs, 4 janvier 1534

[194]Dans la seigneurie de Chaslus, et au lieu de Chaslus, il y a ville haute et ville basse, et deux chateaux, l’un haut[195] et l’autre en la ville basse. Dans cette seigneurie il y a onze parroisses, savoir : Lageyrac (1), Pageus (2), Dorinzac (3), Chensac (ou Champsac) (4), la ChapelleMonbrandeys (5), Melet (6), Firbeys (7), Ste Marie (8), St Pierre de Fregeue (9), l’enclave de St Sau, la Buxiere Galand (10), la parroisse de St Barthelemy (11) ajoutée dans les comptes. Dans ce compte, sont outre les choses ordinaires (argent, froment etc), les espaulnes des abeilles evaluées X sols. La dixme du vin, 1 barique, la dixme des laines VII livres X sols, les amandes des plasphemes VII # X sols, les amandes arbitraires IIIIxx livres tourn., les lots et ventes CL #, les guets CL #.

En la ville haulte, il y a environ cinquante feux, et en la ville basse cent feux, et la ville haulte y a un hospital, en la ville basse y a ladrerie.

[196]Des bleds de la dite seigneurie de Chaslus et aussi de Corbefin, les deux septiers de tous bleds font la charge, et les deux emines ou eminaulx font le septier. Deux quartes font l’emyne, mais quant à l’avoine, en y a trois eminaulx au septier.

Corbefin

[197]En la seigneurie de Corbefin, a un beau chateau, mais est sans couverture. En la seigneurie a 4 parroisses, savoir Corbefin, Ladignac, St Priech les Faugieres, St Nicolas, l’enclave de la Buxiere Galand et l’enclave de St Pierre de Fregeue.

La prevosté et les blasphèmes estimé XII livres 10 sols.

Chaslucet

Avons trouvé que les trois sextiers de tous bleds en ceste recepte font la charge, deux eymines font le sextier au froment et seigle, et quant à l’avoyne, il y a trois eyminaulx au sextier. En la dite seigneurie, y a onze parroisses ou enclaves, savoir :

Page 85 / Armoire de Périgord, 3e inventaire, chap. 48

St Maurice, Le Vigean, Boisseulh, St Hilaire Bonneval, Eygleaulx, Senelure de Château-Chervix, St Jean Ligourre, St Priech Ligoure, Feytiac, Jornhiac, Solompniac. Les dites parroisses ne sont pas entierement de la dite chatellenie de Chaluscet, mais des aucunes une partie.

En papier, signé et scellé. Cotté XIII. [illis.] etc.

_______________________________________

Armoire du Périgord, inventaire second, different du 2e inventaire ou d’Albret etc.

_______________________________________

Inventaire des titres du trésor de Montignac, dressé le 3 juillet 1521

Dossier E 603 aux AD 64. [198]

Inventaire des titres du Tresor de Montignac, cotté IIIIc XLJ. Cet inventaire fut dressé le 3 juillet 1521 à Montignac, par P. Chatard, qui l’a signé à la fin.

fol. 48 v° : plus certaines lettres … touchant certain apointement fait antre mr Jehan comte d’Armagnac et de Fesenzac et de Perigord[199] d’une part et messire Bertand de Comat procureur du comte de Perigord d’autre part sur la dot de mademaiselle Jeehanne fille dudit comte de Perigord, cottées H.

fol. 49 r° : vidimus des lettres royaulx de Charles roy, par lesquelles le dit roy faisoit ses lieutenants generaux sur le fait de la guerre au pays de Perigord et autres lieux d’environ, monsr le comte de Penthievre, le vicomte de Turenne, le comte de … les sgrs de Chateauneuf de Bretenoux, de Treignac et de Baynac, commençant : « nos custos… » et finissant « … secundo ».

fol. LIX r° : plusieurs pieces attachées ensemble de l’an mil trois cens soixante trois, commençant la premiere : « Edoardus etc., prince de Guienne », contenant « le dit prince manda aux seneschaux de Perigord et de Quercy de laisser jouir de Montleydier, Mourens, de la Tour-Blanche et de Monreal le comte de Perigord[200] jusques à certains temps declarés par les dites lettres, et l’attache du cappitaine general du roy qui promet par icelles au dit comte faire vider ceux qui tenoient Montinhac et haster tout empeschement.

fol. LIX v° :plus unes lettres dudit Edouard prince de Guienne et de Galles parlesquelles mande au seneschal de Perigort de permettre au dit comte de redifier ses places, cognoitre des chemins publics, sans scau, signées Bereti.

Ibid. plus un mandement que le roy bailla Montreal et Trelissac en Perigord pour partie de recompense de Brageyrac.

fol. LXIX r° : plus un instrument signé R., ceste contenant  comment monsr le dauphin en l’an mil quatre cens dix-neuf approuva la prinse du duc de Bretaigne par le comte de Penthievre.

fol. LXXI : plus une lettres de renvoy de mademoiselle la comtesse Françoise de Bretaigne de toutes ses causes par devant le seneschal de Perigort à Perigueux.

fol. LXXI r° : plus une declaration du roy Philippes par laquelle il met le comte de Perigort et son dit comté en sa main, et inhibe au roy d’Angleterre et luy impose silence, et que le comté de Perigort ne peut etre en autres mains.

fol. LXXI v° : plus certains articles en parchemin contenant les excès faits par le comte Archambault de Perigort et son fils aux habitans de Perigueux à cause de quoy par arrest fut le comté de Perigort confisquée (ne s’est trouvé).

Ibid. plus un instrument de quittance signé etc., de mil florins d’or poyez en deduction du mariage de Johanne de Perigort femme de mr Jehan d’Armagnac comte

Page 86 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

d’Armagnac promis par feu Talayran cardinal au nom de monsr Archambault comte de Perigord son neveu.

fol. LXXII v° : plus une donation faite par Jehan duc de Guienne lieutenant du roy, des villes St Astier et Montagrier en toute justice comme confisquées, au comte de Perigort, reservé la superiorité et ressort au roy, de l’an 1345.

Ibid. transaction faite entre le comte de Perigord et le comte d’Armagnac à cause de la reste du douaire de la femme dudit comte d’Armagnac sœur dudit comte de Perigord, pour lequel reste tenoit le lieu de Caussade dont le dit comte de Perigort en demanda restitution. Debat sur ce meu, s’en soubs mettent à l’ordination de clercs et comparurent au lieu de Gourdon en prindrent acte de leur comparution, et s’en allarent sans autre chose faire.

fol. LXXII v° : plus, instrument de don du roy Philippus du sceau commun et pariage St Front de Perigueux entre le roy et le chapitre pour 19 # tournois d’un costé et le sceau commun des actes de court dudit pariage, et aussi les vantes de la parroisse St Front aussi communs en la ville et faux bourgs de Perigueux, par recompence de la court de l’eschange de la terre de Brageyrac, ce que le roy confirma, et heut pour agreable.

fol. 73 r° : plus une autre lettre annulative des privileges baillées à la ville de Perigueux touchant les vantes, en ratifiant par le roy Philippes ce que Jehan son lieutenant avoit donné au comte de Perigord en la confirmant en recompense de Brageyrac.

fol. LXXXIII r° : plus, instrument signé par Helias Brun le plus jeune de Perigueux, par lequel apert que entre Arnault de Perigord fils du comte de Perigord et l’abbé de St Chastier d’une part, et Pierre de Graignols d’autre, de certain debats qu’ils avoient entr’eux, s’en mirent à l’ordination de certains arbitres, et par devant iceux fut exhibé un instrument inseré en la dite piece contenant que Archambault de Perigord comte, l’abbé de St Chastier d’une part, Pierre de Graignols[201] d’autre, et pour ce certains autres nommés au compromis de debat etant à cause d’une forest nommée de Merlande chatellenie de Vernh, se compromirent en le recteur de Neuvic et Pierre Rocque qui en prindrent la charge, et par leur apointement apointarent que le dit de Grainhols par tout droit qu’il pretendroit en la dite forest, en auroit dix sexterées, en proprieté, la directité et une paire de gans blancs de achapte retenus au comte et ses successeurs, et les hommes et ses consorts pretendant l’exploit en la dite foret en auroient vingt sexterées de terre devers leurs village et par chacune sexterée, payeroient au dit comte une eymine froment de rante à Perigueux, et directe seigneurie retenue au dit comte. Et après s’ensuit la reconnoissance des dits hommes, et ratification dudit comte, etc.

fol. 74 r° : certain lettre commençant : Johannes » etc., et contenant comment dame Johanne de Perigord par son testament avoit voulu que les habitans de Lavardac, de Fougeyroles et de Cauderoue durant la guerre du duc de

Page 87 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

de Guienne et les Angloys, demeurassent sous le pouvoir du roy et que sous sa dite main l’eveque Talayrandus jouit des dits lieux, ce que le roy luy octroya, en fit gouverner les dits biens par le sr de Montferrant, de l’an mil trois cens soixante.

fol. LXXVI : plus l’instrument de mariage de dame Jehanne de Pons sœur de Helias Rudel, entre elle et messire Archambault comte de Perigord, et que la dite Jehanne fille de messire Regnault de Pons et lequel Archambault etoit fils de dame Brunissende du dit Rudel comme heritier testamentaire de son dit père, luy constitua en douaire pour tous biens paternels et maternels cinq cens livres de monoye perigourdine de rente annuelle assignable à l’usage de Perigort en Perigort en toute justice à l’ordination de gens de biens et en oultre la somme contenue par le testament du père dudit Rudel avec certains pactes succession future.

fol. LXXVIII r°: plus un hommage fait au roy Jean signé Mathe, fait par monseigneur le comte de Perigord, du dit comté.

fol. 78 v°: homage par messire Bernard de Bonisvilla sgr de Miramon à messire Helias Rudel sgr de Montignac, à scavoir du lieu de Marzac et de St Robert, cum pertinentiis, et tout ce qu’il tient en la parroisse de Floyrac en ce qu’est en la chatellenie de Limeuilh.

