<<Retour

COLLECTION GÉNÉRALE DES DOCUMENTS FRANÇAIS QUI SE TROUVENT EN ANGLETERRE.

 

PAR JULES DELPIT.

TOME PREMIER.

 

ARCHIVES DE LA MAIRIE DE LONDRES,

DU DUCHE DE LANCASTRE,

DE LA BIBLIOTHEQUE DES AVOCATS ET

DE L'ECHIQUIER (1ère partie).

 

1847

 

 

 

 

p. i

AVANT-PROPOS.

MOTIF, BUT ET PLAN DE CETTE PUBLICATION.

 

Il est bien difficile de faire une étude approfondie de notre histoire sans songer que les archives d'un peuple voisin, longtemps gouverné par des princes d'origine française, et possesseurs à ce titre de quelques-unes de nos plus belles provinces, doivent nécessairement contenir une foule de documents intéressants pour nous; cependant, depuis la célèbre mission confiée à Brequigny, lorsque Louis XV fit entreprendre le vaste ensemble de travaux historiques dont le souvenir honorera toujours la mémoire de son règne, aucune nouvelle recherche n'avait été exécutée, officiellement dans les archives anglaises, et si quelques efforts avaient été tentés, c'était plutôt, il faut l'avouer, dans l'intérêt de publications particulières que dans le but de continuer les travaux de l'illustre académicien du dix-huitième siècle.

En 1842, sur la demande de M. Augustin Thierry, le Ministre de l'instruction publique voulût bien me désigner pour aller recueillir, dans les divers dépôts littéraires de Londres, tout ce qui, complétant la collection des documents rapportés par Brequigny, pourrait intéresser notre histoire et notre littérature nationales.

Arrivé à Londres, je compris bientôt qu'on ne se faisait pas en France une assez haute idée de l'importance des archives anglaises: à la vue de tant de dépôts inexplorés, de tant de richesses inconnues, et dont l'existence n'était pas même soupçonnée, je fus presque effrayé de l'immensité de la mission dont je me trouvais investi. Il ne s'agissait plus de rassembler à la hâte quelques brillants lambeaux, et

 

 

p. ii                                                                                                                                                 AVANT-PROPOS.

 

de recueillir les documents échappés par hasard aux regards du maitre; si je voulais être utile et placer mon travail à la hauteur de l'importance nouvelle de ma mission, il fallait asseoir mes recherches sur les mêmes bases qu'elles auraient eues si le gouvernement français m'avait chargé de l'exploitation en grand d'une mine à peine entamée et du complet épuisement des ressources offertes par les archives britanniques. Il y a tant de documents français en Angleterre, que la plupart des productions historiques sont obligées de s'en imprégner; et tandis que nos historiens les ignorent, nos voisins en enrichissent des recueils auxquels ils sont tout à fait étrangers. Presque jamais ces publications isolées et sans but n'aboutissent à rien de réellement utile pour la science, et les documents sur lesquels on voulait appeler la lumière restent aussi profondément enfouis et perdus sur les rayons de quelques bibliothèques privilégiées, qu'ils l'avaient été jusqu'alors dans la poussière des archives. Prolonger une telle situation n'est pas seulement laisser subsister un obstacle aux progrès de notre histoire, c'est donner une espèce d'encouragement à l'esprit de système; c'est vouloir que les hommes sérieux et capables d'élever un monument durable, reconnaissant l'impossibilité de se procurer des matériaux réels et solides, se contentent de fictions ou de conjectures, et se rejettent tout entiers dans le domaine de l'imagination.

S'il m'était impossible d'apporter immédiatement et efficacement un remède à un pareil état de choses, je pouvais du moins diriger mon travail de manière à le faire servir de premier pas vers un meilleur avenir, et c'est la tâche que je me suis imposée. Après avoir examiné quelques-uns des dépôts où je savais que Brequigny n'avait pas pénétré, je revins à Paris. M. le Ministre de l'instruction publique approuva mes projets, et je fus chargé de retourner à Londres pour rassembler les matériaux du premier volume d'une vaste collection dont on voulait d'abord juger par un essai. Ce volume est donc la tête et comme une sorte de spécimen d'un recueil très considérable, et basé sur les considérations suivantes.

La science de l'histoire embrasse tout ce qui a existé, et ne doit répudier aucun des monuments dont l'utilité se révélera tôt ou tard. Je me suis donc imposé la loi rigoureuse de n'avancer dans l'immense champ que j'avais à parcourir, qu'après avoir scrupuleusement et complètement épuisé chaque portion du terrain sur lequel je me trouvais placé, et j'ai successivement transcrit, dans les dépôts visités, tous les documents inédits, quels qu'ils soient, qui peuvent nous intéresser. Mon travail formera ainsi, dès le premier volume, un tout indépendant et complet, et pourra néanmoins être repris et continué jusqu'au moment où une seule table chronologique, réunissant tous ces volumes, permettra d'embrasser d'un coup d'oeil le vaste ensemble de tous les documents français qui se trouvent en Angleterre.

Dans la transcription de tant d'actes de toute espèce, il est aussi impossible de

 

 

p. iii                                                                                                                                                AVANT-PROPOS.

 

songer à faire un choix que d'adopter pour le classement des pièces un autre ordre que l'ordre chronologique. Nous avons un exemple frappant des inconvénients qui peuvent résulter d'une détermination différente. Un homme que l'activité et la profondeur de son jugement, autant que son immense érudition, ont placé au rang des gloires littéraires de la France, Brequigny, crut que, du point de vue où la science était arrivée, il pouvait faire un choix dans les documents qui passaient sous ses yeux. Dans sa préoccupation, il ne songea pas que la science qui lui devait déjà tant de progrès pouvait avancer encore, et qu'un érudit, quelque haut qu'il soit placé, ne doit jamais se faire un agent de destruction, en replongeant dans l'oubli des monuments que les siècles ont épargnés. Les documents qu'il dédaigna comme ne pouvant tout au plus servir qu'à satisfaire une vaine curiosité sont peut-être ceux-là même que les historiens recherchent aujourd'hui avec le plus d'empressement.

D'un autre côté, si l'on négligeait de décrire exactement les dépôts ou les portions de dépôts qui sont explorés, la masse des documents à examiner resterait toujours la même, et les travailleurs futurs se trouveraient dans l'alternative fâcheuse de refaire, sans s'en douter, un travail déjà fait, ou de laisser, sans les examiner, des documents du plus haut intérêt. Cette pensée ne s'était, à ce qu'il paraît, présentée à aucun de ceux que le gouvernement français avait chargés de recherches historiques en Angleterre, et pour en donner une idée, il suffira sans doute de dire qu'il n'existe jusqu'ici aucun autre moyen de s'assurer qu'un acte a été connu de Brequigny, que de parcourir une à une toutes les pièces de sa volumineuse collection. Ainsi, pour que d'autres ne soient pas exposés à recommencer des recherches qui déjà avaient été inutilement entreprises, j'ai joint à la nomenclature des dépôts qui m'ont fourni des documents, l'indication des dépôts ou de leurs parties où je n'avais rien trouvé (1), et j'ai joint à la notice des travaux déjà terminés une indication de tous les documents recueillis par mes devanciers.

On peut dire aussi qu'un des obstacles les plus nuisibles aux progrès de la science de l'histoire est bien certainement le système défectueux d'après lequel ont été exécutés la plupart des grands recueils de documents historiques: ce plan vicieux a causé dans la science à peu près les mêmes résultats qu'amène dans les arts mécaniques l'emploi d'outils mal confectionnés. La plupart de nos éditeurs se sont bornés à l'impression pure et simple de leurs copies, et, sous prétexte de ne publier que des actes uniformes ou de faire un choix, ont laissé dans l'oubli une foule

 

(1) Je dois prévenir ici que j'ai réuni à la notice consacrée aux archives de la mairie de Londres quelques notes sur l'histoire de cette ville elle-même. Ces notes, qui ne rentrent pas directement dans le plan que je me suis imposé, ne seront peut-être pas regardées comme trop déplacées dans ce volume, si l'on considère qu'elles sont pour la plupart utiles à l'appréciation et quelquefois même à l'intelligence des nombreux documents extraits de ce dépôt.

 

 

p. iv                                                                                                                                                AVANT-PROPOS.

 

de pièces intéressantes et utiles. De ces deux faits il est résulté les plus graves inconvénients. D'abord, cette exclusion volontaire de documents, quelquefois très-importants , a souvent été cause de leur destruction; puis un grand nombre de travailleurs, trompés par un titre inexact, ont négligé de consulter des recueils qui semblaient ne contenir rien d'utile pour eux, et quand enfin il est arrivé qu'un érudit a eu le courage et le temps nécessaires pour examiner un à un chaque document de ces collections, qui n'on en réalité d'autre homogénéité que leur titre, son esprit, fatigué et pour ainsi dire ébloui de la multiplicité des objets qu'il a vus, a mal saisi ou n'a pas aperçu tous les renseignements dont il aurait pu profiter.

De ces considérations nous devons conclure qu'il faut renoncer à ce système trompeur qui, sous prétexte de ne donner que des documents uniformes, rassemble des actes les plus disparates et rejette un grand nombre de titres précieux; mais nous devons surtout nous souvenir que la plupart des travailleurs n'ont besoin de consulter que les documents utiles à l'objet particulier de leurs recherches, et que, par conséquent, le travail le plus nécessaire pour eux est non seulement une bonne table des matières, mais une espèce d'analyse ou de résumé, dans lequel ils puissent aisément apprécier les divers renseignements spéciaux qui sont disséminés dans l'ensemble d'une collection.

Ces analyses ou résumés, auxquels doivent naturellement être joints les renseignements sur la valeur et l'histoire des documents eux-mêmes, ces résumés, dis-je, étant moins arides et moins secs qu'une table ordinaire des matières, peuvent aussi supporter plus de développements: on peut y joindre des notes et quelquefois même y hasarder des discussions ou des conjectures. Ce travail préparatoire, si différent cependant de la mise en œuvre des matériaux, exige, pour que tout y soit exactement inventorié et classé, pour ne pas y dire des choses trop connues et ne pas y mettre des renseignements qui ne le sont pas assez, une réunion de qualités bien rares; mais j'ai songé que, sans aspirer à une perfection impossible, il doit être permis de s'essayer dans une entreprise qui ne doit réellement nuire en rien à la publication pure et simple des textes et peut ouvrir une route où d'autres s'avanceront ensuite avec plus de succès. Dans cette partie de mon travail, j'ai taché de donner au classement des matières, classement évidemment subordonné à la substance des pièces elles-mêmes, un ordre à peu près méthodique et qui ne soit pas trop profondément modifié à la publication de chaque volume. Trois de ces divisions seront surtout importantes.

La première, et la plus considérable, sera consacrée à faire connaître les renseignements utiles à l'histoire générale. On ne sera pas sans doute surpris de trouver une pareille division dans ces résumés. Il y a des documents utiles à plusieurs branches de l'histoire, quoiqu'ils n'intéressent pas d'une manière précise l'histoire

 

 

p. v                                                                                                                                                 AVANT-PROPOS.

 

générale: il en est d'autres qui ne concernent aucune partie spéciale de l'histoire, et sont cependant d'une grande importance pour l'histoire en général.

La deuxième partie contiendra les renseignements relatifs à l'histoire de nos diverses provinces. Les notes sur les provinces peuvent intéresser l'histoire générale, et tous les faits relatifs à l'histoire générale intéressent nécessairement l'histoire particulière de quelque localité: il est donc facile d'apercevoir que plusieurs des divisions de ces résumés s'enchevêtreront l'une dans l'autre et que le même document sera rappelé dans plusieurs classes. Quoi qu'il en soit, les indications relatives à l'histoire des provinces seront rangées dans un ordre géographique. Commençant par le nord et parcourant chaque zone successive de l'ouest à l'est, ils descendront jusqu'à l'extrémité méridionale de la France. Dans les autres volumes, comme dans celui-ci, ces renseignements suivront presque toujours la côte occidentale et s'avanceront rarement dans l'intérieur des terres; néanmoins ce classement m'a paru préférable à un ordre purement alphabétique.

Dans la troisième division seront analysés en même temps: les monuments littéraires, en prose ou en vers, contenus dans ce volume; les manuscrits conservés dans les dépôts visités, et qui, ne pouvant être insérés en entier dans ce recueil, intéressent néanmoins l'histoire de la littérature française. Les archives, dépouillées jusqu'ici, renferment peu de monuments littéraires; mais il a fallu songer à s'astreindre dès aujourd'hui à un plan de publication tel, que lorsqu'on examinera des dépôts où se conservent en grand nombre des monuments plus littéraires qu'historiques, on eût déjà une place préparée pour les analyser ou en donner une indication suffisante.

Dans d'autres divisions se placeront successivement, sous différents titres, les renseignements qui, n'étant indiqués dans aucune des sections précédenles, intéressent les autres branches de la science. Les histoires ecclésiastique, militaire, municipale, judiciaire, financière, commerciale, etc., auront chacune un chapitre à part. Cette classification n'a pas la prétention d'être rigoureusement exacte et complète; elle suffira néanmoins pour qu'on puisse aisément y trouver les renseignements dont on aura besoin.

Quant à ce qui concerne la publication des documents eux-mêmes, j'ai déjà dit que j'avais scrupuleusement transcrit toutes les pièces qui peuvent intéresser notre histoire dans les dépôts visités, et que je les avais placées par ordre chronologique; mais parmi les documents français dont les originaux se trouvent en Angleterre, beaucoup sont déjà publiés dans des recueils connus; j'ai cru que je ne devais ni les réimprimer ni les passer sous silence. De courtes notices, mises à leurs places chronologiques, m'ont paru suffisantes pour ne pas grossir inutilement ce recueil; elles étaient nécessaires non seulement pour compléter ce volume, mais surtout pour faciliter la révision des textes qui n'ont pas été publiés avec assez d'exactitude.

 

 

p. vi                                                                                                                                                AVANT-PROPOS.

 

Je n'ai point suivi, dans la transcription des documents, l'exemple des éditeurs qui, sons prétexte de rétablir ou rectifier l'orthographe ancienne, dénaturent complètement les formes du langage, et ne nous donnent, dans un style bâtard, qu'une imitation ou plutôt une traduction décolorée de la grâce, de l'énergie, et quelquefois même du sens des textes primitifs. J'ai fidèlement reproduit, quelles qu'elles soient, les leçons que j'avais sous les yeux, et quand il m'est arrivé de les rectifier, le lecteur en a été prévenu.

Je me suis encore éloigné de l'exemple donné par mes devanciers, qui, tout en dénaturant l'orthographe des manuscrits pour la moderniser, se croient obligés, je ne sais dans quel but, de changer en u les n doublés devant un autre n ou un m, et écrivent saunté pour sannté, noun pour nonn, etc., de manière à rendre inintelligibles quelques passages qui seraient très clairs sans ces malencontreux changements. Il m'a semblé que, puisqu'il est paléographiquement impossible dans les manuscrits de l'époque où se rencontrent ces sortes de mots, de distinguer le signe qui représente un n de celui qui représente un u, il faut se laisser guider par les circonstances extérieures pour deviner le son qu'on a voulu représenter. Or, comme l'orthographe de cette époque n'est rien moins que constante, il est très facile, en observant avec attention les différentes manières d'écrire un même mot, d'arriver à connaître le son que cette orthographe douteuse est chargée de représenter. Ainsi, pour arriver à savoir s'il faut écrire oun, ou onn, aun ou ann, il faut examiner les différentes manières d'orthographier les mots où ces syllabes se rencontrent; la première de ces syllabes est écrite oun ou onn, on, en, un, la seconde aun ou ann, an, en, ein, in. Dès lors, n'est-il pas évident que cette orthographe bizarre exprime non pas l'addition d'un u qui changerait dans quelques cas exceptionnels la prononciation clairement établie dans tous les autres, mais un de ces redoublements de consonne si fréquents dans les manuscrits de cette époque, et qui ne modifiaient pas d'une manière sensible la prononciation suffisamment indiquée par les autres cas? On trouve, en effet, en recherchant ce que sont devenues ces syllabes restées dans la langue moderne, dont on suppose que la prononciation ancienne avait si étrangement modifié le son, qu'au lieu de s'ouvrir et de s'élargir, s'il est permis de s'exprimer ainsi, ces syllabes sont devenues plus brèves et plus rétrécies: on prononce Frence au lieu de Fraunce, Lenden au lieu de Loundoun, etc. Quelques rares exceptions confirment plutôt qu'elles ne détruisent la règle. Il est d'autant plus inutile de développer longuement ici les autres motifs qui m'ont fait adopler un changement dont, au premier coup d'oeil, on sentira l'avantage, que je n'ai trouvé nulle part une raison quelconque en faveur de l'ancien et choquant usage dont je me suis écarté.

Les notes géographiques et historiques dont les éditeurs consciencieux ont senti

 

 

p. vii                                                                                                                                               AVANT-PROPOS.

 

la nécessité de faire accompagner les noms propres les moins connus, au lieu d'être placées comme elles le sont ordinairement au bas de chaque page, ont été réservées pour la table des matières. Cette table, réunissant sous un même article tous les renseignements contenus dans le volume, sur chaque individu ou chaque localité, dispensera très souvent de rien ajouter d'étranger à ce qui se trouve dans les documents eux-mêmes, et de plus remédiera à un inconvénient grave que présente le système actuel. Il arrive, en effet, très-souvent, à moins que le volume ne soit démesurément encombré de répétitions fastidieuses, qu'un nom propre étant cité dans plusieurs pièces, la note se trouve précisément placée sous le document qu'on n'a pas eu l'occasion de consulter, et l'éditeur a pris une peine inutile.

Tels sont les motifs qui m'ont déterminé dans l'adoption du plan que j'ai suivi. Je ne m'excuse point des nombreuses innovations qu'il présente, et dans lesquelles on ne verra peut-être que les signes caractéristiques d'une insuffisance présomptueuse; si j'ai faibli sous une charge trop forte, j'aurai du moins la conscience d'avoir invariablement suivi la route qui me paraissait la meilleure et d'y avoir consacré tout ce que j'avais d'aptitude et de zèle. Je ne m'excuse pas non plus des jugements sévères que j'ai eu l'occasion de porter sur les travaux de quelques érudits, dont cependant personne mieux que moi ne sait apprécier le mérite; il est permis aujourd'hui de mesurer toutes les grandeurs sans se mettre à genoux devant elles, et j'ai pu critiquer les maîtres de la science sans avoir la pensée de me grandir en les abaissant. Si j'ai signalé quelques erreurs, c'est, avant tout, pour être utile, et peut-être aussi, pourquoi ne pas l'avouer? pour qu'à la vue des fautes échappées à de pareils hommes, les lecteurs soient plus indulgents pour les miennes.

Je me résume.

Les textes de tous les documents inédits sont publiés par ordre chronologique, concurremment avec l'indication des pièces imprimées dont les originaux ou des copies anciennes ont passé sous mes yeux. Ils sont suivis d'une table chronologique et d'une table des matières très détaillée.

Le volume est précédé d'une introduction divisée elle-même en trois parties. La première fait connaître les divers travaux exécutés en Angleterre dans l'intérêt de l'histoire de France. La deuxième décrit les dépôts d'archives visités. Dans la troisième, je donne une idée succincte de la nature des divers renseignements qui se trouvent dans les textes, en y ajoutant une indication des monuments littéraires qui n'ont pu faire partie de ce recueil.

 

 

p. viii

TABLE

DES DIVISIONS ET CHAPITRES DONT SE COMPOSE

L'INTRODUCTION.

 

PREMIERE PARTIE.

 

TRAVAUX EXECUTES EN ANGLETERRE DANS

L'INTERET DE L'HISTOIRE DE FRANCE.

 

CHAPITRE 1er.    Mission de MM. Mathurin Esnault et Leprevost, en 1674.

CHAPITRE II.     Mission de Brequigny, de 1764 à 1767.

 

Article 1er. — Travaux de Brequigny à Londres. — Résultats de cette mission. —Préjugé relatif à l'enlèvement de nos archives par les Anglais.

Article 2.    — Examen du travail de Brequigny à Londres et des travaux entrepris sur sa collection.

 

CHAPITRE III.   Missions de MM. Francisque Michel, Léon de Wailly, etc., en 1833 et années suivantes.

CHAPITRE IV. Mission de l'éditeur de ce volume, en 1842 et 1843. — Arrivée à Londres. — Note sur l'ensemble des archives anglaises. — Circonstances qui déterminent la publication de ce volume.

 

DEUXIÈME PARTIE.

 

DESCRIPTION DES ARCHIVES VISITEES.

 

CHAPITRE 1er.    Archives de Guild-Hall ou de la mairie de Londres.

Article 1er. — Edifice de Guild-Hall; divisions de ses archives:

1° Collection de chartes originales;

2° Répertoire et rôles des testaments;

3°Cartulaires et manuscrits;

4° Registres de la mairie.

Article 2.   — Notes et remarques sur l'histoire de Londres.

Paragraphe 1er. Mairie de Londres; opinion qu'on s'en faisait au moyen âge.

— 2. Effets de la conquête sur l'organisation politique de Londres.

— 3. Etablissement et développements de la mairie.

— 4. Electeurs municipaux.

— 5. Répartition et levée des impôts.

— 6. Corporation des métiers.

— 7. Manière d'acquérir et de perdre le titre de citoyen.

— 8. Administration de la justice municipale.

— 9. Enregistrement à Guild-Hall des transactions et contrats des particuliers.

N° 1. Recognitiones debitorum.

N° 2. De scriptis inrotulatis. Chartes et privilèges des villes. — Police et voirie. — Mezeaux, lépreux et mendiants. — Ordonnances sur les mœurs. — Boissons et aliments. — Mélanges.

 

 

p. ix                                                                                                                                                TABLE.

 

CHAPITRE II.     Archives du duché de Lancastre.

CHAPITRE III.    Bibliothèque des avocats de Londres.

CHAPITRE IV.    Archives de l'Echiquier, à Chapter-House (1re partie).

 

TROISIEME PARTIE.

 

ANALYSES OU RESUMES DES PRINCIPAUX RENSEIGNEMENTS

QUI SE TROUVENT DANS CE VOLUME.

 

CHAPITRE 1er. Histoire générale. —

1° XIe, XIIe et XIIIe siècles;

2° XIVe siècle;

3° XVe siècle;

4° XVIe siècle.

CHAPITHE II. Histoire des provinces (1). — Boulenois, Artois, Ponthieu, Picardie, Flandres, Normandie, Ile-de-France, Champagne et Brie, Bretagne, Poitou. Aunis, Saintonge, Angoumois, Périgord, Limousin, Quercy, Rouergue, Guyenne et Bazadais, Agenais, Condomois, comté de Gaure, Armagnac, Landes, Soule et Labour, Béarn, Bigorre, Provence.

CHAPITRE III. Histoire littéraire. —

1° Monuments littéraires en vers;

2° Monuments littéraires en prose.

CHAPITRE IV.    Histoire ecclésiastique.

CHAPITRE V.     Histoire militaire; organisation, approvisionnement des armées, etc.

CHAPITRE VI.    Histoire judiciaire; législation, officiers de justice.

CHAPITRE VII.   Histoire municipale.

CHAPITRE VIII. Histoire financière.

CHAPITRE IX.    Histoire commerciale.

CHAPITRE X,     Histoire numismatique; monnaies, sceaux.

CHAPITRE XI.    Histoire de l'agriculture.

CHAPITRE XII.   Histoire statistique.

 

(1) Pour ce qui concerne l'histoire des provinces et villes étrangères dont il est question dans ce volume, je me borne à renvoyer à la table des matières.

 

 

p. xi

 

INTRODUCTION.

PREMIERE PARTIE.

 

TRAVAUX EXECUTES EN ANGLETERRE

DANS L'INTERET DE L'HISTOIRE DE FRANCE.

 

CHAPITRE PREMIER.

Mission de MM. Mathurin Esnault et Leprevost, 1674.

 

S'il faut s'en rapporter aux savants auteurs du Nouveau traité de diplomatique (1), qui d'ailleurs n'avancent ce fait que d'après l'autorité de Ménage, la première mission scientifique envoyée par le gouvernement français en Angleterre remonterait à l'année 1674. Selon ce témoignage, Louis XIV aurait chargé MM. Esnault et Leprevost, seigneur de Bécherel, d'aller copier en Angleterre quelques titres dont il avait besoin, et ces savants auraient visité les archives de la Tour de Londres, puisqu'ils affirmaient, à leur retour, que ce dépôt ne contenait aucun titre authentique antérieur au règne de Jean-sans-terre (2). Mais un document existant encore dans les archives de Westminster, et que sir Francis Palgrave a publié (3), prouve que M. Esnault n'avait point été envoyé à Londres pour le Roi, ou du moins qu'il y déguisa le véritable motif de sa mission.

Il résulte en effet de ce document que, le 23 janvier 1674, une délibération des lords du conseil d'Angleterre accorda à Mathurin Esnault, citoyen de Paris, envoyé par les commandeurs et chevaliers de l'ordre de Saint-Lazare et de Jérusalem, la

 

(1) Tome I, page 102.

(2) M. Leprevost, Sr. de Becherel, et M. Esnault, qui ont été envoyez à Londre de la part du Roi pour copier quelques titres de la Tour de Londre, dont le Roi avoit besoin, m'ont assuré que les plus anciens titres originaux, qui fussent dans la Tour de Londre, estoient du roi Jean-sans-terre. Ménage. Hist. de Sablé, p. 331.

(3) Kalendars and inventories, etc., tome III, page 445.

 

 

p. xii                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

permission de rechercher, dans les archives de la Tour, de Westminster, etc., les documents qui pouvaient intéresser l'ordre de Saint-Lazare et tous les autres ordres hospitaliers et militaires établis en France.

Il existe aussi aux archives du royaume, parmi les papiers de l'ordre de Saint-Lazare (1), quelques titres, copies, notes, etc., desquels il résulte: que M. Esnault correspondait réellement avec les commandeurs de l'ordre de Saint-Lazare; qu'il resta à Londres pendant tonte l'année 1674, et qu'il s'occupait, non seulement de découvrir des documents inconnus, mais de collationner et vérifier sur les originaux environ dix-sept cents titres signalés dans un mémoire fourni par un M. Cocherel (2). Je n'ai jusqu'ici rencontré aucun autre renseignement sur les travaux et les personnes de MM. Leprevost et Mathurin Esnault. Il serait cependant possible que ce dernier personnage fût le même que Mathurin Hesnault, nouvelliste et rimeur obscur, qui, selon le poète Loret (3), fut condamné, par sentence du Châtelet, à un bannissement ignominieux, et que pour ce fait on a quelquefois confondu avec Jean Hesnault, auteur de vers satiriques contre Colbert. Dans cette hypothèse, il faudrait admettre que Mathurin Hesnault, à la fin de son exil, avait obtenu d'être envoyé en Angleterre, au nom du Roi ou de l'ordre de Saint-Lazare, et que son nom a été mal orthographié par le gazetier Loret et tous les littérateurs qui l'ont confondu avec Jean Hesnault.

Gautier de Siber, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, qui publia, en 1772, une histoire de l'ordre de Saint-Lazare, ne fait aucune mention des travaux de Mathurin Esnault, et cependant indique les circonstances qui déterminèrent probablement l'ordre dont il écrivait l'histoire à faire faire des recherches en Angleterre. On peut supposer en effet que, lorsque le marquis de Nerestang, grand-maître de l'ordre, vieux et infirme, consentit à donner sa démission moyennant un dédommagement de 330000 livres, Louvois, qui convoitait cette place et voulait donner à l'ordre dont il allait être protecteur une importance nouvelle, fit rendre l'édit de décembre 1672, par lequel Louis XIV donnait à l'ordre de Saint-Lazare, non seulement tous les biens qui lui avaient anciennement appartenu, mais encore ceux de plusieurs autres ordres éteints. En sorte que le futur grand-maitre avait un intérêt évident à faire rechercher quels pouvaient être ces droits. Gautier de Siber, en parlant des documents dont il s'est servi, se contente de dire qu'il a dans les mains plusieurs actes levés autrefois à la Tour de Londres. Ces actes sont probablement les documents rapportés par Mathurin Esnault; mais, par une singularité qui vient jeter de nouveaux doutes dans une question déjà si obscure,

 

(1) Archiv. du roy. Sect. M. 106.

(2) M. Cocherel pouvait bien être le même que M. Leprevost, seigneur de Becherel.

(3) Gazette du 3 septembre 1661.

 

 

p. xiii                                                                                                 PREMIERE PARTIE,   CHAPITRE PREMIER.

 

Gautier de Siber a fait imprimer cinq de ces actes levés autrefois à la Tour de Londres, et dans ce nombre il y en a deux qui contredisent formellement l'assertion que prêtent à MM. Esnault et Leprevost, Ménage et les Bénédictins. L'un est du règne de Henri Ier, et l'autre du règne de Richard-cœur-de-lion. Il faut donc laisser au temps le soin de débrouiller cette nouvelle obscurité dans notre histoire littéraire. Il suffira de dire ici que les lords du conseil d'Angleterre n'accordèrent à M. Esnault la permission de fouiller les archives de Londres qu'à la condition de faire ses recherches en présence d'un des gardiens, et de n'en prendre aucune copie qu'après en avoir obtenu l'autorisation spéciale du garde du grand sceau d'Angleterrre (1). Cette décision du conseil, transcrite sur les derniers feuillets d'un registre connu sous le nom de Black-book, se voit encore à Chapter-House, certifiée véritable par la signature de Mathurin Esnault.

