<<Retour

Périgord Tome 9 (Leydet & Prunis)

Dépouillement des archives des rois de Navarre, conservées autrefois au château de Pau en Béarn, et à Nérac.

Archives de Pau

II. RECUEIL (CODEX 2us)

______________________

page 1 / Chap. VII

Plaintes et griefs d’ d’Archambaud IV, comte de Périgord contre Raimond de Montaut seigneur de Mussidan, qui fit sa soumission, et jugement prononcé par le comte contre ce seigneur, qui étoit son vassal, et qui s’étoit rendu félon (1326).

In dossier E 798 aux AD 64.

[1]Enquete que fait faire le comte de Perigord contre le sgr de Mucidan à cause de la jurisdiction de St Julien. Le sgr de Mucidan se met en possession à main armée, voici une deposition pour faire juger des debats particuliers.

Item quod dominus Raymundus de Monte Alto dominus de Muyschydano, dominus Seguinus de Muyschidano, dominus de Marolio, dominus Raymundus de Marolio, dominus Johannes et Petrus de Monte Alto milites, dominus de Autol capitalis de Monte Acuto, dominus Raymundus Praepositi de la Forsa, dominus Audoynus La Rocha, dominus Gualterius de Longovado, dominus de Sancta Bazelaha, dominus Petito de Cintan, Arnaldus et Aymericus de Bulhfarina, P. Cay, W. de la Vaychiera, mgr Johannes Deusguns, Raymundus Tandit, Raymundus de Boyge, Iterius Vigerii, Bernardus de Mota honoris de Muyschidano, Golferius de Sancto Asterio dominus de Monte Regali, Hugo de Camblazaco de Limolio, Menaudus de Brolio de Sancta Fida, dictus Monpenot de Flexu, Aymericus Fulcherii de Cabanis et Gausbertus Benedicti de prope castrum [E-pale][2], cum pluribus aliis eorum complicibus, numero centum armati et equites ad modum guerrae[3], penuncello dicti domini de Muschidano praeposito in publico venerunt apud Pontem Sancti Mameti citra aquam dicti loci juxta territorium et jurisdictionem altam et bassam, merum et mixtum imperium dicti domini comitis prout [------][4] per vim et violentiam ac praesentiam ipsorum ceperunt et rapuerunt vina blada, fenum, carnes, jocalia, mulieres, et plura alia bona mobilia habitantium dicti loci et in eadem [cubaner--][5] et sibi et equos suis necessaria capta in dicto loco absque satisfactione per audac. et nocte illa cubaverunt in loco jam dicto et inde in crastinum armati assisiam tenuerunt seu tenere fecerunt in eodem loco indebite et injuste compellendo per eorum vim et potentiam habitatores ejusdem loci ad praestandum sibi veritatem seu obbedientiam jurisdictionis et exinde armati et equites ad modum inimicorum dicto penuncello prope sito iter arripuerunt versus ecclesiam et parrochiam de Dosvilla existen. et de jurisdictione alta et bassa, mero et mixto imperio dicti comitis et octo cersores equites et armati brachiis extensis gladiis super positis miserunt primos usque seu ad castrum de Rossilha ad vivendum siquis eis contrarium appareret, testibus domino Johanne Descala, Fabro de Ponte, etc. etc. Cette piece est sans date mais l’ecriture m’aparoit etre de la fin du XIVe siecle[6]. En 4 feuillets de papier, ce n’est qu’une copie et doit se rapporter à la piece suivante.

_____________________________

Plaintes et griefs d’ d’Archambaud IV, comte de Périgord contre Raimond de Montaut seigneur de Mussidan, qui fit sa soumission, et jugement prononcé par le comte contre ce seigneur, qui étoit son vassal, et qui s’étoit rendu félon (1326).

In dossier E 798 aux AD 64

[7]Noverint … quod die jovis post octabas festi Paschae, anno Domini 1326, in capella castri de Radulphia prope Petrag., in mei … et personaliter … constitutis nobili et potenti viro Archambaldo comite petrag. ex una, et nobili viro Raymundo de Monte Alto[8] domino de Mussidano ex alia, dictus dominus de Mussidano, … de et super omnibus et singulis quibus dictus dominus comes ipsum dominum de Mussidano hominem et vassalum suum suspectum habebat

page 2 / Chap. VII

et habuerat et ratione quorum credebat et dicebat ipsum dominum de Mussidano, ipsum fore fecisse et feodum quem tenet ab ipso domino comite commisisse videlicet quod dictus dominus de Mussidano prout credebat dictus dominus comes intimaverat et per litteras clausas notificaverat dominae Brageriaci filiae domini de Lebreto inimici capitalis[9] dicti domini comitis recessum ipsius domini comitis quando ipse dominus comes primo ire voluit cum armis in diocesi aginnensi contra inimicos suos[10] ad finem ut exinde dicto domino comiti periculum eveniret. Item quod ipse dictus dominus de Mussidano opem et auxilium dedit dicto domino de Lebreto et ejus filiis seu alteri eorumdem contra ipsum dominum comitem in guerra sua publice vel occulte. Item quod in odium ipsius dicti domini comitis dictus dominus de Mussidano amicitias compleverat cum inimicis comitis supradicti. Item quod dampnum et verecundiam et confusionem ipsius domini comitis ipse dominus de Mussidano affectaverat in guerra praedicta quae fuit inter ipsum dominum comitem et et dictum dominum de Lebreto, voluntati dicto et ordinationi omnimodae dicti domini comitis se submisit … quibus submissione et recognitione sic peractis, dictus dominus comes suam voluntatem et ordinationem suam pertulit dixit et in scriptis in modum qui sequitur declaravit nos Archambaldus comes petrag. virtute submissionis in nos factae per R. de Monte Alto dominum de Mussidano hominem vassalum et fidelem nostrum ad ordinand., declarand. … voluntatem nostram de his de quibus dictum dominum de Mussidan. suspectum habemus et habuimus, videlicet inter coetera quod ipse intimaret et per litteras clausas notificavit dominae Brageraci filiae domini de Lebreto inimici nostri capitalis recessum nostrum quando primo ire voluimus cum armis in diocesi aginnens. contra inimicos nostros (et le reste ut supra) … cognito numeris submissionis hujusmodi et habito consilio cum peritis et cum aliis probis viris procedimus in hunc modum. Primo, dicimus, proferimus, ordinamus, seu etiam declaramus quod dictus dominus de Mussidano per juramentum suum proprium ad sancta Dei Evangelia in praesentia bonarum personarum super altare se purgare de praemissis de quibus ipsum suspectum habemus et habimus teneatur. Rursus dicimus, proferimus etc. quod pro offensis et excessibus per ipsum contra nos illatis et pro expensis quas nobis fieri fecit in curia domini senescalli regii petrag. in prosecutione quarumdam appellationum quas a nobis seu gentibus nostris frustratoriarum emiserat et injuste, det nobis et solvat dare et solvere teneatur duo milia librar. turon. ad nostram voluntatem seu arbitrium solvend. Item … quod dictus dominus de Mussidano a modo sit nobis obediens et fidelis et quod ab omni prodictione et mala machinatione contra nos et successores nostros se abstineat, et quod super nos seu contra nos indebite nullum alium superiorem ponat nec adeat nec pro deffectu justitiae [not.][11] sive juris … contra praemissa vel aliquid praemissorum ipsum facere contigerit si contra ipsum via

page 3 / Chap. VII

debita probari contigerit per testes ydoneos et sibi non suspectos … in penam mille librarum turon. incidat ipso iuste nobis applicend., quae omnia et singula prout superius sunt expressa dictus dominus de Mussidano certus de jure et facto suis plenius et instructus expresse omoleguavit, approbavit, et etiam confirmavit. Quibus sic peractis, dictus dominus comes volens, ut dixit, ipsum dominum de Mussidano nunc et in futuris temporibus in sua amitia retinere et ipsum favore benigni prosequi dictam summam duo millium librarum turon., tam contemplatione personae suae quam contemplatione quorumdam amicorum suorum pro ipso intervenientium, ipso domino de Mussidano generose remisit perpetuo et quittavit hoc modo videlicet, scilicet domini Heliae Talairandi[12] electi lemovicensis germani sui retenta non alias super hoc voluntate, pactum faciens dictus dominus comes eidem domino de Mussidano validum et solempne de non petendo quidquam de cetero ratione dictarum duorum millium librarum turon., ab eidem dum tamen de dicti domini electi procedat, et non alias, voluntate, de quibus omnibus et singulis dictus dominus comes petiit a me infrascripto notario fieri publicum instrumentum signo meo consignatum, et sigillo curiae communis domini nostri Franciae regis et capituli ecclesiae Sancti Frontonis Petrag. in villa Sancti Frontonis Petrag., posito et statuto sigillatum quo Dei concessi praesentibus venerabilibus viris dominis Guillelmo de Ventenaco canonico eduensi, Petro Bruneti canonico ecclesiae Sancti Fontonis Petrag., Raymundo de Sancto Crispino decano lemovic., ac nobilibus viris domino Helia de Sancto Asterio domino Montis Regalis, et Helia Vigerii de Petragoris militibus, testibus ad hoc vocatis et rogatis. Ego vero Gaufridus de Narciaco clericus auctoritate regia publicus notarius omnibus et singulis praemissis una cum dictis testibus, praesens interfui praesensque instrumentum scripsi in forma publica redigendo signoque meo solito consignavi, sigilloque praedicto, cujus notarius sum, sigillari feci requisitus. Il y a au bas le paraphe ou signe du notaire (ce qui suffit pour rendre l’acte authentique), mais il n’ ya aucun vestige de sceau, ainsi cette piece n’est qu’une copie, mais authentique, et d’une ecriture du temps.

________________________________

Lettres patentes de Charles VII par lesquelles il approuve les articles accordés au comte de Périgord et autres, sur la remise du château de Comarque en son obéissance (1438 v. st.)

In dossier E 643 aux AD 64.

[13]Charles, par la grace de Dieu roi de France, salut. Comme naguerres apres ce que les ville et chateaulx de Domme ou pays de Limosin ont este remis en nostre puissance, obeissance et recouvres sur nos ennemis, nous, pour iceux ville et chateaulx mesmement le chastel appelle Commerque mettre nuement et sans moyen en nostre main avec les personnes de Bertrand d’Abzac[14] chevalier et de son fils, du parti de nos ennemis prisonniers, d’aucuns des nostres et pour ce traicter et appoincter avecques ceulx qu’il appartiendra, avons commis et ordonné nos amés et feaulx conseillers l’eveque de Maillezez et les seigneurs des Quarts et de St Mars lesquels, ou mois de janvier derrenierement passé, aient sur ce traicté et appoincté avec nostre chier et amé cousin Jehan de Bretaigne comte de Perigord et sgr de Leigle pour luy le bastard de Pellevoisin et les autres gentilhommes et compagnons qui ont esté à la prinse du dit chastel de Commerques, et soy faisant fort pour ceux d’une part, et nostre amé et feal cousin Pierre de Beaufort vicomte de Turenne d’autre part, les choses, poins et articles dont la teneur s’ensuit

page 4 / Chap. VII

c’est à scavoir et premierement , pour la prinse et reduction dudit chastel en l’obeissance du roy fust appoincté et promis par mesdits sgrs de Pierregort et de Turenne au dit bastard de Pellevoisin et tous les compaignons dessus dits tant en or que argent et chevaux etc., et le reste des autres articles, comme il est transcrit au n° 19 supra qui n’est que la copie de celle-ci, dans laquelle à la suite de ces articles ici insérés, le roy ajoute : lesquels articles et choses dedans contenues nos dits cousins, conseillers et commissaires pour seureté des dites choses traictées et entretennement et accomplissement d’icelles, nous ayant requis de ratifier et appoincter, scavoir faisons que nous, eu sur ce et deliberation de nostre conseil ayant iceux articles et les choses et promesses dedans contenues traictées accordées par nos dits conseillers et commissaires, pour agreables les avons ratifiées et approuvées, ratifions et approuvons par ces presentes auxquelles, en tesm. de ce, avons fait mettre nostre scel. Donné à Poictiers le XIIIe jour de fevrier l’an de grace 1438, et de nostre regne le XVIIe, scellées de nostre scel ordonné en l’absence du grant. Plus bas, par le roy en son conseil, Courtinelles [------][15].

Ex authentic., in pergam. Et pend au bas en parchemin un sceau à double queue , en cire jaune.

___________________________

Accord entre Archambaud V comte de Périgord, et Talayrand son frère, au sujet des droits légitimaires de ce dernier (1370).

In dossier E 630 aux AD 64.

[16]Universis … Archambaldus Dei gratia comes petrag. et Talayrandus petragoric. miles ejus frater germanus salutem. Noveritis quod ego dictus Talayrandus petebat et exigebat a dicto domino comite fratre meo legitimam et quartam trabellianicam michi debitas et ad me spect. et pertinent. in et de comitatu petrag. et aliis omnibus rebus et hereditatibus tam paternis quam maternis et quae quondam fuerunt parentum et progenitor. nostrorum defunctorum … cujusmodi comitatum bona, res et hereditates praedictas dictus dominus comes tenebat, absque parte seu partione aliqua michi tradita de praemissis et ab hoc petebam et peterem ego dictus Talayrand. tantum de ipsis bonis, rebus et heredit. per dictum dominum comitem fratrem meum michi tradi lhioravi et in pace dimitti quantum valebant et ascendebant, praedicte legitime quarta trabellianica et quaecumque alia pars michi debitae, et ex adverso nos dictus comes nolentes super et de his … facere controversiam aliqualem sed potius pacem, concordiam et bonam charitatem habere cum eodem et ipsum fraternali dilectione tractari … Tendem nos dicti fratres volentes et affectantes omnem viam brige[17] discentionis et litigii evitare et semitam pacis et concordiae prosequi et habere … pervenisse recognoscimus ad finalem et amicabilem compositionem … mediantibus … quibusdam amicis nostris communibus in modo qui sequitur videlicet quod dictus dominus Taleyr. habeat ad perpetuum pro se et suis etc. … tam pro legitima sua et quarta trabellianica praedictis quam alias pro omni parte et portione frayrechia[18] successione et quocumque alio jure et deverio ipsi domini Talayrando competentibus in toto comitatu bonis, rebus, hereditat. patern. et matern. praedictis et ex quacumque causa … videlicet loca, res et bona quae secuntur videlicet locum et villam vocata Villa Francesa, locum et villam de Moleriis, locum et villam de Sancta Liberata, locum et villam d’Angeville, locum et villam de Cordoas, senescalliarum caturcensi et tholosanae cum omnibus

page 5 / Chap. VII

et singulis censibus, redditibus, homag., juribus, jurisdictionibus, mero et mixto imperio … ego vero dictus Talayrandus praesens … ea recognoscens fore[19] vera et illa ratificans, approbans et confirmans , gratis etc. cum praemissis locis et villis superius declaratis … reputo, assero et affirmo per me petitis etc. et residua alia omnia … ratione ipsius comitatus etc. cedo ad perpetuum penitusque quitto pro me et meis dicto domino fratri meo etc. Acta fuereunt haec in villa Podii Sancti Frontonis Petrag. decima die mensis octobris, anno Domini 1370[20], indict. IX, pontificat. sanctissimi in Xpo patris … Urbani Vi anno 8°, praesentibus nobili et potenti viro domino Arnaldo de Yspania milite domino de Monteyspano ac senescallo Carcassonae capitaneoque villae et patriae petragoricens. pro dicto domino nostro Francorum rege, honorabili ac prudenti viro Helia Seguini majore dictae villae Petragor., venerabilibus et circumspectis viris domino Helia Servientes archidiacono majore in ecclesia Petragor. canonicoque ecclesiae Sancti Frontonis Petragor. praedictae[21], dominis Hugone Pelegrini et Ayrardo Vigerii legum professoribus canonicis major. et Sancti Frontonis petragoric. ecclesiarum praedictarum, magistro Guillelmo de Faya baccalario in legibus judice majore senescalliae petrag. pro domino nostro rege, magistro Bertrando de Buxo clerico jurisperito, nobilibus viris Bernardo de Grasinhaco et Lamberto Bonifaci armigeris loctenentibus domini senescalli Petragor. pro praefato domino nostro rege et Talayrando de Vernodio domicello, testibus ad praemissa etc., Joh. Bruni et magistro Helia Chambo notariis, avec les signes de ces deux notaires[22] l’un au dessus de l’autre à gauche de l’acte, et pendoient au bas 3 sceaux dont on ne voit que les trous faits au parchemin[23].

__________________________

Arrêt du parlement de Paris, qui atteste l’accord ou compromis passé entre Roger-Bernard comte de Périgord, et Robert de Mastas et de Mornac, chevalier (1336).

In dossier E 839 aux AD 64.

[24]Arrest du parlement de Paris qui atteste l’accord ou compromis passé entre Rogier Bernard comte de Perigord et Robert de Mastas et de Mornac chevalier sur les contestations qu’ils avoient à l’occasion des biens qui jadis furent de monsr de Pons, jadis sgr de Pons et de Bragerac et de madame Jehanne de Pons sa sœur jadis comtesse de Perigord, les dites parties ont voulu et accordé que la cour commette, laquelle de leur consentement commet 4 personnes, 2 pour chacun, lesquels examineront les demandes, requetes pour oir et determiner et mettre à fin (les dits debats) de ci aux jours de la seneschaussée de Pierregort du prochain parlement venant … les dessus nommés (les 4 commissairres) doivent renvoyer à la cour féalement enclos sous leurs sceaulx ce que fait auront de et sur les choses dessus dites les dites parties doivent venir aux dits jours à la ditte sebeschauciée toutes adjornées de leur consentement pour proceder sur les choses dessus dites. Datum Parisius in parlamento nostro die prima julii anno Domini 1336. Ex autograph., in pergam., et pendoit le sceau dont il ne reste que (illis.).

_____________________________

Accord portant échange fait entre le roi Philippe de Valois et Roger-Bernard comte de Périgord, par lequel ce dernier cède au roi le droit qu’il avoit sur la ville de Bergerac, moyennant la somme de 1600 livres de rente annuelle (1339).

In dossier E 699 aux AD 64.[25]

[26]Philippus Dei gratia Franc. rex, univers. … Notum sit quod cum dilectus et fidelis noster Rogerius Bernardi comes petragor. villam Brageriaci cum ejus pertinentiis necnon et aliam terram quam defunctus Reginaldus dominus de Pontibus miles dominus quondam Brageraci praedicti tam in Petragoricinio, Sarladesio, Xanctonen., Carcasson. et Vasatesio qu. alibi ubicumque tenebat dum vivebat tam ex causa Johannae uxoris quondam Archambaldi comitis petragor. fratris Rogerii praedicti quam ipsius Archambaudi praedicti ad se asseret pertinere de quibus quidem villa et terra seu aliquibus ex ipsis ad certos fines in curia nostra inter ipsum Rogerium Bernardi ex una parte

page 6 / Chap. VII

et quosdam alios causa fuerat diutius agitata ipseque comes a nobis pluries peciisset ut jus quod asserebat se habere in dicta villa et terra faceremus videri et examinari per aliquos gentes nostras ad finem ut ei provideremus super hiis absque litigio de remedio competente, et de hoc carus et fidelis amicus noster Talerandus sanctae romanae ecclesiae cardinalis petragoricensis dicti comitis frater nobis pluries supplicasset. Nos eorum supplicationibus favorabiliter annuentis certas gentes nostras ad videndum jus dicti comitis in praemissis nec non ad tractandum et componendum concordandum quod super ipsis cum eodem comite et aliis contendentibus de eisdem deputavimus quaequidem gentes nostrae toto jure ipsius comitis viso et diligenter examinato tractatuque diutius habito inter ipsas gentes nostras pro nobis ex una parte et procuratore ipsius comitis … nobis retulerunt eos ad talem concordiam devenisse videlicet quod pro toto jure quod dictus comes habebat seu habere poterat quovismodo etc. in terris praedictis quae fuerunt Reginaldi de Ponte et Johannae praedictorum nos daremus, assignaremus comiti antedicto mille et sexentas libratas terrae ad turon. boni et perpetui redditus et eidem pro dictis terra et redditibus assignaremus omnes parrochias et totam terram quas dictus comes tenet vel Archambaudus quondam frater ejus praed. ex causa Johannae uxoris suae praedict. tenerat dum viveret tam in honorio castri Montiniaci quam castri Montelauderii prope Brageriacum praedictum cum suis juribus et pertinent. universis ratione assignationis dotis quondam Johannae praedictae factae de terris et parrochiis praedictis Archambaudo praedicto in matrimonio suo cum Johanna praedicta pro summa quadringentarum libr. turon. rendual., ita tamen quod si pro majori summa in dicta dote fuerant assignatae, pro tanto debeat eam recipere dictus comes in deductionem summae mille et sexcentarum librarum reddituum praedict. Si vero pro minori in dicta dote traditae fuerant seu aliquid restaret de dicta summa quadringentarum libr. turon. ad assignandum nos supplere tenebimur dictam summam, acto expresse quod dicta assignatio facta dicto Archambaudo de dicta terra in suo robore permaneat nulla per nos ulterius examinatione facienda, residuum vero dictae summae mille et sexcentarum libr. turon. rend. praedicta videlicet mille et ducentas libr. turon. tenebimur assidere et assignare eidem comiti in castris Montiniaci et Montis Cuci praedictis et ipsorum honorio cum parrochiis et aliis locis quae tenet dominus de Lebreto in honorio locorum praedictorum quae fuerunt Reginaldi praedicti necnon in aliis locis et terris dictis locis proximioribus in diocesibus petrag. et caturc., sarlatens. et alibi dicto comiti magis acomodis et nobis minus dampnosis exceptis castro et villa Brageraci praedictis et eorum pertinent. quae ad nos in totum perpetuo pertinebunt. Item fuit concordatus quod fortalitia seu aedificia quaecumque

page 7 / Chap. VII

castrorum praedictorum aliorumque locorum et terrarum eidem comiti assignandorum non computabuntur in examinatione reddituum praedict., ymo spectabunt ad eundem comitem plene et libere absque examinatione quacumque et quod praedicta omnia assignentur eidem comiti cum omnimoda jurisdictione alta media et bassa, mero et mixto imperio, cum obventionibus, pedagiis, feudis, retrofeodis feudatis seu vassallis homagiis nobilibus, patronatibus, nemoribus, aquis, venationibus, deveriis et aliis juribus spectantibus ad loca praedicta usque ad summam praedictam tenenda per eundem comitem ejus heredes seu causam habentes ab eodem comodo et forma quibus dictus dominus Brageraci dum vivebat et ejus praedecessores terram suam de Brageraco a nobis tenebant … retentis nobis ei eisdem castro etc.. superioritate et ressorto prout antea habebamus in praedicta terra dumtaxat … quousque perfecta fuerit (translatio) committemus regimen et gubernationem castri et villae Brageraci et pertinentiarum suarum alicui probo viro per dictum comitem seu ejus speciale mandatum nominando qui de fructibus, proventibus et emolumentis dicti castri et villa et pertinen. singulis annis solv. dicto comiti mille ducentas libras … Nos vero de praedictis omnibus et singulis et de jure dicti comitis in praemissis ad plenum certificati omnia et singula, promittimus inviolabiliter observare … Datum apud nemus Vincen., anno Domini 1339, mense martii, et plus bas, per dominum regem, in domini Belvacensis et vestra praesentia, B. de Molinis, et pend un sceau en cordons de soye rouge et vert. Ex authentico, in pergam.

______________________________

Compromis passé entre Archambaud III, comte de Périgord, et Jean de Grailly, sur les différends qu’ils avoient entre eux, au sujet du Puy Chalus, et des limites des châtellenies de Montpon et de Gurson (1282).

In dossier E 789 aux AD 64.

Compromis entre Archamb. de Perigord et Johan. de Greylh miles, à l’occasion du Puy de Chaluz et des limites des chatellenies de Montpaon et Gurson, datum Assens. dominica post festum apostolorum Philippi et Jacobi, anno Domini 1282, et pend un sceau en cire verte, sigilla nostra praesentibus duximus apponenda, de l’autre coté, est un enfoncement dans la cire, je ne distingue pas si c’est le 2e sceau, mais il seroit bien petit.

______________________________

Compromis fait par Raimond, évêque de Périgueux, d’une part, Brunissende de Foix comtesse de Périgord, Archambaud IV son fils, et Pierre de Périgueux, damoiseau de la Cité, sur des différends qu’ils avoient entre eux (1316).

In dossier E617 ce premier document et ce deuxième aux AD 64.

[27]Compromis entre Raymundus Dei gratia episcopus Petrag., eveque de Perigueux et Brunissende de Foix comme mère et tutrice d’Archambaud comte de Perigord, les deux parties presentes à Perigueux, die mercurii post festum Penthecost. videlicet nona die mensis junii, anno Domini 1316., indict. … romana sede vacante, per obitum felic. record. Clem. papae quinti, le comte de Perigord sous l’autorité de sa mere et Pierre de Petragoris civitatis Petragoric.

In nomine Domini amen pateat omnibus etc. quod die mercurii post festum Penthecost. videlicet nona die mensis junii anno Domini 1316, indict. S. rom. sede vacante per obitum felic. record. domini Clementi papae quinti in praesentia mei notarii et testium … reverendus pater Raymundus digna Dei gratia petrag. episcopus ex parte una et spectabilis domina Brunissendis de Fuxo mater et curatrix ut dixit spectabilis viri domini Archambaldi comitis petrag. nomine curatorio ejusdem et idem comes cum auctoritate et assensu dictae matris et curatricis suae et etiam Petrus de Petragoris civitatis petragoricensis pro se et nomine venerabilis et discreti viri domini Heliae de Petragoris archidiacono sarlatensi in ecclesia Petragor. ex altera, super et de omnibus et singulis causis … de feodis, retrofeodis, juribus, jurisdictionibus de quibus erat dissentio inter partes praedictas … compromiserunt in discretos viros magistros Andream Rufi canonic. ecclesiae Sancti Frontonis Petrag. et Bartholomeum de Corte[28] canonico lectorensi per dictum dominum episcopum, et magistros Arnald. de Verzinis et Iterium Rosselli jurisperitos per alios praenominatos quibus supra elatos tanquam in arbitros … Acta fuerunt praemissa in ecclesia Petragor., die etc. supra, Arnaldi Seguini notar. avec son signe. Ce n° est le meme que le [----][29]

________________________________

Compromis et sentence arbitrale rendue par Pierre de Castillon, Pierre Augier du Fleix et autres, sur le différend qui étoit entre Hélie VI de Talayrand, comte de Périgord, et le seigneur de Gurson, au sujet des limites des châtellenies de Montpon et de Gurson (1244).

In dossier E 612 aux AD 64 et E 789 (original) aux AD 64.

Compromis et sentence arbitrale entre Pierre de Castillon et Helies Taleyrand comte de Perigord, dominus de Gorsonas (Gurson) sur les limites des chatellenies de

page 8 / Chap. VII

Gurson et de Montpaon. L’un des arbitres est appelé Palatin, cappitaneus de Menesplet, un autre, dominus Guillelmus Heliae miles, un autre Guillelmus de Monte Pavonis donzellus, un autre, Geraldus Amblart praeceptor de Buzas, Petrus Arnaldus canonicus Sancti Geraldi Cur. On voit une confrontation marque, inter mansum … et arborem de Ansi. Mais on en voit aussi marquées pour la plupart à des mas, manses, des lacs, etc. a parte ortus Solis, a parte occidentali,mansus de La Cordia in quo est medietas Podii de Chalus a porte ortus Solis usque ad lacum vocatum Bel Arbre, mansus de la Vigorosa in quo est alia medietas dicti Podii de Chalus ex parte occident. …Omnia praedicta erant et esse debebant in honorio et de honore et districtu et castellania castri Montis Pavonis … ex parte de Gursonio, mansus aquae vivae fabricae de Buze, mansus de Veteri Costantinia usque ad dictam divisionem hospitale de Buzas ac foresta usque ad praedictam divisionem et usque ad fontem del Chapelar ex parte de Gursonio erant, et esse debebant de castellania castri de Gursonio … Datum mense julio anno Domini M° CC° XLIIIJto Innocentio papa IIIJ, regnante Ludovico Francorum rege, G. archiepiscopo burdigal., lectae et inspectae fuerunt litterae praedictae regnante domino Philippo Dei gratia Francorum rege, die mercurii in festo beatae Sanctae Luciae anno Domini 1312, in castro de la Raolfia, praesentibus testibus Bernardo de Challavello milite, domino Iterio de Malayola rectore ecclesiae de Monesteyrol, domino Gaufrido Norviay cappitaneo Sancti Remigii etc. et me Helia de Tailha Honor … notar. … qui ad requestam nobis dominae Brunissendis de Fuxo comitissae haec presens instrumentum, sive sumptum propria manu scripsi et sigillo curiae communis domini nostri regis et ecclesiae Sancti Frontonis Petrag., sigill. feci.

_______________________________

Armoire de Perigord - Chapitre VIII

Commission donnée par Jean roi de Navarre, pour faire rendre ses comptes à Pierre Chevalier, commis à la recette des tailles du Périgord, et le don et octroi accordé au même roi de Navarre par les trois Etats, avec la permission du roi Louis XII (1515).

Référence non connue aux AD 64

[30]Commission donnée à plusieurs personnes par Jehan par la grace de Dieu roy de Navarre duc de Nemours, de Gandie, de Montblanc et de Penefiel, comte de Foix, de Perigord, de Penthievre et de Bigorre, sgr de Bearn, vicomte de Castelbon, Marsan, Tursan, Gavardan et Nebosan, sgr de la cité de Balaquier et per de France, pour faire rendre les comptes à Pierre chevalier commis à la recepte des tailles de Perigord par le dit roy, commis et deputé par les elus au dit pays pour le dit sgr pour le dit seigneur lever et amasser les deniers en don et octroy faits par les gens des etats et nobles ou pays de nostre comté de Perigort, en ensuivant les lettres de permission de feu mgr le roy Loys XIIe dernier decedé, que Dieu en absoille, et doivent etre presens au dit compte les dits elus. Donné à Montpaon le 21 may 1515, signe Jehan, et sur le reply, par commendement du roy de Navarre, etc.

_______________________________

Lettres patentes du roi Charles VII adressées au sénéchal de Limousin, portant mainmise sur les biens et possessions de Bertrand d’Abzac, chevalier, criminel d’état, qui venoit d’être décapité à Limoges (1438 – v. st.)

In dossier E 682 aux AD 64.

[31]Charles par la grace … au seneschal de Limosin ou à son lieutenant, salut. Comme feu Bertran d’Azac en son vivant chevalier ait puis nagaires pour ses desmerites été decapité et corporellement executé en nostre ville de Limoges par quoy tous les biens tant meubles que immeubles qu’il tenoit et possedoit en son vivant soient pour les causes dessus dites envers nous confisquez et acquis. Nous voulans pourveoir au gouvernement d’iceux, vous mandons et committons par ces presentes que tous et chacuns ses biens meubles immeubles que savez été avoir esté et appartenu au dit feu Bertran d’Azac en son vivant vous prenez, saisissez, arrestez et mettez, faites prendre, saisir, arrester et mettre en nostre main en mettant et faisant metre iceulx biens meubles par inventaire, et le baillant en garde de par nous à aucuns qui se puissent rendre, etc., etc. et commettant au gouvernement des dits heritages, rentes, revenus et possessions gens solvables etc. Donné à Lymoges, le XI jour de mars l’an de grace mil CCCC trente et huict, et de notre regne le XVIIe, par le roy en son conseil, et plus bas, Bude, et pendoit un sceau à une coupure en parchemin.

_____________________________

page 9 / Chap. VIII

Lettres patentes du roi Charles VII adressées aux sénéchaux d’Agenois et de Quercy, et au châtelain de Dôme, pour faire rembourser au comte de Penthièvre et de Périgord, la somme de 1000 réaux que ce dernier avoit promis pour le roi, à Maurigon de Bideran, capitaine anglois, pour la réduction des places de Biron et Montferrand (1451).

In dossier E 702 aux AD 64.

[32]Charles par la grace de Dieu roy de France aux seneschaux d’Agenois et Quercy et à nostre chastellain de Mont de Domme ou à leurs lieutenants, salut. Nostre très chier et amé cousin le comte de Penthievre et de Perregort nous a fait exposer que après ce que par luy et autres nos chiefs de guerre la ville de Bergerac fut recouvrée et reduite en nostre obeissance icellui nostre cousin, a donc nostre lieutenant ou pais de Guienne voyant en considerant que la place de Biron que tenoit et occupoit lors Maugiron de Bideran tenans lors le party de nos anciens ennemis et adversaires les Anglois, etoit une très belle et forte place et eust peu beaucoup couster à avoir et recouvrer par puissance de siège et si estoit et eu peu estre bien dommageable aux habitans de vos seneschaucies et autres pays voisins, appoincta avecques le dit Maugiron sur la reduction d’icelle place et de Montferrant en nostre obeissance, par l’advis de plusieurs gens de nostre conseil et autres seigneurs des pais de nos dites seneschaucies etans lors au dit Bergerac. Par lequel appointement et traicté nostre dit cousin comme nostre lieutenant promist à icelluy Maugiron de luy payer et bailler dedans certain brief temps lors avenir la somme de mille royaulx et deux harnois complets moyennant laquelle promesse et appoinctement ledit Maugiron mist en nos mains et obeissance les dites places de Biron et de Montferrant et sur la ditte somme mise sus avecques les autres frais raistans tant sur les habitans de vos dites seneschaucies que autres qui par le moyen des dites places pourroient supporter dommage, mise sus de nostre dit commendement et ordonnant par vertu de nos lettres et par certains commissaires de par nous à ce commis et deputés en la presence des gens des trois estats des dits pays ou de plusieurs d’iceux[33], et combien que la dite somme doyt estre payée et nostre dit cousin qui en est respondant et obligé par son scelle en estrelin et son dit scellé acquitté, et que le terme dedans lequel laditte somme devoit etre payée soit piéça passé, neanmoins les habitans des dites seneschaucies d’Agenois et autres tenus au payement d’icelle somme, ont contredit et refusé de faire icelluy payement et pour obvier à ce qu’ils ne soient contrains, ont les aulcuns d’eux frivollement appellé, sous ombre duquel appel qu’ils n’ont encores relevé, au moins qui soit venu à la connoissance de nostre dit cousin, le dit payement d’icelle somme demeure et est supportée nostre dit cousin tenu et obligé et son dit scellé engagé, pour icelle somme et pourroit encore plus estre en son grand prejudice et domaige se par nous retoit sur ce donne provision convenable, si comme il nous a fait remonstrer en nous requerant icelle, pour ce et il que nous ces choses considerées qui ne voulons le dit payement demouré ainsi assoupé, ne nostre dit cousin et son dit scellé sans en estre acquittez soubs couleur ne au moien de telles frivolles appellations, vous mandons et commettons par ces presentes et à chacun de vous sur ce requis que s’il vous appert la ditte somme avoir esté mise sur et imposée pour la ditte cause et par nostre ordonnance ou commendement, vous, tous les tenus et contribuables à la dite somme, contraignez ou faites

page 10 / Chap. VIII

contraindre et chacun d’eux reaument et de fait par prinse de corps et de biens et autres voyes deues et accoutumées de faire pour nos propres deptes à payer les taxes et imposts à quoy ilz en ont esté assis taxés et imposés selon le contenu des assietes sur ce faites aux commis et ordonnés par les dits commissaires à cueillir et lever la dite somme et icelle ceuillie et levée la faites sans delay par iceulx commis payer bailler et delivrer à nostre dit cousin ou à son certain commendement pour en aquitter luy et son dit scellé car ainsi nous plaist-il estre fait nobostant les dites appellations et et autres quelconques appellations faites et à faire pour lesquelles ne voulons estre differé en riens ni retardé ou dissimulé et lettres subreptices impetrées ou à impetrer à ce contraire, mandons et commendons à tous nos subjets que ils vous donnent conseil, confort, aide et poissance se mestier est, et requis en sont, donné à St Maixent, le sixième jour du mous de novembre l’an de grace mil CCCC cinquante et ung, et de nostre regne le XXXme, par le roy à la relation des gens de son grand conseil ouquel les gens de ses finances estoient, et plus bas, Daniel (ex authentico). Sur parchemin auquel etoit un sceau pendant à une coupure, ce sceau est perdu.

________________________________

Lettres de Charles duc d’Orléans, comte de Périgord, par lesquelles il nomme à l’office de capitaine du château et ville de Montignac, Mainfroy de Salignac, seigneur de Saint Geniés. (1422)

In dossier E 778 aux AD 64.

[34]Lettres de Charles duc d’Orleans et de Valois, comte de Blois, de Beaumont et de Pierregord, sgr de Coucy, par lesquelles il nomme son bien amé escuyer Mainfroy de Salignac sgr de St Geniès à l’office de cappitaine de ses chastel et ville de Montignac, valant par la mort de son bien amé escuyer et feu Jehan de Lestranges. Donné à Blois le XVIIe octobre l’an de grace M CCCC et vingt deux. (ex authentic. in pergam., et pendoit un sceau)

_______________________________

Commission donnée par le sénéchal de Périgord, à André Roux de Bergerac, et à Pierre de Porterie de Périgueux, médecins, pour faire la recherche des personnes infectées de la maladie de la lèpre, dans la sénéchaussée de Périgord (1480).

Référence non connue aux AD 64.

[35]Louys Sorbier de Paray conseiller et chambellan du roy nostre sire et son seneschal en Perigort et cappitaine du Mont de Domme et de Bragerac, de la partie du procureur dudit seigneur en la dite seneschaucée nous a été expousé que en icelle seneschaucée a plusieurs gens infectés et tachés de maladie de lepre dont est expedient de donner la charge et commission à gens notables en cet art de medecine et sur ce bien experts et cognoisseurs pour tirer et separer les dits entachés de la dite maladie de la communication des sains, et pour ce confians à plain des sans, litterature, prudommie et bonne experience des venerables hommes et saiges maistres André Roux de Bragerac, et Pierre de Porteria habitans de Perigueux maistres en medecine, à iceulx maistres André Roulx et Pierre de Porteria, appelés avec eux maistre Jehan Vocgier, et Jehan Martin dit du Dourat, serurgiens habitans de Perigueux et non autres serurgiens et chacun d’eux aussi d’ung notaire non suspect et autres qui pour ce seront appelés, avons donné et donnons par ces presentes congié, autorité et puissance de convoquer et adjourner par sergens royaulx ou autres en chacune parroisse ou justice de nostre dit seneschaussée les maires, consuls, justiciers ou autres ayant le gouvernement des places de nostre dite seneschaussée par devant eux et de enquerre avec eux et

page 11 / Chap. VIII

notables gens et donner regard et visitation sur toutes personnes infectées de ladrarie ou suspectes d’icelle maladie, laquelle est contagieuse et de icelles personnes veoir et visiter et esprouver et de les faire separer de la consorte et conversation des  sains et de les faire aller et mettre et colloquer ez ladraries publiques ou en autres maisons separées des gens saines selon la qualité et condition des personnes comme verront au cas appartenir, et ce à leurs propres courts et despens. Selon les transactions et ordonnances pour ce faites et notoirement gardées qui sont sur chaque parroisse icelle visitter et en cas que ils ne se trouve en icelle aucuns malades la somme de cinq sols tournois à prendre sur les dits consuls et justiciers d’icelle avec les despends, et un marc d’argent sur chacun qui sera trouvé taché et infect de la dite maladie avec les autres ses depens et de ceux de sa ditte compagnie raisonnables, et avec ce avons donné et donnons aussi aux dits maistres André Roulx et Pierre de Porteria puissance et commission de soy enquerir et informer que toute nostre ditte seneschaucée sur tous abuseurs qui jaçoit ce que ne soient instruits ne enseignés en art et science de medecine et n’ayant été apprins en auchune université par quoy ayent auchune science de medecine sçavoir abusent d’eulx mesler de donner medecines et de scavoir ce que ne scavent, dont plusieurs sont scandalizés en nostre dite seneschaucée, et d’interdire aux dits abuseurs que ne soient si hardis de se mefier du dit art de medecine et s’ils trouvent que par leur faulte auchuns ayent esté en dommages de les prandre ou faire à prendre au corps et pugnir par les justitiers de nostre ditte seneschaucée auxquels la cognoissance en appartiendra, si donnons mandement à tous les justitiers officiels et subgiez de nostre dite seneschaucée que aulx dits maistres André Roulx et Pierre Porteria et aultres en leur compagnie lesquels nous prenons et mettons en et soubz la protection et sauvegarde dudit seigneur et nostre avec leur famille serviteurs et biens quelconques en exercant la dite commission obeissent et entendent diligemment et leur donnant confort, conseil, faveur et aide se mestier est, est et requis en sont, et avec ce leur fassent payer et contenter leur dites peines et salaires, selon la dite taxation pour occasion de la dite commission et contraignant les dits debiteurs à ce par prinse et vendition incontinent de leurs biens et par toutes autres voyes raisonnables … et assignant aux opposans s’aucuns en y a au contraire et aussi à tous ceux que les dits maistres André etc. adjourneront comme desobeissans à comparoir devant eux pour recevoir les dits essais et experiences des dits suspects de la dite maladie et abuseurs d’user de fait de medecine et autres qui dit est, qui les voudroient empecher … Donné à Perigueux sous le scel de nostre dite seneschaucée le douzième jour de novembre l’an mil IIIJc IIIJxx. Signé en marge, Loys Sorbier par commendement de mon dit sgr le seneschal J. Capitis.

Ceci est transcript sur une feuille volante qui n’est qu’une copie mais d’une ecriture faite vers l’an 1520, et conservée au depot du chateau de Pau, chap. IX, n° XI.

_______________________________

Commission donnée par le roi Charles VI au sénéchal de Poitou, pour prendre et saisir certain navire chargé de vin, pour n’avoir pas payé à messire Olivier de Clisson le tribut en l’Isle d’Aix, dépendant de sa châtellenie de Gavache (1395).

In dossier E 634 aux AD 64.

[36]Commission au seneschal de Pontieu donnée par Charles VI pour prendre et saisir certain navire chargé de vins pour n’avoir payé à messire

page 12 / Chap. VIII

Olivier de Clisson et de Belleville le tribut en l’Isle d’Aix dependante de sa chatelenie de Gavaches. La commission du roy est dattée du 6 avril M CCC IIIIxx et quinze avant Pasques communiaus (pour distinguer de Pâques fleuries), et l’exploit du sergent est du mercredy XIIIIe jour d’april après Pasques communiaux. Un autre exploit du meme sergent qui rappelle en general les lettres de commission du roy est dattée du VI avril 1395. C’est le sergent qui dit que ces lettres sont du mardy VIe avril, c’est sans doute la verification et ordre du seneschal qui est de cette datte car les lettres de Charles sont dattées de Paris le I avril 1395. Je mets ceci pour une question de chronologie (examiner si le 6 avril fut un mardi, et le 14e fut un mercredy 1395) etc.

_______________________________

Mandement du roi d’Angleterre pour payer à d’Archambaud IV, comte de Périgord la somme de 1000 livres, en déduction de plus grande somme sur le péage de Marmande (1321) (pièce partiellement écrite en occitan médiéval).

In dossier E 767 aux AD 64.

[37]Notum sit quod anno Domini M° CCC° XXI die jovis post festum Pache, videlicet VIIJa die exitus[38] aprilis in praesentia mei notarii et testium infra scripturum, prezentet Peir Vigier Dauzed procurador de segont que dys del noble senhor Archambaut conte de Peiregort et de na Brunissens de Foihs comitessa de Peireguort à mon senhor en Jehan Hoquet conestable segont que es dys de Bordel I. (idest ung) mandament sugerat enpendent aissi cum apper de monsenhor n’Almaric de Creon senescal de Guascunha lo qual senset en aquesta maneira. Almaricus dominus de Creonis ducatus Aquitaniae senecallus dilectis suis constabulario burdigalensi et resseptoribus pedagii de Marmanda, salutem et dilect. Ex parte domini nostri illustrissimi domini regis Angliae domini Yberniae et Aquitaniae ducis et nostra vobis et vestrum cuilibet precipimus et mandamus quathinus omnibus dilectionibus post positis et remotis absque dilatione quacumque et alterius expectatione mandati tradatis et solvatis nobili viro Archambaldo comiti petragoricensi et dominae Brunissendis ejus matris et tutrici mille libras bonorum turonens. parvorum vel eorum certo mandato praesentes litteras deferenti videlicet magistro Heliae Pictavensi clerico vel ejus certo mandato sex centas libras tur. et eisdem comiti et comitissae quarter centum libr. turon. residuas de praedictis mille libras occasione debiti sui in quo dictus dominus rex et gentes suae dicti ducatus super pedagio de Marmanda tenebantur eisdem et ipsi comes et comitissa tenebantur … domino Heliae praedicto et istud nullatenus omittatis si comodum dicti domini regis et nostrum diligitis et honorem dictam solutionem [--tis][39] modis omnibus infra instant. festum Pache vel citius, si poteritis. Praecantes vobis quatinus omnem etc… Datum Pat. et sigillo nostro sigillatum die jovis post Reminiscere anno Domini M° CCC° XXI°[40]. E aqui mezihs lo predict monsenhor En Johan Hoquet dyhs en aquesta maneira que et era prest a apareilhar d’obeair al mandament de monsenhor N’Amalric de Creon en tant cum et podé mas a qual mandament et ne podé complir quant a present per so quar la costuma de Marmanda es metuda en la ma de nostre senhor lo rey de Franssa a s’est tenue à la requesta dels procuradors de monsenhor En Jordan de Layla tant entre al deit mons. En Jordan sia satisfait de tres melia liuras d’argent per alcunas causas en qué fo condempnat nostre senhor lo rey d’Anclaterra en la cort de l’avant deit lo senhor rey de Franssa qui eis que l’avant deit nostre senhor d’Anclaterra et duc de Guiyana a assignat a certas mercadeis de Bordel et de Bazatz et de La Reula et de Marmanda totes les issidas de la tesauraria d’Agenès … costuma de Marmanda

page 13 / Chap. VIII

tant entre los dits mercadeis sian satisfait e habondos de m e cxlv[41] liur. III s. III d. d’esterlis no contrastan alcuna asignation faita o a far per lodit nostre senhor et per sos officials qui eis que la gent del rey de Franssa an merida la dit a costuma de Marmanda à la man del deit senhor rey de Franssa a la requesta dels procuradors del vescompte de Lomanha tant entro aquel deit vescompte sia satisfeit e habondos de CLX milia flors d’aur en los quals lo deit senhor rey d’Anclaterra e duc de Guiyana era tengut a deit vescompte e a alcuns kardenals de Lardanonia[42] par laqual soma l’avia obligat totas las issidas del duquat de Guiyana, de lasquals causas sobre deites lo deit senhor connestable el deit Peir Veguier cum procurador del noble senhor N’Archambaut et de la comtessa segont que dichs requerent aus notaire dessus escriut que de las causas praeditas en fes doas cartas d’una tenor a cada partida la sua. Testes sunt etc. Helias Fabri notarius communis et publicus notarius in tota senescallia agennensi … fuit hoc Marmandae anno die et loco quibus supra, regnantibus domino Philippo rege Franciae, Edw. rege Angliae duce Aquitaniae, Amanevo agennensi episcopo, avec le sigle du notaire, ou son signe, en parchemin.[43]

_____________________________

Lettres de Louis duc d’Anjou, par lesquelles il mande à Pierre Scatisse, maître des comtes de donner à Talayrand de Périgord la somme de 4500 francs pour être distribuées aux personnes désignées dans ces lettres (1371).

In dossier E 630 aux AD 64.

[44]Loys fils de roy, frere de mgr le roy et son lieutenant ez parties de Languedoc et de Guienne, duc d’Anjou et de Touraine et comte du Maine, à nostre chere Pierre Scatisse conseiller de mon dit sgr et de nous et maistre de ses comptes, salut. Comme ja pieça nous eussions fait bailler et delivrer par nostre amé Estienne de Montméjan tresorier de guerre ez dites parties de mon dit sgr et de nous à nostre tres chier et amé cousin messire Taleran de  Pierrigort la somme de 4500 francs d’or pour icelle bailler aux personnes qui s’ensuivent, c’est à sçavoir au sire de Pons IIIIm francs d’or[45], de laquelle somme luy fut baillé IIm francs pour don que nous lui fismes des lors pour les bons et agreables services que nous esperions qu’il feist à mon dit sgr et à nous au temps à venir et IIm francs sur la pension à lui ordenée par mon dit seigneur et à maistre Pierre Giraume Vc francs d’or pour don laquelle somme et 4500 dit cousin a baillé … vous mandons et commendons … que au cas que nostre dit cousin … bailler a lettres de reconnoissance … icelluy Etienne rende … à nostre dit cousin les dites lettres de reconnoissance des IIIIm Vc francs d’or etc. Donné en nostre l’hostel de Chailhi le X juillet l’an de grace 1371 par monsieur le duc, present monsr l’eveque d’Angers, et pendoit un sceau.

_____________________________

Commission donnée par Philippe Le Bel à Me Géraud de Sabanac, lieutenant du sénéchal de Périgord, et à Pierre Balene, receveur de la sénéchaussée, d’asseoir à Hélie Talayrand comte de Périgord, la rente donnée en récompense des terres qu’il avoit cédées au roi en échange (1303 v. st.)

In dossier E 616 aux AD 64.

Philippus Dei gratia …. dilecto nostro magistro Geraldo de Sabanaco jurisperito ac senescallo petragoricensi[46] et Petrus Balene receptori nostro ejusdem senescalli etc. … mandamus vobis committentes insimul aut vos senescallum cum altero praedictorum super valore terrae dilecto et fideli nostro Heliae comiti petrag. permutationem inter nos et ipsum lactam et habitam assignatam in locis pluribus, quam per pactum inter nos et Dei gratia regem Angliae et ducem Aquitaniae karissimum et fidelem ac consanguineum inhitam restituere habuimus nec non de circonstantiis universis ipsius diligentius inquirentur praefato comiti tantum [de terr. assignat.][47] et in valore hujus fideliter inquirendo assideatis videlicet in communi et vendis villae petragoricensis[48] nec non in castris et castellaniis de Causata, de Montahac, de Parac. … ac eorum pertinent. propinquioribus ad utilitatem ipsius comitis … XXII febroarii anno Domini 1303.

Autre, Philipp. etc., magistro Geraldo de Sabanaco jurisperito ac senescallo petrag.[49] et P. Balene receptori nostro in senescal petrag. … mandamus vobis quathenus vos tres simul aut vos senescallus cum altero collegarum vestrorum

page 14 / Chap. VIII

ad faciendam assisiam de terris etc. Relatif à la meme affaire. Datum anno Domini 1304 etc. tiré d’un parchemin rompu au millieu et dans presque toute sa longueur, dans l’acte d’execution desdits commissaires etc. de la meme année 1304, die lunae post festum …. Il paroit par ces lettres de Philippe le Bel que cette echange fut une suite d’une convention faite entre luy et le roy d’Angleterre sans doute pour eviter des occasions de guerre etc.[50]

_______________________________

Lettres des sénéchaux de Toulouse, d’Albi, etc., par lesquelles ils mandent à celui de Périgord et de Quercy de garder Hélie Talayrand et ses gens, de toute violence et force, attendu qu’il est occupé au service du roi, en armes à la guerre (1297).

In dossier E 617 aux AD 64.

[51]Guichardus de Marziaco miles domini nostri regis senescal. tholosan. et albiens. et Henricus dominus de Elisia miles senescal. carcass. et biter., rectores et capitanei totius ducatus Aquitaniae et terrae Vascon. pro eodem domino nostro rege nobili domino senescal. petrag. et caturc. vel ejus loc. tenen., salut. et dilec. Sinceram pro parte viri egregii Heliae Taleyrandi comitis petrag. vicecomitis Leomaniae et Altivilaris fuit expositum coram nobis quod vos seu officiales vestri eundem comitem et ejus gentes agravant et agravare intuntur indebite et inferre violentias et offensas, de quibus si ita sit adjuramur, unde cum dictus comes cum sua comitiva et cum armis in exercitu ducatus Aquitaniae in servitio dicti domini regis et ideo mercatur gratiam et favorem volumus et vobis mandamus quatinus eundem comitem et ejus gentes in suis justis possessionibus et juribus manuteneatis … nec eundem comitem vel ejus fideijussores ad sua debita exsolvenda vel ad litigandum compellatis seu compelli per aliquem permittatis quandiu ipse comes fuerit in servitio supradicto, et si aliqua facta vel innovate sunt contra dictum comitem vel ejus gentes ex quo ipse fuit in dicto servitio, ea ad statum pristinum reducatis … Datum in castris prope Artasium die dominica in crastinum beati Matthei apostoli anno Domini 1297.

Ex authentic. in pergam. Et pendoit un sceau in lemnisca.

_______________________________

Lettres de Louis, duc d’Anjou, par lesquelles il ordonne au seigneur d’Hautefort de mettre entre les mains du comte de Périgord, Héliot de Vilhac, écuyer, qui étoit son prisonnier (1372)

In dossier E 692 aux AD 64.

[52]Loys fils du roy de France, frere et lieutenant de monsr le roy en toute la Languedoc, duc d’Anjou etc. à notre chier et bien amé le sire d’Autefort, salut. Nous avons entendu que vous tenez par devers vous prisonnier Heliot de Vilhac escuyer capitaine d’Ans, vous prions et neanmoins de part monsr. et nous vous mandons et commandons que le dit Heliot vous baillez et delivriez ou faites bailler et delivrer par ceux qui doibvent et y auront auctorité à notre très chier et très amé cousin le comte de Perigord ou à son certain mandement pourvu que nostre dit cousin promette de payer pour luy à vous ou à ceux qu’il appartiendra bonne et convenable finance sans [----][53] ne pourchassier etre fait dommage de sa personne si gardez que en ce n’ait aucun deffaut car ainsi le voulons nous estre fait affin que nous puissions mieux rec… (mot rompu) le dit fort qu’il tient en sa main par lequel se dommagent le pays et subjets de mon sgr très grandement. Donné à Carcassone le XXIIJe jour d’avril, l’an de grace 1372, soubs nostre scel nouvel en l’absence du grand., pour le duc. Et pendoit un sceau en lemnisque.