Ibid., homage fait du comté de Perigord par dame Françoise de Bretaigne comtesse de Perigord, par mgr Alain d’Albret au lieutenant du roy Jean bastard d’Armagnac dudit comté de Perigord, fief, arrieres fiefs, et des autres seigneuries assises au duché de Guienne, en l’an 1463. Signé, etc.

fol. 80 r°: plus alliance et hommage fait par Pons, sgr de Baynac, de Commarca, l’an 1440, signé par le dit de Baynac, et plus bas : De Pelisse. Fait à mr le comte de Perigord, avec certaines exceptions.

fol. 81 r°: plus une lettre d’alliance faite entre Guy de La Roche sgr de Montendre et mr le comte Jehan de Perigord.

fol. 82 r°: double non signé d’un contrat entre mr le comte de Perigord Jehan d’une part et Johanna de Roffinhac dame de La Motha, de Vilhac, contenant eschange que la dite de Roffinhac laissa au dit comte la chatellenie de Vern en toute justice, dixmes, peages et autres droits sans rien retenir, reservé ce qu’elle avoit à cause de son dit chastel dont en feroit homage au dit comte et le dit comte bailler à la dite de Roffinhac toute la justice, rente et homages qui luy pouvoient apartenir ez parroisses de Vilhac et Roffinhac, et demy quartier de la dixme de Libersac, 100 sols de rente etc. De l’an 1445, reçu par Pierre de Pelisses

Ibid., v° : homage de Katerina et Bertrand de Caussade sgrs de Puyarnet (en Quercy, relevant de la chatellenie de Caussade) firent homage à mr le comte de Perigord Helies Talayran du château de Puyarnet et ses apartenances. Une lance de frayssier ferrée, de devoir.

fol. 87 r°: homage de Felicis de Glana relicte de feu Pierre Valonges au sgr comte de Perigord, de l’hostel noble de Benon et de la fazion appelée de La Raylie, assise au lieu de Plazac[202], honneur de La Roche St Christofol, et autres choses qu’il a en la dite honneur.

fol. 89 r°: homage de de Arnault de Cluzel au dit comte, de son repaire du Cluzel[203], chatellenie d’Auberoche.

Ibid. : piece signée : de Quercu, contenant que « Huguo de Sancto Crispino Albae Rupis, fecit homagium dicto comiti hospitii vocati de Cruspi et aliarum rerum

Page 88 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

rerum que tenet in honorion Albae Rupis, excepta decima quae tenet ab episcopo petragoricensi ».

fol. 89 v°: autre piece contenant que « Helias Gaillard Albae Rupis fecit homagium dicto comti hospitii de la Gailhardia Albae Rupis et aliarum que tenet in dicta Alba Rupe, excepta decima quam tenet in dicto episcopo petragor. » Signée la dite piece par de Quercu.

Ibid. : piece signée par P. de Quercu, contenant que Geraud de Bosco « domicellus Albae Rupis » fist homage au dit comte de son hostel de La Brandia et de ce qu’il tenoit Albe Rupa, excepté la dixme qu’il tenoit dudit eveque de Perigueux.

fol. 90 r°: piece signée par P. de Quercu, contenant que Bertrand d’Arguonda heritier de Fronton Gaudilh d’Auberoche fit hommage au dit comte de l’hostel de la Gailhardie de ce qu’il tient au dit Auberoche, excepté la dixme qu’il tenoit dudit eveque.

fol. 90 v°: piece signée par P. de Quercu, contenant que Pierre de Montelonio fit hommage au dit comte de l’hostel de Labatut et jurisdiction de Vernh et de tout ce qu’il tenoit en Auberoche, excepté ce qu’il tenoit en homage de l’abbé Del d’Aurat.

fol. 95 v°: un mandement du lieutenant du roy, à la quete du comte de Perigord touchant Limeuilh, Mussidan et Chateauneuf etant de l’homage dudit comte, par lequel est mandé les contraindre ad ce, de l’an 1361.

fol. CIX v°: homage de Raynauld de Pons, sgr de Pons et de Montignac, de ce qu’il tenoit : « in senescallia Carcassonae », et aussi : « nomine Heliae filii sui in castellania de Montinhaco senescalliae petragor., et de illis quae tenebat dictus quondam de Pons abbatiae Sancti Johannis angeriacensis in villa Pontis », et de ce que le dit sgr tenoit de l’abbé de Charrols, acquis le dit homage de l’abbé par le roy.

fol. CV r°: item un vidisse par maistres Jehan Personne et Jehan Simonis contenant trois hommages faits à l’eveque de Perigueux par messieurs les vicomtes de Lymoges à cause de la chatellenie d’Alberoche, le dernier fait l’an mil trois cens dix huit.  Cotté au dos par quatre « ffff ».

fol. CV v°: hommage fit par mr le vicomte de Lymoges à l’abbé de Solongnac de la chatellenie d’Eysse et de tout ce qu’il tient dans la dite chatellenie, lequel homage est lige, « osculando dictum abbatem ». Autre de l’an 1344.

fol. CVII r°: vidisse de l’homage de Guy vicomte de Lymoges au doyen de St Yrieys du château et chatellenie de Segur, et de ce qu’il tenoit ez chateaux, ville et chatellenie de St Yrieys, et aussi Chateau Lucet Chabrol avec la chatellenie et ce qu’il avoit en icelle, et la tierce partie des rantes, maisons, ville et bourg de St Thomas d’Exideuilh[204], dont doit un estandart de soye blanche avec trois leons rouges, et après au lieu dudit estandart, fust mis une banniere avec les armes dudit vicomte d’Aurcès, et fut fait l’an mil deux cens cinquante six. Scellé le dit vidisse, etc.

fol. CVII v°: item, vidisse de l’hommage fait par mondit sgr le vicomte, de la chatellenie  du sgr de Chateau Chabrol et de la tierce part d’Exdeuilh. Signé et semblablement au dit homage que dessus. L’homage qui precede est un homage rendu par le vicomte de Lymoges à l’abbé de Solemgnac de la chatellenie d’Eysse, reservé par le dit vicomte ses homages à lui deues par messieurs Ratier de Mont Rochier et Guioit Xante[205] de ce qu’ils

Page 89 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés, n° 441

tiennent hors le dit château et chatellenie d’Eysse, datté de l’an 1286, et signé. L’homage qui precede celuy-ci est celuy par lequel le vicomte de Lymoges fait hommage au doyen de St Yrieys des chatellenies de Segur etc., et de la tierce partie de St Thomas d’Exideuilh.

fol. CVIII r°: homage par le vicomte de Lymoges au doyen de St Yrieys de la chatellenie de Segur, de Corbafi, Rochaud Bella, Chateau Lucet « et tertia parte burgi Santi Thomae de Exidolio ».

fol. CX r°: instrument signé, de l’an 1448 contenant que dame Marguerite de La Porte dame de Jumilhac et de Roffiac veufve de messire Helies Robert et Marie Roberte dame d’Esinge veufve de messire Pierre Salignac, pour vendre ou permuter leurs domaines et rentes, qu’elles auroient en Perigord en Limousin, prendre, recevre l’argent etc.

fol. CX v°: plus un instrument en parchemin fort vieux touchant la recompense de la vicomté de Lomagne faite par le roy au pais de Rouergue après la recompense premierement faite des terres de Perigort, lesquelles faulsist rendre au roy Edouart après la paix faite avec le roy Jehan[206], laquelle recompense ne tint point, ains fut remis le comte de Perigort en ses premieres terres de Perigort, de Lalinde, St Astier et autres … et on ajoute tout de suite : nota qu’il est escript sur la dicte lettre et instrument qu’elle ne se doibt montrer et ex causa.

fol. CXIII : petit instrument non signé, toutes fois scellé de l’an mil deux cens septante deux faisant mention que la dixme d’Avanxens apartient au comte de Perigort, laquelle il avoit engagée à l’abbé d’Aubeterre et rachaptée, et mande l’en laisser joyr.

Ibid. : plus ung rescript du roy feu Charles de l’an mil trois cens quatre-vingts douze, par lequel est mandé au seneschal de Perigort permettre joyr le comte de Perigort des fruits de ses terres mises à la main du roy par manière de recreance à cause du procès meu en parlement entre le dit comte, le chapitre et habitans de la ville de Perigueux[207]. Signé : F. de Sanctis[208], et scellé.

fol. CXIIII r° : instrument de l’an 1297 non signé, toutes fois scellé, faisant mention que Helies Talayran comte de Perigort et le recteur de Tralissac transhigarent pour raison de la justice et dixmes de la parroisse de Tralissac, par lequel appointement la dixme demeura au dit recteur, et la haute justice au dit sgr, à cause de sa justice de la ville de Perigueux.

fol. CXV v° : une piece signée Charles et plus bas Letard, contenant quittance de douze cens reals d’or reçus du comte de Penthievre de l’eveque de Lymoges et le sgr du Château Neuf, à cause de la delivrance du château de Courbafy.

fol. CXVI r° : deffaut de l’an 1462, signé Campanis, bayle de Paris, touchant la chatellenie de Ribeyrac à la requete de dame Françoise de Bretaigne contre messire Jacques et Guy de Pons qui avoient depossedé la dite dame de la dite chatellenie de Ribeyrac.

fol. CXVI v° : apointement fait entre le chapitre St Front de Perigueux et le

Page 90 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Comte de Perigort qui leur laissa les maynements du Puy La Reynia, de la Foucaudie et de La Benechia en la parroisse de Notre-Dame de Vernh en ce qu’ils sont tenus « in kalendis julii cujuslibet anni » faire ung anniversaire, datté de l’an mil deux cens soixante treze cotté au dos D.

fol. CXXI : instrument d’arbitrage et accord signé par maitre Raymond Chonzamel notaire de Brantolme, contenant vidimus dudit accord fait entre l’abbé de Brantolme et maitre Geraud de Maumont sgr de Bordelha, et l’eveque de Perigueux et les religieux dudit Brantolme, où il y a de biaux pactes et accords entre le dit eveque abbé et religieux, que le sgr de Bordeilha tient à cause de l’hommage dudit Bourdeilha deu au dit abbé de Brantolme, que du commun de la paix et tailhe, laquelle piece etc.

fol. CXVI v° : instrument signé P. Lambert, de l’an mil trois cents, par lequel Helies Talayran comte de Perigort declara avoir fait vœu de fonder ung couvent des Freres Mineurs[209] au nombre de douze freres à la honneur de Dieu et de ses apotres et trois à la honneur des Saints Confesseurs Françoys, Anthoine, « ejusdem ordinis, et Ludovici quondam episcopi Tholosani », et les pourveoir de vivres competans, et pour ce accomplir au couvent des Freres Myneurs de Perigueux aux dits fins pour le salut de son ame et de feue Leomanhe sa femme, present le syndic et gardien dudit couvent, leur assigne à perpetuel pour la nourriture de quinze religieux « perpetuis temporibus » cent cinquante livres tournoises de rente qui est dix livres pour homme de rente poyables cinquante livres pour le premier à Tous Saints, autant à St Jehan Baptiste, autres cinquante livres t. à St Michel, sur tous et chacun ses biens, promettant les assigner et faire admortir.

fol. CXXVII r° : quittance de vingt quatre florins baillé par le roy au cardinal Talayran de l’achapt par luy fait du roy d’Auberoche.

fol. CXXX : item, enqueste faite pour montrer que « la seignoria » de Tenon est tenue à foy et hommage de la vicomté de Lymoges.

_______________________________________

INVENTAIRE SECOND, Papiers Mêlés

_______________________________________

Rôle de quelques hommages faits à Jean duc d’Orléans, comte de Périgord (1431)

In dossier E 642 aux AD 64.

[210]Homages faits à Jean duc d’Orleans comte de Perigord seigneur de Romorantin faits l’an mil CCCC XXXI (c’est le bastard d’Orleans). Ce n’est qu’un mémoire. Ces homages sont [mot rayé] et renouvellés au duc Jean d’Orleans tiré d’un livre dont ce mémoire est extrait.