Je crois devoir ajouter qu'indépendamment du mémoire de M. Cocherel dont j'ai parlé, d'autres circonstances prouvent encore qu'avant 1674 les archives anglaises avaient été consultées dans l'intérêt de l'histoire de France; ainsi, dès le 31 mai 1673, un archiviste anglais, Français d'origine, ayant fait savoir à la municipalité de Bordeaux qu'il y existait à la Tour de Londres plusieurs documents utiles aux intérêts de la commune de Bordeaux, une délibération de la jurade de cette ville chargea M. Durribau, jurat, de faire venir des copies de ces pièces. Quarante-trois de ces copies collationnées existent encore dans les archives de la mairie de Bordeaux. Registre des délibérations de la jurade, 14 juin 1673, et Chartes originales des rois d'Angleterre.

 

(1) Il paraît, d'après les documents conservés aux Archives du royaume, que M. Esnault n'obtint pas le droit de prendre copie lui-même des documents qu'il découvrait; parmi sa correspondance, se trouvent environ trente-huit copies de chartes délivrées par les archivistes anglais.

 

 

p. xiv                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

CHAPITRE II.

Mission de Brequigny, 1761 à 1767 (1).

 

ARTICLE PREMIER.

 

Travaux de Brequigny à Londres. — Résultats de cette mission. — Préjugé relatif à l'enlèvement de nos archives par les Anglais.

 

Depuis la mission de Mathurin Esnault jusqu'à la fin du dix-huitième siècle, le gouvernement français ne fit exécuter aucune recherche officielle dans les archives d'Angleterre. Près d'un siècle s'était écoulé, lorsqu'en 1764, le préjugé qui nous fait supposer que les Anglais ont autrefois emporté nos archives, engagea le gouvernement français à confier à Brequigny une des missions littéraires les plus importantes dont l'histoire ait gardé le souvenir. Ce préjugé entraîna les conséquences les plus heureuses pour la science; si les ministres de Louis XV n'avaient pas été bien convaincus que les archives anglaises s'étaient enrichies de nos dépouilles, ils n'eussent certainement jamais songé à faire explorer à grands frais les archives de nos voisins, et la science eût été, pour toujours peut-être, privée des nouvelles richesses dont Brequigny devait la doter. Quoi qu'il en soit, ce préjugé subsiste encore presque tout entier, et mérite d'être combattu.

Des guerres qui durèrent pendant trois siècles entre la France et l'Angleterre avaient nécessairement causé dans les provinces qui en furent le théâtre la destruction d'un grand nombre de titres et de documents précieux. Par patriotisme, on s'accoutuma plus tard à reprocher aux Anglais la perte de tous les actes que l'ignorance ou l'incurie empêchèrent de retrouver, et l'on fut insensiblement amené à accuser les vaincus de l'enlèvement général des archives des contrées dont ils avaient été expulsés. Cette opinion devint non seulement populaire, mais fut partagée par les hommes les plus instruits; elle pénétra de l'autre côté du détroit, et les Anglais se persuadèrent eux-mêmes qu'ils avaient autrefois emporté les archives de nos provinces. En 1743, Thomas Carte disait dans la préface du Catalogue des rolles gascons, etc: « Il est constant que les Anglois, lorsqu'ils furent obligés d'abandonner la Normandie,

 

(1) Presque tout ce que je vais dire sur la mission de Brequigny est extrait des ouvrages dont je donne ici les titres pour me dispenser des citations trop fréquentes que j'aurais été obligé d'en faire: Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, tome XXXVII, pag. 528 à 536. Documents inédits sur l'histoire de France: Lettres de rois, reines, etc., publiées par M. Champollion-Figeac: Introduction.

 

 

p. xv                                                                                                  PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

la Guienne et les autres contrées qu'ils possédoient autrefois en France, emportèrent une partie des titres et des registres de ces provinces. Mais ce n'est point dans la Tour de Londres, c'est dans l'Echiquier que ces pièces furent remises par les Anglois. C'est donc dans les bureaux de l'Echiquier que l'on doit chercher les titres emportés par les Anglois lorsqu'ils sortirent de France. Aussi y trouve-t-on un grand nombre de chartes concernant les villes de la Normandie, de la Guienne  etc. (1) »

En présence d'un témoignage si formel et d'une tradition si généralement répandue, il n'était guère permis de conserver des doutes. Le livre de Thomas Carte prouvait d'ailleurs, non seulement qu'il existait à la Tour de Londres au moins vingt mille pièces concernant la France, mais qu'il devait s'en trouver beaucoup d'autres encore dans les archives de l'Echiquier. Dès lors, toutes les pensées se tournèrent vers les archives d'Angleterre, et le gouvernement français conçut et reprit plusieurs fois le projet d'y faire exécuter des recherches.

M. d'Argenson chercha pendant longtemps l'occasion d'acquérir les documente qu'il supposait nous avoir été enlevés et ne perdit jamais de vue ce projet. Ses successeurs, partageant son opinion, crurent qu'il était urgent d'avoir au moins des copies de ces titres, et dès que les circonstances le permirent, ils se hâtèrent d'en préparer les moyens.

La paix de 1762 parut une occasion favorable. M. Durand, notre représentant à Londres, vit de ses propres yeux, dit Brequigny, l'amas immense de ces titres; il en rendit compte au ministre du roi; M. le duc de Nivernois, plénipotentiaire de la France, pressentit la possibilité d'en avoir communication, et M. le duc de Praslin fournit les moyens d'en avoir des copies. Ce projet se liait d'ailleurs d'une manière intime à l'ensemble des grandes entreprises littéraires que le gouvernement faisait alors exécuter, sous la direction d'un ministre auquel la science sera éternellement reconnaissante du zèle avec lequel il dirigea les travaux historiques qui lui étaient confiés. M. Bertin, déjà chargé par le roi de tout ce qui intéressait les missions en Asie et l'histoire de France, fut aussi chargé d'assurer et surveiller l'exécution d'un projet auquel il attachait un très haut intérêt. Ce ministre désigna pour aller à Londres un des savants qu'il consultait le plus souvent, un des hommes les plus considérés dans la science, M. le marquis de Brequigny, alors âgé de cinquante ans, et l'un des membres les plus influents de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres.

Le marquis de Brequigny, dont la célébrité et la considération venaient d'être encore augmentées par l'éclat de cette mission, quitta Paris au commencement de mai 1764. Il partit en poste, accompagné de trois domestiques, dont l'un, tout

 

(1) Th. Carte. - Catalogue des rolles gascons, etc. Londres, 1743, t. 1, page 5.

 

 

p. xvi                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

porte à croire que c'était l'infatigable et savant Mouchet, portait le titre de valet de chambre secrétaire. Un autre commis partit deux jours après, et quatre autres devaient bientôt venir compléter l'effectif de cette véritable ambassade littéraire.

Quand Brequigny arriva à Calais, les paquebots ne traversaient pas depuis quelques jours, à cause du gros temps, et l'illustre voyageur fut obligé de fréter un navire pour lui, ses gens et sept très-grandes caisses de livres et d'ustensiles de cuisine. Pendant la traversée, l'eau de la mer gâta la plupart des livres, et quand on débarqua, les caisses elles-mêmes furent brisées (1). Le savant académicien, arrivé à Londres, s'installa, avec son bagage et ses gens, dans un logement voisin des archives, où il devait commencer ses recherches, et se mit aussitôt à l'œuvre, car le plan de son travail était tracé d'avance. Thomas Carte, ayant indiqué l'Echiquier comme le dépôt où les pièces enlevées à la France avaient été placées, ce fut dans les archives de l'Echiquier, dont M. le comte de Guerchy, notre ambassadeur, avait d'avance obtenu l'entrée, que Brequigny entreprit ses recherches.

Les employés de l'Echiquier, auxquels on avait demandé communication des archives enlevées à la France, et qui ne les trouvaient dans aucune des parties connues de leurs dépôts, livrèrent à Brequigny un grenier d'une longueur immense, rempli jusqu'au comble de vieux parchemins, accumulés sans ordre, et que l'on y abandonnait à la pourriture comme inutiles. S'il faut en croire notre académicien, ce grenier, qui n'avait pas moins de 60 pieds de long, n'en avait pas plus de quatre de hauteur, de telle sorte qu'il n'y avait de place ni pour écrire, ni pour se tenir debout. Témoins de son zèle, les surveillants qu'on lui avait donnés riaient, dit-il, de l'inutilité de ses recherches; mais leurs railleries ne le décourageaient pas.

Brequigny fit travailler très longtemps seulement à mettre à part les pièces qui concernaient la France, et qu'il espérait, comme il ledit lui-même, pouvoir emporter chez lui sur son récépissé (2). En attendant il visita le Musée Britannique, dont les conservateurs lui montrèrent une très-belle collection de chartes, en lui promettant, non-seulement de les lui laisser transcrire, mais encore de lui procurer l'entrée de tous les dépôts de titres qu'il y avait à Londres, et qui étaient alors si nombreux, dit Brequigny, que leur liste imprimée formait è elle seule tout un volume.

Au mois de juillet, Brequigny envoya à M. le duc de Praslin un mémoire détaillé sur ses travaux, et un catalogue des pièces qu'il avait copiées dans divers dépôts; mais loin d'avoir trouvé les papiers enlevés à la France, il n'avait encore

 

(1} Brequigny fut obligé de laisser ses voitures dans une auberge à Calais: l'auberge se brûla et avec elle deux selles et trois paires de bottes de notre académicien. Bibl. royale, cab. des manuscrits Cartons de Brequigny, n° XI, liasse V, n° 2. Frais de voyage présentés à M. de Praslin, le 16 janvier 1708.

(2) Dès le 27 mai, Brequigny se présenta à ce sujet chez mylord Mansfield, lord chef de la justice, qui lui promit de faire en sorte de lui obtenir cette permission.

 

 

p. xvii                                                                                                PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

rencontré que d'anciens comptes des revenus de la couronne d'Angleterre, avec leurs pièces justificatives (1).

Au Musée Britannique, où notre savant avait entrepris le dépouillement de la bibliothèque Cottonienne et d'une collection composée de quatorze mille chartes originales, Brequigny avait été plus heureux; mais la nature des documents qu'il avait rencontrés et leur origine bien connue ne permettaient pas plus qn'à l'Echiquier de supposer que ce fût là le résultat de la spoliation des archives françaises. Cependant M. Bertin, qui croyait que, si les pièces emportées par les Anglais fugitifs pouvaient se trouver dans les archives de l'Echiquier, les archives enlevées à Philippe-Auguste, à Bellefoge, devaient se trouver à la Tour, et ne voulait pas que Brequigny négligeât un point aussi essentiel de sa mission, lui écrivait avec instance de ne pas oublier de visiter la Tour. Mais on n'était pas alors accoutumé à franchir la distance qui sépare la Tour de Londres du palais de Westminster, avec la même facilité qu'on le fait aujourd'hui, et Brequigny voulait changer de domicile avant d'aller travailler à la Tour. En attendant, il trouvait au Musée Britannique, dans les soixante volumes in-folio de copies préparées pour le supplément de Rymer, une grande quantité de documents qu'il faisait transcrire, pour n'avoir plus qu'à les collationner sur les originaux.

Les quatre commis arrivés de Paris au mois d'août 1764, furent employés au Musée (2), et Brequigny transmit à M. Bertin, avec le détail des richesses découvertes dans ce dépôt, un mémoire sur la nature des archives de l'Echiquier. On voit dans ce mémoire que l'idée fixe de retrouver les archives enlevées à la France n'abandonnait pas plus Brequigny que M. Bertin, et que n'ayant pu obtenir, pendant l'absence des ministres anglais, l'entrée des archives de la trésorerie de l'Echiquier, notre savant prétendait que malgré les dénégations des archivistes, il espérait toujours trouver à l'Echiquier les papiers apportés de France et qui certainement, disait-il, doivent s'y trouver quelque part. D'autres motifs soutenaient d'ailleurs les espérances de Brequigny. M. Wehb, solliciteur de la trésorerie de l'Echiquier, lui avait promis de lui montrer des titres nombreux concernant la France, qui s'étaient trouvés chez un particulier, et notre confiant académicien faisait part au ministre de ses espérances contradictoires, avec une naïveté étonnante.

Partout d'ailleurs notre envoyé rencontrait chez les savants anglais un empressement et une obligeance dont il ne pouvait assez se louer (3). Le roi d'Angleterre

 

(1) On verra plus tard qu'après avoir travaillé à l'Echiquier avec deux commis, pendant près de trois mois Brequigny n'en retira que cent soixante documents.

(2) L'un de ces commis, le sieur Clabaud, éprouva quelques pertes dans la traversée; un autre, le sieur Razout, fut quelque temps après recommandé à la bienveillance du ministre, à cause de son application à l'étude de la langue anglaise.

(3) « Je voudrais, disait-il, rappeler ici les noms de tous les savants anglois dont j'ai eprouvé les bontés. J'en conserverai toute ma vie le plus tendre souvenir. Qu'il me soit au moins permis ... d'immortaliser ma reconnoissance. »

 

 

p. xviii                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

lui-même daigna lui témoigner plusieurs fois l'intérêt qu'il prenait à ses recherches. Brequigny n'avait point encore visité la Tour, ni retrouvé les documents cherchés depuis si longtemps avec une présomptueuse confiance; cependant il vint à Paris vers le mois de novembre 1764; et pendant son absence, son secrétaire, le savant Mouchet, fut chargé du soin de diriger ses travaux. Quand Brequigny fut de retour en Angleterre, Mouchet vint à Paris surveiller l'impression de la table des diplômes, et trois copistes anglais le remplacèrent à Londres.

Le 26 août 1765, Brequigny obtint un arrêt du conseil qui l'autorisa à délivrer aux particuliers des copies authentiques des pièees qu'il découvrait et qui devaient tenir lieu des originaux.

C'est seulement au mois de septembre 1765 que Brequigny entreprit enfin le dépouillement des archives de la Tour: avant de commencer il eut à surmonter quelques difficultés; non pas telles que nos préjugés nous portent naturellement à l'imaginer, et telles que Brequigny lui-même ne fut pas fâché de le faire supposer; mais d'une toute autre nature. Henri Rooke, qui était alors garde principal des archives de Rolls chappell et de la Tour, accueillit Brequigny avec bienveillance et se prêta d'assez bonne grâce à ses recherches; mais quand il s'agit de prendre des copies de l'immense quantité des documents que Brequigny désignait, il s'éleva entre eux une contestation, dont les notes conservées à la Bibliothèque Royale nous présentent les détails sous un tout autre aspect que celui que leur donnait l'académicien français dans sa correspondance avec M. Bertin. En effet, dans ses lettres au ministre, Brequigny se plaisait à entourer ses recherches de difficultés imaginaires. « C'est avec la plus grande satisfaction, monseigneur, écrivait-il (1), que je vois s'accroître une collection d'autant plus importante qu'il étoit plus difficile de se la procurer. Le garde principal s'est prêté jusqu'ici d'assez bonne grâce à mes recherches, d'autant plus volontiers que je ne les ai présentées que comme celles d'un particulier qui travaille pour son instruction propre. Je doute que j'eusse pu réussir si l'on m'avoit soupçonné de vues plus étendues. La nécessité de cacher ces vues m'oblige d'éviter tout ce qui pourrait donner le plus petit éclat à mon travail, que je rends aussi obscur qu'il m'est possible, C'est par cette raison que je n'ai que deux copistes à la Tour; un plus grand nombre feroit ombrage. »

Quel ombrage pouvaient cependant susciter les travaux de notre académicien à la Tour? Comment supposer qu'il y ait eu alors à Londres assez peu de rapports entre les divers gardiens des archives royales pour que la nature des travaux exécutés si officiellement depuis dix-huit mois dans les dépôts de l'Echiquier, du Musée

 

(1) Lettre du 8 octobre 1765.

 

 

p. xix                                                                                                 PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

Britannique, etc., et dont le roi d'Angleterre lui-même avait complimenté Brequigny, n'aient pas été connus des archivistes de la Tour? Et d'ailleurs, quel motif pouvait faire éloigner Brequigny des archives de la Tour? Ce n'était pas une rivalité jalouse; il n'y avait rien de plus important dans les archives conservées à la Tour que dans celles de l'Echiquier. Ce n'était pas la crainte de voir publier des documents politiques que l'Angleterre aurait eu intérêt à tenir secrets. Alors, comme aujourd'hui, la politique anglaise était beaucoup moins timide sous ce rapport que la nôtre, et la publication des collections de papiers d'état de Thurloe, Sidney, Wolsey, etc., etc., que Brequigny avait fait dépouiller, était bien autrement importante que les parchemins séculaires plus ou moins endommagés que ses copistes devaient visiter à la Tour (1). Si donc Brequigny n'entretint que deux copistes à la Tour, ce n'est point, comme il le dit, de peur qu'un plus grand nombre ne donnât trop d'éclat à son travail et ne fit ombrage, c'est pour un motif d'une nature tout à fait différente et que des pièces authentiques nous font parfaitement connaître.

Le produit des expéditions des actes conservés dans les archives faisait partie des émoluments attachés à la place d'archiviste, en sorte qu'en Angleterre, comme en France, la communication des archives dépendait des gardiens de ces dépôts (2). Cette circonstance, loin d'être un obstacle pour Brequigny, devait au contraire faire accueillir son projet avec d'autant plus de facilité, que plus il demanderait d'expéditions, plus il y aurait de bénéfices pour l'archiviste. Il n'y eut en effet d'autres contestations entre le gardien des archives de la Tour et le savant français que pour déterminer le prix de la communication demandée. Brequigny, se présentant comme un consommateur en gros, s'il est permis de s'exprimer ainsi, voulait être plus favorablement traité qu'un client ordinaire; mais la question financière fut le seul obstacle qu'il eut à lever.

Il résulte en effet du contrat passé, le 6 octobre 1785 (3), entre Brequigny et Henri Rooke, gardien des archives de la Tour, que notre académicien, qui déjà depuis un mois travaillait à la Tour à dresser des listes des pièces à copier, s'engagea à payer à M. Rooke la somme fixe de 126 guinées (4), pour avoir la liberté d'employer deux ou trois personnes à transcrire les documents qui intéressent la France, pendant six mois, depuis neuf heures jusqu'à trois heures, les dimanches et fêtes exceptés.

 

(1) M. Champollion Figeac a été complètement trompé par les paroles de Brequigny, lorsqu'il a cru qu'elles signifiaient que notre envoyé avait été obligé d'user de voies indirectes pour se faire introduire dans des dépots d'où son nom et la grande considération qui l'entourait auraient pu le faire poliment écarter.

(2) On trouve dans le registre de la correspondance de M. Moreau une lettre de dom Carrière, du 19 août 1783, où ce savant se plaint de ce que le garde des archives de Pau, M. Fescheux, n'a pas voulu lui laisser continuer ses recherches, prétendant que sa charge lui coûtant 40000 francs, il est en droit de taxer arbitrairement ceux que la curiosité attire dans ses archives.

(3) Bibl. royale, Ms. Cartons de Brequigny, XI. Liasse V, n° 4.

(4) Brequigny évalue cette somme à 3000 francs.

 

 

p. xx                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

Brequigny s'obligea à ne rien rabattre de cette somme s'il interrompait ou cessait son travail, et, comme indemnité du travail déjà fait, on fit remonter au 23 septembre précédent le terme à partir duquel les six mois devaient commencer à courir. Brequigny dut en outre payer 300 francs pour la location d'une chambre où il faisait faire ses copies.

Comme on le voit, il ne s'agissait, dans cette affaire, de rien moins que de rivalité nationale: l'intérêt pécuniaire des deux contractants était seul en jeu, et la précaution que Brequigny avait prise de faire transcrire au Musée Britannique la copie des actes préparés pour un supplément au Rymer, dont les originaux se trouvaient à la Tour, dut contribuer à rendre cette sorte de marché singulièrement avantageuse pour notre envoyé (1).

Dès le lendemain, Brequigny, sans parler de son traité avec M. Rooke, se hâta d'annoncer à M. Bertin qu'il avait enfin surmonté les difficultés qui s'opposaient à ses recherches dans les archives de la Tour. Cette nouvelle fut regardée à Versailles comme une espèce d'événement; le ministre, enthousiasmé, fut lui-même lire la lettre au roi, et celui-ci en, fut très satisfait. Il résultait de cette lettre que, dès les premières visites, Brequigny avait découvert à la Tour, au milieu d'une foule de pièces originales rassemblées sans ordre, quelques pièces qui nécessairement avaient été apportées de France, puisqu'elles étaient émanées de nos rois. Notre envoyé se hâtait d'en conclure que Thomas Cartes se trompoit ou nous trompoit quand il assuroit que les pièces qui avoient été apportées de France en Angleterre ne dévoient se trouver qu'à l'Echiquier et ne pouvoient jamais se trouver à la Tour. Je conçois, disait-il, de ces premières découvertes des espérances encore plus heureuses. On dirait que dès lors Brequigny avait formé le projet de retrouver à la Tour, n'importe à quel prix, les dépouilles qu'il avait annoncé d'une manière si positive devoir certainement se trouver quelque part à l'Echiquier. Ces paroles sont en effet les premiers symptômes d'une faiblesse qui, peu à peu, amena l'un des hommes les plus considérables de la science à donner ses espérances déçues comme des réalités, à mentir enfin publiquement au ministre, à l'Académie, à l'Europe entière, en annonçant qu'il avait enfin retrouvé l'objet de tant de laborieuses recherches.

Le 8 octobre 1765, Brequigny écrivit donc à M. Bertin qu'il avait trouvé, dans les liasses de la Tour, quelques pièces qui nécessairement avaient été apportées de France, et que ces découvertes lui donnaient les plus vives espérances. Quelques jours après, notre académicien, ayant fait revenir Mouchet à Londres, abandonna de nouveau son travail à ses copistes, et vint à Paris surveiller l'impression de la

 

(1) Brequigny avait d'avance fait copier au Musée plus de 1200 pièces qui se trouvaient à la Tour. Il ne se contenta pas de prendre dans le travail de Rymer les copies des pièces qui étaient à la Tour, il prit même des pièces dont les originaux se trouvaient au Musée lui-même, entre autres les pièces du Ms. Caligula D, VI.

 

 

p. xxi                                                                                                 PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

table chronologique des diplômes. Nous ne savons s'il y resta longtemps, et même nous n'avons vu aucun document constatant qu'il fut revenu à Londres. Cependant, comme le traité fait avec Henri Roocke devait expirer le 28 mars 1766, et fut renouvelé le 22 de ce mois, pour six autres mois, c'est-à-dire jusqu'au 28 septembre 1766, il est probable que Brequigny revint à Londres, et n'abandonna l'Angleterre qu'après cette dernière époque.

Quoi qu'il en soit, le 7 avril 1767 (1) Brequigny lut à l'Académie des inscriptions un mémoire dans lequel il présenta le résumé de ses recherches.

Il résulte de ce mémoire, ainsi que des pièces de la correspondance de Brequigny, publiées par M. Champollion, qu'après un séjour de deux ans et demi à Londres, Brequigny, aidé du savant Mouchet et de six copistes, quelquefois même de davantage, avait transcrit environ douze mille documents. La collection des copies rapportées par Brequigny, telle qu'elle est aujourd'hui, ne contient que onze mille copies; je pourrai même dire qu'elle n'en contient pas dix mille; car, sans défalquer du total un assez grand nombre de pièces que, sans s'en apercevoir, Brequigny avait fait copier plusieurs fois, il faut au moins en déduire plus d'un millier d'extraits, faits par Mouchet pour un grand travail abandonné (2), et que j'ai dû compter comme des copies originales, quoiqu'ils fassent le plus souvent double emploi. Je dis le plus souvent, parce que beaucoup de copies originales ont disparu, et les extraits seuls nous ont été conservés. Il serait sans doute injuste de supposer qu'il y a eu perte ou soustraction de plus de deux mille copies: la différence de nos calculs peut venir de ce que j'ai compté comme un seul document les chartes qui en renferment plusieurs, tandis que Brequigny avait peut-être compté chaque acte en particulier. Il est plus difficile d'expliquer pourquoi M. Champollion, qui ne dit pas d'où vient la différence de son calcul avec celui de Brequigny, prétend que le nombre des documents de cette collection n'est que de sept mille.

Brequigny ne s'était pas borné, pendant son séjour à Londres, à dresser les divers mémoires dont j'ai déjà parlé: il existe dans ses papiers plusieurs notices détaillées sur quelques portions des archives de la Tour, du Musée, etc., et sur un assez grand nombre de cartulaircs et de manuscrits qu'il avait vus. La plupart de ces notes ont aujourd'hui perdu beaucoup de leur utilité par suite des changements survenus dans l'organisation des archives anglaises; mais elles pourront être utiles quand on s'occupera des dépôts où Brequigny avait travaillé.

 

(1) Et non le 11 novembre 1766, comme on l'a imprimé dans le trente-septième volume des Mémoires de l'Acad. des inscr. et belles-lettres. Voyez: Lettres de rois, reines, etc., préface, page 1.

(2) Il parait que Brequigny avait fait entreprendre un recueil des pièces qui intéressaient particulièrement les différentes branches de l'administration du domaine, et que cette collection, étant composée des copies originales, il ne nous est resté très souvent que les extraits faits par Mouchet pour ne pas décompléter la collection générale.

 

 

p. xxii                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

Il ne faut pas oublier de dire que, pendant son séjour à Londres, Brequigny fit dépouiller quelques collections de documents imprimés en Angleterre, et alors inconnues en France, où il trouva beaucoup d'actes utiles au grand ouvrage auquel la science s'intéressait alors si vivement, la réimpression de la table chronologique des diplômes.

Brequigny fit aussi dessiner, d'après les collections du Musée Britannique, un grand nombre de monnaies qui eurent autrefois cours en France, et y joignit, d'après les manuscrits du Musée, l'indication de leurs poids, titres et valeurs (1).

Le gouvernement, juste appréciateur des services qui lui avaient été rendus, récompensa noblement le savant employé qui s'était si convenablement acquitté de sa mission. Brequigny, indemnisé de ses frais de voyage et de séjour à Londres, reçut en outre un brevet de 6000 francs de rente pour continuer à classer et inventorier les documents rapportés.

Ce serait peut-être ici le lieu de donner l'indication détaillée de tous les documents transcrits par Brequigny dans chacun des dépôts qu'il a visités; mais l'impression du long et minutieux travail auquel j'ai dû me condamner pour ne pas copier précisément le double des actes déjà rapportés par Brequigny, augmenterait tellement les sacrifices que la publication de ce volume m'impose, que je me vois, à regret, obligé de me borner à en donner le résumé suivant. Brequigny transcrivit:

 

Aux archives de l'Echiquier.                                                   174 pièces

                   Offices des remembrances                                  159

                   Livre rouge                                                             6

                   Livre de Jean Maynard                                        9

 

Au Musée Britannique.                                                           3672

                   Bibliothèque Cottonnienne                                 1486

                   Bibliothèque Harleienne                                      906

                   Collection de chartes, etc.                                    60

                   Supplément de Rymer                                         1220

 

Aux archives de la Tour.                                                         8193

                   Patent. Norm. et Vascon                                      1659

                   Not. terr. libérat., etc.                                            25

                   Ex Bondellis                                                           518

                   Rot. Claus                                                               130

                   — Alem. Scocie. Cales., etc                                 130

                   — Francie                                                               681

                   — Vasconie                                                            4079

                   — Normanie                                                          1601

 

Dans des archives particulières:

                   la bibl. Bodleienne, la collect. Madex, etc.       25   

                   Total                                                                        12064

 

Ce total est plus fort qu'il ne doit être, parce que chaque fois que le copiste de

 

(1) Personne ne sait aujourd'hui ce qu'est devenu ce travail.

 

 

p. xxiii                                                                                               PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

Brequigny a noté dans les pièces que lui fournissait le supplément de Rymer le dépôt où les originaux se trouvaient, j'ai noté deux fois ce document. Le total des copies actuellement conservées à la Bibliothèque Royale est, comme je l'ai dit, de onze mille.

Revenons à l'examen des assertions de Brequigny, relatives à l'enlèvement de nos archives par les Anglais.

Nous avons vu dans quels termes Brequigny annonçait au ministre les espérances que lui donnaient ses premières découvertes à la Tour de Londres; rien dans ses lettres postérieures ne nous révèle les détails de la réalisation' de cette précieuse découverte; cependant, dans son mémoire à l'Académie des inscriptions, après avoir parlé des lettres et des ordonnances des rois de France, qui manquaient, disait-il, dans nos dépôts, puisqu'on n'avait pu les y découvrir, Brequigny s'écriait, plein d'enthousiasme: « Il est aisé de reconnoitre, parmi ces pièces, celles que Thomas Carte croyoit ensevelies dans l'Echiquier... Je jouissois donc, après plus de deux ans de travaux pénibles, du plaisir de posséder l'objet de tant de laborieuses recherches. »

Remarquons d'abord que le savant académicien supposait ainsi que les Anglais s'étaient donné le malin plaisir de venir, à différentes reprises, lacérer les registres de la chancellerie de France, uniquement pour empêcher d'y retrouver les minutes des ordonnances, dont ils emportaient les expéditions; mais ce qui est plus fâcheux que cette inadvertance, c'est que pas une de ces assertions n'est sérieuse. Les volumes des ordonnances des rois de France, publiées par Brequigny depuis son retour d'Angleterre, ne renferment pas une seule de ces ordonnances inédites, si merveilleusement retrouvées. Deux actes, dont les originaux existent en France, ont seuls été collationnés sur des vidimus qui sont en Angleterre (1). Les autres ordonnances de nos rois, publiées d'après les archives anglaises, avaient été prises dans Rymer.