______________________________

Lettres du roi Charles VI au vicomte de Meaux son chambellan, et aux sénéchaux de Périgord, Saintonge et Angoumois, par lesquelles il leur impose silence, et leur défend de procéder par voie de fait, contre le comte de Périgord, jusqu’à certain temps (1392).

In dossier E 632 aux AD 64.

[54]Charles par la grace de Dieu roy de France à nostre amé et féal chevallier et chambellan le vicomte de Meaulx et aux seneschaux de Pierregort et de Sainctonge et d’Angoumois ou à leurs lieutenants, salut et dilection. Nostre amé et feal cousin le comte de Perigord nous a fait exposer[55] que sans ce qu’il ait aucune chose meffait ou assenée envers nous, nos gens ou subgiets vous

page 15 / Chap. VIII

vicomte et seneschal de de Pierregort accompagnés de plusieurs [----][56] ses hommes et subgiets estes allez de fait appense en sa terre et en son pays et par force et violence sans le appeler ne proceder par voye de justice avez pris et encores detenez un de ses lieux et ses gens avez occisis et justitiez rigoureusement, contre raison et justice, et en son estrange grief, prejudice et desheritement si comme il dit requerant sur ce le remede de notre provision, pour ce et [-il][57] que nous pour certaines causes et considerations qui à ce nous ont meu, voulons et avons ordonné que toutes ces choses et chacune d’icelles d’une partie et d’autre sursient et demeurent en l’estat en quoy elles sont à pire jusques au premier dymanche de Caresme prochainement sans y plus avant proceder par voye de fait ne aucunement d’avant le terme dessus dit et dedans le jour de la Purification Notre Dame prouchain à venir, le dit comte vendra par devers nous ou y envoyera de ses gens ayant pleine puissance de luy pour nous pleinement informer du droit et de la justice qu’il se dit avoir es choses dessus dites, si vous mandons et à chacun de vous si comme à luy appartiendra que notre presente ordonnance et voulence tenez et enterinez et faites tenir et enteriner sans enfreindre en la manière que dit est, en intimant et faisant intimer aux bourgeois et habitans de vostre ville de Pierregort qu’on dit etre partie adverse dudit comte en cest endroit et autres à qui il appartiendra que ils soient au dit jour de la Purification Notre Dame par devers nous ou y envoyennent aucuns d’eux à tout[58] bon et suffisant povoir pour oyr ce que vouldra dire ou proposer contre eux le dit comte, proceder et aller avant sur ce comme de raison sera et de ce que fait aurez sur ce sertifiez suffisamment nous et les gens de nostre conseil, pour faire et ordonner sur ce ainsi que de raison sera. Donné à Tours le XXIX jour de novembre l’an de grace mil CCC IIIJ et .....[59] et de notre regne le douzieme. Par le roy à la relation du grand conseil, et plus bas, Sertaut, et pend en une meme lemnisque un double sceau, d’un coté est l’ecu de France chargé de trois grandes fleurs de lys[60] qui occupent tout le champ, et de l’autre coté de la lemnisque un autre sceau effacé, le tout en cire jaune.

Je soupçonne par le vidimus que ce meme compte fit expedier par le notaire de la Chapelle d’Alberels supra, de ses droits sur la ville de Perigueux par l’assence que fit Roger-Bernard aux consuls pour la justice et que cette affaire fut le principe de brouilleries qui [-----ttent][61] dans ce temps ci – Leydet.

_____________________________

Procuration donnée par Guillaume de Bretagne comte de Penthièvre et de Périgord, à Bernard de Bonneval et Julien de Beaupoil, pour prendre possession du comté de Penthièvre, instituer officiers en son nom, recevoir les comptes, etc. (1452).

Référence non connue aux AD 64.

[62]Guillaume de Bretaigne comte de Penthievre et de Pierregort vicomte de Lymoges, nous, confiant à plain de la bonne prudomie et diligence de nos tres chers et bien amés messieurs Bernard de Bonval sgr du dit lieu et Julien Beaupoil chevalier, iceulx et chacun d’eux avons fait constitué et ordonnés faisons, constituons et ordonnons nos pour eux generaux et messaigiers speciaux, la generalité ne prejudiciant à la speciauté etc., en toutes nos causes et querelles meues et à mouvoir par devant tous juges … de recevoir et prendre pour et ou nom de nous la possession reale et corporelle de la comté de Penthievre et d’autres terres à nous appartenantes, de mettre et instituer officiers, recevoir les comptes, … recevoir ce qui nous est deu etc., promettant etc. en tesmoin de quoi avons fait sceller ces presentes du scel de la chancellerie de notre dite vicomté. Donné à Segur le 18 jour de decembre 1452, et sur le reply, par monseigneur le comte, presens les sgrs des Cars et de Flaine  et Ith. Denoist secretaire de mondit sgr, et plus bas, en plus gros caracteres, Ranconnet. Suivi d’une paraphe, et pendoit un sceau en lemnisque, laquelle ne subsiste plus.

_____________________________

page 16 / Chap. VIII

Procuration donnée par Alain d’Albret, comte du Périgord, etc., à Jean Capitis, pour partie de ses terres en Périgord. (1482 v. st.)

Référence non connue aux AD 64.

[63]Alain d’Albret comte de … de Perigord constitue son procureur Jehan Capitis en la terre et jurisdiction du pariage qui est entre nous et les chapitre et chanoines de St Astier avec toute puissance à ce necessaire etc. et aussi à bailler et affermer la dite jurisdiction que ailleurs en nos terres et seigneuries de Vernh, de Layle, Celle et Bertric et du partiage qui est entre nous et les chapitre et chanoines de St Front de Perigueux de nos heritages soient repaires, mainements etc. Et fait sceller à Limoges, le XXII janvier 1482. Ainsi signé à la marge : du commendement de mondit sgr, Foucaut de la Jaumerie, Croylus de Chabannes escuyers et autres presens. Sur vidimus de l’an 1500, le 2 juin. Collationné en présence de Me Anthoine Charonis chanoine syndic des chanoines et chapitre de St Front à Perigueux. Signé [Joussel][64].

______________________________

Lettres du roi Louis XI, par lesquelles il nomme et établit le comte de Périgord, son lieutenant général dans le haut et bas pays du Limousin, la Marche, le Vivarais, Velay, le Bas Languedoc, et le Berry. (1470 v. st.)

In dossier E 652 aux AD 64.

[65]Loys par la grace de Dieu roi de France … comme puis nagaires par grand et meure deliberation de plusieurs grands seigneurs de nostre sans, de nos chiefs de guerre et gens de nostre grand conseil, nous avons conclut et ordonné faire mettre en notre main moyennant l’aide de Dieu le duché de Bougoigne ensemble la comté de Masconnais et autres terres et seigneuries dont les ducs de Bourgogne ont accoutumé et sont tenus faire foy et hommage lige en ressort et souveraineté comme à nous commises et confisquées, tans par faute de hommage non fait que autrement pour les causes plus à plain declarées en nos lettres de commission baillées à aucuns grands personnages, et memement à nostre cousin le comte de Perigord … avons ordonné faire mettre sus et en armes les nobles et autres gens qui par le ban et arriere-ban ont accoutumé et sont tenus eux armer et suivre les armes en chacune contrée ez pays de nostre royaume, et ordonné et etabli à chacun de nos dits lieutenants les pays et contrées qui  devront à eulx obeir, afin de faire tenir bon ordre et police aux dits gens de guerre au solagement de nos subgets le plus que faire se pourra, et aussi commissaires pour faire les monstres et reveues des dits nobles en chascun des dites contrées et mesmement ez haultx et bas pays de Limosin, La Marche, Viverays, Velay, Languedoc Bas et Berry … par quoy … sçavoir faisons que pour la grande singuliere et entiere confiance que avons de la personne de nostre dit cousin le comte de Perigord et de ses gens etc., icelluy avons fait commis et ordonné faisons commettons et ordonnons … par les presentes nostre lientenant general ez dit haut et bas pays de Limosin, la Marche, Viverays, Velay, Languedoc Bas et Berry, et luy avons donné et donnons plein pouvoir etc. d’assembler ez dits pays les nobles et vassaulx et autres nos subgets qui par les dits ban et arriere-ban ont accoutumé d’estre mandés et son tenus de suyr[66] les armes .. si donnons en mandement … Donné aux Montils les Tours le second jour de janvier l’an de grace mil CCC soixante et dix et de nostre regne le dixieme, et sur le reply, par le roy, le comte de Vaussillon admiral, [------][67] de Crussol et de Lude et autres presens, et plus bas, Medere. Et pend une lemnisque à double queue en parchemin, le sceau est perdu.

______________________________

Lettres de Louis duc d’Anjou, fils et frère du roi de France, et son lieutenant général en Guyenne, par lesquelles il donne à Talayrand de Périgord, chevalier, frère du comte, 3.000 livres de rente, à prendre sur la conquête de la sénéchaussée de Périgord et de Quercy (1368 v. st.) (ces lettres confirmées par Charles V le 30 mai 1370)

In dossier E 629 aux AD 64.

[68]Loys fils de roy de France frere et lieutenant de monsgr le roy en parties de Languedoc, duc d’Anjou et comte du Mayne, à nostre bien amé Bernard

page 17 / Chap. VIII

de Gresinhac sergent d’armes de mon sgr et le nostre salut. Comme nous aions donné de grace special à nostre feal et amé chevalier messire Talleran de Pierregort frere de nostre tres cher et bien ame le comte de Pierregort la somme de 3 mille livres de rente annuelle et perpetuelle à prendre sur la conqueste de dictes la seneschaussée de Pierregort et de Quersin ou ailleurs ou miex la verra avec les lieux, jurisdictions hautes moyennes et basses et toutes les appartenances des dits lieux où il voudra avoyr les dites III mille livres de rente[69] et sur lesquels il vouldra soy assoyr comme de tout ce plus plainement vous pourrez apercevoir par les lettres de nostre dit dom à lui faite, lesquelles nous voulons à tous estre monstrées de point en point par ainsi qu’il appelle et doit appeler à monsgr du prince de Galle[70] comme duc de Guienne pour le dit comte de Perigord et mettre en la dite comté les pennon et sauvegardes de mon sgr et en toute la terre du dit comte et vous mandons et commettons par ces presentes que tantost qu’il vous apparoitra le dit messire de Taleyran avoir fait les chouses dessus dites bien et duement … vous ycelluy messire Taleran ou son … mettez en possessin reelle et corporelle IIIm livres de rente sur les bien et ez pays ou il les vouldra eslire … et le faire user des choses dessus dites … Donné à Thoulouse le III jour de mars l’an 1368. Par mr le duc, et plus bas, Haluyn. Et pendoit deux sceaux, l’un à une lemnisque simple decoupée en bas large de deux doigts, l’autre à une seconde lemnisque large de deux lignes, coupée aussi parallelement à la premiere. Les 2 sceaux sont tombés. En parchemin.

____________________________________

Commission de Jean, évêque de Beauvais, lieutenant général du roi de France, pour enquérir de la valeur des objets que le roi voulait donner au comte de Périgord, en récompense de la terre de Bergerac (1341).

In dossier E 699 aux AD 64.

[71]Johannes per missione divina belvacensis episcopus locum tenens generalis domini nostri Franc. regis in partibus occitanis et xanton., dicreto viro magistro Petro de Cumbis judici regio Brageraci, salutem et dilectionem. Cum per alias nostras litteras mandando commiserimus vobis ut quod ad assignationem fieri inchoatam comiti petrag. de certis redditibus quos dictus dominus rex assignari tenebatur eidem compleretur et jura et deveria quae idem dominus rex habet et percipit et habere et percipere consuevit in pariagis ejusdem domini regis et capituli Sancti Frontonis Petrag. et in communi levari consueto in villa Petrag. et ejus pertinentiis et in terra ejusdem comitis necnon et in locis et parrochiis de Insula, de Cella, de Bertrico, de Treilhissaco, cum communi ibidem debito et in aliis locis circumvicinis et propinquioribus villae Petrag. aut aliis locis seu villis senescall. petragor., caturc. minus dicto domino regi dampnosis et dicto comiti magis convenientibus et suae terrae contiguis traderatis et assignaretis vocato procuratore regio dictae senescalliae et alias procederetis juxta tenorem litterarum nostrarum … et sicut ex parte comitis accipimus procuratorem ejusdem comitis per modum articulorum coram vobis traditerit per partes emolumentum jurisdictionis pertinens ad dictum dominum regem nomine dicti pariagii et emolumentum vendarum et sigilli communi nunc inter dictum dominum regem et dictum capitulum et commune per dictum dominum regem levari consuetum Petragor., ut in pertinentiis ejusdem et commune debitum et levari consuetum in burgis et parrochiis de Treslhissiaco, de Cella, de Bureya, de Feliche, de Vertelhaco, de Bertrico et de Luginhaco Sancti Pauli de Botelha, Sancti Martialis de Vivayrols, de La Espina, de Alamans et de Insula cum jurisd. pertinen. ad dictum dominum regem in locis praedictis et etiam cum jurisdictione quam dictus  dictus dominus rex habet in locis et parrochiis de Campanhaco et Sancti Pancracii, quae praedicta procurator ejusdem comitis petit et coram vobis petiit sibi assignari. Mandamus et commitimus vobis quathinus vocato dicto procuratori regio seu ejus substitutans de et super valore praemissorum … vos informatis et praedicta dicto domino comiti tradatis et assignetis … et non obstante quod capitulum

page 18 / Chap. VIII

praedictam ecclesiam Sancti Frontonis et rectores seu habitatores loci de Insula asserent se habere privilegia quod villa qua dominus rex habet in pariagio cum eisdem non possit nec debeat ponere extra manum suam nisi dictum capitulum et rectores seu habitatores praedicti in contrarium se opponerent, partem expressam faciendo et talia proponerent et proponte probarent propter quae non deberet ad praemissa procedi. Datum Brive die X novembris anno Domini 1341, per dominum locum tenentem. Plus bas, H. Canhas, et pendoit un sceau (perdu) en une lemnisque de parchemin decoupée. Ex authentic. in pergam.

____________________________

Commission donnée par Charles, connétable d’Albret, lieutenant général pour le roi en Guyenne, à Peytoreau de Nontron et à Bernard Panet, d’imposer et de lever sur les habitants de l’archiprêtré de Nontron, une somme d’argent qui avait été octroyée par les trois états du Limousin (1409).

In dossier E 805 aux AD 64.

[72]Charles seigneur de Lebret conestable de France lieutenant general pour mgr le roy en Guienne et commissaire en cette partie de par luy expressement deputé si comme appert par ses lettres … du 28 may 1409 etc., à Peytoreau de Nontron et Bernard Panet salut. Comme pour mettre et rendre en l’obeissance de mondit sgr le roy certaines forteresses detenues et occupées par les ennemis de mondit sgr et de son royaume et accomplir le contenu en nostre ditte commission aussi du consentement et volonté de mgr de Berri … nous ayons fait assembler à Limoges les gens des trois estats du pays de Limousin[73], lesquieulx amprès plusieurs traictiés et deliberations nous ayant octroyé semblat la somme qui fut premierement imposée ou dit pays pour la delivrance de Moruscle, laquelle faut necessairement incontinent lever et cueillir pour ce est-il que nous vous mandons et commendons de par mondit sgr le roy … que incontinent vous tauxez et imposez ou par vos commis et deputés … sur les manans et habitans ez villes et paroisses de l’arceprevere de Nontron la somme ci-dessous escripte à laquelle furent imposé en la dite taille de Moruscle etc., et apportes dedans XV jours aux receveurs à Lymoges … donné et fait à Limoges le 14 octobre 1409.

L’arcipreuvere de Nontron[74]

La parroisse de Trelhac 29 l. 5 sols. La parroisse de Dornazac 34 l. 15 s. 6 d. La parroisse de Bussiere-Galand 27 l. 10 s. La parroisse de Monbrandes XI livres. La parroisse de Chaussac 31 l. 5 s. La parroisse de Lageyrac avec la parroisse de Pagas et la parroisse de Chalus-Chabrol 125 livres 5 sols. La parroisse de St Laurens 24 livres. Nontron 220 livres. La parroisse d’Abjac 27 livres 10 sols. La parroisse de Javerlhac 33 livres. La parroisse d’Auginhac 16 l. 10 s. La parroisse St Martial près Nontron XI livres. La parroisse de Bussiere-Badieux 18 livres. La parroisse de Chapniers 14 l. 15 s. La parroisse de Plomiers 33 livres. La parroisse de Marual 22 livres. La parroisse de Bertholmieu 16 livres. Le lieu de Monbrun qui est en la dite parroisse d’Ornazac 20 livres 18 s. 6 d. La parroisse de Samatie 33 livres. La parroisse de Cussac 46 l. La parroisse de Champaignac 2 l. La parroisse de Doradour de Vayres 16 l. 10 s. La parroisse de Las Salas 22 l. La parroisse de Pansol 16 l. 10 s. Somme toute dudit arcepreuvere de Nontron 879 livres tournois. Par mgr le connetable, Henni. Il est dit plus haut que la dite somme sera levée sur chacun selon sa faculté, le fort portant le faible. Le connetable dit aux 2 receveurs : et pour vos peines et travail, nous vous avons ordonné III deniers pour livre, et XII deniers pour quittance à lever par une fois sur les parroisses dudit arcepeuvere, etc.

En parchemin et pendoit un sceau (perdu) en lemnisque decoupée au bas.

________________________________

Commission donnée par le connétable d’Albret, pour lever la somme de 10 000 francs sur la sénéchaussée de Périgord et de Quercy, pour le recouvrement des châteaux de Carlus et de Comarque, occupés par les Anglois (1406).

In dossier E 710 aux AD 64.

(Corrections, notes et commentaires du texte occitan par Jean Roux de Ribérac).

[75]Nous Raymon seigneur de Salaignac chevalier, Pierre de Fleury cappitaine de Montignac, Pierre de Solignac et Bos de la Chappelle escuyers commissaires et receveurs deputés et ordonnés pour messor le connetable de France et son conseil ha empauser et metre

page 19 / Chap. VIII

et impauser sur tous les manans et habitans en la seneschausée de Quercin desa la riviere de la Dordoigne et de Perigort l’ayda[76] de dix mila franxs et de recever[77] la dicha soma et de empausar rece vedors un o pluseurs si besonh est pour la boyda (ou voyda)[78] des [..] Caslucz et de Comarca et com le calh[79] de la dita ayda sia endit[80] el dich pahis et nous non puscan travalhar a recebre l’argen degut en Perigort de Vezera en la[81] avant [cum   paregues][82] occupatz , pour altres negocis de nostre senhor le rey de France et de nostre dit senhor monsenhor lo connetable por la tenor de nostre commission la quial s’ensuit : Charles seigneur de Lebret connetable de France a nos amis le sire de Salignac chevalier, Pierre de Fleury, Pierre de Solignac et Bos de la Chappelle escuyers, salut. Comme par le devis[83], conceil et deliberation de plusieurs du conceil de monseigneur le roy et de plusieurs autres chavaliers et escuyers, estant en nostre compagnie nous avons de present faict traictié avec les cappitaine et compagnons garnisons de chateaulx de Carlus et de Comarque ennemis de monseigneur le roy de rendre et de livrer ‘et’ mettre en lobeissence de mondit seigneur les dictes places lesquelles sont situées et assises au pahis et seneschausée de perigort, parmi leur payant certaine somme d’argent avec certains autres accordès et convenances contenant au traicté sur ce fait pour payer laquelle finance et autres frais necessaires pour le faict dudit traicté et aussi pour certaines autres mises et despenses quil ha convenu a faire, pour la delivran‘ce’ decertaines autres places estant es dit pahis et seneschaussée naguaires detenues et occupées par les ennemis de mondit seigneur nous avons mandé et fait venir par devant nous les trois estats du dit pays et seneschausée de pierregort lesquels ou la plus grande partie diceulx presens par devers nous considerant les grand maulx pertes et dommages qu’ils ont eu soustenu ‘et’ souffert par les guarnisons qui ont esté es dites places depuis qu’elles ont esté ez mains desdits ennemis et que encore ils seroient en avanture d’avoir au temps a venir si remede ny estoit mis, aient esté d’accord, se soient consentus et ayent offert estre paié un ayde sur les manans et habitans es dits pays et seneschaussée et sur les manans et habitans en la seneschausée de Quercin desa la riviere de Dourdoigne pour le dit traicté et pour la delivrance des dites places de la somme de dix mile franxs avec les autres frais quil a convenu convient et conviendra faire pour le dit fait, tant pour les despens d’ostages que autres chauses, nous suffisament informés de vos sens etc., et mesmement que vous estes [demour] au dit pahis pais et seneschaucées et que par vous la dite ayde aide sera plus promptement et diligemment mis sus fait ceuillir et recevoir et le dit traictié pourfaire pourfay et accomplir que par nuls autres vous mandons ‘tous’ et commettons

page 20 / Chap. VIII

de par mondit sgr et de par nous que consideré que prestement et très astivement il convient avoir la dite finance ou autrement gran inconvenient s’en pourroit en sur, tantot et incontinent vous tous ensemble trois, deux ou chacun de vous par soy comme vous verrez estre expedient pour le dit fait, vous transporterez ez bonnes villes, chastellanies, places et autres lieux des dits pais et seneschaucée de Perigort et aussi en la dite seneschaucie de Quercin au desa de la dite riviere de Dourdoigne et ailleurs où il appartiendra et le appeléz avec vous tels gens que vous verrez qui seront à appeler imposés et mettez sus ou faites mettre sus et imposer sus tous les manans et habitans es dit pais et seneschaucie le dit aide de dix mille franx, avec les autres frais dessus dits et tous autres que vous verrez estre vraisonnables, convenables et necessaires, chacun selon sa part et portion le plus justement et egalement que faire se pourra, exceptés les gens d’esglise nobles extrait de noble lignée sobans et frequentans les armes et pouvreus medians et miserables parsonnes et pour faire asseoir, lever et cueillir et recevoir le dit aide vous avons donné et donnons à trois, à deux et à chacun de vous par soy plein pouvoir autrere et mandement special de par mon dit sgr et de par nous de commettre, ordener, instituer, establir receveurs generals et particuliers commissaires et collecteurs et autres officiers tels tant et en tel nombre que vous verrez estre necessaire et expedient pour la besoigne chacun [---dres][84] soy et selon leurs offices de asseoir, cueillir, etc. le dit aide, de donner quittance avec ce faire tout ce que à leurs dits offices appartiendra … lesquels receveurs toutes voies seront tenus d’en rendre compte en la chambre des comptes de mondit sgr en contraignant et faisant contraindre tous les rebelles, refusans et desobeissans par prise, vendition et alienation de tous leurs biens meubles et heritages, detention et emprisonnement de leurs corps par force d’armes et par toutes autres voyes etc. nous, affin qu’il ne puisse estre rompu ne annulé vous donnons pouvoir tel que dessus de faire ou faire faire et mettre sus un emprunt sur les plus solvables des dits pais et seneschaucies et sur ceux que vous scaurez qui auront puissance de telle somme et ainsi que vous verrez etre necessaire, en contraignant et faisant contraindre tous les rebelles et refusans et delayans par la manière que dit est, lequel emprunt [cont---rons][85] nous voulons leur estre rendu et restitué chacun ou dret soy des deus de dit ayde … vous donnons povoir de prendre desdits receveurs et officiers ledit argent, … de prendre et recevoir quand temps sera de possession et saisine des dites places et de chacune d’icelles et de les mettre en la main et obeissance de mondit sgr, de prendre les serments des manans et habitans es dites places et lez povoiez d’icelles, tel qu’il appartient en tel cas d’y commettre et ordonner cappitaines et autres officiers tels et en tel nombre que vous verrez qu’il sera necessaire pour la garde et deffence des dites places et ainsi de faire aux dits cappitaines et compagnons toutes les deptes qu’il vous appartiendra leur

page 21 / Chap. VIII

estre deues selon la forme dudit traictié et en contraignant et en faisant contraindre tous leurs debteurs …Donné à Perigueux le premier jorn d’aost l’an mil CCCC e six. Nous dessus dits commissaires et receveurs faisons, ordonnons et instablissons à levaur culir receveour e prendre o far recevour la part et portion que porra appartenir de laditte somme de dix mille franxs en dicte ou dit pays et seneschaucie de Perigort dele la riviere de Vezera en la man vers Periguex so es assavoir Bernard Panet de Nontron auquiel donnons planier povoir de prendre cueillir et recevoir ledit part et portion de l’argent desus dit pour la dita vaiga[86] et donnar lettres de quitte à qu’ilx alx quiels appartiendra … et pour tous travaihs e paynas le dit Bernard avons ordenné avoir cent l. de tornoys payedoras per sau main … Mandons et commendons à tous les justitiers, officiers et subgez de nostre dit seigneur a de son royaume que audit Bernard commissaire et receveour cum dit est … obeissent … Donné à Sarlat, sos le saigol de la dicte seneschaucie de Perigord, le selon[87] jorn du moys de septembre l’an mil CCCC et six. Et pend une bande à double queue dont le sceau est tombé (en pargemin de 12 pouces de long sur 11 de large).[88]

_________________________________

Procuration donnée par dame Brunissende de Foix comtesse de Périgord, à Archambaud IV son fils, dont elle était tutrice, pour recevoir en son absence les hommages qui lui étaient dus (1312).

In dossier E 617 aux AD 64.

[89]Noverint etc. quod anno Domini M° CCC° duodecimo regnante illustrissimo pricipe domino Philippo Dei gratia Francorum rege, die jovis post festum beati Georgii in praesentia mei notarii et testium … nobilis domina Brunissendis de Fuxo comitissa petragoric. tutrix et curatrix nomine nobilis viri Archambaldi nati sui comitis petragoricensis, dedit et concessit potestatem et licentiam dicto Archambaldo filio suo comiti petragor. recipiendi homagia et deveria sua a quibuscumque, nobilibus et ignobilibus hominibus et tenentiariis ejusdem, ipsa domina presente vel absente, et faciendi omnia etc. Acta fuerunt haec Petragoris anno die et regnante quibus supra, testibus etc., et me …

Avec paraphe etc., en parchemin.

_________________________________

Procuration consentie par le roi de Navarre, pour vendre des terres et seigneuries de Maseres, Moruscles et Thiviers, situées en Limousin et Périgord (1510).

Référence non connue aux AD 64.

[90]Procuration du roy de Navarre consentie par Alain d’Albret pour vendre les terres et seigneuries de Mazeres et de Moruscles assises dans la vicomté de Lymoges et la seigneurie et prevosté de Thiviers etant dans la comté de Perigord, confirmation donnée à Nérac, 1 août 1510, signé Alain.

_______________________________

Lettres de Jean, bâtard d’Orléans, comte de Périgord et de Mortain, par lesquelles il nomme Me Jean Rigal licencié en droit, à l’office de judicature générale en la comté de Périgord (1431, sur un vidimus de 1462).

Référence non connue aux AD 64.

[91]Lettres de Jehan bastard d’Orleans comte de Pierregort et de Mortain et sgr de Romorantin … nomme … Me Jean Rigal licentié en droit canon et droit civil juge de nostre dit comté de Pierregort au lieu de Me Pierre de Verdelon lequel ou cas que de son consentement et bon gré, il en vouldra estre dechargé, il s’en a deschargié etc. Donné à Bloys le XVI septembre mil quatre cens et trente et ung, par monsgr le comte, Duval. Sur un vidimus en parchemin par De Valeta notaire public, de l’an 1462, 3 decembre, avec le sceau authentique curiae inter dominum nostrum Franciae regem[92] et venerab. … capitulum ecclesiae saecularis et collegial. Beati Frontonis Petrag., comme il est marqué à la fin de l’acte, et pend un sceau sur cire rouge recouverte de papier sur lequel le scel et contrescel (supra) sont empreints.

_______________________________

Lettres patentes du roi Charles VI portant mainlevée en faveur d’Archambaud V comte de Périgord, de ses revenus saisis et mis sous la main du roi (1392).

In dossier E 632 aux AD 64.

[93]Charles par la grace de Dieu roy de France au seneschal de Pierregort, ou à son lieutenant pour certaines causes qui à ce nous meuvent, voulons, et à nostre amé et feal cousin le comte de Pierregort avons octroyé et octroyons de grace especial par ces presentes que les fruits, revenus, profits et emolumens de ses terres qui ont esté et sont mises en nostre main pour cause du procès[94] meu en nostre court de parlement entre le dit comte d’une part et les doyen et chapitre, maire et habitans de la ville de Pierregort d’autre part, se levent et exploictent sous nostre ditte main par manière de recreance

page 22 / Chap. VIII

par les gens et officiers du dit comte et à son proffit jusques à la feste de Noël prochain venant, pendant lequel temps nous avons ordené que le dit procès surfice, et voulons que chascune des parties envoye dedans ledit temps personne fondée souffisamment à comparoire par devant nous ou nos ames et feaulx les gens de nostre grand conseil pour illec traictier sur leurs debats et les mettre à accord si faire se peut[95], et si non pour proceder en nostre dicte court de parlement ainsi que de raison sera, parmi et toutes voies que le dit comte cependant ne procedera aucunement par voie de fait contre le doyen et chapitre, maire et habitans dessus dits ne aucun d’iceulx. Si vous mandons que le dit comte faites souffrer et lessiez joir et user paisiblement de nostre presente grace en la mettant à execution selon la teneur de ces presentes. Donné à Creeil le VIIe jour de septembre l’an de grace mil CCC IIIIxx et douze et le XIIe de nostre regne.

Par le roy à la relation de son grand conseil auquel messieurs les ducs de Bourgoigne d’Orleans et de Borbon, vous les evesques de Langres, de Baieux et de Meaulx et plusieurs autres estiés, et plus bas : De Sanctis avec Perache. En parchemin et pend au bas en une bande decoupée, un petit sceau de cire jaune, aux armes de France.

________________________________

Commission donnée par le roi Charles VII au comte de Penthièvre et de Périgord, au vicomte de Turenne, au comte de Ventadour, et aux seigneurs de Castelnau, de Bréténoux, de Treignac et de Beynac, de reprendre sur les Anglois Bergerac, Castelnau de Berbiguières et autres places (1442).

In dossier E 643 aux AD 64 (non assuré – à vérifier).

Charles par la grace de Dieu … salut. Comme parmi les grands affaires et occupations que avons et qui chacun jour nous croisse, et mesmement pour le voyage que faisons presentement à la journée et entreprinse devant la ville de Tartas et en nostre pays de Guienne à l’encontre de nos anciens ennemis et adversaires les Anglois lesquels y detiennent plusieurs places et s’efforcent de jour en jour en gaigner d’autres, ne puissions en nostre personne vacquer et entendre à subjugier et mettre en nostre obeissance nos villes de Brageyrac, Chateauneuf de Berbegueres et plusieurs autres places que tiennent et occupent nos dits ennemis ez marches de Pierregort ez environ et pour lesquelles sont faits et portiés à nos pays et subgiez plusieurs grands meaulx et oppressions et s’efforcent ceux nos ennemis de chacun jour prendre d’autres places, à la destructions de nostre dit pays et subgies par quoy nous [------][96] fort besoing commettre et ordoner à ce par nous personnes notables et puissans et à nous seures et fealles, scavoir faisons que nous considerans que les terres, pays et seigneuries de nostres chiers et amés cousins chevaliers et chabellans le comte de Penthievre, le vicomte de Turenne,  le comte de Ventadour et les sires du Chateauneuf de Bretenoux, de Treignac et de Baynac qui sont prochains et voisins des dites places et en ont plusieurs ez dites marches qui pareillement sont occupées par nos dits ennemis, par quoy ils seront plus curieulx et diligens d’entendre et recouvrer les dites places sur eux dits ennemis et que pendant nostre dit voyage, ils pourront mieulx et à moins de resistance de nos dits ennemis conquester et remettre les dites places en nostre dite obeissance que en autre temps, confians à plein de leur sens,

page 23 / Chap. VIII

loyauté et bonne diligence d’iceulx et chacun d’eux de l’adroit conseil et deliberation de plusieurs des seigneurs de nsotre sang et des gens de nostre conseil susdit, avons fait, constitué et etabli, faisons, etc. de nostre certaine science etc. par les presentes nos lieutenants generaulx sur le fait de la guerre au dit pays de Perigord et des autres d’environ durant nostre dit voyage et jusqu’à ce que par nous en soit autrement ordonné et leur avons donné et donnons par les mesmes presentes povoir, auctorité et mandement especial de vacquer, entendre et employer pour nous et en nostre absence à la garde, tuition et deffence dudit pays, de subjuguer, reduire et mettre en nostre dit obeissance ainsi que estre doivent toutes villes, places, forteresses estant du dit pais et es environs occupés par nos dits ennemis, soit par force et puissance d’armes, par traictiez et compromis ou autrement ainsi qu’il leur semblera mieulx pour le bien et accroissement de nostre seigneurie et la conservation dudit pais et des environs, de mander, mettre sus et assembler pour ce faire gens d’armes et de traict tant et en tel nombre qu’ils voyeront etre expedient tant de nobles et autres qui ont accoutumé aux armes ez dits et des pays voisins et autres quelquonques qu’ils verront estre necessaires et pour ce faire crier et publier de par nous ban et arriere-ban en nos pays de Peregort, Limosin, Quercin, des montaignes d’Auvernhe et ou ressort de Montmorillon en ce qui est enclavé ou de pais de Limosin et en Xaintonge pour faire assembler toutes manieres de gens nos vassaulx et autres à tel jour et en tel lieu et par tant de fois que verront estre à faire, de y faire aller vivres, artillerie, manœuvres, charpentiers, maçons et autres gens à ce convenable en les payant raisonnablement de mettre et faire mettre sieges partout où ils verront etre expedient ez dits pays, de recevoir à nostre bonne grace par donnance et bienveillances toutes les villes, places et forteresses et aussi toutes personnes soit en commun ou particuliers de quelque estat ou condition qu’ils soient, qui reduire et remettre sy vouldront et sur ce leur bailler leurs lettres telles et en telle forme que y appartient et pour leur seurté avoir, les vouldront lesquelles nous ratiffierons et approuverons toutes fois et si tot que en serons requis, de commettre à la garde et gouvernement d’icelles places et forteresses ainsi subjuguées tels gens et officiers qu’ils verront à ce propres et necessaires jusqu’à ce que par nous en soit autrement ordonné de faire, de s’emparer, abattre, araser et desmolir toutes places et forteresses non tenables et qui ne seroient profitables et necessaires tenir et garder es dits pays en manière que apres dommaige et inconvenient ne s’ensuive et les autres faire emparer, fortifier et advitailler en contraignant à ce tous ceulx qui pour ce seront à contraindre par la prinse et explectation de leurs terres en nostre main et par toutes voies et manière en tel cas deues et requises non obstant opposition ce, de oster et tenir nostre dite main et tout autre empeschement qu’ils auroient pour ce mis en aucunes de terres et biens de ceux qui seroient refusans d’aller au dit mandement s’ils voyent que à faire soit et que bon leur semblera, de faire destruir et rompre tous appatis

page 24 / Chap. VIII

de souffrance et abstinence de guerre qui auroient esté prinses à nos dits ennemis ez dits pais par nos dits subgiez et aucuns d’eux, et lesquelles par ces dites presentes nous cassons, rompons et annulons et generalement de faire en nostre dit pays de Peregort et ez environs durant le dit temps toutes autres choses qui a office de lieutenants et cappitaines generaulx appartiennent et que nous mesmes ferions et porrions faire si presens estions en nostre personne, jaçoit ce que la chose requiere mandement plus special, si donnons en mandement par les mesmes presentes à tous nos justitiers, etc., etc. et pour ce decus de ce que nous avons fait nostre scel ordonné en l’absence du grand, donné à Tuelle, le XXVIIJe jour de may l’an de grace mil CCCC XL deux et de nostre regne le XX. Transcript sur un vidimus fait par le garde du sceau royal à Limoges, die ultima mensis junii, anno Domini 1442, en parchemin et pend unebande à simple queue, dont le sceau est perdu.

_______________________________

Lettres du duc d’Anjou, au sénéchal de Périgord, et au juge ordinaire de Bergerac, pour mettre Pierre d’Arenton, damoiseau du lieu de Bergerac, en possession du château de Beauregard, contre Adémar d’Abzac, qui disoit y avoir droit, à cause de Guillemette de Boniface sa femme (1377 v. st.)

In dossier E 697 aux AD 64.

[97]Ludovicus regis quondam Francorum filius domini nostri regis germanus ejusque locumtenens in tota lingua occitana, dux andegav. et Turenae, comes Cenoman., senescallo petrag. ac judici ordinario de Brageriaco vel eorum locum tenentibus, salutem. Ex parte Petri d’Aranton domicelli habitatoris de Brageriaco nobis extitit graviter conquerendo monstratum quod licet nos jam est diu per nostras alias patentes litteras certis et legitimis de causis in eisdem expressatis dederimus et contulerimus dicto conquirenti castrum de Bello Regardo cum pertinentiis suis universis per ipsum domicellum ejusque heredes et successores in futurum tenendum, habendum … Vosque pretextu dictarum nostrarum litterarum dicto domicello super hujusmodi dono concesseramus ipsum conquerentem in possessione dicti loci et pertinentiarum ejusdem posuistis … illam possessionem ex post renuit pacifice per certum tempus nichilominus Adhemarus de Abzaco et maritus Guillelmae de Boniface praetendens jus habere in dicto loco et eundem sibi pertinere … debere dicto conquirente non vocato sed totaliter insciente et ignorante propter ejus potentiam et malitiam manu armata dictum locum ad manum suam cepit, dictum locum idem Adhemarus reddere et restituere dicto conquirenti renuit et contradicet licet pluries super hoc fuerit requisitus quod cedit in ipsius conquerentis magnum praejudicium et gravamen sicut dicit supplicando nobis sibi super praemissis de remedio provideri opportuno quo circa nos volentes dictum donum nostrum suum ad plenum sortiri affectum vobis et vestrum cuilibet in solidum praecipiendo mandamus … quatinus si vobis absque longo strepitu et figura … legitime constitivit, dictum conquerentem in possessionem dicti loci … reintegretis, … quoniam sic fieri volumus et jubemus … Datum Tholosae die XIII januarii anno Domini 1377. Et pendoit un sceau en une bande decoupée, elle est rompue.

________________________________

page 25 / Chap. VIII

Lettres d’Edouard prince de Galles, obtenues par le comte de Périgord, par lesquelles il est mandé au sénéchal de Périgord et de Quercy d’informer si les châteaux de Mouleydier et de Maurens appartiennent au comte de Périgord, s’il en a été en possession, ainsi que la connoissance des ponts et chemins publics en la comté de Périgord, de bâtir des châteaux, clore les villes de murs, etc. (1365)

In dossier E 627 aux AD 64.

[98]Edwardus ainsnés fils du roy d’Angleterre prince d’Aquitaine et de Gales, duc de Cornouaille et comte de Cestre à nostre amé seneschal de Perigort et de Caorsin ou à son lieutenant, salut. Démonstré nous a nostre cher et feal le comte de Perigord disans que comme li et ses predecesseurs estant en deue possession des chateaux de Montlaidier et de Maurenxs de vostre seneschaucie et pour cause des guerres, le dit comte et les siens soient estés desvestus et dessaizis de la dite possession, lesquels sont à present dans nostre main et que les mesmes chateaux doivent estre restitués audit comte par vertu de l’article de paix. Item autressi nous a demonstré ledit comte que comme il et ses predecesseurs soient en possession d’ancienneté de avoir les connoissances des pons et chemins publics[99] en tout son dict comté et terres de Perregort et de Quercin, et mesmement soient esté en paisible possession par tant de temps qu’il n’est mémoire du contraire de bastir tours, chateaux et de iceux reparer et decloire de mur et de pal ses villes et autres lieux en quelconque partie de la terre et comté et de edifier de neuf et par semblant les choses dessus dites octroyer à ses subgiez, ny en moins vous nostre dit seneschal ou vostre lieutenant au nom de nous vous avez efforcéz et efforcez de jour en jour de empeschier et perturber le dit comte, par telle manière qu’il ne s’en poet joir ne user des choses dessus dites par la manière avant nommées, lequel empeschement se fait induement en prejudice et dommage dudit comté … pourquoi nous vous mandons … que sur le fait touchant au premier article contenu par-dessus appellé par devant vous nostre procureur [dil----][100] et les cosols de Bragerac et ceux qui seront à appeller vous informiez bien diligemment du fait et choses contenues au dit premier article, et sur toutes les autres choses qui s’ensuivent emprès le dit premier article qui sont par-dessus contenues vous ferez l’information que sur ce en aurez faites envoyez par devant nos amés et foials gens de nostre grand conseilh affin que ycelles veues en soit pourveu, si comme il est afaire de raison. Donné à Bourdeaux le IX jour de juillet l’an mil CCC LX et quint. En parchemin, et pendoit au bas une bande decoupée d’où pendoit le sceau, lequel est tombé.

________________________________

Lettres du roi Charles VII adressées au sénéchal de Périgord, à la demande du comte, pour informer si la terre et seigneurie de Maurens a été possédée par le comte de Périgord et dans le cas où elle l’auroit été, ordonne de la maintenir en sa possession (1451).

In dossier E 768 aux AD 64.

[101]Charles par la grace etc. au seneschal de Peregort ou à son lieutenant, salut. Nostre très chier et amé cousin le comte de Pentievre et de Peregort nous a fait remonstrer que à cause de ladite comté de Peregort les chatel, terre et seigneurie de Maurens etant à present en desert luy compette et appartient … laquelle terre de nostre adversaire d’Angleterre a pieca donné à ung Anglois qui icelle terre disoit etre sienne à cause de la ditte donation et icelle à terme jusques à la redducion nagueres faites d’icelle en nostre obeissance et doute nostre dit cousin que à cette cause nous voullissions demander la ditte terre comme à nous confisquée, par ce que le dit Anglois la tenoit, ou autrement luy donner empeschement en icelle terre de Maurens, qui seroit en son très grand prejudice et dommaige et plus pourroit estre se par nous ne lui estoit sur ce pourveu de remede convenable si comme il dit requerant icelluy, par quoy nous,  attendu ce que dit est, vous mandons … que si appellé nostre procureur et autres qui pour ce seront à appeler, il vous appert deuement que la dite terre, chastel et seigneurie de Maurens compette et appartiengue et doye competer

page 26 / Chap. VIII

et appartenir à nostre dit cousin vous ou dit cas le maintenez et gardez en la possession et saisine d’icelle, etc. sans en ce luy mettre, donner ne souffrir estre mis ou donné aucun distourbier ou empeschement etc. Donné à Taillebourg le XVI jour de juillet l’an de grace mil CCCCL et ung, et de nostre regne le XXIXe. En parchemin, et pendoit un sceau à une bande decoupée en bas, le sceau est perdu.

______________________________

Lettres d’Edouard, prince de Galles, par lesquelles il mande au comte de Périgord de livrer au sénéchal toutes les sommes d’argent qu’il avoit fait lever sur ses sujets, provenant du droit de fouage, accordé audit prince de Galles (1366)

In dossier E 629 aux AD 64.

[102]Edouard ainsnés fils du roy d’Angleterre prince d’Aquitanie et de Galles, duc de Cornouaille et comte de Cestre à nostre chier et feal le comte de Pieregort, salut. Nous vous mandons et chargeons que, veues cestes, vous baillez et delivrez ou faciez bailler et delivrer tous les deniers que de vos subgis avez fait lever pour raison du fouage de ceste presente année à nous octroyée, à nostre amé seneschal de Pierregort et de Caorcin ou aus commis et deputés à ce de par luy, en prenant lettre de recognoissance de ce que ainxi baudiez (ou bandiez) par laquelle voulons que vous en demeurez quittes et que ces presentes vous en soient garant, donné à Bourdeaux le XXIXe jour de decembre l’an mil CCC soixante et six. En parchemin, et pendoit un sceau à une bande decoupée, laquelle est detachée. Et sur le dos, de même ecriture, la quittansa de mons. lo prince del fogatge.

_________________________________

Lettres du roi Louis Hutin, par lesquelles il mande au comte de Périgord de se rendre auprès de lui à Arras, en armes et chevaux, à la fête de la Magdeleine (1315).

In dossier E 617 aux AD 64.

[103]Ludovicus Dei gratia Franciae et Navarrae rex dilecto et fideli nostro comiti petragoric., salutem et dilectionem. Significamus vovis quod nos diem quam vobis ad medietatem presentium mensis junii et nobiscum in equis et armis competenter parati apud Attrebatum personaliter essetis, per alias nostras assignavimus litteras usque ad instans festum beatae Mariae Magdalenae continuavimus et prorogavimus ex causa et quod consideramus quod vos propter quadam verba mandata et seminata cum Flamingis pacem fecisse, vos aliquamdiu omisistis et distulistis parare, vos attente requirimus vobisque mandamus districte quatinus propter verba aliqua jam prolata vel proferenda nisi de hiis per litterarum nostrarum vobis constat, nobiscum dictis die et loco in equis et armis non omittatis juxta formam priorum litterarum nostrarum, personaliter interesse ad nostrum servitium sic competenter parati quod ad hoc vobis per amplius teneamur. Datum Parisius IIIJe die junii anno Domini M CCC quinto decimo. Et plus bas on lit, à un doigt de distance : Petrag. Il reste encore au bas deux bandes de parchemin, la plus grande longue d’un pouce portoit un sceau qui est perdu, et la plus petite decoupée de la premiere, mais large de 2 lignes en portoit un autre aussi perdu, l’une et l’autre coupée parallement au bas du parchemin (usage de 2 lemnisques coupées).

________________________________

Lettres du roi Philippe de Valois adressées à l’évêque de Beauvais, lieutenant général en Languedoc au sujet de l’opposition faite par les consuls de Périgueux et les recteurs de L’Isle, à la cession que le roi avait faite au comte de Périgord de ses droits sur leurs titres (1342).

In dossier E 826 aux AD 64.

[104]Johannes per missione divina belvacensis episcopus locum tenens generalis domini nostri Franc. regis in partibus occitanis et xanton. partibus dilecto magistro Helia Labreyeria dicti domini regis consiliario, salutem. Litteras patentes regias nos recepisse noveritis in haec verba : Philippe par la grace de Dieu roy de France à nostre amé et feal conseiller l’evesque de Biauvais lieutenant de par nous ez parties de Languedoc et de Xaintonge, salut et dilection. A la supplication de nostre amé et

page 27 / Chap. VIII

feal le comte de Pierregort disant que comme pour cause de certain traitié et accord fait entre nous d’une part et le dit comte d’autre, à cause du droit qu’il pouvoit avoir en la terre qui fut de feu Regnault jadis sgr de Pons et de Brageyrac et en ses appartenances, nous … asseoir et assigner certaine quantité de rente laquelle li a esté en partie assignée et pour parachevier ce qui li demouroit asseoir et assigner, ou partie fut designée commissaire le juge de Bergerac qui par vertu de vostre commission en commença de parfaire le ditte assiette en et sur les rentes et droits à nous apporter en la ville du Puy-St-Front de Pierregort et de Lile, s’opposerent à l’encontre[105], et aucuns d’eux appelerent dudit commissaire en disant eux avoir privilege de nos predecesseurs où estoit contenu que nous ne les pouvions mettre hors de nostre main, le dit juge sursey de faire et accomplir la dite assignation ez dits lieux et ez appartenances, selon ce que commis li avoit esté par vous, et depuis à la suggestion des dits consouls et habitans, leur avons confirmé lesdits privileges et par icelle confirmation rappellé et revoqué l’assignation faite audit comte en et sur les dites villes du Puy-Saint-Front de Pierregort et de Lile, si comme ils dient li non oy ne appellé lequel privilege suppose qu’ils l’eussent tel comme ils dient ne porte point de prejudice à nous que nous ne puissions bailler et transporter les rentes, droits et devoirs à nous deues ez dites villes pour certaines et justes causes, et pour ce que la verité fut seue sur ce et que la ditte assiete que nous devions faire comme dit est, ne fust pas retardée sans cause raisonnable, nous octroyames certaines lettres au dit comte par lesquelles y fu mandé audit juge de Bragerac qu’il ajournat les dits consuls à certain jour par devant nos amés et feaulx gens tenans les requestes de nostre hostel, pour apporter toutes les lettres et privileges desquiels ils s’entendoient aidier contre ledit comte. A laquelle journée furent les parties, et de nostre commendement renvoyée, par devant nous, au point et en l’estat que elle estoient par devant nos dites gens et ainsi et encore et a esté par les … oppositions et frivoles des dits consouls et habitans des dites villes retardée ladite assignation etre faite au dit comte en son grand grief et domage, si comme dit est, pour quoy nous qui ne voulons matiere de discort entre nos feaulx et subgiez ains toujours desirons la bonne pais et tranquilité d’iceux et speciaument des nobles et des habitans des bonnes villes de nostre royaume, vous mandons de certaine science et commettons que les dites parties appelées par devant vous et aucuns autres de nostre conseil par dela ceux qu’il vous semblera bon sur toutes les choses dessus dites et les dependances d’icelles et sur le fait et teneur des dits privileges et de toutes les circonstances et debats ou descors des dessus dits sommairement et de plain et sans figure de jugement par l’inspection des dits privileges … vous informez bien et diligemment et sans delay et

page 28 / Chap. VIII

ce que vous en trouverez avec votre avis nous rescrivez feallement sous vostre scel … afin que sur ce nous y puissions pourvenir, donné à Paris le 6 aout 1342. Verum cum super praemissis, et le reste de la publication des lettres susdits par Jean eveque de Beauvais, datum apud Rupem Amatoriam die 17 decembre 1342. En parchemin, et pend le sceau de l’eveque fort brisé.

_________________________________

ARMOIRE du Perigord

CHAPITRE IX

Lettres de Louis duc d’Anjou, fils et frère du roi de France, et son lieutenant général en Guyenne, par lesquelles il donne à Talayrand de Périgord, chevalier, frère du comte, 3000 livres de rente, à prendre sur la conquête de la sénéchaussée de Périgord et de Quercy (ces lettres confirmées par Charles V le 30 mai 1370). (1368 v. st.)

In dossier E 629 aux AD 64.[106]

[107]Loys d’Anjou fils de Jean et frère de Charles V ayant donné à Tallerandus de Petragoricinio miles frater dilectis et fidelis nostri comitis petrag., la somme de 3000 livres de revenu annuel, per ipsum eligendas in et super consueta infra senescalliam petragoricens. et caturcens. aut alibi ubi maluerit ac in locis in quibus praedictas tres mille libras reddituum annualium infradictum senescal. vel extra melius eligere voluerit, una cum jurisdictionibus altis et bassis dominiis etc. Le motif est la fidelité, legalitatem (loyauté) et la sincere dilection, quas erga dictum dominum nostrum regem et nos … diutius gessuit et habuit et per amplius per eundem gerere et habere speramus in futurum … Datum Tholosae an. 1368 mens. martii. Le roy Charles confirme cette donation, sic : nos vero attentae vere fidelitate constantia ejusdem Tallerandi consanguinei nostri ergo diligentia quam adhibuit pro viribus adversus … dum nostros et coronae nostrae inimicos de quibus annuo certoriati ad plenum litteras praedictas … Laudamus, approbamus etc. Datum die penultima maii, anno Domini 1370.

Sur vidimus de Hugues Aubriot garde de la prevosté de Paris, meme jour et an. Et pend une lemnisque de parchemin à double queue dont le sceau est perdu.

_________________________________

Confirmation faite par le roi d’une transaction passée au mois de mars 1339 entre le roi Philippe de Valois son père, et Roger-Bernard comte du Périgord, touchant la terre de Bergerac (1363).

In dossier E 699 aux AD 64.

[108]Confirmation du roi Jean, de l’assignation faicte ou transaction passée entre son père Philippe de Valois et Roger-Bernard comte de Perigord touchant la terre de Bergerac, et moyennant 1600 livres de rente annuelle que le dit roy promettoit audit comte et les luy garentir contre le sire d’Albret etc. Et le dit comte luy quittoit la ville de Bergerac etc. Donné au bois de Vincennes 1339 au mois de mars. La confirmation par le roy Jean est du 6 may 1363. En parchemin et pend une lemnisque à double queue. Ce titre est déjà transcrit supra.

_________________________________

Rolle de l’assiète des deniers accordés par les états du Périgord et du Limousin, au roi de Navarre, pour le recouvrement de son royaume. Cette assiette faite par Jacques Lambert et Germain Foucault, élus pour ledit roi en Périgord, sur le fait de la justice de ses Aides (1513)

Référence non connue aux AD 64.