Homages des consuls de Perigueux

Homage fait par Mathe de Valbeys dame de Las Leischas femme de Tonnet de Gontault de Badefou, de tout ce qu’elle a en la jurisdiction de Mucidan et Montpaon

Homage de Griniolz.

Homage des consuls de Beauregard près Bergerac.

Page 91 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Homage du maynement de Chouno à St Astier, à present tenu par mr de Belet, « sub feudo gentili ad acceptamentum unius paris chiroecarum albarum », à muance de sgr et d’heritiers.

Homage de Guillaume Helies comme sgr de Bordelie, de tout ce qu’il avoit à Bordelie et à St Astier.

Homage de l’abbaye de St Amand de Coly, sous le devoir d’une bague d’or.

Homage des consuls de Vern.

Homage de l’abbaye de Tourtoyrac.

Homage de Guillaume Lambert de Valetas, à raison dy maynement et de la dixme de Vanxens, etc.

_______________________________________

Rolle de l’arrière-ban de la noblesse du comté de Périgord et vicomté de Limoges (1526)

In dossier E 671 aux AD 64.

[211]Rolle de l’arriere ban de la noblesse de la comté de Perigord et vicomté de Lymoges

Sur la premiere page : Le roy de Navarre comte de Perigord, vicomte de Lymoges

Monsr le vicomte de Turenne, pour les terres et seigneuries qu’il tient en Perigord 1 h. d.[212] (à chaque article, est ecrit un nombre qui signifie celuy des hommes d’armes qu’ils doivent fournir).

Monsr le vicomte de Gurson et la dame d’Aymet sa femme II h. d.

Monsieur messire Jehan de Calvimont chevalier, seigneur de Lerm et dame Marguerite Talayrant sa femme, le baron et le sgr de Bourdeille 1 h. d.,  1 archier (un homme d’armes et un archer). Le sgr baron de Biron 2 hommes d’armes, le sr baron de Mareuilh 1 h. d. et un archier leger. Le sieur baron de Baynac I h. d’armes

Mr l’archeveque de Bordeaux 1 h. d., 1 archier leger. Mr l’eveque de Perigueux pour raison des terres et chatellenies qui tien à cette seneschaucée : 1 h. d’armes.

Le seigneur d’Estissac denombré par le Vieux [213]IIm IIIc XXV # IX s. IV d., 2 h. d’armes et un archier leger.

Le sgr de Griniols, par le premier C #, par le dernier LX #.

Le sgr de Mauriac, par le vieulx IIIIc #, par le dernier IIIc XXX #.

Le sgr de Jaure, etc. Le sgr de Frateau et sa femme etc.

Le sieur du Verdier.

La Mothe de Griniols par le dernier denombrement IIIIxx III # VI s. VIII d.

Bertrand Bardet sgr de Joumard, par le vieux, 1 h. d’armes (en toutes lettres).

La dame de Mussidan par le vieulx denombrement sans speciffier, 1 h. d’armes

Le sieur de Lauzun.

Le sieur de Lymeuilh et la dame de Lancays IXc. XL # et Pierre de Siret sr de Marzac, 1 h. d.

Le sgr de La Douze VIc L #, 1 h. d.

Le sgr de Salinihac[214], La Sale St Genyes, François Marquat 1 h. d.

Le sr de Caumont par le nouv. denombrement IIm IIIc XL#. Bertrand Foucault sr de Ragainhac, Guyon de Cunhac II h. d. 1 archier.

Le sr de Ribeyrac et Jean de Pauly IIm IXxx VIII# III s., 2 h. d.

Le sr de la Vauguyon 1 h. d.

Le sgr de La Force le veufve denombrée VIIc # X s. VIII d., 1 h. d.

Le sr d’Authefort Vc XL #, le sr de La Mothe d’Authefort, le sr de La Peyre, Antoine de Boiseilh sgr dudit lieu 1 h. d.

De Lur le sr de Longa, Jehan de Ventignac : 1 archier.

Cy-après aux archiers. Le sr de Beauregard Vc IIIIxx XV # V s.

Le sr de Belezules et François de Groulet 1 archier.

Page 92 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Amanhou et Pierre de Ferrieres de la Salmonie XXII # IX s. VI d. Jean des Ayraulx de Roffinhac, Jean de Beaumont sr de Ferrieres, Jean de Lezieres sr de Trenis, Charles de Cladech, Aymard Fernat sr de Velhe : 1 h. d.

Le sr de Mourcal : 1 h. d.

La dame de Montagrier[215] IIIc LX #, 1 h. d.

Le sr de La Cassagne et sa femme IIc #, le sr de Faiges, la veufve denombrée IIIIxx #. Jean La Treilhe sr du Sucquet V#, 1 h. d.

Catherine Destruel dame douiriere de la terre et seigneurie de La Raymondie C #.

Le sr du Roumain et du Bourdeys denombré sans spécifier. Pierre Roux sr de La Salle XL #, 1 h. d.

Guy de Rouffinihac sr de Couzages, Hugues de St Chaman, Jacques de Poulain sr de La Brande, Anthoine de Larmandie, 1 h. d.

Geoffroy sr de La Marthonie IIIIc LIII # XII s., 1 archier.

Pierre de Bounailh sr de Myramont, Antoine Gounyn et Philippe Labourderie sa femme cosgrs de La Durantie, Giles Galbert sr d’Echournihac, Pierre Verdelon sr de Recombu, 1 h. d.

La dame de Puyagut IIIIc XXX VIII #, depuis decedé, 1 h. d.

Le sr de La Rochebeaucourt IIm VIIc #, 2 h. d’armes, 1 archier.

Archiers

De Lur sr de Longa IIIc XXII # XVI s. VIII d., 1 archier.

Jean d’Aubusson sr de Beauregard Vc IIIxx XV # XV s., 1 archier.

Jean Jaubert sr de Natiac VIIIxx XVIII #.

Le sr de Bastardie et dame Marquese de Pelisses sa mere LX #. Pierre Paillet, Jean de Colonges sr de Peyrinhac, le sr de Duvinhac : 1 archier.

Denys d’Ayts sr de Meymy IIc #. François de Bordeille sr de Montancès XXII # X s. Le sr de Bernardieres LXV #. Jean Perrot sgr de Crounhac, 1 archier.

Le sr de St Genyes IIIIc IIIIxx XV #. Jean de Roiere sr de La Queyrerie C #, 1 archier.

Messire François de Crenans chevalier, le Sr de St Ge, cosgr de Jumilhac : 1 cheval legier.

Messire Jehan de Sallaignhac chevalier, le sr de Verteillac IIIc XXXIIII #.

Georges de Lagarde sr de Charnard conseiller du roy à Bordeaux

Mons. de La Rebuterie et sa femme.

Le sr de Rochemourin VIIIxx IX # X s. Mr Bouchier, Catherine Fayard veufve IIc #. Monsr de La Chassaigne et sa femme conseiller au dit Bordeaux. Le sr de La Rolphie juge maige de Perigueux : 1 cheval legier.

Gaultier de Badefol sr de Badefol et de Puyraulx et sa femme Françoise Flamench VIIIxx V # VIII s.. Le sr de Monmege, Nicolas de Souillac XIIxx #, François de Milhac[216] sr de La Vigerie de Roffinhac, Guyot de Niclet : 1 archier.

Arnaut de Boisse sgr dudit lieu.

Raymond de Loupdat sr de Bardon, ne specif. 1 archier.

Le sr du Puy St Astier VIIIxx L #, le sr des Bories Jacques de St Astier C #, le sr de Coussade Jean de Cunhac LX #, le sr de Razac Poncet de Bayly VIxx #. Le sr de Monsec Dany de Chantemerle escuyer sgr XII # : 1 archier.

Amanieu sr de Marqueyssac L #. François Dupuy sr de Trigonan 80 #.

Me Helies Dupuy sr de La Forest advocat du roy, le sr de La Jarte Guillem Dupuy, Geoffroy de Fard sr de Fosselandy, le sr de Vaucourt L #, Loys du Rech

Page 93 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Sr de Contie, Pierre de Villechoazes sieur du Bastit et de Contie C s.

Jean de La Faye sr de St Privat XX #. Pierre Joubert excuyer de St Panthaly La Roche de Milhac XV # : 1 archier.

Guy et Bertrand Joubertz srs de Lamans : 1 archier.

[217]Gabriel Pons sr de St Maurisse, Marguerite Joumard dame de Longua IIc #.

Marguerite de Larmandie dame de Gardonne 70 #. Le sr de St Martial de Vineyrols 60 # : 1 cheval leger.

[218]Le sr de Chanyer, Marie de St Aulaire en l’absence de François de Chaniers son fils C #.

Le sr de Coutures, Celle, Bertric et de Lammarie XIxx #, 1 ch. leg.

Messire Guillaume de St Astier escuyer sgr de Versunes, Fronton de St Astier sgr dudit lieu, Pierre d’Abzac sgr de Mayac, le sr de Rounchac n’a de nombre, Loys Arnault et sa femme sr de La Borie, Jehan de Montardit sr de Lascoux, Anthoine de St Astier sieur de Sauveterre et d’Essermet, pour les biens qu’il tient en Perigord que Agen et Quercy 270 # 10 s. Jacques de la Rocheaymont escuyer cosgr de Jumilhax XL # : 1 archer.

Le sr de Seandailhac Jean de Mayac IIc : 1 archier.

Le sr de Paluel Marguerite Caumont douairiere, le sr d’Escoyree la veuve Catherine de Paluel, le sr de La Balenye, François d’Escodeca escuyer, le sr de Nailhac XL #.

Bertrand de la Baulure escuyer sr de La Monthe de Meyssou, Aymon du Pont escuyer sgr de la [Mons.] [219], Jean Baude escuyer sgr de St Cerny, de Puychevalier et de La Roche-les-Mussidan à cause de damoyselle sa femme 103 #[220]. Henry Dubois sgr de La Greze de Castilhon 29 # 13 s.. Le siuer de la Firtonie Loys de Bidarene, le sr de La Beylie : 1 cheval legier.

Le sr de Piles Antoinette de Boissiere tutrice IIIc #. Le sgr de Bellegarde et Marguerite Thibauld sa femme IIc : 1 ch. legier.

Odet de Sallignhac sr de Graulejac IIIIxx X #, Arnaud de Salignac freres, sgrs de Lamothe-Fenelon, le sieur de La Tourette Antoine Vassal XLIII # et la dame de Graulejac Clemence du Pouget et le sr de Beyssac Jean de Comarque, le sieur de Vignac Jacques Vassal XXXV #. Raymond de Leygue escuyer sgr dudit lieu XL #, et Jean d’Arnouilh escuyer sgr de Veyrinhac et le sr de Laussel Annet Joubert dit de Comarque : 1 cheval legier.