Quoi qu'il en soit, il était impossible de ne pas voir dans les paroles de Brequigny l'affirmation positive et formelle de la découverte à la Tour de Londres des archives, que la tradition accusait les Anglais d'avoir enlevées à la France, et que M. Bertin, comme tous les érudits de l'époque, croyait devoir se trouver dans les archives de l'Echiquier. Les fausses affirmations de Thomas Carte, les dénégations des gardiens des archives, ne firent qu'ajouter un nouveau poids au témoignage de Brequigny: on crut d'autant plus à la réalité de sa découverte qu'il parut évident que les Anglais avaient voulu s'y opposer. L'assertion de Brequigny fut donc adoptée sans contrôle, et le résultat des travaux, qui aurait dû démontrer la fausseté d'une tradition dénuée je ne dis pas seulement de preuves, mais de

 

(1) Ordonnances des rois de France, tome XI, p. 254; t. XII, p. 316.

 

 

p. xxiv                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

toute espèce de vraisemblance, passa désormais pour un fait d'une vérité incontestable. Ce préjugé subsiste encore dans presque toute sa force, et dernièrement M. le ministre de l'intérieur (1), en parlant des archives du département de la Gironde, accusait encore les Anglais d'en avoir emporté les titres les plus précieux. Le ministre, en parlant ainsi, hâtons nous de le dire, n'exprimait point le résultat de ses observations personnelles; il se rendait l'interprète d'une opinion généralement admise dans la science, et qui ne lui paraissait contestée par personne; on m'excusera donc si je me suis arrêté sur ce point important, et si j'ai tâché de démontrer la fausseté d'une pareille assertion.

Au XVIIIe siècle, les savants français avaient admis comme incontestables, relativement à l'histoire de nos archives, deux faits qui doivent aujourd'hui être également abandonnés: l'un, la prise des archives de Philippe-Auguste, par Richard-cœur-de-lion, à la journée de Bellefoge; nous avons vu avec quelle insistance M. Bertin recommandait à Brequigny d'essayer de les retrouver; l'autre, l'enlèvement des archives des provinces possédées par les Anglais, à une époque et dans des circonstances qu'on ne précise jamais.

Le premier fait, réduit à ses véritables proportions, c'est-à-dire à un fait d'une importance excessivement minime, est décidément jugé, et ne doit point m'occuper ici (2). Je n'ai donc à examiner que l'enlèvement des archives des provinces, abandonnées sans doute volontairement, et sans esprit de retour, par les Anglais, qui songèrent tranquillement, en faisant leurs préparatifs, à emballer les plus précieuses archives qu'ils purent se procurer. Où, comment, pourquoi, les Anglais fugitifs entreprirent-ils une spoliation que quiconque connaît les mœurs du moyen âge (3) avouera qu'ils n'auraient pu accomplir aux temps les plus heureux de leurs victoires en France? Tout le monde le dit, mais personne ne cite le passage d'une chronique ou d'un écrivain quelconque, sur l'autorité desquels une pareille assertion ait pu s'établir.

Cependant, pour admettre sans preuve la possibilité d'un fait aussi improbable, et dont on peut dire que l'assertion même n'existe nulle part, il faudrait au moins qu'il restât quelques traces d'un événement si extraordinaire, et que les monuments qu'on peut invoquer encore puissent, sinon confirmer, du moins ne pas contredire le témoignage d'une tradition venue on ne sait d'où? Or, c'est le contraire qui arrive. En France, dans les provinces possédées autrefois par les Anglais, presque toutes les archives des monastères, des particuliers, des communes, et même celles des

 

(1) Rapport au roi, du 8 mai 1841.

(2) Voyez ce qu'en dit mon ami Léon Dessalles dans sa dissertation sur le Trésor des chartes, 1844, Imprimerie royale, p. 7.

(3) Rien, d'après Mabillon, n'était regardé comme aussi précieux que les chartes, car leur perte était irréparable; on les conservait dans des tours voûtées, fermées par des portes en fer, etc., etc.

 

 

p. xxv                                                                                                PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

divers bureaux du domaine royal, celles que les Anglais eussent eu un intérêt réel et évident à ne pas laisser entre les mains des Français, ont conservé et conservent encore, même après les mesures prescrites par la Convention, une foule de documents importants et antérieurs à l'expulsion des Anglais. Pour quiconque s'est occupé de l'étude des archives, c'est un fait reconnu, et dont il est inutile de donner ici les preuves; il suffit de citer la richesse et l'abondance des archives de Pau, d'Auch et de toute la Gascogne, surabondamment prouvées par les énormes extraits qui forment la collection dite de Doat.

En Angleterre, malgré les nombreuses recherches auxquelles se sont livrés des érudits qui, comme Brequigny, avaient cependant bonne envie de découvrir les traces de cette spoliation, on n'a pu trouver une seule liasse dont le contenu puisse faire supposer qu'elle ait été violemment enlevée à la France, et Brequigny lui-même, réduit à citer avec emphase, comme nous l'avons vu, quelques lettres et deux ou trois ordonnances de nos rois, trouvées à la Tour, ne peut s'empêcher d'avouer qu'elles étaient mêlées à des lettres écrites par les rois de France à ceux d'Angleterre; aux minutes des réponses des rois anglais; enfin à une multitude d'actes dont la nature prouvait évidemment qu'ils ne nous avaient pas été enlevés. Ainsi donc Brequigny, au lieu de s'étonner d'avoir trouvé à Londres trois ou quatre actes ou copies d'actes, qui évidemment y avaient été apportés de France, aurait dit s'émerveiller au contraire, qu'après avoir pendant si longtemps, par lui-même et par tant de copistes, fouillé les principaux dépôts des archives d'Angleterre, il n'y ait pas rencontré un plus grand nombre d'actes apportés de France.

Le témoignage des archives des provinces autrefois soumises à la domination des Anglais se réunit donc au témoignage des archives actuellement conservées à Londres, pour prouver que les Anglais vaincus, chassés, spoliés, n'ont pas opéré l'enlèvement des titres qu'ils n'auraient pas eu le pouvoir d'emporter au temps de leur plus grande puissance, et pour démentir une tradition qui se trouve dénuée, non seulement de tout témoignage historique, mais de toute probabilité.

Ces raisonnements seuls sont assez concluants; mais les chiffres eux aussi viennent les corroborer. La somme totale des documents extraits par Brequigny des liasses qui selon lui contenaient les archives enlevées à la France, s'élève à cinq cent dix-huit. C'est bien peu de chose pour en avoir fait tant de bruit; mais j'ai examiné à part ces cinq cent dix-huit documents, et il s'est trouvé que tous sont émanés des rois d'Angleterre, leur ont été adressés ou sont postérieurs à l'expulsion des Anglais de France. Il n'y en que deux qu'on puisse, au premier aspect, soupçonner de nous avoir été enlevés (1)! Mais quand il y en aurait trois fois et vingt fois plus, au

 

(1) C'est: tome 63 de la collection de Brequigny, parmi des actes de 1280, une ordonnance de Philippe le Bel sur les monnaies, du mois de février 1281, ordonnance qui se trouvait aussi en France et à la suite de laquelle Brequigny avait lui-même écrit: Très douteux que ce soit l'original. Tome 67: une ordonnance du même roi, sur la transmission des biens féodaux en Aquitaine, à l'époque où ce prince possédait encore cette province, et à la suite de laquelle se trouvaient ces mots: Transcriptum predicte littere quam nobis nuncii quos in Franciam direximut... portaverunt.

 

 

p. xxvi                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

milieu de tant d'actes divers, Brequigny était-il fondé à dire qu'il avait enfin retrouvé le produit de cette fameuse spoliation de nos archives?

Mais d'ailleurs, en admettant ce qui peut-être n'est pas vrai, car jusqu'ici le fait n'a été examiné avec soin par aucune personne compétente; mais en admettant, dis-je, que les provinces qui furent si longtemps possédées par les Anglais soient précisément celles dont les archives sont le moins riches, pourquoi en chercher la cause ailleurs que dans les longues guerres dont ces provinces furent si longtemps le théâtre? Et s'il faut supposer, car, encore une fois, aucun témoignage n'est allégué à l'appui de cette assertion, que l'un des deux partis qui ravageaient alternativement ces malheureuses contrées ait cru devoir, soit en y arrivant en vainqueur, soit en s'en retirant vaincu, en enlever les archives les plus précieuses, pourquoi n'en accuserait-on pas plutôt les Français, ennemis naturels de populations qu'ils voulaient subjuguer, au lieu d'en accuser les Anglais, alliés presque autant que maîtres de ces contrées, dont la possession leur était si avantageuse (1)? Mais l'esprit de parti raisonne-t-il? L'enlèvement des archives aurait été un fait nuisible à nos provinces, donc qu'il avait eu lieu, donc les Anglais en avaient été coupables.

Après avoir démontré que les Anglais en abandonnant nos provinces n'en ont point emporté les archives, il n'est peut-être pas inutile d'ajouter que je n'entends pas tomber dans l'erreur opposée et soutenir que dans le bagage qu'emportèrent les seigneurs anglais, il ne se trouvait absolument aucun morceau de parchemin que l'encre ait plus ou moins noirci. Il est évident au contraire que plusieurs de ceux qui partirent, Anglais de race ou de cœur, emportèrent, autant que les circonstances le permirent, quelques-unes de leurs chartes particulières, soit avec l'espoir de les faire valoir plus tard, lorsque les armes leur auraient rendu ce que les armes venaient de leur enlever, soit pour obtenir du roi d'Angleterre un dédommagement proportionné à l'étendue de leurs pertes; mais il y a loin de ce fait probable, raisonnable, exécutable, et qui n'a dû laisser aucune trace de son existence, au fait improbable, irrationnel et inexécutable, que quelques personnes s'obstinent encore à croire aujourd'hui.

Quoi qu'il en soit de ce préjugé et des efforts trop efficaces employés pour l'accréditer, il en résulta, comme je l'ai dit, les conséquences les plus heureuses pour la science, et si l'importante mission qu'il occasionna n'a pas encore produit tous les

 

(1) Brussel, Usage des fiefs; Ducange, Glossaire latin; Gaignieres dans ses recueils, etc., citent, comme se trouvant à la chambre des comptes à Paris, une collection de cartulaircs d'Aquitaine, portant sur leur reliure l'écusson des armes d'Angleterre.

 

 

p. xxvii                                                                                              PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

fruits que l'histoire pouvait en retirer, cette mission n'en a pas moins été d'une immense et incontestable utilité.

Pour en juger, il ne suffit pas de se rappeler que la collection des documents rapportés de Londres par Brequigny se compose de plus de onze mille pièces, la plupart inconnues et très importantes, il faut songer à l'influence qu'exercèrent les travaux de l'illustre académicien, dans le domaine agrandi de la connaissance du moyen âge, comme il faut citer tous les ouvrages sérieux qui depuis lors se sont occupés de notre histoire, pour nommer toutes les publications qui se sont plus ou moins enrichies à cette source abondante et nouvelle dont il venait de doter la science (1). Cette collection a aussi fourni d'innombrables renseignements au domaine royal, aux particuliers, aux villes, aux corporations civiles ou religieuses, dans l'intérêt de leurs droits ou des limites de leurs propriétés, de leur histoire ou des généalogies des familles.

Brequigny lui-même y puisa les matériaux de plusieurs mémoires sur quelques points importants de notre histoire. Quelques-uns de ces travaux lus à l'Académie des inscriptions et belles-lettres ont été imprimés dans le recueil des mémoires de cette Académie (2), et d'autres, achevés ou seulement préparés, sont conservés manuscrits dans les cartons de la Bibliothèque Royale. Mais en rendant justice à l'importance des résultats de cette mission, il ne faut pas qu'un aveugle enthousiasme pour les trésors dont nous avons été enrichis nous fasse perdre de vue ceux que nous pouvions acquérir, ni surtout les effets déplorables des fautes qui ont si longtemps privé la science de la plus grande partie des richesses qui lui étaient acquises. On me permettra donc de m'arrêter encore un instant pour faire connaître à la fois les défauts des travaux exécutés à Londres, et de ceux qui furent entrepris sur les copies rapportées d'Angleterre, avant et depuis la mort de Brequigny.

 

ARTICLE II.

 

Défauts des recherches exécutées à Londres par Brequigny. — Examen des travaux entrepris sur sa collection.

 

Brequigny, comme nous l'avons vu, n'ayant pas encore une idée bien exacte de l'importance des richesses conservées dans les archives de Londres, et se faisant d'ailleurs sur le perfectionnement de la science de l'histoire une illusion plus excusable

 

(1) Les recherches du savant et laborieux académicien ont été utiles directement ou indirectement à presque tous les travaux historiques exécutés depuis cette mémorable époque de nos annales littéraires: l'édition des oeuvres d'Alcuin; la nouvelle édition des conciles; la collection des historiens de France: l'Art

de vérifier les dates; les histoires des provinces et des villes; celles des ordres religieux ou militaires, etc.

(2) Mém. de l'Acad. des inscr. et belles-lettres, à partir du tome 37.

 

 

p. xxviii                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

sans doute chez lui que chez tout autre, fit un choix dans les documents que tant de siècles avaient épargnés, et, s'érigeant en juge souverain de leur mérite, donna aux uns la récompense de la publicité, tandis qu'il replongea les autres dans les ténèbres d'un oubli qu'il devait croire éternel; car les archives de la Tour, et surtout celles de l'Echiquier, étaient alors, s'il faut s'en rapporter à son témoignage, couvertes d'un enduit épais de poussière humide et infecte; froissées par mille plis; livrées aux vers, à la poussière et à la fermentation que produit l'humidité naturelle du parchemin.

Cette faute fut grave: elle rend presque inutile de dire que Brequigny dut nécessairement commettre beaucoup d'autres erreurs dans le choix des documents qu'il jugea seuls dignes d'être transcrits. Il suffira, pour en faire juger, de lui laisser raconter comment, ayant trouvé à l'Echiquier une grande quantité d'anciens états de recettes et de dépenses de quelques-unes de nos provinces, il n'en fit faire que quelques extraits, parce que ces documents ne présentaient, dit-il, qu'un objet de curiosité. Peut-être même, ajoute-t-il, je les aurais complètement négligés si quelques pièces justificatives, jointes à ces comptes, ne m'avaient paru propres à éclaircir quelques points de l'administration de nos provinces, ou à jeter du jour sur les généalogies de notre noblesse.

Je ne parlerai point du plus ou moins de fidélité des copies qui composent la collection de Brequigny: ce serait se montrer trop sévère que d'en faire un sujet de reproche sérieux à l'illustre académicien, qui très souvent peut-être ne vit ni les originaux ni les copies des documents qu'il nous a rapportés; je ferai seulement remarquer que, par un hasard singulier, dans la même lettre où Brequigny se plaignait au ministre, à propos de la révision de la table des diplômes, de l'incapacité et de l'inexactitude des copistes employés par M. Secousse, il ajoutait immédiatement qu'il allait partir pour Paris, et laisser son travail à des copistes.

Il est inutile aussi d'ajouter que Brequigny, accablé d'immenses travaux, n'eut pas le temps de vérifier si les actes qu'il rencontrait avaient été ou non publiés, ou s'il les avait déjà transcrits dans un autre dépôt, et qu'en même temps que par un fatal préjugé il condamnait à une destruction presque certaine des documents très précieux, par une compensation déplorable il faisait transcrire jusqu'à trois et quatre fois le même acte, qu'il avait déjà transcrit, ou que Rymer avait publié.

Cependant, comme les érudits des siècles derniers se persuadaient très aisément qu'ils avaient épuisé les matières dont ils s'étaient occupés, Brequigny, sinon complètement convaincu pour lui-même, du moins assez pour persuader aux autres qu'il avait extrait des archives d'Angleterre tout ce qui pouvait intéresser notre histoire, regarda la collection des documents qu'il avait transcrits comme un travail achevé et dont il n'y avait plus à s'occuper que pour y faciliter les recherches. Plus tard, les

 

 

p. xxix                                                                                               PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

dépositaires de sa collection se laissèrent aussi entraîner aux idées qui avaient déjà séduit leur illustre prédécesseur, et si bien, qu'en voulant établir des classifications dans cette immense collection, on y a introduit un désordre presque complet. Sous prétexte d'y faciliter les recherches, on y a rendu toute recherche pour ainsi dire impossible.

En effet, Brequigny, revenu de Londres, avait été chargé, par un arrêt du conseil, d'inventorier, revoir et classer les documents qu'il avait rapportés; d'y ajouter des sommaires, tables, notes et observations diplomatiques et autres. Nous avons déjà dit que ces travaux devant nécessairement entraîner des longueurs pendant lesquelles il n'était pas juste que les diverses administrations publiques ou les particuliers fussent privés de se faire délivrer des expéditions de ces documents, Brequigny fut en outre autorisé à en délivrer des copies certifiées et sans frais aux parties intéressées, et sur l'ordre du ministre.

En ce qui concerne la délivrance aux familles ou aux communautés des expéditions certifiées, les prescriptions de l'arrêt du conseil furent très aisément exécutées. On trouve encore dans les cartons de Brequigny des listes nombreuses de notes d'où il résulte qu'il y a peu d'anciennes familles ou de villes des provinces autrefois soumises à l'Angleterre qui n'aient eu recours à la collection des documents rapportés par Brequigny; mais les mêmes cartons nous prouvent aussi et surabondamment combien la mise à exécution de l'autre partie des prescriptions de l'arrêt du conseil coûta de peines et de travaux inutiles (1). A la vue de tant de notes informes et de tentatives qui devaient nécessairement être infructueuses, il est impossible de se défendre d'un certain sentiment d'amertume et de tristesse en songeant que tous ces tâtonnements hasardés, tous ces laborieux essais, tout ce papier inutilement noirci, qui tourmentèrent vingt ans l'esprit d'un homme aussi éminent que l'était Brequigny, furent le résultat nécessaire d'une erreur de jugement en apparence légère.

« J'avais d'abord voulu, écrivait-il à M. Bertin, commencer mon travail par des tables alphabétiques des noms de lieux et de personnes; mais, après avoir fait dépouiller beaucoup de noms en indiquant par la date la pièce où ils se trouvent, j'ai vu qu'il y avait trop de pièces de la même date pour que cette méthode fût exempte de confusion. J'ai donc pris un autre parti: c'est, avant tout, de ranger

 

(1) M. Champollion-Figeac, qui rapporte le texte de cet arrêt, prétend qu'il ne reste aucune trace du travail ordonné par cette décision du conseil. Cette assertion de la part de l'éditeur des Lettres de rois, reines, etc., ne tendrait à rien moins qu'a faire croire qu'il n'a jamais parcouru la collection dont il a publié un extrait. En effet, presque tous les documents de cette collection portent en tête des titres rapportés ou collés après coup, écrits de la main de Brequigny ou de ses secrétaires, et témoignent assez visiblement que les prescriptions de l'arrêt du conseil ont été suivies. Il existe d'ailleurs, soit dans les volumes reliés de la collection, soit dans les papiers de Brequigny que M. Champollion conserve dans des cartons séparés, une masse si considérable de fragments de catalogues, tables, etc., exécutés en conséquence de cet arrêt du conseil, qu'il est impossible de s'expliquer comment M. Champollion a pu croire que ces travaux n'avaient pas eu lieu.

 

 

p. xxx                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

les pièces par classes, pour les distribuer ensuite par volumes dont les pages seront cotées, afin que les tables puissent y renvoyer. »

Tous les tourments de Brequigny (je devrais peut-être dire des employés qu'il occupa) découlèrent de cette première erreur. Si l'idée simple et naturelle qui se présenta la seconde à l'esprit du savant académicien s'était heureusement présentée à lui la première; s'il avait commencé par faire d'abord ce qu'il reconnaissait utile de faire plus tard, toutes ces richesses qui sont encore enfouies et perdues dans le dédale de sa collection eussent été dès lors facilement connues et mises à la portée de tous. Malheureusement, au lieu de songer d'abord à classer chronologiquement tous ces titres, et à les distribuer ensuite par volumes dont les pages eussent été cotées, Brequigny eut l'idée de faire commencer les tables avant d'avoir paginé ses volumes, et, chose incroyable si je ne venais pas de mettre sous les yeux du lecteur ses propres paroles, il ne s'aperçut pas que quand il aurait rangé les pièces par classes la difficulté serait toujours la même, et qu'il ne parviendrait pas plus à faire des tables sans paginer ses volumes qu'il n'avait pu le faire la première fois. Il recommença donc sur de nouveaux frais, et s'épuisa encore en inutiles efforts.

Le ministre auquel Brequigny demandait souvent des fonds pour faire face aux dépenses entraînées par tant d'essais infructueux, ne s'en aperçut pas davantage, et les lenteurs d'une opération inexécutable empêchèrent les savants de consulter par eux-mêmes les richesses que Brequigny avait rapportées; mais ces longs efforts pour arriver à un classement irrationnel et impossible lassèrent enfin la patience des ministres, et il arriva un moment où le gouvernement et son envoyé lui-même furent assez embarrassés du fruit de leurs conquêtes. Plusieurs nouveaux projets de table, de classement, de publications, etc., furent successivement abandonnés et repris. Dans un de ces derniers projets, Brequigny proposait de publier, à l'aide des documents rapportés de Londres, une espèce de suite aux Mémoires de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, dont chaque volume eût été composé de trois espèces de mémoires: historiques, géographiques et généalogiques. Le projet bizarre de cette singulière publication fut prudemment abandonné, et quelques-uns des travaux qui devaient en faire partie ont été imprimés séparément.

Mais déjà plus de vingt années s'étaient écoulées depuis que Brequigny était revenu d'Angleterre: les événements politiques avaient complètement détourné les esprits des grands travaux scientifiques dont on s'était préoccupé si longtemps, et quand la révolution arriva, Brequigny, aidé de son inséparable collaborateur Mouchet, n'avait encore introduit dans sa collection qu'un classement qu'on peut appeler dérisoire. On peut en juger par le tableau ci-dessous, présentant les dix-huit divisions principales des 149 volumes qui renferment tout ce qui reste des copies rapportées de Londres par Brequigny. Il suffit en effet de regarder ce tableau pour s'apercevoir

 

 

p. xxxi                                                                                               PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

que la plupart des documents pouvaient être placés également dans plusieurs de ces divisions à la fois, et que les classificateurs, quand bien même leur travail aurait été fait avec autant de soin qu'il a été fait avec légèreté, avaient pris une peine infinie pour empêcher de trouver dans un pareil chaos les documents dont on pouvait avoir besoin. Ainsi les volumes intitulés Histoire générale ecclésiastique sont composés de documents dont les neuf dixièmes, au lieu d'intéresser l'histoire générale, ne concernent que l'histoire particulière, et l'on peut dire individuelle, d'abbayes et de simples cures. Un volume tout entier est composé de présentations à des cures de villages, tandis qu'on trouve dans les autres divisions une multitude d'actes qui concernent l'histoire générale du clergé. La seconde division, consacrée aux comités et ordres militaires, semblerait mieux convenir à l'histoire générale ecclésiastique; mais ce titre est encore illusoire: il n'est question dans ce volume que de la prise de Rhodes; tous les actes concernant les templiers et les autres ordres militaires sont disséminés dans le reste de la collection.

Pour achever de donner une idée de cette prétendue classification, j'ajouterai que, dans toutes les divisions, quand des vidimus ou des confirmations renferment un certain nombre d'actes plus anciens, jamais ces actes n'ont été rapportés ou indiqués à leur place chronologique, en sorte qu'il est impossible de les trouver quand on ne sait pas d'avance où ils sont. En outre, un nombre excessivement considérable de dates sont fausses, tandis que d'autres ont été déplacées, non seulement d'un jour, d'un mois. ou d'une année, mais même de plusieurs siècles.

Quelquefois aussi, par une distraction fâcheuse, une pièce concernant la Guienne a été placée dans les volumes de Normandie et vice versa. Il s'est même glissé dans le tome huit une pièce tirée du trésor des chartes. Je citerai surtout ce huitième volume comme exemple du mélange continuel des pièces d'un siècle avec celui d'un autre. Enfin c'est rester au-dessous de la vérité en disant que, sans compter l'embarras introduit par des divisions mal entendues, plus d'un quart des dates des documents est ou transposé ou à rectifier.

 

TABLEAU DES DIVISIONS ACTUELLES DE LA COLLECTION DE BREQUIGNY.

                                                                                                                                                                                                            TOMES.                                                                                                     ANNEES.                    DOCUMENTS.

1. Histoire générale ecclésiastique de France.                     1 à VIII                       900 à 1587           948

3. Conciles et ordres militaires                                               IX                                 314 à 1530           61

3. Guienne et Aquitaine (1)                                                    X à XXXIV                 1198 à 1453        3174

4. Guienne et Bordeaux                                                          XXXV à XXXVIII     1224 à 1400        481

5. Guienne et Aquitaine                                                          XXXIX tables, etc., dont quelques-unes

                                                                                                     occupent la fin du tome XXXVIII.

6. Rôles gascons                                                                       XL                                1242 à 1461        environ 200

 

(1) Le dernier volume de cette série est composé de pièces sans date.

 

 

p. xxxii                                                                                                                                          INTRODUCTION.

                                                                                                                                                                                                            TOMES.                                                                                                     ANNEES.                    DOCUMENTS.

7. Normandie                                                                            XLI à LI                      1160 à 1595        1694

8. Rôles normands                                                                   LII                                1300 à 1422       environ 200

9. Rôles français et de Calais                                                 LIII                              1345 à 1446       environ 150

10. Normandie                                                                          LIV à LV table, etc.

11. Picardie                                                                                LVI à LVIII                1272 à 1626        353

12. Generalité de Paris                                                             LIX                               1200 à 1630        53

13. Sept provinces de France, tom.                                       LX                                                                99

1°. Champagne                                                                                                        1366                      2 docu.

2°. Bretagne                                                                                                              1178 à 1683        45

3°. Normandie et Jersey                                                                                          1232 à 1469        8

4°. Maine                                                                                                                   1419                      1

5°. Poitou                                                                                                                   1232 à 1372        16

6°. Limousin                                                                                                             1279 à 1376        15

7°. Languedoc                                                                                                          1253 à 1361        12

14. Artois et Pays-Bas                                                             LXI                               1214 à 1547        35

15. Angleterre et Italie                                                             LXII                             713 à 1273           23

16. Pièces historiques                                                               LXIII à CII                1066 à 1702        3127

17. Pièces historiques. Traité de Nimègue.....                       CIII à CVIII               1673 à 1677        334

18. Lettres d'Alcuin et de Charlemagne                               CIX                             VIIIe siècle           72

Total                                                                                                                                                                11,004

 

Les onze mille documents de cette collection, ainsi classés, avaient été d'abord enfermés dans cinquante-et-un cartons uniformes, et étiquetés de la main de Mouchet; mais Brequigny avait déjà plus de quatre-vingts ans, et sentant bien qu'il ne verrait jamais revenir un ordre de choses pour le soutien duquel il avait entrepris ses travaux, il voulut du moins assurer, autant qu'il était en lui, la conservation de ces précieuses copies. Ainsi, malgré l'ordonnance du roi qui avait prescrit la réunion des pièces de cette collection au dépôt des monuments historiques, Brequigny, qui était resté possesseur de ses copies, les donna à celui de ses confrères qu'il aimait le mieux, et qu'il avait le plus complètement initié à ses projets, M. Laporte Dutheil (1).

Brequigny mourut en 1794, et M. Dutheil, fidèle à la mémoire de son ami, remit le 10 vendémiaire an V (10 octobre 1796), à la Bibliothèque nationale, la collection des pièces relatives à l'histoire de France, que le citoyen Brequigny avait fait copier dans les archives de Londres, et lui avait donnée de son vivant.

La collection de Brequigny resta dans l'état où M. Dutheil l'avait remise en 1796 jusqu'en 1827, où M. Champollion, pour en assurer la conservation, la fit relier en cent sept volumes in-folio (2), dans lesquels il se fit un devoir de ne rien changer à

 

(1) M. Laporte Dutheil avait été chargé par M. Bertin, en 1776, d'exécuter à Rome les mêmes recherches que Brequigny avait faites à Londres. Il rendit compte de sa mission à l'Académie, le 20 août 1784.

Le résultat était 20000 notices de pièces et 150 volumes de copies dont quelques-unes ont été publiées; mais le plus grand nombre, déposé à la bibliothèque royale, attend encore une main habile pour les mettre en oeuvre.

(2) Par suite d'une erreur bien fâcheuse pour ceux qui ont eu occasion de consulter cette collection avant l'époque où M. Champollion a publié son premier volume, la collection de Brequigny, qui n'était alors que de 107 volumes, est aujourd'hui de 109 volumes.

 

 

p. xxxiii                                                                                             PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

l'ordre dans lequel l'avaient mise les savants hommes qui l'avaient formée; mais malheureusement, tous ceux qui visitèrent ces précieux documents avant M. Champollion n'avaient pas eu le même respect religieux pour l'ordre établi par les savants hommes dont je viens de parler, en sorte qu'en faisant relier ces volumes dans l'ordre où ils se trouvaient, on a pour ainsi dire rendu irréparable la confusion que des mains indiscrètes y avaient causée, et qu'aux embarras que Brequigny avait déjà fait introduire dans cette immense collection, en la divisant en plusieurs classes, on a ajouté l'embarras de ne pouvoir plus retrouver un acte qu'on a vu sans parcourir une à une toutes les pièces du volume, car pas un n'a encore reçu de pagination.