[109]Assiete faite par nous Jacques Lambert et Germain Foucault eslus pour le roy nostre seigneur (de Navarre) sur le fait de la justice de ses aides au pays et election de Perigord, commissaires deputés par le dit seigneur en cette partie. Ainsi qu’il appert par ses lettres patentes impetrées à la requete et pour [----][110] de très haut et très excellent prince Jean roy de Navarre et à luy par le dit seigneur octroyées et à nous par le dit prince presentées, données à Blois le 14 de septembre 1512, signée Robertet, ensemble l’attache de nos seigneurs les generaulx dattée du 19e jour des dits mois et an, notre commission contenant à mettre et imposer sur les contribuables des terres et seigneuries dudit prince impetrant et de très haut … le sire d’Albret … son père estans en nostre election les sommes de deniers que par les estats des dites seigneuries et pays luy seroient agreablement données et accordées pour le recouvrement de son royaume de Navarre et autres causes contenues ez dites lettres par vertu desquelles lettres patentes et attache après ce qui nous est aparu par instrumens ou autres actes authentiques [----][111] reçu à Montignac par Me François Droart et Jehan Barriere notaires datées du 26 sept. 1513 contenant les estats et octroy de la comté, l’autre reçu au château d’Exideuil par le dit Droart

page 29 / Chap. IX

et Thibault Giraudoux le sixième jour d’octobre an susdit, contenant les estats et octroi de la vicomté[112], autre reçu à Montignac par Jean … notaire dudit lieu daté de sept. an susdit contenant l’octroy de Montignac, autre acte reçu au Change par G. Chaban notaire contenant l’octroy du pariage datté du 21 sept. an susdit, autre acte reçu au lieu du Change par Jehan de Coustures notaire contenant l’octroy d’Auberoche daté du 21 sept. an susdit, autre acte contenant l’octroy de la chatellenie d’Exideuil reçu au dit lieu par H. Balade notaire, du 6 octobre an susdit, autre acte contenant l’octroy fait par les habitans de la chatellenie d’Ans, au dit prince, receu au chateau d’Exideuil par F. Droard et Giraudon daté du 7 des dits mois et an. Autre acte contenant l’octroy de Thiviers reçu en la ville de Nontron par Jean de Jovencau notaire d’Alle du 22 octobre. Autre instrument  reçu … contenant l’octroy de Nontron datté du XXIIII octobre an susdit. Octroy de Montpaon  reçu etc. 12 novembre an susdit des estats par le dit prince et de l’octroy à luy fait par les nobles, ces hommages etant à iceux estats que par les habitans des dittes terres particulieres respectivement montant universellement à la somme de 2100 livres tourn. et aussi du consentement du procureur dudit seigneur en la dite election … Nous elus commissaires avons mis sus la dite somme sur les habitans et terres et seigneuries particulieres desdits seigneurs en suivant les consentements la somme de 2100 livres tourn. et sur les habitans contribuables des terres et seigneuries hommagiers à la comté 6000 livres t., et sur les habitans des seigneuries et hommagiers de la vicomté 3000 livres t., et le tout montant à la somme de 2100 livres t., lesquelles terres et seigneuries nous ont esté bailhées par declaration en rolle signée de la main dudit seigneur prince impetrant et de son secretaire Lasus … en la ville de Perigueux, le penultieme de novembre 1513.

La justice de Terrasson IIc L livres – de St Amant de Coly 250 l. – de Tourtoyrac 80 l. – de La Chastres 50 livres.

La chatellenie de Mussidan comprins ce que tient mr. de La Rochefoucauld 520 livres. La justice de Comarque 250 l. La chatellenie de Bourdeille Vc L l. La parroisse de Celle VIIIxx L livres. La parroisse de Bertrix VIIxx X l. La chatellenie de Chateauneuf et de Berbiguieres 300 l. La chatellenie de Riberac et vicomté d’Espluches XIc l. La chatellenie de Berbiguieres 250 l. La parroisse de Voussinhac 50 l. La chatellenie de Salaignac 300 l. La chatellenie de Larche IIIIxx l. La chatellenie de Moncuq IIIIxx LX l. La chatellenie d’Authefort VIxx X l. La chatellenie de La Douze et Reilhac 100 l. La chatellenie de Vernh 110 l. La justice de Colonges 25 l. La parroisse de Peyrinhac 60 l. La justice de Valoujoux 25 l. La justice de Montancès 70 l. La justice de la Cassagne L l. La justice de Tayac et d’Alhas 50 l. La justice de Montmege 60 l. La justice de Chavanac 80 l. La justice de Mazac 40 l. La justice de Tursac 40 l. La justice de Lerm 20 l. La justice de Lisle 100 l. La justice de Roussille 50 l. La justice de St Astier VIxx l. La justice de Douzillac 60 l. La justice de Beaurone 40 l. La justice de Flayac 25 l. La justice de Jayac 40 l. La justice d’Appelle voisin 25 l. Somme toute des tenentiers et hommagiers de la comté six mille livres.

S’ensuivent ceux de la vicomté de Limoges etant en la election de Perigord. La chatellenie de Mareuil 450 l. La chatellenie de Bourzac 320 l. La justice de Puyagu 100 l. La chatellenie de Bordes 200 l. La justice de Tenon VIxx l. La justice de Javerlhac et Autefaye VIIxx livres.

page 30 / Chap. IX

La justice de Condat et Puyguilhem 200 l. La justice de Champniers 80 l. La justice de Larmandie VIIxx l. La justice de Lamothe près Thenon 200 l. La chatellenie de Coufit. 200 l. La chatellenie de Baraigne 250 l. La chatellenie de Bruzac 500 l. La justice de Nantiac 80 l. La parroisse de Jumilhac 200 l. Somme toute des tenentiers et hommaigiers de la vicomté de Limoges etant en l’election de Perigord 3000 l. t.

S’ensuivent les chatellenies appartenent nuement audit sgr comte et vicomte.

La chatellenie de Montignac hors la justice de Chabans XVc l. La chatellenie d’Auberoche 1000 l. La chatellenie d’Ans 1200 l. La chatellenie d’Exideuil 2000 l. La prevosté de Thiviers 1000 l. La chatellenie de Nontron 2000 l. La chatellenie de Montpaon 2000 l. La justice du pariage 4000 l [113]. Somme toute des chatellenies appartenant nuement audit seigneur 11.100 livres.

Nous eslus et commissaires etc. certifions etc. le dit jour 20 novembre 1513[114].

_______________________________

Ordonnance de François Ier adressée aux élus de Périgord, les informant qu'il a autorisé une levée d'impôts à l'occasion de la nomination de Henri II, roi de Navarre, comme gouverneur de la Guienne, etc.[115]

In dossier E 673 aux AD 64.

Dans la meme liasse (n° 5) sont les lettres patentes de François Ier (sans datte) addressées : aux elus ordonnés sur le fait de la justice de de ses aides en Haut et Bas pays de Limosin et Perigort. On voit par ces lettres que le roy de Navarre luy avoit representé que, pour subvenir et supporter les grands frais necessaires pour recouvrer son royaume de Navarre à luy usurpé par le roy d’Arragon, le roi Louis dernier decedé luy avoit des le mois de sept. 1512 octroyé ses lettres patentes par lesquelles luy avoit baillé permission de requerir tant ses subgiets que ceux de son père le sire d’Albret en leurs terres et seigneuries assises, dit le roy, ez nos pays de Lymosin, Perigort et ailleurs luy faire don et octroy de quelques sommes de deniers et que les sommes qui liberalement luy seroient accordées, icelles par vous (les elus du roi de France) fussent mises sus les contribuables, le fort portant le faible, le plus justement et egalement que faire se pourroit[116], pourveu toutes voyes que la plus gande et seure partie des contribuables au payement des dites somme se consentissent, et en suivant laquelle permission le dit roy de Navarre se seroit transporté sur les lieux des dites terres et seigneuries et illec fait assembler les nobles et gens d’eglise[117] et aucuns des dits contribuables lesquels ainsi assemblés luy ont accordé certaine sommes de deniers, lesquelles de quoi par vous (les elus du roy de France) ont été imposées et egalées sur les dits contribuables dont aucuns ont payé, d’autres on esté refusans et ont interjecté plusieurs et diverses appellations et icelles relevées en nos court de parlement de Paris et de Bourdeaux … et ont impetré lettres pour empecher que les dites sommes de deniers ne fussent levées … en manière que les dites affaires (du roy de Navarre) en demeurent retardées. Le roy de France donne une nouvelle permission, pour que celle accordée par Louis XII sorte son plein effet, pour qu’il puisse lever la dite somme par les receveurs et commissaires à ce ordonnés sur les dits subjects tant de luy que de son père et leurs hommagiers et vassaux et autres contribuables … Ordre aux dits elus, de cotiser les sommes par eux notifiées et egalées qui n’ont esté payées non obstant que la plus grand et saine partie des dits contribuables n’y ait consenti en aucunes des dites donations, desquelles sommes en tant que

page 31 / Chap. IX

seroit besoin luy en avons fait don et octroy et voulons que l’en en jouisse et d’abondant de grace luy avons permis et permettons que luy loise de assembler et requerir aides de deniers aux hommes et subgiets de ses autres terres et seigneuries  et de son dit père qui n’auroient esté cotisées pour luy subvenir aux dites affaires etc. Sur copie non en forme, en papier.

_______________________________

Dans cette meme liasse sont deux lettres de Laromagiere au roy de Navarre dont il poursuivoit les affaires en cour pendant le procès avec le comte d’Alençon. Il luy mande : plusieurs nouvelles de la cour, qui n’ont plus rien de piquant. Mon sgr (le roy de Fr.) fait bonne chère, monsr le prince votre fils grace à Dieu est bien sain, bien amé du roy et de la royne et de toute la cour tant des hommes que des femmes, et vous assure que la royne luy fait merveilleusement bonne chere, mondit sgr le prince est logé bien près de mondit sgr par quoy mondit sgr le prince est tous les jours à veoir mondit seigneur bien souvent au logis de mondit sgr le prince. Mons. de Lorraine sera ici dans 4 ou 5 jours pour faire ses nopces, la fille de la princesse d’Avange s’en est allée en Flandres epouser le comte de Stausen, le roy dit partir dans 8 ou 10 jours pour aller à Lyon et se fait grand preparatif pour passer son armée dela les monts. … Mr le cardinal votre frere envoya ici un de ses gens etc.

_______________________________

Dans la seconde lettre Laromagere dit qu’il fera en sorte d’obtenir du roy qui est à present (François Ier) qu’il baille pareil octroy (que celuy accordé par Louis XII) à cause des refusans etc. et lettres missives que le dit sgr escripra aux gentilshommes vos subgiez en Perigort et Limosin pour faire payer leurs hommes etc. … mgr le prince de Navarre grace à Dieu est bien saige et bien amé en ceste cour tant des hommes que des femmes et mondit sgr encore plus joyeux de le veoir.

_______________________________

Donation faite par le roi Charles VII à la comtesse de Penthièvre d’une bible, qui avoit appartenu à Bertrand d’Abzac, qui avait été décapité à Limoges (1438 v. st.).

In dossier E 643 aux AD 64.

[118]Charles par la grace de Dieu … à nos amés et feaux les generaux conseillers par nous ordonnés sur le fait et gouvernement de toutes nos finances et au seneschal de Lymosin ou à son lieutenant, salut et dilection. Comme nous avons entendu que Bertrand d’Abzac en son vivant chevalier, lequel ce jourd’huy en ceste nostre ville de Lymoges a esté corporellement executé en sa personne pour plusieurs cas et delits par luy commis et perpetrés à l’encontre de nous et de nostre royal majesté, avoit dans la ville de Sarlat une belle bible, laquelle à cause de forfaiture et de confiscation nous appartient et d’icelle pouvons faire et disposer à nostre plaisir et voulonté, scavoir vous faisons que en faveur de nostre très chier et amé cousin le comte de Penthievre et pour consideration de plusieurs services qu’il nous a fait, nous, à nostre très chiere et amée cousine Marguerite comtesse de Penthievre sa femme, avons donné et donnons de grace especiale par ces presentes la ditte bible pour d’icelle faire et disposer à son plaisir et volonté, si vous mandons et à chacun de vous si comme à luy appartient que, au dit cas vous la ditte bible quelque part que trouver la pourrez, faites la bailler et livrer reallement et de fait à nostre dite cousine ou à son commendement, en contraignant tous ceux qui pour ce seront à contraindre par toutes voyes etc. Donné à Lymoges le XI jour de mars en l’an de grace mil CCCC trente et huict, et de nostre regne le XVIIme. Par le roy en son conseil. Et pend à une bande de parchemin decoupée au bas un sceau en cire jaune, aux armes de France, 3 fleurs de lys. A ces lettres son attachées,l’enterinement de ces lettres par les gener. des finances, datté du XXII jour de mars l’an mil CCCC trente et huict[119], 2° une commission du lieutenant du seneschal de Limosin, qui en consequence des lettres du roy donne ordre à la requisition de la contesse de Penthievre de faire la recherche, ubicumque infra regnum Franciae, la dite bible …. Datum Lemovicis sub sigillo dictae senescalliae lemovic., die vicesima octava mensis martii, anno Domini M° quadringentesimo nono[120].

_____________________________

page 32 / Chap. IX

Donation faite par Agnès duchesse de Duras et comtesse de Gravine, au cardinal de Périgord son frère, de la somme de 22000 florins d’or à prendre sur les terres et seigneuries d’Archambaud leur frère comte de Périgord, qui lui étoit due pour reste de son douaire, avec la procuration du cardinal, du 2 mai 1343 (1343)

In dossier E 624 aux AD 64.

Donation faite par Agnes de Duras contesse de Gravine au cardinal de Perigord Talleyrand son frere de la somme de 22000 florins d’or à prendre sur les terres et seigneuries d’Archambault leur frere et comte de Perigord, qui etoient dus à Agnès pour le reste de son douaire, acte de l’an 1343, datté à Naples et scellé du sceau de ses armes sur lacs de soye jaune et rouge.

[121]Agnes ducissa Duracii et comitissa Gravine universis praesentis scripti seriem inspecturis tam praesentibus quam futuris. Et naturae lex dictat et civilis ratio non abhorret ut nobis bona facientibus ad antidora obligemur. Notatur enim in gratitudinis vitio etc., sane attendantes grata plurima et accepta beneficia quae venerabilis pater et dominus dominus Taleyrandus Dei gratia tituli Sancti Petri ad vincula presbyter cardinalis reverendus dominus frater noster nobis et liberis nostris praestitit etc. et potissime attentis laboribus et favoribus per eum praestitis in maritagio Caroli ducis Duracii primogeniti nostri carissimi cum spectabili Maria ejus consorte nata quondam clarae memoriae domini Caroli regis Robberti primogeniti ducis Calabriae filia nostra carissima ex quo domus nostra et liberorum nostrorum exstitit multis honoribus et commodis ampliata necnon et laboribus aliis quos subiit et subest ad praesent. pro negotiis in dictae dominae Johannae Dei gratia Jerhm. et Ciciliae reginae dictae Mariae ducissae filiae nostrae sororis reverendissimae dominae nostrae apud dominum summum pontificem ejusque sacrum collegium pro statu nostro prospero … eidem domini cardinali … damus … donationis titulo inter vivos jus omne etc., competent. nobis contra heredes et successores quondam recolendae memoriae domini Archambaldi comitis petragoric. fratris ejusdem domini cardinalis et nostri eorumque terram et bona pro summa florenorum auri viginti duorum milium seu summa quacumque debita per dictos heredes et successores ejus dict. comitis fratris ejusdem domini cardinalis et nostris de summa dotis praemissae quondam bonae memoriae domino Johanni clarae memoriae illustris Jerhm. et Ciciliae regis filio duci Duracii tunc Achaye principe[122] reverendissimo domino viro nostro tempore contracti matrimonii inter dictum dominum virum nostrum et nos contemplatione matrimonii supradicti per quondam dominum comitem antedictum constituentes dictum dominum cardinalem fratrem nostrum procuratorem in rem suam ad praemissum debitum petendum et exigendum … promittentes … nobili viro domino Rogerio de Vintrono legum doctori archidiacono de Conchis in ecclesia Ruthenensi camerario dicti domini cardinalis fratris nostri ac procuratori ad praemissa per litteras ejusdem domini cardinalis fratris nostri specialiter ordinato recipienti … pro parte dicti domini cardinalis fratris nostri nullo unquam tempore contra facere vel venire etc. … cujus autem procuratorii tenor talis est, Taleyrandus Dei gratia tituli Sancti Petri ad vincula presbyter cardinalis universis harum seriem inspecturis et cappellani nostri dilecti … ordinamus nostrum … procurat. ac … ad conferendum se personaliter Neapolim coram spectabili domina Agnete ducissa Duracii et comitissa Gravine sorore nostra carissima … recipiendum ab ea … donationem … duorum milium florenorum auri. Datum Avenione anno Domini 1343, die 2a mensis maii undecimae indictionis … Datum et actum

page 33 / Chap. IX

Neapolim, praesentibus venerabile patre domino fratre A., Dei gratia episcopo Murano cancellario … notario Nicolao de Silvestro de Neapoli, ann., inductione praedictis, die undecima mensis augusti, et pendoit un sceau, dont il ne reste qu’un peu de soye jaune (vid. Balus. W. Papar. Aven., tome 2, col. 628-634).

_________________________________

Référence non connue aux AD 64.

[123]Quittance donnée au thresorier de Thoulouse et general des impositions (Jean Judès) par le comte de Perigord Archamb. de 3000 francs d’or, de l’assignation à luy faite par le duc d’Anjou frere du roy sur le Languedoc pour l’année infra. Datum in castro Montiniaci, XX die mensis martii anno Domini 1372, sic est, et pend au bas une lemnisque decoupée, un sceau en cire rouge, mais presque dissipé.

_________________________________

Assiette de la somme de 1000 livres tournois, octroyée à dame Françoise de Bretagne comtesse de Périgord, par les états du pays assemblés à Montignac, et faite par les élus de Périgueux, du consentement du roi (1459).

In dossier E 828 aux AD 64.

[124]Assiette faite par nous les eslus ordonnés de par le roy mgr en l’ellection de Perigort sur le fait des aides ordonnées pour la guerre, commissaires en ceste partie de la somme de mil livres tournois octroyees en mademoiselle Françoise de Bretainge comtesse de Penthievre et de Pierregort par les gens des trois estats du comté de Pd., et ressort d’icelluy et aultres terres appartenant à ma dite damoiselle à l’asssemblée d’iceux faite à Montignac le penultième jour de novembre 1458[125] et pour les causes contenues ez lettres royaux contenant nostre commission donnée à Chinon le 6 novembre 1459 desquelles la teneur s’ensuit :

Charles par la grace de Dieu roy de France aux elus sur le fait des aides ordonnées pour la guerre ou de l’equivalent, ayant cours ou lieux d’iceux ou pays de Perigord, salut de la partie des tuteurs et curateurs de nostre très chiere et ame cousine Françoise de Bretaigne damoiselle, mineure d’ans, fille de feu Guillaume en son vivant comte de Penthievre, nous a esté expousé que despieca ils nous firent remonstrer que les hommes subjets de la dite Françoise, habitans et demeurans ou dit pays de Perig. luy avoient donné la somme de mil livres tourn. pour employer ou rachapt de la terre d’Avesnes en Hainaut, laquelle fut despieca engagée par les predecesseurs de la dite damoiselle de [-000][126] livres pour an ou environ pour le service de nous et nos predecesseurs par quoi nous estans en nostre ville de Tours le 23 decembre dernierement passé leur octroyames nos lettres adressans au sire des Cars par lesquelles leur estoit mandé que s’il lui apparoissoit du dit octroy ainsi fait à icelle damoiselle … il, ou dit cas, du consentement des gens d’eglise et habitans ou dit pays il mist sus et impousat sur eux la dite somme de 1000 livres tourn., selon la forme d’icelluy octroy justement et egalement … et despuis cest assise le 28 juin dernier, les dits exposans ont sur ce obtenu de nous aultres lettres iteratives addressantes au seneschal et avons elus ou dit pays de Pd., mais ce neanmoins la dite somme de 1000 livres tourn. n’a esté encore mise sus imposée ni levée au très grand prejudice de la dite demoiselle requerans sur ce nostre commission, par quoy nous … considerans que par vous porra mieux plus justement et aisement de faite la dite assiette et la dite somme estre recceue par nostre receveur du payement de nos gens de guerre au dit pays et à moindres frais que par aultres, vous mandons et commettons par ces presentes que s’il … et qu’elle n’ait esté imposée ne levée, etc. … vous en ce cas du consentement d’iceux gens d’eglise, manans et habitans du dit pays, subjets de la dite damoiselle mettez sus et imposés sur eux la dite somme etc. sutr toute maniere de gens contribuables ainsi que en tel cas est accoustumé de faire, et faites recevoir par nostre dit receveur etc. Donné à Chinon le 6 novembre 1459 et de nostre regne le XXXVIIIe.

page 34 / Chap. IX

Nous les generaux conseillers du roy nostre seigneur sur l’estat et gouvernement de toutes les finances etc. … et premierement,

le diocese de Perigueux :

La ville et chatellenie de Montignac compris Le Poget 275 livres tourn. La chatellenie d’Authefort 20 livres. Les justices de La Doza, Reillac et St Gerac XI livres 10 sols. La justice de Campagnac 8 livres 10 sols. La chatellenie de Bordelhe apartenant au comté 41 livres 10 sls. La terre et parroisse de St Privat 7 livres 10 sols. La parroisse et justice de Vertelhac 110 sols. La viscomté d’Espeluche 40 sols. La parroisse de Cassaigne 6 livres 10 sols. La parroisse de St Meard de Drone 4 livres. La parroisse de Bertric 18 livres 10 sols. La parroisse et justice de Celle 22 livres. La parroisse de Laguilha et de Laucha 8 livres 10 sols. La parroisse de Leyle 8 livres 10 sols. La chatellenie de Rossilha 4 l. 10 sols. La chatellenie de Mussidan 27 livres 10 sols. La terre et justice Ste Alvere 10 livres 10 sols. La chatellenie de Vernh 30 livres. La parroisse deMontrenc et justice de Montancès 10 livres. La chatellenie de Razac compris St Apre 60 sols. La chatellenie de St Astier 15 livres. La chatellenie de Monclar 18 livres. La chatellenie de Belregard et Folles 18 livres. La justice de Montaut et La Quinte 110 sols. La parroisse de Beurona appartenant à Chancellada 40 sols. La chatellenie St Front près Mussidan 40 sols. La chatellenie d’Estissac 100 sols. La chatellenie de Riberac 82 livres. La chatellenie d’Auberoche 57 livres 10 sols.

Le diocèse de Sarlat.

La chatellenie de Chastelneau 35 livres. La justice et terre de St Amand 22 livres 10 sols. La parroisse et justice de Tursac 10 livres. La justice de St Geniès et La Chappella 27 livres 10 sols. La justice de Montmege 4 livres 10 sols. La justice de Roffinhac[127] 21 livres 10 sols. La chatellenie de Larche et Terrasson 41 livres 10 sols. La justice de Cavagnac 8 livres 10 sols. La justice de Tayac 10 livres 10 sols. La justice de Condat 12 livres 10 sols. La justice de Lacassaigne 8 livres 10 sols. La justice et parroisse de Jayac 8 livres 10 sols. La justice de Salaignac 35 livres.

Sur papier et simple copie, ecriture de 1480, circa.

_____________________________

Assignation de 1000 livres de rente, faite à Hélie (VII) comte de Périgord, par Géraud de Sabanac, docteur ès loix, Jean d’Arrablay, sénéchal de Périgord, et Pierre Balène, receveur, commisaires députés par le roi, et ce en récompense de certaines terres que le roi avoit prises au comte de Périgord, pour les donner au roi d’Angleterre (1304).

In dossier E 710 aux AD 64.

[128]Excellentissimo et serenissimo principi et et domino sibi karissimo domino Philippo Dei gratia Francorum regi, servi sui Geraldus de Sabanaco legum doctor, Johannes de Arreblayo miles senescallus et Petrus Balene receptor petrag. et caturc. se ipsos ad pedes regiae magestatis, dudum per regiam celsitudinem nobis datum fuit per patentes litteas in mandatis ut super valore reddituum et exituum terrae dudum per magestatem regiam comiti Petragor. per permutationem inter magestatem regiam et ipsum comitem factam et habitam, assignatae in locis pluribus quae per pacem inter regiam magestatem et egregium principem regem Angliae et ducem Aquitaniae inhitam majestas regia restituere habebat[129] nec non et de ciconstantiis universis ipsius valoris diligentius inquirevemus et praefato comiti tantum de terra sibi ut praemittitur assignata et in valore hujusmodi fideliter inquirendo assideremus videlicet in communi et vendis villae Petrag. nec non et in castris et castellaniis de Caussata et de Montalzac, et de Paracollo, et eorum pertinentiis et in locis ibidem propinquioribus ad utilitatem ipsius comitis in redditibus et terris et cum justitiis altis et bassis et feudis competentibus in comodum regium in quantum possemus circa hoc evitando … significavimus autem regiae majestatis quod auctoritate dicto mandato assignavimus ipsi comiti castra et loca de Calciata de MonteAssato, de Moleriis, et de Villa Francisia cum suis juribus … pro mille

page 35 / Chap. IX

libr. turon. vel circa in valore in communi autem et vendis de Petrag. et castro de Paracollo eidem non assignavimus pro eo videlicet quod consules de Petragor. assignationi dicti communis contradicebant[130] multas rationes proponendo per quos fieri non debebat, rursus ccapitulum Sancti Frontonis dicebat quod vendas pariagii non debebat magestas regia extra manum suam poneri occasione privilegii nisi capitulo concessi per Sanctum Ludovicum[131] quondam primogenitorem vestrum de quo fidem per patentes litteras regias faciebat, praeterea senescallum xantonensem nec procuratorem regium in senscallia praedicta habere potuimus cum quibus de valore reddituum castri de Paracollo cognoscere possemus. Verum cum adhuc ipsi comiti non sit competem facta recompensatio de praedictis notificamus regiae magestati quod in senescallia petrag. et caturc. non sunt loca in quibus ea  quae restant assignanda eidem posset hujusmodi assignatio fieri sine magno dampno regiae magestatis quae tamen possunt fieri in senescallia tholosana vel ruthenensi cum minori dampno ut credimus, quoniam in senescallia petragor. in locis de quibus regiae celsitudinis videbitur expedire praeterea noscat regia celsitudo quod per inquisitionem per nos noviter factam de valore terrae dudum ipsi comiti assignare inveniens ipsam terram longe majoris valoris esse nunc tam in redditibus quam in focis quoniam alias esset eo tempore quo ipsi comiti extitit assignata et super hiis et aliis precipiat serenitas regia servis suis sue bene placita voluntatis. Datum sub sigillis nostris Caturci ultima die maii anno Domini M° CCC° quarto[132].

Et pendoit 3 petits sceaux à double queue (le premier de Geral de Cabane) juste ecartelé au premier et 4e de à l’etoile de 8 pointes, au 2 et 3a, … à l’aigle eployé de. Le contre scel a un enfoncemen ou creux (de) cire verte, avec la legende : sigill. … doctoris. Le 2e sceau sic est burrellé de 6 pieces de., avec l’inscript. SI. DE ARREBLAIO MILITE, et au revers un creux. Le 3e sceau est tombé.

______________________________

Donation faite par Pierre de Pommiers seigneur de Maurens, à Roger-Bernard comte de Périgord, de la seigneurie de Maurens avec ses dépendances, sous la réserve de l’usufruit, etc. (1342).

In dossier E 768 aux AD 64.

[133]Noverint … quod anno Domini M° CCC° quadragesimo secundo ante Pascha videlicet in crastinum festi Annuntiationis beatae Mariae virginis, regnante illustrissimo principe domino Philippo etc. in domo Fratrum Minorum de Petrag, die sabbato ante dominicam qua cantatur fuit officium Judica Me, in mei ... etc., constitut. magnifico ac potenti viro Rogerio Bernardi comite petrag. ex una (parte), et nobili viro Petro de Pomeris domicello domino de Maurenco petrag. diocesis ex parte altera, dictus Petrus attendens honores, amores et curialitales sibi impensas et impendend. per dictum dominum comitem ex causis infrascriptis[134] (rongé) … dedit …ad perpetuum … totum locum suum sive castrum praedictum de Maurenco cum turribus, domibus, jurisdictione alta et bassa mero et mixto imperio etc., retinens dumtaxat usumfructum et exercitium jurisdict. ad vitam suam. Acta fuerunt praem. apud Petrag. in domo Fratrum Minorum dePetrag., die etc., supra, praesentibus testibus religiosis viris fratribus Bernardo de Roffiac, Raymundo Hugonis ordinis Fratrum Minorum, discretis viris dominis Stephano de Volv.[135]. Et pend le sceau de la cour commune de cire rouge, en cordon de fil ver rouge et blanc.

________________________________

[136]Notum sit … quod regnante excellent. principe domino Philippo … anno Domini 1344, die tertia introitus mensis septembris videlicet die veneris ante festum Nativitatis beatae Mariae, in mei, etc. Acte qui rappelle et confirme la donation precedente, en parchemin, et du temps, avec paraphe.

_______________________________

page 36 / Chap. IX

Procès verbal fait par Pierre des Combes juge de Bergerac, commis pour l’assignation de 500 livres de rente faite au comte de Périgord sur le pariage de St Front (1342).

In dossier E 630 aux AD 64.

Proces verbal de Pierre de Combis juge de Bergerac deputé pour l’assignation de 500 livres de rente faite au comte de Perigord sur le pariage St Front commun de la ville de Perigueux et des lieux parroisses de Celle, Bertrix, Lisle, pour achever la somme de 1600 livres que le roy avoit promises au comte de Perigord pour la terre de Bergerac, du 14 avril 1342, etc. L’ordre donné par Jean de Beauvais lientenant general à Bergerac le 7 octobre 1341 pour en faire l’assignation cy insérée, porte non obstante quod loca et jura sibi per vos assignanda patrimonio regio incorporata existant, après avoir nommé les lieux supra.

_______________________________

Noms des consuls de L’Isle, lesquels firent opposition à l’assignation sur leur ville et communauté (1342)

Le 12 avril 1342, etoient consuls de la ville de Lisle : Fortanerius de Bornello, Arnaldo Vigerii domicellis, Heliae Richardi et Iterio Raymundi consulibus gubernatoribus seu rectoribus villae de Insula etc.

Les consuls de Lisle avoient fait opposition à l’assignation sur leur ville et communauté, il y eut ordre de passer outre.

________________________________

Acte par lequel Guillaume Gros, damoiseau, procureur du comte d’Armagnac confesse avoir reçu de Bertrand de Campanhac, procureur du comte de Périgord, certaines lettres de donation faite à ce dernier par le roi de France, de la terre de Montravel, etc. (1364)

In dossier E 796 aux AD 64.

[137]In nomine Domini etc. anno Nativitatis ejusdem 1364 die 18 august. indictione 2a, pontific. … Urban. V an 2° … quod cum discretus vir dominus Bertrandus de Campanhaco archidiaconus de ultra Dordoneam in ecclesia Petragor. procurator et nomine procuratorio magnifici et potentis viri domini Archambaudi comitis petrag. nuper assignaverit nobili viro Guillelmo Grossi domicello et procuratori spectabilis ac magnifici viri domini Johannis Dei gratia comitis Armaniaci, quoddam debitum decem millia florenorum auri assignatam ipsi domino petrag. per dominum regem Francorum illustrem super proventibus et redditibus regiis senescalliarum Tholosan., Carcasson. et Bellicadri levandum et exigendum per ipsum Guillelmum Grossi ut procuratorem dicti domini petrag. comitis et tradendum, solvendum et assignandum tam domino comiti Armaniaco praedicto quem domino Johanni de Armaniaco ejus filio pro solutione partis dotis egregiae dominae Johannae de Petragoris ipsius domini Johannis de Armaniaco consortis … hinc est quod hac presenti die praefatus Guillelmus Grossi recognovit et confessus fuit se habuisse et recepisse a dicto domino Bertrando de Camphanaco in praesentia reverendissimi patris domini Egidii Morien. cardinalis quasdam patentes litteras regias in filis serici et cera viridi sigillatas in domo Templi juxta Parisiis confectas anno Domini 1341, mense decembris … super concesione facta per dominum Francorum regem illustrem clarae memoriae domino Rogerio petragoricensi comiti de castro de Monte Revello[138] tam ratione gratuitorum servitiorum ipsi domino Francorum rege et suo progenitori per ipsum quondam dominum Rogerium comitem factorum quam pro summis XIXm librarum vel circa in quibus praefatus dominus Francorum rex eidem comiti pro certis vadiis suis tenebatur obligatus ac pro IIm floren. auri ad scutum quos realiter tradidit, nec non idem Guillelmus Grossi procuratorio nomine quo supra recepit et habuisse ac recognovit cum littera regia etc. Acta fuerunt Avenioni infra cameram paramenti hospit. habitationis praefati domini Morinen. cardin., anno, die, mense etc. quibus supra praesentibus praefato domino cardinali Morin. ac venerab. viris domino Bernardo de Sancto Asterio archidiacono Brageriaci in ecclesia Petrag. et Ademaro Radulphi domicello dioces. petrag. et pluribus aiis, … Johannes Beguini notarius (avec paraphe). En parchemin.

_________________________________

page 37 / Chap. IX

Lettres du roi Jean confirmatives d’autres lettres qu’il avoit données, étant duc de Normandie, touchant l’assiette faite au comte de Périgord, par Me Pierre de Combes juge de Bergerac, du pariage de St Front et commun de la ville de Périgueux (1346).

Référence non connue aux AD 64.

[139]Confirmation par Jean roy deFrance des lettres qu’il avoit accordées au comte de Perigord, lorsqu’il n’etoit que duc de Normandie et d’Aquitaine, comte de Poictou, Anjou et du Maine et lieutenant general de son pere Philippe, pour l’assignation de rente sur le sceau commmun de la cour commune que le roy de France, habebat pro decem et novem librarum emolumentum cerae sigilli ad acta curiae pariagii quod idem dominus rex habebat cum capitulo ecclesiae … pro viginti quinque libris turon. vendis parrochiae dictae villae Sancti Frontonis ad dictum dominum nostrum regem spectant pro quinquaginta libris turon. et commune dicto domino (regi) debitum et levari consuetum in villa et suburbiis seu barriis Petragor. pro centum libris turon. cum juribus et deveriis aliis ad hoc pertintentibus etc. en deduction de la somme que le roy avoit promise au  dit comte pour le droit que le comte  avoit ou pourroit avoir sur la terre qui fut de Regnault de Pons et de Bergerac etc. Le duc Jean disoit encore qu’en cette assignation (assisia vel assignatione) non obstant que les maire  et consuls alleguassent leur privilege accordé par Philippe de Valois de par lequel ils ne pouvoient etre separés du domaine de la couronne, qu’il avoit trouvée, magis expediens dicto domino nostro genitori et suis praedicto dicto domino comiti assignata et tractata eidem dimittere et liberare quam dicto patrimonio (regio) remanere, … advertentes quod praedictae litterae per partem dicti majoris et consulum obtentae, dicto comite non vocato nec audito et in servitio dicti domini regis exercente, impetratae fuerunt. Le meme duc annule tous privileges et lettres qui auroient été accordées aux dits maire et consuls en tant qu’elles seroient contraires à la presente disposition … ces lettres du duc Jean sont dattées d’Agen, 1346, mense augusti. La confirmation de son pere Philippe datte de … Malundini prope Pontisaram 1346, mense novembri, et la confirmation du meme Jean comme roy de France dattée de Villeneuve d’Avignon 6 may 136. (rompu). Et pendoit un sceau, in pergameno.

______________________________

Lettres du don fait par Jean duc de Normandie, fils du roi, au comte de Périgord, de toutes les terres et seigneuries que le seigneur de Montaut tenoit en fief du roi, au diocèse de Périgueux, parce qu’il avoit pris le parti des Anglois (1345)

In dossier E 625 aux AD 64.

[140]Lettres de Jean fils ainé du roy de France duc de Normandie etc. par lesquelles il donne au comte de Perigord à causes des services qu’il arendus à son père et des pertes considerables qu’il a faites par l’invasion de plusieurs de ses biens faites par les ennemis de l’etat de la terre que tenoit en Perigord (tenebat in feudum) le sgr de Monte Alto ob ipsius dicti domini rebellionem eo quod ad obedientiam regis Angliae se convertir, laquelle terre avoit été confisquée au profit du roy. Datum Castellioni super Adriam anno 1342, 27 novembr.

Copié sur l’acte d’exequatur donné par Guillelmus de Monte Falcone miles dominus de Varderaco capitaneus generalis et senescallus petragoric. et caturcensis pro domino rege Franc. Datum Petrag., 12 mai 1347. Et pendoit un sceau (perdu) à une lemnisque decoupée au bas du titre, lequel est ecrit en encre verte[141].

________________________________

[142]Lettres de Louis duc d’Anjou, fils et frère du roi de France, et son lieutenant général en Guyenne, par lesquelles il donne à Talayrand de Périgord, chevalier, frère du comte, 3.000 livres de rente, à prendre sur la conquête de la sénéchaussée de Périgord et de Quercy (1368 v. st.) (ces lettres confirmées par Charles V le 30 mai 1370)

In dossier E 629 aux AD 64.

[143]Ludovicus regis quondam Francorum filius domini nostri regis germanus ejusque locum tenens in partibus occitanis dux andegav. et comes Cenom. … Notum facimus quod nos de fidelitate legualitate et sincera dilectione quas erga dictum dominum nostrum regem et nos dilectus et fidelis noster dominus Tallerandus de Petragoricinio miles, frater dilecti et fidelis nostri comitis petrag. diutius gesset et habuit plenius informati … nos ipsius domini Tallerandi humili petitione et requestae favorabiliter annuere volentes eidem domino Tallerando tres mille libras reddituum annualium per ipsum eligendas in et super conquesta infra senescalliam petragoricen. et caturcii aut alibi ubi maluerit … una cum jurisdictionibus etc. Damus et concedimus … de nostris certa scientia … et auctoritate regia qua fungimur, retentes tamen dicto domino regi sive nobis fide et homagio superioritate et ressorto cum coeteris redibentiis et superioritatis juribus debitis ac etiam consuetis, litteras praesentes sigilli nostri secreti majore sigillo absente munimine fecimus roborari. Actum et datum Tholosae, anno Domini 1368, mense martis. En parchemin et pend à un cordon de soyes rouge et verte un sceau grand comme un ecu de six francs actuel, qui represente une aigle deployée de face, appuyant une griffe sur un lion ou peut etre sur un leopard par allusion aux armes d’Angleterre, l’autre griffe est rompue ainsi que la tete et l’inscription dont on ne voit que 2 ou 3 lettres presque effacée. L’aigle occupe tout le champ. Le lion ou leopard est fort petit. Sur le revers du sceau est un seul creux etc.

___________________________________

page 38 / Chap. IX

Lettres royaux faisant mention de certaine donation faite par Renaud de Pons seigneur de Bergerac, à Jeanne de Pons, comtesse de Périgord, sa sœur, des châteaux et châtellenies de Bergerac, Pons et Montignac (1329 v. st.)

In dossier E 699 aux AD 64.

[144]Philippus Dei gratia Fr. rex senescallo petragoric. ac judici majori dictae senescalliae. Ad supplicationem Johannae de Ponte comitissae petragor. dicentis quod licet dilectus et fidelis noster Reginaldus de Ponte dominus Brageriaci germanus suus dederit eidem comitissae donatione pura et irrevocabili facta inter vivos castra et castellanias de Brageriaco, de Ponte et de Montinhaco nuper et certam aliam terram quam tenet a nobis in feodum nichil sibi retinens in praemissis nisi ususfructus et mille libr. Petrag. monetae rendual. pro salute animae suae et decem millia libr. dictae monetae semel solvend. prout in quibusdam litteris praepositurae nostrae parisiensi et dicti Reginaldi sigillis plenius vidimus contineri supplicavit que nichilominus dictis Reginaldus per suas patentes litteras ut dictam comitissam recipiamus ad homagia et alia deveria nobis ratione castrorum et castellaniarum debita et cum dicta comitissa nobis humiliter supplicavit ut ipsam recipiamus ad praemissa nosque ipsamque ad praefata recipere nolentes quo ad usque sciamus si dictus Reginaldus aliquem causam rationabilem dicere proponere voluerit seu etiam allegare, quare nos ad praemissa dictam comitissam minime teneamur, quare mandamus vobis … quathenus sciatis cum dicto Reginaldo si aliquid dicere voluerit quia dictam comitissam ad dicta homagia … recipere debeamus … Datum Paris. 8 januar. 1329.

Et pend un sceau en cire jaune aux fleurs de lys sans nombre.

___________________________________

Lettres du roi Philippe Le Bel, par lesquelles il cède au comte de Périgord les villes et lieux de Sainte Livrade, Vérilhac et autres, situés dans les diocèses de Cahors et de Toulouse, pour le récompenser des vicomtés de Lomagne et d’Auvillars, qu’il avoit retirées de ses mains, pour les donner au roi d’Angleterre (1305)

In dossier E 849 aux AD 64.

Philippus Dei gratia Francorum rex notum facimus universis praesentis et futuris … quod cum nos ex causa permutationis initae inter nos et fidelem et dilectum Heliam Talharandi comit. Petrag. reciperimus ab eo terram vicecomitatuum Leomaniae et Altivilaris in certa estimatione terrae redditualis, dictusque comes ex eadem causa recepisset a nobis inter coetera terram castellaniarum Podii Normanni, Villae Franchae, Greignolii, Estissaci, Belli Regardi, Sancti Asterii, Lindiae[145] et aliorum locorum in ducatu Aquitaniae pro certa estimatione terrae redditualis similter, terraque ipsa sibi assisa in dicto ducatu ipso mandato nostro carissimo et fideli nostro consanguineo E. (Edwardo) regi Angliae et duci Aquitaniae per pacem inter nos et ipsum regem initam fuit (fuerit) restituta, dictus comes petebat a nobis terram equivalentem sibi per nos assideri pro dicta terra  quam sibi assederamus in ducatu praedicto et quae fuerat dicto regi Angliae restituta proponebatur autem per gentes nostras contrarium ex adverso, quod nos non teneremur ad restitutionem terrae per comitem ipsum petitam ex eo quod terra alia quam idem comes consecutus est a nobis ex causa permutationis praedictae plene sufficit  ad estimationem terrae et redditus ad quem ex causa dictae permutationis principaliter tenebamur et quod id quod dictus comes a nobis petiit sibi dari seu restitui si sibi detur excedet recompensationem quae per nos sibi dari debuisset ex causa permutationis praedictae, et si eam consecutus jam fuisset, teneretur ad restitutionem ejusdem, dicto comite contrarium asserente, nos autem attendentes dictum comitem saisinam dictae terrae quam consecutus fuerat

page 39 / Chap. IX

a nobis in ducatu praedicto dimisisse[146] ex causa vestitutionis mandato nostro factae regi Angliae supradicto, pro ea et ejus loco sibi tradi volumus et mandamus de alia terra nostra recompensationem decentem in locis inferius expressatis ita videlicet quod jus quod nobis antea competebat ad revocationem seu repetitionem in solidum vel pro parte dictae terrae quam dictus comes in ducatu Aquitaniae fuerat consequtus ratione excessus assisiae quam a nobis consequi debebat ex causa praedicta vel alia ratione quacumque nobis salvum sit ad revocationem seu repetitionem terrae hujusmodi quam nunc eidem pro dicta terra concedimus tam possessorio quam petitorio seu alio modo quocumque, disctusque comes idem jus possessionis et proprietatis habeat in eadem quam nunc si ex causa praedicta tradimus et non aliud quod videlicet habebat in terra praedicta quam sibi assideramus in terra ducatus Aquitaniae praedictam informationem quae de assensu dicti comitis super hoc jam praestito fieri faciemus vocatis dicto comite, procuratore nostro et aliis evocandis de valore et estimatione totius terrae vicecomitatuum praedictorum quam nos recepimus a comite petragor. praedicto et de terra totali quam nunc vel alias dictus comes consequtus est, vel consequitur ex causa praedicta et ea tangentibus ut habita ratione quae hinc inde nos et dictus comes consequimur ex praemissis videri possit et et debeat, si et quantum revocare debeamus vel repetere de praemissis, loca vero quae dicto comiti loco et in recompensationem terrae ducatus Aquitaniae praedictae et regi Angliae ut predicitur restituae tradimus et per traditionem praesentium assignamus sunt haec videlicet baiulia de Sancta Liberata caturcens. diocesis cum pedagio ipsius in flumine Tarni et cum toto honore ac pertinentiis ipsius baiuliae pro quingintis decem et octo libris sex solidis et et quatuor denar. turonens. rendual., item villa de Verlhaco prope Leopharium dictae dyocesis pro centum librarum turon. rendual., item villa de Angevilla tholos. dyocesis pro decem libris et decem solidis turon. rend., cum toto honore, juribus et pertinentiis omnibus locorum ipsorum, justitiis altis et bassis, mero et mixto imperio, feodis, retro feodis, hominibus nobilibus et ignobilibus, et aliis juribus universis quae ad nos pertinere poterant in praemissis tenenda in fide et homagio nostris a dicto comite et suis heredibus et successoribus perpetuo, prout nos seu gentes nostrae pro nobis eadem omnia tenebamus, nichil nobis in eisdem retinentes praeter quam superioritatem et ressortum salva tamen unione facte per nos de praedictis baiulia et honore de Sancta Liberata et ejus pertinentiis cum villa et honore villae Moysiaci quam pro traditionem seu assignationem hujusmodi non intendimus nec volumus in sui aliqua parte cedi vel aliqualiter infringi sed ipsam unionem in suo tenore durare volumus et manere, et in possessionem omnium

page 40 / Chap. IX

locorum praedictorum per nos eidem comiti assignatorum pro se et heredibus et successoribus suis per traditionem praesentium introduximus et introdicimus comitem supradictum et eidem comiti suisque heredibus et successoribus pro nobis et successoribus nostris de praedictis locis et redditibus supra assignatis a nobis garentiam et victionem facere et portare et praedicta omnia et singula prout supra scripta sunt quantum in nobis est, tenere promittimus et inviolabiliter observare, salvo nobis jure revocationis seu repetitionis si quod forte ex informatione faciendi superius memorata posset liquere nobis competere super locis praedictis prout superius est plenius expressatum. Quod ut ratum et stabile permaneat in futurum praesentibus litteris nostrum fecimus apponi sigillum. Actum Lugduni[147] anno Domini millesimo trecentesimo quinto mense novembris.

Sur le repli [-----][148] visa per [----][149] de Nogareto, visa est per me Guill. Cerpia, et pend un cordon de soye rouge et verte. Le sceau est perdu. Ex authentico, in pergameno.

_________________________________

Lettres de Jean fils aîné du roi de France par lesquelles il donne à Roger-Bernard, comte du Périgord, les communs de Celle, Bourdeille, Bertric, etc. en paiement de 10000 livres tournois que le comte avait fourni pour le roi Philippe de Valois (1345)

In dossier E 624 aux AD 64.[150]

[151]Johannes primogenitus et locum tenens regis Francorum, dux Normaniae et Aquitaniae, Pictav., Andegav., Cenomaniaeque comes, notum facimus … quod cum dilectus et fidelis noster comes petragoricensis certa conventione inter nos et ipsum super hoc inita castra sua et loca in fronteriis inimicorum regni situata cum ducentis hominibus armorum et quadringentis servientibus a festo beati Martini yemalis nuper praeterito usque ad festum Paschae, pro duodecim millibus libris turon. sibi a dicto domino genitore nostro solvendis custodire teneatur, nos eidem comiti in solutionem decem millium librarum de praedictis duodecim millibus libris deducendarum, communia dicto genitori nostro vel nobis debita in castro et castellania de Burdelia ipsius comitis communia et jurisdictionem locorum et parrochiarum de Cella, de Bertrico, de Vertelhaco, de Cassaigniis, de Sancto Privato, de Podio Corberii et vendas regias quae sunt in pariatgio cum capitulo Sancti Frontonis necnon communia debita in burgis et parrochiis de Marsanes, de Brolio, Ecclesiae Novae d’Uschel, de Senilhaco, de Sancto petro Lanès, de Corsaco, de Collompnès, de Marsaco, et de Roffinhaco cum jurisdictione dicto communi pertinente per ipsum comitem tenendum et possidendum ex nunc auctoritate regia nobis concessa et nostra, tradimus et assignamus sub hoc pacto quod si infra festum beatae Mariae Magdelanae proxime venturum ipsi comiti summa praedicta decem millium librarum pro dicto genitore nostro vel nobis tradita fuerit vel soluta, dicta communia cum dictis vendis et jurisdictione ad domanium regium vel ad nos libere revertantur. Si vero de summa decem millium librarum praedicta comiti memorato non fuerit infra terminum proximo dictum ad plenum satisfactum, volumus et concedimus quod eidem comes et sui heredes dicta communia cum vendis, jurisdictione praedictis pro dictis decem millibus libris perpetuo teneat et possideat, sibique et suis

page 41 / Chap. IX

in hereditatem perpetuam remaneant pleno jure et ipsa communia cum praedictis jurisdictione et vendis ex nunc prout ex tunc eidem comiti et suis auctoritate qua supra cedimus, tradimus perpetuo et quittamus, quo termino festi beata Mariae Magdalenae lapso super valore communium, jurisdictionis et vendarum praedictarum fiet legalis extimatio secundum consuetudinem patriae et prout in illis partibus communia, juridictiones et vendae extimantur quae si plus decem millibus libris inveniantur valere per extimationem praedictam dictus comes aut sui praefato genitori nostro vel nobis satisfacere de pluri in pecunia tenebitur, et si minus reperiantur valere, illud dictus progenitor noster vel nos tenebimur supplere comiti memorato. In casu vero quo divina spirante gratia infra dictum terminum Paschae pax fieret vel treugae darentur, de decem millibus libris supradictis eidem comiti prorata temporis a dicta pace vel dictis treugis erit defalcatio facienda. Omnia et singula praemissa tenere praedicto comiti et suis auctoritate praedicta et nostra promittimus ac eadem contra quoscumque garentire regio et nostro in aliis et in omnibus alieno jure salvo, quod ut firmum et stabile perseveret praesentibus litteris nostrum secreti sigillum absente majore fecimus apponi. Datum Castellioni supra Adriam, anno Domini millesimo trecentesimo quadragesimo quinto mense novembr. Et sur le repli : al. signata sic per dominum ducem in suo consilio Mellon, et duplicat. de mandato consilii dicti domini ducis. Bertholomeus Cama. En parchemin, le sceau est tomé, à un cordon.

_________________________________

Lettres du roi Charles V par lesquelles il confirme au comte de Périgord, toutes les donations faites par le roi Jean son père, aux comtes ses prédécesseurs (1369).

In dossier E 630 aux AD 64.

[152]Charles par la grace de Dieu roy de France, scavoir faisons etc. que comme nostre tres chier sgr et père de Dieux absoille, pour le temps qu’il vivoit et avant la paix faite entre luy et nous d’une part et Edouard d’Angleterre et Edouart son ainsné fils d’autre part par ses lettres patentes scellées en cire vert et laz de soye eust donné et octroyé à nostre très chier et amé cousin le comte de Perigord et pour les bons, grands et notables services que le dit comte et ses predecesseurs avoient fait à nostre dit seigneur et à ses predecesseurs roys et à la couronne de France, plusieurs villes, chateaux, chastellenies, communs, hommages, fiez, airerefiez, seigneuries, noblesses et autres droits, proufitz et emoluments plus à plain contenus ez dites lettres de nostre dit seigneur desquelles il apperra, nous considerés les choses dessus dites et que nostre dit cousin a bien et loiaument continué et perseveré en nos services et tenons fer. qu’il continuera deci en avant les lettres des dits dons et octrois par nostre dit seigneur à luy fais des dittes villes, chateaulx, chastellenies,communs, hommages, fiez, airerefiez, seigneuries, noblesses et autres droits, proufiz et emolumens et toutes autres choses contenues et exprimées en ycelles lettres et tout ce qui s’en est ensuivi et ensuivra deci en avant de nostre auctorité et plaine puissance etc. avons agreable, louons, ratifions approuvons et par les presentes lettres les confirmons, octroyons et donnons de nouvel se mestier est … Donné à St Germain en Laye au moys de may l’an de grace 1369, de nostre regne le VJe.

Sur un vidimus en parchemin fait par Hugues Autriot prevost de Paris les meme an et jour que dessus. Et pend à une bande le sceau de la prevoté de Paris qui est un petit scel en cire verte.

______________________________________

Lettres de Jean Chandos, lieutenant général du roi d’Angleterre, pour faire jouir le comte de Périgord, en vertu du traité de paix entre les rois de France et d’Angleterre, des droits qu’il avoit à Bergerac, lorsque cette ville fut prise par le roi d’Angleterre (1361 v. st.).

In dossier E 772 aux AD 64.

[153]Jean Chandos viscomte de St Sauveur, lieutenant general ez parties de France pour nostre seigneur le roy d’Angleterre seigneur d’Irlande et d’Aquitaine, aux honorables

page 42 / Chap. IX

le seneschal de Gascoigne et le connestable de Bourdeu etc., salut. Nobles sires le comte de Pierregort nous a signifié en soy complaignant disan que comme le roy de France per le transport fait par le feu comte père dudit complaignant de la terre de Bergerac li fust tenus asseoir de Montcuc pour deux cens soixante livres 10 sols 8 deniers tournois de rente lesquiex il devoit aveoir et prandre des emoluments de Bergerac jusques à tant qu’il lui eu baillé les dits chastel et chatellenies et parmi ce ne pouvoit ni devoit mettre ni instituer gouverneur ny autres officiers en la dite ville sinon à la nomination dudit comte durant le temps qui demeuroit à bailler et delivrer les dits chateaux et chatellenies au dit comte et de ce estoit en saisine et possession au temps que par avant que la dite ville de Brageirac fut prinse par les gens de nostre dit seigneur durant les guerres d’entre les roys nos seigneurs. Pour laquelle prinse le dit comte a esté et encores est tenus desvestis et empoichiez de la saisine en grand prejudice d’icelluy, dit est ainsi et nous a supplié que comme il soit venu à la subjection, foyalté et obeissance de nostre dit seigneur le roy d’Angleterre par vertu de la paix par laquelle il doit reprendre et avoir et li devant estre delivrés ses terres et possession selon le contenu du dict traictié et accord d’icelle nous li voulissions sur ce pourvoir du remede qui appartient … par quoy avons et à chacun … mandons de par le roy nostre seigneur … que si appelle le procureur du roy nostre seigneur vous pourvoyez sur ce audit suppliant de remede de justice selon que vous trouverez son droit y estre et que la paix des rois nos seigneurs le porte … Donné à sarlat le 2 janvier 1361. Par Mr le lieutenent en son conseil, et plus bas : Pigacherie. Et pendoit un sceau perdu, en une bande en parchemin.