Antoine de Palayrac escuyer IXxx V #, Aranult de La Borie sr de Pras L #. Raymond de Cuourac escuyer cosgr dudit lieu, 37 #. Le sr de Pestilhac[221] François de Beaupoil, Marguerite de Cugnac veufve dudit de Beaupoil XL #. Le sr de la maison noble de La Tour Jean du Bousquet 22 # 9 s. 9 d. Ponsset Rousser escuyer XII #. Etienne de Peyraulx escuyer, Lunard de Vayres escuyer : 1 ch. leg.

[222]Joubert du Pouget escuyer sr du repaire LX #. Le sgr de Puygodon Jean de Comarque, Jehan des Martrez sr de Plat Peuch 15 #. Lelicar de Graulejac, Leonard du Pouget, Poncet de Carbonnieres escuyer, le sr de La Lande et Anne de Touron sa femme, le sr de la maison noble de St Pompins Antoine Martin escuyer, le sr du repaire de Lafont de Segur, de La Bleynie Gaston de Xentoux, Catherine de Paleyrac damoiselle veufve de feu

Page 94 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

[-------][223] de Plasmont administaresse des enfans du dit feu, le sieur de Belmays, Charles de Cladech escuyer sgr de Pechaud 40 #. Antoine de Beaufort escuyer, Charles de Vyvan escuyer, Arnault des Martres escuyer sr de La Remure, Jean et François de La Piarre : 1 ch. leger.

Françoys Flamenc sgr de Bruzac, VIIxx # . Raymond de Lambertie sfr dudit lieu C #. Gaultier de Bourdeille escuyer et Marthe Patroumure sa femme.

Bertrand de Lostanges escuyer sgr de St Alvere, VIxx XV #. Le sr de Peuch les Plazac Foucaut Contic sgr du dit lieu L #. Amanieu de La Faye C #.

Jean de La Faye sr du Barry XX #. Bernard Foucault sr de Lardimalie XX #. Bardin de Calvimont sr de Chaylar, François Foucaut escuyer puisné de Lardimalie chatellenie d’Auberoche : 1 archer.

Bertrand de Larmandie sgr dudit lieu IIc #. Le baron de Montsegur sgr des Bordes, Pierre de Montardit heritier de feu Guy de Montardit en son vivant sr de La Beylie, le sr de Fontanilhas, Jehan Flamenc sr de La Roussie, le sr de Lauterie et de Landoye, maitre Pierre de Bourgoing conseiller, veufve Marguerite de Chantemerle, XI #, 1 archer.

François de Fayole sgr dudit lieu XIIII # 1 s. Geoffroys de Choumme escuyer sgr de Labatut 70 #. François de Senilhac escuyer sgr de Ste Orsse, C #. Bertrand de Roiere sr de Belet XVII #. Helias Chassarel sr de Grezignac, 12 #. Arnault de Turanne sr de la Massoulhe, Jean de Bira sr de la maison noble de La Borie : 1 archer.

Fr. Chauveron sieur de Pougnac XI #. Bertrand de Milhac sr de Verneuilh IIc X #. Jean de Mosnieys sr dudit lieu lès Authefort L #. Loys de Ventignac XL # : 1 ch. leg.

Le sr de Losse XLV.

De Melet, sgr de St Pardoulx VIxx #. Joseph  de La Crote cosgr de Chateyrac 45 #. Helies Vigier sr de Plas de Segonzac 70 #. Jehan de Chantemerle sieur de La Brande 42 # 10 s. Bernard de Chaumont sr dudit lieu, Jean de La Crotte sr de La Mothe St Privat : 1 archier.

Gabriel de Baynac sr de La Roque, Raymond de Cazenac sr dudit lieu, Jacques de Beynac sr de Panasson, Jean des Mothes sr dudit lieu XX #, François de Marqueyssac C s. Jehanne de Solminhac damoiselle veufve de Mychau Esteve : 1 arch.

Bertrand de Laplace sr de St Meard decedé, en son lieu le sr des Homiers, Jean de Belcier sr de Fontenilhes LX #. Joubert de Caumont LXIX # X s., Jacques Jaumar escuyer sr de Soufferte VIIIxx XII #.

[-onnet] Joumard sr des Houlmes, Jacques le jeune Joumard escuyer son frere sr de La Brangelie IIIIxx X # , maitre Helies Chabans vigier de Cyourac, Pierre Maleret sr du repaire Bonnet : 1 ch. leg.

Anthoine de Cireuil cosgr de Cyourac, Arnault de Verdon sr de Campagnac de Ruffen, Pierre et Gaston de Bosredon, Gaston Gantonet et Jean de Vezias et Antoine de la Pomarede escuyers : 1 ch. leg.

Jean de Lyoncel escuyer sieur de Lisle CL #, Grimond de Montagrier sieur de Moureate, et Glaude de Monbrun sa femme VIxx #. Jean de la Filhioulie sieur de Burée C #, François du Lau sieur de La Coste CV #. Aymard Charles et

Page 95 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Arnaud Duclaux cosgrs de Lussac, Aymard a denombré XV #, François de Xans sr de Gastondier L # : 1 archier.

Messires Fronton Beraud ne specifie, advocat general au parlement à Bourdeaux, Jacques Mosnier sr de Fougeyrolles IIc #. Aymar Mosnier sieur de Planeaulx CL # (ainsi [cr--sé][224]).

Arnaud de Villars sr des Roches

[225]André de Ribeyreys

Guillem de Manfrenye, Jean de Mensignac, tant de son chef qua pour sa femm : 1 ch. leg.

Mess. Helies et Jacques de Merle escuyer, sgr de Montgaillard, Anne Audoen sa belle-fille, Pierre Joubert sr de Fonpiton IIIIxx #. François des Pouges sr de La Richardie, Joachim des Estriers sr de Gaudilhac, Jehan des Escuyers, escuyer. Jean dit Janicot l’autre Jean-François de Briansons escuyers, srs du repaire de Briansons XXXV #. Pierre des Escuyers sgr dudit lieu et de La [M--lhe] [226]. Helies de Jussac sgr de La Guillermie, L s., Guillaume de Bonneguy sgr de Breuilh : 1 ch. leg.

Anthoine d’Authefort escuyer sgr de Gabillon XL #. Gaston de La Romagiere sr de Laxion, Antoine de Rocheaymont sieur de Premilhac[227], Arnaut de Brouilhe sr de La Raymondie d’Authefort, Pierre de La Tour, Sicar d’Eygoynye XLV #. Le sr de La Jorie Salvat Melet XI #. Raymond de Montagrier sr de Cheyssac V #, 1 ch. leg.

Charles de Farges escuyer sr de la Chapelle-Fauchier VIxx #. Charles de Chabans IIIIxx #. Jean de Lagne sr de Montardit, Jacques de Bruzac sr de Dome cosgr de Champaignac L #. Anthoine de Bruzac escuyer sgr de Foyssac (ou Foissat) : 1 ch. leg.

Jehan Chat sgr de RastignacVIxx #. François de Boussignac sr de La Marche, les hoirs de feu Hugues de La Mothe sr de La Rolphie et de Bosredon.

Jean de Marqueyssac et damoiselle Antoinette de La Fourie sa femme, VIII #. Aymar Roy seigneur de Mayac, Antoine Vallete cosgr de La Valette. (1) ch. leg.

Charles de Carbonnieres sr de Jayac LX #. François de Feleys escuyer sr dudit lieu XL #. Arnault de Royere sieur de la maison noble de Mosnes, Jean de Vayres sr de l’Espiceric, Antoine Mylon et Marguerite Galabut damoiselle sa femme sieurs de la maison noble de la Chauvilhe XXX (#). Antoine de Beaulieu sieur de La Filholye X #. Jean et François Arnals et Marie Alardin femme dudit Françoys, … Gerome er Jean de Bris Peyronne IIII #. Les hoirs de feu Jean Alardin, Arnault de Bruzac sr du Bastit : 1 ch. leg.

Jehan de Massault sr de la maison noble de St Leon LX #. Raymond de Montclar sr de Puymartin XX #. Jean et Raymond de Bermondie

Page 96 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

sieur de La Bermondie XXX #. Helies de Martres sieur de Pilerguie[228], Antoine de Rislac sr de Las Coulx, Helene de Veillac dame de Bescayre, le sr de Rignac, Bardin de Rouffiac : 1 ch. leg.

François Texier escuyer CX #. Pierre de Laplace conseigneur de Janalhac exempt, Antoine de Barry sr de Puychany, Jehan Bony sr de La Vallade, IIIIxx #. Le sr de la Mourinye François de La Morinie, François Martial de Beaulieu escuyer Bordella bas jurisdiction de Bernardieres : 1ch. leg.

François de Carbonnieres dr du Faulx et de Pellevezin VIxx #. Denys Mathurin de Durfort sr de Montreduc LXX #. François de La Chapelle sr de Brouzeys, Bertrand de Malbec sr dudit lieu X # : 1 ch. leg.

Pierre Raymond escuyer, tant pour les fiefs nobles qu’il tient en Perigort que pour la maison noble d’Antaigne qu’il tient en [-----][229]. Pierre des Alles sr de La Goutarie IIIIxx #. Jehan de Laplace sr de Thiar. Jean des Alles cosgr d’Escrourneau XX #. Marie Raymond damoyselle veufve de feu Helies Robinet en son vivant sr de La Grange. Les hoirs de feu Archambault Robinet escuyer en son vivant cosgr de La Serve, maitre Jacques des Alles, Pierre et maistre Guill. Joubertz cosgrs de Fonpitou IIIIxx # : 1 ch. leg.

Jean de Lestrade sr de La cousse et de Coulaures XL #. Le sr de Montpeyran XL #. Pierre Audier sr de Moncheuilh L #. Pentheleon de Mont-Loys sr de La Barde pres del Buguo XV #. Raymond Berry  sr de La Salle et de Lempzour, Pierre Colombier cosgr de Vaulx, Antoine Valle sgr en partie de La Vallette près Azerac, Mathieu Verdelon escuyer du lieu d’Azerac, C sols. Bertrand Ramusse escuyer de la parroisse de Sern-lez-Azrac L sols : 1 ch. leg.

Pierre de Begue consgr de Bridoyre François de Brouilhac sr de Mazailes L #. Helies de Latouche sr de Larocque LVIII # XVII sols. Pierre Eyquem sgr de Montaigne LX #. Loys Toucteau cosgr de Goyas VII # Marie Carrieres sgr de Moubert IIII # X sols. Bertrand de Segur sgr de Montbrun VII # X sols. Jean Blanc sgr de La Seuynie XLIX # XI sols 6 deniers. Jean Fermer sr de La Brousse XV # XI den. : 1 ch. leg.

Jehan de Pellegone sr de Razas, Pierre du Boys sgr de Bridoire, Bertrand de La Barde sr de Maseret près St Cibran, François de Curson sr de Callenel, maitre Bertrand de Luziers procureur du roy en Guienne, Jean de Luziers sr de Cluzel XV # : 1 ch. leg.