On remarqua bientôt que cet état de choses était déplorable, et la collection de Brequigny fut comprise dans l'ensemble des dépouillements entrepris au cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Royale; mais lorsqu'on fut arrivé, après des dépenses excessives, à pouvoir enfin placer les cartes des documents dans l'ordre chronologique, où il avait été si facile de placer les documents eux-mêmes, on fut loin d'avoir obtenu les résultats qu'on s'était promis. En effet, en supposant que les travailleurs chargés du dépouillement de cette collection aient accompli leur tâche avec tout le zèle et toute l'intelligence désirables (1), comme les documents inventoriés ne sont pas placés dans les volumes dans un ordre chronologique exact, et que les volumes eux-mêmes ne sont pas paginés, il devient excessivement difficile de retrouver les documents dont les cartes fournissent l'indication. Si l'on ajoute à ces premières difficultés, les difficultés plus nombreuses encore qui peuvent résulter du désordre involontairement introduit dans le classement de ces cartes, par la plus légère distraction de ceux qui les consultent, et les désordres plus grands introduits par des travailleurs sujets à des distractions systématiques, on sera aisément amené à conclure qu'en réalité, ce grand et dispendieux travail du classement sur des cartes séparées pourra être plus nuisible qu'utile à ceux qui auront l'imprudence de s'y confier.

J'ai peut-être attiré trop longtemps l'attention sur l'état actuel de la collection du Brequigny; cependant, puisqu'il s'agit de travaux qui se lient d'une manière si intime à la mission dont j'ai été chargé, on m'excusera, je l'espère, d'avoir autant insisté sur ce point.

Il parait d'ailleurs que les inconvénients que je viens de signaler, ou d'autres encore, avaient frappé M. le ministre de l'instruction publique, lorsque, pour y remédier, le 5 novembre 1834 il chargea M. Champollion-Figeac de faire une

 

(1) Il suffira de dire pour en faire juger que le même volume a été inventorié jusqu'à trois fois, sinon pour procurer un triple salaire à ceux qui en étaient chargés, du moins comme compensation des volumes qui sans doute n'ont pas été inventoriés.

 

 

p. xxxiv                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

publication d'après les copies rapportées de Londres. Mais, par une fatalité qui semble indélébilement attachée à ces travaux de Brequigny, cette dernière mesure, en apparence protectrice, devait anéantir, ou du moins réduire à des proportions les plus minimes, les résultats si vantés de cette célèbre mission. N'est-ce pas en effet annuler d'un seul coup les documents d'un aussi vaste recueil que d'en publier à part les plus curieux? Qui voudra désormais rechercher dans le désordre de cet énorme amas de copies mal classées, s'il y existe encore quelque document intéressant qui n'ait été imprimé dans aucune des nombreuses publications qui se sont alimentées à cette source, lorsque M. Champollion, butinant sur le tout, aura fait un choix dans ce qui reste du choix déjà fait par Brequigny, et sous préteste de ne publier que des lettres de rois, reines, etc., aura imprimé tous les documents qui lui paraissaient importants? Cette publication devait donc porter un coup fatal à l'intérêt qui s'attachait encore à cette célèbre collection, et la réduire aux mesquines proportions d'un recueil de cinq à six cents documents.

Quoi qu'il en soit, en 1839, cinq ans après la décision ministérielle qui l'avait autorisé, le premier volume d'une collection d'actes extraits des copies de Brequigny sortit das presses de l'imprimerie royale, sous ce titre: Lettres de rois, reines et autres personnages des cours de France et d'Angleterre, depuis Louis VII jusqu'à Henri IV. Depuis lors, sept autres années se sont écoulées, et le second volume n'a pas encore paru. Ce n'est donc que d'après le premier volume qu'il est possible d'apprécier le plan et l'exécution d'une entreprise dont l'éditeur lui-même parait être dégoûté.

Par suite de ce préjugé, dont j'ai déjà parlé, et qui consiste à ne vouloir publier que des actes d'une nature semblable, l'éditeur chargé de la confiance du ministre, au lieu de demander l'autorisation de publier tout ce qui restait encore d'inédit dans les copies rapportées de Londres, demanda seulement d'en extraire les lettres de rois, reines et autres personnages éminents; mais cette restriction devait peu le gêner: M. Champollion a eu soin d'annoncer lui-même qu'il n'a adopté ce titre que parce que les lettres de ces personnages sont les documents les plus historiques de son recueil. Ce titre n'est donc exclusif qu'en apparence, et le volume contient en effet des documents de tous les genres, depuis des traités de paix jusqu'à la nomination d'un simple tabellion de village.

On vient de voir avec quelle aisance l'éditeur a secoué le joug de son titre: en compensation, pour donner à son recueil au moins une apparence qui justifie le nom qu'il lui a donné, M. Champollion a conservé dans son volume un grand nombre de pièces déjà publiées. Non seulement M. Champollion a fait imprimer beaucoup d'actes déjà connus, mais il a pris la peine de réimprimer deux fois la même pièce. Ainsi le n° 158 est réimprimé textuellement au n° 169, sans autre changement

 

 

p. xxxv                                                                                             PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

que celui d'un nom propre. L'acte avait été déjà publié par Rymer, et M. Champollion a laissé aux lecteurs curieux le soin de choisir, après trois éditions successives, le nom et la date qu'il faut conserver. Puis, sous prétexte d'imprimer quelques fragments intéressants de la correspondance de Brequigny, il a fait précéder son livre d'une longue série de documents relatifs au dix-huitième siècle, et n'ayant aucun rapport avec les 337 documents publiés ou réimprimés dans le volume.

L'exécution la plus soignée, l'attention la plus soutenue, les recherches les plus exactes n'auraient jamais pu compenser les défauts essentiels d'une publication entreprise sur de pareilles bases; malheureusement l'exécution matérielle, ce qui constitue le travail propre de l'éditeur, n'est pas d'une nature à faire oublier ces défauts.

Ainsi l'éditeur s'affranchit si bien du travail pénible d'assigner une date exacte à chaque document, qu'on peut à juste titre lui contester le droit de dire qu'il a classé ses documents dans un ordre chronologique; très souvent le hasard seul préside au classement qu'il leur assigne. Il est donc très difficile de suivre la marche des événements dans des pièces ainsi classées, et surtout il est impossible de s'en rapporter à l'éditeur sur l'exactitude des dates qu'il a données.

M. Champollion tenait si peu à classer les documents dans un ordre chronologique exact, que lorsqu'il a rencontré des actes renfermant plusieurs documents, il ne s'est pas donné la peine de les séparer pour les placer chacun à leur date. Quand il a trouvé quelques pièces dont Brequigny avait déterminé la date d'une manière approximative, au lieu de placer toutes ces pièces avant ou après les autres documents de la même année, qui ont une date plus précise, il en a placé quelques-uns avant, quelques autres après et complètement au hasard; le n° 194 est daté de juin 1280, le n° 196, du mois de mars; le n° 198, d'octobre; le n° 199, d'août; le n° 214 est daté de la Pentecôte; le n° 223, de Pâques; le n° 224, de l'Epiphanie, et il en est de même dans plusieurs autres circonstances.

On trouve aussi, à propos de dates, des inadvertances inconcevables; le n° 31, daté en marge du 24 octobre, est daté en bas du 23; deux actes datés du même jour sont donnés, l'un à Bordeaux, l'autre à Saintes, sans que l'éditeur s'en soit aperçu. Le n° 152 est daté de la sixième année du règne d'Edward Ier; le n° 153, de la cinquième année; le n° 244, signalé par l'éditeur comme pouvant servir à rectifier la date de la mort du duc d'Alençon, est placé au 24 juin, quoique le texte dise en toute lettre qu'il est du jeudi après le 29 juin. Les documents de l'année 1280 paraissent surtout avoir porté malheur à celui qui les a classés, et l'un d'eux, le n° 253, oublié à sa date, est venu hardiment se placer au milieu des actes de 1285.

Mais une chose plus curieuse encore que tout ce désordre, c'est que le savant

 

 

p. xxxvi                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

conservateur des manuscrits de la Bibliothèque Royale se raille fort agréablement de ceux qui, par un long et minutieux examen, tachent de faire disparaître une partie des incertitudes sur les dates, et que pour seconder leurs humbles efforts il a publié quelques documents qui peuvent leur en faciliter les moyens. Faisons remarquer à ce sujet que M. Champollion, en mentionnant les travaux auxquels certains érudits se sont livrés pour fixer le jour d'où l'on commençait à dater les années des règnes des rois d'Angleterre, demande avec une anxiété d'une naïveté admirable à quel règne appartiendront les actes datés du jour antérieur, et ne s'aperçoit pas qu'il faut d'abord qu'il puisse montrer un de ces actes pour que l'on puisse lui répondre. Il n'est peut-être pas inutile de faire observer aussi que M. Champollion, après avoir publié un de ces documents destinés à seconder les louables efforts de ses lecteurs, et dans lequel on voit que les années du règne de Henri III changeaient le 28 octobre, argumente, un peu plus loin, de ce que les années de ce roi commençaient le 11 novembre.

Il suffira de citer quelques exemples pour faire apprécier la manière dont les autres parties du travail de l'éditeur ont été traitées.

Par une distraction fâcheuse, M. Champollion prenant une ville de Béarn, célèbre au moyen âge, pour un port de mer, alors inconnu de la Bretagne, fait payer à Bayonne 20 livres de la monnaie de Morlaix, au lieu de 20 livres de Morlas. Par une inadvertance plus déplorable, il traduit die martis, par mois de mars et place en mars un document du mois de juillet.

Je ne m'arrêterai point à relever combien de fois et je ne sais dans quel but, en désignant les archives de la Tour de Londres, il a travesti l'expression si connue ex bundellis, par cette expression qui, je n'ai pas besoin de le dire, ne se trouve jamais dans Brequigny: ex bordellis; mais ce qui est plus fâcheux, c'est que si l'on en jugeait sur les apparences, l'honorable conservateur de notre bibliothèque nationale serait très peu versé dans la connaissance des moeurs du moyen âge; ainsi, il ne paraît pas se douter qu'il y ait quelque différence entre les chevaliers qui faisaient la force des armées féodales et les fantassins de nos armées modernes. C'est une espèce de parti pris chez lui de traduire les ordres, de faire une retenue de chevaliers ou de convoquer les vassaux par l'expression lever des troupes; une fois même il lui est arrivé de traduire centum milites par cent soldats.

Comme on le voit, je ne me suis point amusé à relever des fautes échappées pendant l'impression: l'éditeur a d'ailleurs eu soin de donner un errata; aucune des erreurs que je viens de signaler ne s'y trouve. Cependant M. Champollion à eu soin de nous prévenir qu'il a bien voulu consacrer à ce labeur les rares instants qu'il lui était permis de dérober à ses nombreuses fonctions, seulement dans la vue de l'utilité publique et de la gloire de la patrie.

Quoi qu'il en soit, douze années se sont écoulées depuis que cette entreprise est

 

 

p. xxxvii                                                                                           PREMIERE PARTIE, CHAPITRE II.

 

commencée, et le second volume n'a pas encore paru; mais ce volume si tardif eût-il enfin été produit, il n'en est pas moins vrai que la publication de six à sept cents documents extraits d'une collection où déjà une foule d'autres publications se sont alimentées, a été beaucoup plus nuisible qu'utile aux nombreux travailleurs qui ont besoin de la consulter.

Tout ce qui se rattache à la célèbre mission de Brequigny a acquis un tel degré d'intérêt qu'on sera sans doute bien aise de trouver ici un aperçu de la dépense totale occasionnée par les documents dont se compose cette collection.

 

Brequigny avait reçu de M. de Laborde, pour ses frais de route, ceux de sen commis, et quelques gratifications, en trois payements  7200 fr.

Frais de logement et nourriture à Londres, 19037 fr. par an, pour deux ans et demi.                37592 fr. 10

Gages de six commis à 2000 fr. par an, en supposant que le commis principal, le

savant Mouchet, n'ait pas reçu des gages plus forts que les autres                                               30000

Droits de transcription des actes, et location d'une chambre à la Tour                                         6600

Total des dépenses bien connues                                                                                                                                                 81392 fr. 10 s.

 

Si l'on ajoute à cette somme les gages d'au moins trois commis anglais, employés momentanément, les fournitures de bureau, qui durent être assez considérables, les droits de transcription payés aux gardiens des archives autres que ceux de la Tour, les frais de voyage pour le retour des commis, et quelques autres dépenses sur lesquelles les détails nous manquent, on atteindra facilement un total qui dépassera certainement 100000 livres, sans que Brequigny ait reçu la moindre rémunération pour ses travaux pendant deux années et demie; aucune indemnité pour les frais de trois voyages de Paris à Londres et de Londres à Paris.

Cependant cette somme déjà si forte n'est rien, comparée à celle des dépenses occasionnées par les travaux exécutés sur des documents devenus ainsi doublement précieux, scientifiquement et pécuniairement parlant. Si l'on ajoute à la pension de 6000 livres que Brequigny toucha pendant plus de vingt ans, c'est-à-dire 120000 livres, les frais de commis dont Brequigny réclamait l'allocation dès le 3 novembre 1768, les sommes plus récemment dépensées pour l'inventaire de la collection de Breqnigny, et le prix de revient des deux volumes dont a été chargé M. Champollion, on ne sera guère éloigné d'un total de 300000 francs.

Je suis peu partisan de l'application de l'arithmétique et de la statistique aux sciences et aux arts; mais il est certains résultats dont il est impossible de ne pas être frappé, et je n'ai pu m'empêcher de remarquer que chacune des pièces de celle collection si confusément et si légèrement assemblée revient certainement à un prix supérieur à celui de la valeur vénale des originaux eux-mêmes (1).

 

(1) J'aurais voulu pouvoir donner ici le catalogue par ordre chronologique de toutes les pièces de la collection de Brequigny: ma tâche eût été facile, je n'aurais eu qu'à transcrire, en vérifiant son exactitude, le dépouillement déjà fait et dont j'ai parlé plus haut; mais cette publication d'un travail qui ne m'appartenait pas aurait considérablement augmenté les sacrifices que m'impose cette publication, et bien inutilement, puisque tôt ou tard ces actes eux-mêmes doivent tous trouver place dans la collection générale des documents français qui se trouvent en Angleterre.

 

 

p. xxxviii                                                                                                                                       INTRODUCTION.

 

Maintenant, si l'on veut faire le résumé de la plus brillante et de la plus importante mission littéraire dont nous puissions nous glorifier, de ces travaux célèbres auxquels s'intéressèrent personnellement les deux plus puissants monarques du globe; si l'on ne se laisse éblouir ni par le prestige d'une grande réputation, ni par les services rendus par une masse de copies, incorrectes, le résultat de cet examen sera un acte d'accusation grave contre la mémoire du savant, illustre qui fut chargé de cette glorieuse mission.

On trouve en effet que, sous le rapport matériel, Brequiguy, par une confiance excessive dans ses lumières, négligea de transcrire une masse énorme de documents intéressants et qu'il croyait destinés à périr; que le peu de notes dont il accompagna les transcriptions fort incorrectes qu'il fit faire, sont aussi inexactes que les copies elles-mêmes; tandis que d'un autre côté, si c'était lui qui s'en était sérieusement occupé, les peines infinies qu'il se donna si inutilement pendant longtemps pour parvenir à un catalogue quelconque de sa collection, témoigneraient assez haut du peu de rectitude de son esprit.

Sous le rapport moral, les accusations deviennent presque aussi graves. Si l'on absout assez aisément le savant des reproches formulés en injures que lui valut sa dissertation sur le dévouement d'Eustache de Saint-Pierre (1), en supposant que les preuves qu'il a données sont loyales; si, tenant compte de son grand âge et des événements au milieu desquels il mourut, on s'abstient de qualifier de vol le legs qu'il fit à un ami d'un dépôt de pièces qui avaient coûté des sommes énormes à l'état; il est plus difficile de trouver une excuse pour décharger sa mémoire du reproche d'avoir sciemment et volontairement trompé le Ministre, la France et l'Europe entière, en disant faussement qu'il avait retrouvé le résultat d'une spoliation imaginaire.

 

(1) M.de Chateaubriand, avec ce style qui lui appartient, les a résumés dans ces mots: « A coup sûr, ce ravaleur de vertus ne fera jamais lui-même des actions dignes d'être racontées. » Etudes historiques, fragments: Reddition de Calais,

 

 

p. xxxix                                                                                            PREMIERE PARTIE; CHAPITRE III.

 

CHAPITRE III.

 

Missions de MM. Francisque Michel, Lèon de Wailly, etc., en 1833 et années suivantes.

 

Brequigny était revenu de Londres en 1767; depuis lors jusqu'en 1830, personne ne songea qu'il était possible de trouver encore en Angleterre des documents utiles à notre histoire; mais lorsque les événements politiques eurent amené au pouvoir des ministres qu'une sorte de reconnaissance et de goût attirait vers les études de l'histoire, et qui voulaient peut-être montrer, en faisant étudier comme un objet purement historique l'existence d'un pouvoir récemment détruit, que toute espérance d'un retour vers ce passé était devenue inutile, leur attention se porta naturellement vers les archives d'Angleterre; mais, imbus de cette idée qu'il devait nécessairement rester fort peu de documents importants pour nous, dans un pays où l'un des maîtres de la science, aidé de toutes les ressources que la munificence royale avait pu mettre à sa disposition, avait, pendant près de trois années, transcrit tout ce qu'il avait trouvé de curieux, les Ministres se persuadèrent qu'il fallait principalement faire porter les nouvelles recherches sur les monuments littéraires. En conséquence, M. Guizot, ministre de l'instruction publique en 1833, chargea M. Francisque Michel, jeune littérateur déjà connu par un grand nombre de publications estimées, d'aller en Angleterre, non pas continuer les travaux de Brequigny, mais recueillir ou signaler les monuments littéraires du moyen âge dont les copies ne se trouvaient pas en France ou ne s'y trouvaient qu'incomplètes. M. Francisque Michel fut donc chargé d'explorer les bibliothèques plutôt que de dépouiller les archives. Néanmoins, dans cette moisson nouvelle, l'ardeur et l'activité de l'envoyé du Ministre pouvaient à peine suffire au travail. De tous côtés M. Michel découvrait des richesses inconnues, et, pendant trois années, il transcrivit dans les bibliothèques des principales villes d'Angleterre et d'Ecosse un très grand nombre de monuments littéraires.

M. Francisque Michel a fait connaître en détail le résultat de ses laborieuses recherches dans deux remarquables rapports qu'il adressa successivement à M. le Ministre de l'instruction publique en 1834 et en 1837. Ces rapports font partie de la collection des Documents inédits sur l'histoire, de France, publiés sous les auspices dn ministère, et sont par conséquent entre les mains de tout le monde. Il suffira donc de donner ici la liste des manuscrits auxquels M. Michel a consacré des notices. Je dois à l'obligeance de cet infatigable travailleur de pouvoir ajouter à ces indications la liste des manuscrits qui se trouvent aussi en Angleterre, et dont il

 

 

p. lx                                                                                                                                                INTRODUCTION.

 

n'est pas question dans les deux rapports présentés par lui au Ministre, mais qui depuis lors ont été publiés en tout ou en partie.

Dans ces deux rapports, M. Francisque Michel a signalé l'existence de plusieurs documents historiques qu'il aurait volontiers transcrits s'il n'avait été retenu par la crainte que Brequigny ne les eût déjà copiés, ce qui se trouva vrai pour quelques-uns de ces documents, mais ne l'était pas pour tous.

Dans la liste des manuscrits auxquels M. Michel a consacré des notices, au fur et à mesure qu'il les découvrait, et que j'ai classés avec les manuscrits que M. Michel a publiés depuis, d'après les numéros d'ordre qu'ils portent dans les dépôts où ils sont conservés, les noms et les numéros en italique désignent les manuscrits sur lesquels M. Michel n'a pas publié de notices, et dont il s'est servi dans des publications postérieures; la date qui suit, entre parenthèses, indique l'époque de ces publications, et le folio la page du rapport où se trouvent les notices.

 

MUSEE BRITANNIQUE.

 

                         BIBLIOTHÈQUE COTTONNIENNE.                                 BIBLIOTHÈQUE HARLEIENNE.

                                      Caligula A 9 fol. 186                                                                  N°s 270 fol. 149

                                      Id. A 17 fol. 132                                                                          N°s 527 fol. 137

                                      Id. A 18 fol. 132                                                                          N°s 636 (1833)

                                      Cleopatra A 12 (1833)                                                               682 fol. 267

                                      Domitian 11 fol. 288                                                                  1319 fol. 117

                                      Faustina B 1 (1839)                                                                   1321 fol. 115

                                      Julius A 5 (1836)                                                                         1605 fol. 193

                                      Id. D 6 (1836)                                                                              1717 fol. 35

                                      Nero C 4 fol. 129                                                                        2252 (1845)

                                      Id. D 6 fol. 103                                                                            2276 (1836)

                                      Vespasian A 7 fol. 119                                                              4325 fol. 263 et 270

                                      Id. B 10 fol. 165                                                                          4334 fol. 174

                                      Id. E 4 (1837)                                                                              4381 fol. 151

                                      Vitellius A 10 (1836)                                                                  4382 fol. 151

                                                                                                                                             4388 fol. 86

                                                                                                                                             4404 fol. 84

                                                                                                                                             4417 fol. 163

                                                                                                                                             4487 fol. 122

 

KING'S LIBRARY.

                                      N°s XII c 12 (1840)                                                                     N°s XIX C 1 fol. 145

                                      XIII A 21 (1836)                                                                         XIX D 2 fol. 118

                                      XIV C 12 (1839)                                                                          XX A 1 (1836)

                                      XIV B 4 fol. 188                                                                          XX A 11 (1836)

                                      XV E 4 fol. 156                                                                            XX B 19 fol. 225

                                      XV E 6 fol. 91                                                                              XX C 2 fol. 147

                                      XVI B 8 fol. 35 et 86                                                                  XX D 11 fol. 80

                                      XVI F 2 fol. 61

 

 

p. xli.                                                                                                 PREMIERE PARTIE, CHAPITRE III.

 

                                      Mss. Lansdowne                                                                          n° 782 fol. 72

                                      Mss Burney                                                                                  n° 275 fol. 160

                                      Mss Edgerthon                                                                             n° 106 fol. 128

                                      Mss Additionnels                                                                         n° 7103 fol. 124

 

BIBLIOTHÈQUES DIVERSES.

LONDRES.

 

                                      Bibliothèque Lambeth                                                               n° 596 (1837)

                                      Collège d'armes. Arundel                                                           14 fol. 74

                                      Id.                                                                                                   E. d. 14 (1833)

 

OXFORD.

Bibliothèque Bodleienne.

                                      Canonici                                                                                        14 fol. 203

                                      Digby                                                                                             23 (1837)

                                      Laud                                                                                              108 (1845)

                                      Lincoln college                                                                             29 (1839)

                                      Mss de Francis Douce                                                                 fol. 140

 

CAMBRIDGE.

                                      Trinity college                                                                               B. 17 1 fol. 199

                                      Université college                                                                         E. E. 3. 59 (1836)

                                                                                                                                              F. 6. 17 (1845)

                                                                                                                                              G. G. 4. 27 (1845)

                                      Corpus Christi collège                                                                 C. XI (1839)

                                                                                                                                              LXVI (1839)

                                                                                                                                              CLXXI (1839)

                                                                                                                                              CCCCVII (1839)

                                                              

DURHAM.

                                      Bibliothèque de la cathédrale                                                   C. IV 15               fol. 210

                                                                                                                                              C. IV 27               fol. 205 et 219

                                                                                                                                              C. IV 27 B fol. 210

                                      Bibliothèque de l'évêque Cosin                                                 V. II 17 fol. 211 et 238

 

EDIMBOURG.

                                      Bibliothèque des avocats                                                           J. A. C. v. b. 19    fol. 242

                                                                                                                                              W. 4. 1 (1845)

                                      Belcarras papers                                                                          fol. 213

 

LINCOLN.

                                      (Bibliothèque de)                                                                         A. 1. 8 fol. 214 et 243

                                      Id.                                                                                                   D. 4 8 fol. 215 et 254

 

MIDDLEHILL

                                      Bibliothèque de sir Thomas Phillipps                                       222 fol. 79

 

Le 19 avril 1838 M. Salvandy, ministre de l'instruction publique, voulant donner à M. Francisque Michel un témoignage public de satisfaction pour la manière brillante dont il s'était acquitté du travail qui lui avait été confié, le nomma chevalier de l'ordre royal de la Légion d'honneur.

A peu près dans le même temps que M. Francisque Michel exécutait ses travaux

 

 

p. xlii                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

en Angleterre, un de nos jeunes paléographes les plus distingués, M. A. Teulet, fut aussi envoyé à Londres par ordre du Ministère; mais comme sa mission avait pour but un travail spécial, et qu'il n'en a pas été fait de rapport public, il ne doit pas en être question ici.

Depuis le retour de M. Francisque Michel jusqu'au mois de mai 1842, époque où M. Villemain, ministre de l'instruction publique, voulut bien me désigner pour aller à Londres, personne ne fut envoyé officiellement exécuter des recherches historiques dans les archives anglaises; cependant, avant de parler des deux missions qui m'ont été confiées, je crois devoir consacrer ici quelques mots à faire connaître le résultat des recherches dont fut chargé M. Léon de Wailly pendant que je sollicitais l'autorisation d'être envoyé une seconde fois à Londres. Cette notice, comme on le verra bientôt, ne devait apporter aucun trouble dans le récit de mes recherches; mais, voulant faire connaître tous les travaux historiques exécutés en Angleterre par ordre du gouvernement français, il eût été peu convenable de faire de cette mission officielle un épisode de la mienne, et je lui ai consacré un article à part.

Revenu de Londres, j'avais remis à M. le Ministre de l'instruction publique, conformément aux instructions que j'avais reçues, un rapport sur les documents que j'avais découverts ou transcrits, et j'avais demandé l'autorisation de retourner en Angleterre pour achever d'y transcrire les documents qui devaient former le volume que le lecteur tient dans ses mains, lorsque M. Léon de Wailly sollicita, ou au moins reçut de M. Villemnin, la mission d'aller rechercher dans les archives anglaises les documents relatifs aux rapports qui ont existé entre les cours de France et d'Angleterre, pendant les règnes de François Ier et de Henri VIII, de Louis XIV et de Cromwell, etc.

M. Léon de Wailly, ignorant sans doute que j'avais été précédemment chargé d'une mission à Londres, comme j'ignorais moi-même qu'on venait de me donner, sinon un remplaçant, du moins quelqu'un qui devait faire une partie du travail dont j'avais été d'abord chargé, ne fut point prévenu qu'il se trouvait dans mon rapport quelques renseignements relatifs à ses recherches, et partit sans le consulter. Du reste, s'il est permis d'en juger sur les apparences, ces indications eussent été peu utiles au nouvel envoyé de M. Villemain: il y avait déjà plus de quatre mois que M. Léon de Wailly était en Angleterre lorsqu'il écrivit enfin qu'il n'avait jusqu'alors rien trouvé de relatif à l'objet de sa mission, mais qu'il s'apercevait que des écrivains anglais s'occupaient d'un travail sur le même sujet, et qu'on lui cachait les documents de cette époque.

 

 

p. xliii                                                                                                PREMIERE. PARTIE, CHAPITRE IV.

 

CHAPITRE IV.

 

Mission de l'éditeur de ce recueil; 1842 et 1843. - Arrivée à Londres. - Notes sur l'ensemble des archives anglaises. - Circonstances qui déterminent la publication de ce volume.

 

Depuis la célèbre et dispendieuse mission dont Brequigny fut chargé en 1764, le gouvernement français n'avait, ainsi que nous venons de le voir, nullement songé à reprendre des recherches qu'il regardait comme complètes, lorsqu'au commencement de 1842, sir Francis Palgrave, député gardien des archives de S.M.B., écrivit à M. le Ministre de l'instruction publique, qu'il existait dans les archives de la mairie de Londres des renseignements très curieux sur les relations de cette ville, au moyen âge, avec les principales communes de France, et qu'on rencontrait aussi à la Tour et ailleurs une foule de documents inconnus à Brequigny. M. Augustin Thierry, désireux de se procurer des documents qui intéressaient à un si haut degré la collection qui lui était confiée, demanda au Ministre de l'instruction publique de vouloir bien envoyer recueillir ces pièces et me désigna pour remplir cette mission.

En conséquence, par un arrêté ministériel du 12 mars 1843, je fus chargé d'aller en Angleterre recueillir tous les documents qui peuvent intéresser notre histoire et notre littérature nationales.

Arrivé à Londres muni de la recommandation de M. le Ministre de l'instruction publique, toutes les archives m'ont été facilement ouvertes, non seulement sans frais, mais avec un empressement et une complaisance dont je ne saurais trop me louer. J'ai trouvé chez des personnes auxquelles je n'étais pas adressé, et qui même ne connaissaient pas la mission dont j'avais été honoré, une obligeance et une bonté auxquelles je n'avais d'autre titre que ma qualité d'étranger. Pour faire mieux comprendre encore combien nous sommes loin du temps où une malheureuse rivalité nuisait aux intérêts réels des deux peuples, je dirai que les archives de Guild-Hall, où le conseil municipal de la ville de Londres a voté à l'unanimité que je serais admis, n'avaient été encore ouvertes à personne, et que je suis le premier à qui elles ont été librement et complètement communiquées. C'est, comme je viens de le dire, un des savants auxquels l'Angleterre est redevable d'une grande partie de l'impulsion donnée dans ces derniers temps aux travaux historiques, sir Francis Palgrave, qui le premier a demandé au gouvernement français d'envoyer à Londres un travailleur chargé d'explorer les richesses encore inconnues que renferment les archives anglaises, et quand le travailleur est arrivé, il n'a épargné, pour lui être utile, ni son temps, ni ses conseils, ni son influence; il l'a guidé, aidé, accompagné partout, avec un zèle et une bonté dont je ne pourrais jamais assez le remercier; qu'il reçoive donc ici

 

 

p. xliv                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

l'expression vive et sincère non seulement de la reconnaissance que je lui dois en mon nom, mais encore au nom de tous ceux qui s'intéressent aux progrès des études de notre histoire nationale.