__________________________________

Levée d’argent faite en Périgord, par ordre de la régente (Louise de Savoie), pour la rançon du roi de Navarre, pris à Pavie (1525)

In dossier E 672 aux AD 64.

[154]Loyse mere du roy duchesse d’Anjou et de Nemours comtesse du Maine et de Gien, regente en France, aux seneschaux de Guienne, Limosin, Perigort, Armagnac, Agenois etc. Comme nostre très cher et amé cousin le roy de Navarre a esté prins prisonnier etant au service du roy nostre très cher seigneur et fils par les Espagnols et par iceux mis à grosse rançon … à laquelle ils ne pourroit satisfaire sans l’aide de ses subjets aucuns desquels à cause des terres et seigneuries qu’ils tiennent de luy … luy sont redevables en certaines sommes de deniers … pour luy aider à payer sa rançon le cas advenant ce qui est de present … pour ce est il nous en sur en l’advis des gens du conseil de nostre dit seigneur et fils etant avec nous voulons favorablement traiter nostre dit cousin … nous mandons et en vertu de nostre pouvoir de regente[155] commandons et commettons par ces presentes … que vous faites exprès commandement de part de nostre dit seigneur et fils aux subgiets de nostre dit cousin le roy de Navarre qui vous apparoistront deuement luy estre tenus et redevables en aucunes sommes de deniers et autres chouses pour le payement de sa rançon qu’ils ayent incontinent et sans delay à icelles payer à nostre cousin le prince de Navarre et en cas de refus ou delay contraignez realement et de fait les dits subgiets de nostre dit cousin le roy de Navarre

page 43 / Chap. IX

et chacun d’eux à ce faire et par prinse et saisie en nostre main des terres et seigneuries qu’ils tiennent de luy à la dite charge … car ainsi nous plaist estre fait non obstant oppos., etc. Donné à Lyon le 5 d’aout l’an de grace 1525. Signé [----][156] par madame la regente en France … Sur vidimus en parchemin, par le juge mage de la senesch. d’Agen et Gascogne, à Agen, 26 aout 1525. Et pendoit un sceau. (Il n’est pas parlé ici d’estats).

________________________________

Lettres d’état accordées par le roi Philippe de Valois au comte de Périgord (1334 v. st.).

In dossier E 622 aux AD 64.

[157]Philippus … rex … senescallo pictaviensi aut ejus locum tenenti salutem … sua nobis dilectus et fidelis noster comes petrag. conquestione monstravit quod licet nos eidem de gratia speciali et ex certa scientia concesserimus litteras status usque ad certum tempus nundam elapsum in omnibus et singulis causis suis tunc motis et movendis agendo et deffendendo duabus causis dumtaxat exceptis in eisdem litteris nostris expresse declaratis quae litterae nostrae vobis praesentat. publicato fecisse dicuntur[158] nichilominus vos durante tempore dicti status virtute quarumdam litterarum a nobis per Johannem de Thoarcio militem et ejus uxorem subreptice et tacite de praemissis obtentarum eundem comitem ad instantiam dictorum conjugum in casu novitatis super possessione castri et villae Brageraci fecistis ad judicium evocari ipsum intentes ponere et tenere in processu coram nobis et ipsum super hoc facere litigare contra ipsius voluntatem et tenorem dictarum litterarum nostrarum dicti status contra ipsius comitis praejudicium dampnum non modicum et gravamen. Quocirca mandamus et committimus vobis quod si vocat. evoc. summaria et de plano visisque dictis litteris nostris dicti status constitat de praemissa praemissorum cognitione cessetis penitus et desistatis durante tempore dicti status et quidquid in hac parte per vos factum fuerit in ipsius comitis praejudicium et contra tenorem dictarum litterarum pristinum et debitum reducatis iustitiae mediante, et si dictus miles in contrarium se opponat, partes una cum processibus super hiis inchoatis et dictis litteris hinc inde impetratis, curiae nostrae Paris., remittatis partes ad certam et competentem diem in nostro praesenti parlamento adjornando non obstante quod dictum sedeat parlamentum et ex causa ulterius super oppositionem hujusmodi processur. et fueris rationis ut dictis partibus auditis visisque processibus et litteris praedictis curia nostra super hoc facere et ordinare valeat quod rationaliter fuerit faciendum interim a praemissorum cognitione desistentes, inhibendo ex parte nostra senescallis xanton. et petragor. coeterisque judicibus nostris ne de praemissis virtute dictarum litterarum aut aliarum quarumcumque a nostra curia obtentarum et qualiter se intromittant curiam nostram certificantes ad diem de hiis quae feceritis in praemissis. Datum Parisius 23 martii anno Domini 1334. Et plus bas : Hangest per cameram. Et pendoit un sceau à une bande decoupée au bas, la bande est rompue.

________________________________

Lettres du roi Charles V, par lesquelles il fait donation à Talayrand de Périgord, chevalier, de la seigneurie de Bergerac, en récompense des 3 000 livres de rente qu’il lui avoit promises (1370)

In dossier E 699 aux AD 64.[159]

[160]Karolus Dei gratia Francorum rex … quod nos nuper carissimo consanguineo nostro Tallerando de Petragoricino militi tres mille libratas turonenses terrae per ipsum et suos heredes et successores … perpetuo possidendos per nostras alias litteras concesserimus et donaverimus assignandas et assidendas eidem prout in eisdem doni litteris latius continetur nos assignationem earumdem sibi fieri et festinari volentes et per hoc donum nostrum praedictum potiatur effectu et ipse servitia nobis per eam fideliter impensa sibi pro fuisse sentiat et ad ea continuenda ferventius animetur, volumus ex certa scientia et ordinamus hac nostra irrevocabili gratia concedentes dicto consanguineo nostro villam et castrum de Bergeraco sub obedientia Edwardi Angliae hostis nostri nunc existentes cum omnibus juribus, dominiis, nobilitatibus, feodis, retrofeodis, homagiis, jurisdictione, justitia, omnimodo mero et mixto imperio, hominibus et subjectis franchisiis et pertinentiis suis universis, retentis nobis et successoribus in eisdem fide et homagio et jure superioritatis et ressorti et aliis juribus regalibus et etiam reservatis tradi et deliberari in deductionem et defalcationem dictarum trium millium libratarum terrae nonobstante quod praemissa de nostro et coronae nostrae domanio fuerint et esse debeant quae ad ab eodem domanio sub retentione praedicta auctoritate nostra regia separamus et non obstantibus revocationibus donorum factorum de juribus dicti domanii seu etiam faciendis et redimendis pro financia donatis et separatis a dicto domanio quas dicto consanguineo nostro suis heredibus et successoribus nolumus in aliquo praejudicare vel nsotrae praesenti concessione in aliquo derogare, concedentes in super dicto consanguineo nostro pro se et suis etc., ut dictam villam atque castrum cum juribus et aliis praedictis tenere et possidere possint absque eo quod ipsum extra manum suam ponere teneantur vel compellantur, non obstante quod de et pro dictis villa, castro et aliis praedictis lis in nostra parlamenti curia pendeat inter nostrum vel praedecessores nostrorum regnum Franciae procuratorem et defunctos Reginaldum de

page 44 / Chap. IX

Pontibus et Folcaudum de Mastasio milites vel quoscumque alios et si forsan dicta villa et castrum etc. in eventu ejusdem litis per arrestum seu judicatum ejusdem curiae nostrae per compositionem per nos heredes ipsorum militum … super hoc faciendam aut ad alium quam dictum consanguineum nostrum adjudicarentur, … promittimus … eidem consanguineo nostro quod restitutionem vel compensationem condicentem ex inde in equivalentibus loco vel locis faciemus … Quocirca senescallis petrag. et caturc. coeterisque justitiariis nostris etc., tenore praesentium committimus et mandamus quod in possessionem et saisinam realem dictarum villae, castri, jurium, etc., dum et quam citius nostrae fuerint obedientia et ditioni submissae dictum consanguineum nostrum vel ejus gentes … inducant … et de ipsis fructibus uti et gaudere faciant. Datum Parisius die I. junii ann. 1370, et regni nostri septimo. Sur vidimus en parchemin, de meme date, par Hugues Aubriol prevost de Paris, dont le sceau pend au bas.

_________________________________

Lettres patentes du roi Charles V par lesquelles il donne et assigne sur les aides de Languedoc, la somme de 10 000 francs d’or au comte de Périgord, au cas qu’il appelle du roi d’Angleterre comme duc de Guyenne, au roi de France, et qu’il prenne le parti de ce dernier contre l’anglois (1368).

In dossier E 630 aux AD 64.

[161]Charles par la grace de Dieu roy de France, à tous ceux etc., salut. Scavoir faisons que nous avons octroyé et accordé à nostre chier et feal cousin le comte de Pierregort lequel si comme nous avons entendu a en propos de (un mot rongé par les rats, sans doute « appeler ») à nous et à nostre court souveraine de parlement de plusieurs griefs que nostre très chier et très amé neveu le prince de Gales et de Guienne lui a faitz et s’efforce de faire par luy et ses officiers que ou cas que il appellera de nostre dit neveu à nous qui sommes seigneur souverain du pais de Guienne et que pour occasion du dit appel et de nos adjournemens sauves gardes et inhibitions que nous octroyons à nostre cousin comme accoutumé est de faire en tel cas nostre très chier neveu [sub….oit] (mot rongé, forte « subjugueroit ») et feroit guerre à nostre dit cousin ou à nous, et nostre dit cousin demourroit en nostre aide en ce fait nous lui ferons bailler et donner quarante mille francs d’or[162] des deniers de nos aides de la Languedoc chacun an aus quatre quartiers de l’an tant comme la ditte guerre durera tout en la forme et manière que nous ferons fere à nostre cousin le comte d’Armaignac de ce que accordé luy avons pour semblable cause selon sa portion. Et ces choses octroyons et accordons à nostre dit cousin de certaine science et de nostre auctorité royalle et grace speciale, et promettons faire, entretenir et accomplir loyaument en bonne foy sans empeschement ou d’escourbier et sans faire ne venir en quelque maniere

page 45 / Chap. IX

au contraire en tesmoing de ce nous avons fait mettre nostre scel à ces presentes, donné au bois de Vincennes le … jour de novembre, l’an de grace mil CCC soixante et huict, et de nostre regne le quint, sur le reply, par le roy, plus bas, Yvo. En parchemin, d’une belle ecriture, et pendoit un sceau perdu, à double queue, à une bande de parchemin. Le titre est un peu mangé par les rats dans toute sa largeur, mais preque tous les mots sont aisé à substituer, à l’exception d’un seul, qu’on a cru devoir remplir par celui de « subjugueroit ». On ne voit que : « su----oit ». Et sur le dos est ecrit, du meme temps, promissio facta per regem super appellatione, etc.

_________________________________

Lettres closes du roi Charles V, au comte de Périgord, par lesquelles il lui mande de donner à Talayrand son frère, la somme de 28 000 francs à prendre sur celle de 40 000 francs, qui devoit être payée audit comte, pour la garde de ses forteresses (1369).

In dossier E 629 aux AD 64.

[163]De par le roy,

Très chier et féal cousin, pour consideration de que nostre chier et feal cousin Tayleran vostre frere a eu et encores a toute la charge de vostre guerre et de vostre pais et pour la bonne relation que nous avons eue de sa personne et de la bonne volonté qu’il a de nous bien servir, nous avons par mesme deliberation ordonné que des quarante mille francs que nous vous avons ordonnez faire payer par an durant la guerre pour la garde de vos forteresses et pour faire guerre à nos annemis, il ait vingt et huit mille francs et que les douze mille vous demeurent pour vostre estat et en faire vostre plaisir et que de ce qui en est deu il en ait au feur (ou ferir ou faire) si vous prions très chier cousin bien affectueusement et à certes que vous avez à nous et si chier comme vous avez le prouffit de nostre guerre et nous faire plaisir que nostre ditte ordonnance vous ayez bien agreable et la tenez et gardez sans faire ou venir encontre et de ce faire vous saurons nous très grand gré et du contraire nous desplairoit grandement. Donné au bois de Vincennes le dernier jour de juing.

[164]Nota : Cette lettre est longue de 13 pouces, large de cinq, et contient 7 lignes ¾ (ou rangs de lettres) d’ecriture. « De par le roy », en tete vers la gauche. Un pouce en blanc sur le haut et deux pouces en blanc par le bas. Sur la premiere ligne en haut est un repli (et non pas en bas comme dans les lettres patentes). Outre ce repli qui est d’environ 12 à 17 lignes de large), il en est un second fait sur la longueur de la lettre, non pas sur la moitié, mais en laissant deborder toute la marge gauche. Après ce second reply fait, on a fendu avec un large canif : deux tranches sur les deux replis et à 3 ou 4 lignes du bord une ouverture, vers le tiers tirant à la droite, par où passoit sans doute une bande qui portoit le sceau, la bande et le sceau ne subsistent plus. Sur le simple repli fait en premier lieu et sur la partie qui deborde vers la gauche, est encore une semblable ouverture en sorte qu’il paroit, quand la lettre est ouverte, qu’on a donné six coups de canif sur deux lignes parallelles et deux à deux. La lettre etoit pliée du bord sur « cd » et puis sur « ab », en sorte que l’ouverture , « r » étoit sur « s », « t » sur « u », « x » sur « y ». Il n’y a ni millesime ni endossement, que d’une ecriture plus moderne qui n’est qu’une cotte. Je remarque ceci, pour qu’on ne ragarde pas comme cancellées et decriées par justice les petites pieces de parchemin qui montrent plusieurs coups de canif, on peut les regarder comme lettres closes de nos rois ou des autres par opposition aux lettres patentes ou ouvertes s’il y a des plis faits au parchemin, tels que les ouvertures se correspondent. Lorsqu’on cancelloit ou decrioit une piece en justice, on y donnoit des coups de canif au hazard dans les pieces condamnées, tel est le grand rouleau contenant les privilèges de Limeuil ecrits par le notaire de Sancto Cypriano au XVe siecle, et conservés aux archives de Ste Alvere en Perigord. Leydet.

___________________________________

Assiette faite à Archambaud III, comte de Périgord et à Marie sa femme, de la somme de 300 livres de rente, dont 50 assignées sur le péage de Marmande (1271)

In dossier E 767 aux AD 64.

[165]Vidimus fait par l’officier de Condom, an 1322, undecima die introitus mensis martii, de certaines lettres faites par Raym. de Gauderiis notaire, et scellée du sceau de : nobilis viri

page 46 / Chap. IX

Johannis de Morteriaco militis senescalli olim agennensis et caturcensis[166] super assignatione et traditione trecentar. libr. turon. et pluris ex causa in dicto instrumento contenta annui redditus factis per dictum tunc senescallum de mandato sibi litteratorie facto prout in dicto instrumento plenius continetur per illustrissimum felicis recordationis dominum Alphonsum filium domini quondam regis Franciae comitem pictav. et tholosanum et dominam Johannam ejus consortem Tholosae et Pictav. comitissam, videlicet nobilibus quondam dominae petragor. et uxori nobilis viri domini Archambaldi comitis petragor. et eidem comiti ex donatione sibi facta de praedictis annuis redditibus per dictos quondam dominum comitem pictav. et tholosanum et dominam ejus consortem in quo quidem instrumento cujus datum est istud sequens proxime. Actum fuit hoc XIIa die introitus junii regnante Philippo rege Franciae, Alphonso Tholosano comite supradicto[167], anno Domini 1271 (M° CC° septuagesimo primo) inter alia continebantur et erant in certae seriatim istae clausulae quae secuntur et quia loca contenta in litteris praedictotum domini comitis et dominae comitissae non sufficiunt ad assignationem summae pecuniae supradictae et si in statu in quo sunt assignaretur eidem valde esset dampnosum dictis domino comiti et dominae comitissae, proviso utilitati eorumdem assignamus totum residuum in pedagio de Marmanda ita quod centum triginta libras turon. supradictas cum residuo quod recipient de dicto pedagio perficiatur praedicta summa trecentarum librarum tur. et quia eisdem placuit quod recipient in pedagio de Marmanda quod durat de praedicta quantitate pecuniae usque ad centas libras turon. supradictas de consilio magistri Egidii supradicto damus et concedimus nomine dictorum domini comitis et dominae comitissae quinquaginta libras turon. annui redditus habendas ab eisdem hered. et successor. suis in perpetuum de pedagio supradicto. Et sic volumus quod de dicto pedagio habeant et percipiant ultra 130 libr. turon. supradictas sibi assignatas in locis praedictis undecim viginti libras turon. (XIxx = 220) etc. Et pendoit le sceau (perdu) de l’official, dont reste la bande en parchemin. In pergameno.

_________________________________

Lettres du roi Philippe Le Hardi, par lesquelles il ratifie l’assiette de deux cent vingt livres de rente sur le péage de Marmande, qui avait été faite par le comte de Poitiers et de Toulouse, en faveur du comte et de la comtesse de Périgord (1273).

In dossier E 767 aux AD 64.

[168]Philippus Dei gratia Francorum rex senescal. agenn., salutem. Cum piae recordationis karissimus patruus et fidelis noster Alphonsus comes prout et tholosanus et comitissa ejus uxor dedissent Archambaudo comiti petrag. et comitissae ejus uxori trecentas libratas terrae assidendas seu assignandas eisdem in terra agenn. et gentes dicti patrui nostri assiderint seu assignaverint eis in dicta terra centum et viginti libratas terrae, set quia residuas centum et octoginta libratas terrae non poterant eis in dicta terra agenn. in loco competenti assidere seu assignare loca earum assiderunt seu assignaverunt eisdem comiti et comitissae petrag. ducentas et viginti libratas terrae in pedagio Marmandae in recompensationem centum et octoginta libratarum terrae praedictarum ita large videlicet quod in dicto pedagio

page 47 / Chap. IX

sicut in alia terra assessa vel assignata non erant justitia vel expleta. Significamus vobis quod nos assidationem seu assignationem dictarum ducentarum et viginti libratarum terrae factam in dicto pedagio Marmandae, ut dictum est, ratam habemus et gratam quantum in nobis est nec eam volumus vel intendimus revocare. Actum Parisius die sabbati post festum inventionis Sancti Stephani anno Domini 1273. En parchemin, ecriture du temps, sans sceau ni signature ni vestige qu’il y en ait eu.

____________________________________

Donation entre vifs faite par le roi Philippe de Valois à Roger-Bernard comte de Périgord de 200 livres de rente sa vie durant seulement, de 200 livres en terres, etc. (1341).

In dossier E 624 aux AD 64.

[169]Philippus Dei gratia Francorum rex, notum facimus universis praesentibus et futuris quod cum certam compositionem dudum factam inter gentes nostras pro nobis ex una parte et procuratorem dilecti et fidelis nostri Rogerii Bernardi comitis petrag. ad hoc ab eodem comite sufficiens mandatum habentis ex altera parte nos ex causa cessionis et translationis quas dictus procurator quo supra nomine fecit in nos pro nobis et nostris successoribus perpetuo de toto jure quod dictus comes habebat seu habere poterat in Brageraco et in terra, appenditiis et pertinentiis ejusdem ac etiam in omnibus terris aliis quae fuerunt Reginaldi de Pontibus quondam domini dicti loci de Brageraco quae omnia dictus comes ad ipsum dicebat in solidum pertinere teneremur tradere et deliberare ipsi comiti in haereditatem perpetuam mille et sex centas libratas terrae perpetui redditus et sibi pro hujusmodi terra et redditu assignaremus omnes parrochias et totam terram quas dictus Rogerius vel comes Archambaldus quondam frater suus dum viveret tenebat ex causa Johannae uxoris suae tam in honorio castri de Montignaco quam castri de Montis Laiderii prope dictum Brageracum cum eorum juribus et pertinentiis omnibus ratione dotis seu pro assignatione dotalicii facti vel promissi Johannae praefatae filiae quondam domini de Brageraco praedicti in tractatu matrimonii de ipsa et dicto comite Archambaldo pro quadringentis libratis terrae, ita tamen quod si pro majori summa haec assignata fuissent in dote praedicta pro tanto ea acciperet dictus comes in deductionem dictarum mille et sexcentarum libratarum terrae. Si vero pro minori summa assignata fuissent, aut aliquid de dicta summa quadringentarum libratarum terrae assignandum decisset illud perficere et residuum dictarum mille et sexcentarum libratarum terrae videlicet mille et sexcentas libratas assedere et assignare dicto comiti teneremur certis in locis certoque appreciationis modo prout haec in nostris super hoc confectis litteris in laqueis sericis et cera viridi sigillatis plenius continetur, et post haec ex parte comitis Rogerii praedicti carissimique et fidelis amici nostri Talerandi[170] de Petragoris cardinalis sanctae romanae ecclesiae fratris ejusdem comitis nobis fuerit supplicatum ut considerationem habentes ad hoc quod in terra et aliis supradictis rem multum grandem eximiaque nobilitate pollentem nobis tradiderat dictus comes, eidem sine deductione rerum assignatarum pro dote praedicta praefatas mille et sexcentas libratas terrae

page 48 / Chap. IX

perficere dignaremur. Nos ad supplicationem dicti cardinalis considerantes magis et potius attendentes fidelia, utilia atque grata patrocinia et obsequia quae principaliter cardinalis ipse et consequenter dictus comes frater suus nobis hactenus promptis affectibus et sincero animo impenderunt, ut pote hii qui quorumque progenitores ab origine nobis regno nostris quae praedecessoribus extitere fideles, dedimus et concessimus, damus, concedimus et donamus auctoritate nostra regia speciali et ex certa scientia per praesentes praefato comiti pro se et suis heredibus et successoribus quibuscumque et causam ab ipso seu a dictis heredibus seu successoribus quomodolibet habituris in perpetuum donatione irrevocabili facta inter vivos ducentas libratas terrae in hereditatem perpetuam et ducentas annui redditus ad vitam dumtaxat ejusdem comitis assidendas et assignandas in locis, bonis et competentibus dicto comiti utilioribus et nobis minus dampnosis, villa Brageraci cum ejus pertinentiis ut in ipsa compositione cavetur exceptis … sane dictae quadringentae libratae terrae praefati dotalicii seu dotis assignabuntur et locum tenebant in assignatione et summa dictarum millarum sexcentarum libratarum terrae et in earum deductionem venient modo et forma quibus in praedictis litteris sigillatis in serico et cera viridi factis super compositione praedicta plenius continetur. Quod ut firmum et stabile perseveret etc. Datum Corbolii, 28 juin 1341. Et sur le repli : per dominum regem. Consultis per me de mandato suo gentibus camerae compotorum Chabellan, et pendoit un sceau, dont on ne voit que les 2 trous du cordon. Ex authentic. in pergam., beau velin et belle ecriture, de 14 pouces de long sur 17 de large.

________________________________

Donation faite par Archambaud III, comte de Périgord à Arembore (Aremburge) sa fille, veuve d’Anissant de Caumont seigneur de Sainte Bazeille, de 40 livres de rente annuelle, à prendre, savoir 20 livres sur le péage de Montpon, et 20 livres sur les oublies de Bénevent (1281)

In dossier E 789 aux AD 64.

[171]Universis … Archambaldus comes petragoricensis … noverint singuli quod … nos … honores immensos grata servitia curialitales gratias et amores quos et quae dilecta et b.ma filia nostra Aremborx (et non pas Aremboris comme on lit dans l’inventaire) relicta domini Anicensii de Cavomonte militis jam defuncti nobis hactenus impendit pro pendentes … donamus … pro nobis et nostris dictae filiae nostrae tanquam nobis bene meritae praesenti et recipienti quandiu erit sine marito donatione facta cum insinuatione inter vivos bona firma nulloque tempore revocanda sexaginta libras currentis monetae ipsi filiae anno quolibet persolvendas quandiu fuerit sine viro quas assignamus ipsi filiae super toto pedagio nostro castri et castellaniae Montis Pavonis et ubliis quas habemus apud Benaven et circa hoc, modo et prout inferius continetur, scilicet quod pro quadraginta libras rend. de sexaginta libras rendual. habent … et levet per se vel alium seu alios totum pedagium castri et castellaniae Montis Pavonis et de eodem pedagio suam faciat plenariam voluntatem et pro viginti libris rendualibus quae restant de sexaginta libris praedictis tradimus et obligamus

page 49 / Chap. IX / X

ipsi filiae nostrae omnes ublias quas habemus apud Benavent et circa, ita tamen quod de ipsis ubliis percipiat et habeat viginti libras anno quolibet una cum toto pedagio supradicto. Volentes … quod dicta filia nostra quando sibi placuerit et visum fuerit expedire prout in dictis locis et quolibet eorum sine requesta nostra et nobis irrequesitis unum vel plures ballivos, levatores et perceptores pro dicto pedagio et pro viginti libris rendualibus percipiendis de dictis ubliis anno quolibet quandiu fuerit sine viro, ejus nomine et pro ipsa. Et quod omnes personae quae tenebuntur et tenentur nobis in dictis ubliis et pedagio sibi et mandato suo de cetero respondeant et omnibus et per omnia tanquam nobis quandiu fuerit sine viro de dicto pedagio et de dictis ubliis usque ad viginti libras renduales. Ita tamen quod si contingat ipsam filiam ad secundas nuptias convolare quod ex tunc et ipsum pedagium et viginti librae praedictae ad nos libere devolvantur etc. Datum mense junii anno Domini M° CC° LXXXmo primo. Ex autographo, in pergam., et pendebant sigilla dua, quorum prius ipsius comitis, in duplici cordea linea, et sigillum ipsium deperditum sigillorum alterum est senescalli petrag. cujus nomen non inseritur, in carta forma autem ejus talis in cordalis lineus contra sigillum simile est, sed minori form. cum inscript. de utraque parte.

________________________________

Armoire de Perigord - Chapitre X

Contrat de mariage de Jean comte de Gravine fils de Charles II roi de Sicile et de Jérusalem avec Agnès de Périgord, fille d’Hélie VIII et sœur d’ d’Archambaud IV, comte de Périgord (1321).

In dossier E 619 aux AD 64.

[172]In nomine Domini nostri Jhesu Xpi amen, prudentum dogmata suadent gestarum rerum seriem in publica monumenta conferre ne praeteritorum memoriam edax consumat oblivio, sed fulta, etc… fiat … manifestum quod pure affectionis instructus et considerate circumpspecta interpellarunt interior communium amicorum per tractare de matrimonio contrahendo inter inclytum dominum Johannem felicis recordationis domini Karoli secundi Jerhusalem et Ciciliae regis illustris natum, gravinae comite, et honoris Montis Sancti Angeli dominum et magnificam domicellam Agnetem filiam spectabilis viri Archambaudi comitis petragoricensis quondam. Tandem, post etc., spectabilis domina Brunicenda de Fusso comitissa petragoricensis mater et Archambaldus comes comitatus ejusdem filius et germanus Agnetis praefatae ex parte una et circumspectus vir judex Silvester de Macera magnae regiae curiae judex procurator … inclyti domini Johannis comitis Gravinae ad superscriptam concordiam communi placito devenerunt de consciencia et bene placito sanctissimi patris et domini Johannis divin. provid. papae XXII et serenissimi principis domini Robberti Dei gratia Jerhusalem et Siciliae regis illustris, necnon et serenissimae principissae dominae sanctiae eorumdem regnorum reginae … stipulantibus vice et nomine dictae Agnetis, se curaturum et procuraturum cum effectu quod dictus dominus Johannes ad ipsorum Agnetis genitricis et fratris requisitionem et omnimodam voluntatem matrimonium contrahet per verba de praesenti in facie ecclesiae more catholicor. principum etc. … et ex causa dotis pro dote … ipsius Agnetis praedicta comitissa mater et comes petragor. germanus promiserunt … constituerunt … solvere triginta quinque millia florenorum auri puri et fini ponderis et cunei florentin. Per solutiones et terminos subdistinctos videlicet in festo resurrectionis Dominicae primo venturo  sex mille florenor., et in festo Omnium Sanctorum etc. et pro uberiori securitate et cautela ejusdem domini Johannis cum solemnitate necessaria promiserunt

page 50 / Chap. X

se curaturos et cum effectu effecturos quod infrascripti praelati et nobiles pro dicta dote et pro omni interesse ut fidejussores et principales debitores quilibet in solidum et pro toto se obligabunt dicto domino Johanni comiti Gravinae sub forma, pactiss et vinculo juramenti … et pro praedictis per praedictos comitissam et comitem ad ipsorum preces et requisitiones venerabiles in Xpo patres Oddo Carpentoratensis et Archambaldus Sancti Flori episcopi, dominus Bertrandus de Sancto Genesio, decanus engolismensis, dominus Lambertus prior de Compliaco dominus Ella de Britonio (ou Bironio) decanus Sancti Juliani, dominus Bertrandus Jordani dominus Insula, Amagneus[173] primogenitus nobilis comitis de Asteraco, dominus Americus[174] vice comes de Alechencio, Guido dominus de Burdelia[175], Helias de Sancto Asterio filius quondam domini de Monte Insiso, Falco de Monte Revello domicellus, dominus Helias de Sancto Asterio de Insula miles, dominus Guillelmus Barrieya miles, Guillelmus de Monte Pavonis, Brunus de Saya penes praedictum procuratorem et me supradictum notarium ut personam publicam praesentes stipulantes et recipientes nomine dicti comitis Gravinae se constituerunt fideijussores et principales reos et debitores et quilibet in solidum et pro toto tam praedicti comitissa et comes quam praenominati fideijussores pro omnibus et singulis supra et infrascriptis … se sumiserunt jurisdictionem ex certa scientia prorogantes exceptis praefatis domino Bertrando de Insula, Aymerico primogenito comitis de Asteraco, domino Alberico vicecom. Alchencio, Guidone domino de Burdelia, Helia de Sancto Asterio filio quondam domini de Monte Insiso, Falcone de Monte Revello domicello, domino Helia de Sancto Asterio de Insula milite, domino Guillelmo Garriga milite et Guillelmo de Monte Pavonis camerae summi pontificiis et curiae ipsius camerae seu auditoris ejusdem camerae vinculis excommunicationis et aggravationis quae per auditorem proferentur seu declarentur in foro, stilo, consuetudinibus etc. et exceptis praefatis dominis carpentoracens. et Sancti Flori episcopis, domino decano engolismensi, domino priore de Compsiaco, domino decano Sancti Juliani et Amagneo primogenito comitis de Asteraco sigillo regio curiae Montispessulani illustris regis Francorum et nexibus ejusdem sigilli et curiae alterius cujuscumque secularis et ecclesiasticae … Acta fuerunt … in Valleviridi diocesis Nemausensis infra tertiam et meridiem sub anno a nativitate Domini 1321., indictione Va, die 14a mensis novembris, pontificatus etc., praesentibus venerabile in Xpo patre domino fratre Guillelmo episcopo Putheolano confessore praedictae dominae reginae et domino de Duroforti[176] milite … post haec eodem die statim post horam praedictam, in loco praedicto … praedictus inclytus dominus Johannes comes Gravinae praesens ibidem omnia et singula (supra) approbavit etc. Mattheus Gauffridi de Sancto Girgio notarius, avec paraphe. Ce n’est qu’une copie du temps, en parchemin, il n’y a pas de sceau.

__________________________________

page 51 / Chap. X

Contrat de mariage de Brandelin de Caumont seigneur de Castelnau et de Berbiguières avec Marguerite de Bretagne, fille de feu Olivier, et nièce de Jean de Bretagne (1443 v. st.).

In dossier E 643 aux AD 64.

[177]Contrat de mariage de Brandelin de Caumont sgr de Castelnau et de Berbiguieres et de damoiselle Marguerite de Bretagne fille de feu Olivier de Bretagne comte de Penthievre niece de Jean de Bretagne vicomte de Lymoges et comte de Perigord. Jean de Bretagne constitue en dot à sa niece : 3000 scuta vetera seu regalia cugni domini nostri regis Franciae, et etiam quoddam jus vocatum « lo commun » quos et quae idem dominus comes petrag. patruus dictae Margaritae habet, levat et percipiat … in parrochiis de Tursaco, de Roffinhaco et de Singeyraco petragoricensis diocesis … retentis tamen hommagio et ressorto et dominio quos et quas ipse dominus comes habet seu habere posset in eisdem parrochiis … et ipse dominus de Castro Novo ex nunc ipse accepit (ex his 3000 scuta) in pagiam[178] pro tribus centum scut. quae idem dominus de Castro Novo debebat ut ibidem recognovit inter coetera eidem domino comiti de mutuo alias sibi facto pro recuperatione de Castro Novo quod detinebatur per Anglicos[179] … et solvet (tribus annis) ipse dominus comes eisdem conjugibus futuris quolibet anno 200 scuta usque ad finem pagiae, et integralis solutionis dotis praedictae , item cum alios praefatus dominus comes mutuaverit praedicto domino de Castronovo ipseque dictus dominus de Castronovo eidem domino comiti teneretur, ut ibidem recognovit, in cater centum scutis quae idem dominus comes pro recuperatione dicti castri de Castro Novo solverat et tradiderat de consensu et voluntate dicti domini de Castro Novo Pascali del Talh pro tunc capitaneo anglico dicti castri et in ter centis et sexaginta scutis in quibus idem dominus de Castro Novo, etiam dicto domino comiti tenebatur pro custodia dicti castri a die recuperationis ejusdem usque ad primam diem mensis januarii ultimo praeteriti videlicet anno Domini 1443. Idem dominus comes gratis etc. in favorem dicti matrimonii dedit, emisit et quittavit eidem dicto domino de Castro Novo etc. Sur copie non signée ecrite vers 1450. En papier, de 4 feuillets in 4° d’ecriture.

____________________________________

Contrat de mariage de Roger-Bernard comte de Périgord avec Eléonore de Vendôme (1338 v. st.)

In dossier E 622 aux AD 64.

[180]In nomine etc. pluribus tractatibus habitis inter magnificum et spectabilem virum dominum Bochardum Dei gratia comitem vendocinensem, seu amicos ejus … et egregiae et spectab. dominae nostrae dominae Alienordis de Monteforti comitissae vindocinensis genitricis suae ex parte una, et magnificum et potentem virum Rogerium Bernardi Dei gratia comitem petrag. ex parte altera, super matrimon. contrahendo inter dictum dominum comitem petrag. et nobilem domicellam Alionordim filiam primogenitam dicti domini comitis vindocinensis et egregiae dominae Alionordis de Britannia conjuguem … certae conventiones habitae fuissent … processerunt … in modum qui sequitur : in primis dominus comes vendocinensis constituit dictae nobil. Alienordi filiae suae in dotem viginti milla librarum turon. parvorum et ibid. dominus comes petragorii … recognoscens … dictam summam se recipisse … in et super tractatu matrimonii dedit et assignavit … in perpetuum dictae nobili domicellae … mille libras turonenses renduales annui et perpetui redditus cum omnimodo jurisdictione … in et super castro, villa seu loca de Caussata dioc. caturcens. ad habendam … in proprium hereditagium tam in proprietate quam in possessione, de quo … se devestivit idem comes, excepto tamen quod dictus comes petrag. tenebat dicta viginti millia librarum turon. dotis et gaudebit et percipiet dictas mille libras turon. renduales annui et perpetui redditus pro eis ut est praemissum datas et assignatas, pro sustentatione onerum matrimonalium quandiu

page 52 / Chap. X

vixerit in humanis … praetrea praefatus dominus comes petrag. … dedit … et assignavit eidem domicellae praesenti et accipienti pro doario seu sponsalitio suo seu in donationem propter nuptias alias mille libras turon. rendual. annui et perpetui redditus cum omnimoda jurisdictione alta et bassa … in et super tota sua terra de Caturcinio et de Tholos. et alia sua terra magis propinqua … fuit etiam actum et in pactum solemn. deductum … quod si ex dicto matrimonio infans seu infantes masculi ex ipsis domino comite petrag. et domicella nati superstites extiterint post ipsum dominum comitem petragoricensem quod primogenitus ipsorum filiorum masculorum vel aliud de post natis eorumdem sit et erit comes petragoricensis et haeres universalis ejusdem domini comitis petrag. de totius terrae suae … fuit concordatum quod omnia jocalia et res mobiles et se moventes quas dicta domicella portabit et ponet in potestate dicti domini comitis petrag. justo praetio estimabuntur et ipsa res vel earum estimatio eidem domicellae salvae remanebunt … Alienor de Vendosme renonce à tous autres biens de son pere en se contentant de sa dot, elle stipule cependant que si son pere comte de Vendosme venoit à deceder sans enfans masles descendans de luy, … et success. ejusdem domini comitis ad filias, unam vel plures procreatas et descendentes perveniret … dans ce cas elle viendroit à la succession et partage etc. des biens de son pere … eodem instanti nobilis vir dominus Guillelmus Bonifacii miles procurator reverendi in Xpo ac Domini domini Taleyrandi Dei gratia sacrosanctae R. E. titul. Sancti Petri ad vincula presbyteri cardinalis fratris dicti domini comitis petragor.[181] Puis vient l’acte de procuration de Taleyrand cardinal qui constitue pour ses procureurs : magistro … de Sancto Asterio, Ademarum de Novavilla canonicum petragor. ac nobilem virum dominum Guillelmum … caturcens. diocesis familiares nostros … dantes eis potestatem … ratificandi et approbandi pacta, concordanda … super matrimonio contrahendo inter (praedictos) et specialem assignationem et assituationem faciendi dictae domicellae de mille libris turonensibus rendualibus super in loco de Caussada … et locis de Monte Assaco et de Moleriis et aliis magis propinquis terrae dicti domini comitis, … et de aliis mille libris rendual. ad vitam dictae domicellae pro doario seu sponsalitio suo in terra dicti domini comitis petrag. de Caturcinio et Tholosano … renuntiando omni juri quod et si quod nobis competit vel competere potest ratione legitimae jure naturae, debitae substitionis vel legati … Datum Avenione in hospitio habitationis nostrae die decima quinta mensis … 1338. (Benedicti XII an. V), nomine procuratorio ejusdem domini cardinalis ratificavit etc…. et ibidem etiam nobilis et potens vir dominus Almaricus vicecomes lautricensis dominus de Ambricio et nobilis domina Margarita de Petragorio[182] ejus uxor ac nobilis eorumdem conjugum filius primogenitus ratificaverunt … concessiones praedictas … renuntiantes omni juri eisdem vel aliis suis liberis, competenti vel competere potenti in comitatu petragoricensi et tota terra bonae memoriae domini Heliae Talayrandi patris, et Archambaldi fratris dictae dominae Margaritae comitum petragoricensium quondam, et in terra dicti domini nunc comitis petragoricensis … pariter et assensu quibus pactis eodem loco de praedictis dictum comitem

page 53 / Chap. X

petragor. et nobilem Alienordim astante sibi domino supradicto comite Vindocino patre suo et consentiente, inter manus reverendi patris in Xpo domini Dei gratia episcopi Coseranensis matrimonium … Acta fuerunt haec apud Rupem Curbam … die tertia introitus mensis febr. anno incarn. 1338, illustrissimo principe Philippo Dei gratia rege Franciae (et Navarrae dit une 2e copie) et nos etc. Bouchard Dei gratia comes Vind. et nos Roger Bernard. Dei gratia comes petrag. et Alienordis de Vindoc. ejus consors, et nos Almaricus vicecomes lautricensis de amb. et Margarita de Petragoris ejus uxor hic sigilla nostra apponi fecimus etc. Sur une copie d’une ecriture faite vers 1400 (non juridique).

____________________________

Contrat de mariage d’Archambaud IV, comte de Périgord avec Jeanne de Pons, dame de Bergerac, Montignac, etc. (1313)

In dossier E 838 aux AD 64.

Contrat de mariage entre Archamb. comte de Perigord et Jehanne, filiam inclitae recordationis nobilis viri Reginaldi de Pontibus domini de Ponte et de Brageraco, intervenant d’un coté, Helia Rudelli fratre dictae domicellae cum pluribus aliis amicis de genero dictae domicellae, et nobili domina Brunissenda[183] matre dicti comitis …. cum pluribus amicis suis de genero etc., …. Idem Helias ut filius et heres ex testamento dicti patris sui volens attendere super matrimonio … sorori suae … promisit se daturum, soluturum et assignaturum in dotum pro ejus parte hereditate legitima, et fratrisca et omni eo jure quod dictae Johannae competebat seu competere poterat in bonis paternis et maternis quingintas libras monetae petragoric. annui redditus quas idem Helias sibi constituere et assignare promisit ad usus patriae petrag. …. in Petragoris in terra sua quae quondam fuit dicti patris sui. Fait à Mirepoix, le VI des cal. de decembre 1313, Petrus Trenat, not. de Mirepoix, avec sa paraphe, sur copie en parchemin, en forme et d’une ecriture du temps, point de sceaux, ni indices.

________________________________

Contrat de mariage d’Artus de Bretagne avec Marie, vicomtesse de Limoges (1274).

In dossier E 613 aux AD 64.

[184]Contrat de mariage entre : Artus de Bretagne neveu de Jean duc de Bretagne, et fils einznez de Jean de Bretagne celuy fils fils du dit duc d’une part et Marie fille de Marguerite fille du duc de Bourgogne vicomtesse de Limoges … cujus tenor in gallico sequitur : Jehan duc de Bretagne etc. Ce fut donné et fait en l’an de grace 1274, en mois de mars. Sur vidimus en parchemin, mardy post octab. Beati Martini yemalis, an 1297. Le duc de Bretaigne assigne en doaire à la dite Marie 4000 livres de tornois.

_________________________________

Contrat de mariage de Pierre de Bordeaux, donzel, avec Jeanne de Périgord, fille d’Archambaud III, comte de Périgord (1289 v. st.).

In dossier E 736 aux AD 64.

[185]In nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti amen. Conoguda causa sia que Na Johanna filha deu noble senhor N’Arcambaut per la gracia de Deu compte de Peyregors et filia si andarreire de la nobla dona Na Maria molher qui fo do deyt senhor compte, laquau Johanna emansipada … ses da da et autreya da es da e se autreya per palaura de present en molher et en espoze En Pey de Bordeu donzet, filh fo en arrero deu noble baron En Pey de Bordeu. E lo medis En Pey de Bordeu es se dat et autreyat per palaura de present a la medissa Na Johana en marit e en espos … Actum fuit VIa die exitus januarii anno Domini millesimo CC° LXXXmo nono, regnante Eudduart rey d’Anglaterra, Henric archibesque de Bordeu, En Vidau Paussa guoruador de Bordeu, testes sunt frayre Pey Porta adent prior deu Combent, deus fraires predicadors de Peyregurs, fraire Aymeric de Sen Pau deu medis ordre, En Wilems de la etc. En parchemin, de l’ecriture du temps, avec paraphe du notaire.

_________________________________

Quittance donnée par Agnès de Magnac à Itier son frère, de toute la part qu’elle devoit avoir en la succession de Guy de Magnac leur père (1309 v. st.)

In dossier E 756 aux AD 64.

[186]Agnès de Manhac, fille de feu Guidonis de Manhac de Nontronio domicelli, et de Melissinde sa veuve, à Itier de Magnac de Nontronio domicello, fils du dit feu Guidonis et de sa veuve, pour omnem successionem portionem eyscheitam (ou exscheitam) frayrechiam necnon et omne jus … quae sibi competunt in hereditatibus …. praedicti Guidonis etc. Datum die mercurii post Reminiscere, anno Domini 1309. Et pend le sceau de la cour du vicomte de Lymoges Jean, fils ainé du duc de Bretagne.

_________________________________

Acte qui rappelle le contrat de mariage de Itier de Magnac, chevalier, avec Marguerite de Biron, fille de feu Aymeric de Biron seigneur de Montferrand, et sœur de Guillaume de Biron (1323).

In dossier E 702 aux AD 64 : version n° 1 (avec sceau et paraphe) & version n° 2[187].

[188]Noverint quod regnante domino Karolo Dei gratia Franc. rege illustri, in aula hospitii quod inhabitat Petrag. dominus Helias Vigerii miles, vigerius ejusdem villae petragoricens., die veneris in vigilia festi beati Barnabae apostoli anno Domini 1323, in mei etc. … constitutis domino Iterio de Magnaco milite ex parte una et Margarita de Bironnio quondam filia nobilis viri Aymerici de Bironnio domini Montis Ferrandi uxor dicti militis ex alia, praefata Margarita recognovit quod ipsa in contractu matrimonii

page 54 / Chap. X

quod fuerat inter ipsam et dictum dominum militem contractum … in facia ecclesiae solemnizatum … praedicto militi dederat omnia bona sua quaecumque et ubicumque essent et subsequenter ibidem praefatus miles recognovit se habuisse et integre recepisse in dotem et ex causa et nomine dotis cum ipsa Margarita  … et dotem … suis quater centum et decem et novem libras turon. parvorum nigrorum[189] ponendo de ipsis quinque turonens. pro uno esterlingo vel unum esterlingum pro quinque denariis de ipsis turonensibus parvis et denarium auri de lanhel[190] pro viginti solidis dictae monetae turonensium parvorum et unum turonensem grossum argenti (ces 2 mots « grossum argenti » sont rompus dans l’acte que je suis, mais je les supplée par un acte semblable) et du meme temps et des mêmes personnes pour la meme affaire, lequel est joint à celuy-ci – Leydet) pro quindecim denar. et obolo dictae monetae turonensium parvorum necnon … quasdam litteras signo Johannis de Albengueto clerici auctoritate domini regis et ducis Angliae publici notarii signatas continentes summam sexaginta librarum petragoricensis monetae valent. quadraginta et octo libras turonensium parvorum confectas sub data quarta decima mensis novembris anno Domini 1320., concessas per Raymundum Agostro[191] parrochian. Sancti Romani. [192]Item quasdam alias litteras signo Johannis de Prato publici notarii de Burdegala signatas eidem Margaritae concessas per nobilem vicecomitem Leomaniae continentes summam centum librarum burdigalensis monetae dictae Margaritae exsolvendarum annuatim quandiu vitam duceret vidualem. Pro quibus et earum arreragiis sibi debentur quingenta librae burdegalensis monetae valentes quater centum libras turonensiom parvorum ut asserit ipsa Margarita, confectas sub data VIJa die mensis exitus aprilis anno Domini M° CCC° decimo nono. … sibi concessas per Guillelmum de Bironnio[193] fratrem dictae Margaritae continentes summam viginti libr. petrag. monetae rendual. … necnon et quatuordecim libras eidem Margaritae debitas ut asseritur per eam a Garino fratre suo semel sibi semel solvendas … Item in contractu dicti matrimonii inter eos habito … fuit deductum in pactum … quod liberi masculi et feminae ex ipsis milite et Margarita procreandi dicto militi succedant[194] et succedere debeant et teneantur in omnibus et singulis bonis, rebus et hereditatibus militis supradicti … Item et quod si contigat me dictum militem et Margarita ex ipsa Margarita habere et procreare duas filias dumtaxat, masculo seu masculis liberis carentibus quos liberos masculos si qui sint ego dictus miles heredes mihi instituere teneor, et debeo, et ipsos vel ipsum michi heredem instituam juxta morem patriae, substituendo unum alii[195] prout michi videbitur faciendum bonis per me dictum militem Robberto filio meo emancipato datis eidem filio remanendis dumtaxat exceptis, et ipsas filias pervenire contingat ad aetatem nubilem, pro prima filia de bonis meis dicti militis habeat … et promitto in dotem quadraginta libras turon. monetae renduales et quater centum libras in pecunia dictae monetae. Item et secunda filia etc. Ex authentico, in pergameno, et pend le sceau de la cour commune de Perigueux entre le roy et le chapitre de St Front ut supra, avec le paraphe du notaire, praesentibus domino Helia de Labarda priore de Grauchaonie pictav. diocesis monacho, Aymerico de la Barda domicello ejus fratre, Petro Davidis domino de Bruzaco et Bertrando de Palazols domicello et Petro del Cauze clerico de Monte Paserio.

________________________________

page 55 / Chap. X

Contrat de mariage de Jacques de Vila, fils de Pierre, chevalier, avec Eremburge de Périgord, fille d’Hélie VIII, comte de Périgord (1319)

In dossier E 618 aux AD 64.

[196]In nomine Dei etc. an. 1319, die 13 junii, regnante domino Philippo Dei gratia Franciae et Navarrae illustri in mei etc… personaliter constitutis magnifico viro Archambaldo comite et nobili domina Brunicente matre sua comitissa petragoricensi, Helia Talayrandi filio suo et domino Archambaldo abbate Sancti Asterii ex una parte ac nobili viro domino Petro de Via milite ex alia. Dictae partes ad invicem inter se convenerunt quod Jacobum filium dicti domini Petri et Emborgem filiam bonae memoriae domini Heliae Talayrandi comitis petrag. quondam et dictae dominae comitissae impuber. insimul matrimonialiter collocarent et quia in praesenti propter defectum aetatis cujuslibet dictorum filiorum contrahi non poterat matrimonium inter eos, volentes quod cum veniente aetate legitima ad contrah. matrimonium praefati Jacobus et Eremburges matrimonialiter jungerentur … super quibus complendis dictae partes (comes etc.) praestiterunt ad Sancta Dei Evangelia se tacta etc. juramentum promiseruntque in super dicti Archambaldus comes, comitissa, Helias Talayrandi et abbas … se constituturos, daturos … dicto Jacobo et dicto Petro patre suo pro dote ipsius Eremburgis tempore quo dictum contrahetur matrimonium, annuos redditus perpetuos ad valorem annuum ad summam quadringentarum librarum parvorum turonens. bonorum cum alta et bassa jurisdictione, mero et mixto imperio quae jurisdictio in dictis quadringentis libris computetur et hoc videlicet in castro seu villis de Calciata et Villa Franceza, de Moleriis, de Monte Alzato vel de Sancta Liberata ad cognitionem domini Heliae Vigerii militis et Bruni de Saya petragor. diocesis pro parte dictorum comitissae et comitis et magistri Stephani Lacoutz ac Arnaldi Comarci domicellorum caturc. diocesis pro parte dicti domini Petri super praemissis communiter electorum, electo ibidem pro tertio et trencatore per partes praedictas nobili viro domino Bertrando de Cardalhaco milite domino de Biole dicti diocesis caturcensis … fuit tamen actum … quod si antequam dictum matrimonium consummetur, domina comitissa et comes praedicti aliqua bona acquisieret in Caturcinio, quae nobis consruent vel adjacerant dicto domino Petro de Via et ejus filio, ad faciendum et recipiendum assignationem praedictam … quod idem dominus Petrus accipiat … illa bona acquisita juxta taxationem … dictorum electorum, et in praedicto faciendum aut secundum voluntatem et ordinationem reverendi patris in Xpo domini Arnaldi Dei gratia Sancti Eustachii diaconi cardinalis … pro quibus sponsalibus complendis … praefati Arcambaldus … dederunt … praefato Jacobo ejusque patri arras sponsalitias et pro arris centum libr. turon. in annuis redditibus quos ex nunc voluerunt praedictum Jacobum seu patrem suum ejus nomine in bonis eorum habere … assignatur ad instans festum Omnium Sanctorum … et vice versa dictus dominus constituit pro arris dictis Eremburgi comiti annuos reditus perpetuos ad valorem annuum et firmam centum librarum turon. parvorum … ex nunc … Acta fuerunt haec in loco vocato de Turre prope Avinionem, fluvio Rodani in medio, praesentibus reverendis in Xpo patribus domino Petro Dei gratia archepiscopo Aquensi, domino Othone ejusdem gratia episcopo carpentoracensi ac nobilibus viris domino Petro Duesa de Caturco, Bertrando de Cardalhaco militibus caturcensis diocesis, et me Petro Marini clerico caturcensis diocesis notario … avec sa paraphe, l’acte est en parchemin, et assez bien conservé.

_______________________________

page 56 / Chap. X

Quittance de la somme de 3000 florins d’or, donnée par Jean, comte d’Armagnac, au comte de Périgord, son oncle, pour partie de la dot de Jeanne de Périgord, comtesse d’Armagnac, sa mère (1390)

In dossier E 632 aux AD 64.

[197]Nos Johan per la gracia de Dieu comte d’Armanhac, de Commenge, de Fesensac et de Rodes, vescomte de Leomanha et d’Auvillar et senhor de las terras de Ribera et de Serera reconoyscem aver agut et receubut de nostre car oncle le comte de Pierregort la somme de très milia floris d’aur comptans de bon et leal pes, lasquals nous a baillat realment et de … desussuz escriuta … et aisso en deduction de major somma en laquale et atengut del dot del mar… madona Johanna de Petra sa … comtessa d’Armanhac maire … que Dieu absolva … dona aissi [es…ar] per un final compte. Donada a Montinhac le XIIIe jorn deu mes d’abril l’an de nr. sgr M CCC IIIIx et detz. Et pend le sceau propre du comte d’Armagnac en cire rouge à une lemnisque decoupée au bas de l’acte, ecartelé au premier et 4e de . a 4 lions grimpans de . au 2e et 3e a la croix (dessin) de gueule, ou (dessin). Le contre scel en [----][198] paroit etre fait avec un chaton de bague de cette forme (dessin)[199].