Jehan Saunier sr de Pleyssac, LXX #. Françoys Sounyer escuyer sr dudit lieu, LX #. Helies Saunier sr de La Barde de Creyssac XXX #. Raymond de Broilhac demeurant en la terre de Bourdeille XX #. Antoine de La Serre sr de Guilhardias autrement La Vaure, Jehan de

Page 97 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

La Porte sr dudit lieu près Lugignac, Jehronyme de Mourdone escuyer sgr de Ramaffort XV # : 1ch. leg.

Raymond de La Porte sr de La Salle de Lisle L #. René Massin sr du château d’Espeluche, Loys Robinet cosgr de La Serve, Pierre de Jussac sr de Biraig XII #. Jean de Voure sr de Peylafont, Galiane de Bruzac damoiselle veufve feu Ponsset Raymond en son vivant cosgr de La Moureille, dame Flamenche dame pour la quatrieme partie de la maison noble de Poulin, Aymeric de Vispont sr de La Fuce près Riberac et Charlote Belcier : 1 ch. leger.

Georges de Tardieu sr de St Martin LX #. Anne de Montbrun damoiselle de Château-Bouschet LXIX #. Christofle Bouchard sr de Mirmande, Pierre de Bannes sr dudit lieu, tant en son nom que ayant le gouvernement de Jehan de Bannes son nepveu XV #. Saxon de Camblazac sr de Contie, le sr de Teyssieres XXIIII # Le sr de la Roche St Pantali : 1 chev. leger.

Le sr de Bonnes, Glaude de La Marthonie, maitre François de Caunac lieutenant general en Lymousin à Brives, Henri de Marcillac sr de La Bastide : 1 ch. leg.

Jean de Belcastel sr de Campaignac, maitre François de Corlieu escuyer et Anne Joubert sa demme sgrs de Grezinhac, Pierre du Puy-Imbert sgr de Puychambert, Annet de La Bastide sgr dudit lieu, François de Seignac sr de Masmontet : 1 ch. leg.

Jean de Martin sr de La Roque, Guill. de La Royere sr de La Joubertie ; Pouson Bonys sgr de Pouyne : 1 ch. leg.

Jean de St Laurens sr de La Foilhade, Guy Vigier sgr de La Mothe près Foilhade XXIII #. François Conan sr de Conazac, Joachin Conan fils XIV #. Ponset Charpoux sr de La Chelloudye, Guillé Vigier sgr de la maison noble de La Mothe, Anne de La Porte dame de la maison de La sale pour la moytié …

François de Sarazinhac, Catherine de Lambertye damoiselle comme mere de Françoys Rouen de Beluzieres, Nicolas de Lamberterie sr de La Chapelle-Montmoreau, Jeanne Reynaud damoiselle et Sabynien Richard escuyer sr de St Front de Chambrounes, Leonard de La Goeliere et Jehanne de La Salamonye : 1 ch. leg.

Jean de Beaupuy sr de St Chamassy, Raymond de Bosredon sr de Flameyrage et de Bayac, Gaston de Limeuilh sr de La Bermondie, Jean de Fages sr de Bousquet XL #. Chatherine de Chambrounhac comme mere de François de Marqueyssac, Bertrand de Royere sr de Belet, et cosgr de La Rocque St Christofle, Jeanne de Beaupuy dame du repaire de La Tour du Bosc, Jacques de Mirmont escuyer, comme tuteur des enfans de feu Jean de Mirmont, Geoffroy de La Chapelle sgr dudit lieu : 1 ch. leg.

François de Roignac escuyer sr de Marzac XL #. Pierre de Syreuilh escuyer, Françoys Duboys escuyer, comme mary de Jeanne Galibert sgr de la maison noble de La Borie, le sr de La Durantie : 1 ch. leg.

Page 98 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

Antoine de Jussac sr de St Marsault, Regne Patrounyer consgr du repaire noble de La Riviere, le sr de La Rigaudye autrement apellé du Breuilh, François Adhemard sr du Pont : 1 ch. leg.

François de Cugnac sr de Banze et de Bussac, françois Colon sr de Belle-Joye, Bernard de Choumont de Gouchaulx, Françoise de Roffinhac dame de Parcou, François Jaubert sgr de Las Chabondias, Renault Girault sr de La Mothe-Charante, Martial de Chabans vigier de St André de Double, Gabrielle de Lastures damoiselle, comme tutrice de Jehan Duboys escuyer son fils.

Françoys Duboys escuyer comme mary de Jehanne Gallabert sgr de la maison noble de La Borie, le sr de La Glaudie, François de Chavagnac et Marie Chauvert damoyselle, sa femme, Bertrand de Chateauneuf sr de Narbonne, Jean du Montet du Chadeuilh sgr de la Mezignye du Chadeuilh, Aymeric Vezihon sgr de La Fourie, Jehan Nougaret escuyer, Jacques Genteilh sgr de la maison noble du Montet.

Jurisdiction de Ste Foy

Alain de Bidarenc escuyer, Jean de Reffon escuyer sgr de Montgneyrol, Antoine de Cheylar sgr dudit lieu, Jean du Moureau sr du repaire de La Riviere, Yvonet de Trenard sr de St Loys, Antoine de Beaupuy sr de La Besse son gendre, Savynyen Richard escuyer du lieu de St Jorg, et Jeanne Reynaude damoyselle sa mere, Pierre de St Aigne : 1ch. leg.

Les forgerons de la riviere de Dordoigne : 1 cheval leger.

Cette piece en papier de 23 feuillets d’ecriture n’est signée, mais paraphéebpar les commissaires, à la fin et au commencement, cottée IIIIc XXI. Il y a des interlignes, d’une ecriture aussi ancienne que le texte qui paroit ecrit du temps d’Henry II roy de Navarre.

_______________________________________

Registre concernant Montignac, avec copie des privilèges et coutumes de cette ville (1516-1520)

In dossier E 783 aux AD 64.

[230]Gros registre in 4° de 968 feuillets ou 1936 pages contenant reconnoissances de la ville de Montignac et parroisse de St Pierre. Au commencement est la copie de la confirmation des privileges de Montignac par le cardinal d’Albret (Amanieu), dominus castri et castellaniae Montinhaci, du 25 avril 1517, praesentibus Johanne d’Aubusso milite domino de Vilhaco, Hugone de La Cassagna, domino dicti loci de La Cassaigna, reverendissimo nobili viro Petro de La Cropta, dit de Lancays, prothonotario et Leonardo Pronhati in legibus licentiato etc. Dans cette confirmation, le cardinal deffend deux habitans de la ville de Montignac que : rei moventes de feudo et directo domino nostro personis extra villam et baria dicti loci nostri Montigniaci commorantibus emendi vel vendendi subinfeudent vel subinfeodatas vendant poena commissi dictatrum rerum etc. Amanieu d’Albret rapporte au long ces privileges, donnés par Archambaud comte de Perigord, et dominus Montigniaci. Die lunae ante festum beati Hilarii anno Domini 1367. Archambaut insere les lettres données en 1314, die dominica ante festum beati Barnabae apostoli, par noble Helias Rodeilh (Rudelli)

Page 99 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

sgr de Bergerac et de Montignac, in domo Fratrum Minorum una cum nobili viro domino Amanevo de Lebreto. Helias Rudel, est-il dit, reçut alors le serment de fidelité des nobles et non nobles de Montignac, videlicet de dominis Bertrando de Feleto et Aymerico Guillelmi militibus, Guillermo de Lossa[231], Reginaldo Gibrani, Guillelmo La Motha Francisco Raymundo de Podio Petror., et Stephano Bertrandi domicello, et magistro Bertrando Sanacerri, Arnaldo Aramundi, magistro Bertrando de Senzelis jurisperito etc., etc. Puis on ajoute : praenominatae personae in dictis castro et castellania commorantes exposuerunt eidem nobili (Heliae Rudelli) quod praedecessores ipsius nobilis, videlicet dominus Helias Rudelli avus patruus ipsius nobilis et dominus Raynaldus de Ponte quondam dicti Heliae inclitae recordationis domini condam Montinhaci etc. Après le serment de fidelité reçu, avoient juré qur les 4 evangiles, d’etre bons sgrs, et de garder leurs privileges et franchises et coutumes. Sur cela Archambaut[232] promet de garder les memes privileges, ce qu’il jure, in praesentia nobilium domini Talayrandi germani nostri, Talayrandi deVernodio, Guydonis Flamenc, Bernardi Fayditi, Raymundi Artensia, Iterii Aytz domicell. … pius privilegiorum … tenor talis est … : Universis etc., Reginaldus dominus de Pontis, Brageyraci, Montinhaci, salutem. … Noverint quod nos … recognoscimus … et concedimus in perpetuum quod omnes homines apud Montinhaci locum nunc et in posterum commorantes tam infra clausuram murorum quam extra eorumdem in barriis et aedificiis apud Montinhacum factis et faciendis esse franchos, liberos et  immunes ab omni questae, tallia et aexactione indebita, à l’exception des 4 cas generaux pour chacun desquels il fixe l’imposition à cent livres monnaie courante, payable solidairement, pro dotatione unius filiae centum (2°) pro transfretatione domini Montinhaci (3°) pro neuptolamatione ipsius domini vel filii sui primogeniti quando ipse vel filius suus primogenitus parabit se ad recipiendam militiam, vel fuerit novus miles (4°) vel pro catione domini Montinhaci etc. Actum et datum die martis ante festum beati Thomae apostoli, anno Domini 1269. Le comte de Perigord declare qu’il confirme ces privileges, datum in castro nostro Montinhaci in camera nostra praesentibus … nobilibus viris Talayrando de Vernodio, Guydone Flamenc domino de Vilhac, Raimundo de Artensia, Bernardo Fayditi, Ademaro de Roffiaco domicellis, et pluribus aliis, die lunae ante festum beati Ylarii, anno Domini millesimo trecentesimo sexagesimo septimo.

[233]Ces memes privileges sont approuvés par Guillaume de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord vicomte de Limoges et sgr d’Avesnes. Datum in castro nostro de Securio, videlicet in hospicio de Guardris, die 27 mensis junii anno Domini 1454.

Page 100 / Armoire de Périgord, 2e inventaire, papiers mêlés

[234]Françoise de Bretaigne du consentement de son mari Alain d’Albret les confirme de nouveau, datum in castro novo de Montinhaci petragoricensis diocesis, die 17 mensis septembris anno Domini 1470, praesentibus ibidem et audientibus nobilibus Bernardo du Lur milite, domino de Freyssineto, Bertrando de Barry domino de La Reynaudie[235], et capitaneo de Nontron, dicto nobilo magistro Petro de Pelisses, Karolo de Bannes magistri hospicii nostri d’Eyssideuilh, Guischardo de Vaucocort, Johanne de Moncassin, et Ludovico de Montagut domicellis, testibus etc.