Il est sans doute inutile d'ajouter que j'ai trouvé auprès de notre ambassadeur à Londres, et surtout auprès de M. de Rabaudy, chancelier de l'ambassade, toute la bienveillance et toute la protection que j'étais en droit d'espérer.

Le nombre des dépôts d'archives à Londres est aujourd'hui bien loin d'être aussi considérable qu'au dernier siècle, où leur simple nomenclature formait seule un volume in-folio; mais, malgré les efforts persévérants d'une administration éclairée et cherchant chaque jour à diminuer le nombre des dépôts partiels, ce nombre était encore trop considérable pour qu'il me fût possible de les explorer tous. Je commençai donc mon travail par l'examen superficiel de quelques-uns des plus importants, et pour que le lecteur puisse aisément apprécier mon plan, du point de vue où je me trouvais placé, j'ai cru devoir rapporter ici, avant de donner le résultat d'un examen plus approfondi des archives où je savais que Brequigny n'avait pas travaillé, le résultat de mes observations préparatoires sur les collections conservées à la Tour, au Musée, au State paper's Office, etc.

 

LA TOUR.

 

Sans entrer dans de longs détails, je puis donner en peu de mots une idée de la quantité de documents concernant notre histoire qui se trouvent à la Tour et que Brequigny n'a pas dû connaître. L'illustre académicien fit transcrire ou collationner à la Tour huit mille cent quatre-vingt-treize documents; c'est beaucoup si l'on considère que le nombre total des pièces qu'il rapporta de Londres ne s'élève qu'à onze mille; mais c'est certainement très peu si l'on fait attention que les catalogues publiés par Thomas Carte avaient donné l'indication d'environ vingt mille pièces qui concernaient la France; que néanmoins Thomas Carte n'avait point exploré toutes les archives de la Tour, car Brequigny y découvrit d'abord douze énormes liasses, contenant sept mille deux cents documents français qui n'avaient jamais été visités, et que malgré cela les rapports présentés tous les ans à la chambre des communes par le député gardien des archives d'Angleterre, signalent chaque fois l'existence d'un si grand nombre de documents intéressant l'histoire de nos provinces, et que n'ont connu ni Thomas Carte, ni Brequigny (1), que ce n'est rien exagérer en avançant qu'on pourrait trouver à la Tour, non pas seulement une fois, mais trois fois le nombre des pièces que Brequigny y avait transcrites.

 

(1) Quelques-unes de ces indications ont déjà été utiles au recueil des monuments de l'hist. du tiers-état.

 

 

p. xlv                                                                                                 PREMIERE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

MUSEE BRITANNIQUE.

 

Le Musée Britannique possède la collection de manuscrits la plus importante après celle de notre Bibliothèque Royale; c'est assez dire que, source immense et pour ainsi dire intarissable (elle est sans cesse alimentée des richesses que le hasard, la corruption ou une économie mal entendue permettent à nos voisins de nous enlever), la connaissance des trésors que possède le Musée Britannique a constamment été l'un des rêves les plus séduisants de tous ceux qui se sont occupés de science. Il existe, il est vrai, des catalogues imprimés des principales collections de ce vaste dépôt; mais, quelque utile et précieuse que soit la possibilité de consulter ces volumineux in-folios, écrits dans une langue qui n'est pas toujours familière aux érudits, ce secours est bien loin de répondre aux besoins que la science pourrait en retirer. Nous ne possédons en France qu'un très petit nombre d'exemplaires de ces catalogues, et dans les lieux où ils se trouvent, leur existence est à peine connue; puis à ces difficultés matérielles vient se joindre l'ennui de parcourir, et souvent inutilement, d'interminables et indigestes nomenclatures. Chaque collection possède en effet un catalogue particulier, dressé dans un système différent, et par conséquent manquant souvent d'ordre, de méthode, de discernement et même d'exactitude.

Cette immense bibliothèque se compose d'ailleurs, indépendamment des anciennes collections dont il existe de si déplorables catalogues, d'une grande quantité d'autres collections qui n'ont pas été inventoriées ou dont le catalogue est connu seulement des travailleurs qui fréquentent le Musée Britannique. Ce supplément forme déjà vingt-trois volumes in-folio. On peut juger par ce simple aperçu de l'immensité des richesses que renferme le Musée Britannique. Le ministre qui ferait faire seulement un extrait consciencieux et complet de tout ce que les catalogues imprimés ou manuscrits du Musée Britannique renferment d'utile pour nous, rendrait un service éminent à notre histoire et mériterait la reconnaissance de tous ceux qui s'occupent de cette science. Ce n'était pas là le point qui devait m'occuper; j'examinais le Musée pour me rendre compte de ce que Brcquigny avait pu laisser à faire, et je dois dire que, quelque importants que soient les travaux qu'il y exécuta, ils n'ont fait pour ainsi dire qu'effleurer la matière; d'abord, parce que plusieurs des grandes collections qui composent aujourd'hui le Musée n'y étaient pas encore; et de plus, pourquoi hésiterais-je à le dire? parce que dans les collections qu'il visita il y a des séries entières qui ont échappé, on ne sait pourquoi, à ses investigations.

 

STATE PAPER'S OFFICE.

 

Le dépôt des papiers d'état, dont l'origine ne remonte qu'au règne d'Elisabeth, renferme cependant une grande quantité de documents antérieurs à cette époque,

 

 

p. xlvi                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

soit qu'ils y aient été placés lors de la fondation du dépôt, soit qu'ils y aient été mis postérieurement en même temps que quelques collections formées d'avance par des particuliers, et qui y furent successivement réunies. Cependant la grande masse des documents de ce dépôt ne remonte pas au delà du seizième siècle.

Du reste, à part une collection considérable de documents relatifs à Calais et Boulogne, presque tous les autres documents du State paper's Office qui peuvent intéresser l'histoire de France ont été assez malheureusement partagés en deux grandes divisions:

Dans l'une d'elles, on a réuni les lettres originales des rois et autres souverains aux princes anglais, depuis le règne de Henri VIII, en y joignant les minutes des lettres que les rois d'Angleterre écrivirent de leur côté pendant la même période. Cette collection forme déjà soixante-quinze volumes.

L'autre, composée des lettres et dépêches originales adressées, depuis la même époque, aux rois et aux ministres anglais, par leurs ambassadeurs et autres agents dans les diverses contrées de l'Europe, contient en même temps une grande quantité de pièces recueillies dans les cours étrangères, et relatives aux faits contemporains les plus importants. On y a joint les minutes des lettres et instructions les plus secrètes, envoyées par les souverains anglais ou leurs ministres à leurs correspondants sur le continent, en sorte que le tout forme un ensemble excessivement curieux.

Malheureusement encore, au lieu de cataloguer ou de faire des tables de ces précieux documents, on a commencé par diviser géographiquement les pièces de ces deux collections, c'est-à-dire qu'on a rassemblé à part les pièces qui concernaient principalement les affaires d'une même contrée; il est cependant facile de concevoir que très souvent une lettre adressée au pape, à l'empereur, au roi de France, concerne plutôt les affaires des deux autres que les affaires du royaume et du souverain auquel elle est adressée; comme aussi dans la lettre d'un agent en France ou en Italie il peut y être question des affaires d'Allemagne ou d'Espagne, etc. Mais cet obstacle matériel, inconsidérément introduit dans cette innombrable réunion de documents du plus haut intérêt, ne détruit point l'importance de ce dépôt, et j'ai pu m'en convaincre par l'examen rapide d'une partie des lettres des ambassadeurs en France.

Cette correspondance, pendant le seul règne d'Elisabeth, ne renferme pas moins de cent vingt volumes, et elle devrait en renfermer encore davantage, si des causes, aujourd'hui peu connues, n'avaient occasionné plusieurs lacunes; car la correspondance d'une année occupe quelquefois, à elle seule, sept et même huit volumes; la correspondance de l'époque de la Saint-Barthélémy y manque presque complètement; néanmoins les actes relatifs aux rapports des protestants français avec l'Angleterre y abondent, et pour donner une idée de l'intérêt que peuvent

 

 

p. xlvii                                                                                               PREMIERE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

présenter des documents très souvent écrits en chiffres, et quelquefois même sur des morceaux d'étoffe, sur lesquels une préparation convenue faisait revivre une écriture invisible, il suffira sans doute de citer la lettre écrite le 8 septembre 1562, au chef du ministère anglais, par les gouverneurs de Rouen, Mentreville, Soquence et Coton. Ils implorent son secours, disent-ils, pour leur cause, « qui est le service de Dieu contre ses adversaires et tyrans, vos ennemis et les nostres, qui ne tendent à aultre but, synon à miner nostre pays, qui est et se veult rendre vostre pour le sauver de leur cruauté.... et pour la royne d'Angleterre que nous advouons nostre maistresse.... estons ses subjets naturels, comme avons este aultrefoys... etc. »

Il est facile de juger de l'immensité des richesses que l'Angleterre nous a jusqu'ici inutilement conservées, par l'importance des documents contenus seulement dans les trois dépôts dont je viens de donner une idée. Néanmoins il existe encore en Angleterre, indépendamment des grands dépôts de Londres que je viens de citer, et de quelques autres collections qui sont connues de tous, indépendamment des riches et célèbres bibliothèques d'Oxford, Cambridge, Edimbourg, et de plusieurs autres villes d'Angleterre et d'Ecosse, une foule d'autres collections publiques ou particulières, qui rendent les richesses de la Grande Bretagne une mine presque inépuisable de renseignements historiques.

Dans l'impossibilité où je me trouve de faire connaître complètement toutes ces collections particulières, formées par le caprice, et que le hasard peut à chaque instant disperser ou détruire, j'ai voulu du moins donner une idée de la plus importante et de la plus riche d'entre elles, la bibliothèque que sir Thomas Philipps a rassemblée à Middlehill, et qui renferme à elle seule plus de dix mille manuscrits. Dans ce nombre, trois à quatre cents au moins intéressent directement l'histoire de France. La collection des cartulaires français est surtout remarquable et curieuse. On y trouve, du onzième siècle, le cartulaire de saint Florent de Saumur; du douzième siècle, ceux de Fontevraud et de Saint-Seurin de Bordeaux; du treizième, ceux de saint André de Bordeaux, de Loudun, de Saumur, etc.; du quatorzième, ceux de Lasauve-Majeure, Lanthony, Laon. Sainte-Marie de Metz, et le custumale Andegavense.

Parmi les autres manuscrits historiques, et sans parler de ceux qui, par leur antiquité, mériteraient cependant une exception, comme un Apicius, de re cibaria, du neuvième siècle, on remarque du treizième siècle, un Orso de Beauvais, deux manuscrits de Geoffroy de Montmouth, une Chronique de Saint-Denis. Du quatorzième siècle, le trésor des histoires, Guillaume de Nangis, l'histoire de Duguesclin, les ordonnances des rois Philippe et Louis, Liber libertatum pro patria Dalphinatus.

 

 

p. xlviii                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

Du quinzième siècle, les chroniques de Jean de Courcy, Froissard, Jean de Sainte-Terre, etc., Coutumes de Normandie, Compotus monete Andegav., Terrier du captal de Buch, Ordonnance du roi Philippe sur la vente des bois, Enseignements de saint Louis à la reine de Navarre, sa fille (inédit), Apothéose de Philippe-le-Bon, etc. Du seizième siècle, Privilèges de la vicomté de Turenne, Fiefs et seigneuries de Craon, Nobiliaire de Normandie, Trésorerie de la marine en 1586, Funérailles d'Anne de Bretagne, etc. Enfin, dans des temps plus modernes, indépendamment de quelques collections importantes d'autographes, soixante-cinq volumes du Glossaire de Sainte-Palaye, soixante-deux volumes des registres de la chambre des comptes: inventaire des archives du royaume, etc.

En présence d'une masse si considérable de documents inexplorés, je ne me suis laissé ni effrayer ni éblouir de leur immensité et de leur diversité merveilleuse; au lieu d'y choisir à la hate, pour en former un faisceau plus brillant que solide, quelques-uns des documents les plus curieux, dont la transcription isolée eût encore augmenté les difficultés qu'on éprouve déjà à connaître les documents publiés de ceux qui ne le sont pas, j'ai cru devoir procéder immédiatement au dépouillement régulier et complet de tous les documents qui peuvent nous intéresser, et j'ai commencé ce travail ingrat, obscur, et que je savais bien que je ne finirais jamais, de manière à ce que les travailleurs qui viendront après moi ne trouvent pas leur besogne rendue de plus en plus difficile à mesure que son importance diminue, et que la science puisse espérer de voir enfin arriver un jour où toutes ces richesses seront mises à sa portée.

Après un séjour de quelques mois à Londres, je revins en France, rapportant avec plusieurs des copies que je publie aujourd'hui une indication sommaire d'un grand nombre d'autres actes curieux, et le projet d'une publication destinée à faire successivement connaître tous les documents français qui se trouvent en Angleterre. M. le Ministre de l'instruction publique voulut bien approuver le plan de mon travail, et je lui demandai en conséquence de vouloir bien aussi m'autoriser à retourner Londres, pour achever la transcription des documents destinés à former le premier volume d'une publication dont il reconnaissait lui-même l'importance et l'utilité. Sous divers prétextes, la réponse de M. Villemain fut de jour en jour retardée, et dans l'intervalle, M. Léon de Wailly reçut la prétendue mission dont j'ai parlé (page xlii); mais enfin, après beaucoup d'hésitations, cédant sans doute aux nouvelles instances de M. Augustin Thierry, M. Villemain, qui non seulement  avait approuvé mon plan de publication, mais l'avait lui-même modifié dans certaines parties, voulut bien m'accorder deux mois et demi de séjour à Londres.

Je partis donc, plein d'espoir dans la réussite de mes projets: en effet, quelque

 

 

p. xlix                                                                                                PREMIERE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

minime que fût le délai de la mission qui venait de m'être accordée, je ne pouvais douter de l'intention du ministre. La nouvelle allocation que j'avais obtenue était évidemment plus qu'une faveur, c'était aussi une promesse.

Cependant, plus tard, lorsque je demandai au Ministre de vouloir bien faire imprimer le volume qu'il m'avait envoyé transcrire, il me fut d'abord répondu qu'il fallait avant tout présenter mon manuscrit à l'approbation du comité de publication. Je me soumis volontiers à cette formalité, à laquelle on ne contestera pas une apparence bizarre, puisqu'elle faisait dépendre de l'avis d'un comité nommé par le Ministre la décision d'une publication de textes dont le plan avait été d'avance arrêté et modifié par ce Ministre lui-même.

Le comité nomma deux commissaires pour examiner mon manuscrit. Parmi ces commissaires se trouva, comme je l'avais prévu, le seul des membres du comité qui, s'étant occupé de publications analogues, pouvait, non pas mieux en apprécier l'importance, ce serait faire injure à ses collègues que de le supposer, mais désirer qu'un autre ne s'avançât pas dans la même route que lui. Le rapport des commissaires ne trompa point les craintes que leur nomination m'avait inspirées. Néanmoins, et sans doute à cause de la haute bienveillance que voulut bien m'accorder dans cette circonstance M. Mignet, vice-président du comité, bienveillance dont je le prie de recevoir ici mes remerciments les plus vifs, le comité rendit une décision qui me fut favorable, et déclara que définitivement M. le Ministre de l'instruction publique avait eu raison d'approuver le plan qui lui avait été soumis; que les modifications qu'il y avait faites étaient justes, et que le volume méritait d'être publié. Toutefois, le comité, trompé, comme je vais le montrer, par le rapport qui lui avait été fait, crut devoir m'adresser deux observations dont la lettre du Ministre me fit connaître le sens, et dont les notes écrites au crayon sur mes copies m'apprirent les détails. Le Ministre, en me transmettant la décision favorable du comité, m'annonçait que l'insuffisance des fonds l'obligeait d'ajourner l'exécution de ce travail; mais que d'ailleurs plusieurs documents que j'avais recueillis devaient être supprimés, soit parce qu'ils avaient été déjà publiés, soit parce qu'ils étaient étrangers ou n'avaient pas assez d'importance.

Le refus déguisé que contenait cette lettre m'étonna moins que les observations qui l'accompagnaient. En effet, d'après le plan soumis au comité, mon travail ne devait contenir que des documents inédits; or, malgré le long et minutieux examen auquel je m'étais livré, j'aurais été heureux qu'une érudition aussi sûre que celle des délégués du comité eût bien voulu signaler à mon inexpérience quelques-uns des documents dont je n'avais pas connu la publication; mais quelle a été ma surprise lorsque, parcourant mes copies, je me suis aperçu qu'un des commissaires avait signalé au comité, comme si je demandais à les publier, les pièces que j'avais si peu

 

 

p. l                                                                                                                                                  INTRODUCTION.

 

l'intention d'imprimer, que je n'en avais pas copié le texte, et que je les avais moi-même indiquées comme déjà publiées! Sur ce premier point donc l'observation du comité était complètement fausse. J'ai le droit de m'exprimer d'une manière aussi absolue, que l'erreur ait été causée par un mauvais vouloir ou par une inadvertance également inqualifiables, puisque les commissaires n'ont signalé, en dehors des documents que j'avais moi-même indiqués, que deux actes qui doivent être imprimés dans une publication commencée depuis plus de douze ans, mais qui, n'étant pas achevée, ne peut être connue que de son laborieux éditeur. Le commissaire rapporteur n'avait eu d'autre peine, pour montrer à la première vue une si énorme quantité de pièces imprimées parmi celles que, selon lui, je voulais publier comme inédites, que d'écrire au crayon, en gros caractères: Imprimé, sur chacune des indications que j'avais moi-même données.

Mes objections sur la seconde observation du comité sont d'une nature différente. J'avais, il est vrai, laissé dans mes copies quelques documents moins historiques que littéraires, et pour lesquels j'attendais, résigné d'avance à l'exécuter, quelle qu'elle fût, la décision de mes juges. Le comité les a tous impitoyablement rejetés, et je me suis volontiers soumis à la rigueur de cet arrêt; mais l'un des commissaires du comité ne s'était pas borné à ces exclusions: dans son zèle de grossir le nombre des pièces que je proposais à tort d'imprimer, ce commissaire, dis-je, crut que je voulais publier des documents que je signalais comme ayant été communiqués à M. Augustin Thierry, et les proscrivit aussi comme inutiles. Or, ces documents qu'il qualifiait d'inutiles avaient déjà trouvé place dans le premier volume de la collection des Monuments inédits de l'histoire du tiers état, où ils fournissent l'explication d'un des points les plus curieux de l'histoire municipale d'Amiens. Entre ces deux décisions contradictoires et sans doute d'un poids égal, j'aurais été, comme on le voit, fort embarrassé si, par bonheur, le plan de mon volume ne m'avait d'avance dispensé de prendre un parti.

La sévérité avec laquelle ce délégué du comité voulait faire rejeter de mon manuscrit les documents qui, selon lui, n'intéressaient pas l'histoire de France, fut portée à un tel degré, que, dans son ardeur de proscription, M. Champollion se laissa entraîner jusqu'à écrire en toutes lettres, ce dont je pouvais à peine croire mes yeux, que la plus grande bataille navale du moyen Age, celle dont les conséquences furent le plus fatales à la France, la bataille de l'Ecluse enfin, où les Français perdirent plus de trente mille hommes, n'intéressait pas l'histoire de France!

Je ne pouvais évidemment accepter sans restrictions de pareils jugements: publier un recueil si étrangement épuré eût été travailler à faire rétrograder la science, au lieu d'essayer de la servir, et quelque obscur que soit le nom que je porte, je ne pouvais consentir à le mettre en tête d'un livre qui s'éloignerait à ce point des

 

 

p. li                                                                                                     PREMIERE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

saines traditions et des principes les plus certains. J'écrivis donc à M. le Ministre de l'instruction publique pour lui annoncer mon refus d'accepter cet avis du comité. Je lui rappelai en même temps que depuis sa dernière lettre un nouveau budget avait été voté, et que je ne lui demandais pas l'impression immédiate de mon volume, mais seulement d'en faire ordonnancer la publication dans un avenir plus ou moins rapproché.

Cette fois, la décision de M. Villemain étant prise d'avance, sa réponse ne se fit pas attendre, et sans s'occuper de mes observations sur les remarques du comité ou de la nouvelle forme de ma demande, le Ministre me répondit brièvement que, les mêmes motifs subsistant, il ne pouvait que s'en référer à ce qu'il m'avait écrit dans sa dernière lettre.

Dès lors il n'y avait plus de doutes: alléguer l'insuffisance des fonds disponibles au moment où le nouveau budget venait d'être voté, et refuser de prendre un arrêté qui n'obligeait à rien, c'était un refus bien formel. Pour le public, les termes bienveillants dont le Ministre avait entouré son refus n'étaient qu'une excuse polie, une manière honnête de me faire comprendre que je m'étais montré complètement au-dessous d'une mission dont on avait exagéré l'importance et l'honneur, puisqu'un ministre qui chaque jour consacrait les fonds de l'Etat à des travaux d'une nécessité très contestable, et quelquefois même d'une futilité ridicule, n'avait pas osé m'autoriser à publier un travail dont il avait à deux reprises diverses reconnu l'importance et l'utilité. Cette décision eût donc été un coup terrible pour moi si j'avais été un de ces hommes auxquels on confie si souvent de prétendues missions scientifiques pour déguiser une aumône. Pour mes concitoyens et tous ceux qui m'ont connu, en France ou en Angleterre, j'étais condamné sans avoir été entendu, et je passais, aux yeux de tous, pour un de ces êtres sur lesquels il arrive de se tromper si complètement, qu'il ne faut reculer devant aucun sacrifice quand il s'agit de détruire les impressions favorables qu'on en a données.

De ce refus il résultait en outre de deux choses l'une: ou M. le Ministre s'était complètement trompé sur mon compte, ou bien, quelque mesquinement qu'il l'eût fait, il avait gaspillé les fonds de l'Etat en me confiant deux missions qui ne devaient aboutir à rien. Dans cette situation je n'ai pas hésité, et quelque grands que soient les nouveaux sacrifices que m'imposait cette résolution, j'ai voulu que tous pussent décider en connaissance de cause, si c'est réellement moi qui ai manqué aux espérances que j'avais données, ou le Ministre qui n'a pas tenu celles que j'avais reçues. J'ai voulu me laver du soupçon honteux qui pesait sur moi, ou disculper le Ministre d'avoir consacré les fonds du budget à des travaux inutiles. En complétant les sacrifices que de trompeuses faveurs m'avaient déjà causés, j'ai donc, moi, simple particulier, fait ce que les finances des ministres d'un grand peuple ne leur permettaient

 

 

p. lii                                                                                                                                                INTRODUCTION.

 

pas d'exécuter, et j'ai été d'autant plus porté à l'entreprendre, qu'en même temps qu'on ne trouvait pas d'argent pour imprimer le résultat de mes travaux, on envoyait officiellement à Londres un travailleur chargé, sinon de refaire ce que j'avais déjà fait, au moins de tenir les espérances que j'avais sans doute complètement trompées.

Tels sont les motifs qui m'ont déterminé à faire imprimer ce volume. Ces détails sur la manière dont sont encouragées et protégées les sciences au dix-neuvième siècle peuvent un jour devenir curieux, ajouter un document historique de plus à ceux que renferme déjà ce recueil (1), et montrer aux jeunes gens qui s'avancent dans la carrière qu'il y a, même dans les sciences, de certaines faveurs qu'il faut craindre comme un fléau.

Si plus tard la guerre divise deux nations aujourd'hui amies, si quelque événement détruit ces titres qu'une bienveillance mutuelle nous permet de nous approprier si aisément, quel reproche n'auront pas encourus les ministres qui n'ont pas voulu,nous en enrichir! Vous jetez l'argent à poignées, votre esprit est incessamment tendu à créer de nouvelles sinécures, et lorsque le moindre de vos caprices, la moindre susceptibilité parlementaire, suffit pour faire publier des monceaux de discours, statistiques, tableaux, comptes, etc., dont nous serions encombrés s'ils ne devaient passer vierges des presses de l'imprimerie sur le comptoir des épiciers, vous nous privez volontairement de l'histoire de nos aïeux et des enseignements du passé. Que coûterait donc l'emploi permanent à Londres de deux ou trois de ces élèves de l'école des chartes qu'on a leurrés jusqu'ici d'espérances qui ne se réalisent jamais? Ne pourrait-on pas consacrer chaque année à l'impression d'un ou deux volumes de ces documents historiques une faible portion de l'argent qu'on emploie à publier les statistiques de nos étables et de nos basses-cours? Nous tenons registre de la généalogie de nos chevaux, et nous ne voulons pas faire imprimer les titres de nos ancêtres!

Mais il faut tout dire: ce n'est pas seulement par une économie mal entendue que la France du dix-neuvième siècle est témoin de pareilles aberrations, c'est pis encore que cela: c'est par patriotisme que que quelques-uns des hommes qui nous dirigent ne veulent pas recueillir les documents qui sont en Angleterre. « Ce n'est pas à nous, disent-ils, à consacrer le souvenir de nos défaites et la honte d'avoir laissé les Anglais posséder une portion de notre patrie. » Ainsi donc ce n'est pas la vérité que vous recherchez, pour en rougir si elle est honteuse, pour vous en vanter si elle est glorieuse, dans tous les cas pour en profiter? Mais la connaissez-vous cette histoire que vous voulez fausser? N'est-ce pas plutôt votre ignorance qui ravale notre patrie? Quelle honte y a-t-il pour nous à ce qu'un prince français soit devenu roi

 

(1) On comprendra, je l'espère, qu'en m'expriment ainsi, je n'ai voulu parler que de la haute direction ou plutôt du manque de direction des études historique, et qu'il n'est pas entré dans ma pensée de faire porter la responsabilité de ces reproches sur les bureaux du ministère.

 

 

p. liii                                                                                                   PREMIERE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

d'Angleterre; à ce qu'un vassal se soit révolté contre son souverain? Vous croyez que ce sont les Anglais qui ont perdu la bataille de Castillon, et vous ignorez que ce sont des Français qui ont gagné celle de Poitiers (1)? A de certains hommes il faut un passé non pas tel qu'il fut, mais tel que le leur ont fait l'ignorance et le patriotisme menteur qu'ils s'efforcent de perpétuer: ils veulent effacer une honte en y superposant une honte nouvelle. Nous ne sommes pas loin du temps où l'on a voulu transformer Napoléon en marquis de Buonaparte, entrant à Vienne au nom de S.M. Louis XVIII; bientôt sans doute nous verrons nier que les cosaques soient jamais venus à Paris: en attendant, un des membres du comité du ministère de l'instruction publique voulait exclure de mon recueil un récit de la bataille de l'Ecluse, et dans l'assemblée très peu de voix se sont élevées contre le patriotisme effarouché d'un autre de ses membres qui proposait d'exclure aussi de ce volume la description du couronnement de Henri VI à Paris. Le génie même ne sait pas toujours se défendre de cette aberration. Ne l'entendez-vous pas injuriant Brequigny pour avoir osé soutenir que le dévouement d'Eustache de Saint-Pierre pouvait être une fable, et lui crier: « Ravaleur des gloires passées, tu ne feras certainement jamais toi-même des actions dignes d'être racontées! » Il n'y a qu'un mot à répondre: « Souteneurs effrontés du mensonge, est-ce qu'il vous suffirait de l'hypocrisie de la gloire (2)? »

 

(1) Pour qu'on ne se méprenne pas sur ma pensée, il n'est peut-être pas inutile de dire qu'à la bataille de Poitiers, comme à celle de Castillon, le contingent anglais dans l'armée dite anglaise était excessivement minime.

(2) Il est sans doute inutile de dire que, de tout ce qui précède, le comité du ministère de l'instruction publique n'avait connu que l'avant-propos; mais je dois prévenir que de tout ce qui va suivre, il n'avait vu que les copies d'actes, et par conséquent ne doit pas non plus être responsable de l'approbation donnée aux opinions ou aux erreurs qui peuvent se trouver dans la deuxième et la troisième partie de cette introduction.

 

 

p. liv                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

SECONDE PARTIE.

Description des archives d'Angleterre.

 

CHAPITRE PREMIER.

 

Archives de Guild-Hall ou de la mairie de Londres.

 

ARTICLE PREMIER.

Edifice de Guild-Hall; divisions des archives.

 

L'entrée des archives de Guild-Hall n'est pas publique, et la ville de Londres accorde très difficilement la permission d'y entrer. En communiquant des pièces historiques, elle s'exposerait à laisser voir des actes qu'elle est intéressée à ne pas faire connaître: elle n'a d'ailleurs ni local ni fonctionnaires exprès pour communiquer ses archives au public.