_______________________________

Contrat de mariage de Sicard d’Allemans fils d’autre Sicard, avec Marguerite de Castillon fille ainée de Pierre vicomte de Castillon et de Benauges et seigneur d’Aubeterre (1268)

In dossier E 692 aux AD 64.

[200] Universis … Petrus vicecomes Castelhone, salutem. Noverint … quod nos damus Sycardo Alamanni filio domini Sycardi Alamanni primogenito Margaritam filiam nostram primogenitam in uxorem … et cum dicta filia nostra eidem primogenito in dotem damus … vicecomitatus de Castelhone et de Benaugas et castellaniam de Albaterra cum omnibus juribus etc., homagiis, jurisdictionibus, servitutibus realibus et personalibus … promittentes eisdem quod nos faciemus sibi jurare ad requestam eorumdem a militibus valvassoribus[201] et donzellis et aliis hominibus dictorum castri, villae et castellaniae post mortem nostram sibi faciant data juramenta et homagia et eisdem Sicardo et Margarita et eorum successoribus ut veris dominis hobediant plene et respondebunt … castellania de Albaterra solum ad vitam nostram dumtaxat excepto et nobis retento … excepta dote de praemissis quam dare intendimus et volumus Mariae filiae nostrae, videlicet centum solidos renduales in villa seu castellania de Albaterra ad arbitrium dicti Sycardi primogeniti assignandas in locis competentibus … castrum et castellaniam de Albaterra et pedagium seum portum Castellione sint liberi … Actum et datum Petragorae IIJ idus [---][202] anno Domini M° CC° sexagesimo octavo … Vidimé sous l’autorité du comte d’Angoulesme qui y fait apposer son sceau, datum apud Albam Terram die mercurii post festum beati Michaelis anno Domini 1285 (en toutes lettres), indictione duodecima, mense octobri, pontificatus domini Martini papae IIIJ°, anno IIIJto, et ego B. de Sancto Romano clericus de Albaterra petragoricensis diocesis, auctoritate apostolica publicus notarius primum scripsi et de originali ea diligenter … de verba ad verbum extraxi et signo meo, una cum sigillo dicti domini comitis apposito, et ceci encore sur un nouveau vidimus par l’official de Perigueux, datum III nonas aprilis, anno Domini 1286. Ecriture du temps. Le signe et le sceau peuvent avoir été coupés au bas de l’acte en parchemin.

_______________________________

Acte par lequel Geoffroy, seigneur de Pons et de Montignac, assigne sur plusieurs bourgs et villages, la somme de 90 livres de rente, promise en dot à Marguerite de Pons sa fille, mariée à Archambaud de Comborn (1257)

In dossier E 774 aux AD 64.

[203]Universis … Gaufridus dominus de Ponte et de Montinhiaco salutem et pacem. Noveritis quod pro quatuor viginti et decem libris petragor. monetae rendual. quas debebamus assignere et assidere nobili viro domino Archambaudo de Combornio nomine dotis cum dilecta filia nostra Margarita uxore sua in honore et castellania castri nostri de Montinhiaci, nos, mansos et bordarias, redditus, jura, terras, possessiones infra scriptas eidem domino exceptis feodis militum[204] reddimus et assignamus nomine dotis pro dictis quatuor viginti et decem libris videlicet mansos nostros et bordarias nostras sequentes scilicet bordaria de Chantalolia et de Cesarpens et mansum de la Costa et medietatem mansi Radulphi et bordarias de Boadenas et de la Brossa cum omnibus quae homines dictarum bordariarum tenent et possident ubicumque sint et specialiter ea quae homines de Boadenas tenent et possident al Perier Salat, et in bordaria de la Djassanha, item bordaria de la Vaischeria et mansum de Podio, et mansum de Sinzelas, et bordariam Aurisencha, et mansum de la Chapelia et mansos de Cor et de la Cachaleria et de Lanegraria, et pratum Cumtal prope Boadenas et

page 57 / Chap. X

Castrum Novum dedimus similiter et hoc cum hominibus et heredibus dictorum mansorum et bordariarum et omnibus juribus, pertinentiis, dominiis ingressibus et egressibus, pratis cultis et incultis, aquis, nemoribus, pascuis melioramentisque ibidem adsunt vel fieri possunt nullo jure nobis neque nostris baillivis, praepositis, terrariis, portariis, senescallis, manescallis[205] et aliis servientibus et officialibus nostris in praemissis retento, nisi nobis justizia corporali de murtre furtorum, fractionum, et violentur. mulierum, legaliter et criminaliter convictorum bonis quidem mobilibus tantum dictorum convictorum et per sententiam dampnatorum inter nos et idem Archamb. communiter dividendis immobilibus[206] vero ibidem Archambaudi remanentibus et commune quando levabitur[207] per regem communiter per diocesem petragoricensem et decimam de Sern. Et est sciendum quod in praedicto Castro Novo debet vel potest aedificare domum vel domos ita tamen quod se ad fortalitium non extendat[208] nisi de domino de Montinhaco processerit voluntate. In aliis vero dictis mansis, bordar., locis sibi aedificare liceat pro suae libito voluntatis. Item reddimus et assignamus eidem Archambaudo nomine dictae dotis quatuor viginti et decem libris, IJ sextar. avenae et I emin. frumenti in manso Gelat et IJ sextar. avenae ad parvam mensuram in marcio, et II sol. et IIII denar. et tres solidos de solatge et quartam partem de Las Grezas et II sol. de solatge et medietatem tertiae partis bladorum mansi abbatis de castris et II sol. de solatge et XV sol. de metzage et quartam partem terciae partis bladorum mansi de Cubairas et IX denar. et quartam partem terciae partis bladorum mansi de Mirabel et IX denar. et tertiam partem bladorum mansi de Osbochartz et X denar. de solatge, et tertiam partem bladorum mansi de Brolio, et IJ sextar. avenae ad parvam mensuram de Martescha, et IJ sol. et IIII denar. de solatge et I emin. frumenti a W. La Fauria de terra quam tenet de La Challanhardia et III sext. avenae Deus Augis … In cujus rei testimonium nos eidem domino Archambaudo praesentes dedimus litteras sigilli nostri minimine consignatas. Datum in festo beati Egidii anno Domini M° CC° quinquagesimo septimo. Ex autographo, in pergameno, d’une très belle ecriture telle que celle de mon fragment … d’un pied de long sur 9 pouces de haut, et pend au bas à une double queue en parchemin, un sceau en cire verte de telle figure ci contre[209], d’hermine à la face de. La fasce fort saillainte. Le contre scel represente un pont dont on voit 3 grandes arches. Il ne paroit aucune inscription, l’alentour est brisé.

_______________________________

Acte par lequel Bonne de La Roche, fille et héritière d’Adémar de La Roche chevalier cède à Hélis de St Geniès, mariée en premières noces audit Adémar, et remariée à Jean de La Mote damoiseau, les droits qui pouvoient lui appartenir sur la dot de la dite Hélis (1360).

In dossier E 850 aux AD 64.

[210]Universis … Bona de Rupe filia et haeres universalis quondam domini Ademari de Rupe militis parrochiani Sancti Martini de Rupe prope Exidolium deffuncti asserens et per juramentum suum se fore (pour esse, gloss.) majorem quatuordecim annorum quod etiam per aspectum sui corporis apparebat, noveritis quod ego dicta Bona de Rupe non compulsa etc. …, recognosco quod Margarita de Peyralz relicta quondam Eblonis de Sancto Genesio domicelli defuncti, et Petrus de Sancto Genesio domicellus ipsorum Eblonis et Margaritae filius dederant et promiserant in dotem … dicto quodam domino Adhemaro de Rupe tunc domicello, patrique dictae Bonae cum Ahelitz de Sancto Genesio domicella, uxore tunc futura dicti domini Ademari de Rupe, mille libras patragoricensis monetae et unum lectum et duo paria vestium ad opus dictae Ahelitz folratur.[211] et aliis necessariis garnitarum … et pro ipsa solvenda (dote), dederunt fidejussores et principales debitores et paccatores

page 58 / Chap. X / XI

Bertrandum de Luco, Amalvinum de Monte Aurioli, Guillelmum la Rocha, Bernardum la Peyra, domicellos, dominum Raymundum de Valle militem, et Bertrandum de Rassielhs domicellum qui pro dicta dote se constituerunt fidejussores etc. prout in quibusdam litteris sigillo petrag. curiae sigillatis sub data diei jovis post festum conversionis Sancti Pauli anno Domini 1334. … pater meus Ademarus decessit, non recuperata dicta dote, … cedo …. dictae Ahelitz de Sancto genesio relicta dicti quondam Adhemari nunc uxoris Johannis de Mota domicelli, … omnia jura … mihi competent. in dicta dota, etc. Datum die martis ante festum beati Martini hyemalis anno Domini 1260. Et pendoit un sceau de l’official à Perigueux.

_______________________________

ARMOIRE du PERIGORD

CHAPITRE XI

Testament d’Archambaud III, comte de Périgord, par lequel il institue Hélie Taleyrand son fils, son héritier universel (1295).

In dossier E 612 & E 614 (codicille) aux AD 64.

[212]In nomine patris etc. … Nos Archambaldus comes petragor. sanitate mentis et corporis per Dei gratiam perfruentis testamentum fecimus … in primis animam nostram domino Jhesu Xpo etc. in ecclesia Fratrum Minorum Praedicatorum Petrag. eligimus sepulturam, volentes quod ubicumque nos mori contigerit citra mare corpus nostrum ad dictam ecclesiam Fratrum Praedicat. deferatur, et ibi sicut statum nostrum decuerit tradatur ecclesiasticae sepulturae. Item volumus quod testamenta … nobilis patris nostri quondam et Agnetis primae uxoris nostrae per integrum persolvantur et omnibus de nobis conquerentibus plenarie satisfiat … et emendae restituantur si aliquas constiterit nos teneri ad arbitrium executorum nostrorum … vel ad arbitrium prioris Praedicatorum et guardiam Fratrum Minorum Petrag. Si dicti executores non facerent … item legamus 25 libr. renduales pro salute animae nostrae et parentorum nostrorum de quibus legamus et ordinamus ecclesiae Sancti Stephani Petrag. quinquaginta solidos renduales scilicet 40 s. canonicis et luminaribus ecclesiae praedictae et decem solidos cappellanis et clericis qui interfuerint anniversario nostro fiendo in ecclesia praedicta. Ita quod quilibet sacerdos qui de dictis X sol. aliquid percipiet, unam missam celebrare pro nostra anima teneatur in die dicta anniversarii … Item ecclesia Sancti Frontonis Petrag. 50 sol. rendual. dividendos simili modo quo supra, item ecclesiae Sancti Asterii XL sol. rend. eodem modo. Item ecclesiae beatae Mariae de Cancellata XL solid. renduales, ecclesiae de Faesa cistercens. ordinis burdegal. dyocesis 10 sol. rend., abbatiae de Guistris burdegal. dyocesis X sol. rend., domui de Boychet ordinis grandimontensis de honore Sancti Asterii X sol. rend., item monialibus Pontis Ayraudi X sol. rend., item monialibus de Ligurio X sol. rend., item abbatiae de Petrosa ordinis cistercens. X sol. rend., item abbatiae de Grosso Bosco et abbatiae de Bosso Calvo cuilibet 10 sol. rend., abbatiae de Cadunio 10 sol. rend., item abbatiae de Sarlato, abbatiae de Terracino, abbatiae de Tostariaco, abbatiae de Brantholmio, cuilibet 10 sol. rend., item abbatiis seu monasteriis de Castris Sancti Amandi, de Albugia, de Fongualfier petrag. diocesis, abbatiae de Dalone lemovic. diocesis, cuilibet 10 sol. rend., abbatiae albaterren. XX sol. rend., abbatiae Sancti Eparchii juxta Engolismam XL sol. rend., prioratui de Temolato X sol. rend., prioratui de Gallo Assato V solid., item prioratui de Palnaco[213], ecclesiae de Monte Falconis cuilibet V sol., ecclesiae Sancti Laurentii juxta bastidam de Benevento III sol. rend., ecclesiae de Bello Pojeto II sol. rend., item domui Templi de Andrivals et domui de Sancto Taxentio cuilibet X sol., et volumus et supplicamus quod in omnibus ecclesiis et abbatiis,

page 59 / Chap. XI

et abbatiis et monasteriis superius nominatis fiat anniversarium nostrum et pro anima nostra missa et alia divina officia celebrentur quia adhoc et propter hoc praedicta … donamus. Item volumus … quod refectiones seu conviva quae dominus pater noster dimisit seu legavit Fratribus Praedicatoribus et Minoribus Petrag. eis solvenda quolibet anno in die Caenae Domini, eis integre persolvantur. Item legamus dicto conventui Fratrum Praedictorum Petrag. duas refectiones annuas, unam fiendam in die anniversarii nostri et aliam in festo beati Eparchii et alias duas conventui Fratrum Praedicator. Petrag. etc. et dictas refectiones assignamus eisdem Fratribus Paedicatoribus et Minoribus in pedagio nostro de Petragora quod pedagium et exitus et proventus dicti pedadgii ob dictas refectiones dictis fratribus Paedicatoribus et Minoribus specialiter obligamus. Item legamus … pro salute animae nostrae etc., ex causis pietatis quingentas marchas argenti dividendas et distribuendas … Fratribus Praedicatoribus Petrag. centum et quinquaginta libras monetae Petrag., Fratribus Minoribus Petrag. quinquaginta libras monetae Petrag., conventui Fratrum Praedicatorum Altivilaris 50 libr., conventui Fratribus Praedicatoribus Brageraci XXV libras monetae Petrag., conventui Fratrum Minorum Burdigal. 25 libr., Fratribus Minoribus de Lectora 15 libr. morlanorum, conventui Fratrum Minorum Brageraci 10 libr., conventui Fratrum Minorum albaterrens. 10 libr., item conventui Fratrum Praedicatorum de Lectora 25 libr. morlan. Item lego Fratribus Praedicatoribus Petrag. 20 libras renduales pro salute animae nostrae et et parentorum nostrorum. Item lego Fratribus Minoribus 10 libras renduales … et quilibet conventus tam Praedicator. quam Minor. Petrag. teneatur qualibet septimana unam epdomadam assignare qui celebret pro salute animae nostrae et parentorum nostrorum. Item legamus in subsidium Terrae Sanctae[214] centum marchas argenti de quibus volumus quod duo milites praeparentur in subsidium dictae Terrae in primo passagio generali ab ecclesia statuendo. Qui quidem milites, volo quod ad nostrorum executorum arbitrium eligantur et alter serviat Deo et dictae Terrae, in exercitu Templariorum et alter in exercitu Hospitalariorum. Item legamus ecclesia Sancti Michaelis sita in honorio de Monte Pavonis X libras ponendas in ornamentis et indumentis ecclesiasticis, item ecclesia beati Martini in honorio Montis Clari X libr. simili modo ponendas … item ecclesiae beati Martini in honorio de Ribeyrac X libr. eadem ratione quo supra, item de praedictis quinquagenta marchis argenti legamus omnibus ecclesiis sitis in honorio de Petrag., de Monte Pavonis, de Vernhio, de Relhaco, de Senilhaco, cuilibet ipsarum unum indumentum scilicet casulam, camisiam, amictum, stolam et manipulum usque ad valorem centum solidorum currentis monetae, ita quod dictarum ecclesiarum cappellani celebrare missas in die anniversarii nostri annis singulis teneantur, et qualibet die dominica teneantur facere memoriam specialem. Item legamus ecclesiis Sancti [Ger---][215] Curvi sitae in Gorsones, item domui de Vals juxta Montem Pavonis, item ecclesiae Montis Pavonis, item ecclesiae Montis [Fal---][216], item domui de Gallo Assato cuilibet praedictarum ecclesiarum unum indumentum munitum et completum, sicut supradictum est de aliis et eidem rationibus quibus supradictum est. Item legamus quingentas libras

page 60 / Chap. XI

dividendas et distribuendas arbitrio executorum nostrorum … servitoribus nostris  videlicet militibus, domicellis et aliis sicut ipsorum executorum fidelitati et pietati videbitur faciendum … Item capitulo generali Fratrum Praedicatorum et capitulo generali Fratrum Minorum quando celebrabuntur immediate post mortem nostram relinquimus et legamus cuilibet dictorum capitulorum generalium unam refectionem, semel, usque ad viginti quinque libras turon. (aux chapitres generaux de Premontré et de Citeaux, une autre refection usque ad 25 libras turonenses) ad hoc scilicet ut dictorum fratres ordinum scilicet Praedicator., Minor., Cisterc. Et Premontr. Pro anima nostra et parentorum nostrorum missas celebrare et alia divina officia et suffragia specialia facere teneantur. Item cum praepositi nostri consuevint olim petere ab hominibus commorantibus in honorio de Petragoris, de Vernhio, de Relhaco, de Senilhaco subsidium pro quodam equo empto vel emendo volumus et ordinamus quod a modo dicti praepositi nichil petant nec possint petere occasione praedicta ab hominibus supradictis nec successoribus eorumdem immo volumus quod dicti homines et successores eorumdem in perpetuum a praedicta praestatione pecunia vel exactione sint penitus liberi et immunes[217]. Item legamus omnibus leprosis defractis et qui non possunt propriis manibus laborare qui morantur in quatuor leprosiis juxta Petrag.[218] cuilibet tunicam, camisiam, et calciamenta, et cuilibet leproso tunicam, camisiam et calciamenta. Heredem nostrum autem universalem facimus et instituimus Heliam Talayrandi[219] filium nostrum primogenitum in omnibus bonis nostris tam praesentibus quam futuris … Archambaldo autem filio meo secundo genito relinquimus et legamus centum libras monetae petrag. rendual. quas eidem in pedagio nostro Ponte (Pontis) de Brageyraco assidemus … Bosoni autem filio nostro tertio genitor relinquimus et legamus domum nostrum et habitationem et totum deverium et districtum et justitiam altam et bassam et exitus et redditus et proventus quos habemus apud Sanctum Michaelem in honorio de Vernhio, pro quinquaginta libris rendual. Item legamus eidem Bosoni alias quinquaginta libras … assidendas … ad arbitrium … dictorum executorum nostrorum … Item si Helias Talayrandi filius noster primogenitus decederet absque herede masculo etc. dictus Archambaldus esset in sacris ordin. constitutis, in illo casu dicto Heliae Talayrandi sic decedente, ut dictum est, dictum Bosonem tertio genitum filium nostrum substituimus pleno jure et si in aliquo praedictorum dictum Archambaldum filium nostrum secundo genitum nostrum heredem universalem esse contingeret et mori absque herede masculo … in illo casu, nose idem Bosonem tertio genitum substituimus et hered. universal. facimus. Item si dictum Bosonem filium nostrum heredem nostrum universalem esse contingeret et in aliquo casuum praedictorum et eundem absque herede masculo et ex ipso et uxore sua legitime procreato mori contingeret, in illo casu, nos idem substituimus Johannam filiam nostram[220], et in illo casu, dictam Johannam

page 61 / Chap. XI

heredem nobi universalem facimus et instituimus. Item sororem Ayramburgim filiam nostram ordinis sororum Sanctae Clarae heredem instituimus in bonis et dote quae sibi dedimus et tradidimus quando contraxit matrimonium cum domino Anessantio de Cavomonte et amplius in decem libris monetae currentis semel. Item filiam nostram Guailhardam uxorem Gualhardi de Lalanda heredem nobis fecimus et instituimus in bonis et dote quae quondam eidem tradidimus, quando contraxit matrimonium cum Gualhardo de Lalanda et amplius in decem libris currentis monetae semel. Item Johannam filiam nostram heredem fecimus et instituimus in donis[221] et dotae quae quondam dedimus et tradidimus quando contraxit matrimonium cum Petro de Burdigala et amplius in centum libris monetae currentis semel. Hoc est autem testamentum nostrum ultimum … Puis il nomme les executeurs testamentaires qui sont : Guillelmum de Turre archidiaconum de Petragoris, magistrum Heliam Porta, canonicum petragoricensem, Petrum[222] abbatem ecclesiae saecularis Sancti Asterii, priorem fratr. praedicator. de Petragoris Bernardum Barsalona et Geraldum Bernardi ejusdem ordinis et nobilem virum Guillelmum Raymundi de Gensiaco dominum de Rujoliis, supplicantes nichilominus (continue le testateur) venerabili patri episcopo petragoricensi qui pro tempore fuerit[223], et discreto viro officiali petragoricensi quod sigilla sua cum sigillis praedictis huic testamento apponere dignum ducant, (qui chacun mettent leur sceau à la priere du testateur). Ces sceaux pendoient à cet acte mais il ne reste plus que celui de l’official de Perigueux, et celuy du comte, fort gaté. Datum die dominica ante festum nativitatis beatae Mariae virginis mense septembris, anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo quinto. Le fragment de sceau du comte en cire verte suspendu à deux cordons de fil jaune, porte d’un coté un ecusson chargé de lions grimpans, dont on ne voit que la portion de deux, et de l’autre pour contre scel, le comte sur son cheval de bataille, tenant d’une main son ecu chargé de ses lions et le bras étendu, le tout en fragment. Le meme cordon qui porte le sceau tient aussi attaché sans qu’on le puisse separer sans couper le cordon ou le sceau un petit parchemin, contenant un acte par lequel Archambault declare que ce testament est sa veritable disposition derniere et qu’il revoque tout autre qu’il auroit fait. Datum apud Beneventum in vigilia beati Mathei apostoli anno Domini millesimo ducentisemo nonagesimo quinto. Voyez infra n° 16. Enfin au sceau de l’official tient attaché comme le precedent un autre petit parchemin qui contient : Universis etc. Archambaldus canonicus ecclesiae Sancti Frontonis petragoricensis et Boso frater ejus filii quondam[224] bonae memoriae domini Archambaldi comitis petragoricensis salutem et fidem praesentibus adhibere etc., ad universorum et singulorum volumus nos dicti fratres notitiam pervenire quod nos unanimiter … certi … de jure etc. testamentum ultimum seu ultimam voluntatem factam et conditam per dominum patrem nostrum praedictum nobis ostensum praesentibus annexum et omnia et singula quae continentur in eo pro nobis et nostris approbamus, ratificamus et confirmamus … Nos vero officialis curiae capituli petragoricensis, sede vacante[225] in cujus praesentia omnia praemissa … facta … concessa recitata et approbata fuerunt ad praeces et instantiam dictorum Archambaldi et Bosonis fratrum praesentibus litteris sigillum dictae curiae duximus apponendum, datum VIJ kalendas octobris anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo quinto. Ex autographo, in pergameno.

__________________________________

page 62 / Chap. XI

Testament d’Archambaud VI, dernier comte de Périgord, daté d’Auberoche, par lequel il institue sa sœur Helionor, son héritière (1425).

In dossier E 640 aux AD 64.[226]

[227]Au nom del payre, del filh et de Saint Esperit, amen. Archambault comte de Perigort sas del corps et de la pessa en nostre bonne, sane et perfieche memoirie per la gracie de Dieu, etc.

Fasen nostre dernier testamen … premierament donnant et recommendant nostre asme et nostre corps a nostre senhor Dieu tout poderos et alla Vergies Marie … ordonnen que, quant se vendra que nos yren de vita a trepassemen, volen estre sebelis en la sepulture laquale monsgr mon payre Archambault comte de Perigort, lequal Dieu absolve, fays far en lou couben dels Frayres Minours de Montinhac en laqualle monsgr mon payre, mon frayre et mas sors sont sebelis[228] et layssen myech quintal de cere al dychs frayres per la luminarie de l’outar per far quatre torchas per ardre le jour de nostre sepulture, et en lou septieme et lou trentieme et lou capt de an. Item laissen may al d. conven douze mars d’argent de Trie per mettre notre corps en la diche sepulture, et per dire nos offices solemnallement ainsi comme apparté, le jour de la sepulture et lou septieme et lou trentieme et lo cap de l’an … Item en cas que nous anessen de vite a trepassemen sans heretier descendant degudement de nostre propre corps, nous laissen et instituessen comme heretier de tous los beys lesquals nos appartenen de la succession de nostre senhour payre, nostre amade sor Helianor de Perigort[229], et apres lieys voulons que succedis nostre nebode Loyse de Clarmont viscomtesse de Myal (mot equivoque), fille de la dicha nostre sor et quant defailhire de lieys son premier filh, et s’il faille, d’aquel la plus prochane personne a qui se appartiendra la succession, segond drech, et en cas que la diche nostre sor Helianor ou sa diche filhe, nostre nebode, ou son dich filh ou son plus prochain qualque se sio, a qui appartiendra la succession, fus de autre obedience ny tengus a autre partida ni sagramen si non que sio purement et sinplement ainsin quan nos en et tenen fidelitat et obediensa a nostre souverain senhor le reys d’Anglaterra et de France[230], duc de Guienne, en aquel cas nos volen que degu ne degunne personne que degues succedir après nous, tengues ne possedis neguns de nostres beys, senhorias ne heritages quals que se sian a nous appartengus per nostre senhor payre, d’aqui adont que la proprie personne a qui appartiendria de drech la succession, vengues a la obedissence et fidelitat de nostre dich et souverain senhor per que supplican a sa reale majestat que ly plagues de la recebre et aver per agradable et en aquel cas vouldron que succedis, quom dessus ez dichs … beys senhorias et heritages de la baronie de Mastax … ou quelque sian en autre part lesquals nous sian appartengutz per la succession de nostre done mayre, nous volen et ordonnen que sio fach et servat de point à poinct succession vengues fizellement à la fizelitat et obedience de nostre souverain senhor lo rey ainsi quon dessus ez declarat de la succession payrenal …. Item volen … et en chargen nostre executador

page 63 / Chap. XI

… et nostre heretier … que a toute personne a quix nos fussen tengus de aulcune debte, per raiso de prest ou autrament raisonnablemen degut, lous en chargons que, ses … debat … del nostre lo pagen et lo satifasen plenement, … fasen, et ordonnen nostre fizel et amat Audoy Joumart, donzel, … exequdour de tout testamen, … et en apprès, quan se viendra, per lo plaser de nostre senhor, que nous anen de vite a trespassement, nous voulen et ordon. que lodich Audoy Joumart, nostre exequdour, sio capitaine regen et gouvernadour de nostre castel d’Aulberoco et de tous autres places, beys et heritages, en canhe part que se sian, a nous appartenen, per lo drech et succession payrenal, et an apprès volen et ordonnen que el ne baylle ny sio tengut de baylar la possession de nostre castel d’Aulberoche ny d’aultres places senhorias, terres, beys ou heritages a nous appartenens a la sobrediche nostre sor ou a nostre nebode ou a son filh ou aultre, a qui la succession se appartingues, d’aqui a tant que ils servissen l’obedience et fizelilat de nostre senhor lo rey, …et donen a nostre exequdour …, per sos travailhs, siex mars d’argent. … et pregan Bardolet de Cambis de via Ladoussa, del pays de Biar; Guilhem Reynes, del loc de Broquiers de Rouergue; Espanholet de Brocars del loc de Montastruc, en Biars; Mondon Merso del loc d’Aulbeterre; Gironten de Castelon, del prebostat de Sanct-Sever; Girauton Viraut, de Sanct-Salvadeur; Thomas Barret, nat d’Anglaterre; et Giraud Roux, del poder d’Aulberoche[231], cascun de lour que de aqueste notre present testemen … plaice de remembrar et de esser bons et verays testimonis, quant loc et temps sera … et si en sagels propris que los plase de sagelar aquestes  nostre present testemen, et aquis qui non auran propis seegel, que los plaise de esser contens de nostre propri seegel. Et nous sobredichs … testimonis … comme de present no ayen nostres propris segels … nos supplican aldich nostre senhor lo comte que ly plaise de sagellar lo present testamen de son propri seegel, … Donnat a Aulberoche, lo vingt deulxsieme jour de septembre, l’an de Nostre Senhor mil quatre cens vingt cinq, ainsi signé : et nous Archambault, conte de Perigort, en nom de Dieu, volen et approvent aquest nostre testemen, per veray testemoni, aven escriut enssi de nostra ma. Sur copie en papier, non en forme legale, d’une ecriture vers 1500.

__________________________________

Testament d’Hélie de Caumont, de la paroisse de Corgnac (1291).

In dossier E 710 aux AD 64.

[232]Testament d’Helie de Cavo Monte … veut etre enterré, in ecclesia de Cornhiaco ante altare beatae Mariae … Item lego militiae Templi[233] et militiae Hospitalariorum cuique sex denarios semel … luminaribus ecclesiarum Sancti Frontonis et Sancti Stephani cuique sex denarios semel, Fratribus Minoribus de Exidolio quinque solid. semel, Praedicatoribus Petrag. X solid. semel … conventui monalium de Andalmar X sol. semel. Item lego quinquaginta solidos semel dum contigerit transire comitem ultramare propter acquisitionem Terrae Sanctae ad unum clientem garniendum … rectoriis Sancti Petri et Sancti Germani, et Sancti Georgii et Sancti Sulpicii, et de Nanthiaco et de Martholio et de Tiberio et de Exidolio et de Claro Monte unum cereum dimidii

page 64 / Chap. XI

quarti cere semel … monialibus de Podio Chani 12 denar. semel … hospitali Sancti Georgii de Blondiis unam flassatam semel … hospitali de Cornhiaco 4 denar. semel. Il ratifie la donation qu’il avoit faite à sa femme Almoys fille d’Ademar de Cavomonte dont elle a des lettres, sigillis curiae Petrag. et curiae domini vicecomitis lemovic. sigillatas. Proteste que jamais dans sa vie il n’a donné des lettres scellées de son sceau à son frere Gui de Cavomonte, ni à son neveu Pierre de Cavomonte militi, ni à Aymeric de Cavomonte domicello, fils de ce Pierre, et nos officialis curiae Petragoric. … et nos Helias de Primilhac clericus … et nos Petrus Jauberti rector ecclesiae de Corniaco … ad praeces dicti testoris etc. sigilla nostra concedentes etc. Datum IIII kal. novembris anno Domini millesimo ducentesimo nonagesimo primo. Et pendoient 8 sceaux dont il reste 5. En parchemin.

_____________________________________

Testament de Guillaume-Amanieu vicomte de Fronsac (1288).

In dossier E 729 aux AD 64.

[234]Testament de Guillaume Amanevi vicomte de Fronsac, die dominica in festo beatorum Jacobi et Xpofori an. 1288. … lego … abbatiae Aquistris 25 libras ad opus emendi redditum pro faciendo in dicta abbatia annis singulis anniversario meo … ecclesiae d’Apzac unum calicem de una marcha argenti, item operi Fratrum Minorum de Liborna 50 l. semel … Fratribus Minoribus de Sancto Melione 100 sol. semel … Fratribus Praedicatoribus de dicto loco 60 sol. semel. Item reclusae de Sancto Melione quinque solidos item operi Sancti Andreae de Burdigala unam marcham argenti … item ad subsisium Terrae Sanctae centum libr. turon. semel … rogo si placet reverendum dominum meum illustrem regem Franciae defensorem cui supplico ut praesens testamentum meum executioni mandari faciat … [----][235] noble Guille de Rosayo militi castellano de Paratollo de presentis tunc tenenti sigillum senescalliae xantonensi apud Paratollum[236] pro illustrissimo rege Franciae constitutum, ut ipse dictum sigillum present. testament. appon. etc. Sur vidimus fait par l’official de Bordeaux, die veneris post festum beati Martini yemalis videlicet … anno Domini 1288.

__________________________________

Testament de Jeanne de Pons dame de Bergerac et de Pons, et comtesse de Périgord, femme d’Archambaud IV (1334).

Testament cité dans l’inventaire de Jean Fabri (E 607).

Référence du manuscrit non connue aux AD 64

[237]Testament de Jeane de Pons comtesse de Perigord, domina Brageraci et Pontis, fait, in camera castri Brageraci an. 1334, die lunae ante festum beatae Mariae Magdalenae regnante Philippo … Franciae rege. Elle destine en œuvres pies 2 mille livres tourn., dont elle assigne la destination : videlicet mille libras in hoc instanti passagio generale quod esse dicitur transmarinum si dictum passagium generale fiat, tunc alioquin videlicet si dictum passagium generale transmarinum tunc non fiat, dictas mille libras dono et lego puellis pauperibus dotantis et alios pauperibus Jhu Cristi quos et quas executores mei … duxerint eligendos. Elle fait son heritier universel son mari Archambault comte de Perigord … elle demande à plusieurs temoins qu’ils apposent leurs sceaux propres, et que ceux qui n’en ont point se contentent du signe public du notaire, ac sigillo curiae communis domini nostri Franciae regis et ecclesiae Sancti Frontonis Petrag., in villa Petragoris, et sigillo regio apud Sanctum Ludovicum positis et statutis etc. In pergamen., avec le paraphe du notaire Helia Domingo.

____________________________________

Testament d’Eléonore de Vendôme, femme de Roger-Bernard comte de Périgord (1341)

In dossier E 624 aux AD 64 (original & vidimus)[238]

[239]Testament d’Helienordis de Vendocinio comitissa petrag. Elle choisit sa sepulture dans l’eglise des Freres Mineurs de Perigueux, où elle veut etre enterrée, in ecclesiae Fratrum Minorum de Petragorio specialem affectionem habentes, ibidem tam propter suffragia fratrum dicti conventus de quibus etiam speramus specialiter et ex causa, quam etiam ex eo quia parentes domini comitis consortis nostri ibidem sepulti existunt, et de ipso etiam cum humanitus contigerit, idem speramus …, ibidemque volumus et eligimus sepeliri in habitu sancti Francisi et volumus et ordinamus ibidem construi et edificari quemdam cappellam adherentem et contiguam cappellae beati Ludovici in honore beati Johannis Baptist. pro qua et altari ibid. construendis legamus dicto conventu sexies viginti libras turon… Item legamus dilectae nostrae sorori Raymunda Vigieyra[240] nunc abatissae conventus Sanctae Clarae de Petrag., quadragentar. libr. turon. semel. Item legamus dilecto confessori nostro fratri Bertrando de Roffinhaco viginti libras semel. Item fratri Clementi Regis ordinis Minorum sex libras pro uno habitu. Item fratri Yterio de Bonato ejusdem ordinis quadraginta solidos. Item fratri Ysarno Laur ordinis Fratrum Praedicatorum conventus de Castris viginti libras. Item legamus dilecto ac carissimo fratri nostro Johanni de Vendocinio omnes libros nostros. Item legamus Johannae filiae nostrae omnia jocalia et alia bona mobilia nostra sibi utilia. (passage rayé) …

page 65 / Chap. XI

domino Bernardo de Bassaco, etc. Datum et actum die dominica ante festum beati Valentini anno Domini 1341. Sur vidimus en parchemin, par un notaire de Montinhac, die 15 jul. 1349, indict. II, avec paraphe.[241]

___________________________________

Premier testament d’Archambaud III, comte de Périgord (1266)

In dossier E 612 aux AD 64.

[242]In nomine etc., amen. Ego Archamb. comes petrag. in bona et sana existens memoria meum condo testamentum, in hunc modum : in primis volo et ordino quod testamentum patris mei compleatur executioni in omnibus demandetur, etiam avi mei, volo et etiam ordino firmiter praecipio successoribus meis quod quaeretatibus[243] meis plene satisfiant sine litigio de plano cognita veritate et specialiter si quis quaeratur de hereditate a me vel a patre meo vel aliis praedecessoribus meis[244] occupata vel sazita[245] minus juste restituatur sibi ad arbitrium executorum meorum. Heredem meum constituo filium meum Heliam Talairan[246], filiae autem meae Aremborc lego pro dote decem millia solidos semel solvendos et quingentas solidos renduales et lego Audee secundae filiae meae C libras semel solvendas et VIJ][247] libras renduales et sit monialis in monasterio Fontis Ebrardi quas VIJ libr. dictum monasterium percipiat quandiu ipsa vixerit ipsi ad sustentationem impinsi, qua defuncta dictum monasterium de dictis VIJ libris Lta solidos perpetuo percipient et habebit, alia vero filia mea Galharda nomine volo quod ponatur in monasterio de Ciros, et habeat dictum monasterium pro ipsa C libras semel solvendas, et C solidos renduales de quibus C solidis praedictum monasterium habeat XL solidos ipsa mortua et percipiat in perpetuum pacifice et quiete. Si vero dictum Heliam filium meum mori contigerit sine herede, volo quod Aremborcs primogenita filia mea succedat ei[248], in tota hereditate nostra (et 6 mots rayés de meme encre), recognosco me habuisse de dote mihi promissa ab uxore mea C libras et volo quod pro osculo assignentur sibi in terra mea C libras renduales quas percipient per VIII annos, et si quod amplius pro dicto osculo petierit audient hoc executores mei et diligenter discutiant et eidem faciant quod secundum equitatem viderint faciendum. Sepulturam autem meam eligo in cimiterio Fratrum Praedicatorum Petrag., ubicumque me mori contigerit in partibus nostris in toto regno Franciae et lego pro anima mea Deo et Fratribus C libras et apud Cancellatam volo quod executores mei faciant fieri capellam unam in qua reponantur comites qui in cimiterio de Cancellata sunt sepulti[249] et praedicti executores assignent de bonis meis dicto loco cum quo sacerdos unus illius ordinis possit ibidem vivere competenter. Lego etiam Fratribus Minoribus Petragor. L libras et lego XV libras renduales pro anima distribuendas et dividendas ad arbitrium exequtorum meorum. Ecclesiis Sancti Stephani et Sancti Frontonis Petrag. et abbatiis quae sunt in Petrag. dioces. et aliis piis locis. Exequiae etiam meae tam in oblationibus quam in elemosinis sacerdotibus et clericis pauperibus faciendis fiant liberaliter sicut talia talem decent. Ad ista vero quae superius tacta sunt et alia quae circa testamentum meum ad salutem animae meae exequtores mei viderint expedire, exequtores meos constituo Augerium dominum de Muyschida et magistrum Heliam Gualterii officialem petragoricensem, et Guidonem Lagut militem, qui de consilio reverendi patris domini petragoricensis episcopi quem conservatorem et consiliatorem ante omnes homines testamenti

page 66 / Chap. XI

mei constituo, et de consilio prioris Fratrum Praedicatorum Petrag. et fratris W. de Sancto Asterio prioris Fratrum Praedicator. Brageraci et fratris Arnaldi de [----][250] [251] custodis Fratrum Minorum Petrag. procedant et omnia, sicut superius scripta sunt, fideliter exequntur. Do etiam dictis exequtoribus meis plenariam potestatem in omnibus bonis meis tam mobilibus quam immobilibus ad dictum testamentum in omnibus exequendum, et quod possint meliorare vel mutare juxta suae dicretionis arbitrium, in dicto testamento secundum quod eis videbitur faciendum, et volo quod istud testamentum valeat et robur habeat ratione testamenti vel ratione ultimae voluntatis vel codicillorum vel quacumque alia ratione ecclesiis vero quas ratione hospitii vel quacumque alia ratione gravare potui fiat emenda vel recompensation ab exsequtoribus meis ad arbitrium domini epispicopi vel aliorum supradictorum religiosorum vel alterius ipsorum. Ut autem dictum testamentum robur obtineat firmitatis praesentem cartulam, sigillo nostro una cum sigillo Fratrum Praedicatorum Petragor. roborari. Praeterea volo et ordino quod servitoribus meis sive familiae meae detur de bonis meis sicut dictis exsequtoribus videbitur expedire. Actum in domo Fratrum Praedicatorum Petrag., praesentibus fratre B. priore, et fratre Aymerico Rusticani subpriore, et fratre Iterio de La Branda lectore ejusdem loci et fratre B. de Carrolis et fratre Iterio Lucii fratribus ejusdem conventus[252] anno Domini M° CC° LXmo VIto, IIJ idus aprilis. Ex autographo in pergam. cujus longit pol. 12, latitud. 8 pol. Et pendent duo sigill. in filis lineis, quorum prius scilicet comitis deest, alterum vero sempre prioris Fratrum Praedicator., in cera viridi representat angelum a terra paulo assurgent et [----][253] tenentem tubam qua mortuos infra positos susistat.

__________________________________

Codicille du dernier testament d’Archambaud III, comte de Périgord (1295)

In dossier E 614 aux AD 64

[254]In nomine Patris et Filii etc. Archambaldus Dei gratia comes petragoricensis aeger corpore sanus autem mente … et in bona memoria … il confirme son testament supra de 1295, et ajoute quelques legs pies … item legamus … carissimis nostris Fratribus Praedicatoribus domus Petrag. altra illa qua quae in testamento nostro legaveramus … centum libras Petrag. monetae pro suis necessitatibus complendis et pro duabus cappellaniis in eadem domo per fratres morantes ibidem instituendis. Item volumus et ordinamus quod quadam alia cappellania fiat et intituatur apud Montanhac prope Benevent et legamus illi presbytero seu sacerdoti qui ipsam cappellaniam habebit, et instituetur in ea, ad sustentationem vitae suae, decem libras currentis monetae et unum sextar. frumenti et alium mixturae ad mensuram dicti loci rendual. perpetuo persolvendas de bonis et hereditatibus nostris. Item ordinamus et volumus quod alia cappellania instituatur apud Lo Pizo et legamus ipsi presbytero qui ipsam cappellaniam habebit, et instituetur in ea victum et vestitum competentem secundum quod executores testamenti nostri ultimi et nostrae ultimae voluntatis ordinabunt et eis videbitur expedire. Ordonne qu’on paye en entier son clerc … Helies de Cazas. Item legamus domino Guillelmo de la Forest militi commensali[255] et socio nostro decem libras renduales et decem sextaria avenae ad mensuram suam, volentes et concedentes quod praedicta eidem persolvantur et reddantur et ea habeat et percipiat de redditibus nostris debitis in castro de Montinhac eidem de obliis centum solidos in festo Paschae et centum solidos in festo beati Michaelis, item legamus eidem militi quinquaginta libras semel solvendas. Item praecipimus vicecomiti Altivilaris filio nostro et ipsum

page 67 / Chap. XI

rogamus quod ipsum militem vocet ad sua consilia et tractatus suos et det sibi vestes quandocumque faciet sibi et sit socius et commensalis ejusdem. Item volumus et ordinamus et legamus unam cappellaniam quae instituatur in domo nostra Petragoris, vocata la Raolphia et ibidem instituatur unus presbyter qui cotidie missam celebret, et alia divina officia pro salute et commeratione animae nostrae et parentum et benefactorum et heredum nostrorum … et legamus eidem presbytero decem libras renduales annis -----, solvendas eidem et comestionem in domo nostra quandiu heres noster morabitur ibidem et ulterius legamus dicto presbytero unam raulam seu vestem integram anno quolibet … et in testimonium … praesentes litteras sigillo nostro majori sigillari fecimus … Datum die martis in vigilia beati Mathei apostoli anno Domini 1295. Ce codicille etoit attaché au testament (en forme), ecriture du temps, au bas sont les trous du cordon.

______________________________________

Testament de Guillaume de Bretagne, comte de Périgord, vicomte de Limoges (1454)

In dossier E 648 aux AD 64.[256]

[257]Testament de Guillaume de Bretagne comte de Penthievre et de Perigord, vicomte de Lymoges et sgr d’Avesnes. Il choisit sa sepulture, in conventu Fratrum Minorum villae meae de Exidolio in tumulo ubi jasset frater meus carissimus dominus Johannes de Britania, dum vivebat comes Penthevriae et petragor., etc. … et corpus meum indui habitu dictorum fratrum, casu quo contingeret me decedere in hoc meo vicecomitatu lem. vel comitatu petrag. ... Item rogo et exortor heredes et successores meos quod ex toto conde et viribus suis velint intendere et vaccent ad prosequendum et perficiendum processum et canonisationem bonae memoriae domini mei avi beati Karoli de Blesiis[258], dum vivebat, ducis Britanniae, quod ego adjutore Deo toto affectu meo, desidero et volo prosequi ut preficiatur … Il institue Françoise de Bretagne sa filla ainée, son heritiere universelle, filias vero meas dilectissimas Johannam et Karolam de Britannia facio michi heredes meas particulares quamlibet earum in decem mille scutis auri novis nunc cursum habentibus cugni domini mei regis, nomme pour les exequteurs testam. et pour tuteurs des biens et de la personne de Françoise, carissimos consanguineos et fideles meos dominos Johannem vicecomitem Combornii, dominum de Treygnaco, Johannem dominum de Petra Bufferia, Gualterium de Peruce dominum de Cadris milites, et dilectos et fideles meos Bernardum dominum de Bonavalle, Bertrandum de Lur dominum de Freyssinete milites, patrum meum spiritualem fratrem Stephanum Vereau ordinis Fratrum Minorum magistrum in sacra pagina, et magistrum Johannem de Domibus Novis in legibus licenciatum, judicem appellationum comitatus mei petragoricensis et vicecomitatus lemovicensis … Acta enim fuerunt … in castro de Securio lemovicensis diocesis, an. 1454 … regnante serenissimo Karolo, die 24 augusti. Sur un collationné, en papier de l’an 1502, à Exideuil, signé de Vaudetar.

_______________________________

Lettres du roi Philippe le Hardi au sénéchal d’Agen pour faire une information sur les biens provenans de la succession de Jeanne, femme d’Alfonse, comte de Poitiers et de Toulouse, oncle du roi, laquelle avait institué Philippe, belle fille du comte de Périgord, son héritière universelle (1271)

In dossier E 613 aux AD 64.

[259]Universis presentes litteras inspecturis Johannes de Vileta miles senescallus agennensis et caturcensis pro illustrissimo rege Franciae, salutem. Noveritis nos vidisse et recepisse mandatum dicti domini regis in quibusdam litteris clausis sigillo ipsius regis nobis ab eodem directum in haec verba : Philippus Dei gratia Franc. rex senescallo agennens., salutem. Significavit nobis comes petragor. quod Johanna quondam uxor carissimi patrui nostri Alfonsi quondam comitis pictaviensis et Tholosae, Philippam privignam ipsius comitis petragoricensis heredem universalem reliquit in suo testamento et eidem legavit omnia acquisita tam per patrem suum quam post decessum patris sui constante matrimonio inter ipsam Johannam et praedictum Alfonsum, sive illa essent acquisita ratione hemcionis aut alterius

page 68 / Chap. XI

aquisitionis necnon etiam successionis in episcopatibus agennensi, caturcensi, ruthenensi, albiensi et in tota alia terra sua et in residuo totius terrae suae dimisit eidem Philippae quintam partem suam. Acquisita vero in diocesi agennensi sunt talia, prout asserit idem comes, videlicet villa Sanctae Fidis supra flumen Dordonie, villa de Castellione[260] sita tam in Petrag. quam in Agennesio, Villafranca, Villanova juxta Pujolium, castrum Montis Flanquini cum pertinentiis, castrum Montis Clari cum pertinentiis, bastida de Alta Gemme, bastida vocata Castrum Comitale, castrum Amauro, Mons Regalis, bastida de Dunas, bastida de Donzenis, de Aygogo, Castrum Tornum, Grande Castrum, Villa Regalis, in Caturcinio vero bastida de Bonnas, castrum de Lauzerta, bastida de Moleriis, bastida de Mirabello, bastida de Castro Sacrato, bastida de Monte Jovis, bastida de Septem Fontibus. Bene vobis mandamus quathinus diligenter addiscatis si res praedictae censeri debent hereditariae vel adquisitae, et si censeri debent adquisitae, addiscatis quae sunt illae quae fuerunt acquisita tempore comitis Raymundi, et quae sint illae quae fuerunt acquisitae post decessum ejus, constante matrimonio inter Johannam praedictam et clarae memoriae Alfonsum karissimum patruum nostrum maritum suum. Rursus addiscatis si mulier habet medietatem in aquisitis constante matrimonio ; et utrum praedictae Johannae de rebus praedictis testari licuit modo praedicto. Et istam aprisiam faciatis caute per bonos et per fide dignos. Et quidquid super praemissis inveneritis, nobis quantocius comode poteritis significare curetis, vel saltem quam primum ad parlamentum contingerit vos venire. Datum Parisius die martis ante festum beatae Mariae Magdalenae. In quorum omnium visionis et receptionis fidem et testimonium, nos dicti senescallus sigillum nostrum praesentibus duximus apponendum (sans autre date ni millesime). Mais l’ecriture est du regne de Philippe le Hardi. En parchemin et pendoit un sceau à une bande decoupée en bas, la bande est rompue et perdue. De 10 pouces de large sur 5 pouces de hauteur.

__________________________________

Attestation donnée par le seigneur d’Escars pour constater que Guillaume de Bretagne était mort le 30 août, même année (1454)

Référence non connue aux AD 64.[261]

[262]Galterus de Perucia miles dominus de Cadris … notum facimus quod felic. Memor. illustr. etc. Guillelm. de Britannia comes Penthevriae et petrag. etc., die tricesima … augusti anno subscript. in castro suo de Securio lemovic. dioces. viam u. c.[263] ingress. dies suos clausit extremos ejusque corpus in conventu Fratrum Minorum villae suae … de Exidolio petrag. diocesis die ultima mensis augusti ecclesiasticae fuit traditum sepulturae et nequis hoc in futurum revocet indubium in praemissorum fidem etc… dictas nostras praesentes litteras etc. 3 sept. 1454. En parchemin et pend le sceau des contrats de la vicomté de Lymoges (je ne mets ceci qu’à cause de sa singularité).

__________________________________

Codicille du testament d’Itier de Magnac (1360)

In dossier E 765 aux AD 64.

(voir le testament d’Itier de Magnac daté du 30 septembre 1352 in dossier E 764)

[264] Codicille d’Itier de Magnac, miles dominus de Manhac, de la Parrofia de Milhac et deu Borde etc., dyocese de Peyragus, avoit fait son heritier Helias de Manhac son fils, acta fuerunt Narbonnae, 16 juin 1360. Par ce codicille, il cede la terre de Nontron à son neveu, sa vie durant.

__________________________________

Testament de Séguin de Saint Pardoux, damoiseau (1294).

In dossier E 852 aux AD 64.[265]

[266]Testament de Seguin de Sancto Pardulfo domicellus die XII des kal. de juin 1294. Il choisit sa sepulture dans le cimetiere, fratrum et sororum de Sancto Pardulfo de Riperia de ordine Praedicatorum. … Volo … quod mei clamores entendentur ad arbitrium exequtorum meorum et debita mea integre persolvantur. Item ecclesiae de Sancto Pardulfo de Riperia lego gatgium meum septimum tricesimum et etiam annuale et unum calicem ad valorem septua…

page 69 / Chap. XI

et unum pannum sericum ad valorem quadraginta solidorum et totum garnimentum ad opus unius vestimenti sacerdotalis, ita quod infula fiat de panno serico … confratriae presbyterorum et clericorum beatae Mariae de Nontronio dono etc … ecclesiae de Nontronio, lego gatgium meum septimum etc. Item conventui Fratrum Minorum de Nontronio lego unam refectionem et 20 sol. ad opus aedificii eorumdem. Item dominae Almoïdae de Tayvoisin moniali de Valonio, lego duos sextari frumenti, … Item Brunizendi Vigeria consanguineae meae, lego duas flassatas albas si ab herede et hospitio meo recesserit. Statim reddendas … lego (uxori meae) centum solidos renduales de aselio[267] valensque quinquaginta libras monetae lemovic. Item Petronillae meae lego quinquaginta solidos perpetuo renduales et volo, praecipio et ordino ipsam cum dictis redditibus monialem fieri in prioratu Sancti Pardulfi de Riperia, et ad monachandam ipsam[268] ibidem lego sibi amplius unum lectum garnitum meliorum mei hospitii post duos, et amplius totum garnimentum quod sibi necessarium fuerit illa die que recepta fuerit monialis, … Ademarum Seguini filium meum heredem meum universalem facio etc. … cui … substituo heredem meum Seguinum meum … qui Seguinus … dicto Adhemaro substitutus, si decesserit sine liberis … ego substituo sibi heredem filiam meam dictam Petronillam … si remanserit saecularis si vero monialis fuerit ipsam contentam esse, volo dictis quinquaginta solidos renduales etc., etc. Nomme pour executeurs testamentaires Guillaume Aurelha de l’ordre des Freres Precheurs prieur de St Pardoulx, Gerard de Pestortz clerc, praepositum Sancti Pardulphi etc. In pergam., et pendoient 13 sigilla.

_________________________________

Premier testament de Renaud de Pons, seigneur de Pons et de Bergerac, par lequel il institue Hélie Rudel son fils, son héritier universel (1302)

In dossier E 125 aux AD 64.