Et est sciendum quod ibidem in praemissis existentes nobiles Guillerm. De Royere alias de Mones, Johannes La Serventia et Petrus de Feleto domicelli prudentesque viri Johannes Bonaldi, Johannes Perprucherii burgenses, Bertrandus Peyrier, Simon de Vias, Bertrandus Moyssard, Guillermus Brosse, Alanus Rocha er Guillermus de Monte Rabrosse habitatores dictae villae et suburbiorum Montinhaci pro se et aliis habitatoribus … et religiosi viri fratres Petrus de Lavernha guardianus et Johannes Cheyrac, pro se et aliis fratribus dicti conventus Fratrum Minorum Montinhaci et successoribus suis in in eodem conventu etc., haberi voluerunt et petierunt litteras etc.

Suivent les reconnoissances faites au nom du cardinal d’Albret sgr de Montignac, et reçues par François de La Faye escuyer sgr dudit lieu et de la parroisse d’Auriac, cappitaine de Montignac, maitre d’ostel et procureur dudit cardinal. De [----][236] le 27 mars 1516, signé Doard, notaire etc.

_______________________________________

Dénombrement fourni par François de La Rochebeaucourt, seigneur dudit lieu, etc. (1551)

Référence non connue aux AD 64.

Dans le meme inventaire second.

Etat particulier des titres, au folio 121 de cet inventaire 2nd.

Le n° 1 est une liasse contenant quelques hommages qui regardent le Perigord ou le Limousin. On y voit entre autres, l’homage de noble Pierre Roux escuyer sgr de Besson et de La Salle en la parroisse de St Front-la-Riviere par devant le sgr de Planeaux (Ademar Mosnier) commissaire de Henry roi de Navarre 6 juin 1551. Plus, denombrement de Antoine de Lagarde sgr du dit lieu et de Tranchelion parroisse de St Jean de Ligoure, diocese de Lymoges, seneschal de Lymousi, 1551. D’autres denombrement regardent Chalus et Courbefin en Perigord et Limousin, parroisse de Mialet etc.

[237]Denombrement de François de La Rochebeaucourt, sgr dudit lieu, St Mesme et de Secoussac, au roy de Navarre comte de Perigord etc., pour ses ville et parroisse de La Rochebeaucourt avec les autres parroisses et territoires, fiefs et arriere-fiefs, cens, rentes, etc., compris au-dedans des limites, scavoir commencement devers la chatellenie de Mareuilh au roc de Poussous et d’illec suivant les bornes tirant à une borne apellée des Rapnoulx, et de la dite borne suivent autres bornes plantées, comprins la croix apellée des Gaulges, jusques au pas appelé Le Pas des Charettes, et dudit pas traversant la riviere de Nyzonne, et d’illec à une autre borne et traversant la riviere nommée la Belle, montant en suis à une montaigne appellée Puy Tranchy comprenant la chapelle appelée Proudebault et d’illec à une borne appellée Pierre Blanche et d’illec suivant en bas à une pierre qui est en une combe apellée Fousse Orbe, et d’illec suivant les limites de la parroisse d’Argentin jusqu’au pas appelé de Poupague, et du dit pas suivant contremont le purtz ancien  de la dite riviere de Nizonne jusqu’au dit pas dit des Charettes assis pres le bourg des Granges, le tout en droit de chatellenie, justice et jurisdiction haute moyenne et basse, avec l’exercice d’icelluy etc. Du 12 mars 1551.

Avec le denombrement de la seigneurie de Jumilhac signé et scellé, du 5 juin 1551, possedée en partie par François de Crenaut, sgr de Linge de Jumilhac, escuyer, etc.

 

FIN DU RECUEIL N° 7

 

<<Retour



[1] en marge gauche : cotté Q 48 / genealogie de la maison d’Albret

[2] en marge gauche : la maison d’Albret a eu des alliances avec tant de maisons, et ses interests sont mêlés avec ceux de tant d’autres sgrs, principalement dans les provinces de Gascogne et d’Aquitaine, qu’il importe beaucoup de connoitre cette maison - Leydet.

[3] en marge gauche : tout jusques ici me paroit fabuleux.

[4] en marge gauche : à laquelle appartient par droit la duché de Bretaigne.

[5] en marge gauche : ce n’est pas Philippe le Bel, mais Philippe le Long - Leydet.

[6] en marge gauche (et sans relation avec le contexte), la note suivante : procès-verbal de Lafourcade, fol. 89 r° : la tierce partie de la parroisse de Saint Méard de Dronne en justice vendue à noble Jaubert de Mellet sgr des Arres pres Riberac pour 200 # seulement en 1514 avec remeré de XX ans.

[7] en marge gauche : cotté A 31 / Hommage de Biron. (Voir la transcription de Jean Roux in dossier E 702 / Pau – note Cl. R.).

[8] en marge gauche : Vertamon de Lymoges / « assensare » : prendre à assense etc. gloss.

[9] en marge gauche : emailh, perles, diamants, pierres precieuses en usage...

[10] n° de folio non déchiffré, peu lisible.

[11] en marge gauche : Lymoges 1496, fol. 41 v°.

[12] en marge gauche : faymidroit a rapport à la justice / explication du mot faymidroit, gloss. / voyez le dictionnaire de droit.

[13] en marge gauche : fol. 44 r°.

[14] en marge gauche : fol. 47.

[15] non déchiffré, peu lisible.

[16] en marge gauche : cotté J / pour la genealogie de la maison d’Albret / l’original de ce titre est, je crois, à Nerac.

[17] en marge gauche : cette date 1470 me paroit fausse.Bernard Ezii est mort en 1359 supra, ainsi toute cette chronologie doit etre suspecte - Leydet.

[18] en marge gauche : Françoise de Bretagne meurt en 1481.

[19] en marge gauche : cotté D / maitrises, arts et metiers, 1546 / en parchemin, scellé.

[20] voir également sur notre site le tome 9 recueil n° 1 pp. 6-11.

[21] en marge gauche : cotté N / privileges des comtes de Perigord.

[22] en marge gauche : etendue du ressort du comté de Perigord.

[23] mots soulignés par Leydet. On attendrait en effet « et sui heredes et successores ».

[24] en marge gauche : le roy Jean duc de Normandie. C’est Philippe de Valois qui parle, parce que ceci est un acte par lequel le roy Jean rapporte une confirmation que son père Philippe de Valois avoit faite d’une concession accordée par son fils Jean duc de Normandie, depuis roy sous le nom de Jean II.

[25] non déchiffré.

[26] Leydet a ici visiblement hésité sur ce patronyme : « Saucener », « Saussaner » ou « Sancener des Pins » ? Vers le milieu du document il adoptera systématiquement l’orthographe « Sancener » en soulignant la lettre « n » comme ayant été identifiée ainsi dorénavant (note Cl. R.).

[27] en marge gauche : cotté A 4 / treves ordonnées par Jean XXII entre le sire d’Albret et Saucenarius de Pinibus (1er mary de Jeanne de Perigord).

[28] en marge gauche : ex pontifica auctoritate.

[29] en marge gauche, dessin explicatif correspondant non reproduit ici. Ce dessin est accompagné des explications suivantes concernant le pliage du document : Quand l’acte est plié selon (l’axe) de, alors « f » repond et est --- à « F », « g » à « G », « i » à « I », etc.

[30] en marge gauche : Diplomat.

[31] non déchiffré.

[32] Leydet a du vouloir écrire ici « Clement VI »  (note Cl. R.).

[33] en marge gauche: cotté F 4.

[34] en marge gauche: cotté Z 4 / college de Bergerac etabli en 1563, retabli en 1577 / ecoles etc. / etudes publiques longues.

[35] non déchiffré.

[36] en marge gauche: cotté Y 5 / voyage de Louis XI en Guienne.

[37] espace laissé à blanc – note Cl. R.

[38] en marge gauche: jours ordinaires de chaque pays etoient ecrits dans untableau, dans les parlements etc.

[39] en marge gauche: cotté G 6 / piété des seigneurs d’Albret, etc.

[40] en marge gauche: cotté H 6 / concessions, indulgences etc. de cour de Rome / discipline ecclesiastique etc.

[41] les signes correspondants non reproduits ici. Voir plus avant dans le texte leur correspondance (note Cl. R.).

[42] en marge gauche: mot un peu effacé.

[43] non déchiffré.

[44] ibid.

[45] ibid.

[46] espace laissé « à blanc » ici.

[47] en marge gauche: cotté O 6 / Bergerac.

[48] en marge gauche: Issigeac / Roquepine : bastide.

[49] en marge gauche: Verteuil.

[50] en marge gauche: Archambaldus comes Petrag. 1279, Othon de Lomagne 1279.

[51] en marge gauche: refformation, 1303.

[52] en marge gauche: cotté P 6 / Catherine sœur unique de Henry roy de Navarre, regente de Navarre etc. / cession provisionnelle du Perigord, Lymousin, etc. (1857)

[53] en marge gauche: le tout aux charges, ypotheques et rentes foncieres dont il est chargé.

[54] en marge gauche: cotté R 6. / genealogie de Navarre etc.

[55] en marge gauche: le contraire se prouve par des exemples precedents dans ce royaume, et apres luy, sa fille, mere de Charles V empereur, porta ce royaume dans la maison d’Autriche – Leydet.

[56] en marge gauche: Jean de Narbonne (cause des guerres) etc.

[57] en marge gauche: Ysabeau dame de Rohan, qui eut Montpaon en Perigord etc.

[58] en marge gauche: cotté D. / copie in coll. Doat, tome CCXXVII, f°s 187-193 (note Cl. R.)

[59] patronyme non déchiffré. Voir Doat, ou le manuscrit original (note Cl. R.).

[60] ici en marge gauche, un court texte écrit verticalement, et qui n’a rien à voir avec ce contrat de mariage. En voici la teneur : « dans le denombrement de Jeanne de Courselle, en Exideuil, on dit une place de maison ou ‘coustz’, 19 decembre 1541, cotté M 14, nouvel inventaire d’Albret » (note Cl. R.).

[61] la liste des trois noms qui suivent a été placée en marge gauche par Leydet. Pour une meilleure lisibilité, nous avons replacé cette liste dans le corps du texte (note Cl. R.).

[62] en marge gauche: cotté B 3.

[63] en marge gauche: cotté C 3. / Trésor de Montignac forcé.

[64] en marge gauche: cotté G 3. / Arret contre le sgr de Pilles etc., qui deffendit St Jean d’Angely contre les troupes de Charles IX etc.

[65] non déchiffré.

[66] en marge gauche: cotté P 4. / parlement de Bordeaux seant à Bergerac, 1495.

[67] peu lisible (« Banes » ou « Bones » ?).

[68] en marge gauche : remises des chateaux du roy de Navarre en Perigord, 1582.

[69] fin de ligne peu lisible.

[70] en marge gauche : prise du château de Montignac par Vivans.

[71] mot non déchiffré.

[72] en marge gauche : prise du château de Montignac par Vivans, cete relation est conforme à celle du meme de Vivans dans ses memoires que j’ay recueillis dans le Tresor de son château de Doyssac, dioces de Sarlat – Leydet.

[73] en marge gauche: cotté M 8 / troubles de l’eglise gall. Causés par la pragmatique sanction sous Louis XII / eglise de Condom 1510 / ex autograph. in pergam.