Ainsi donc, je dois avant tout témoigner ici ma reconnaissance au très honorable sir John Pirie, alors maire de Londres, et au conseil municipal tout entier, pour la faveur exceptionnelle et spéciale qu'ils voulurent bien m'accorder, malgré les difficultés et les désagréments que ma demande devait entraîner. Je dois aussi remercier M. Edward Tyrrell, remembrencer de la Cité, qui m'introduisit dans les archives, qu'il connaît si bien; M. Merewether, town-clerc, qui justifie si complètement, sous tous les rapports, le choix honorable dont il a été l'objet, et qui, depuis sa nomination, a mis toute l'obligeance possible à faciliter mon travail; mais je dois aussi remercier bien vivement MM. les employés des bureaux de la mairie, dont la complaisance, pendant plus de trois mois que j'ai passés à Guild-Hall, occupant la place de l'un d'eux, et les fatiguant tous de ma présence et de mes demandes continuelles, ne s'est pas un seul instant démentie.

Le bâtiment d'architecture bizarre qu'on nomme Guild-Hall (gildae-aula), situé à Londres, à l'extrémité septentrionale de King Street, dans Cheapside, n'est point aussi ancien que son nom pourrait le faire supposer. La partie la plus antique de l'édifice actuel ne remonte pas au delà de l'an 1411: on en trouve la preuve dans la

 

 

p. lv                                                                                                   SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Chronique de Londres (1), et les registres même de Guild-Hall, où il est fait mention d'une partie des sommes employées à cet objet (2). Il est assez probable que le bâtiment de 1411 fut construit sur l'emplacement même, ou dans le voisinage de l'ancienne salle de la ghilde, si du moins l'ancienne ghilde des bourgeois avait un local spécial; mais rien ne l'indique aujourd'hui, et c'est à peine s'il subsiste quelques restes de la construction commencée dans les premières années du quinzième siècle. La grande salle actuelle est d'une construction bien postérieure à 1411, et beaucoup plus grande sans doute que ne l'était celle de cette époque; car une crypte, ou salle souterraine, au-dessus de laquelle est bâti le monument actuel, n'occupe que la moitié du dessous de ce bâtiment, tandis qu'elle occupait très probablement toute la longueur de la construction du quinzième siècle. Du reste, cette curieuse crypte et le porche, ou vestibule, par où l'on entre au midi dans la grande salle actuelle, sont les seuls restes évidents de l'ancienne construction de Guild-Hall: les autres parties ont été détruites, ou sont cachées par des bâtiments nouveaux.

Les clefs de voûte de la crypte et du porche sont ornées alternativement des armoiries actuelles de la ville de Londres, et de celles qu'on attribue au dernier roi de race saxonne. On s'explique assez difficilement le bizarre rapprochement des armoiries de la ville moderne de celles d'Edward le Confesseur. Doit-on y voir la consécration d'une tradition attribuant au saint confesseur la première concession d'une ghilde? ou bien une protestation populaire, témoignant que les libertés de la ville remontent à des temps plus anciens que la victoire de Guillaume le Bâtard? Dans ce dernier cas, avait-on voulu, même au quinzième siècle, choisir Edward comme le dernier représentant et la plus complète expression d'une société détruite? C'est ce qu'il est bien difficile aujourd'hui d'établir autrement que par des conjectures (3); mais, quoi qu'il en soit, et malgré ces écussons d'Edward le Confesseur, il ne peut venir à la pensée d'aucun archéologue que les constructions dont nous venons de parler soient antérieures à la conquête des Normands.

Les archives de Guild-Hall, comme celles de toutes les anciennes et grandes

 

(1) Also in this yere the yelde halle of London was begonne to make newe. Chronicle of London from 1089 to 1483. London 1827.

(2) Ad novum opus Guy haldae. Archives de la mairie de Londres, reg. K, passim.

(3) Cet Edward, dont le régne est placé entre deux invasions comme pour empêcher de les confondre, devint après sa mort doublement cher au patriotisme des Anglais. On oublia le passé, on ne vit plus en lui que le restaurateur des anciennes lois d'Ethelred, après l'expulsion des Danois, et la personnification des temps meilleurs, depuis l'établissement des Normands. Il fut aimé de toute la haine qu'on portait aux deux invasions, et son nom résuma tous les regrets et toutes les espérances. Non seuletuent on en fit un saint, mais tout ce qui venait de lui fut sacré. Dans toutes les calamités, on réclamait sans cesse l'exécution des bonnes lois d'Edward; plus tard, l'élection des maires eut lieu le jour de Saint-Edward; enfin, un passage de Thomas Clifford, écrivain du douzième siècle, cité par Stow, semble confirmer pleinement toutes mes conjectures sur la vénération des habitants de Londres pour saint Edward, en disant qu'il fut enterré à Westminster, non loin de la ville et sur les bords du fleuve, pour être plus près des marchands qu'il avait aimés.

 

 

p. lvi                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

communes, se divisent en deux parties bien distinctes: les archives anciennes, dont on se sert peu; les archives modernes, qui sont d'un usage journalier. Je ne me suis occupé que de la première partie, car c'était là seulement que je pouvais espérer de trouver des renseignements utiles à notre histoire.

La portion des archives visitées par moi à Guild-Hall, et que je désigne sous le nom d'historiques, se compose: d'une collection de chartes originales; du répertoire; des rolles des testaments; des cartulaires et autres manuscrits, dont quelques-uns n'ont aucun rapport aux affaires de la Cité; des registres de la mairie.

 

§ 1er. Collection de chartes originales.

 

On trouve à Guild-Hall quelques chartes antérieures à la conquête des Normands; mais ce ne sont que des copies:

Ainsi, il existe (1) une confirmation par Edward III des chartes de l'église de Cantorbury, où sont rapportées des chartes de Henri II, Henri Ier et Guillaume le Conquérant. Il y en a même une d'Edward le Confesseur, dont le texte est en anglo-saxon. Un autre (2) contient la transcription d'un document qui remonterait bien plus haut encore, s'il était possible de lui assigner une date. Dans une espèce de cartulaire de l'église de la Sainte-Trinité de Londres, inséré dans les registres de la mairie, je ne sais par qui ni pourquoi, mais par une autre main que celle de l'écrivain ordinaire du registre, se trouve le récit fabuleux de la fondation de l'église de la Trinité, du temps de Ruwtus. Treize chevaliers fort aimés du roi lui demandèrent la concession d'une terre abandonnée (pro nimia servitute derelictam). Ruwtus la leur accorda, mais à condition que chacun d'eux soutiendrait trois combats singuliers sur terre, dessous terre et sur l'eau: après ces trente-neuf combats, les chevaliers devaient encore jouter pendant tout un jour, contre quiconque se présenterait. Ces conditions, comme on s'y attend bien, furent exactement remplies, et le roi leur donna la terre appelée depuis Ruyttegilde. On se doute bien aussi que le narrateur n'oublia pas d'assigner à cette terre des limites beaucoup plus certaines que son récit n'est authentique. Cependant son imagination fut embarrassée pour l'une des confrontations de cette donation imaginaire. Du côté du midi la Ruyttegilde touchait à la Tamise; n'osant faire donner à son église la totalité du fleuve, immédiatement au-dessous du port de Londres, il devenait difficile de fixer d'une manière précise la partie de la Tamise jointe à cette donation; mais notre chroniqueur trouva cependant moyen de la déterminer: il leur donna, dit-il, de la Tamise, aussi loin que pourrait

 

(1) Registre C, fol. 166vo.

(2) Registre C, fol. 134 et suivants.

 

 

p. lvii                                                                                                 SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

s'étendre le jet de la lance d'un chevalier, entré dans l'eau avec son cheval, à marée basse.

Le plus ancien document de la collection des chartes originales de la ville de Londres est la fameuse charte que Guillaume le Conquérant lui donna l'an 1067. Les autres pièces de ce nombreux et précieux recueil sont également relatives aux libertés de la commune; et j'aurai plus tard l'occasion d'en citer quelques-unes; il suffira de parler ici du soin que l'on apporte à leur conservation. Ces chartes, enfermées dans des compartiments de caisses construites exprès, sont déposées dans une chambre à l'épreuve de l'incendie. Quand les chartes ont conservé leurs sceaux, on a placé ceux-ci dans des boites en bois dur, tournées et vissées, doublées intérieurement de velours, et dans lesquelles les sceaux, déjà enveloppés d'un petit sac d'une étoffe moelleuse, sont préservés de toute cause de destruction.

Il y a sans doute longtemps qu'on use à Guild-Hall de ces précautions religieuses envers ces fragiles et précieux monuments des siècles passés, car plusieurs de ces empreintes vénérées sont dans un état de conservation si parfait, qu'elles semblent être encore à fleur de coin. Un sceau de Jean Sans-Terre est surtout remarquable par la fraîcheur de sa conservation; on dirait qu'il vient de sortir du moule. Le sceau de la charte du Conquérant est brisé; mais l'on garde avec soin des fragments de cire qui, dit-on, en ont fait partie. Le plus ancien des sceaux conservés en entier est un sceau du règne de Henri Ier.

La ville de Londres ne s'est pas bornée à prendre toutes les précautions imaginables pour préserver ses chartes de toute cause de destruction, elle a voulu assurer encore et perpétuer, pour ainsi dire, leur durée, au moyen d'une transcription destinée, autant que possible, à tenir lieu des originaux. A l'exemple des villes du moyen âge, qui faisaient transcrire avec soin toutes leurs chartes, l'administration municipale de 1832 eut la généreuse pensée de rendre à la ville, autant qu'il dépendait d'elle, le grand livre des chartes et des libertés (1), qui était perdu, et de laisser en même temps à la postérité un monument qui pût attester l'état de perfection de la calligraphie anglaise au dix-neuvième siècle. Deux magnifiques volumes, grand in-folio, contiennent, l'un, la transcription minutieusement exacte de toutes les chartes de la ville, quelques-unes même sont reproduites par de très beaux fac simile; et l'autre, la traduction mot à mot, en anglais, des mêmes chartes. Le tout, orné de belles miniatures représentant les armoiries de la ville et celles des principaux fonctionnaires municipaux, est revêtu d'une somptueuse reliure, les soins qu'exige la conservation de cette reliure splendide assurent en quelque sorte la conservation des volumes eux-mêmes.

 

(1) Le registre E, f. 171vo, fait mention d'un volume qui existait à Guild-Hall en 1327 et ne se retrouve plus; il est désigné par ces mots: In magno libro de cartis et libertatibus civitatis.

 

 

p. lviii                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

§ 2. Répertoire et rôles des testaments.

 

Il existe dans les archives de Guild-Hall, sous le titre de Repertorium et recordatorium civitatis, une longue suite de registres in-folios, qui commence au règne de Henri V et se continue encore aujourd'hui. L'examen attentif des notes qui servirent de minutes aux clercs de la commune, amènerait sans doute la découverte de quelques renseignements curieux et qui ont été peut-être omis dans les registres faits d'après ces minutes; mais ce travail, indispensable pour quiconque s'occupera d'une histoire de Londres, m'a paru présenter peu de chances d'amener la découverte de documents importants et nouveaux pour notre histoire; et comme d'ailleurs je n'ai connu l'existence de cette collection qu'après avoir déjà parcouru les registres, je ne l'ai point examinée.

J'ai cru également inutile de dépouiller la collection de six cent cinquante-sept rôles de testaments; quoique cette collection remonte à la trente-septième année de Henri III (1253), il est probable qu'elle contient bien peu de renseignements utiles à l'histoire de France.

 

§ 3. Cartulaires et autres manuscrits.

 

La mairie de Londres possède, indépendamment des archives qui lui sont propres, quelques cartulaires qu'elle a fait faire et quelques manuscrits dont elle est devenue propriétaire, par des circonstances tout à fait inconnues. Ces divers manuscrits seront décrits dans la troisième partie de cette introduction, au chapitre III. Il suffira de rappeler ici les noms qui servent à les désigner.

 

1. Liber de antiquis legibus.

2. Liber Horn.

3. Liber Custumarium.

4 et 5. Liber niger, antea albus, et albi libri transcriptum.

6. Liber Dunthorn.

7. Les chroniques de France.

8. Statuts du royaume.

9. Copie et traduction des chartes originales exécutées en 1832 et dont je viens de parler (§ 1er).

 

Je crois devoir ajouter qu'indépendamment du grand livre des libertés qui existait autrefois à Guild-Hall et ne s'y trouve plus, il est fait mention dans les registres

 

 

p. lix                                                                                                  SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

de deux autres manuscrits intitulés: Liber de heretochiis et liber Rubeus. Aucun des employés actuels de la mairie de Londres ne se souvient de les avoir vus.

 

§ 4. Registres de la mairie.

 

Les registres de la mairie de Londres forment une série de quarante-un volumes in-folio, écrits sur parchemin et cotés par les différentes lettres de l'alphabet. Ils commencent à la quatrième année d'Edward Ier, c'est-à-dire en 1275, et s'arrêtent au règne de Charles Ier, en 1651.

Ces registres, quoique cotés par la série non interrompue des lettres de l'alphabet, n'offrent point une suite complète de documents chronologiquement transcrits. Un premier examen suffit pour le prouver. Les registres cotés A et B ont été simultanément commencés en 1275. C commence avant la fin de ces deux premiers volumes, et D commence et finit avant la fin de B. Enfin, un et peut-être plusieurs registres manquent entre G, qui finit en 1358, et H, qui ne commence qu'en 1375.

Ainsi, il est évident que dans les premières années on ne se servit pas d'un seul registre, comme on le fit plus tard, mais qu'on en commença plusieurs à la fois. La classification par les lettres de l'alphabet fut adoptée pour éviter le renouvellement de pertes déjà constatées, mais postérieurement à l'an 1375. Si cette série de registres ne fournit pas tous les documents qu'elle semblait devoir offrir, par une sorte de compensation elle contient un assez grand nombre de copies d'actes qu'on ne s'attendait guère à y rencontrer.

Les registres de l'époque où les rois d'Angleterre ont possédé quelques-unes de nos provinces, les seuls que j'ai consultés, sont compris entre les lettres A et L, entre 1275 et 1459. Il est probable qu'en parcourant les registres des époques postérieures, j'aurais pu découvrir de loin en loin quelques autres pièces utiles à notre histoire; mais un pareil dépouillement demandait un travail trop peu en rapport avec les avantages que je pouvais raisonnablement espérer d'en tirer, et je ne l'ai point entrepris.

Il est possible qu'on découvre plus tard à Guild-Hall, dans quelques coins où ils sont aujourd hni oubliés, divers documents anciens et curieux pour notre histoire; mais j'ai fait exactement connaître toutes les parties de ces archives que j'ai consultées, et il sera toujours facile de vérifier si j'ai ou non transcrit les documents qu'on y trouvera plus tard.

Je n'ai point consacré une notice particulière à chacun des registres de la mairie de Londres, dans le troisième chapitre de la troisième partie de cette introduction;

 

 

p. lx                                                                                                                                                INTRODUCTION.

 

mais pour donner une idée de l'intérêt qu'ils offrent pour notre histoire, il suffira de dire ici que j'ai extrait des dix registres consultés plus de cent cinquante documents concernant l'histoire de France (1).

Quant à leur importance pour l'histoire de Londres elle-même, les chapitres suivants le prouveront surabondamment. En parcourant les différents manuscrits et registres de Guild-Hall, j'ai vu, indépendamment des documents que j'ai transcrits, tant de choses qui me paraissaient nouvelles ou curieuses, que je n'ai pu me résoudre à les laisser passer devant mes yeux sans en prendre note, et mes notes prises, quelque incomplètes qu'elles soient, je n'ai pu me résigner à les laisser isolées, ni à les sacrifier. Dussent-elles servir uniquement à constater l'abondance des richesses que renferment les archives de Guild-Hall et les ressources inespérées qu'une analyse rigoureuse et savante pourrait en retirer, j'ai cru qu'il ne serait pas inutile de les réunir et de les publier; mais, comme je l'ai déjà dit, la plupart de ces notes sont en outre nécessaires à l'intelligence des nombreux documents extraits des archives de la mairie de Londres, et je me suis décidé à les ajouter au reste de mon travail sur ces archives.

 

(1) On en trouvera la liste dans la table des matières.

 

 

p. lxi                                                                                                  SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

ARTICLE II.

Notes et remarques sur l'histoire de Londres.

 

Aucune ville ne possède une collection d'archives aussi anciennes et aussi complètes que celles de Guild-Hall. Cependant Londres, cette ville si riche, si puissante, si vaste, et que l'Angleterre dans son orgueil appelle la capitale du monde, n'a pas encore d'histoire. Quelques essais ont été tentés, mais aucun n'a approché du but. Les auteurs de ces essais, tantôt ne s'occupant que des faits, ont négligé de les concilier ou de les expliquer, tantôt établissant des systèmes, ont tellement négligé l'étude des faits, que leurs raisonnements semblent reposer uniquement sur des hypothèses; aucun d'eux n'a essayé de faire connaître en quoi l'organisation municipale a pu influer sur les événements qui suivirent ou comment les événements historiques ont réagi sur l'organisation de la cité. L'histoire de Londres est encore à faire; et malgré l'abondance des ressources fournies par les archives de Guild-Hall, il serait impossible de présenter un résumé complet de l'histoire politique de cette cité. La commune n'a pas eu de charte primitive, dans l'acception usuelle de ce mot. Aucun acte constitutif n'a fixé la forme des élections, le pouvoir et le nombre des fonctionnaires, etc. Tous les droits et privilèges de Londres résultent de dispositions particulières contenues dans une série de chartes, ordonnances et statuts émanés des rois, des parlements, des délibérations de la commune, ou bien introduits par l'usage et la prescription. Pour en faire l'histoire, l'analyse de tous les documents fournis par les archives de Guild-Hall ne suffirait pas: il faudrait en même temps étudier les faits, les classer, les comparer, les discuter, déterminer comment et pourquoi les fonctions qui avaient été exercées dans un temps par l'un, le furent plus tard par un autre; fixer la mesure précise, si difficile à saisir, des changements qu'éprouva l'existence politique de la Cité, par le fait de la conquête en lui-même, et par le mélange d'idées municipales nouvelles apportées par les conquérants; il faudrait enfin tant et de si minutieuses recherches sur un terrain encore vierge, que je ne pouvais raisonnablement les entreprendre: c'eût été faire d'abord l'histoire de Londres pour en présenter ensuite le résumé.

Je me suis donc borné à grouper autour d'un petit nombre de titres principaux quelques-uns des faits que l'examen des archives de Guild-Hall m'a fournis, et sans entrer dans la discussion des points les plus importants, j'ai presque toujours laissé parler les documents eux-mêmes. Mes observations ont principalement porté sur les registres des époques antérieures au règne d'Edouard III, parce que leur ancienneté leur

 

 

p. lxii                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

donne une plus haute importance, et surtout parce qu'ils contiennent plusieurs genres d'actes qui ne se retrouvent pas dans les registres postérieurs.

 

§ 1er. Mairie; opinion qu'on s'en faisait à Londres pendant le moyen âge.

 

Le liber custumarium, l'un des cartulaires de Guild-Hall, est précédé de trois petits traités dont le second est un éloge de la ville de Londres, fait au douzième siècle, par William Fitz-Stephen, Stephanidès, comme l'appelaient les savants du seizième siècle, ou Guillaume, fils d'Etienne, comme quelques auteurs modernes l'ont nommé. Ce William, compatriote et ami du célèbre Thomas Bequet, né sous Etienne, écrivit sous Henri, et mourut sous Richard. Dans le curieux et poétique éloge que William Fitz-Stephen a fait de sa ville natale, on trouve ce passage, remarquable à cause de l'époque où il fut écrit: Urbe Roma, secundum cronicorum fidem, satis antiquior est ... Hec etiam similiter illi regionibus est distincta: habet annuos pro consulibus, vicecomites; habet senatoriam dignitatem et magistratus minores; elivones et aqueductus; in vicis ad genera causarum deliberative, demonstrative judicialis loca sua, fora singula; habet sua die, jus statuendi comicia... etc. (1).

 

Que Fitz-Stephen ait été l'inventeur de cette comparaison, ou qu'il ait été seulement l'interprète d'une tradition confuse, il n'en est pas moins vrai qu'il exprima une pensée à laquelle s'arrêtèrent irrévocablement les opinions depuis le douzième siècle jusqu'à nos jours, et que dès cette époque il passa pour certain que la constitution de la ville de Londres avait été calquée sur celle de Rome (2). On voit en effet, dans les dernières éditions de la description de Londres par Stowe, le passage de Fitz-Stephen, cité comme une preuve de ce que les aldermen étaient une imitation du sénat; les scheriffs ou vicomtes, une imitation des consuls, etc.

Fitz-Stephen n'avait pas parlé du maire: cette magistrature n'était pas encore instituée à Londres au moment où l'auteur écrivait; mais, dans l'opinion des Anglais du douzième siècle, la magistrature qui remplaçait la mairie avait été aussi une imitation des institutions romaines, et l'on croyait que les fonctions du magistrat appelé portgrava, sous les rois Anglo-Saxons et même sous les rois normands, jusqu'à

 

(1) Liber custumorium, fol. 4. Dans le teste de Fitz-Stephen, donné par M. Pegge, on trouve

sluvies... au lieu de slivones... diebus statutis... au lieu de jus statuendi, etc. Fitz-Stephen's, Description of London by Samuel Pegge. London, 1772, in-4°, fol. 71.

(2) Dans une enquête faite en 1428 (reg. K, fol. 60), on cite aussi la même phrase de Fitz-Stephen, à laquelle on a ajouté un passage remarquable sous un autre rapport: Quotquot enim illuc accedunt, cujuscumque conditionis fuerint liberi vel servi, tuitionis et liberitatis refugium ibidem consequitur... etc.

 

 

p. lxiii                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE II.

 

Henri II, s'étaient maintenues à peu près les mêmes jusqu'au moment où Richard Ier leur avait restitué leur ancienne étendue, en donnant au portgrava le nom nouveau de maire.

D'après ce système, le maire était le représentant ou lieutenant immédiat du roi; ses fonctions avaient été, à certaines époques, effacées ou considérablement diminuées par celles des baillis, vicomtes, scheriffs, gardiens, etc., mais n'avaient jamais changé de nature. Quelques textes viennent en aide à ce système, et prouvent qu'il avait été généralement adopté. Le maire était obligé de jurer: quod fideliler custodiet civitatem ad opus domini regis (1). La cour du maire s'appelait curia regis tenta coram majore (2). La plupart des ordonnances de police étaient rendues au nom du roi: Rex mandavit breve suum in hec verba (3). On trouve souvent dans les collections de documents anglais (Rymer, Brequigny, etc.) le titre de maire donné à des prévôts ou autres officiers du roi, et le nom de prévôt donné à des maires. Enfin on n'aperçoit aucune différence, dans les registres de Guild-Hall, entre les époques où la mairie, ayant été saisie par le roi, était confiée à un officier royal, et celles où la ville était gouvernée par un maire ordinaire. Bien plus, le gardien royal (custos) était si bien un maire choisi par le roi au lieu d'être nommé par le peuple, que, l'an 1298, Jean le Breton prêta serment, disent les registres, de garder et conserver toutes les libertés de la Cité, comme un maire devait le faire, avec cette exception: excepta tamen quod habeat nomen custodis pro nomine majoris quousque a domino rege... aliud haberent in mandatis (4).

Quelques autres documents que je vais rapporter apprennent comment cette imitation des magistratures romaines aurait passé du temps des Anglo-Saxons aux temps des rois normands. Le plus curieux sous ce rapport est extrait des pièces d'un procès qui eut lieu, en 1432, entre la ville de Londres et le chapitre de Saint-Martin le Grand.

Les chanoines prétendaient être exempts d'une interminable nomenclature d'impôts énumérés, disaient-ils, dans une charte de Guillaume le Conquérant. La ville, sans attaquer l'authenticité de la charte, répondit victorieusement à ces assertions. Elle argumenta du titre de capitale, qui donnait à Londres une espèce de suprématie sur toute l'Angleterre; de sa fondation par les Troyens; de ses institutions calquées sur celles de l'ancienne Troie (Londres était la Troie nouvelle), et tira de ces divers

 

(1) Madox. Hist. of Exchequer, ch. 22, sec. 8.

(2) Reg. 1, fol. 222vo, B, fol. 35; liber Dunthorn, fol. 412.

(3) Voy. les reg., passim.

(4) Reg. B, fol. 35; liber Dunthorn, fol. 412. Le maire passait si bien pour un officier royal, que quelquefois, dans les formules des actes, on le comprenait dans l'émunération des officiers et vassaux du roi. (Voy. la formule du n° CCCIII.) Il est peut-être bon d'ajouter que souvent les maires élus par le peuple étaient des chevaliers, tandis que les gardiens nommés par le roi étaient des lyverimen, c'est-à-dire des hommes appartenant à quelque corporation des métiers.

 

 

p. lxiv                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

arguments des conséquences qui, d'après l'esprit du temps, étaient réellement contraires aux prétentions des chanoines. Arrivant aux époques plus rapprochées de celles où ils vivaient, les citoyens réfutèrent avec non moins de facilité les arguments que les chanoines tiraient des termes de leur charte. Mais ici je crois devoir laisser parler le registre lui-même. Les termes dont il se sert donneront une appréciation exacte de l'idée qu'on se faisait, au quinzième siècle, de ce qu'avait été, avant et après la conquête, l'administration municipale de Londres.

 

Que quidem civitas, tempore sancti Edwardi regis et confessoris et antea de toto tempore, erat de se et in se, unus solus et integer vicecomitatus et una sola et integra jurisdictio et libertas, per ipsos cives et predecessores suos de eodem rege et progenitoribus suis tenta ad firmam. Iidem que cives adtunc et a toto tempore predicto, ratione dicte jurisdictionis et libertatis sue, tales inter alias habebant libertates et liberas consuetudines scilicet: ad eligendum et faciendum de se ipsis singulis annis certos principales officiaros in civitate predicta, qui fideliter de eadem firma regi respondere et immediate sub ipso populum dicte civitatis et confluentes ad eandem, in pace et justicia juxta veteres leges et consuetudines suas regere: necnon alios ministros subipsis, in auxilium sustentacionis et executionis premissorum, facere potuerunt, debuerunt et consueverunt a toto tempore supradicto... Et dicunt quod prefatus dominus Willelmus, conquestor, ante fundationem ecclesie predicte et confectionem carte sue, de qua superius fit mentio, auctoritate parliamenti sui et per duas cartas suas, quas dicti majori et cives hic proferunt, scilicet: per unam earum, dimisit tunc civibus London. totam dictam civitatem et vicecomitatum London. cum omnibus appenditiis... unde libertas facere summonitiones, distractiones et attachiamenta et alias executiones quascumque, tam infra solum, ubi dictum nunc clausum et ecclesia situantur, quam alibi per totam civitatem... Et per alteram, concessit et auctoritate supradicta confirmavit eisdem civibus et successoribus suis, quod haberent predicta ac omnes alias libertates et liberas consuetudines suas illesas, quas habuerunt tempore dicti sancti regis Edwardi progenitoris sui et quod pacifice utarentur et gauderent... (1)

 

Dans le curieux résumé que le clerc de la ville, Charpenter, a placé en tête de son grand répertoire des archives de la Cité, on trouve un tableau à peu près semblable de ce qu'avait été l'ancienne organisation municipale de Londres.

 

In civitate London., a conquestu Anglie facto per dominum Willelmum, ducem Normanie, anno domino MLXVII, tria officia, licet quodam modo subalterna sicut posterius declaratur, in dignitatis et potestatis prerogativa reliquis officiis dicte civitatis supercminere solebant meritoque preferri, videliect: officium majoris, officium aldermanni et officium vicecomitis... Principales, immediate que regno locum tenentes in London. constituti, a tempore domini Willelmi variis in temporibus, variis nominibus fungebantur. Ipse namque rex suum locum tenentem in dicta civitate quem nunc majorem dicimus: Portgravium, quod nomen a lingua saxonica, que et anglica dicebatur, sumpserat appellavit.. port enim saxonice et teuthonice, latine civitas appellatur. Grave quoque saxonica vel alemannica lingua, comes

 

(1) Arch. de la mairie de Londres, reg. K, fol. 126vo.

 

 

p. lxv                                                                                                 SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

dicitur in latina... la carta vero regis Henrici, filii dicti Willelmi, dedit eis licenciam eligendi justiciarium de se ipsis... sic ut qui nunc major et justiciarius vocabatur.

 

§ 2. Effets de la conquête sur l'organisation politique de la ville de Londres.

 

Si l'on examine, en laissant de côté les divers systèmes qui prévalurent au moyen âge, et sans approfondir les questions que soulève l'origine de la municipalité, les documents qui font connaître la constitution politique de Londres, depuis l'époque de la conquête jusqu'à l'année où la mairie fut pleinement et complètement établie, et où l'histoire de ses révolutions existe, sinon bien connue, du moins facile à reconstruire, les faits principaux qu'on y découvre sont ceux-ci:

La charte que Guillaume le Conquérant accorda, l'an 1067, aux habitants de Londres, est le plus ancien document original renfermé dans les archives de Guild-Hall; mais, quoi qu'en disent les habitants de Londres dans leur procès contre les chanoines de Saint-Martin-le-Grand, il n'y est nullement question du consentement accordé par le parlement de Guillaume.

Les Londoniens avaient sans doute regardé la conquête comme un fait qui donnait au vainqueur un pouvoir absolu sur la personne et les biens des vaincus, puisqu'ils reçurent de Guillaume, comme une faveur importante, la garantie que désormais leurs fils pourraient hériter de leurs pères.