[269]Copie du testament de Regnault de Pons, faite à la requisition d’Archambault comte de Perigord, et de Jeanne sa femme, par le lieutenant de Johannis de Arreblaio junioris militis senescalli Franc. regis in senescallia petrag. et caturc. L’acte de requisition est du jeudi après la Purification de la sainte Vierge an 1318. Un acte preliminaire de cette transcription fait à Bergerac le XI fevrier 1318 rapporte pour temoins : venerabili viro domino Andrea Ruphi canonico secularis ecclesiae[270] Sancti Frontonis Petragor. Suit le testament de Reginaldi de Ponte dominus de Ponte et de Bergeriaco. Il choisit sa sepulture, in ecclesia hospitali nostri de Ponte, ubi praedecessores nostri sepeliri consueverunt, cui hospitali legamus pro salute animae nostrae tria millia solidos turonenses semel solvendos. Item legamus omnibus ecclesiis de Ponte et de Pontesio 50 #. semel. … Fratribus Minoribus de Ponte 50 #. semel … fabricae beati Martini de Ponte 20 #. turon. semel. Item legamus priori et fratribus Hospitali Veteris de Ponte 20 #. turon. semel solvendas, Fratribus Praedicatoribus de Ponte 40 #. semel, Fratribus Minoribus Brageraci 50#. currentis monetae semel … Fratribus Praedicatoribus Brageraci 40#. turon. semel, … fratribus beatae Mariae de Carmelo Brageraci 25#. semel … Item hospitali Sancti Spiritus Brageraci 10# semel. Item pro aedificando hospitali beatae Magdalenae de Brageraco 25#. Semel. … fratribus Minoribus de Montinhaco 60#. c. m. semel … Item omnibus ecclesiis parrochial. de Brageraco et castellaniae dicti loci 50#. semel, … inter eas dividendas. Item omnibus ecclesiis parrochiae de Montinhaco et castellaniae dicti loci 50#. etc. … Item pro dotandis puellis pauperibus quae traxerunt originem castellaniarum et villarum de Ponte et de Brageraco 200#. turon. semel. Item dilectum meum filium nostrum Heliam Rudelli facimus et instituimus heredem nostrum universalem. Item posthumum sui partum quem dilecta et carissima uxor nostra Isabella de Levis gerit in ventre, si sit masculus, heredem nostrum facimus in Castro Mauronensi[271] cum suis pertinentiis. Si vero duos masculos pareret dicta uxor, volumus quod ille qui post

page 70 / Chap. XI

primum nascatur habeat de bonis et rebus nostris 200 #. annui redditus currentis monetae quas sibi assignari volumus per heredem nostrum ptraedcitum in terra sua [plusieurs mots rayés] …. Et si contingeret ipsum filium descedere qui primo nascetur ex ista conceptione[272] …. sine liberis … volumus quod alter filius qui post primum nacatur si sint duo fratres succedat alii qui primo nascetur et eidem filio primo nascituro alium filium ultimum nasciturum in casu praedicto heredem sustituimus. Si vero uxor nostra … pariat feminam ipsum heredem instituimus in trecentis libris curr. monetae assignand. eidem in terra nostra per dictum Heliam Rudelli heredem nostrum et amplius damus et legamus eidem duo millia libras currentis monetae semel solvendas eidem de bonis nostris … ad dotandum eandem, et quod tantum habeat de bonis maternis jure institutionis. Et si Helie Rudel et les autres mouroient sans enfans il substitue ses biens à son tres cher oncle, dominum Hugonem Bruni comitem Marchiae. Et si celuy-ci mouroit sans enfans, il veut que tous ses biens reviennent à ses cheres sœurs, dominam Garnasiam vicecomitissam de Rupe Cavardi et dominam Hyolendam dominam de Mastas, il fait quelques legs à sa femme qu’il nomme tutrice d’Heie Rudel, et nomme pour executeurs testamentaires Hugues Bruni son oncle comitem de Marchiae dominum de Coyet, Raym. vicecom. de Torennae, dominos Adhem. Gibrani et Bertrandum de Feleto[273] milites, dominum Guillelmum Petri rectorem ecclesiae de Cayssac et Raym. Buada … Datum die jovis post festum beati Bartholomei apostoli, an. 1302. Suit un autre testament du meme Regnault de Pons, dominus de Ponte, Brageraci, Montinhaci et Gentiaci [------][274] legs ut supra. En ajoutant un legs pour les eglises de Gentiac, il institue encore Helie Rudel son fils son heritier universel. Item Johannam de Ponte dilectam filiam nostram dotari volumus per dictum heredem nostrum et eidem Johannae damus et legamus quinginta libras monetae currentis renduales quas sibi volumus et praecipimus assignari et assidi per dictum heredem nostrum in bonis nostris, in bonis et competentibus locis, nisi tamen carissima uxor nostra Isabellis de Levis aliam prolem a nobis susceperit quo casu dictae Johanne filiae nostrae jure institutionis legamus trecentes libras monetae currentis renduales in bonis nostris. Et s’il n’y avoit point de nouveau fils, et que Helie Rudel vint à mourir sans enfans, il luy substitue ladite Jeanne, comme heritiere universelle. Et si tous ses enfans mouroient sans posterité il leur substitue ses deux soeurs, donnant à Garnesia, castrum et castellaniam nostr. de Brageriaco et de Ponte, et dictam Hyolendini in residuo terrae nostrae. Le reste ut supra. Nomme pour executeurs testamentaires : dominos comitem Marchiae (son oncle), [G---mum][275] de Lesinhaco dominum de Coyet, fratrem Guidonem de Levis ordinis Fratrum Minorum, dominum Petrum de Levis legum professore, dominum Bertrandum de Feletz militem, dominum Guill. Petri rectorem ecclesiae de Cussaco et Bertrandum Buada … Actum et datum Bragairaci mens. septembris die sabbati post Exalt. S. Crucis, anno 1305, etc. Sur vidimus de 1318, avec paraphe, in pergameno.

_______________________________

Testament de Gerald de Peytort, par lequel il institue Guy, son fils, son héritier universel (1296)

In dossier E 840 aux AD 64.

[276]Testament de Geraldus de Peylort[277]. (Il) fait heritier universel son fils, Guidonem. Lego cappellano ecclesiae Sancti Pardulfi praedicti pro salute animae meae septimum tricenum gacgium meum et annuale semel solv. … Item lego fratribus de Chautrec (ou Chantrec) unam refectionem vel quinque solidos, pro eadem et conventu de Bosco Cavo 20 sol., et conventui de Petrosa 20 sol., et conventui de Bobonio panem et vinum, et conventui de Ligurio 10 sol., fratribus de Nontronio unam refect. et 20 sol. ad opus eorumdem, …. Fratribus Praedicatoribus

page 71 / Chap. XI

centum solidos. Item confratriae Datorum de Nontronio 60 solidos semel pro emendis quinque solidos renduales ad opus dictae confratriae, quandiu duraverit. Quod si dictum confratriam cessare contigerit, praedicti quinque solidi ad heredem meum libere devolvantur. Item volo et ordino quod confratres praedictae confratriae omnes mea inter sint sepultur. nostrae, secundum quod est in suis constitutionibus ordinatum, et fiat eisdem confratribus refectio … Item lego … Templo et Hospitio cuilibet XII denar. semel. Item lego negotio transmarino X sol. semel … Actum et datum, 10 juin 1296. In pergam. Et pendent IX sigilla.

_________________________________

Testament de Guillaume de Magnac, le Vieux, chevalier de Nontron (1252)

In dossier E 749 aux AD 64.

[278]Testament de Guillaume de Manhac senior, miles … Lego ecclesiae de Nontronio septennarium et tricennarium guatgium et annuale, et duodecim denarios renduales majori ecclesiae et quendam calicem, rectori ecclesiae de Nontronio 5 sol., duobus vicariis cuilibet 3 sol. , priori de Nontronio 5 sol. inter omnia, et 12 denar. rendual. omnibus presbyter. qui meis exequiis interfuerint cuilibet 13 d., diaconis 7 denar., majoribus clericis 4 denar., minoribus 2 denar. … domui helem. de Nontronio quodam lectum garnitum, et 12 denar. rendual. omnibus ecclesiis de honore et districtu de Nontronio, cuilibet septennarium cum luminari, abbatiis de Petrosa, de Bosco Calvo, de Grosso Bosco et de Leguers et domibus de Fontanis et de Bobonio et de Boscodau, et de Chautet cuilibet refectionem quamdam, domino Papae obolum aureum, ad aedificium ecclesiae biturcensi 12 d., ad aedificium ecclesiae  lemovic. 2 sol., ad aedificium ecclesiae Sancti Martialis lemovic. 2 ,sol., monasteriis Sancti Augustini et Sancti Martini et de Regula et pauperibus Sancti Geraldi et leprosis deu Cros lemovic., cuilibet locorum : 12 denar., Praedicatoribus refectionem quamdam, et 5 sol. Fratribus Minoribus totidem, episcopo lemovic. guatgium, beatae Mariae de Podio X sol., beatae Mariae de Rupe Amatoris X sol., hospitali de Rocidis Vallibus 5 solidos, hospitali de Alto Passu V sol. , Terrae Sanctae X sol., Margaritae nepti meae moniali de Leguers unam tunicam vel viginti solidos, beatae Mariae de Buxia V sol. … Volo et praecipio quod Iterius et Willelmus layci, Helias et Ademarus clerici, fili mei, habeant in evantagium omnia adquisita mea ubicumque sint … Datum die lunae post Exaltat. Sanct. Crucis an. 1252. Quia vero sigillum proprium non habebam[279], sigillo venerabilis capituli de Nontronio jussi presentes litteras consignari. Ex autograph., et pendoit un sceau, dont il ne reste que la double queue en parchemin.

___________________________________

Testament de Pierre de Castillon, chevalier, vicomte de Castillon et de Benauges, seigneur d’Aubeterre etc (1284)

In dossier E 710 aux AD 64.

[280]Testament de Pierre de Castilhon.

In nomine Patris etc. Noverint universi quod anno Domini M° CC° LXXXmo quarto die veneris vicesimo primo die julii apud Kaernarvon[281] in Wallia, ego, Petrus de Castellione miles in praesentia religiosorum virorum fratris Gualterii de Winterburn. et fratris Roberti de Clamafort ordinis Fratrum Praedicatorum, in praesentia etiam domini Poncii Espleytat militis, Poncii Amati clerici decurii, Bertrandi de Podio Guillelmi, Garciae de Roncio, Heliae Charment et Amati de Domazano, testium ad hoc vocatorum et rogatorum. Sanis mente per Dei gratiam licet infirmus corpore meum praesens testamentum condidi in hunc modum, et in primis eligens sepeliri de meo corpore apud abbatiam de Faezia burdigal. dyocesis, quod illud defferri commode poterit, volo quod residuum mei corporis sepeliatur in loco fratrum ordinis Praedicat. apud Bangoriam et lego amore Dei, pro salute animae meae conventui eorumdem fratr. ordinis Praed. apud Bangoriam centum solid. sterlingorum. Item lego abbatiae praedict. de Faezia, si contigerit quod dominus Helias de Castellione frater meus terram

page 72 / Chap. XI

quam dudum habui et intendo debere habere recuperet, quindecim libras annuas redditus monetae currentis in partibus burdegal. Si vero ipsam terram et hereditatem non recuperaverit lege eidem abbatiae quinquaginta libras dictae monetae currentis in partibus burdegal. Item lego conventui fratrum ordinis Minor. Albae Terrae petragor. diocesis viginti quinque libras ejusdem monetae currentis. Item lego conventui Fratribrus ordinis praed. apud Sanctum Emilianum burdigal. dyocesis supradictae viginti quinque libras ejusdem monetae. Item lego in subsidium Terrae Sanctae Jhrlm viginti quinque libras ejusdem monetae. Item lego Iterio de Manhac et Hugoni de Manhac fratribus et Petro de Gotz cuilibet ipsorum trium centum libras ejusdem monetae. Item volo quod dictus dominus Helyas frater meus et Aymericus de Castellione praeteritis aliis creditoribus meis si qui fuerint debita in quibus inveniar eis tenere recuperint … Item volo quod Margarita de Castellione mea filia sit contenta de donatione quam ei dudum feci de dicto loco Albae Terrae et aliarum rerum secundum tenorem dictarum litterarum eidem Margaritae super hoc confectarum. Et eandem Margaritam in ipsis rebus donatis michi heredem instituo. In omnibus aliis bonis meis immobilibus et mobilibus, actionibus et juribus quae habeo vel habere debeo dictum dominum Helyam meum fratrem mihi heredem instituo. Et volo quod si idem Helias sine herede ex uxore obierit medietas hereditatis hujusmodi quam eidem in praesenti testamento relinquo, deveniat ad quos ipse Helyas voluerit, alia vero medietas ipso sine herede ex uxore, obeunte deveniat ad Mariam filiam meam uxorem domini Petri Raymundi de Auzilhaco quam Mariam in illa medietate cum evenerit michi heredem instituo … Hujus testamenti mei ordino et facio executores meos dictum dominum Helyam fratrem meum, et heredem principaliorem executorem, dominum Arnaldum de Geronda militem, et Aymericum de Castellione praedictum … In cujus rei testimonium sigillum meum una cum sigillis testium praedictorum qui sigilla habebant prae manibus procurari appendi. Actum anno, die et loco praedictis. Ex autograph., et pendoient 8 sceaux (perdus).

____________________________________

Testament de Jeanne de Périgord, dame de Laverdac, en faveur du cardinal de Périgord (1342 v. st.)

In dossier E 624 aux AD 64.

[282]Vidimus fait par l’official de Bordeaux en ancre verte, le dernier may 1345 indict. 13e du testament de Jeanne de Petragoris dominae loci de Laverdaco … sub data 8 die exitus mensis augusti anno  Domini 1342. L’official ne le donne qu’en extrait et seulement la clause suivante : dicta domina testatrix fecit et instituit suum heredem universalem in omnibus et singulis bonis suis mobilibus et immobilibus, redditibus, castris etc. reverendum in Xpo patrum et dominum Talayrandum de Petragoris sacrosanctae romanae ecclesiae cardinalem solutis dumtaxat prius per eundem vel ejus procuratorem suis debitis et legatis superius in isto praesenti suo testamento et in alio facto in Avinione contentis … volens ... dicta domina testatrix quod sublato de medio dicto domino cardinali heredi suo praedicto per obitum ejusdem quod nobilis et potens vir dominus comes petragoric. qui nunc est, si supervixerit eidem domino cardinali vel alias ille dominus comes qui tunc erit quem eidem domino cardinali dicta domina testatrix ibidem incontinenti in dictis suis bonis … in tota sua baronia solutis suis debitis … substituit et instituit sibi heredem universalem … sic quod dominus cardinalis in vita neque in morte de proprietate dictorum bonorum immobilium dumtaxat neque de possessione eorumdem alienare, donare, vendere, impignorare vel alias in aliam personam quam in dictum dominum

page 73 / Chap. XI & XII

comitem transferre possit nisi pro solvendo [------][283] etc. dominae tutricis etc. … adjicens insuper dicta domina testatrix quod per illam institutionem heredes sancta ecclesia romana aut aliquis alius quam dictus dominus comes ratione praedict. aliquid jus habere possit seu venditare valeat in bonis suis … et quod consules et habitatores locorum de Lavardaco, de Faugaroliis et de Cauderoa et aliorum locorum qui nunc sunt … teneantur domino cardinali praedicto vel ejus procuratori seu procuratoribus et eodem modo in casu quae praedicitur dicto domino comiti praestare juramentum fidelitatis etc.

__________________________________

L’extrait du testament de Françoise de Bretagne comtesse de Perigord et vicomtesse de Lymoges est dans mon IVe recueil, ch. 46, n° 1.

__________________________________

ARMOIRE du Perigord

CHAPITRE XII

Aliénations faites par Alain, sire d’Albret, et Jean d’Albret, roi de Navarre, en Périgord et en Limousin (1510)

[284]S’ensuit l’extrait des allienations faites par feu mgr messire Alain d’Albret et le feu roy de Navarre (cette piece qui est un cayer en papier, d’une ecriture vers 1530, 1540, est de plusieurs mains, informe, sans signature etc. Il y a six especes d’ecritures dans les 10 feuilles ou 20 pages qui sont ecrites. 7 des feuilles ou 17 pages de la fin sont en blanc).

Alienation de la moitié de Lisle.

[285]Par devant etc., Jean de Laval notaire, 19 nov. 1510, noble Jean de Puyguyon au nom du roy de Navarre … vend. à noble Jehan de Lyoncel la Tourelle, justice haute, moyenne et basse que au roy appartenoit en la ville et parroisse de Lisle du comté de Perigord, cens, rentes, achaptes, fiefs, hommages et tous autres droits au dit sgr, reservé seulement l’hommage, ressort par appel au juge d’appeaux de la dite comté pour le prix de 1000 livres tourn., et promirent faire ratifier audit feu mgr ledit Alain etc.

Item en ledit jour … par devant ledit notaire ledit acheteur bailla auxdits sires procureurs faculté de rachapter les dites choses vendues pour le dit pris et loyaux decoustements, dedans vingt ans lors prochains.

2 may 1512, à noble Jean Chapt de Rastignac toute la justice du lieu, bourg et parroisse de Cornhiac etc. avec remeré … etc.

Pariage fait entre l’abbé du chapitre de St Astier, et Alain d’Albret comte de Périgord (1466 v. st.)

Signalé in dossier E 649 aux AD 64[286].

[287]Par devant feus mes Genestet et J. de Rivo l’an mil quatre cens soixante six le dix neuviesme jour de janvier (en toutes lettres) messire Bertrand de Lur chevalier seneschal d’Albret et du comté de Perigord, Charles de Bernes maistre d’hostel dudit sgr comte et maitre Pierre Pelisses chancellier ez comté de Perigord, et vicomte de Lymoges pour mondit sgr le comte et vicomte en la ville du Puy-St-Front à Perigueux comme procureur du sire Alain d’Albret et de dame Françoise de Bretagne sa femme d’une part, et messire Joubert Reynier abbé, Arnaud de La Viviere et autres chanoines de l’eglise collegiale de St Astier et messire Jehan de Ariveriis seindre[288] de la dite esglise d’aultre part, les dits parties mirent en commun pariage ce et comme s’ensuit, à scavoir mondit sgr le comte met en le susdit pariage et associe les dits abbé et chapitre en la toutelle justice et hommages qu’il ha et aura en toute l’honneur et chatellenie de St Astier et en tous droits et devoirs deppendans de jurisdiction.

Item et les dits abbé et chapitre accompaignent le dit sgr comte en toute leur jurisdiction qui leur appartient en la dite chatellenie de St Astier et en tous hommages que leur appartenoient et appartiendront au temps advenir en quelque manière que ce soit et quelque part qu’ils soient.

Item et se edifiera maison commune forte pour garder les prisonniers et pour faire le guet.

Item et est dit que lesdits abbé et chapitre presenteront audit sgr comte le vigier, juge, procureurs et autres officiers necessaires à l’exercice de la justice et le dit sgr comte de les instituer sans difficulté, lesquels feront le serment audit sgr comte et aux dits abbé et chapitre, de bien exercer la justice au nom commun, ce qui est suivi de 23 autres articles.

Autres aliénations

[289](D’une ecriture differente) Bordeilhe et [-----][290] au feu sgr de Bordeilhe. L’on ne scait qui a reçu l’instrument et sense vendu sept mil livres tourn. ou pacte de remeyre[291] passé à eux et XX lui a.

Item Ribeyrac, Larche, à feu capitaine Odet d’Aydie, l’on ne scait qui a reçu l’instrument.

Item Moncuc et le sgr de Grali Gensac le tient ou le sgr de Ribeyrac, l’on ne scait qui a reçu l’instrument.

Item la parroisse de St Sulpice en remeré qui dure, à noble Etienne Vigier sgr de Primilhac et noble Marguerite sa fille heritiere le tient et en est procès pendant au seneschal de Perigueux Joubert de Velle en a reçu l’instrument

page 74 / Chap. XII

Fossemagne : aliené à feu mr de La Motte, remeré passé. Je ne scai qui a reçu l’instrument, mais le sieur desquelles qui tient la piece a promis le montrer.

La chastellenie de Larche : le roy tient la moitié reserve du château, l’autre moitié et tout ce château, tient le sgr de Sallagnhac, et en est procès pendant à Bourdeaux, pour 4000 livres de ce tout. Je ne scai qui a reçu le contrat.

Item plus par devant ledit de Laval notaire, le XXIe jour de nov. l’an 1510, les dits procureurs (comme au fol. 8 r°) vendirent à perpetuité à noble Antoine Helies de Coulonges, sgr de La Mothe la toutelle justice appartenant au dit roy de Navarre

Et la parroisse d’Abzac membre dependant de la chatellenie d’Aulberoche du vicomté de Lymoges cens, rentes, fief, acaptes, guets, molys et tous aultres droits sans rien excepter hormis le hommage et ressort d’appeaulx plus toute la justice des villages de Sarlande et de Fontalyran et de leurs appartenances assis en la parroisse de Bars, chatellenie de Montinhac etc.

Il y a dans ce cayer environ 38 alienations.

________________________________

Document non signalé dans la table des matières (1446)

Jean de Bretagne, comte de Perigord, vend à noble homme Jean de Carbonniere, domicello, domino de Jayaco sarlatensis diocesis, 53 livres de rente sur le repayre de Lavau, parroisse de Cossac, les mas de Peira Ficha, de Soyrac, meme parroisse etc. 1446, b. Augusti, sur papier signé : de Benna (original). Ce Cossac ou Coussac est dans la chatellenie de Segur, ressort de la senesch. de Lymoges.

________________________________

Document non signalé dans la table des matières (1500)

Lettres royaux de Loys 12, donné à Bordeaux le 23 octobre 1500, par lesquelles le roy Jean de Navarre est relevé pour poursuivre les alienations faites dans ses comté de Perigord et vicomté de Lymoges, tendis qu’il etoit en bas age et mineur, par son père Alain d’Albret. Suit la dispense du serment du vicaire general de l’eveque de Lymoges, en faveur du roy. Ces lettres de dispence sont expediées par : Pierre Barthonis in utroque jure licenciat. humil. abbas Sancti Augustini prope et extra muros Lemovic., vicariusque generalis in spirit. et temporal. reverendissimi Johannis Dei gratia Lemovic. episcopi ejusque officialis, 20 janvier 1500.

_________________________________

Extraits des ventes faites par Mr La Mabillière en Bordelois, Périgord et Limousin (1515).

In dossier E 682 aux AD 64.

[292]S’ensuivent ce que Mabilliere a vendu en Bordelois, Perigord, Limousin, ensemble le revenu que les chouses vendues peuvent valoir pour an, pris cy après declaré. Scavoir est la charge de froment[293] à 40 sols tournois (il fait la charge 2 boisseaux), la charge seigle 30 sols, la charge avoine 20 sols, la charge de vin à 25 sols, la livre de cire à 3 sols, la geline 12 deniers, le chappon 20 deniers (ecriture vers 1520).

Au sgr de Franes a été vendu la rente qu’il devoit sur les maisons et maitairies pour 350 livres que montent … froment 2 boisseaux 40 sols … somme IIII l. VIII s. six deniers.

A Montignac au sgr de Sauveboeuf, pour 3800 livres, la moitié de la parroisse du Bas en toute justice avecques les dismes. Les dismes à communes années 40 charges de touts bleds = 80 livres, plus … etc.

[294]Au curé de Bernac, pour 600 livres, la justice des villages de Fontas Peytaux, de Las Combas en la dite parroisse de Bernac et la rente due à cause des dits villages montans : … froment, 3 charges, 3 quartons : 3 l. 15 s., avoine 3 charges et 3 … : 3 livres 4 sols 6 deniers., argent 24 sols, gelines 8 ….

Au sgr de Losse, pour 1200 livres, la parroisse et justice de Tonac en pacte de rachapt etc.

Au sgr de Liourac, pour 1000 livres, toute la parroisse et justice de St Lions, pacte de rachapt.

A Auberoche, au second president, les parroisses et justice de Milhac et de St Anthoine pour 4000 livres remeré.

Au sgr de Lardimalie, pour 600 livres, la parroisse et justice de Chinac remeré.

Au 1er president, les parroisse et justice de Cujat, pour 1200 livres remeré.

Ans, au sgr de Rastignac, pour 2500 livres, la parroisse et justice de St Rabier, sans rachapt.

Le sgr de Feletz a acquis une partie de la parroisse d’Aubas pour 2000 livres.

Les n°s 12, 13, 16, 17 ne sont que des repetitions de ce meme mémoire, tous informes et plus abbregés.

________________________________

Vente faite par Alain d’Albret et dame Françoise de Bretagne, sa femme, à François de Bourdeille, seigneur et baron dudit lieu, de la terre et seigneurie de Bourdeille, pour le prix de 4000 écus d’or, sous la réserve de l’hommage et ressort d’appel. (1480 v. st.)

In dossier E 704 aux AD 64.

[295]In nomine Domini, amen. Noverint etc., quod an. 1480, 14 febr., personaliter constitutis altissimis et potentibus

page 75 / Chap. XII

principibus et dominis domino Alano domino de Lebreto et domina Francisca de Bretagn. ejusdem domini socia et uxore … ex una parte et nobili ac potenti viro Francisco de Burdelia domicello barone et domino dicti loci de Burdelia, de Brantolmio, de Turre Alba et de Boursaco, pro se et suis etc. parte ex altera, praefatus dominus comes et domina comitissa … vendiderunt ad perpetuum et ex causa et nomine venditionis perpetuae … dicto nobili viro Francisco de Burdelia domicello domino barone … et domino dicti loci … videlicet eorum castrum quod habebant apud Burdeliam petragoricensis diocesis et senescalliae prope castrum contiguum ipsius Francisci de Burdelia emptori, et eorum partem villae, burgorum et castellaniae praedictae de Burdelia prout ad ipsos dominum dominum de Lebreto comitem et ipsam dominam comitissam ad causam ejusdem dominae comitissae pertinet et spectat, seu ante hujusmodi venditionis contractum spectabat et pertinebat spectareque et pertinere consuevit suis praedecessoribus ab antiquo usque ad fluvium Dronae a parte villae Petragor. prout duxat et se extendit usque ad castrum partem villae, burgorum et castellaniae dicti domini de Burdelia emptoris et jurisdictione locorum et castellaniae de Brantolmio, de Condato, de Agonaco, pariagii communis inter ipsos dominum comitem et comitissam et capitulum ecclesiae collegiatae Sancti Frontonis Petrag., de Merlandia, de Monte Inciso, et de Insula, suamque jurisdictionem altam, mediam et bassam, merumque et mixtum imperium, et exercitium illorum et quod ex inde dependet … pretio et nomine pretii quatuor mille scutorum auri puri, boni et recti ponderis cugni domini nostri Franciae regis, valor. cujuslibet triginta duorum solid. et unus (sic) denar. turon. monet. … nisi solum et dumtaxat unum homagium ligium cum juramento fidelitatis, sibi et suis heredibus et successoribus retinuerunt dicti dominus comes et domina comitissa, après avoir mis toutes les clauses pour deroger aux droits des femmes pour la conservation de leurs biens dotaux etc., dictus dominus de Burdelia praefato domino comiti et dominae comitissae fecit dictum homagium existens genibus flexis et manibus complosis ante ipsum dominum comitem, et praestitit fidelitatis juramentum, et comme le comte et comtesse etoient en procès, on insere des lettres du roy pour deroger à la clause qu’on ne peut vendre des biens en litiges sic :

Loys par la grace de Dieu roy l’humble supplication de nos tres chiers et ames cousin et cousine Alain sgr d’Albret et dame Françoise de Bretagne sa femme comte et comtesse de Perigord, avons reçue contenant que … ils sont vrais sgrs et possess. avec nostre bien amé François de Bordeille de certaine partie du château, terre et seigneurie dudit Bordeille … laquelle part … ont deliberé céder … audit François, … mais d’autans que au moyen de ce que ladite comté de Perigord est en procès par devant nous entre nos tres chier et amé neveu le comte d’Angoulesme d’une part et aussi nostre tres chier et amé cousin Jehan de Brosse chevalier, sgr de Boussac, et nostre tres chiere et amee cousine Male (sic) de Bretagne sa femme d’autre part etc. Nous donnons … de grace speciale par ces presentes non obstant de l’ordonnance faite de non faire transport des choses etant en procès, etc., licence et congié aux dites parties etc. Donné à Bourdeaux le Xe janvier 1480 etc. [-----] etc., signé de Moraville, avec paraphe, ex authentico., in pergam., in duobus pellibus. Copie legale du temps, auquelle est attachée la protestation de Françoise de Bretagne contre cette vente, la protestation n’est (ni) signée ni paraphée.

________________________________________

page 76 / Chap. XII

[296]Testament d’Itier de Magnac, chevalier de Nontron. (non transcrit, simple description du sceau) (1352)

In dossier E 764 aux AD 64.

[297]Au chapitre XI des testaments etc., n° 32 sont deux testaments signés et scellés en parchemin, de Itier de Magnac chevalier de Nontron, du dernier septembre 1352. L’un et l’autre est scellé d’un sceau pendant en cordons de soye verte. Ces deux sceaux[298], substient l’un et à l’autre, c’est le sceau de P. archeveque de Narbonne qui l’a fait apposer à la priere du testateur, or ce sceau à cela de remarquable qu’il est formé de deux cirés. Sur une masse de cire jeaune ordinaire long. de plus de 4 pouces et large de plus de deux en ovale, epaisse d’un pouce arondie par-dessous et plate dessus. Sur cette face est appliquée une couche de cire rouge de l’epaisseur d’une ligne sur laquelle est empreinte le sceau de l’archeveque, c’est un archev. placé sur son trone, en habits pontificaux, à droite et à gauche est un ecusson chargé d’une croix cantonnée de etc. et [aut---][299] l’inscription Na (Hist. Languedoc) magister Simon Textoris notarius publicus de Caun. et totius terrae monasterii de Caunen. per dominum abbatem Caunen. institutus recepit instrum. … Petrus de la Martonia parrochianus de Milhaco petrag. diocesis etc. praesent.

__________________________________

Lettres du roi Charles V par lesquelles il confirme la donation que Louis duc d’Anjou avoit faite en novembre 1369, à Lambert de Boniface, écuyer, de la baylie de Beauregard-de-Crempse, n’excédant pas la somme de 60 livres de revenu annuel (1371).

In dossier E 629 aux AD 64.

[300][301]Karolus Dei gratia etc. Nos vidisse litterras carissimi germani nostri etc. tenor etc. Ludovicus regis quondam Francorum filius domini mei regis germanus ejusque locumtenens in occitanis partibus dux andegavens. et comes Cenomiae, notum facimus universis tam praesentibus quam futuris quod attentis multiplicibus laudabilibus servitiis temporibus guerrarum proxime praeteritorum et praesentium factis dicto domino meo regi et suis praedecessoribus per Lambertum Bonifaci armigerum tam in custodia villae et civitatis Petragor.[302] quam in captione loci de Sancto Asterio per gentes domini mei regis a manibus hostium suorum erepti, dicto armigero procurante, dudumque tractando cum majore consulibus et habitatoribus villae Petrag. super recognitione superioritatis et ultimi ressorti dictarum villae et civitatis per eos facienda. Ibidem Lambertus multipliciter laboravit ad ipsam recognitionem effectui deducendam de quibus praemissis servitiis nullam remunerationem extitit assecutus, prout de iis omnibus summus plenarie informati, igitur attentes praemissis cum dignum sit eos favore prosequi glorioso ea dicto Lamberto tamquam benemerito pro se et suis heredibus causamque habentibus ab eis … dedimus … ad hereditatgium perpetuum … auctoritate regia et nostra … praeter alia dona per nos sibi facta bayliviani loci Belli Regardi de Crempsa petragoricensis diocesis per inimicos regis et nostros ad praesens occupati et detenti et domino meo confiscati propter rebellionem et alia erga dictum dominum meum et nos per ipsos inimicos commissa cum emolumentis dictae bayliviae … eo modo quo Guillermus d’Arrantona de parte principis Walliae, dum viveret, rebellis domino meo et nobis tenebat et explectabat eandem. Summam sexaginta librarum turon. annuatim non exedent. in cujusmodi loci acquisitione et ut ad veram domini mei regis hobedientiam reducatur, dictus armiger pro posse suo fideliter laborabit, ad habendum et tenendum etc … dantes tenore praesentium in mandatis senescallo petrag., qui nunc est vel pro tempore fuerit, seu ejus locum tenenti quathenus ipsum Lambertum, seu ejus procuratorem pro eo, in possessionem realem et actualem praemissorum donatorum inducat … quod ut firmum etc. Actum Tholosae anno Domini 1369 mense novembris … quas quidam litteras confirmamus etc. Datum Parisiis anno Domini 1371, et regni nostris octavo, mense julii. Et sur le repli, per regem, ad relationem concilii etc. Ex autograph. in pergam., et pend un cordon en soye rouge et verte, dont le sceau est perdu.

___________________________________

Donation faite par Jean duc de Normandie fils ainé et lieutenant du roi Philippe de Valois, à Roger-Bernard comte du Périgord, du lieu de Montancès qui avait appartenu à Gaillard de Saint Astier (1344).

In dossier E 771 aux AD 64.

[303]Johannes primogenitus et locum tenens regis Franciae, dux Normanniae, comes Pictav., Andegav. et Cenomaniae, notum facimus universis tam praesentibus quam futuris quod

page 77 / Chap. XII

cum Galhardo de Monte Inciso milite olim domino dicti loci de Monte Inciso in senescallia petrag. existente, locus ipse de Monte Inciso, per inimicos et rebelles dicti domini et genitoris nostri ---------- etiam quam circa ipsius loci custodiam flagrante guerre dictus miles habuisse dicebatur, occupatus et inde dilecto et fideli comite petrag. laudabilem et dicti domini et genitoris nostri ipsiusque comitis gentibus diligentiam praestante inimicis praedictis ab eodem loco armorum potentia expulsis ad ejusdem domini et genitoris nostri obedientiam reductus, et sub manu dicti domini et genitoris nostri detentus ex tunc fuerit, et teneatur adhuc ab commissam per inimicos et rebelles dicti domino et genitori nostro seu ejus gentibus et adherentia dicti loci rebellioni et perpetrata in ipsius domini et genitoris nostri subjectos multiplicia delicta ac dicti militis negligentiam praedictam, dictusque locus de Monte Inciso cum suis universis pertinenciis et juribus de feudo dicti comitis moveatur et teneatur per dictum militem ab eodem comite ante occupationem praedictam et ad ipsum jura vassalatica ejusdem loci pertineant, nosque idem comes instanter requisivit ut vassalum in dicto loco de Monte Inciso ydoneum non sibi suspectum dare aut locum ipsum et ejus pertinentiis et juribus praedictis relinquere gratiose vellemus, nos igitur matura super hiis habita cum nostro consilio deliberatione attendentesque et nostrae meditationis ex examine revolvente fidei paritatem, sincerum devotionis affectum quas dictus comes et sui praedecessores ad dictum dominum et genitorem nostrum et suos praedecessores quondam Franc. reges longevis temporibus habuerunt, et quibus sicut etiam fidedignorum tenet assertio ejusdem domini et genitoris nostri suique regni dictus comes zelare dignoscitur honorem ac multiplicit. gratuitaque et acceptabilia servitia per ipsum comitem dicto domino et genitori nostro impensa, diu, fideliter et devote, eidem comiti pro se et successoribus suis universis dictum locum de Monte Inciso cum omnimoda, alta, media et bassa jurisdictione, meroque et mixto, imperio, redditibus, proventibus, pedagiis, nemoribus, molendinis, censibus, servitutibus, dominationibus, terris, aedificiis, homagiis, hominibus, juribus et deveriis aliis universis dicti loci et ejus pertinentiarum et quidquid juris in eisdem dicto domino et genitori nostro ob praemissa competit, damus, concedimus tamquam benemerito donatione pura et simplici inter vivos facta perpetuo valitura utile dicti loci Montis Incisi et aliorum praedictorum deveriorum cum directe dicti domini comitis dominio uniendo et soldando ad habendum et tenendum suosque et successorum suorum omnium omnimodas voluntates faciendum auctoritate regia, de certa scientia etc. … retentis tamen superioritate, ressorto et alio jure competenti dicto domino et genitori nostro ante occupationem et captionem praedictas in dicto loco dumtaxat concedente sibi placuerit aedificia in dicto loco et ejus pertinentiis construeri facere valeat, nonobstante quod praemissa primeva aedificia fuerint destructa …. Quae ut firma et stabilia … sigillum secreti nostri majore absente

page 78 / Chap. XII / XIII

praesentibus litteris duximus  apponendum … Actum et datum in Montepto, anno Domini M° CCC° quadragesimo quarto, mense julii. Et sur le repli, per dominum ducem praesente domino Bellav., et pendoit le sceau dont on voit le trou du cordon, perdu. Ex autograph., in pergam.

____________________________________

ARMOIRE du Perigord

CHAPITRE XIII

Cédule de la somme de 1000 écus d’or, faite par le roi Louis XI, au sire d’Albret, pour lui avoir rendu un prisonnier (1476).

In dossier E 76 aux AD 64.

[304]Nous Loys par la grace de Dieu roy de France promettons payer à nostre très chier et amé cousin le sire d’Albret la somme de mil escuts d’or dedans la feste de la Purification Nostre Dame prochainement venant ou plus tot s’il se peut fayre et ce pour la rançon d’un sien prisonnier natif de Guibasque nommé Martin Peris sgr de Mesquite qu’il nous a aujourd’huy baillé et livré en nos mains et duquel il a quitté la foy, en temoign de ce nous avons signé cette cedulle de nostre main au Plessis-du-Parc le premier jour de decembre, l’an mil CCCC soixante seize . Et plus bas signé de la propre main de Louis XI[305]. Et plus bas : Picot.

_________________________________

Arrantement pour un an du château et châtellenie de Grignols, fait par Hélie Talayran (Hélie VII) comte de Périgord, à Grimoard de Veyrines donzel de Grignols (1304).

In dossier E 731 aux AD 64.

[306]Helie Talayrandi, comte de Perigord, et dominus de Granholio, arrante pour un an à Grimaud de Veyrines, donzello dicti loci de Granholio castrum suum et castellaniam dicti loci de Granholio et bayliam ejusdem loci cum molendinis et furno … cum omnibus et singulis redditibus … clamoribus, guatgiis et emendis et toto lo faynudrech castri et castellaniae praedictae, necnon et terram etc., prout praemissa eidem domino comiti tradita et concessa fuerunt per mutatione per dominum nostrum Franciae regem … Acta fuerunt haec apud Granholium et datum die veneris ante festum nativitatis beati Johannis Baptistae, anno millesimo CCC° tertio, regnante domino Philippo Dei gratia rege Franc., et pend le sceau de la cour commune de Perigueux. En parchemin.

_________________________________

Obligation et promesse faite par Naudonet du Lhac, de rendre le château de Bourdeille au comte de Périgord, ou à ses enfants (1391)

In dossier E 704 aux AD 64.[307]

You[308] Nandonet Durac me hobligui è prometti à la fè e al sagramen de mon cors aredre lo castel el luec de Bordelha a mossenhor lo comte de Peregort ne a sos efans et a tot home que y venha per nom de lhui portant so son sert especial mandamen et you prometti et juri sobre sanchs Diou evangelis que per neguna cauza que mossenher me fassa ni nulh autre ni per dente ni per promeza que mossenher ni re del seu me dega ni a nulh autre ni me puesca deure en temps passat ni del temps avenir que you ni nulh autre noloh aretenha et que you loh reda en eissi cum dessus es dich prodomalmen e leyalmen et en fermetat da questas causas sageli am mon propri sagel, escrich a Montinhac lo XV jorn del mes de setembre l’an mil et CCC e LXXXXI[309]. Et pend un sceau en une lemnisque à simple queue de parchemin (en cire rouge et au revers un creux. En parchemin, ex autograph.

________________________________

Significavit de la chambre apostolique en faveur de deux marchands de Florence qui avoient prêté à d’Archambaud IV, comte de Périgord, ou à ses procureurs chargés de ses affaires, la somme de 600 florins d’or (1323).

In dossier E 619 aux AD 64.

[310]Significavit de la chambre apostolique en faveur de deux marchands de Florence qui avoient preté à Archambault comte de Perigord ou ses procureurs chargés de ses affaires, Helie Vigier, miles Petrag., … et Gaufredi de Narciaco clerici ac etiam prioris ecclesiae secularis de Valduno[311] petrag. dioces. … an. Nativ. 1323, indict. VI, 23 d’aout.

________________________________

In dossier E 643 aux AD 64

[312]Guy de la Roche seigneur de Montendre ay promis et promets leaument en bonne verité avant par toujours alyé et adjoint à très redoubté et puissant sgr mgr Jehan de Bretaigne comte de Penthievre et de Pierregort vicomte de Lymoges, … pour luy servir, aider et secourir de corps et de biens amis, de toute ma puissance et savoir envers et contre tous vivans quelquonques de quelque estat, condition, puissance et noblesse et autorité qu’ils soient ou puissent estre, toutes et quantes fois que par luy requis en serai et me sera mandé, reservés toutes fois les personnes et seigneuries du roy, de mr le Daulphin et de chacun d’icelle, j’ay marqué cette cedulle de ma main et fait sceller de mon scel armoyé de mes propres armes … le penultième octobre 1440 , signé : Guyot de la Roche, et plus bas, par commandement de mondit sgr Majoris notaire, ex autograph., in pergam.

____________________________________

Quittance de Brunissende de Foix comtesse de Périgord (1315)

In dossier E 617 aux AD 64.

Quittance de Brunissende de Foix, comitissa petrag. … sigillo nostro sigill. Datum quinto kal. sept. 1315. Ex autograph., in pergam. (cancellé cruciale[313]) n° 40, en cire rouge, revers un [---][314] creux.

____________________________________

Quittance de la somme de 3000 sols donnée par l’abbé et le chapitre de Saint Astier à Archambaud III, comte de Périgord (1262)

In dossier E 612 aux AD 64.

Quittance de : Gaufridus abbas et capitulum Sancti Asterii, à noble homme Archamb. comte de Perigord, de 3000 sols de monoye courante du V des ides de juin 1262. Ex authentico. J’en ai donné une copie au chapitre de St Astier (n° 44). Ex authentico in pergam. : … vobis promittimus quod quando a vobis super hoc fuerimus requisiti, et integram pecuniam

page 79 / Chap. XIII / XV

scilicet tria millia sol. currentis monetae nobis offertis et solvetis infra quadriennium ab instanti festo beati Johannis Baptistae computandum pro dictis tribus millibus sol. vobis quitavimus etc.

____________________________________

Cédule de Phelipot de Leubat, capitaine de Talmont, de la somme de 100 livres, pour le fait de la Roche-sur-Yon (1369).

Référence non connue aux AD 64.

[315]Sachent tous que Phelipot Leubat cappitaine de Talemont ay eu et reçu par le commendement de noble et puissant sgr monsr James Dandelée sgr d’Oleuron lieutenant en Poitou et Limosin pour nostre seigneur le prince d’Aquitaine et de Galles de monsr Regnaut de Vivonne sgr de Poulle par la main de mons. Pierre Balcher la somme de cent livres monoye courante qu’il a presté pour le fait de La Roche sur Yon, donné soubs mon scel le VIIe jour de aoust l’an mil CCC sexente et neuf, en parchemin et pendoit un sceau à une lemnisque decoupée au bas en cire verte.

_______________________________________

(Chapitre XIV : nihil)

_____________

ARMOIRE du Perigord

CHAPITRE XV

Inventaire des meubles et papiers du château de Montignac (1521).

In dossier E 602 aux AD 64.

Inventaire des meubles et papiers du château de Montignac où etoient les titres de la vicomté de Lymoges et de la comté de Perigord, fait par Jean Guytard escuyer, licencié es droits sgr de Chambon, juge d’appeaux de la vicomté de Lymoges, appelé noble et venerable personne Bertrand Arnal dit de la Faye, abbé de Terrasson et son frere noble François Arnal (de la Faye) gouverneur du château de Montignac, du 2 juillet 1521, par ordre d’Alain d’Albret du XI juin 1521, après la mort du cardinal d’Albret etc..

____________________________________

[316]… plus une lettre de l’an 1445 faisant mention : comment la chatellenie de Varaigue et ses appartenances avoit été et etoit du ressort de la chatellenie de Nontron.

____________________________________

Inventaire de quelques titres retirés du Trésor de Nérac par ordre du roi de Navarre, vers 1523 :

Item une piece de parchemin contenant : la confirmation des privileges, usages et coustumes dont et desquelles le comte de Perigord a accoutumé jouir et user en ses terres, fiefs et arriere fiefs, et est ladite confirmation faite à Archambault comte de Perigord par Edouard roy d’Angleterre sgr de Jerusalem et duc de Guienne, données : prope Leyburnam, octav. die junii anno regni sui decimo septimo, cotté 2.

[317] Item des lettres de confirmation des donations faites par le roy Charles au comte de Perigord, et y a aussi plusieurs lettres mentionnées qui sont de grande importance touchant ladite comté de Perigort et mesmes de hommaiges de Limeuilh et Biron lesquels titres et documents furent envoyés au sgr d’Albret en cour … cotté 2.

Inventaire des papiers du château de Montignac fait en 1521. Signé P. Chatard.

[318] Enquete faite par laquelle il est montré que : la chatellenie de Thenon est du ressort du vicomte de Lymoges et y a unes lettres du roy Philippe attachée à la dite [ne----][319], par lesquelles lettres le roy ordonne au seneschal de Perigord de faire jouir le duc de Bretagne comme vicomte de Lymoges du ressort de la dite seigneurie de Thenon et de la ville de Tourtoyrac.

[320] Un instrument de transaction passé entre le syndic du chapitre de St Front de Perigueux et noble Guis Charnault de Bidayrine sgr de la seigneurie de La Roussille … à cause des villages de Valbeyon etc. reçu par me Marcial [Chamb---ni][321].

Inventaire des instruments du château de Montignac fait le 29 sept. 1513.

[322] Plus un autre instrument, de la date mil IIIc XXVI et le quinzieme jour après Pasques de certain accord fait et passé entre Archambault comte de Perigoure et l’abbé et chapitre de Notre-Dame de Chansallade touchant la jurisdiction dudit lieu.

[323] Item plus un acte fait par devant le seneschal de Perigoure l’an mil trois cent et seize par lequel appert que pour ce qu’estoit question et debat entre le comte et l’evesque de Perigueux à cause de la justice haute en la parroisse de Bassillac, la dite justice fut sequestrée.

[324] Plus certaines lettres par lesquelles est mandé : que les maistres de la monoye du comte de Perigort puissent joyr ez privileges ez quels les autres maistres du reaulme ont accoustumé de joyr, de date mil deux cens quatre vingt neuf, et le samedy avant Caresme prenant bailhées su roy Phelippes.

Plus une lettre de : assence par trois ans pour mille livres de la comté de Perigort faite par le comte à ung vege de Perigueulx l’an mil deux cens septante quatre.

[325] Plus un vidimus de certains privileges donnés aux habitans de Montignac occtroyés par le bastard d’Orleans.

page 80 / Chap. XV

[326] Plus (un) instrument de serment de fidelité que firent les habitans de Montignac à Archamb. comte de Perigord en date de l’an mil trois cent XI.

[327] Instrument d’acquisition faite par messire Jehan de Bretagne comte de Perigord de la seigneurie de Ribarac et d’Espeluches laquelle vendition fust faite par noble homme messire Jacques de Pons. Date de 1445 et 3e jour de janvier.

[328] Instrument de l’acquisition faite de Larche par messire Jehan de Bretagne comte de Perigord de messire Jacques de Pons de date huitiesme jour de juing heure de nonne, mil trois cent quarante deux (cette date doit etre fausse, il faut sans doute 1442 [----][329]

[330] Plus un instrument en parchemin contenant certain appointement fait entre messire Roger Bernard comte de Perigord avec Eyrard de Montpaon chevalier, fils de Guillaume de Montpaon et ce à cause de la tierce partie de la justice, de ventes et peages et fournage de la seigneurie de Montpaon, luy competer et appartenir. Daté de l’an 1350. Et le mardi avant la feste St George.

[331] Plus unes lettres patentes données à Monceau l’an 1347 (en toutes lettres), par lequel appert que le roy Philippe vendit après les guerres le chasteau d’Auberoche avec le Bastilhou par ce pris et somme de vingt mil florins de Florence.

[332] Plus certaines lettres dudit roy Philippe scellées en queue de cire verte de la surdite vendition dud. [----][333] quelques mots [----][334], par la somme de 24 mil florins d’or de la date 1346 au mois de novembre.

[335] Plus unes autres lettres patentes, datées au mois de novembre l’an mil deux cens quarante six (1346) scellées de cire verte par lesquelles appert que le roy vendit ladite chatellenie d’Auberoche pour 20 000 florins.

[336] Plus certaines lettres contenant certaine composition faite entre le duc de Guienne et le comte de Perigord à cause du château de Blaye.

[337] Plus certaines lettres d’Alfonse de Poytiers par lesquelles appert comment il donna au nom de douhaire à Archambault comte de Perigord pour raison de mariage que se fist entre ledit comte et Marie, parente de la comtesse de Poitiers, les chateaux de Banarsac et Ribec de Chauderou et autres pieces pour les sommes contenues ez dites lettres, date mil deux cens soixante et dix au moys de juing.

[338] Plus certaine donnation faite par Jehan fils du roy de France au comte de Perigourt des terres jurisdictions de Saint-Astier et de Montagrier, date mil trois cens XLV.

[339] Plus certaines lettres patentes données au siege qui estoit devant Vertel l’an 1356 et mois d’aoust par lesquelles appert que le roy donna au comte de Perigord la ville et château de Domme et la ville et château de La Tour Blanche, valant toutes deux cinq cens livres et avec autres lettres de vidimus d’icelles expediees par la chambre des comptes.

[340] Plus certaines lettres du roi Philipes par lesquelles a baillé par change au comte de Perigord Helies Taleyran la chatellenye de Puy-Normand, Villefranche, Beauregard, Saint Chastier, donné à Bourdeaux[341] l’an mil trois cens et cinq au mois de novembre.

[342] Plus certain double d’unes lettres octroyée par le roy Charles par lesquelles apert que le dit sgr mandoit que le comte de Perigort fust prins prisonnier.

[343]Lettres royaux par lesquelles le roy Charles constitue capitaine de Dome le sgr de Laigle, vicomte de Lymoges, daté 1438.

[344] Lettres par lesquelles appert que le roy bailla le château et place de Montraveau pour ce que l’archevesque de Bordeaux ne le gardoit des Angloys

[345] Procuration du cardinal de Talerand pour recevoir les foy et hommages à luy dus comme seigneur du château et chatellenye d’Auberoche et bastide de Bonneval.

__________________________________

page 81 / Chap. XV

Mémoire sur la succession au comté de Périgord, depuis l’arrêt contre Archambaud VI (c. 1530)

In dossier E 669 aux AD 64 ( ?).

De fait du procès du comte de Perigort

Archambaut comte de Perigord chargé d’avoir fait brusler les consuls de Perigueux en une cave[346], fut condamné bastir une chapelle en certaines reparations envers leurs heritiers et aussi envers la ville et chapitre de Perigueux, et declares à jamais exempts de luy et de ses successeurs, et luy banni du royaulme de France et ses biens confisqués, l’an mil trois cent seize (il faut lire 1396), et l’an après y eut autre pareil arret contre le dit Archambault à la requete d’autre partie.

Soubs coulleur des dits arrets, l’an mil IIIIc, obtint don du roy Charles Cinquieme son frere Loys duc d’Orleans dudit comté comme confisqué auquel il se meist par force d’armes et chasser ledit Archambault. Apres le duc d’Orleans est tué à Paris an m. IIII VII. Son fils aisné Charles duc d’Orleans avec Jehan comte d’Angoulesme est prins prisonnier des Anglois à Agincourt l’an 1415. etc.

François de Montberon et Louyse de Clermont sa femme fille de Alienor de Perigord et seule heritiere dudit Archambaut par la mort de Archambaut Taleyrand de Perigort, ses freres advertis que la dite comté ou partie etoit possedé par Jehan bastard d’Orleans obtint lettres du roy Charles VII l’an III XXXV addressantes à la cour de Parlement pour la grandeur des parties et de la chose dont est question et par vertu d’icelles se constitue demendeur du susdit conté et le dit bastard d’Orleans se voyant adjourné et qu’il n’y avoit aucun droit ni pareillement le duc d’Orleans son auteur et donateur vend au dit duc d’Orleans le dit comté qui l’accepta, et le fit vendre par procuration qu’il donna au bastard d’Orleans, à messire Jean de Bretagne comte de Penthievre et vicomte de Lymoges, pour 16 000 reaulx et 10 000 florins deuds par le dit feu duc à feue messire Olivier de Clisson, duquel messire Jehan de Bretagne fut heritier … la comté est passée à Guillaume de Bret, dont la fille epousa Alain d’Albret, dont est issu Jehan d’Albret roy de Navarre qui est de present, tous lesquels subsecutivement ont eté appelés au dit procès reprins avec le dit sgr de Monberon et de Clermon, et les heritiers subsecutivement à ce regard etc.

Est le procès appointé au conseil instruit et en etat de juger auquel les demendeurs sont fondés comme sgrs dudit comté et heritiers des dits comtes de Perigord et cela est notoire et n’est nié par la partie etc.

Le deffendeur se fonde en deux points, le premier audit arrest de confiscation, et don par vertu d’icelluy fait au dit duc d’Orleans dudit comté comme confisqué et depuis par son fils vendus aux dits deffendeurs.

Le second point est une prescription.

Quant au dit arret pretendu de confiscation ne peult nuyre, prejudicer ne empescher les fins des demendeurs, car il est donné par contumace et sans jugement de mort, quant ores il seroit donné, le dit Archambault ouy et avec jugement et execution de mort, ne pourroit y comprendre le comté de Perigord qui est en pays de droit escript, auquel pays de droit escript confiscation n’a aucunement lieu sinon en cas de crisme de leze majesté dont il n’est aucunement convaincu, ne condamné par le dit arrest.

Aussi par les coustumes prochaines que confisque le corps, confisque les biens meubles seulement et non immeubles, sinon en cas de crime de lèze majesté.

Et quant ores il y auroit crime de laize majesté, ce qui non il ne pourroit avoir confisqué la dite comté, car en Guienne n’y a aucune confiscation, etiam in crimin. majestatis, par les privileges, coustumes du pays, et a esté toujours et encore puis nagueres jugé par arrest.

Desmontre aussi le dit arret que le dit comte n’est comprins en la dite confiscation exemptant des demandeurs dudit comté et de ses successeurs que ne seroit s’il etoit confisqué et acquis au roy, aussi a esté fait depuis execution dudit arrest des reparations civiles contenues par icelluy sur la dite comté et ses heritiers, et plusieurs autres moyens.

Quant à la prescription, elle seroit sans titre par la lecture du titre pretendu, et oultre ne y a temps ne lieu de prescription, comme il apert clarement par les pieces du procès.