[74] en marge gauche: cotté D 9 / St Caprais, chapitre seculier en 1318.

[75] en marge gauche: cotté Z 10 / monoyes.

[76] en marge gauche: j’examinerai si cela se doit entendre de l’année 1577 ou 1578, pour determiner si l’on suivoit à la cour l’édit de Roussillon (l'édit de Roussillon dit aussi édit de Paris est un édit de 1564 qui fait débuter l'année en France le 1er janvier : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dit_de_Roussillon).

[77] en marge gauche: cotté P XI (2) / exercice de la religion (1563).

[78] le lecteur reconnaitra ici certains termes mêmes du futur Edit de Nantes (note Cl. R.).

[79] non déchiffré.

[80] en marge gauche: cotté T 12 / Exideuil vendu au sgr des Cars (1582).

[81] en marge gauche: cotté 4.

[82] en marge gauche: il etoit alors le gouverneur de Guienne pour le roy de France.

[83] en marge gauche: famine en Guyenne, 1558.

[84] en marge gauche: cotté VI / mine de metaux etc.

[85] en marge gauche: cotté 1 / contrat de mariage de Henry d’Albret avec Marguerite de France.

[86] en marge gauche : cotté 71.

[87] en marge gauche : « cotté » ( ???).

[88] dans l’inventaire de Paul Raymond, on trouve les précisions suivantes : « il laisse à Antoine de Chamborel, son médecin, la seigneurie de Landerron ; à Jean Martret, son secrétaire, 2 000 livres tournois ; à Jean Martinez, son écuyer tranchant, 100 francs ; à Rollet, son bâtard, la capitainerie d'Ailles et 500 livres ; à son bâtard Achille, 1 000 livres pour étudier ; à son bâtard, que nourrit le seigneur de Mauvezin, 500 livres pour étudier ; il recommande à son héritier universel d'entretenir Louis et François, ses bâtards, jusqu'à l'âge de 20 ans ; il veut que Florette, sa bâtarde, soit mise au couvent de Sainte-Claire de Mont-de-Marsan, et lui laisse 400 francs ; il donne au bâtard de son fils, le seigneur d'Avesnes, 200 livres de pension ; à la bâtarde du cardinal, son fils, 3 000 livres pour la marier ; à l'autre bâtarde du cardinal, 400 francs, et il ordonne qu'elle soit mise en religion » (Note Cl. R.).

[89] en marge gauche : cotté  XXJ / testament d’Alain d’Albret, I oct. 1522.

[90] en marge gauche : le cardinal d’Albret.

[91] en marge gauche : le mot neveu pris pour le petit-fils. Gloss.

[92] en marge gauche : seigneuries de Perigord et Lymousin en proprieté à Alain d’Albret.

[93] en marge gauche : « niece », pour la petite fille. Gloss.

[94] en marge gauche : bastard d’Albret sgr de Myocens. Voyez Longueruana [illis.] Albret, marechal, sire de Pons (en venoit-il ?) Il disoit que ce sgr de Myossens etoit legitime.

[95] non déchiffré.

[96] L’inventaire de Paul Raymond détaille largement ce codicille (note C. R.) voir à l’adresse :

http://earchives.cg64.fr/ead.html?id=FRAD064003_IR0006&c=FRAD064003_IR0006_de-527&qid=sdx_q7#!{"content":["FRAD064003_IR0006_de-527",false,"sdx_q7"]}

 

[97] en marge gauche : cotté LXXXVIII / codicille de Blanche royne de France, veuve de Philippe de Valois, dans lequel on trouve nommés plusieurs ouvrages qu’on ne connoit plus pour la plupart etc.

[98] en marge gauche : Jeanne, fille de Philippe comte d’Evreux et de Jeanne de Navarre epousa Philippe de Valois en 1349 et mourut en 1396. Philippe de Valois avoit epousé en premieres noces en 1313, Jeanne de Bourgogne, qui mourut en 1348.

[99] Somme le Roy, Cambridge, British Museum, add. ms. 54180 et deux folios au Fitzwilliam Museum (Ms.192 et Ms.368), vers 1290-1300. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre_Honor%C3%A9 (Note Cl. R.)

[100] en marge gauche : traduction de 4 evangelistes sous St Louis, à la reine Blance. Si le mot « en françois » se rapporte aussi à 4 evangiles, comme je le crois, voilà une traduction françoise plus ancienne qu’on ne le croit. Voyez P. Lelong, Bibliotheca Sacra, seu syllabus omnium Ferme Sacrae Sripturae, editionum et versionum, et l’abbé Goujet Biblioth. Franc. Le P. Lelong (Biblioth. Sacra etc. cap. 15), remarque que Guiart des Moulins doyen de St Pierre d’Ath, publia en 1294 (sous Philippe le Bel) une traduction françoise de l’Ecriture, et qui ne fut imprimée qu’en 1487.

[101] en marge gauche : Jean de Meun auteur de la suite du Roman de la Rose, mort vers 1310, commencé par Guillaume de Lorris, mort vers 1265.

[102] en marge gauche : occupation des princesses / travail des mains.

[103] en marge gauche : Gilles de Rome, auteur du livre : Du Gouvernement des Princes.

[104] en marge gauche : cotté XXXIIII / deffi au combat à faire en champ clos à Bordeaux entre le roy d’Arragon et le roy de Sicile, an 1282 (et non 1272, comme écrit ici par Leydet – notre rectification (Cl. R.). / Suite des vepres siciliennes au jour de Pasques 1282, dans lequel les François furent egorgés en Sicile etc. par les ordres de Pierre roy d’Arragon (hors d’œuvre : j’ai vu depuis cet acte imprimé dans Rymer – Leydet).

[105] en marge gauche : liasse Iere, cotté 34.

[106] mot non compris.

[107] ce qui est écrit ici sous la plume de Leydet.

[108] patronyme non compris.

[109] en marge gauche : suite du deffi des roys de Sicile et d’Arragon.

[110] en marge gauche : cotté 47 / chap. XV / Fronsac.

[111] en marge gauche : cotté XVI / charte du roy Philippe de Valois, qui permet aux barons et nobles d’Aquitaine de se faire la guerre entr’eux (1338, mens. februar.) / Je crois que cette piece se trouve en entier dans le Recueil des Ordonnances des Rois de France, tome 2, par mr de Lauriere - Leydet.

[112] en marge gauche : port d’armes par les barons et nobles n’est pas de droit, mais d’usage etc.

[113] en marge gauche : reglement pour exercice de la jurisdiction royale dans le territoire des seigneurs.

[114] mot non compris.

[115] en marge gauche : cotté 23.

[116] en marge gauche : cotté XLI / Terrasson en Perigord vendu au cardinal d’Albret.

[117] en marge gauche : cotté XLII.

[118] en marge gauche : cotté XXI.

[119] en marge gauche : cotté IV / Affaires des Albigeois. Histoire ecclesiastique. Union des comtés de Thoulouse et de Foix.

[120] deux lignes rayées ici.

[121] en marge gauche : dans le vidimus fait en 1394, il y a « Alfomeo » (ce que nous lisons car peu lisible ici – Cl. R.).

[122] non déchiffré.

[123] non déchiffré.

[124]???) ce que nous lisons (note Cl. R.)

[125] en marge gauche : cotté XIII in pergam. / Aymerigon sgr d’Estissac en Perigord, chevalier, fait alliance d’arme avec le comte de Foix (1439).

[126] en marge gauche : cotté XLVI. / Lettres du prince de Galles Eddouard au comte de Foix Gaston Phoebus, qui le mande à Angouleme ou à Perigueux (1365) (pour l’Hist. de France, explic. de Froissard, etc.)

[127] vieux fr. « engeing », du latin « ingenium » (note Cl. R.)

[128] en marge gauche : cotté LIX et à la cotte CXCII / Alliances entre le duc d’Anjou et le comte de Foix Gaston-Phebus en 1376.

[129] en marge gauche : cotté LXIII.

[130] en marge gauche : cotté LXIX / Bertrand d’Abzac sgr de Dome et de Montastruc en Perigord / association d’armes / fait alliance avec Jean de Foix (1421).

[131] en marge gauche : Ce Bertrand d’Abzac pouvoit bien etre dans le cas de Seguin de Gontaut, un des chefs des compagnies. Ce qu’il y a de certain, c’est que plusieurs tinrent longtemps sous le regne meme de Charles VI, qui vivent encore en 1421. Voyez les accords des chefs des compagnies avec le comte d’Armagnac, dans mes recueils tirés des mémoires et recueil du president de Doat. Ce Bertrand d’Abzac n’excepte personne dans son traité avec le comte de Foix, ni le roy de France, ni autre prince, ce qui se pratique dans les actes semblables, dont il y a des exemples ci-dessus. Bertrand d’Abzac se sert des memes expressions que les chefs des compagnies en parlant de ceux qui sont avec lui, « suam comitativam ». Il fut decapité à Limoges en 1438. Voyez recueil n° 4 chapitre 8, inventaire de Perigord, et n° 8 chapitre 9, meme inventaire.

[132] en marge gauche : feuille d’arbre appliquée sur un sceau / diplomatique. N. B. Le dessin en marge n’est pas reproduit ici (note Cl. R.).

[133] en marge gauche : cotté LXXXIIII.

[134] les 2 mots placés entre parenthèces sont ici en surcharge, entre les lignes (note Cl. R.).

[135] non déchiffré.

[136] en marge gauche : cotté XCV / lettres de Gaston de Foix au prince de Gales / vide supra n° XLVI.

[137] ce que nous lisons.

[138] en marge gauche : cotté CXIIII / le sgr d’Estissac en Perigord fait alliance avec le comte de Foix (1425).

[139] en marge gauche : cotté CXII.

[140] en marge gauche : 1427.

[141] en marge gauche : cotté CXXXV.

[142] en marge gauche : cotté CLXXXIX, en parchemin / Gaston Gontaut de Biron en Perigord fait alliance avec le comte de Foix (1421).

[143] en marge gauche : cotté XC / Chopin de Badefol sgr d’Auteffort / Chopin de Badefol etoit un des chefs des compagnies. Voyez mes extraits du recueil du president de Doat

[144] en marge gauche : Armoire de Foix, chapitre 30.

[145] en marge gauche : Armoire de Foix, chapitre 30.

[146] en marge gauche : Charles VI fait jurer aux officiers royaux dans les provinces de garder le malheureux traité de Troyes par lequel il reconnoissoit le roy d’Angleterre son heritier et regent du royaume / villes et communautés de Guyenne doivent jurer de garder le traité de Troyes.

[147] en marge gauche : apres le meurtre du duc de Bourgogne, le dauphin ota le gouvernement de Languedoc au comte de Foix.

[148] mot non déchiffré.

[149] en marge gauche : il etoit frere de Jean de Foix, comte de Foix etc.

[150] en marge gauche : cotté CXXX / traité de Troyes du 21 may 1420 (en papier, ecrit vers 1440).

voir aussi en ligne : http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=115256 (note Cl. R.)