Il semble, au premier aspect, qu'on pourrait dire, conformément à l'esprit des idées dont je viens de parler, que le magistrat désigné sous le nom de portgrava était en effet, quoiqu'il eût conservé son nom saxon, l'homme du roi, et non celui du peuple, puisqu'il est peu probable que le vainqueur ait laissé à des gens auxquels le droit de succession n'était pas même reconnu, le droit de choisir eux-mêmes leur gouverneur. Il paraît cependant certain qu'il en fut autrement. Il importait en effet assez peu au vainqueur que ce fût tel ou tel qui marchât en tête du troupeau. Le Conquérant avait trop d'autres affaires à régler, et trouvait fort bien qu'une équitable répartition de l'impôt lui permît d'en augmenter la somme sans être personnellement responsable des mécontentements que les mesures de détail pouvaient soulever. Il laissa donc les habitants de la ville se gouverner eux-mêmes, et il se passa à Londres le même fait qui s'était passé lors de la destruction de l'empire romain. L'introduction de la civilisation normande en Angleterre eut pour résultat à peu prés les mêmes effets que l'introduction des barbares avait produits au milieu de la civilisation romaine. L'agrandissement des pouvoirs municipaux, loin d'être troublé par la conquête, se trouva au contraire aidé et accéléré. L'espèce d'association ou de solidarité qui existait déjà entre les habitants de Londres, resserrée et comprimée, s'il est permis de s'exprimer ainsi, acquit promptement un degré d'énergie inouï, et l'on peut

 

 

p. lxvi                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

dire que c'est à l'excès même de son abaissement que la ville de Londres fut redevable de la grandeur et du pouvoir qu'elle conquit en peu de temps.

Le vainqueur accorda tous les droits qui pouvaient assurer une tranquillité extérieure, aussi profitable à lui-même qu'à ceux auxquels il la laissait. Londres, gouvernée par ses propres magistrats et conservant ses anciennes lois et coutumes, échappa à la plupart des maux qui furent la suite de la conquête. Elle fut comme une exception dans le royaume, et de plus, comme elle offrait, quelque grossier et quelque imparfait qu'il fut, un corps organisé au milieu du désordre, elle acquit, par la force même des choses, une influence et une prépondérance d'autant plus grandes qu'après avoir tout détruit, la force envahissante se divisa et perdit beaucoup de son intensité. Londres eut bientôt acquis sous les rois normands plus d'influence et de puissance qu'elle n'en avait eu sous les rois saxons. Les événements marchèrent de telle sorte, que déjà, lorsque vivaient encore quelques-uns des Normands qui les premiers avaient mis le pied sur le sol de la conquête, ces vaincus, auxquels Guillaume avait fait une grâce en permettant que leurs fils pussent hériter de leurs pères, avaient acquis une telle prépondérance, qu'ils décidaient de l'héritage royal et l'enlevaient à leur gré à Mathilde pour le donner à Etienne.

Un peu plus tard, lorsque l'aristocratie normande imposa ses lois aux rois qu'elle voulait bien conserver, la puissance roturière de la cité de Londres marcha de front avec celle des plus hauts barons; elle imposa à son tour ses lois aux vaincus; la grande charte stipula les droits des villes d'Angleterre, et toute infraction aux privilèges de Londres dut être regardée comme une infraction aux lois du royaume.

C'était la première année de son règne que Guillaume avait accordé à la ville la charte dont je viens de parler; il n'y eut donc qu'une interruption bien courte dans la manière dont Londres fut légalement administrée. Elle fut, comme je viens de le dire, une exception au milieu de l'Angleterre dévastée; son administration et ses lois restèrent les mêmes; il n'y eut pour ainsi dire de changé que le propriétaire de la ferme et le prix du bail. Les mêmes divisions territoriales subsistèrent. Londres sous les rois saxons avait été divisée en plusieurs ghildes, gardes ou quartiers, présidés chacun par un alderman, et formant autant de cités dans la cité même. Cet état de choses ne changea pas après la conquête, chaque garde conserva une espèce d'administration particulière (1). J'ai trouvé une preuve curieuse de ce fait dans un procès que la ville eut à soutenir au commencement du quinzième siècle. Il en résulte qu'un des quartiers de Londres avait conservé après la conquête le nom qu'il

 

(1) Une circonstance bien peu importante prouve que, même à la fin du quatorzième siècle, cette organisation subsistait encore. Les prud'hommes d'une garde vinrent demander à la commune la permission de faire abattre et vendre un vieil orme qui croissait près des murs, pour, du prix, acheter une grande corde. Reg. E, fol. 27.

 

 

p. lxvii                                                                                               SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

portait anciennement, celui de ghilde des chevaliers anglais (Englishknightgelde), et que sous Henri Ier les descendants de ces nobles saxons, fatigués d'une existence désormais sans liens avec les moeurs nouvelles, avaient donné leurs habitations à l'Eglise. J'ai cru devoir transcrire ce passage curieux.

 

Ad ostendendum et probandum quod hospitale sancte Katerine, etc., sunt et a toto tempore cujus contrarii memoria hominum non existit, fuerunt in et de libertate civitatis London. et parcella warde de Portesokcam, extra Algate, in suburbiis ejusdem civitatis, major et communitas ejusdem civitatis dicunt quod, tempore Willelmi Conquestoris... antea dicta warda de Portesokcum, vocata fuit soka de Anglisshknightgelde et quod postea, circiter annum octavum regis Henrici primi, quidam Ramundus, filius Algordi... et plures alii, valentes cives Londonienses, ex antiqua nobilium militum Anglorum progenie procreati, qui gilde libertatem habuerunt in soka predicta et de tota terra in eadem soka seisiti fuerunt, sicut patet per cartam ejusdem regis Henrici, sokam et terram illam... dederunt ecclesie... quod donum idem dominus Henricus, per cartam suam quam similiter idem major et communitas proferant, confirmavit (1).

 

Ce fait remarquable qui avait frappé Madox, mais dont il n'avait pu se rendre compte (2), confirme pleinement le système de la formation des municipalités anglaises, établi avec cette rectitude et cette hauteur de vues qui le caractérise par M. Augustin Thierry. Dans l'admirable tableau où cet illustre écrivain nous a si bien fait voir sur quelle magnifique et grandiose base il allait asseoir la plus belle et la plus vaste entreprise littéraire.qui ait été conçue en aucun temps (la collection des monuments de l'histoire du tiers-état), M. Augustin Thierry s'esprime ainsi: « En Angleterre, la ghilde Scandinave s'établit à côté de l'organisation cantonale des Anglo-Saxons; mais en se plaçant à côté d'elle, non en se fondant avec elle pour former de deux éléments divers une nouvelle constitution. Il y eut une ghilde des bourgeois, et non de tous les bourgeois... une cité politique en quelque sorte plus étroite que la cité territoriale (3). »

Nous venons de voir en effet qu'il existait à Londres, indépendamment des autres ghildes particulières, une ghilde des chevaliers. Le principe tout personnel de ces ghildes, quoique vicié par l'introduction du principe territorial de la commune, se modifia, se transforma, mais se maintint enfin malgré la conquête; il n'en fut pas de même de la ghilde des chevaliers, sa nature même l'empêcha de subsister à côté des idées nouvelles, elle ne put résister longtemps et vint bientôt après s'éteindre dans l'Eglise.

Il n'est peut-être pas inutile d'ajouter que le fait de l'existence des anciennes

 

(1) Archiv. de la mairie de Londres, reg. K, fol. 30vo.

(2) Thomas Madox Firma burgi, fol. 23.

(3) Aug. Thierry, Récits Mérovingiens, tom. I, fol. 299.

 

 

p. lxviii                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

divisions territoriales en Angleterre après la conquête n'a rien qui doive surprendre, lorsque, de nos jours et sous nos yeux, il se passe à Londres un fait analogue à celui qui arriva au onzième siècle. Les conquêtes de la civilisation et de l'industrie de notre siècle éprouvent dans la métropole de l'Angleterre les mêmes résistances que la conquête des Normands y avait déjà rencontrées. De tous côtés, Londres s'est agrandie, les murs de l'ancienne cité ont été débordés, les barrières abattues; la ville nouvelle a renfermé dans son sein, plus de dix fois l'espace de l'antique capitale; quand l'étranger s'y promène et passe sans obstacle de la Tour à la Cité, à la Savoy, à Westminster et plus loin encore, il croit être resté dans la même ville et cependant dans cet immense espace, les anciennes divisions ont conservé leurs limites: à Regent's Park, il n'était plus sous la même loi qu'à Hyde Park ou dans le Strand; il y a telle rue qui dans sa longueur change trois ou quatre fois de juridiction.

 

§ 3. Etablissement et développements de la mairie.

 

Le maire, premier magistrat de l'association territoriale ou de la commune, ne remplaça complètement à Londres le portgrava, premier magistrat de l'association personnelle ou de la ghilde, qu'à la fin du douzième siècle. Le portgrava est encore mentionné dans une charte accordée par Henri II aux tisserands de Londres en 1184; mais ces fonctions, successivement modifiées par l'introduction des idées nouvelles, ne ressemblaient, pour ainsi dire, plus à ce qu'elles avaient été du temps des rois saxons; et lorsque, cinq ans plus tard, les habitants de Londres obtinrent, à l'avénement de Richard Coeur-de-lion, la création d'une mairie, cette transition d'une magistrature qui s'éteignait à une magistrature naissante fut à peine remarquée.

Le premier maire fut Henri Fitz-Elwyne, descendant sans doute, comme son nom l'indique, d'une famille saxonne (1); mais fut-il nommé par le peuple ou choisi par le roi? Quelle était la forme et l'étendue de son pouvoir? On ne peut jusqu'ici répondre à toutes ces questions que par des conjectures. Tout ce qu'on sait de positif, c'est qu'il fut maire pendant le reste de sa vie, c'est-à-dire à peu près pendant vingt-cinq ans, et que de son vivant les habitants de Londres avaient déjà obtenu une modification importante à leur nouvelle organisation politique. En effet, la première année du règne de Jean Sans-terre, vingt-cinq des meilleurs citoyens furent adjoints au maire pour l'aider à diriger les affaires de la Cité (2).

 

(1) On trouve, dans plusieurs registres et dans le Mss De antiquis legibus, des listes des maires de Londres qui n'ont encore été publiées par personne; mais M. Edward Tyrell. dont j'ai déjà eu l'occasion de louer les utiles travaux, s'est occupé du soin de recueillir tous ces témoignages épars, et possède aujourd'hui une liste complète des maires de Londres.

(2) Hoc anno fuerunt XXV electi de discretioribus civitatis et jurati pro consulendum civitatem una cum majore... etc. Archives de la mairie de Londres; De antiquis legibus liber.

 

 

p. lxix                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

La quinzième année du règne de Jean Sans-terre, l'an 1214, Henri Fitz-Elwine mourut; les habitants de Londres profitèrent de cette circonstance pour obtenir une nouvelle et importante modification à leur constitution communale: le roi leur permit de choisir eux-mêmes leur maire, et de pouvoir le changer tous les ans. J'ai remarqué que les Londoniens usèrent d'abord avec modération de ce nouveau droit; ils réélurent le même maire pendant trois, quatre, six et même sept années de suite.

Quoi qu'il en soit, la commune normande fut dès lors complètement constituée à Londres. Il paraît qu'elle se maintint à peu près dans le même état jusqu'au milieu du treizième siècle; mais à cette époque, les fréquentes révolutions qu'elle éprouva rendent très difficile de suivre les nombreuses vicissitudes de son existence orageuse. C'est à peine si l'on peut en suivre le fil à l'aide de la chronique du De antiquis legibus liber. D'après ce chroniqueur anonyme, en 1254 le roi se saisit de la mairie, sous prétexte que le maire n'avait pas fait exactement observer les ordonnances sur la vente du pain et de la cervoise. Il s'éleva même à cette occasion une contestation curieuse et bien caractéristique. Le roi voulait rendre la commune responsable des vicomtes, puisque c'était elle qui les nommait, et la commune ne voulait pas en répondre, parce qu'elle était obligée de faire ratifier leur élection.

Dix ans plus tard, en 1265, les citoyens de Londres, dit la même chronique, ayant placé sous la volonté du roi leurs vies, leurs membres et leurs biens, par suite des transgressions commises de complicité avec le comte de Leycester, il fut nommé un gardien de la Cité, et les vicomtes ne furent pas élus.

L'année suivante, 1266, la ville resta sans maire ni gardien, parce que le gardien avait accompagné le comte de Glocester. Après la paix, le roi désigna un autre gardien; mais les citoyens nommèrent leurs vicomtes, tandis que l'an 1267 ce fut le roi qui les nomma... etc.

A la date de 1272, la même chronique révéla un fait (1) important qui a néanmoins échappé jusqu'ici aux auteurs qui se sont occupés des révolutions municipales de Londres. Cette année, dit-elle, le maire fut élu à la Croix de Saint-Paul, in pleno folkesmoto. L'assemblée du peuple, désignée sous le nom de folkesmoto, se tenait donc à la Croix de Saint-Paul, tandis que l'autre assemblée, désignée sous le nom de husting, se tenait à Guild-Hall. C'est aussi à la Croix de Saint-Paul, in pleno folkesmoto, que le roi, prêt à quitter l'Angleterre, venait prendre congé de son peuple, ou plutôt, selon l'expression de la chronique, venait demander la permission de passer la mer (2). C'est donc encore un autre point à éclaircir dans l'histoire

 

(1) De antiquis legibus liber, fol. 37.

(2) Cepit licencium à populo transfrettandi, sicut amen fererat... De antiquis legibus liber, fol. 79.

 

 

p. lxx                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

de Londres que celui de savoir à quelle époque l'élection du maire passa de la commune assemblée sur la place publique à la commune assemblée dans la salle de l'ancienne ghilde.

Jusqu'à la fin du treizième siècle on continue à trouver de précieux documents sur l'histoire municipale de Londres dans la chronique du De antiquis legibus liber, et quand cette chronique cesse, les registres de la mairie sont déjà commencés et fournissent des renseignements plus nombreux et plus précis encore que ceux donnés par la chronique; mais dès lors l'abondance même de ces actes m'oblige à ne pas les analyser, et je me bornerai à indiquer quelques-uns des plus curieux de ces documents.

L'un de ces derniers est le récit de ce qui se passa en 1298, lorsque Edouard Ier restitua à la commune de Londres le droit de nommer un maire (1). La mairie avait été saisie pendant quatorze ans, et le gardien (custos) nommé par le roi avait été le drapier Ranf-Sandwyche. La restitution de la mairie était donc un événement qui intéressait vivement la commune. Le greffier de Guild-Hall en a conservé, jour par jour, tous les détails.

Le mercredi de Pâques, dit-il, le roi manda à Westminster les aldermen et douze prud'hommes, et leur annonça que, de l'avis de son conseil, il leur restituait le droit de nommer un maire. Le vendredi suivant, les aldermen, assemblés avec douze hommes de chaque garde, élurent l'ancien maire, Henri le Gallois ou le Galeys, et ce ne fut que le lundi d'ensuite qu'on lut au peuple assemblé l'acte par lequel le roi avait restitué à la commune le droit d'élire un maire (2). Le mercredi, Henri Legallois fut présenté au roi, et lui prêta serment. Deux jours après, le vendredi, le nouveau maire quitta Londres pour aller, par ordre du roi, dans le comté de Lincoln, et choisit deux aldermen pour le remplacer pendant son absence (3).

 

(1) Reg. B, fol. 38 et suiv.

(2) il serait bon de noter avec soin les dates, en apparence insignifiantes, du jour des élections des maires. Il est probable qu'elles n'ont pas été choisies au hasard, et si l'on trouvait qu'elles sont uniformément les mêmes dans les plus anciennes cités, on pourrait en tirer des conjectures assez importantes.

(3) Henri le Gallois, Galeys, Wallis ou Walace, appartenait à la corporation des cordonniers de Londres. Il fut nommé vicomte, en 1270, en même temps que Grégoire de Roskeley. Trois ans plus tard, ces deux collègues, on pourrait presque dire ces deux rivaux, furent encore élus vicomtes. Il exista une espèce d'antagonisme entre ces deux personnages, et Henri Legallois, que son nom et son caractère semblent au premier aspect présenter comme l'élu du parti populaire, fut, au contraire, à ce qu'il parait, l'homme du pouvoir royal. En 1274, Legallois parvint à faire déposer le maire, partisan du parti populaire, et fut élu à sa place; mais il ne resta en fonctions qu'un an, et G. de Roskeley, qui lui succéda, le fut pendant sept ans. De maire de Londres, Legallois devint, en 1273, maire de Bordeaux. Notons, en passant, qu'en sa qualité d'ancien maire de Bordeaux, il dut prendre une part active aux querelles que la ville de Londres suscita aux marchands bordelais, et cette circonstance ajoute un nouvel intérêt à l'histoire déjà si curieuse de cet homme remarquable.

La dixième année d'Edward Ier, Legallois fut de nouveau nommé maire de Londres. Il était, à ce qu'il parait, fort riche: ayant appris, en 1284, que le roi manquait d'argent, non seulement il facilita à des marchands de Luques les moyens de lui en prêter, mais il prêta lui-même 400 £ (Nouv. Rymer, tom. 1, pag. 644). Le roi ne fut point ingrat, et lui donna, en Guyenne, les châteaux de Puyguillem, Fonroque, Beaulieu, Villefranche, Beaumont, Saint-Jean de Molières, Lalinde, etc. En 1289, il lui donna encore cent sadons de terre dans la forêt de Bordeaux (Rôles gascons).

C'est dans cette période de sa mairie que Legallois ordonna au greffier de Guild-Hall, contrairement à l'un des statuts du parlement d'Acton-Burnel. de continuer à recevoir les déclarations de toute espèce, et donna lui-même l'exemple en faisant enregistrer ses créances. Au bout de trois ans, Legallois fut de nouveau remplacé par Roskeley, sur qui la mairie fut saisie par le roi. Pendant la saisie de la mairie, en 1290, Legallois, ayant prêté au roi 5 £, fit enregistrer sa créance à Guild-Hall; et lorsqu'on 1298, Edward Ier restitua les libertés de la ville, ce fut probablement à condition que Legallois fût choisi pour maire; du moins ce fut lui qui fut nommé, et c'est alors que le roi lui permit de désigner deux citoyens pour le remplacer pendant son absence. Legallois, profitant de sa réélection, mit tellement d'entraves au commerce des villes rivales de Londres, que l'archevêque de Contorbury fut obligé d'intervenir au nom des barons des Cinq Ports, et la persistance de Legallois causa un des plus grands et des plus, célèbres procès commerciaux qui aient eu lieu. C'est encore pendant la mairie de Legallois que la ville de Londres consentit à se charger de payer les dettes des chevaliers de Guyenne (n° LVI).

Selon Stowe, H. Legallois fit construire à Londres une grande quantité d'édifices publics. Il mourut le 29 juin 1302, sans doute dans un âge trés avancé, puisqu'il y avait plus de trente-deux ans qu'il remplissait des fonctions publiques. Je puis m'être trompé dans l'appréciation de quelques circonstances de la vie de cet homme; mais je me féliciterai toujours d'avoir été le premier à les réunir et à les signaler.

 

 

p. lxxi                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Il est probable que cette fois l'absence du maire devait être de peu de durée; car en 1299 le même Henri Legallois, ayant été chargé d'une mission par le roi, obtint la permission de faire nommer un maire provisoire, et le registre nous a conservé le procès-verval de l'élection de ce maire par intérim (1). Il était, à ce qu'il paraît, d'usage que les maires de Londres se fissent officiellement remplacer; car, en 1307, le roi voulant créer J. le Blond, drapier et maire de Londres, chevalier au parlement de Carlisle, celui-ci fit nommer quatre prud'hommes pour le remplacer pendant son absence (2). Du reste, la faveur que le roi voulait faire au maire de Londres en lui conférant le titre de chevalier, n'était pas aussi remarquable qu'on serait tenté de le supposer si l'on oubliait que les rois, recherchant, par tous les moyens possibles, l'occasion d'accroître le nombre de cette partie de leur milice, en étaient venus jusqu'à offrir une espèce de prime d'encouragement à ceux qui consentiraient à contracter les obligations que ce titre imposait. On voit dans Rymer que, le 6 avril 1306, le même Edward avait écrit à tous les vicomtes de faire proclamer que ceux qui voudraient être reçus chevaliers eussent à se présenter au trésorier de la garde-robe royale, qui leur délivrerait tous les équipements nécessaires On sait que les nombreuses guerres qu'Edouard Ier avait eues à soutenir avaient épuisé ses finances. Les tristes ressources auxquelles il fut obligé de recourir, pour se procurer de l'argent pendant les dernières années de son règne, sont assez connues par les divers témoignages des écrivains contemporains; mais les registres de Guild-Hall nous ont conservé un curieux témoignage du degré de discrédit dans lequel il était tombé. En 1301, il fut obligé d'avoir recours à ses bonnes gens de la ville de Londres, et leur disait: « Nous avons entendu par les purveours de nostre

 

(1) Reg. B, fol. 99vo.

(2) Reg. C, fol. 88.

 

 

p. lxxii                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

grant garderobe que les marchanns des queux hom soleit prendre a nostre ceps cyre, espicerie, draperie pelure, lingeteyle, canevaz et autre chose font ore grant dangier de rien bayller et devienent tot estranges par la reison qu'il ne unt eu nule seurete avant ces houres d'estres payez (1). »

 

Cet état déplorable ne s'améliora point jusqu'à la mort d'Edward Ier. La manière dont fut proclamé à Londres le changement de règne mérite d'être rapportée.

« Nous vous manndons qe vous faciez crier nostre pees en nostre cite de Londres, en la fourme contenue en une cedule qe nous vous enveoms enclose denz cestes lettres. Donne souz nostre prive seal lequel nous usames avant qe nous receumes le gouvernemt de nostre roiaume, a Cardoil, le 23 juyl, l'an de nostre règne primer. »

Le maire fit proclamer cette lettre, en y ajoutant:

« Come le très noble prince, sire Edward, qui estoit nagueres roi d'Angleterre, soit a Dieu commande et nostre seignur, sire Edward, son fuiz et son heir soit ja roi d'Engleterre par descente de héritage, nous mandons... que sa pees soit tenue et gardée (2). »

 

Les registres de Guild-Hall nous apprennent en même temps que les environs de Carlisle, ou le drapier Leblond devait être créé chevalier avec le fils du roi, étaient tellement ravagés et dépouillés, que le roi craignit que la foule n'y manquât de vivres, et fit défendre dans Londres l'exportation pour tout autre lieu de toute espèce de vitailles et autres choses pour la sustenance (3).

Ce fut le dernier parlement tenu par Edward Ier. Ce roi mourut à Carlisle le 7 juillet 1307. Une quinzaine d'années s'étaient à peine écoulées depuis la mort d'Edward Ier, lorsqu'en 1321 le faible Edward II manda le maire et les aldermen à Westminster pour savoir d'eux si, à l'occasion des discussions qui s'étaient élevées entre lui et quelques grands du pays, ils étaient dans l'intention de conserver la commune de Londres au parti du roi; et sur la réponse affirmative des magistrats municipaux, on arrêta en commun les dispositions qui devaient être prises pour la défense de la ville, Toutes les dispositions qui furent décidées ont été enregistrées avec tant de soin par le secrétaire de la commune, qu'on peut dire qu'à cette époque son registre n'est plus un registre, mais une véritable histoire composée de pièces authentiques (4).

Les registres du temps de Edward III ne sont pas moins intéressants. Le pouvoir royal avait repris sur celui de la commune, une prépondérance bien marquée; mais néanmoins les demandes réitérées d'armes et de subsides auxquelles les nombreuses

 

(1) Archives de la mairie de Londres; reg. C, fol. 55vo.

(2) Reg. C, fol. 92.

(3) Reg. C, fol. 88.

(4) Reg. E, fol. 119ro à 127; fol. 134 et suiv.

 

 

p. lxxiii                                                                                              SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

guerres du roi l'obligèrent d'avoir recours amenèrent entre la commune et Edward des démêlés fréquents et curieux.

Ainsi, en 1340, le roi convoqua la commune à Westminter, lui exposa les dépenses considérables qu'il avait été obligé de faire, celles qui étaient encore nécessaires, et demanda de lui préter 20000 livres. Cette demande exorbitante et imprévue surprit le maire et les aldermen, qui obtinrent de se retirer pour y réfléchir. Ils rentrèrent quelques instants plus tard, et déclarèrent qu'ils ne pouvaient prêter que 5000 marcs. Les comtes de Warwyk et d'Hungtinton, Jean de Stenore, et plusieurs autres grands seigneurs, vinrent alors trouver les bourgeois et leur dirent: que le roi était excessivement mécontent, qu'il refusait complètement d'accepter un prêt pareil, et leur ordonnait, sur la foi qu'ils lui devaient, de mieux réfléchir sur cette affaire, ou de lui apporter le dimanche suivant la liste des plus riches citoyens de la Cité, pour qu'il pût lui-même fixer la somme que chacun d'eux devait fournir.

Le dimanche donc, un peu après le lever du soleil, le maire, les aldermen et les hommes les plus riches de la Cité s'assemblèrent à Guild-Hall, et là, ayant raconté en secret ce que, pour plusieurs raisons, et à cause de l'indignation du roi, on voulait cacher, il fut convenu, quelque dur et quelque difficile que cela fût, que si le roi voulait donner des garanties et fixer les termes du remboursement, la commune lui prêterait 5000 livres. Le maire et les aldermen portèrent celle espèce d'ultimatum au roi, qui hésita, mais finit par accepter. En conséquence, douze commissaires furent nommés pour procéder à la levée de cet impôt. Ils jurèrent devant la commune de ne faire aucune distinction, aucune faveur, et d'oublier dans leurs fonctions toute haine et toute amitié. Le résultat de leur opération a été conservé: le nombre des citoyens qui furent taxés s'éleva à 236. Le maire, Jean Aubry, paya à lui seul 100 livres, et deux aldermen, Jean d'Oxford et Simon Franceys, chacun 200 livres.

La répartition et la levée de l'impôt s'opérèrent promptement; car le mercredi suivant Me Guillaume de Lazouche, issu d'une famille dont le nom est célèbre dans l'histoire d'Angleterre, et qui était alors doyen d'York et trésorier du roi, écrivit à ses très-chers amis de la commune de Londres pour qu'ils comptassent la somme promise au clerc qu'il leur envoyait. L'archevêque de Cantorbury, le trésorier Guillaume de Lazouche et trois autres personnages éminents s'engagèrent à restituer eux-mêmes cette somme, ou à la laisser prélever sur leurs revenus, si dans le terme fixé elle n'avait pas été remboursée (1).

Un an n'était pas encore écoulé, que le roi manda de nouveau le maire et les aldermen devant lui. Il leur exposa que pendant son voyage sur le continent il avait

 

(1) Reg. F, fol. 32vo.

 

 

p. lxxiv                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

accordé aux Flamands certains privilèges qu'il avait juré sur l'Evangile, en présence des prélats et des barons de sa cour, de faire ratifier par les communes de Londres, York, Lincoln, etc. En conséquence, dit le registre, il pria et supplia affectueusement le maire et les aldermen d'y apposer le sceau de leur commune, et cela par amour pour lui, car il aimerait mieux mourir, et même perdre la reine, ses fils, ses filles et tout son royaume, que de ne pouvoir tenir sa promesse. Le maire se retira pour délibérer; et après s'être consulté en secret avec les plus riches et les plus sages de chaque garde, il vint répondre que la commune ferait, quoique à regret (quamvis invitè), ce que le roi demandait.

La copie des privilèges accordés aux Flamands est annexée à cet acte, et l'on y remarque un article additionnel par lequel le roi déclare qu'en accordant de pareilles faveurs aux habitants de la Flandre, il n'a entendu préjudicier en rien aux privilèges de sa bonne ville de Londres (1).

J'indiquerai encore la pétition que la commune de Londres adressa au roi en 1357, et dans laquelle, après avoir énuméré tout ce qu'elle a fait pour lui, tout ce qu'elle a souffert pour sa cause, elle demande l'augmentation de ses privilèges, ou du moins l'entière exécution de ceux dont elle a le droit de jouir. Cette pièce, tant par sa forme que par les faits qu'elle rapporte, m'a paru d'une véritable importance; mais elle était trop longue pour qu'il me fut possible de la transcrire ici (2). Mais les temps changèrent: le 28 janvier 1366, Jean Lovekyn fut élu maire en remplacement d'Adam de Bury, renvoyé par ordre du roi (amotus... precepto domini regis) (3).

Je ne sais si je me trompe, mais il me semble que les pages d'un pareil registre ont tout l'intérêt d'une chronique, et de plus l'avantage d'une authenticité incontestable. D'ailleurs, cet autre côté de l'histoire des conquérants mérite bien d'être étudié autant que le récit de leurs batailles, et sous ces deux rapports les registres de Guild-Hall fournissent des renseignements également précieux.

Les mêmes réflexions s'appliquent aux nombreux renseignements qu'on trouve dans le registre H, sur les événements orageux dont le règne de Richard II et les suivants furent le théâtre. Pour les indiquer tous, il eût fallu citer chaque folio. Enfin, il ne faut pas oublier de remarquer que le maire, au moyen âge, était non seulement un chef politique, représentant et défenseur des intérêts de tous, mais encore le défenseur et le chargé d'affaires de chacun des membres de la communauté, et qu'il intervenait à tout instant dans les affaires des particuliers, soit pour les protéger dans des pays étrangers, soit pour faciliter leurs opérations commerciales.

 

(1) Reg. F, fol. 134.

(2) Reg. G, fol. 60.

(3) Reg. G, fol. 178.