Consultation faite par mr et mde sur le droit que pretend un quidam sur la comté de Perigort du dernier de decembre 1554. C’est la cotte d’une piece dans la liasse cottée 15 au chapitre des domaines et reformation du Perigord, inventaire 3 (cott. +[347] par moy).

_______________________________

page 82 / Chap. XVI

ARMOIRE du Perigord

CHAPITRE XVI

Epitaphe en latin de Marie vicomtesse de Limoges, enterrée au couvent des Cordeliers d’Excideuil (1291 v. st.)

Référence non connue aux AD 64.

[348] Epitaphe de Marie vicomtesse de Limoges ensevelie au couvent des Cordeliers d’Exideuil en Perigord :

Prudens formosa constans humilis generosa

Provida famosa diserta placens animosa

Sedula, largua, pia, jocunda vocata Maria

Lemovicina, vicecomitissa nutrita puorce et

In tumulo pro dolor huic populo [frat---o] [---na] [349]

Quae jam britanneicis haeres est hic documenta

O doleant proceres, nec mors etc.

Et un autre vers qui ne fait pas plus de sens.

_______________________________

Rolle des gentilhommes du Périgord, qui ont fait hommage au roi de Navarre, à raison de sa comté de Périgord. (c. 1530)

In dossier B 2071 aux AD 64.

[350] Ceux qui ont fait hommaiges au sgr comte en sa compté de Perigord.

Le baron de Bourdeille fol. 8 (ce sont sans doute les pages d’un terrier des hommages qu’on indique ici)

[351]Ladouze pour les lieux suivants : Ladouze, Reilhac et peage d’icelluy, les maisons nobles de Perigueux et Barriere, La Cropte, Sengerac, St Seurin, St Felix, Railhac, Marsannès, Champsevinel, St Pierre Laneis, St Heumay, de Razac, de Beuronne, de la Faulhouze, Asturs, Trailhissac, Verng.

L’abbé de St Amand : St Amand, Colly, Marcillac.

Helies de Merlies, pour Lassalle, Laroche, Beaupuy.

La Cassaigne, parroisse de Chabans, Dongres, pour Montaner, pour Lascouts, Montagrier. Pour Labaunoldie, aux Caumont.

Le Breuil, La Titinia, Las Cousts, Montardit, Caussade, Chancelade l’Abaye, Montagrier (fol. 42 & 43)

La Fayolle, Le Puy, St Astier, Lardimaldie, St Aspres, St Pardoulx, St Meard, Rougnac, Le Chaslar, St Crespin.

St Genies, La Chapelle et Gabillon

La Vallette, la Bermontie, la Gaubertie, la Raymondie Daumestre.

La Chapelle, la Vermondie, la Jaubertie, la Raymondie, Auberoche.

Clarens, la Peyronnye, la Peyerie, Borne, St Alvaire, Puy d’Areiges.

Caumont, Felets, la Dauradye, Massots, la Roche, Maillet, Fanlac.

Beaupuy, Peroux, la Faye, la Parse, la Guillardie, Auriac, le Cer, la Mothe, Ladimmalie, Solignac.

Mories (ou Mones), la Chapelle, Lerm, la Malvenye.

La Tour du Bosc, la Peronnie, Beaucaire, Montmegge, Loustel, la Felicye, la Roche, Salaignac.

Marssac, la Raymondie, Mussidan, Montaut, Salvetat, Grasson, Sendrieux et autres rentes, Chapniers, Vaudon, les Cordeliers de Montignac.

Tayac, Chavagnac, Salaignac.

Monmege, Paysayac, et rentes ez parroisses de St Ribier, Ans et Ayen, Lespicerie, Puymege.

Cette piece qui n’est qu’un memoire ecrit vers 1530, est un relevé d’un registre ou ces hommages sont portes au long, puisque à chaque article est indiqué un folio.

Et à la cotte, est ecrit : rolle des gentilhommes qui ont presté l’hommage au roy de Navarre en Perigord, de meme ecriture que le memoire. Rien n’est signé.

______________________________

Mémoire contre Odet d’Aydie seigneur de l’Arche, pour faire voir les diminutions qu’avoit éprouvées la terre de l’Arche (c. 1530).

Référence non connue aux AD 64.

[352] Ce memoire n° 56 est contre Odet d’Aydie sgr de Larche. Tout ce memoire est fait pour montrer que ses droits sont fort peu etendus, qu’il y avoit plus de cent ans que le château de Larche etoit presque tout ruiné, qu’il est situé dans la parroisse de St Sernin, la plupart de laquelle est située dans la chatellenie et justice de Cousages, que le château de Terrasson, ruiné depuis cent ans, sans fosses, portes ni fenetres, est dans la parroisse de Terrasson, dont l’abbé de Terrasson est seigneur justicier, ainsi que les parroisses de la Foulhade et Pazayac dont il est sgr justicier et foncier, et de plus de la moytié de la parroisse de Ladorna, que la parroisse de Nadaillac fut separée de la chatellenie de Larche avant la donation qui en fut faite au capitaine Odet d’Aydie, appelé ici : Audet d’Aydie.

______________________________

Mémoires des faits contenus ès écritures du comte de Périgord, pour faire enquête contre le comte d’Angoulême (c. 1454)

Référence non connue aux AD 64.

[353] Kalendrier des faits contenus es ecriptures pour faire l’enquete contre mgr d’Angoulesme touchant la comté de Perigort.

L’on y donne la comté de Perigord à feu mr le duc Loys d’Orleans le 3 janvier 1399.

Mr le comte de Penthievre Jehan acheta la comté de Perigord le 3 mars 1437, ratifié par mr de Dunoy, le 15 may 1438, et mr le duc d’Orleans le 1er juin 1441.

Messieurs d’Orleans, d’Angoulesmes et dame d’Estempes firent leurs partages à Paris en 1445, en juin, et ce fait, madame d’Estempes mist en procès aux Requetes mr le le comte Jehan de Penthievre pour la tierce partie dudit comté le 20 aout 1448, après que mondit sgr de Penthievre l’avoit tenue et possedée XI ans paisiblement.

Après le trepas de mr de Penthievre, mondit sgr d’Angoulesme mit en proces en Parlement monseigneur Guillaume, à cause de toute la dite comté de Perigord, le penultieme jour d’octobre 1453. Mr d’Orleans fut tué le XXIII mars 1407, veille de St Clement, à Paris.

page 83 / Chap. XVI

S’ensuit le principal des faits qu’il convient prouver contre mgr le comte d’Angoulesme

1° Que madame d’Estampes est sœur de mgrs d’Orleans et d’Angoulesme et encore vivant.

2° Que mgr le comte Jehan fut notable seigneur.

3° Que la vicomté de [-----][354] patrimoine de Penthievre.

4° Que partie de dit vicomté et la comté ont eté en friche.

5° Que mgr Jehan se mist sus en armes pour conserver ladite comté.

6° Qu’il fit mettre le siege devant Auberoche.

7° Que non obstant la resistance du comte Archambault, il conquit par force la dite place et autres plusieurs.

8° Que par le moyen dudit siege il fraya plus de XXXm escuts, que en faisant ladite conqueste mgr d’Orleans le fit [p---r] [355] d’achepter ladite comté pour la delivrance dudit d’Angoulesme, qu’il trouva resistance aux places et mesmement à Montignac pour argent qui etoit dû au cappitaine, que non obstant toutes diligences luy convint composer à Richard de Gontaut à cent livres de rentes et autres choses et 500 ecus [----][356] pareillement convint faire de la place de Bordeille à XXIIc r . d’or.

Que non obstant, reparations et gardes qu’il luy convint faire pour doubte de plusieurs qui pretendoient droit et pour proces, plus de XVI mil escus.

Et tout compté et mis en somme, tant principal qu’autrement, la dite comté qui ne valoit que 300 # a cousté plus de Lm escus.

Que mademoiselle et ses predecesseurs ont possedé la dite comté l’espace de XX ans.

Que durant la conquete dudit pays ledit d’Angoulesme n’a fait aucune diligence fors ledit Jean, par quoy en doit etre privé.

… Que la procuration avoit eté passée au veu et sceu dudit d’Angouleme et sachant qu’on la vouloit vendre, que les deniers qui en furent baillés furent convertis à sa delivrance, autant pour luy que pour mgr d’Orleans son frere.

… Que pour avoir les places des mains des ennemis luy convint payer et frayer plus de IIIIm escuts, dont devroit sa portion ou le tout.

Que ceux qui tenoient les places pour les procureurs (du duc d’Orleans) [-----][357] et Hue de St Mars [-----][358] bailler de grandes sommes de deniers et rentes à perpetuel et à vie.

… Que Auberoche a esté toujours de la vicomté de Lymoges, que la dite place n’est point dudit comté, que mgr le duc d’Orleans la transportée pour la comté de Porcien, que mgr de Dunoys la vendit tant en son nom que comme procureur etc., que le roy sans l’appliquer à son domaine la donna incontinent à tousjours, que ad ce titre il en a longtemps joy et l’a transportée à grandes sommes de deniers, que madame Marguerite d’Orleans est sœur des dits trois et fut mariée à mr Richard de Bretagne, et qu’elle fut du nombre des enfans de Loys d’Orleans.

Que depuis le trepas de feu duc d’Orleans, de communi consensu, ont parts ensemble sans ce que la dite comté soit demourée au duc d’Angoulesme.

Que si aucun testamen avoit eté fait en 1403 (par Loys d’Orleans), ladite d’Estampes fut née que si aucun testament y avoit eté fait en pays costumier, ou institution n’a lieu etoit fait les dits nouveaux partages.

Que l’aisné au fait de la comté iroit davant, et qu’il s’en est porté seigneur, solum et in solidum … que telles choses sont indivisibles et tout appartient à l’aisné quand il la veut choisir.

Qu’il est notoire que comme seul seigneur et aisné fils, mgr la vendit etant en Angleterre que le dit d’Angoulesme tacite et expresse par le laps du temps a eu pour agreable la dite vendition et qu’il l’a dit et nommé comte dudit comté.

… Que la dite comté se peut aliener par costumes et usages. Que la dite comté etoit de toute ancienneté le patrimoine dudit comte Archambaut … qu’il fut donné avant ce incorporer au domaine du roy sans forme d’apanage. Que les constitutions des fiefs n’ont point lieu dans ce royaume, qu’il a été usé que tous vassaux peuvent vendre leurs fiefs.

Que la comté de Perigord se gouverne par autre coutume que la duché de Bar et de Bourgogne.

Que plusieurs terres du domaine du roy ont eté aliénés et baillés à plusieurs, de main en main, comme Ste Nomaye et plusieurs autres.

Que la comté, un an portant l’autre, ne vaut cent escuts, et a couté XXVIm ecus.

page 84 / Chap. XVI

Que Auberoche est son propre heritage et n’est de la comté … que la prise de la dite place fut moult profitable au bien public, que le roy luy en ordonna Xm excuts de recompense.

Que la mise de Montignac fut necessaire, que Bordeille cousta beaucoup, et n’est pas de grand revenue.

Que la terre de Vernh combien que soit en la vendition n’est pas du comté.

Que il ya fait plusieurs acquets et accroissements.

Que mgr d’Angouleme n’etoit prisonnier mais engaigé, et que avant qu’il fut mené en Angleterre, il tenoit Angoulesme et non Perigort … que toutes ces choses sont vrayes, qu’il les a confessées et cogneues etc.

______________________________

[359]Châtellenies, villes, justices et paroisses du Périgord en 1500.[360]

Référence non connue aux AD 64.

Remarque préliminaire : Le lecteur trouvera à la fin de ce document les explications complémentaires fournies aimablement par M. Jean-Louis LEVEQUE, que tous tenons à remercier ici vivement.

 

La châtellenie d’Auberoche :

Les parroisses d’Anthone, Cubjac, St P. de Chignac, St Crespin, Fosse Magne, Montanhac, du Change, Lymeyrac, Eylac, Sarlhac, Blys[361], Milhac, de St Anthoine.

La châtellenie d’Ans :

Les parroisses de Badefol, de Nailhac (ce qui est en la dite chastellenie), St Rabier (ce qui est en la dite chastellenie), d’Azerac, de la Chapelle St Jehan, de Chassens[362], de Granges[363], de Ste Orse, de Gabilhon[364], de Chronhac[365], de Fr[entin( ?)][366], de St Perdoulx de St Penthaly,de Brochault, de la Luxières[367], de MontBayol[368], de Bouzens[369], du Temple (ce qui est en la dite chastellenie).

La châtellenie d’Exideuil :

Les parroisses de Dussac, St Sulplice[370], de Cornhac (ce qui est en la dite jurisdiction) de Sarrazac, de St Privat, de St Vincent, de Cubjac, la parroisse et justice de Tourtoyrac (ce qui est en la dite jurisdiction), la parroisse de St Germain, de la Noaille, de St Meard[371], d’Aillac, de Coulaures, de Clermont, de Preyssac, de St Raphael, de St Martial, de St Penthaly, de Ste Eulée[372], de Mayac, de St Jorry (ce qui est en la dite  jurisdiction), de St Martin.

La châtellenie de Montignac :

Les paroisses de St Pierre[373], de Bars, de Fallac[374], de St Leon, de Thonnac, des Bas[375], du Cheylar, de Brenac[376], du Cern[377], d’Auriac, de Valougoux, de Sargeat[378], la justice et parroisse de Chastre.

La châtellenie d’Authefort et de Thenon,

Les parroisses de Nailhac (ce qui est en la dite jurisdiction) la parroisse de Cherves[379], de Thenon, du Temple de Laguyon (ce qui est en la dite chastellenie) La Noaillette, de St Auli ‘ou Saint Aulie’[380], de St Martial, de Cubas[381], de St Rabier (ce qui est en la dite jurisdiction) la paroisse del Petit Temple.

Lamothe près Thenon

La parroisse d’Abzac, la parr. de Fossemanhe.

La prévôté de Thiviers,

Les parroisses de Savinhac, de Thiviers, d’Eyzerac, du Autheulh, la parroisse de Crouhac[382] (ce qui est en la dite jurisdiction) la parroisse de St Jorry (ce qui est en la dite  jurisdiction)

(ici est un espace vide pour un titre de châtellenie)

La parroisse de Razac, la parroisse de Mayac, la parroisse de Corsac, de Nanthiac, de Jumilhac de Chaslucet, de Plazac, de Bacilhac[383], de (barré), la parroisse d’Escoyre[384], la parroisse de St Laurent du Manoyre, la parroisse de Montrenc[385].

La châtellenie d’Agonac

les parroisses de St Ma(r)tin, d’Agonac de Sorges, de Cornilhe, de Lygueurs, de Négrondes, de Preyssac, d’(Evrac)[386], de St Front de Lemps, la paroisse de Lempzour

(ici un vide pour un titre)

La parroisse de Trigonan[387], la paroisse de Vilhac, la parroisse de Peyrinhac la parroisse de Bersac, de St Lazer, de St Jehan de Colle, de Milhac près Nontron.

La justice et parroisse de Fontaines.

La parroisse de Sarlande, d’Angoysse[388], de La Roche-Bœuf-Courb[389] la parroisse d’Argentine, la parroisse de St Martial de Bineyrolz[390], la parroisse de Chapdeuil, de La Chapelle Fouchier, de Champagnac, de Bitars[391], de St Pancrazi, de St Laurens, de Sensenac

La châtellenie de Bruzac

les parroisses de St Pierre de Colle, de St Martin de Freycenjas[392], de St Paul la Roche, de St Romaing[393], de St Clémens, de Bennac[394], de Chaleys[395] (La justice de Lardimalie y est), la parroisse de St Jorry.

La justice de La Reynaudie[396] : la parroisse de Quinsac, la parroisse de St Front la Rivière.

La châtellenie de Puyagu

La parroisse de Pluviers, de St Bartholmieu, de St Etienne Ledroux[397]

Les terres de Chaslus et Courbe Fin[398], la parroisse de St Priech les Frugières[399], de St Pierre de Fregene[400], de Firbeys[401], de Melet[402], de Ste Marie de Fregine[403]

La parroisse et justicede Chapniers[404]

La châtellenie de Nontron

Les parroisses de Savinhac, de Foilhade[405], de Nontron, de St Marcial, d’Abiac[406], de St Perdoulx La Rivière, de Cormazac[407][408], de St Angel, de St Front, de Nontronneau, de Douginhac[409]

La châtellenie de Varaigne

Les parroisses de Varaigne, de Buxière Badilh, de Soffrinhac[410], de Buxerolle[411], de Soudac[412], d’Esmotier[413], la parroisse de La Chapelle St Rabier

La justice de La Cossière,

La parroisse de St Romaing, la parroisse de St Sault

La justice de Javarlhac : la parroisse de Javarlhac, Aulte Faye

La justice de Bordeys[414] : la parroisse de Bordeys, la parroisse d’Eytours[415], la parroisse de Leygat[416]

La justice de La Dousse[417].

page 85 / Chap. XVI

La justice de Bernadières[418], les parroisses de St Supplice[419], de Champceaulx[420], de Lussas, de La Chapelle Pomiers.

La châtellenie de Borzas

La parroisse de Nanteulh, de Boteilhe, de St Paul de Lyzonne, de St Sebastien, de Champaigne, d’Auriac de Vendoyre.

La châtellenie de Mareuilh

La parroisse de Rossinhol, de Goux, de St Priech, de Vielh Mareulh, de Boussac, la ville deMareuilh, la parroisse de Ste Croix, la parroisse de Graulges,  de Monsec, de St Perdoulx.

La justice de Ladouze et Reilhac, la parroisse de St Serny,  la parroisse de St Phelix, la parroisse de Sengeyrac, la parroisse de Ladouze.

La justice de Brantholme et Montmoreau.

La parroisse de La Chapelle Montmoreau, de Quentilhac, de St Perdoulx, de Félix, de St Just, de Laguilhac près St Just, la parroisse de Chancelade, la parroisse  de Merlande, la parroisse  d’Andrivaux.

La justice du pariage, les parroisses de St Mayme, La Chapellegonnaguet, Marsaney, Breuilh, Egliseneuve de Pyssot, de Chalanhac, d’Astors, de Creyssensac, Ste Marie de Chinac, Egliseneuve Ducel, Sanilhac.

La justice et parroisse de Mensihac, la parroisse de Beuronne, la parroisse  de Douzilhac.

La châtellenie de Bordeilhe

Les parroisses de Valeilh[421], de St Crespin, de Paussac, de Puy de Fourches, de Creyssac, de St Vivien, Bussac, Bordeilhe, St Julien, Boloney , Belaygue, Byras, de Félix.

La châtellenie  de Ribeyrac

Les parroisses de St Martin Le Peint[422], d’Espeluche, de Villetorreys, de Combeyranche, de Faye, de Festalens, de Bersac, de St Supplice de Romanhac, d’Allemans, de Bourg de Bosc, d’Avancens, St Martial de Dronne, de St Privat, de St Anthoine, de Sieurac, de St Vincens de Conazac.

(ici un vide pour un titre)

La parroisse et justice de de Grizinhac, la parroisse de Charnard, la Chapelle Gresinhac, la parroisse de Cumon.

La parroisse et justice de Chassaignes.

La parroisse et justice de Segonzac.

La parroisse de St Méard de Dronne, la parroisse de Bertrix, de Celle, de Luginhac[423].

La justice et parroisse de Montagrier, la parroisse de St Victour, de St Perdoulx de Dronne, de Brassac, de Celle, de Costures, de Verthelhac, de Burée, de Toscane, de St Apre.

La justice et parroisse de Lisle et Dorle (Dourle).

La parroisse de Laguilhac près Lauche, St Aguli, d’Ahnesse.

La parroisse et justice de Chanteyrac, de Dopchapt.

La parroisse et justice de St Astier, la parroisse de St Michel La Rivière, la parroisse de Lesperron, la parroisse de St Sicaire.

La justice de St Front,

La parroisse de St Martin Lastier, de St Etienne, de St Laurens, de St Loys.

La châtellenie de Mussidan

La parroisse de St Front (ce qui est en ladite châtellenie), la parroisse de St Martin (ce qui est en ladite châtellenie), la parroisse St Laurens (ce qui est en ladite châtellenie), la parroisse de Faye (ce qui est en ladite châtellenie), la parroisse de Sorzac, la parroisse de St Estèphe de Puycorbier, La Salvetat Gasset, de St Méard, de St Giry, de Bosesec, de Frayler, des Lesches, de Bronhac,

La justice de Montréal, la parroisse d’Eyssac, de St Jehan d’Ayrault, la parroisse d’Esglise, de Vexiere.

La justice de Montault, les parroisses de St Juilhe, de Beleymas, de Montanhac, de Dosville, jurisdiction de Rossilhe.

La justice d’Estissac, la parroisse de St Jehan, de St Hilaire, de St Seurin.

La châtellenie de Grinhoulx

Les parroisses de Manzac, de St Germain, d’Astaulx, de Borron, de St Cern, de Neufvic, de Jaure, de St Paul, de Grun, de Villamblard.

La châtellenie de Montclar

Les parroisses de St Phélix, de St George, de St Martin, de St Maure, de La Monzie, de St Laurens, de Campanhac, la parroisse et justice de Beauregard, la parroisse de Foleys, de Clermont, de St Maurice, la parroisse de Roffinhac et Lerm.

La parroisse de Ste Foix de Longua.

La justice de La Double, la parroisse de Chornhac (en marge Montpaon) la parroisse de La Jaumarie[424], la parroisse Deyssirvenchas[425], la parroisse de Beaupoy[426] et la parroisse de St Martial d’Artensec[427], la parroisse de Ménesplet[428], la parroisse de Menesteyrol[429] la parroisse de St Laurens[430], la parroisse de Pizou[431], la parroisse de St Remede[432], de St Barthomieu[433], de St Michel[434], de St Andrieu[435], de St Salveur[436], Montignac[437] près Vauclaire (et en marge, nota qu’il  est obmis par le greffier).

La justice de Villefranche de Lopchat.

La justice de Chapdelh, la parroisse du Bourd-des-Maisons, la parroisse d’Eygurande[438] (et en marge) et Gardedoeuil annexe dudit Eygurande.

page 86 / Chap. XVI

La châtellenie de Montravel

La parroisse de St Antoine, la parroisse du Breuil, la parroisse du Canet, la parroisse de Fougueyrolles, la parroisse de Vélines, la parroisse de St Michel, Lamothe, St Passent, Benefare, la parroisse de St Anthoine, Monravel, Mont Caret,

la parroisse de St Sernyn, la parroisse de St Vivien.

La justice de Pyles,

La justice de Gurson, les parroisses de St Méard, de St Gérault, de Carsac, de St Martin , de Montazeau, la justice de Montleydier.

La justice du Fleix. Le Fleix. La parroisse de Pouchac, la parroisse de Montfaucon.

La justice de la Forsie[439] et Masdurand, les parroisses de Prigonrieu, de Lunes, de St Georges, St Pierre d’Eyrault, La Force.

La châtellenie de Mourens

Les parroisses Ste Marie, de Ginestet, de Campsecret, de Vinhes, de Lunbrat, de Quyssac.

La châtellenie de Clarens – Saint Crapazi

La parroisse de Pressinhac, la parroisse de St Marcel, la parroisse de Vic, la parroisse de Lieurac, la parroisse de Baneilh, de St Saulveur, la parroisse de St Cybard, la parroisse de Couse.

La justice de Lalinde, la ville de Lalinde, la parroisse de St Sulpice, Ste Colombe, la parroisse de Drayac, la parroisse de Pontoux, la parroisse de Borniquel, la parroisse de St Front.

(vide pour un titre).

La justice de Puy Laroque, la parroisse de Mostier.

La justice de Milhac, Mouzac, Saint-Mayme de Rouzan, Grand Castans,

La justice et parroisse de Ste Alvère.

La châtellenie de Myramont

La parroisse de Mouzens, de Savinhac, de Mortamar, de Crugaulx.

La châtellenie de Vernh

Les parroisses de Ste marie, de St Jehan, de Veyrines, du Salon, de St Michel, de St Amand.

La châtellenie de Lymeuilh

Les parroisses de St Martin, de Sandreulx, de Jornhac, de St Marcel, de St Cha Massi, du Moix, de Floyrac, de Marsac, de Manaurie, Le Bugue, la parroisse de St Cire.

(vide pour un titre).

La parroisse de Tremolat, la parroisse de Pennac, la parroisse de St Martin les Brageyrac

Au diocèse de Sarlat

La ville et jurisdiction de Sarlat

La justice de Terrasson compris Monmège[440].

La justice de St Amand

La parroisse de St Amand, la parroisse de Coly, de Marilhac[441], d’Archinhac[442].

La terre de Rocque de Sarlat[443].

La parroisse de Tempniac, La Roque de Gaigeac, la parroisse de Campagnac, la parroisse de St Andrieu, la parroisse de St Quentin, la parroisse d’Allas[444].

La justice d’Eyssigeac.

La ville et parroisse d’Eyssigeac, les parroisses de Montault, de Montmarnes, de Nostaguel, de Boysse[445].

La justice et parroisse de Sen Genies, la parroisse de La Chapelle, la parroisse de Jayac[446].

La justice et parroisse de la  Lassangre[447].

La justice et parroisse de Chavanhac, d’Aglan et Peruzel[448] [449].

La châtellenie de Castelneau sur Dordogne

Les parroisses de Feyrac, de St Cybranet, de La Chapelle, de Castelneau, de St Julien (et de Laygue[450]), de Veyrines, de St Laurent[451],

La parroisse et justice de St Pompomg[452].

La châtellenie de Berbeguières

Les parroisses d’Alat, de Carves, de St Germain, Berbeguières, de Marnac, de Cladech[453].

La châtellenie de Beynac

La parroisse de St Andrieu (ce qui est en ladite châtellenie), les parroisses de Beynac, de St Vincens, de Bezenac, de Cazenac, de Vezac[454].

La châtellenie de Bigaroque

St Cyprien, Le Boyssou, du Coux, Bigaroque, Saint Amachi Bussac, la parroisse et justice de Cieurac, la parroisse de Couze[455].

La châtellenie de Belmont

Les parroisses de St Avit, de Franhe (?), de Mons, Bannes, Belmont, d’Als[456], St Serny, Urgals (?), Naussanes, Bardou, Monsac, Verdon, Pont Romieu, St Germain, [------], Bayac, Borniquel, la parroisse et justice de Condat[457].

page 87 / Chap. XVI

La justice de Molières.

La parroisse de Beylhac, Molières, La Salvetat, la justice de Graulegeac, la justice de Campanhe, Férimont et Goumyers[458].

La justice de Montferrand et Puycorbier.

St Avict Rebiere, St Rome, Ste Croix, les parroisses de Rempyeux, de Bocaria(?), de Clotas, de Losme, Montferrand[459].

La châtellenie de Byron

Les parroisses de St Michel, Nostre Dame, de Lamert, de Solora, Byron[460].

La châtellenie de Montpazier

Montpazier, les parroisses de Capdrot, Marsalès, La Valade, Gaujac[461].

La justice de Roquepine, les parroisses de Boyse, de Faurilhes, Roquepine[462].

La justice de St Martial, Lavardalie, Bozic.

La justice de Badefol sur Dordogne, Badefol, Cales, Pontoux, Cussac,  Sales[463].

La châtellenie de Saulsinhac

La parroisse de Saulsinhac, de Monestiers, de Ste Croix[464].

La parroisse et justice de St Mexens, Campagnac, Nabirac, St Albyn[465].

La châtellenie de Moncuq

Les parroisses de Montbazillac, La Monzie, Pomport, St Mayme, St Laurent, St Sernyn, Roffinhac, Colombier, St Christophe, St Martin, Montelh, de Rolhens[466],

La justice de Villefranche de Périgort, la parroisse de Villefranche, St Sernyn, Mazeyrolles, la parroisse de La Trappe, de Besse, de Lobejac, de Fontanilhes, St Crapazi, la parroisse de Lamaur[467].

La justice de Sandilhac, Tarsac, Marzac[468].

La justice de Bridoyre, la parroisse de Ribaynac,  de Singleyrac, de Gardonne, de Razac, La Cosme, la justice de Gargeat[469].

La justice de Cahuzac, St Pradoulx, St Crapazi, de Lybazac, de St Aulbyn, de Mandaron[470].

La justice de Labarde, la parroisse de Compne, Bonhagues, St Sernyn, Labarde[471].

La châtellenie de Puyguilhem

La parroisse de Puyguilhem, Ste Aularie, de Fontroque, de Ste Innocence, de St Julien, de Flaugat, de Mascollé, de Mont Bosc, deu Sigoles,  de Lestinhac, de Cinnège, La Bastide, Costures, Tenac[472].

Le bourg et parroisse  de La Magdelaine lez Bergerac[473].

La ville et justice de Mont-de-Dome, et la parroisse de Cenac[474].

Caiberge.

Eymet la ville et paroisse d’Eymet

St Supplice, Montguyard, Ergulot, de Serres, Laroquette, Razac d’Eymet[475].

Les terres de Commarque, Tayac et Laroque[476].

La parroisse de Tayac, Laroque, La parroisse de Bragela, la parroisse de Boyssière, la parroisse de Sirant, la parroisse de Tamiers, de Mayrals, de Marcay[477].

(et vide pour un titre)

Larche, Ladornac, Pazayac, Grezes, Foilhade, Nadornac[478].

La châtellenie de Salaignac

La parroisse de Salanhac, de Nadailhac, de Carlucet, de Paulin, de Caddafaulx, de St Crispin, de Borrèze, d’Archinhac[479].

La châtellenie de Belvès

Les parroisses de Prats, de Palayrac, de Sales, de Fongale, de Doyssac, de Grives, de Larzac, d’Arval, de Ste Foy, d’Orlhac, de Belveys, de St Pardoulx, de Montplazen, de Fontgaffier, de Sagelat, de St Amand, Vielhe (Forte Vielle Vie)[480].

La ville, cité et banlieue de Périgueux.

La ville de Bragerac dans les murs.

La ville d’Exideuil dans les murs,

Les seigneuries de Carlus, Ailhac et Montfort, vicomté de Turenne, ce qu’est en Périgort[481].

(en blanc)

La châtellenie de Louzun, ce qu’est en Périgort[482].

La parroisse de St Pastour, la parroisse de Queyssac, Cahuyagues (?), la parroisse de St Nazari[483],

(et un vide).

La châtellenie de Lançays[484]

(en blanc) et rien davantage, sans seing [--], en 45 pages d’écriture, et sur la cote est écrit, de même main, Rolle des parroisses de Périgord.

Compléments d’informations fournies par M. Jean-Louis LEVEQUE

Prévôté de Thiviers :

Autheulh : à lire probablement °Nantheulh (oc. Nantuelh, aujourd’hui Nantheuil)

Châtellenie de Piégut :

St Etienne Ledroux : contrairement à ce qu’écrit Gourgues, il s’agit de Saint-Estèphe et non pas d’une ancienne paroisse située sur la commune du Bourdeix

Châtellenie de Varaignes :

La Chapelle St Rabier : à lire La Chapelle St Robert

Après la justice de La Coussière :

La paroisse de St Romaing : confusion avec Saint-Romain (oc. Sent Róman), près de Thiviers. Il s’agit ici de Romain (oc. Romanh), aujourd’hui Champs-Romain.

Châtellenie de Borzas : sans doute à lire Borzac (fr. Bourzac)

Châtellenie de Mareuil :

Goux : aujourd’hui Gouts ; Boussac : aujourd’hui Beaussac

Après la justice de Ladouze et Reilhac :

St Serny : aujourd’hui Saint-Cernin-de-Reillac (oc. Sent Sarnin de Relhac), Serny représente la graphie francisée de la phonétique occitane

St Phélix : aujourd’hui Saint-Félix-de-Reillac (oc. Sent Feliç de Relhac)

Après la justice de Brantôme :

Félix : aujourd’hui Saint-Félix-de-Bourdeilles, toutes les formes antérieures au XVIIe siècle sont données sans « saint »

Après la justice du pariage :

St Mayme : il s’agit de Saint-Mayme-de-Pereyrols

Astors : lire °Asturs (oc. Astur, fr. Atur)

Egliseneuve Ducel : lire °Eglise Neuve d’Ussel, aujourd’hui Eglise-Neuve-de-Vergt

Châtellenie de Ribérac :

Bersac : aujourd’hui Petit-Bersac (oc. Pitit Braçac)

Avancens : aujourd’hui Vanxains (oc. Vansens)

St Martial de Dronne : aujourd’hui Saint-Martial-de-Ribérac, section de la commune de Ribérac

Sieurac : français Siorac-de-Ribérac (oc. Sieurac)

Charnard : lire °Charvard (oc. Charvard), forme française actuelle = Cherval

Brassac : oc. Braçac, forme française actuelle = Grand-Brassac

St Aguli : oc. Sent Agulin, forme française actuelle = Saint-Aquilin, Aguli représente la graphie francisée de la phonétique occitane

Ahnesse : à lire sans doute Annesse

Lesperron : oc. L’Esparron, forme française actuelle = Léparon (section de la commune de La Roche-Chalais)

St Sicaire : ancienne paroisse située près de Léparon, aujourd’hui ruinée (Sanctus Sicarius, archipresb. de Duppla, pouillé du XIIIe siècle, Gourgues)

St Etienne, plus loin St Estèphe de Puycorbier : Saint-Etienne-de-Puycorbier (oc. Sent Estefe de Puei Corbier)

St Laurens : Saint-Laurent-des-Hommes

St Loys : Saint-Louis-en-l’Isle

Châtellenie de Mussidan :

St Front : Saint-Front-de-Pradoux

La Salvetat Gasset : à lire La Salvetat °Grasset, ancienne paroisse aujourd’hui sur la commune de Douville (Salvitas Grassetti, 1273, Gourgues)

St Méard : Saint-Médard-de-Mussidan (oc. Sent Meard de Moissídan)

St Giry : Saint-Géry

Bosesec : sans doute à lire °Boscsec (oc. Bòsc Sec), français actuel = Bosset

Frayler : à lire °Fraysse (oc. Fraisse), français actuel = Fraisse

Bronhac : métathèse pour Bornhac (français actuel = Bourgnac)

Eyssac : francisation phonétique pour Eissac (français actuel = Issac)

la parroisse d’Esglise : actuellement Eglise Neuve d’Issac

Vexiere : comprendre Laveyssière (oc. La Vaissièra)

St Juilhe : francisation phonétique pour Sent Júlian (avec remontée de l’accent tonique), fr. Saint-Julien-de-Crempse

St Seurin : oc. Sent Sieurin (d’Estiçac), francisation actuelle Saint-Séverin-d’Estissac (Sieurin est la forme occitane locale populaire pour Severinus)

Châtellenie de Grinhoulx : forme « hybride » entre l’occitan Granhòu et le français Grignols

La parroisse d’Astaulx : St Jean d’Ataux

Borron : fr. Bourrou (oc. Borron)

St Cern : par recoupement, sans doute à lire St Leon (fr. actuel = St-Léon-sur-l’Isle)

Châtellenie de Montclar :

St Phélix : Saint-Félix-de-Villadeix (oc. Sent Feliç de Viladés)

St George : Saint-Georges-de-Montclar

St Martin : Saint-Martin-des-Combes

St Maure : peut-être à lire °St Mame (Saint-Mamet)

La Monzie : Lamonzie-Montastruc (La Móngia de Mont Astruc)

St Laurent : Saint-Laurent-des- Bâtons

Campanhac : ancienne paroisse de Campagnac (de Cornecul), aujourd’hui village de Montagnac-la-Crempse

Après La justice de la Double :

Chornhac : Echourgnac

La Jaumarie : La Jemaye (oc. La Jaumària à La Jaumàia)

la parroisse Deyssirvenchas : sans doute à lire °de Servenchas (fr. Servanches)

Beaupoy : Beaupouyet

St Laurens : Saint-Laurent-des-Hommes

St Remede : francisation de Sent Remedi, forme occitane de Saint-Rémy

St Barthomieu : Saint-Barthélémy-de-Bellegarde

St Michel : Saint-Michel-de-Double

St Andrieu : Saint-André-de-Double (oc. Sent Andriu)

St Salveur : Saint-Sauveur-Lalande

Châtellenie de Montravel :

St Passent : ancien prieuré proche de Lamothe-Montravel, souvent fr. en Saint-Paixent (oc. Sent Paissent)

Benefare : sans doute à lire °Bonefare (oc. Bonafara), aujourd’hui village de Saint-Michel-de-Montaigne

St Sernyn : sans doute mauvaise lecture pour °St Seuryn, fr. Saint-Seurin-de-Prats (oc. Sent Sieurin)

Pouchac : peut-être à lire Ponchac, forme occitane pour Ponchapt

Lunes : sans doute à lire Lunas

St Georges : Saint-Georges-Blancaneix

Châtellenie de Mourens : fr. Maurens

Ste Marie : paroisse Sainte Marie de Maurens (Sancta Maria de Marenes, pouillé du XIIIe siècle, Gourgues)

Vinhes : Sainte Foy des Vignes, aujourd’hui secteur de la commune de Bergerac

Lunbrat : sans doute à lire °Limbrat ou °Lembrat, pour Lembras (oc. Lembrac)

Châtellenie de Clarens : fr. Clérans (oc. Clarenç)

Saint Crapazi : Saint-Capraise-de-Lalinde

Lieurac : Liorac-sur-Louyre (oc. Lieurac)

St Cybard : ancienne paroisse, aujourd’hui village de Mouleydier (oc. Sench Ibarç, de sanctus Euparchius)

St Sulpice : ancienne paroisse, aujourd’hui village de Lalinde

Drayac : à lire °Drayau, ancienne paroisse, aujourd’hui village de Lalinde (fr. Les Drayaux)

Pontoux : Pontours

St Front : aujourd’hui rattaché à Couze

Puy Laroque : vraisemblablement La Roque St-Christophe, aujourd’hui village de Peyzac-le-Moustier (Le Peuch la Roque Sancti Christophe, 1460, Gourgues)

Mostier : Le Moustier

Milhac : ancienne paroisse, aujourd’hui village de Mauzac

Mouzac : Mauzac

Crugaulx : Crugaud, aujourd’hui village de Mauzens et Miremont

Châtellenie de Vergt :

Ste Marie : ancienne paroisse Sainte-Marie de Vergt (Sancta Maria de Ver, pouillé du XIIIe siècle, Gourgues)

St Jehan : paroisse Saint Jean de Vergt

St Michel : Saint-Michel de Villadeix

Châtellenie de Limeuil :

St Martin : paroisse Saint-Martin de Limeuil

Sandreulx : Cendrieux (oc. Sendrius)

Sen Cha Massi : Saint-Chamassy, mauvaise coupure pour oc. Sench Amaci (de sanctus Eumachius)

parroisse du Moix : par recoupement, il doit s’agir d’une très mauvaise lecture pour Audrix

Marsac : peut-être Marzac, aujourd’hui village de Tursac

St Cire : Saint-Cirq

Pennac : sans daoute à lire °Paunac (fr. Paunat)

la Lassangre : sans doute à lire °la Cassaigne pour La Cassagne

Châtellenie de Belmont :

Als : probablement l’ancienne paroisse également connue sous le nom de Gleyze d’Als (aujourd’hui village de Nojals), et non Alles-sur-Dordogne

St Serny : ancienne paroisse Saint-Cernin des Fossés (aujourd’hui village de Labouquerie)

Urgals : à lire °Nogals, fr. Nojals

Beylhac : à lire °Boylhac, pour Bouillac (oc. Bolhac)

St Rome : francisation phonétique pour Sent Róman (avec remontée de l’accent tonique), fr. Saint-Romain-de-Monpazier

Lamert : par recoupement, à lire °Levert (Le Vert) pour Vergt-de-Biron (oc. Al Vèrn)

Solora : Soulaures

Lavardalie : par recoupement, peut-être à lire °La Nadalie, aujourd’hui village de Bouzic

Châtellenie de Montcuq :

St Sernyn : ancienne paroisse de Saint-Cernin-de-Gabanelle, aujourd’hui village de Saint-Laurent-des-Vignes (et non Saint-Cernin de Labarde)

Rolhens : sans doute à lire °Rolhans, pour Rouillac, paroisse réunie à Gageac. La francisation en -ac de ce toponyme est fautive (Beata Maria de Rolhanis, 1374, Gourgues)

La Cosme : La Conne, ancienne paroisse rattachée aujourd’hui à Bergerac (oc. La Còmna), et non Conne-de-Labarde

Bragela : par recoupement, à lire peut-être Castels ?

_________________________________

page 88 / Chap. XVI

Lettres missives de la reine mère (Louise de Savoie) au roi de Navarre (c. 1530)

Voir dossier E 672 aux AD 64( ?).

[485]Lettre de la reyne mere Loyse de Savoye, au roy de Navarre.

Monsr mon cousin j’ay receu vos lettres et oy la creance d’icelles, par le cadet de Duras qui m’a dict de par vous que je veuille faire differer l’execution de la main armée que le roy a octroyée pour l’evesché de Terbe[486], et que vous face savoir l’intention du roy et à laquelle court le dit seigneur entend que les habitans de Bigorre obeissent ou bien au grand conseil ou bien à la cour de parlement et que ferez obeir lesdits de Bigoure à celle des dites courts que vous feroys savoir. Et parce que le vouloir dudit seigneur est que maistre Menault de Martori pourveu dudit evesché joysse d’icelluy, je vous en ay bien voulu advertir, et vous prie que en consequence le vouloir dudit seigneur, et ce que je vous en ay faict dire par le dit de Duras, que le veuillez faire joir et garder que il ne soit aucunement troublé jusqu’à ce que par le dit grand conseil autrement en soit ordonné. Et cependant j’escripts au seneschal de Carcassonne qu’il sursoye d’executer la dite main armée pour deux mois durant lequel temps me ferez scavoir de la joyssance paisible, dudit Martori. Ce atant, monsieur mon cousin prie Die qu’il vous doine bonne vie et longue. A Lyon le XXIIIeme jour de novembre.

Ex autograph., et au dos, signé de sa main, à mon cousin le roy de Navarre Loyse, votre humble et [-----][487] cousine.

Autre lettre de Loyse de Savoye au meme, datée de Marseille, le sixième janvier, pour que la reyne de Navarre et ses filles aillent à Lyon y voir le roy.

La meme au meme datée d’Amboise, XX octobre.

La meme au meme, datée de Lyon le XXVIII nov. Elle luy mande : que l’appointement du roy et des [-----][488] et fait et conclu, et aussi que nostre St Pere le pape est parti pour venir à Boulougne voir le roy, et de cette heure peut etre à Fleurance. Le roy partira bientôt de Milan pour venir à Boulougnes, je vous assure qu’il fait tres bonne chere et aussi fait sa compagnie.

______________________________________

Mémoire à consulter relativement au procès que le roi de Navarre intenta contre Alain d’Albret, son père (c. 1530).

Référence non connue aux AD 64.

[489] Il paroit par un memoire à consulter que le roy de Navarre intenta procès à son pere Alain d’Albret sur plusieurs chefs : 1° à cause de 7 000 livres qu’Alain luy avoit promis par an, en le mariant, ce qu’il n’avoit point encore touchés. 2° sur les alienations considerables que le dit Alain avoit fait dans les comté de Perigord et vicomté de Lymoges, etc., qui etoient des biens de sa mere. Alain disoit en avoir emplyé le produit au couronnement du roy son fils, au voyage du cardinal d’Albret son autre fils, à Rome, et au mariage de ses filles. 2° (sic) sur les meubles de sa mere qu’il vouloit demander à son pere. 4° sur la seigneurie de Riberac qui fut baillée au capitaine Odet (d’Aydie, mot rayé), ou le roy n’a donné aucun consentement, il demande comment il doit commencer le procès avec le dit de Ribeyrac.

[490] 5° Que depuis XX ans en ça, le dit sire d’Albret a eu par devers soy plusieurs et grandes donations des subjets du roy en Perigort et Limousin, montent à plus de IIIIxx mil livres, et depuis le trepas de feue madame sa femme, et faisoit à ce condescendre les dits subjets[491], disant que c’estoit pour rachapter ce qu’il avoit vendu, (le roy de Navarre consulta) à sçavoir s’il pourroit faire aucune demande des sommes levées sur ses subjets, ou si les pourroit compter à son dit pere à ce qu’il pretend du droit à luy advenu par la mort de messieurs ses enfants, que renonciations de mesdames ses filles etc. Tiré d’un mémoire à consulter, ecrit du temps du roy Jean de Navarre, fils d’Alain, cotté 67.

_______________________________________

Rolle des nobles du Périgord et du Limousin, seigneurs justiciers, qui tiennent (des fiefs) à hommage du roi de Navarre (c. 1530).

In dossier B 1778 aux AD 64.

S’ensuivent les seigneurs justiciers qui tiennent à hommage du roy de Navarre[492] :

Et premierement monsr l’abbé de Terrasson, mr l’abbé de Tourtoyrac, mr de St Amand abbé, mr l’abbé de Chastre, mr de Baynac baron, pour Commarque, mr de Bordeilhe à cause dudit Bordeille, mr de Berbeguieres à cause de Roffinhac, mr de Mussidan, mr de La Sale, mr de Salignac à cause dudit Salignac, et pour la moitié de L’Arche, mr d’Authefort à cause de Thenon, mr de la Douze à cause de Ladouze, Reilhac et Vernh, mr de Colonges à cause dudit Colonges, mr de Vilhac à cause de Perynhac, et de Belregard, mr de St Genies à cause dudit St Genies, de la Chapelle et Valougols. Mr de Limeuilh à cause dudit Limeuilh, mr de

page 89 / Chap. XVI

Montagrier, mr de Montancès, mr de Montmege, mr de Chavagnac à cause de Cosages et du dit Chavagnac, mr de Marsac à cause dudit Marsac, mr de la Roque à cause du Tayac, mr de Badefol, mr de Lisle, mr de la Faye, mr de Caussade à cause de Chabans, mr de Jayac à cause du dit Jayac, mr de Picborest, mr de Perigueux à cause de son evesché et ses places, mr de Caumont à cause de Chasteauneul de Berbiguieres, mr de Calvimont à cause de Tursac et Lerm, mr des Bories à cause de Sanilhac et de Savinhac, mr du Pouget, mr le commandeur de Condat à cause de Sargeat, la ville de Domme et sa justice, la chatellenie de Fronsac.

La vicomté[493]

Mr de Mareuilh baron, mr des Bordes à cause des dits Bordes, mr d’Authefort à cause d’Authefort, mr de Marcillac pour ce que tient en la justice de Nontron, mr de la Martonie à cause de Condat, Thiviers et de Milhac, mr de Chamers à cause dudit Chamers, mr de la Reynaudie, me le Gouverneur à cause de la Mothe, Foussemanhe et Abzac, mr des Cars, mr de la Vauguyon à cause de la Cossiere, mr de Bruzac à cause dudit Bruzac, mr de Comensac pour ce qu’il tient à Segunac, mr de Nantiac, mr de Bruzac, mr de St Jehan de Ligoure à cause de Jumilhac, noble Yvonet de la Foilhade de ce qu’il tient la vigerie au bourg et parroisse de la Foilhade en la chatellenie de Nontron, le sgr de Bré, le sgr d’Ans, Marqueyssac, pour ce qu’il tient en la chatellenie d’Ans, le sgr de Bonneval à cause de Cossac, Château Charmac, le sgr de la Romagere à cause de Jory, le sr de Chateauneuf fief du sgr de Vilhac, mr de Pompadour, Chalus, Calucet et Corbefy, St Salvo en la terre d’Ayen (rien de plus, tiré d’un memoire en papier, ecrit vers 1530).

_________________________________

Enoncé des pièces, tirées des archives de Bretagne, à Nantes, par Mer de la Mabilière (c. 1540)

Référence non connue aux AD 64.

[494]Enoncé de pieces tirées des archives de Bretagne à Nantes par La Mabiliere.

Deux lettres en forme de charte de Phelippes roy de France contenant accord fait entre Jehan duc de Bretaigne et Guy son frere par lequel le duc luy baille la comté de Penthievre, et autres heritages et le dit duc luy laisse la comté de Lymoges, et est contenu que en baillant le douaire à la duchesse femme dudit duc Jehan, le roi reservoit audit duc la garde des esglises de Bretagne et aultres choses. Dattées l’an mil trois cent dix sept, et scellées.

_____________________________________

Vidimus de l’eschange fait entre le duc, de sa part, et Guy de Bretagne d’autre de Lymoges au comté de Penthievre, en date du XIIIe jour de novembre mil quatre cent et trois, signé : Jamet Lamouroux, Jehan Halonart.

Copié sur un memoire en papier ecrit vers 1540.

_____________________________________

Mémoire de quelques ventes faites dans la châtellenie d’Auberoche (c. 1530).

In dossier E 691 aux AD 64.

[495]Memoires de quelques ventes faites dans la chatellenie d’Auberoche, [---] du repayre du Chaslar et ses deppend … Item le repayre de Leyders, assis en la seigneurie d’Auberoche, en la parroisse d’Aylhac, ledit repaire saisi avec quelques rentes et mis à la main de mondit sgr, à la requete de son procureur en la dite jurisdiction pour devoir non fait et loux et ventes non payées etc. Item le repaire de Bosredon assis en la parroisse du Channhe (Change), seigneurie d’Auberoche qui a eté vendu à mr de la Faye et depuis racheté etc. et le tout acté mis, comme dit est, à la main de mondit sgr. Item aussi les cens et rentes du Molin Neuf ensemble le dit molin de la Roqueta et estant assis en la parroisse de Ythac seigneurie d’Auberoche par le sr de Pourtaste depuis XV ou XC ans en ça, vendus à me Bertrand Desmaisons notaire à Perigueux, depuis racheté, etc. Le tout mis à la main de mondit sgr et sa justice d’Auberoche à la requete de son procureur, pour devoir non fait et rentes non payées etc.

Item depuis 5 ou 6 ans en ça, par le sgr de la Vigerie … le repaire de la Vigerie assis et situé en la parroisse de St Crespin seigneurie d’Auberoche, ensemble les rentes etc. en dependans mis à la main de mondit sgr et de sa justice pour devoir non fait et loux et ventes non payées etc. D’un memoire en papier, non signé, ecrit vers 1530. Cotté 79.

_____________________________________

page 90 / Chap. XVI

Articles présentés au Conseil du roi, contre Audoin Jaubert, seigneur de Nantiac (1482 v. st.)

In dossier E 799 aux AD 64.

[496]Articles presentés au conseil du roy, vicomte de Limoges entre noble homme Audoyn Jaubert sgr de Nantiac à cause des violences qu’il exerçoit dans sa terre contre les habitans, afin qu’il reconnussent que Nantiac etoit place forte, château et chatellenie, et que les habitans d’icelle justice lui devoient guet, et de fait les fit gatgier et executer et prendre leurs biens etc. Le conseil ordonne l’information. A Segur le XIIIe de janvier mil IIIIc quatre vingt et deux, signé : Veyciere. Ex authentic., en papier.

_________________________________

Mémoire pour informer le roi des grands dommages faits par Maurigon de Bideran, capitaine de Biron, tant à Villeneuve d’Agenois, qu’en autres lieux (c. 1445).

Référence non connue aux AD 64.

[497]Memoria et extentõs per enformar lo rey dels greus, mals e dampnage donet per Maurigo de Bideren cappitani de Biron[498] tant a la villa de Vilanova de Agenes cum en autres parts.

Premieramen cum en lo temps que mossen de Labrit poto de Sancta Aralha de Digo aven en lo pays de Bordales els prempren treuas[499] am los senhors de Bordalès per certarre terme per lo pays de Guiana dehun partit e de autre, lasquals trevas foren asserviadas per lettras sageradas dels senhors dessus dits de una part a d’autra.

Item, cum duran las ditas treuas, Maurigon de Bideren loctenen et cappitani de Bragayrac per lo mage de Bordeux corregot al loc de Vilanova de Agenes en sec gran presa de gens e de bestal.

Item cum los cossols e borges del dit loc vesen la grand perda que feyta avian cosisan de la dita treua trametoren monsenhor Jehan de Pojols è lo rector del dict loc a playero la presa losquals a aplayeron per certana soma, asso per confisansa que lor fassa reparadar per los dits senhors de Bordales per causas de las ditas trevas.

[500]Item cum aqui metis lo mossen Johan de Pojols lo dict rector et autres de Vilanova feren assaber la dita correguda al dit mage de Bordeu am qui lo dit Maurigon demorava que fessa quitar las ditas pleyes per vertut de las ditas trevas loqual mage quiera 9 de aquils qui per la part dels Anglès avian prefas las ditas trevas mauder per sas letras al dit mossen Johan de Pojols et al rector que non paguessan res au dit Maurigon, e que els las farian quitar aissi coma appert per las ditas letras sageradas del sagel de sas armas loqual Maurigon a cessar de demandar a questa causa a la dita villa de Vilanova tot lo temps de la guerra que de pueys en sa es estada entre al present que son trevas.

Item cum en lo mès de mars l’an XLV en las presens trevas, lo dit Maurigon en [------][501] gran cop de autres tenen lo partit dels Anglès correpren al dit loc de Vilanova et prempren XII o XV homes et los retragoren à Biron en los tempren alcun temps en fortas prisos.

Item que cum aqui metis le senhor de Lustrat cum conservador de las trevas ordenat per lo rey nostre senhor en aquestas marchas de Guiana requerit lo dit Maugiron que rendès los dits homes franx et quites e repares los dampnages e interesses et asso per vertut de las ditas trevas en lasquals era e es prohivida e deffenduda tota via de feyts et que fera la d. reparacion si las gens de Vilanova lhi devian res et lor en faria la justicia que si apartendria, laqual causa lo dit Maugiron reffuset.