[151] en marge gauche : 1ere page.

[152] en marge gauche : 2eme page.

[153] en marge gauche : 3eme page.

[154] en marge gauche : Le duc de Bourgoigne Jean sans Peur avoit été tué à l’entrevue de ce prince avec le dauphin sur le pont de Montereau-faut-Yonne le 20 septembre 1419. Son fils Philippe de Bourgoigne poursuivit la vengeance de ce meurtre en s’unissant avec Isabelle de Baviere qui conclut le traité de Troyes avec Henry V roy d’Angleterre, le 21 may 1421 (Rymer, tome IV).

[155] en marge gauche : car ce traité est de l’an 1420, 21 may.

[156] en marge gauche : dans le françois : « quarante deux ».

[157] en marge gauche : Charles VI meurt des acces reiteres d’une fievre quarte dans son hotel de St Paul à Paris le 20 octobre 1422, agé de 54 (ans). Im etoit parvenu à la couronne le 16 septembre 1380.

[158] en marge gauche : vidimé [illis.] copié par Villaret (et trouvé conforme).

[159] en marge gauche : cotté XCIIII.

[160] en marge gauche : cotté C V.

[161] en marge gauche : cotté L XXX VII / monoyes d’or etc., faite par le comte Castelbon 1376.

[162] voir en ligne : http://www.jewishencyclopedia.com/articles/11880-pamiers (le 6/01/2013 - note Cl. R.)

[163] en marge gauche : cotté L XXI / [illis.] juifs etc., 1256 / ex autographo, in pergam.

[164] en marge gauche : cotté XXVIII / suite des guerres des Albigeois.

[165] en marge gauche : cotté XIIII / Brunissende, fille de Roger-Bernard comte de Foix et femme de Helies Taleyrand, comte de Perigord, 1296.

[166] en marge gauche : accord entre le duc d’Anjou et Gaston Phebus pour la reddition du château de Lourde. Pour servir d’explication au recit de Froissard etc.

[167] en marge gauche : plaintes de la noblesse de Languedoc, Perigord, Rouergue etc., en 1338 (se trouve, je crois, dans le 2e volume des ordonnances du Louvre) / cette piece se trouve tout au long dans le 3e et 4e vol. du president de Doat. (Voir aussi sur ce site :

 http://www.guyenne.fr/Publications/Ordonnances/Ordonnances_des_rois_de_France_t2.htm - note Cl. R.)

[168] en marge gauche : exemptions de la noblesse de Perigord et autres seneschaucées de Languedoc et de Guienne.

[169] en marge gauche : nec ob hoc praecium, vel officiariis nostris salarium vel expensa solventur, exceptis salariis serventium. Item, edicto etc.

[170] en marge gauche : « leudarium » gloss., lieu où on leve le peage.

[171] en marge gauche : le roy s’interdit les eschanges dans les fiefs des sgrs.

[172] il est bien écrit « 1393 » ici par Leydet – note Cl. R..

[173] en marge gauche : n° 8 ex autographo, pergam. / Charte de Jean Ier qui donne au comte de Perigord les terres de la Tour-Blanche, de Mont-de-Dome etc., les hommages de l’archeveque de Bordeaux, des eveques de Perigueux et de Sarlat, et le droit de regale, ce dernier siege vaquant, de l’an 1356.

[174] en marge gauche : cotté IX / ex autographo, pergam.

[175] en marge gauche : cotté X / Lettres patentes de Charles dauphin par lesquelles il donne au cardinal de Perigord la ville de Perigueux delivrée de lamain des Angloys, an 1356 apres la bataille de Poitiers.

 

[176] en marge gauche : Perigueux surpris par les Anglois, est repris par le cardinal de Perigord. Apres la mort du cardinal, la ville revint au pouvoir du prince de Gales entre les mains duquel elle devoit etre en 1365, le 8 juillet, 8 ans, 6 mois et quelques jours apres la date de cette charte, voyez la lettre du prince de Gales au comte de Foix supra, chap. XXIV Foix, n° XLVI. / Cette charte de Charles etant dattée de janvier 1364, c’etoit dans un des derniers mois de l’année qui commençoit alors à Pâques, en mars ou avril, et 4 mois après la bataille de Poitiers donnée en septembre 1356.

N. B. : il nous semble, à la lecture de cette note de Leydet, que celui-ci ignorait l’acte de soumission de la ville de Périgueux au roi d’Angleterre le 22 decembre 1361, recueilli par John Chandos au nom d’Edouard III. John Chandos trancha en faveur des consuls et maire de Périgueux contre les représentants du cardinal. Celui-ci décédera en 1364. Voir sur ce site le procès-verbal correspondant à l’adresse :

http://www.guyenne.fr/archivesperigord/varia1/Documents/Application_Bretigny.htm. (note Cl. R.)

[177] en marge gauche : cotté XIIII ex autograph, pergam. / Lettres patentes du roy Jean par lesquelles ce prince donne à Roger-Bernard comte de Perigord plusieurs homages dus à la couronne par les archeveques de Bordeaux, eveques de Sarlat, le ressort des sgrs de Bourdeille, Beynac, Comarque, les abbés de Terrasson, La Chatre, St Amand etc. St Astier, etc. Voir aussi sur ce site :

http://www.guyenne.fr/Publications/Ordonnances/Ordonnances_des_rois_de_France_t4.htm

[178] en marge gauche : cotté XVII / Jean de Bretaigne, le comte de Perigord, devient comte de Penthievre en 1450. / (document non cité dans la table des matières à la fin de ce receuil – note Cl. R.).

[179] mot non compris.

[180] voir également sur ce site, Fonds Périgord, tome 9, recueil n° 1, pp. 9-10 (note Cl. R.).

[181] en marge gauche : cotté XX (1356).

[182] mot non compris.

[183] en marge gauche : cotté 23 (1520) / Nontron et Ans relevent de l’eveque d’Angouleme.

[184] en marge gauche : cotté 24 / ex authentico papir. / privileges des habitans d’Exideuil en Perigord, 1496, 1500.

[185] en marge gauche : cotté / Riberac et Espeluche en Perigord.

[186] en marge gauche : coutumes de Caussade données ou conferées par Helies Taleyrand comte de Perigord, 1306.

[187] en marge gauche : successivement, puis il nomme les premiers mots des lignes 1, 2, 5, 11, 18, 23, 30, 38, 42, et la derniere ligne.

[188] en marge gauche : cotté VI / Odet d’Aydie / en parchemin, signé Marcillac.

[189] en marge gauche : cotté VII / privileges de La Françoise autrefois de la dependance des comtes de Perigord, 1359.

[190] en marge gauche : « ho talas ». Le mot « ho » est peut-etre pour « aut », en patois.

[191] mot non déchiffré.

[192] en marge gauche : cotté XI.

[193] en marge gauche : cotté XIII.

[194] en marge gauche : (1er mars 1534).

[195] en marge gauche : est dit ruiné, et ne rester qu’une tour ronde en terrasse. (Il n’est pas clair lequel des deux châteaux est désigné ici – note Cl. R.).

[196] en marge gauche : mesures evaluées.

[197] en marge gauche : (en mars 1534).

[198] voir aussi BnF, Fonds Périgord, tome 9, recueil n° pp. 79 et suiv. (note Cl. R.).

[199] en marge gauche : le  comte d’Armagnac prend le titre de comte de Perigord, à verifier d’ailleurs. Voyez Histoire des comtes de Foix par Legaray dans mes Extraits, la genealogie des comtes d’Armagnac dans les Arrêts de Menard Rufot, etc.

[200] en marge gauche : comte de Perigord pour le roi d’Angleterre, 1363.

[201] en marge gauche : Pierre de Grignols.

[202] en marge gauche : eveché de Perigueux. Neanmoins la chatellenie de Plazac est ceconnue relever de l’eveque de Perigueux, vide supra.

[203] en marge gauche : Cluzel, eveque de Perigueux pour Auberoche.

[204] en marge gauche : St Thomas d’Exideuil relevant du fief de St Yrieys.

[205] ou « Rante », ce que nous lisons ( note Cl. R.).

[206] en marge gauche : c’est une faute du rédacteur.

[207] en marge gauche : Archambault comte de Perigord en 1392 remis par le roy en possession des fruits de ses terres saisies etc.

[208] en marge gauche : c’est le meme qui a signé les lettres patentes du roy Charles qui demande au comte de Perigord, de l’informer de ceux qui sont de son parti, etc. supra ...

[209] en marge gauche : fondation de Helies Talayran.

[210] en marge gauche : cotté 411 / Saint Astier.

[211] en marge gauche : cotté 421 / Noblesse de Perigord, etc..

[212] nous avons utilisé l’abréviation « h. d. » pour représenter le dessin reproduit par Leydet du symbole correspondant, (note Cl. R.).

[213] en marge gauche : ceci exprime sans doute ce que chaque noble a de revenu, dans les fiefs pour lesquels il fait hommage.

[214] en marge gauche : en marge « invalide ».

[215] en marge gauche : inhabile.

[216] en marge gauche : avoit de la chevance en Perigord qu’il alaissé au dit sr de Badefol.

[217] en marge gauche : invalides.

[218] en marge gauche : inval.

[219] abréviation non comprise ici (note Cl. R.).

[220] ce que nous lisons, sans entre sûr (note Cl. R.).

[221] en marge gauche : invalide.

[222] en marge gauche : Marguerite de La Roque damoiselle veufve de feu Jean de Sermet alibi.

[223] non compris, peu lisible.

[224] non compris, en marge gauche : « exempt ».

[225] en marge gauche : exempt .

[226] non compris.

[227] en marge gauche : Premilhac et Nantiac sont ensemble.

[228] ce que nous lisons, sans aucune assurance.

[229] non compris.

[230] en marge gauche : cotté 431 / Montignac.

[231] en marge gauche : Felets, 1314 / Losse, 1314, domicell.

[232] en marge gauche(texte de la copie partiellement tronqué) : declarant que : instrumento (Helia Rudelli) viso per nos inspecto diligenter palpato [---] verbis romanis splicato quod contenta in eodem [--abant], praehabita hac deliberatione cum consilariis nostris etc. Ce qui prouve que les seigneurs [---] n’entendoient pas le latin en 1367.

[233] en marge gauche : à la demande : de nobiles Johannes de la Sirventia alias Cappelle, Anthonius Chat domicelli, et prudentes viri Johannes Bonal, Johannes Arnaldi burgenses petrag. [illis.] Johannes Vias, Stephanus Doard habitatores villae Montinhaci etc.

[234] en marge gauche : signé par Jean de Senelangiis secretaire de Françoise de Bretagne.

[235] en marge gauche : Du Barri, La Reynaudie, c’est sans doute son fils qui conduisit la conjuration d’Amboise - Lt.

[236] non compris.

[237] en marge gauche : en original, en parchemin scellé, signé avec un sceau pendant et le sceau du sgr de Planeaux qui a reçu le denombrement.