Item cum a prop, vesens los amix dels dits homes preses que no los podian recobrar si hor que paguessan las causas que lo dit Maugiron demandava, troberen manera per lomegan de alcuns lors amix quo lo dit Maurigon balhet lor dits hommes cum pleyas de marchans et se remetoren cascunes de las partidas a la conoyssensa del dit senhor de Lustrac cum conservador ou devian demdamen comparer en peronas o autramen sufficiemen tam cum a las jornadas assignadas los dits de Vilanova comparegoren sufficiemen per devan lo dit

page 91 / Chap. XVI

conservador ou jamès lo dit Maugiron no comparegat en persona ni per per procuras. Mès trametos alcuns de sas gens per dire tant solamen que si tantot lo dit conservador no lhi fasia balhar so quo demanda, lo dit Maugiron, que e las prengora tant de la dita vila que el sera paguat.

Item vesen lo dit conservador que lo dit Maurigo no comparia sufficiamen et que el avia près no degunada los homes relaxet las d. pleyas è lor deffendet sobre grans penas quo no agossen a retornar ni balhar los dits homes en las mas deu d. Maurigon entra que autramen fessa ordenat e corregut.

Item aqui metis prop petit de temps lo d. Maurigon requerit las d. pleyas que l’hi retornessan ab non los dis homes et aussi medis lo d. conservadot que lo fessa pagar las causas quo demandava, o autremen el tempra damnaige al dit loc de Vilanova plus que devan.

Item vesen lo dit conservador la maleria del d. Maurigon loqual no volia comparer per devan el et aussi medis que sa demanda era non [----][502], requerit los conservadors de la part des Anglès[503] que fossan reparir los dampntages donats et lo fessan cessar de far tales o semlans attemptats contra la dita treva losquals conservadors manderan sus grans penas au dit Maurigon que tantost et sen delation quitès et relaxès las ditas pleyas et reparès integramen tots los dampnatges et interessès que per causa de la dita correguda los dits homes près et autres de Vilanova ne aven suffertat autraven aves comparer per devan los dits conservadors a Bordeu per dire et alleguar sas rasos. Mas jamès lo dit Maurigon no volgat quitar las d. pleyas ni reparar los dits dampnatges donats et interessès, ni en quoras comparir per devan las d. conservadors en persona ni autramen. Sufficiamen et tot jorn los d. de Villanova an comparit sufficiamen tots près d’estar a justicia.

Item cum despuys en sa, lo dit Maurigo a tot jor a menassat de corre los de Villanova si non lhi pagaven so quo demandava e talamen que per depte de lhuy dos marchans de la dita vila ne se auser per segui lor marchandisas ni far lor laboratges que lor retorna en dampnatge de plus de IIII o V mil franx.

Item que en lo present mès de mars lo dit Maurigon en semp, cum alcuns autres sos complices an corregut per via de feyt et de man armada al dit loc de Vilanova e près X o XII homes e certan nombre de bestial et retraict on lo dit loc de Biron et aqui los ten en fortas prisos los quals no a volgut rendre per requesta que per lo dit conservador lhy sia stada feyta mès dits qui el ne prendra del dit loc de Villanova tant que ed sera conten de ce quo demanda e tant en tal destrect lo dit loc de Vilanova que no ausen far obra ni joraal.

Item que vesen lo gen tort et injusticia que lo dit Maurigon fey audit loc et que no a volgut cessar per mendamen ni deffensa dels dits conservadors an de la part anglesa ni reparar aucun dampnage … et aussi medis que ne volgut comparir per devan los dits conservadors d’un partit ni d’autre mas greva de jor a en jor los subjets deu rey nostre senhor et es depte que plus los grever si cortamen ny es pravesut, et que los dits conservadors de la part anglesa no poden o no volen far deguna

page 92 / Chap. XVI

raso per requesta que lor sia stada feyta, ni lo avan donar [---------][504] de trevas es dont stat mogut lodit senhor de Lustrat de enformar lo rey nostre senhor et son grand cosseilh de aquesta causa per y aver abus e regard cum en aquest cas volria quo sia remediat.

Item cum si no fes per dopte que si tam ynos procedet autramen que per justitia fessa rompemen de las trevas regardan que en aquestas marchas a gran cop de malnats homes de hun partit e d’autre que de petita occasion aurian per rompre las ditas trevas o autremen retornes en desplazer deu rey nostre senhor lo dit senhor de Lustrat y agora provesit per via de fect o autrement talemen quo lo dit Maurigon sera fors de la dita plassa et fera encoras mes quo lhi sia provesit de las causas necessarias etc. En papier de l’ecriture du milieu du XVe siecle, sans signature.

_______________________________

Certificat donné par Bernard d’Armagnac seigneur de Termes, au vicomte de Tartas, qu’un prisonnier anglois, saisi et enlevé par le capitaine de Montignac aux gens dudit de Termes, qui le menoient, étoit son prisonnier par bonne guerre. (1458 v. st.)

In dossier E 780 aux AD 64.

[505]Sapian tots qui las presen ligiran … que jo Bernat de Manhac sgr de Termes en Armanhac certifiqui … que monsgr Tibaut d’Armanhac mon oncle en lo jorn de sa fin e anet de vita en trepassement aqual dius fassa merte abia et tenia en la vila de Dreux un presonnier anglès aperat Thomas Lotran de la Ylha doyt ha après la mort del dit mon oncle, jo com hereter ma transporten … en la vila de Dreux ne près recebats com hereter susd. lodit presoner et autres ben … Jo done la carga de menar lo dit presoner et portar autres bens a mon hostal de mes sos asaber o Johan de St Lari, mon cosin la bastard de Pardailhan etc. losquals me en refferit et notificat que venen per dessa els vengen al logar en lo loc de Montanhac en loquals loc demandan li centia al capitani del dit loc per entrar dedens ab lodit presoner … loqual capitani ne lo dona point licencia et demoran en lo falsbore del dit loc et lo vespre venent lodit capitani prengo de feyt lo dit presoner et lo mena en lo castet del dit loc prenden color qui lo dit Johan de St Lari et los autres abian panat lodit presoner … mr le vescomte de Tartas lo fe sa rendre et relaxar als susdits que menat lodit presoner a tal condition que lodit Johan de St Lari prometo en la man del dit mgr de Tartas de aver certificat que lo dit presoner era men … o pagar audit monsenhor de Tartas la soma de dus milia scuts … Jo Bernar d’Armanhac sgr de Termes … certifiqui au dit monsenhor de Tartas … que lo dit presoner es men … en lo loc de Termes … de gevier, l’an mil CCCC LVIII.

Et au bas signé : Bernard d’Armanhac sgr de Termes, et est plaqué son cachet, à ses armes : c’est une plaque de cire rouge entre deux papiers, sur l’un desquels on a appliqué le cachet[506], lion grimp.

___________________________________

Requête présentée par le comte de Périgord au duc de Guyenne et ses officiers, tenans les assises de Périgueux, par lesquelles il demande les terres de Maurens, Mouleydier, St Astier, etc. (1471)

Référence non connue aux AD 64.

[507]Requiert et supplie tres humblement mon sgr le comte de Perigord vicomte de Lymoges à tres hault et puissant prince mgr le duc de Guienne et pour luy à messieurs ses officiers en la seneschausée de Perigord ez assises de Perigueux ce merquedi XIeme jorn de juin l’an mil CCCC LXXI l’expedition sommaire des choses qui ensuivent :

De la chatellenie, terre et seigneurie de Maurens ensemble des fiefs et arrieres fiefs, cens, rentes, etc. … à l’occasion desquels procès a esté meu depuis XXX ans ou ….. temps es dites assises entre le dit comte et ses predecesseurs d’une part et le procureur fiscal de la dite seneschaucée pour mr le duc succedant au roy nostre sire es quelles assises le dit procès pend encore indecis d’autre part.

Item de la terre de Mont Leydier et ses appartenances telles comme dessus et aussi de Lalinde.

Item de toute la jurisdiction de St Astier, haute, moyenne et basse, sans que en icelle mon dit sgr le duc fasse aucune retenue.

Lesquelles chouses appartiennent au dit comte de Perigord par droit de proprieté et seign. … utile ainsi qu’il fera duement apparoir.

Demande aussi le dit comte etc . (dechiré)

Item plus que on le soufre jouyr et user pleinement et en paix du ressort primo loco de appellations interjectées à interject. juges et officiers de la dite comté de Perigord et vicomté de Lymoges en tant qu’il en y a au ressort de la dite seneschaucie, soit pour le dit comte ou autres de la feodalité où il est fondé de grande ancienneté par legitime costume deuement precripte par anciens privileges etc. En papier, non signé, ecrit vers 1471.

______________________________________

page 93 / Chap. XVI

Rolle des nobles du Périgord, qui ont comparu aux montres du seigneur d’Albret comte de Périgord, et de ceux qui se sont excusés (c. 1470).

Référence non étabie aux AD 64.

[508]S’ensuivent les nobles reçus et excusés par le rolle de mgr de Lebret comte de Perigord, et ceux qui n’ont point comparer à ses monstres qui ont accoutumé venir ez monstres de Perigort.

Et premieerement par le rolle de la monstre de la baronnie de Nontron, le dit rolle signé par de Poyaulx.

Jehan Flamenc sgr de Condat et de Puyguilhem, hommes d’armes à quatre chevaulx, son costilleur armé de courset et espée et javelines.

Helias Panet, brigandines en point, a dex chevaulx

Jehan de Lambertie, brig. en point, a 2 ch.

Guillaume de Chenebieres tant pour luy que pour Estienne son frere, sgr de Lafourest, brig. a 2 chev.

Raymond de la Martonie pour ce qu’est vielh, a presenté Jacques Gadau, brigand.

Guinot Saulier, brig., à 2 chev.

Jehan de Beaulieu, brig.

Pierre de la Morinie excusé pour maladie.

Bertrand du Barry, sgr de Larnaudie a deux brigandines

Pierre Brun de Grespuy pour luy et Meilhot de la Salmonnie brig. a 2 chev.

Maturin de Jerretie et Arn. Rabiau, brig.

Forton de Vallassieres à cheval en javeline et espée

G. de la Montarie brig. a 2 chev.

P. Vigier brig. a 2 chev.

Estienne de Chauverre brig. et 2 chev.

Pierre Robert par Jehan son bastard brig.

Pierre et Helie de Puysilhon arch. [----].

Le sgr de la Grelliere excusé pour la grand infirmité qu’il a.

Autres reçus et excusés par le rolle de mon dit sgr le comte signé par Sallaignac, reçus à la monstre receue au lieu de Sarjac.

Et premierement messire Anthoine de Sallaignac homme d’armes.

Le sgr de Caumont home d’armes.

Le baron de Biron pour sa vieillesse en baillant un brigantinier en point.

Le baron de Commarque absent a comparu à la monstre de mgr.

Le sgr de Vilhac excusé pour maladie.

Le sgr d’Authefort à l’ordonnance de mr de Curton.

Le sgr de St Genyes s’est excusé et a fait dire qu’il etoit devers mgr de Guienne[509].

Le sgr de La Doze homme d’armes.

Le sgr de Ste Alvere excusé car il est à l’ordonnance dudit de Curton.

Le sgr de Chavaignac homme d’armes, par son fils.

Le sgr de Montmege brig., par son fils.

Le sgr de Pellevesi brig.

Le sgr de Jayac brig.

Le sgr de La Salle, son frere et le sgr de Godon, ung brig.

Le sgr de la Cassanha brigandines.

Le sgr del Fraysse de Terrasson, brigantines.

Guillaume Flamenc sgr de Peyrals brig.

Bozon Cavaule brigantinier.

Le sgr de Clerens brigantinier.

Jehan Las Mastres de St Leon sgr de La Salle bragantir.

Le sgr del Bastit, brig.

Le sgr del Chaslar et Pouton son frere.

Frenon de Losse excusé, à l’ordonnance du roy.

Le sgr de la Chapelle de Montinhac, brig.

P. de Fellets brigantinier.

Le sgr de Monens, brig.

Le sgr de Belpuy, brig.

Le sgr de Sagelars, brig.

Le sgr de Ste Orse, brig.

Le sgr de Gabillion, brig.

Le sgr de la Bonaudie, brig.

Jehan de Casenac et Arn. de la Reylhie brigantin.

page 94 / Chap. XVI

Le sgr de Sauveboeuf, à l’ordonnance du roy.

Jehan Chat brigantinier.

Guillaume de Counac deffault.

Jehan de Berneilh deffault.

Ferrieres de la Brume deffault.

Guillaume de Meilhas a fait le serment en archer.

Ferrieres de la Roussie excusé par veillesse.

Le sgr de Graulet deffault.

Le sgr de Malhoni à Lusignen demeure.

Le sgr de la Salmonie et son frere, brig.

Pouson de la Fest deffault.

Le sgr de Rinhac brigantinier.

Le sgr de Paleyrac armé de brig.

Le sgr de La Roque de Saint Pompoing.

Jehan de Beaufort brig.

Jehan de Goutz, brig.

Gaillard de Lusiers brig.

Autres par le rolle dudit comté de la monstre receue à Bourdeille, reçus et excusés ainsi qu’il s’en fait, le dit rolle signé par Antoine de Charbonieres et Pierre Durand.

Messire Arnaud baron et sgr de Bourdeille en deffault.

Antoine de Broilhac archier en point.

Amenion de l Laux archier en point.

Le sgr d’Estornel, en deffault.

André Giro excusé pour ce qu’il est de l’hostel de Monseigneur.

Guinot Saunier, en deffault mès il a esté receu à la monstre de Mgr.

Le sgr de Cogans, en deffault.

Pierre Tibaud excusé par maladie.

Helias Adhemar, en deffault.

Nicolas de Seguy, en deffault.

Pierre de Plas reçu archier

Jehan de Montardit de Las Coutz archier.

Arnaud Duclaux homme d’armes.

Helies Fourien, en deffault.

Le sgr de Marassin archier en point.

Archambaud de Bourdeille sgr de Montancès homme d’armes.

Pierre de Laplace homme d’armes.

Arnaud sgr de Fayolle par son fils brig. en point.

Tristant de Turenne archier.

Bertrand Grimoard, en deffault.

Thomas Vessac, espée et dague.

Le sgr de Caussade et Jehan de Laville brig.

Giraud Arnaud dit Golce brig.

Jehan de La Vaure de Grignols en cuyrasse et sallade.

Le sgr de Fressine demoure en Lymosin.

Le sgr de Sufferte homes d’armes.

Arnaud de Fayolle sgr du Dohet homme d’armes.

Helias Joubert archier.

Rogier Jaubert, en deffault.

Jehan Andor de la ferriere archier.

Le vigier de Ciurac archier.

page 95 / Chap. XVI

Massin d’Espluche excusé par mort.

Le sgr des Roches arbalestier.

Rogier Vispont, en deffault.

Le sgr de la Rigaudie, arbaleste, espée et dague.

Paulin d’Espluche archier.

André de la Mote et Loys Robinet brig.

Le sr de la Riviere arbal., espée et dague.

Le sgr de Villedieu, en deffault.

Le sgr de La Rigalle, en deffault.

Jehan DElabonne excusé par pauvreté.

Le sgr du Temple, arbal., espée et dague.

Le sgr de Mahurie, arbal., espée et dague.

Jehan de Landric archier en point.

Bernard de St Astier sgr de la Court, archier.

Jauberton d’Allemans, arbal., espée et dague.

Bertrand La Cropte archier en point.

Jehan de Sinhac en deffault.

Messire Ramond de Sallanhac, sgr du Capdeuilh, de la maison de monsgr.

Pierre Brianso, en deffault.

Pierre Nadau de la Chilonie brig.

Messire Pierre de St Gelays sgr de Chassaignes, en deffault.

Presens et excusés par rolle du dit comte à la monstre faite à Exideuil.

Audoy Jaubert sgr de Nantiac, brig.

Leonnet de Premilhac, brig.

Jean Jaubert pour Pierre son fils et pour Lestrade, brig.

Jehan Jaubert et Pierre du Roc brigantinier

Olivier de St Martin et Pierre de Fars, brig.

Jehan Faural, par Pierre Delage, brig.

Pierre Falmenc bastard de Brusac, brig.

Leonnet Deschamps de Lanestie, archier.

Jehan Rogier de Hugonie brigantinier.

Aymard de Ventinhac pour luy et Bertrand de Peyrals brigantinier.

Pierre Colobior de Vaux, javeline, espée.

Jehan Malet sgr de la Jorie brig.

Bertrand Aytz sgr de Mesmyn homme d’armes.

Pierre Jaubert de la Bastide, brig.

Messire Jehan de Coignac de St Jehan Ligour à l’ordonnance du roy, sous mgr de Bueil.

Jehan Brochart sgr de Montmardy à l’ordonnance du roy, sous mgr de Bueil.

Arnonton Manne brigantinier.

Bernard Manne brig.

Jehan de Lauriere par Estienne Bruchart brigantinier.

Bernard Folcaud de Lardimalie brig.

Guinot de Belet et Jehan de Bannes deux brigantiniers.

Aechambaud de Montagrier excusé par pauvreté.

Jehan de St Astier sgr de la Borye brigantinier.

Marques Reys par Mondot de Verdelon, javeline, espée, dague.

Guillaume de Meilhars brig.

Estienne Bonneguise brig.

Thomas d’Authefort de Gabilhon brigantin.

Thomellin de Boussinac demourant en Limosin, pour ce excusé.

Jehan Martin en brigantines.

page 96 / Chap. XVI

Pierre de Masvaleys brigantinier.

Guischart par Henric son fils en espée.

Helias Dubosc en deffault.

Helias de Boyssoul en deffault.

Huguot de Lamothe brigantinier (rien davantage).

Affaires de Navarre. Tiré d’un cayer en papier de 8 ½ pages d’ecriture faite après le milieu du XVe siecle.

_________________________________

Mémoire sur les affaires du royaume de Navarre, et contre le roi d’Aragon (1515)

In dossier E 556 aux AD 64.

[510]Dans la liasse, il ya quelques memoires sur les affaires du royaume de Navarre, principalement un memoire contenant les raisons par lesquelles semble au roy que ……[511] ne doit vouloir entendre à la treve demandée par le roy d’Arragon, ne aussi des domaiges que le dit sgr en porroit recevoir et aussi le roy de Navarre, à quoy soit le bon plaisir du roy y advertir et pourveoir ainsi qu’il verra estre necessaire.

1° Il est tout certain que jamais le dit roi d’Arragon ne pourchassa treve ne appoinctement que pour son advantage et pour gagner temps de pouvoir mener les choses à son intention ainsi que par effet il l’a montré du temps des rois Charles (VIII) et Louis (XII) et est à presumer que, s’il a ladite treve, fera en la façon qu’il a accoutumé faire par ci-devant.

Quand la ditre treve sera accordée … il aura loisir de pratiquer comme il a accoutumé avec les princes et potentats de la chretienté pour les gagner de son côté et les mutiner contre le roy, qu’il fera penser que cette treve luy a eté accordée par la crainte qu’on avoit de luy, qu’au moyen de cette reputation il mettra en crainte les Castilhanois qui luy obeiront aussi par crainte, il levera sur eux grand argent, jusques à tailler les dits Castilhanois à sa volonté, au moyen de quoy il pourra mettre sus gens d’armes en plus grand nombre quand il luy plaira, qu’il pourra se fournir de plus de vivres et de fortifier ses places et envoyer visiter celles de ce royaume où il pratiquera des intelligences par les marchans nobles d’Arragon etc. que les sujets des 2 rois de France et de Navarre (les Navarrois) en perdront le cœur et bon vouloir qu’ils ont envers les dits seigneurs, voyant qu’ils sont frustrés de leur espoir et intention qu’ils avoient c’est que si Dieu faisoit la grace au roy de venir à la couronne comme il est avenu que le dit sgr, tant pour la bonne affection qu’il a toujours porté au dit roy de Navarre que pour la proximité de sang qui est entr’eux, luy arderoit à promptement recouvrer son royaume, et qu’il payeroit le roy d’Arragon des maux des maux qu’il a fait en France.

Item à cause de la dite treve, si le cas est se face le dit roy de Navarre perd les maisons de Grammont, de Luxe et des autres barons et sgrs du royaume de Navarre qui sont delà les ports, lesquels ont toujours tenu pour ledit seigneur lesquels le dit roy d’Arragon a volu par plusieurs fois destruire, et si le faisoit, seroit un grand creve cœur au dit roy de Navarre, qu’on ne peut compter aucunement sur les promesses dudit roy d’Arragon, comme on l’a cognu par experience , que pour la treve il sera plus en etat de secourir ses alliez, qu’il aidera sous main contre le roy etc.

François Premier avoit formé le dessein d’aider le roy de Navarre et s’en etoit expliqué avant meme de parvenir à la couronne, ce qui paroit sur cette note du roy de Navarre sur un billet à part, sic :

Le bon plaisir du roy etant pour lors monsieur, fut me faire scavoir par le mareschal et autres de mes serviteurs le bon vouloir qu’il avoit à me aider au recouvrement de mon royaume et que je meisse peine de me ayder, car de son cousté etoit deliberé de me ayder envers le feu roy, que Dieu pardoint, par le moyen de l’entreprise accordée entre luy et le roy d’Angleterre là où luy mesmes deliberent se trouver en personne pour recouvrer mondit royaume, laquelle chouse il n’estimoit gueres moins que de conquester pour soy mesmes un plus grand estat, de quoi je luy suis merveilleusement tenu, et que je me aydasse du plus grand nombre de gens que je pourrois.

Pareillement, quand Dieu voulut luy donner la succession de ce royaume, me fit scavoir par le dit mareschal que à present puisque Dieu luy avoit donné sa puissance, que ce vouloir etoit si bon que jamais, et que je le cognoisterois et appercevrois par experience.

Les autres pieces qui regardent le royaume de Navarre sont peu.

FIN DU 2eme RECUEIL

<<Retour



[1] en marge gauche : n° 34.

[2] abréviation non comprise.

[3] en marge gauche : guerre des seigneurs.

[4] abréviation non comprise.

[5] mot non compris.

[6] en marge gauche : cette piece est sans datte voisine de l’an 1364, voyez infra au 3e cayer.

[7] en marge gauche : n° 41 / ex authentic. in pergam.

[8] Leydet a ecrit « de Monte Acuto », nous avons rectifié en « Monte Alto », comme l’indique le manuscrit, et l’évidence du contexte (note Cl. R.).

[9] en marge gauche : comte de Perigord, ennemi capital du sgr d’Albret, 1326.

[10] en marge gauche : le comte de Perigord fait la guerre en Agenois.

[11] abréviation non comprise.

[12] en marge gauche : Elie de Taleyrand elu eveque de Limoges, frere d’Archambault comte de Perigord. C’est celui qui fut fait depuis cardinal eveque d’Albano etc. Voilà donc le veritable nom du cardinal bien connu et bien constaté. Voyez au chapitre 38 le [--] procedure etc. entre le chapitre de St Front et le comte de Perigord, de l’an 1311 et 1312.

[13] en marge gauche : n° 50 / siège de Comarque en Perigord, 1438.

[14] en marge gauche : Domme, Bertrand d’Abzac.

[15] non déchiffré.

[16] en marge gauche : Accord entre Archambaud comte de Perigord et Taleyrand son frere, 1370. (Note Cl-H. Piraud :Doat, t. 244, n° 14 ou 15, in extenso).

[17] en marge gauche : briga, gloss.

[18] en marge gauche : fraycheria, gloss.

[19] en marge gauche : fore pour esse.

[20] en marge gauche : 10 octobre 1370.

[21] en marge gauche : chanoine des 2 eglises en 1370.

[22] en marge gauche : avec les signes des deux notaires qui declarent avoir eté presents au contrat, 1370.

[23] en marge gauche : n° 51.

[24] en marge gauche : n° 57.

[25] Nous renvoyons ici le lecteur au document des archives de Pau coté n° 55, et non au n° 60 comme indiqué par Leydet. Nous n’avons pas trouvé cette dernière pièce, mais il en existe plusieurs vidimus ou copies. Nous avons donc choisi de renvoyer le lecteur à la pièce cotée n° 55, qui est particulièrement lisible, et permet de suivre facilement la transcription de Leydet.

[26] en marge gauche : n° 60 /affaire de Bergerac entre le comte de Perigord et la maison d’Albret, terminée par la cession que le comte fait de ses droits au roy Phlippe de Valois.

[27] en marge gauche : n° 66 / l’eveque de Perigueux / ex authentic. in pergam.

[28] patronyme non assuré.

[29] mot non compris.

[30] en marge gauche : ou titres du roy de Navarre comte de Perigord / n° 2 / tailles et dons gratuits ne pouvoient être accordés aux comtes de Perigord, qu’avec la permission du roy de France / ex authentic. in pergam.

[31] en marge gauche : n° 4 / mainmise sur les biens de Bertrand d’Abzac criminel d’etat, decapité.

[32] en marge gauche : n° 6 / ex authentic. in pergam. / voyez le n° 2 du chapitre 53. / Le comte de Perigord et de Penthievre retire les places de Biron et de Montferrand des mains des Anglois pour mille reaux qu’il paye à Maugiron de Bideran qui remet ces places sous l’obeissance du roy en 1451.

[33] en marge gauche : tenue des etats d’Agenois et Quercy en 1451.

[34] en marge gauche : n° 7 / Mainfroy de Salignac.

[35] en marge gauche : n° XI. / lèpre en Perigord en 1480.

[36] en marge gauche : n° 20.

[37] en marge gauche : n° 26 / comput. Acte important pour la chronologie, et comput. etc. Art de verifier les dates etc. /

[38] en marge gauche : En 1321, la Pâques fut le 19 avril. Le jeudi après Pasques fut le 23 avril et en comptant le 23e avril, il y a huit jours jusques à la fin d’avril, ainsi pour avoir ces ab exitu, faites cette règle : ajoutez au nombre des jours du mois entier, et soustraïez ensuite les jours ab exitu donnés, ex : A quel jour repond le VIIJe ab exitu mensis aprilis, ajoutez 1 à 30, 1 + 30 = 31, d’où on ôte 8, 31 – 8 = 23, ainsi le 23e avril repond au VIIj ab exitu aprilis – Leydet. Pour avoir le jour ab exitu qui repond à un jour du mois donné, retirez 1 du jour du mois donné, et soustraïez ce reste du nombre des jours entiers, le reste sera le nombre des jours ab exitu, ex : soit donné le 23 avril, ôtez 1, reste 22, ôtez 22 de 30, reste 8, ainsi VIIJ ab exitu aprilis est le nombre qui doit repondre au 23 avril – Leydet. / Art de verifier les dates.

[39] début du mot effacé, non déchiffré.

[40] en marge gauche : Chronologie, toutes ces dates sont très lisibles, qd expend. donc l’usage d’Aquitaine sous les Anglois suivoit le comput.

[41] Le « c » (cent) n’est pas assuré. Nous ne voyons pas cependant d’autres possibilités

[42] ou Cardanonia.

[43] en marge gauche : n° 26

[44] en marge gauche : cotte 28.

[45] en marge gauche : le sire de Pons pour le roy de France.

[46] en marge gauche : ce seneschal ne s’en rapporta pas à G. de Sabanaco, vide infra.

[47] fin de ligne peu lisible, avec texte en surcharge.

[48] en marge gauche : lots et ventes au roy à Perigueux.

[49] en marge gauche : c’etoit Jean d’Arrablay.

[50] en marge gauche : n° 29.

[51] en marge gauche : n° 30 / guerre de Philippe le Bel en Guyenne.

[52] en marge gauche : n° 31 / chateau d’Ans pris en 1372 / ex authentic. in pergam.

[53] abréviation non comprise.

[54] en marge gauche : n° 32 / plaintes d’Archambault au roy, 1392.

[55] en marge gauche : le comte de Perigord Archambault V se plaint à Charles VI des violences qu’exerce contre luy le seneschal de Perigord(Aymeric de Cabanis n’etoit que lieutenant du seneschal).

[56] mot non déchiffré.

[57] non compris.

[58] en marge gauche : « à tout » pour « avec », gloss.

[59] en marge gauche : ce mot est rompu, mais on le supplera par le mot « douzieme », soit l’an 1392. Vide infra n° 63.

[60] en marge gauche : fleurs de lys reduites à trois dès l’an 1392.

[61] mot non déchiffré.

[62] en marge gauche : cotté 36 / Bonneval, Beaupoil chevalier / Ranconnet / en parchemin.

[63] en marge gauche : n° 40.

[64] patronyme peu lisible.

[65] en marge gauche : n° 43.

[66] en marge gauche : suyr = suivre, gloss.

[67] non déchiffré.

[68] en marge gauche : n° 44.

[69] en marge gauche : don de 3000 livres sur la conquete à faire.

[70] en marge gauche : sauvegarde sur la comté de Perigord, parce que le comte avoit appellé au roy de prince de Galles.

[71] en marge gauche : n° 45.

[72] en marge gauche : n° 50 / ex authentico.

[73] en marge gauche : Etats à Lymoges en 1409.

[74] en marge gauche : l’archiprétré de Nontron de 25 parroissess.

[75] en marge gauche : n° 51 / Reduction de Carlus et Comarque en Perigord.

[76] oc aida, au sens ancien d’impôt exceptionnel

[77] p. oc recebre ; de même recevedors p. oc recebedors, travalhar p. trabalhar etc.

[78] oc °voida nf = évacuation (des troupes et garnisons) : cet argent est destiné à payer les ennemis pour qu’ils évacuent les places en question ; du verbe voidar = vider ; v et b ont un tracé presque semblable, de plus, la prononciation est pratiquement la même non seulemrnt en gascon mais dans la majeure partie du sud-oc, aussi le scribe a peut-être écrit boida…

[79] mauvaise lecture de Leydet pour talh = impôt (c et t sont souvent tracés de la même façon…)

[80] - endit participe passé de oc endire = imposer : cum lo talh de la dita ayda  sia endit el dich pahis et nous non puscan travalhar a recebre l’argent degut …= vu que la contribution à ladite aide est imposée sur ledit pays et que nous ne pouvons œuvrer à percevoir l’argent dû en Périgord au-delà de la Vézère

[81] oc enlà / enlai = au-delà ; de vezera enla = au-delà de la Vézère

[82] cum, lecture très incertaine, et faut lire pareguet, ou –gues preterit ou subj imparfait du v. pareisser = apparaître ? ; faut-il comprendre qu’ils ne peuvent  percevoir cette aide parce que cette partie du Périgord est  occupée par l’ennemi(cum paregués occupatzz de cas-sujet singulier) , ou parce qu’eux sont occupés à d’autres negòcis (affaires, négociations) du roi, dont ils sont chargés par la commission citée ?...

[83] devis = avis, souhait

[84] non déchiffré.

[85] ibidem.

[86] en marge gauche : vaiga, gloss., delivrance.

[87] en marge gauche : selon, pour second, gloss.

[88] en marge gauche : n° 51 / ex authentico.

[89] en marge gauche : n° 56 / Brunissende à Perigueux, 1312.

[90] en marge gauche : n° 59 /

[91] en marge gauche : n° 62 / 1431.

[92] en marge gauche : sceau de la cour commune employé encore en 1462.

[93] en marge gauche : n° 63 / Archambaut V obtient de la main duroy la main levée de ses revenus en 1392

[94] en marge gauche : proces avec la ville et chapitre de Perigueux source des malheurs du comte de Perigord.

[95] en marge gauche : tentatives du roi Charles VI pour accorder le comte et le chapitre et consuls de Perigueux, 1392. Voyez supra n° 32.

[96] mot presque effacé.

[97] en marge gauche : n° 67 / in pergam.

[98] en marge gauche : n° 72 / lettre d’Edouart prince de Galles pour le comte de Perigord, 1365.

[99] en marge gauche : connoissance des pons et chemins publics appartient au comte de Perigord, 1365.

[100] mot non déchiffré.

[101] en marge gauche : n° 73 / seigneurie de Maurens remise au comte de Perigord, 1451.

[102] en marge gauche : n° 74 / Le prince de Galles exige le fouage du Perigord, cause de la guerre, Froissard etc., 1366.

[103] en marge gauche : n° 77 / Louis Hutin mande au comte de Perigord de se trouver en armes à Arras pour la guerre de Flandre, 1315 / en parchemin.

[104] en marge gauche : n° 78.

[105] en marge gauche : les consuls de Perigueux et habitans de L’Ile (Lisle) s’opposent à la cession que le roy Philippe de Valois fait au comte de Perigord de ses droits sur leur ville (1342).

[106] nous renvoyons ici le lecteur à l’original, et non au vidimus transcrit ici par Leydet, qui par ailleurs transcrit l’original plus avant (p. 37 de ce même recueil).

[107] en marge gauche : n° 6 / ex authentico in pergam. / Le roy Charles appelle Tallerand « consanguineus ».

[108] en marge gauche : n° Ier.

[109] en marge gauche : n° 5 / Etats du Perigord. Impositions 1513.

[110] non déchiffré.

[111] ibidem.

[112] en marge gauche : 3 estats assemblés par chatellenie.

[113] en marge gauche : St Astier n’est pas mis ici.

[114] en marge gauche : n° 5 / sur copie conforme.

[115] Selon l’intitulé dans l’inventaire de Pau, ce document n’est pas référencé dans la table des matières du recueil n° 2 du tome 9 du Fonds Périgord.

[116] en marge gauche : impositions pour le roy de Navarre comte de Perigord reparties et mises par les elus du roy de France / consentement des etats necessaire.

[117] en marge gauche : la noblesse et l’eglise ne paroissent appelés que pour conseil, non pour contribuer (à examiner).

[118] en marge gauche : n° 8 / don fait par Charles VII à la comtesse de Penthievre d’une bible qui avoit appartenu à Bertran d’Abzac decolé à Limoges, le XI mars 1438. / ex authentic. in pergam. / voyez la cotte LXIX chap. 24, fol. X [illis.] un msc etoit encore alors un effet precieux. Marguerite de Sicile laissa par son testament un breviaire au roy de Sicile son père (voy. Villaret, tome XI p. 116). / voyez [non déchiffré] n° 8 chap 9 supra.

[119] en marge gauche : en 1439, Paque tomba le 5 avril.

[120] en marge gauche : ceci mis pour montrer que l’on commencoit l’année en Limousin le 25 mars. Art de verifier les dattes. Comput. chronol. Il se fit un changement dans la manière de dater en 13.. etc. Voyez le disc. de l’Art de verifier les dates.

[121] en marge gauche : n° 11 (XI). / 2 mai 1343.

[122] en marge gauche : Agnes de Perigord veuve de Jehan de Duras prince d’Achaïe fils dur roi de Sicile et de Jerusalem. / Suit une note presque illisible en marge gauche, que nous n’avons pas pu ou su transcrire.

[123] en marge gauche : n° 12 / en parchemin / Archambault V est encore payé de sa [mot non compris] en 1372, 20 mars.

[124] en marge gauche : n° 14 / impositions.

[125] en marge gauche : etats assemblés à Montignac 1458.

[126] chiffre des milliers non déchiffré.

[127] en marge gauche : Roffinhac en Sarladois pour Christophe de Rouffignac.

[128] en marge gauche : n° 19 / ex authentic. in pergam.

[129] en marge gauche : A la paix faite entre les rois de France et d’Angleterre, il fut stipulé que le 1er restitueroit au  second des terres possedées par le comte de Perigord.

[130] en marge gauche : les consuls et le chapitre de St Front s’opposent autre --- du droit de commun et des lots et ventes entre les mains du comte de Perigord.

[131] en marge gauche : Louis IX appelé St Louis par le chapitre de St Front 1304, malgré etc. chron. ad ----- vit. Ludovic. par an 1304.

[132] en marge gauche : Jean d’Arreblai, seneschal de Perigord et Querci.

[133] en marge gauche : n° 20. / comput. Quod Na Be, pour l’Art de verifier les dates. Leydet.

[134] en marge gauche : pour une rente en argent bled et vin.

[135] fin du patronyme non déchiffré.

[136] en marge gauche : comput. dans le meme n° 20.

[137] en marge gauche : n° 23.

[138] en marge gauche : Montrevel donné à Roger Bernard par le roy de France, voyez dans mon IVe recueil l’acte de notation ex authentico.

[139] en marge gauche : n° 27.

[140] en marge gauche : n° 30 / Montaut.

[141] en marge gauche : acte du seneschal en encre verte, 1347.

[142] Original en latin. Nous disposons (p. 18) d’une version en français de ces lettres et d’un vidimus en latin (p. 28) dans ce même recueil (voir ci-dessus).

[143] en marge gauche : n° 35 / ex authentic. in pergam. / quelques mots non déchiffrés. / Le dessin du sceau en marge gauche et commenté à la fin de l’acte par Leydet n’a pas été ici reproduit, mais le lecteur trouvera le cliché numérique de ce sceau en suivant le lien indiqué.

[144] en marge gauche : n° 36.

[145] en marge gauche : n° 38 / Puynormant, Villefranche, Grignols, Saint Astier, Estissac Beauregard, Lalinde, cedés au comte de Perigord pour les terres de Lomagne et de Hautvillars restituées au roy d’Angleterre sans doute parce que ayant été saisies pendant la guerre.

[146] en marge gauche : terra, mot generique pour fonds (gloss.) / le comte se demet expressement de ces fonds et le roy (les) restitue au roy d’Angleterre (voyez le n° 28 chap. 6).

[147] en marge gauche : C’est à Lyon que se fit cette compensation, où se trouvoit le pape Clement V, qui avoit des interets dans cette affaire à cause de son frere Garcie de Got. / n° 38.

[148] Abréviation non déchiffrée.

[149] Ibidem.

[150] voir aussi dans ce même tome 9, recueil n° 4, le document p. 13 (chap. 39)

[151] en marge gauche : n° 41 / le comte de Perigord chargé par le roy de garder les frontieres avec son armée composée de 200 hommes d’armes et 500 serviteurs, 1345/ Bourdeille, Bertrix, Celle.

[152] en marge gauche : n° 44 / Charles V confirme au comte de Perigord en 1369 toutes les donnations faites par le roi Jean son predecesseur au comte de Perigord.

[153] en marge gauche : n° 47 / Le comte de Perigord reconnoit le roy d’Angleterre après le traité de Bretigny.

[154] en marge gauche : n° 48 / Levée d’argent faite en Perigord par ordre de la regente, pour la rançon du roy de Navarre pris à Pavie.

[155] en marge gauche : Louyse d’Angouleme prend le titre de regente, etc. Pour la contestation entre le [passage non déchiffré] sur les regences en France, Man. des Belles Lettres etc.

[156] non déchiffré.

[157] en marge gauche : n° 53 / Lettres d’estat en faveur du comte de Perigord 1334.

[158] passage (jusqu’à la fin du document) écrit entre les lignes ou dans la marge gauche, souvent très peu lisible.

[159] vidimus (note Cl. R.).

[160] en marge gauche : n° 56 / Bergerac donné à Tallerand, miles, pour les 3000 livres promises, 1370 / Bergerac aux Anglais en en 1370, 1er juin.

[161] en marge gauche : n° 57

[162] en marge gauche : Charles V assigne une pension de 40 000 francs d’or sur le Languedoc au comte de Perigort, en cas qu’il appelle à la cour du parlement, de ses griefs contre le roy d’Angleterre 1368, nov. / voyez infra ce qu’il est dit de l’assemblée des grands du royaume pour porter le roy d’Angleterre à manquer, etc. aux notes vexations du prince de Gales etc.

[163] en marge gauche : n° 59 / Lettres closes / Talerand de Perigord soutient la guerre en Perigord 13--.

[164] en marge gauche : forme des lettres closes / diplomatique.

[165] en marge gauche : n° 62. Texte souvent peu lisible, avec ratures, surcharges et compléments dans la marge gauche.

[166] en marge gauche : seneschaussée d’Agenois unie à celle de Querci en 1271. Puis celle-ci fut unie à celle du Perigord / L’official ne reprend pas le commencement de l’acte comme les autres, mais il en donne l’extrait, ce qui est une forme de vidimus particulière que je n’ay pas vues pour ces temps.

[167] en marge gauche : Marie comtesse de Perigord en 1271.

[168] en marge gauche : n° 64 / confirmation de Philippe le Hardi en 1273.

[169] en marge gauche : n° 73 / Philippe de Valois assigne au comte de Perigord 200 livres. / Affaire de Bergerac expliquée en abbregé.

[170] en marge gauche : eloge du cardinal de Perigord par Philippe de Valois qui l’appelle « carissimus et fidelis amicus noster »

[171] en marge gauche : n° 74 / Aremborx (hinc forte Aremburge. Leydet), veuve de Caumont.

[172] en marge gauche : n° 8 / Agnes de Perigord, fille d’Archambaud de Perigord, epouse le fils du roy de Sicile, 1321 / imprimé déjà dans le 2e volume de Vitae Paparum Avenionsium, publiées par Baluze, in 4° (in extenso, LXV – Claude R.).

[173] en marge gauche : plus bas il est appelé Aymericus.

[174] en marge gauche : plus bas il est appelé Albericus.

[175] en marge gauche : Gui de Bourdeille, caution pour le comte de Perigord.

[176] en marge gauche : ici les « r » ont quelques fois un accent, sic « Duroforti ».

[177] en marge gauche : n° 14.

[178] en marge gauche : pagia : gloss.

[179] en marge gauche : Castelneau de Berbiguieres racheté des Anglois.

[180] en marge gauche : n° 17 / contrat de mariage de Roger-Bernard comte de Perigord et Alienor de Vendosme.

[181] en marge gauche : le cardinal de Perigord donne son consentement à ce mariage, par acte public.

[182] en marge gauche : Marguerite de Lautrec sœur d’Archambaut.

[183] en marge gauche : Brunissende de Foix, Mirepoix en 1313.

[184] en marge gauche : cotté 34 / Artus de Bretagne vicomte de Lymoges. (Note Cl-H. Piraud : Doat, t. 38, n° 1, f° 42, in extenso).

[185] en marge gauche : n° 39 / Jeanne de Perigord epouse Pierre de Bordeaux, 1289.

[186] en marge gauche : n° 40. (Note Cl-H. Piraud : Doat, t. 242, n° 37, f° 613, in extenso).

[187] Les 2 versions du document évoquées plus avant par Leydet existent toujours aujourd’hui à Pau, mais sont toutes les deux en fort mauvais état de conservation (Cl. R.)

[188] en marge gauche : n° 41 / Marguerite de Biron fille du sgr de Montferrand, 1323. (Note Cl-H. Piraud : Doat, t. 39, n° 4, f° 19, in extenso).

[189] en marge gauche : rapport des anciens sterlins usités en Guienne avec les livres tournoises petites noires, 132 (monoyes).

[190] en marge gauche : denarium auri de lanhel (ce mot bien ecrit), ce doit etre lanhel, c'est-à-dire des deniers à l’agnel, à cause d’un agneau qui y etoit representé, voyez Leblanc, page IIJ, Traité historique des monoyes.

[191] ce que nous lisons (Cl. R.)

[192] en marge gauche : tout ceci est collationé avec l’acte semblable ci-dessus indiqué, les valeurs des monoyes sont les mêmes, ainsi il n’y a point d’erreur d’ecriture à craindre, outre que ces deux actes en parchemin sont bien ecrits pour le temps – Leydet.

[193] en marge gauche : Guillaume de Biron, fils d’Aymeric. / Garin de Biron.

[194] en marge gauche : loy salique etc. pour la noblesse.

[195] en marge gauche : substitutions en usage en 1323.

[196] en marge gauche : n° 51 / Eremburge fille de Helie de Perigord epouse Jacques de Lavie. / ex authentico in pergameno.

[197] en marge gauche : n° 56 / le comte d’Armagnac à Montignac  le 13 avril 1390 / en parchemin, un peu mangé des rats.

[198] mot en surcharge non déchiffré.

[199] dessins non reproduits ici.

[200] en marge gauche : n° 57 / Aubeterre.

[201] en marge gauche : vavasseurs.

[202] non déchiffré.

[203] en marge gauche : n° 60 Margarita de Ponte femme d’Archambaut de Comborn, 1257.

[204] en marge gauche : fiefs militaires.

[205] en marge gauche : maneschaux : officiers particuliers des seigneurs. 1257. gloss.

[206] en marge gauche : cette clause fut supprimée dans les privileges de Montignac. Ces immeubles ne furent plus confisqués etc. vid. supra.

[207] en marge gauche : le commun n’etoit pas un impost reglé et annuel en 1257, et se levoit neanmoins meme après la cession que St Louis fit à Henry III roy d’Angleterre. Ce qui prouve que c’etoit un droit de souverain dominant.

[208] en marge gauche :castrum etoit moins que fortalitium. Gloss. Le suzerain en pouvoit donner le droit à son vassal sans que le roy y intervint (preuve negative).

[209] dessin du sceau dans la marge non reproduit ici.

[210] en marge gauche : n° 59 / Bone de la Roche heritiere universelle d’Ademar de la Roche, militis, 1360.

[211] ???

[212] en marge gauche : n° 3 / testament d’Archambaut comte de Perigord, 1295.

[213] en marge gauche : prieuré de Galrostit 1295, prieuré de Paunac, 1295. / bastide de Benevent, Templiers d’Andrivaulx.

[214] en marge gauche : fondation pour la croisade.

[215] non déchiffré.

[216] Ibid.

[217] en marge gauche : abus des juges du comte abolis.

[218] en marge gauche : je crois qu’il y a « juxta ». / il y avait quatre leproseries à Perigueux en 1295. / leprosus defractus, gloss.

[219] en marge gauche : Helie Taleyrand, fils ainé, heritier universel.

[220] en marge gauche : comté de Perigord substitué, meme aux filles.

[221] en marge gauche : enfans d’Archambaud comte de Perigord. / il ne dit rien de sa 2e femme qu’il ne nomme pas même nulle part dans ce testament.

[222] en marge gauche : on ne lit pas clairement ce mot.

[223] en marge gauche : ces dernieres paroles supposent qu’il n’y avoit pas encore d’eveque à Perigueux le dimanche avant le 8 septembre 1295. Il n’etoit pas encore connu à Perigueux le VII des kal. d’octobre 1295, vid. infra (Leydet).

[224] en marge gauche : ainsi Archambault comte de Perigord est mort entre le 20 et le 25 septembre 1295.

[225] en marge gauche : siege de Perigueux vaquant le VII des kal. d’octobre 1295.

[226] Transcrit également dans Léon Dessalles, Périgueux, les deux derniers comtes de Perigord, p. 137. (ouvrage présent sur ce site à l’adresse : http://www.guyenne.fr/Publications/Perigueux_derniers_comtes.htm), avec comme source indiquée : Bibl. du roi, coll. Doat, t. 244, reg. du Perigord, coté 3, fol. 225.

[227] en marge gauche : n° 5 / Testament d’Archambault VI, dernier comte de Perigord, 1425.

[228] en marge gauche : Archambault V enseveli à Montignac.

[229] en marge gauche : il institue son heritiere sa sœur Helionor

[230] en marge gauche : il exclud ceux qui ne seroient pas soumis au roy d’Angleterre et de France qu’il appelle son souverain.

[231] en marge gauche : illustres signataires du testament d’Archambault.

[232] en marge gauche : cotté 10 / Caumont.

[233] en marge gauche : Templiers, croisade : don lorsque le comte ira à la croisade, usages.

[234] en marge gauche : cotté 12 / Fronsac.

[235] non déchiffré.

[236] ou « Paracollum ».

[237] en marge gauche : cotté n° 14 / Jeanne de Pons comtesse de Perigord / croisade indiquée.

[238] Il existerait aussi une copie de ce testament dans le dossier E 12 (note Cl. R.)

[239] en marge gauche : cotté n° 17(vidimus) & 21 (original) / Testament d’Eleanor de Vendome, comtesse de Perigord.

[240] en marge gauche : Raymunde abbesse de Sainte Claire de Perigueux.

[241] en marge gauche : N° 17 et n° 21. Le n° 21 est le meme acte, mais original, et en encre verte. 3 sceaux pendoient au bas.

[242] en marge gauche : n° 15.

[243] supposition.

[244] en marge gauche : mots soulignés sont en interligne dans l’original

[245] en marge gauche : sazitus pour saizitus.

[246] en marge gauche : qui fait son heritier son fils Helias Talairan, legue 10 000 sols à sa fille Aremborce, et ordonne que sa 2e fille Audea soit religieuse. / meme disposition pour sa 3e fille Galharda.

[247] le début de la somme est en pointillés dans le texte de Leydet, avec une l’indication dans la marge : lire VII ex infra.

[248] en marge gauche : fille peut succeder à la comté de Perigord, 1266. Ainsi elle n’est pas un fief militaire.

[249] en marge gauche : fondation à Chancellade qui etoit le lieu de la sepulture ordinaire des comtes de Perigord.

[250] patronyme non déchiffré.

[251] en marge gauche : ce mot non déchiffré. / Nota : il y a 3 endroits où sont des mots interlignés, et 5 endroits où des mots sont effacés, cependant il n’y est pas fait mention au bas de l’acte, comme l’on voit dans les actes du siecle finissant, neanmoins ce testament d’Archamb. En 1266 est très authentique, puisque c’est l’original meme scellé de deux sceaux, dont un subsiste et le cordon de l’autre. Diplomatique etc.

[252] en marge gauche : tous les temoins sont des religieux dominicains.

[253] Mots rayés.

[254] en marge gauche : n° 16 / Codicille d’Archambault in vigilia beati Mathei apostoli, april. 1295, voyez supra le n° 3 de ce chapitre.

[255] en marge gauche : ecuyer commensal et compagnon du comte.

[256] voir également, dans le recueil n° 4 de ce même tome n° 9, pp. 98 et suiv., une transcription beaucoup plus complète de ce même document.

[257] en marge gauche : n° 18. Testament de Guillaume de Bretagne.

[258] en marge gauche : pour la canonisation de Charles de Blois.

[259] en marge gauche : n° 19. / don fait par Jeanne comtesse de Toulouse à Philippa niece du comte de Perigord, voyez le n° 4 du chapitre 7.

[260] en marge gauche : Castilhonnès / Il n’est pas parlé ici d’Aultvillars ni de Lomagne – Leydet.

[261] peut-être in dossier E 648 ? A rechercher.

[262] en marge gauche : n° 20. / Guillaume de Bretagne mort le 30 aout 1454 selon l’attestation du sire des Cars.

[263] pour « universae carnis » (note Cl. R.)

[264] en marge gauche : n° 23. / Itier de Magnac. (Note Cl-H. Piraud : Doat, codicille en langage gascon, t. 44, n° 8, f° 121, in extenso).

[265] voir également : Bulletin SHAP, tome IX (1882), pp. 575-592 : http://www.guyenne.fr/archivesperigord/shap/T9_1882/Nontron_Essais.htm

[266] en marge gauche : n° 34.

[267] le sens ici nous échappe. « aselio » ou « asclio » ?

[268] en marge gauche : intention des peres qui ordonnoient que leurs filles se fassent moinesses.

[269] en marge gauche : n° 23. / Leydet n’a-t-il pas commis ici une erreur ? (même numéro que pour Itier de Magnac, au sein du même chapitre (Cl. R.)

[270] en marge gauche : chanoine de St Front de Perigueux, dit « ecclesia secularis », 1318.

[271] en marge gauche : Castrum Mauronense, chateau des Maures etc. id est Castelmoron.

[272] en marge gauche : ordre de la succession pour les enfants jumeaux.

[273] en marge gauche : Felets. Cette maison de Felets subsiste encore près de Montignac, dans la parroisse d’[Aub--] (non déchiffré).

[274] 2 ou 3 mots raturés ou peu lisibles, non déchiffrés.

[275] non déchiffré. « Guilhelmum » possible bien sûr.

[276] en marge gauche : n° 26.

[277] Peylort ou Peytort ?

[278] en marge gauche : n° 27. / Testament de Guillaume de Magnac, miles, Nontron.

[279] en marge gauche : un chevalier declare ne pas avoir de sceau.

[280] en marge gauche : n° 46. / in pergam.

[281] Caernarvon au pays de Galles, près de Bangor (note Cl. R.)

[282] en marge gauche : Testament de Jeanne de Perigord, dame de Laverdac. / pas de numéro – (note Cl. R.)

[283] mot non déchiffré.

[284] en marge gauche : n° 2.

[285] en marge gauche : Lisle, fol. 1 r°

[286] Cela signifie-t-il que toutes les aliénations, ainsi que les lettres de Louis XII (mentionnées plus avant) sont dans ce même cahier dans  le dossier E 649 ? A voir à Pau.

[287] en marge gauche : pariage St Astier, au fol. 6 r° et suiv. / cet acte n’est point passé capitulairement à St Astier, selon les regles, on ne dit point pourquoi ce pariage s’est fait à Perigueux. D’ailleurs Alain d’Albret ni ses successeurs n’ont eu jamais une possession paisible, avouée par le chapitre de St Astier – Leydet.

[288] « seindre » ou « scindre ». C’est ce que nous lisons, nous l’avouons, sans comprendre.

[289] en marge gauche : fol. 9 v° / passage très peu lisible (note Cl. R.)

[290] non déchiffré.

[291] en marge gauche : reymere = remeré, gloss.

[292] en marge gauche : n° 16.

[293] en marge gauche : charge de froment evaluée 40 sols., la charge valant 2 boisseaux, 1520.

[294] en marge gauche : curé de Brenac près Montignac.

[295] en marge gauche : n° 33 / Bourdeille.

[296] Ce document aurait dû être placé dans le chapitre XI, celui des testaments.

[297] en marge gauche : chap. 11 n° 132.

[298] en marge gauche : sceaux singuliers.

[299] non déchiffré.

[300] en marge gauche : chap. IX n° 67 (nous lisons nous LXV au dos du document – note Cl. R.) / LAMBERT de Boniface.