 

 

p. lxxv                                                                                               SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Pour donner une idée du degré de puissance où parvint la commune de Londres, je terminerai ces citations en rapportant que le 8 mars 1428, le maire et les aldermen se présentèrent en parlement assemblé, et lui exposèrent qu'ils avaient reçu une lettre de la duchesse de Glocester, comtesse de Hainaut, Hollande, Zélande, etc., réduite par ses ennemis à l'état le plus malheureux et qui implorait le secours de la commune de Londres; ils rappelèrent que cette noble dame avait été constamment l'amie des marchands anglais et leur avait toujours donné un refuge assuré; en conséquence, ils demandaient que la nation vint à son secours; de leur côté ils offraient de faire pour la comtesse tout ce qu'il serait raisonnable de faire (1). Le 1er juillet 1428, une alliance fut en effet contractée entre l'Angleterre et le Hainaut (2).

Si l'on veut encore mieux se faire une juste idée du degré d'influence que la commune de Londres avait alors acquis, il faut rapprocher ce fait du passage d'une lettre qu'écrivait à peu près à la même époque la commune de Paris à celle de Londres, pour lui dire que si Londres voulait s'en mêler, les choses se passeraient en France (3) tout autrement qu'elles ne s'y passaient. Il est vrai qu'un acte de 1434 nous rappelle que les prospérités des peuples ont leurs revers comme celles des rois; cet acte nous donne le nom des gardes de Londres qui furent exemptées cette année de payer leur part d'un subside, parce qu'elles étaient trop désolées, dévastées, détruites, appauvries et surchargées; sur vingt-quatre, il y en eut dix-huit (4).

 

§ 4. Electeurs municipaux.

 

Un des points les plus curieux à étudier dans l'histoire de la Cité est certainement celui de savoir comment s'établit et finit l'espèce de curie romaine qui existait pour ainsi dire complète dans cette ville au milieu du quatorzième siècle. Il ne faut pas en effet se méprendre sur le sens des mots qui désignent la classe de citoyens convoqués dans chaque garde pour venir délibérer à Guild-Hall avec le maire et les aldermen. Ils sont appelés en latin indifféremment sapientiores, probiores, discretiores, mais presque toujours ditiores, et en français suffisants d'avoir comme de sens. Ils n'étaient pas seulement choisis pour donner les meilleurs conseils à la commune, mais encore, en certaines circonstances, pour supporter seuls les impôts. Les registres de Guild-Hall ont conservé les listes des citoyens qui payèrent les emprunts auxquels la commune se trouva quelquefois exposée, et l'on y voit clairement

 

(1) Reg. K, fol. 50vo.

(2) Reg. K, fol. 61vo.

(3) N° CCCLXXXVI.

(4) Reg. K, fol. 137vo.

 

 

p. lxxvi                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

que ceux qui seuls étaient appelés à conseiller étaient aussi seuls appelés à payer.

Ainsi, en 1340, le roi emprunta à la commune 5000 marcs. Il n'y eut que deux cent trente-six citoyens appelés à y contribuer. Le maire, André Aubry, était en tête de la liste pour 100 livres; deux aldermen, Jean d'Oxford et Simon Franceys, chacun pour 200 livres (1). En 1346, un subside de 3000 marcs fut payé par trois cent soixante citoyens (2). En 1370, le nombre des imposés fut plus considérable; mais quoiqu'on ait gratté leurs noms sur le registre, il est encore facile de voir qu'ils n'étaient pas plus de six cents (3). Il fallait donc en effet que le conseil de la Cité fût composé de citoyens suffisants de sens, pour ne pas entraîner la commune dans des démarches funestes; mais surtout suffisants d'avoir, pour pouvoir payer les sommes auxquelles la communauté pourrait être imposée. Si l'on ajoute à tous ces faits l'obligation d'accepter les fonctions municipales sous des peines très sévères, ne trouvera-t-on pas dans la commune de Londres une imitation presque parfaite de l'ancienne curie de l'empire? Quoi qu'il en soit, il m'a paru curieux de faire connaitre comment sur ce point, au quatorzième siècle, la municipalité de Londres, après tant de variations, de changements et d'influences diverses confondues et mêlées, en était venue sans le savoir à une imitation aussi exacte des institutions romaines, qu'elle s'imaginait, si mal à propos, avoir perpétuées sous d'autres points (4).

Les registres de Guild-Hall font d'ailleurs connaître à quel point la fortune était une des conditions requises pour parvenir aux fonctions de la municipalité. Cet André Aubry, qui était maire en 1340, lorsque eut lieu l'emprunt de 5000 marcs dont je viens de parler, fut remplacé par Jean d'Oxford, l'un des aldermen qui avait fourni une si forte partie de l'emprunt. Jean d'Oxford mourut bientôt après, à l'heure de la messe paroissiale; aussitôt l'alderman de sa garde fit convoquer, par des sergents, les vicomtes, les aldermen et les citoyens les plus probres et les plus riches de chaque garde, pour qu'ils aient à se trouver le même jour, à trois heures au plus tard, à Guild-Hall, afin de nommer un nouveau maire. Là, d'une voix unanime, on proclama maire le plus riche citoyen de la commune, cet autre alderman dont j'ai déjà parlé, Simon Franceys.

Voici la formule des lettres de convocation pour l'élection d'un maire en 1350:

 

(1) Reg. F, fol. 32vo.

(2) Reg. F, fol. 122.

(3) Reg. G, fol. 247vo.

(4) Les impôts que devaient supporter seuls les conseillers de la commune étaient d'une nature toute spéciale; on ne les confondait point avec les impots accordés par les parlements, et auxquels tous les citoyens du royaume devaient être soumis. On verra, dans le paragraphe suivant, la manière dont étaient répartis et levés ces impôts généraux.

 

 

p. lxxvii                                                                                             SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

A l'alderman de la garde de...

Par le meyre; soietz a la gyhalle, yceo meskerdy... pur la election du meyre et facez somondre quatre des meillours hommes de vostre garde et eiez illiocqes les nonns endossez sur ceste bille, et ceo ne lessez en la foy qu vous deviez a nostre seigneur le Roy et a la citee (1).

 

J'ai renvoyé au paragraphe 6 ce qui concerne l'admission des corporations des métiers dans les élections et les autres affaires de la commune.

 

§ 5. Répartition et levée des impôts.

 

Trompé par la similitude des mots et la signification que nous leur donnons aujourd'hui, nos historiens ont quelquefois confondu des choses bien distinctes. Ils ont pris très souvent pour des droits politiques ce qui n'était qu'une exemption d'impôt. Dans la langue du moyen âge, la ville la plus libre n'était pas celle dont l'organisation était la plus démocratique, c'était celle dont les habitants payaient le moins d'impôts. Si les populations, de leur côté, ne se sont pas toujours rendu un compte bien exact des motifs réels qui dirigeaient leurs efforts et des principes pour le triomphe desquels elles ont combattu avec le plus d'énergie, il n'en est pas moins vrai que pour la plupart de nos ancêtres, dans ces luttes violentes de l'établissement ou du maintien des communes, les libertés qu'ils réclamaient n'étaient que l'exemption de certains impôts. Pour eux la liberté normale c'était l'exemption absolue de toute espèce de tribut, et de là il était résulté ce contrat tacite et synallagmatique par lequel le roi, c'est-à-dire le fonctionnaire chargé de la défense de tous, ne pouvait lever un impôt sans le consentement des sujets, tandis que, de leur côté, les sujets ne pouvaient s'imposer eux-mêmes, sans l'autorisation du gardien de leurs libertés, c'est-à-dire le roi. Nous avons d'ailleurs vu qu'à Londres on ne faisait, pour ainsi dire, aucune différence entre le magistrat nommé par le peuple et relui que désignait le souverain.

Quoi qu'il en soit, une charte de 1338 énumère ainsi les différents péages dont les citoyens de Londres étaient exempts, non seulement en Angleterre, mais dans toutes les autres possessions des souverains anglais de cariagio, chiminagio, fossagio, kayagio, lestagio, muragio, passagio, pavagio, payagio, pedagio, pesagio, picagio, pontagio, stellagio, terragio, theloneo et de omnibus aliis consuetudinibus (2).

Nous avons vu la manière dont se prélevaient les impôts exceptionnels déguisés sous le nom de dons, d'emprunts, etc.; il reste à faire connaître ici comment on

 

(1) Reg. F, fol. 191vo.

(2) Reg. F, fol. 22.

 

 

p. lxxviii                                                                                                                                        INTRODUCTION

 

opérait la répartition et la levée des impôts ordinaires, et qui consistaient dans le payement d'une portion variable du revenu de chaque imposable. Cette portion flottait ordinairement entre un vingtième et un dixième du revenu, quelquefois cependant elle était beaucoup plus forte.

Un acte de 1312 fournit des renseignements importants sur la manière dont les répartiteurs durent procéder à la levée de l'impôt d'un quinzième que le parlement avait accordé au Roi:

 

Qe eux facent venir devant eux, de chescune garde de la dite cite et de subburbe, des pluys loiaux hommes et mieux vanez de meismes les lieux, an tiel nonmbre dont ceux chiefs taxours puissent suffisanment eslire quatre ou sis de chescune garde, ou pluis si mestier soit..., e qan il averont cieux esluz adonqes les facent jurer sur sanntes Ewangilles et manere deuwe: c'est a savoir... qu'eux, issint jurez, loiaument et pleinement enquerront queux biens chescun... avoit le jour susdit... en meson ou dehors, où q'il feussent, sanz nul desport, sur greve forfeture. E tous ceux biens, en q'il soient devenuz depeus encea, par vente ou en autre manere, loiaument taxeront solonc lur veraye value, sauve les choses desouz forprises en ceste fourme, et les feront enbrever et metre en roule endentte, tut pleynement, le pluit en haste q'il purront et liverer as chiefs taxours, l'une partie, sous leur seals, et reprendre devers eux l'autre partie, desouz les sealz des chiefs taxours. E quant les chefs taxours averont receu en tiele manere les endentures de ceux qi serrant jurez a taxer en la dite cite et la subburbe de ycele, meismes les chiefs taxours, loialment et penyblement examinent celes endentures: E si eux entendent q'il y eit ascune defaute, eux tantot la drescient qe rien ne soit (1).

 

Un document de 1332 renferme à peu près les mêmes instructions, mais ajoute quelques détails qui ne se trouvent pas dans celui-ci. Il spécifie les meubles et objets mobiliers qui ne doivent pas être compris dans la taxe:

 

Armure, monture, joyaux et robes as chevalers et as gentilshommes et as lour femmes, et tour vessele d'or et d'argent et d'arrein, et un fermail d'or ou d'argent, et une ceynte de soie q'ils usent toutz les jours, et auxint un hanap d'argent ou de mazere dont ils beyvent: et les biens des meseaux la ou ils sont governez par sovereyn mesel ne soient ja taxes ne prisees, et s'ils soient meseaux governez par mestre seyn, soient lour biens taxes come des autres. Et fet a saver qe des biens des gentz des conntez hors des citees, burghs et demeynes le Roi, qu'en tut ne passent la value de X s. ne soit rens demende, ne leve, ne des biens des gentz des citees, burghs, ne demeynes le Roi qe ne passent la value de VI. s. en tut, ne soitriens demende, ne leve (2).

 

Les citoyens qui, par un motif quelconque, ne pouvaient payer leur quote part en numéraire, donnaient un gage ou nantissement. Les registres fourmillent de proclamations faites pour prévenir ceux qui avaient donné des gages, que si, dans un délai fixé, ils n'avaient pas payé, leurs gages seraient vendus, après avoir été estimés

 

(1) Reg. E, fol. 15.

(2) Reg. E, fol. 242.

 

 

p. lxxix                                                                                              SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

publiquement. Ainsi, en 1306, un certain Reginald de Thonderle, commerçant bien connu, n'ayant pas pu ou voulu payer 2 marcs auxquels il avait été taxé, son cheval blanc fut saisi; on l'estima en présence du maire, et l'estimation s'étant élevée à 30 sous, le débiteur eut huit jours pour s'acquitter, et ce délai passé, son cheval devait être vendu (1).

Le pesage et mesurage des denrées était aussi une sorte d'impôt qui préoccupait vivement les esprits. A la date de 1296 se trouve une ordonnance de la commune enjoignant au gardien de la balance du roi, avec laquelle on allait dans les maisons peser les biens des citoyens, de venir à Guild-Hall avec cette balance et deux poids de cent livres chacun pour faire vérifier l'un et l'autre (2). La vérification faite, il fut prouvé qu'au grand préjudice des citoyens les poids étaient trop faibles chacun d'une livre et demie. Il est peut-être juste de faire remarquer que l'étalon des poids et des mesures était, en Angleterre, comme il l'est encore aujourd'hui, le grain de froment, et que, comme il fallait 868,000 grains de blé pour faire un poids de cent livres (3), il est fort possible que la quantité du froment de l'année et la température du jour où les habitants de Londres eurent la prévoyance de faire cette vérification, aient causé seules cette différence.

 

§ 6. Corporation des métiers.

 

Il est probable, comme le pensent certains écrivains (4), que les associations d'ouvriers connues sous les noms de ghildes, confréries, métiers, corporations, etc., ont existé à Londres bien longtemps avant la conquête des Normands; mais je ne m'occupe ici que des renseignements fournis par les archives de Guild-Hall; or, d'après ces documents, il paraît que les rois de race normande ne laissèrent subsister aucune de ces anciennes ghildes sans une autorisation spéciale. Quelques-unes des chartes d'autorisation qu'ils accordèrent remontent jusqu'au temps de Henri Ier, et, d'après Madox (5), en 1180 les corporations des bouchers, orfèvres, etc., furent obligées de payer une amende pour avoir négligé d'obtenir cette autorisation.

Mais, en dehors du pouvoir royal, l'influence des idées municipales apportées par

 

(1) Reg. D, fol. 123. On trouve plusieurs fois dans les registres, l'estimation des objets saisis.

En 1312, un vieux manteau fourré d'écarlate fut estimé                                  6 sous.

Trois couteaux à manche d'ivoire, et un autre avec un manche

de pierre rouge                                                                                                18 sous

Un mortier d'airain                                                                                          2 sous 3 deniers.

Une tunique de vair                                                                                         2 sous 3 deniers

Un vase d'airain, du poids de dix livres                                                          1 sou  8 deniers

( Reg. E, fol. 18.)

(2) Reg. B, fol. 23.

(3) De antiquis legibus liber, fol. 56.

(4) Reports to the court of common council, etc., presented 6 march 1834 and 25 april 1837.

(5) Madox: Firma burgi, p. 26. History of exchequer, p. 390.

 

 

p. lxxx                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

la conquête s'attaquait aussi à l'existence des ghildes. Comme la concession d'une ghilde donnait le droit d'avoir un tribunal particulier où devaient être jugées toutes les contestations élevées à propos des choses qui concernaient le métier, les nouvelles communes se montraient fort jalouses de ces juridictions qui s'élevaient à leur détriment et dans leur propre sein; elles s'opposaient donc de tout leur pouvoir à l'établissement des ghildes, et les rois normands, habiles à faire également tourner au profit de leur fisc ces deux intérêts opposés, paraissent avoir mis pour ainsi dire à l'encan la concession ou la suppression des ghildes (1).

Ce serait certainement une chose fort curieuse que de suivre pas à pas, à côté des révolutions municipales, les diverses révolutions qu'éprouvèrent les corporations des métiers, et de faire voir par quelle transformation des idées et des choses il arriva que cette même commune que nous venons de voir s'opposer d'abord de tout son pouvoir à l'existence des ghildes fut amenée, moins d'un siècle après, à sanctionner elle-même les statuts de presque toutes les corporations des métiers. En effet, la plupart des corporations vinrent, au commencement du quatorzième siècle, devant le maire et les aldermen, demander que leurs statuts fussent enreulés.

Mais le changement ne s'arrêta pas là: ces corporations, autrefois proscrites par la commune, furent plus tard appelées par la commune elle-même à venir prendre part à ses délibérations; peu après elles prétendirent diriger toutes les affaires, puis enfin composer à elles seules la commune réelle; et dans les premières années du quinzième siècle, ce fut le parlement de la nation qui décida lui-même les règlements qui devaient s'observer dans les confréries des métiers. Cette histoire des réactions de l'ancien principe saxon de l'association personnelle sur le principe territorial de la commune normande, pourrait à elle seule former un volume du plus haut intérêt; mais personne ne s'en est jusqu'ici occupé.

Rien n'indique d'une manière précise, dans les archives de Guild-Hall, l'époque fixe où les corporations commencèrent à prendre part aux délibérations de la commune; cependant, si l'on s'en rapporte aux apparences, on doit croire que cette innovation importante dut avoir lieu entre l'année 1350 et 1351. En effet, j'ai cité (page 77) la formule d'une lettre de convocation pour l'élection du maire en 1350, adressée seulement aux quatre meilleurs hommes de chaque garde, et l'année suivante, on trouve que le maire écrivit ainsi aux gardiens-jurés de plusieurs corporations: « Le maire, etc., assembletz les bonnes gentz du dit mestier et facetz eslire par commune assent, IV bones gentz du dit mestier, les pluis sachiantz et suffisantz

 

(1) Une charte de 1202 est ainsi conçue: Johannes... sciatis nos concessisse... quod gilda telaria non sit de cetera... quia nos consuevimus annuatim percipere XVIII marcas argenti de gilda illa telaria (et) singulis annis reddent predicti cives nostri, nobis et heredibus nostris XX marcas argenti. (Reg. C, fol. 39.)

 

 

p. lxxxi                                                                                              SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER

 

de treter ov les meyre, andermans et vicomtes des ascunes grosses busoignes, tochantes l'estat de la dite citée... etc. (1).

Les symptômes qui annonçaient cette grande révolution s'étaient déjà fait sentir quelques années plus tôt. En 1346, le maire, les aldermen, les vicomtes et une grande quantité de citoyens (communarii) avaient été obligés de s'assembler à Guild-Hall pour désigner les électeurs qui seuls devraient concourir à l'élection des maires, et il avait été arrêté que chaque alderman convoquerait dans sa garde, selon son importance, douze, huit, six ou quatre hommes des plus riches ou des plus sages, et que nul autre, s'il n'en était requis, ne devrait se mêler de l'élection des maires (2). On avait fixé en même temps la peine qui serait encourue par celui qui, nommé maire, quitterait la ville, et par les aldermen qui négligeraient de se rendre aux élections. En conséquence de ce règlement, l'année suivante, en 1347, les électeurs, au nombre de 133, furent désignés en présence du maire, des aldermen et d'une immense réunion de citoyens. Le registre a conservé leurs noms.

En 1351, lorsqu'on adjoignit aux électeurs les quatre hommes les plus sachiantz et suffisantz de chaque métier, on n'aurait, s'il faut s'en rapporter aux notes incomplètes qui se trouvent dans le registre F, on n'aurait, dis-je, convoqué que quatorze ou quinze corporations, et par conséquent augmenté seulement de cinquante-six ou soixante le nombre des électeurs; mais il est probable qu'on en convoqua un plus grand nombre. En effet, il existe deux listes des métiers qui furent ainsi convoqués; ces deux listes, écrites dans le même temps, ne s'accordent pas entre elles; il est donc naturel d'en conclure que le scribe, n'attachant pas une grande importance à cette nomenclature, n'avait pas eu la prétention d'écrire les noms de toutes les corporations légalement organisées, et qui néanmoins avaient probablement été toutes convoquées.

Il est d'ailleurs fort difficile de dire avec exactitude quel était, à une époque quelconque, le nombre des corporations des métiers légalement constituées à Londres. On trouve, en 1328 (3), une liste des divers jurés ou syndics de vingt-cinq métiers; mais plusieurs des corporations qui bien certainement étaient organisées avant le quatorzième siècle n'y sont pas mentionnées, entre autres les maçons, les charpentiers, les boulangers, les tanneurs, les brasseurs, et même deux des métiers qui, bientôt après, furent choisis pour participer aux délibérations de la cité: les épiciers et les tailleurs.

En 1363, les corporations contribuèrent pour 400 livres 16 sous à un cadeau que la ville offrit au Roi. Le registre désigne trente-six corporations; mais il est probable que cette fois encore la liste n'était pas complète.

 

(1) Reg. F, fol. 206.

(2) Reg. F, fol. 237vo.

(3) Reg. E, fol. 190.

 

 

p. lxxxii                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

Quoi qu'il en soit, ces renseignements permettent d'augmenter la statistique du nombre des corporations des métiers de Londres que l'on connaissait, et qui se trouve ainsi avoir été:

En 1326, de vingt-cinq;

En 1351, de quatorze;

En 1363, de trente-six;

En 1501, de cinquante-un;

En 1725, de soixante-un;

En 1832, de soixante-quinze;

En 1837, de quatre-vingt-neuf;

En 1842, de quatre-vingt-un.

 

Au moment où ces confréries constituèrent des corps politiques, conférant des droits et exemptant de certaines charges, elles cessèrent d'être des métiers proprement dits. On trouve fréquemment dans les registres du quinzième siècle qu'un individu a passé d'une corporation dans une autre, ou qu'un vieillard ou un homme infirme ont obtenu d'être rayés du nombre des membres de leur compagnie.

Les registres de Guild-Hall contiennent sur les corporations des métiers une foule de documents inconnus aux corporations mêmes qu'ils concernent (1). Il existe, il est vrai, dans le liber niger une indication assez exacte de toutes les chartes relatives aux métiers transcrites dans les registres antérieurs à la confection de ce manuscrit; mais ce répertoire ne mentionne que les règlements spécialement faits pour quelque corporation, tandis qu'on rencontre beaucoup d'autres renseignements curieux non seulement dans ces espèces d'édits du préteur que chaque maire entrant en fonction avait l'habitude de faire proclamer, mais encore dans beaucoup de règlements généraux, et entre autres dans les statuts des parlements.

J'ai cru devoir en indiquer ici quelques-uns, et les faire précéder du commencement des statuts des Lorimers qui se trouvent dans le liber custumarium.

« Come li Loreng vendront a la Nivvevverre, si entameronnt lequel vessel qu'il voldront, et leveront lour enseigne et s'il voelent chanteronnt lour kiriele tresqes au ponnt de Lonndres, solom la viel ley, et por lour estop deyvent il vendre l'estop a dener et ycel vessel est appelé Tamwyn et quant il averont passe le ponnt de Lonndres et seront venus a rive, si attendent deus ewes et un flod. Dedenz le terme de III. tides, le vicomte et le chamberlayn le Roy, deyvent venir a la neif, et s'il y a vessele d'or ou d'argent de l'oeuvre Salomon, ou piere preciouse, ou paille de Constantinople... s'il prendront a l'oeps du Roy. »

 

(1) Il y a en outre, dans le liber custumarium, des statuts des corporations qui ne se trouvent pas dans les registres.

 

 

p. lxxxiii                                                                                            SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Le document sur les métiers le plus remarquable par son ancienneté est une charte de Henri Ier, concernant les tisserands. Parmi les documents postérieurs, je citerai particulièrement une ordonnance municipale de 1275, qui fixe le salaire des paveurs: Les paveours pregnent en totes seysuns, pur la toyse fere del paviment: ceo est... etc. On sait que c'est à peu près vers là même époque que les rues de Paris commencèrent à être pavées (1).

 

Une ordonnance de 1280 montre encore mieux la simultanéité du développement des mêmes industries des deux côtés du détroit; cette ordonnance concerne les avocats; j'ai cru devoir l'indiquer ici, quoique je ne sois pas bien sûr qu'en France les avocats formassent alors une véritable corporation: le office des conturs, tel est en estant pleder et cunte cunter et les profers fere a la bare, sans vileynie et sans reproche et lede parole et sans medire a nul home en curt, ne tant come la curt

dure.... etc (2).

Au quatorzième siècle, une ordonnance d'Edward III prouve à quel point ce grand roi s'occupait de tous les moyens d'accroître la prospérité de son royaume. Le 12 octobre 1344, il écrivit au maire et aux vicomtes de Londres pour faire accorder une protection spéciale aux fabricants de draps étrangers (operarii pannorum) qu'il avait engagés à venir exercer leur industrie en Angleterre (3).

Parmi les actes qui se rapportent aux apothicaires et autres qui se mêlent de surgerie et barberie, j'ai remarqué une enquête faite devant le maire, en 1354, pour savoir si un médecin serait responsable d'une plaie mal soignée. Des chirurgiens jurés vinrent affirmer sous serment que la plaie dont il s'agissait était guérissable quand leur confrère avait pris le malade sous sa guérison, et qu'il aurait pu la guérir s'il eût été habile ou qu'il eût demandé des conseils (4).

Ces règlements, ordonnances, statuts, etc., des ghildes ou corporations, jetteraient sans doute un grand jour sur l'organisation des mêmes institutions en France; mais pour mettre convenablement en saillie les différences et les faits les plus curieux, il m'eût fallu en faire une étude spéciale, et ce travail ne rentrait pas dans le cadre que je m'étais imposé (5).

 

(1) Reg. A, fol. 88vo.

(2) Reg. A, fol. 108vo. La plus ancienne ordonnance qui existe en France sur ce sujet est du 23 octobre 1274. Philippe le Hardi y fixa les bases de cet ordre naissant, et réprima les abus qui commençaient à s'y introduire. Il ordonna entre autres que chaque avocat prêterait serment de ne défendre qu'une cause qu'il croirait juste, principe qui vit encore parmi nous quoiqu'il paraisse plus naturel, au premier aspect, de défendre à l'avocat d'usurper les fonctions du juge et de refuser son concours à aucun client, comme on défend, aux médecins de refuser le secours de leur art à un blessé qui, d'après leur conscience, aurait mérité la mort.

(3) Reg. F, fol. 82.

(4) Reg. G, fol. 18. Voyez encore, sur ce sujet, reg. E, fol. 190, G, fol. 61 et 307.

(5) Pour compléter ce que je viens de dire sur les corporations, il faut encore lire le paragr. 7.

 

 

p. lxxxiv                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

§ 7. Manière d'acquérir et de perdre le titre de citoyen. - Privilèges des membres de la commune.

 

On ne trouve dans les archives de la mairie de Londres aucun renseignement sur la manière dont fut accordé aux habitants de Londres le droit de s'intituler citoyens, et cette circonstance est d'un grand poids en faveur de l'opinion qui fait remonter jusqu'au temps des Romains l'origine de la municipalité de Londres; mais on y rencontre des renseignements fort curieux sur la manière dont ceux qui n'étaient pas dans les conditions nécessaires pour jouir du titre de citoyen pouvaient acquérir les droits attachés à cette qualité. Ces formalités, qu'on désignait par un terme évidemment emprunté au vocabulaire en usage dans les communes affranchies, emptio libertatis, concernaient principalement les ouvriers, qui, leur apprentissage fini, voulaient être reçus maîtres et en même temps citoyens. Mais les curieuses révélations que fournissent sur cette manière d'acquérir la liberté les archives de Guild-Hall, laissent complètement dans le vague un point fort essentiel, celui de savoir si ceux qui, par leur naissance, se trouvaient déjà en possession de la liberté, étaient néanmoins obligés, pour devenir maîtres, de passer par toutes les formalités imposées à ceux qui ne jouissaient pas déjà des droits de citoyen, ou bien (ce que les prétentions postérieures des corporations sembleraient prouver, mais que beaucoup d'autres probabilités repoussent) s'il était indispensablement nécessaire de passer par cette espèce de servitude imposée aux apprentis pour être compris dans le nombre des membres de la commune.

Antérieurement au quatorzième siècle, on avait écrit çà et là dans les registres les noms des individus qui devenaient citoyens en achetant la liberté; mais dans le registre D, on réserva une place à part où l'on écrivit successivement tous les actes de cette nature qui eurent lieu de 1308 à 1311 (1); on continua plus tard à les transcrire sur des registres à part qui n'existent plus, mais dont l'existence est constatée par les articles des comptes où figurent en recette les sommes désignées par ces mots: de emptionibus libertatis.

La formule de ces enregistrements est en général fort abrégée: N... admissus fuit in libertatem civitatis London. in presencia N... tune majoris et N. N....

aldermanorum, etc., et juratus est comunitati, etc., dat pro libertate habenda...

 

Les sommes ou les objets ainsi donnés pour acheter le droit de citoyen varient considérablement.

Le premier de ceux qui sont inscrits dans le registre D est qualifié de nuncius domini regis, et sur la recommandation du Roi, il ne paye rien. Plusieurs autres également ne payent rien sur la recommandation du Roi, du maire, d'un évêque

 

(1) Ils occupent, dans le reg, D, du fol. 8 au fol. 77.

 

 

p. lxxxv                                                                                            SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

ou de quelque grand seigneur. Il est probable que le prix ordinaire de la liberté était 22 sous 6 deniers, car les ouvriers qui étaient obligés de se faire inscrire en commençant leur apprentissage, inscription qui coûtait 2 sous 6 deniers, ne donnaient ensuite que 20 sous pour être reçus, tandis qu'ils étaient obligés de donner 22 sous 6 deniers s'ils avaient négligé de se faire inscrire comme apprentis; mais on trouve fréquemment des exemples au-dessus et au-dessous de cette somme, sans que le motif en soit indiqué.

Le nombre total des acquisitions qui eurent lieu pendant les trois années 1308 à 1311 s'éleva à huit cent quarante-deux. Les deux dernières années présentèrent des résultats bien supérieurs à ceux de la première. Le nombre des nouveaux citoyens reçus en 1308 ne s'était élevé qu'à 226. Le total des sommes payées monta à 130 livres 19 sous 6 deniers, ce qui prouve combien était grand le nombre de ceux qui ne passaient pas par l'apprentissage, puisque la moyenne se trouve être ainsi de 12 sous par individu (1).

Presque tous ces nouveaux citoyens appartiennent aux divers corps des métiers: les qualifications de pistor, vineterius, pannarius, bladarius, abrocarius, etc., apparaissent assez souvent; on trouve un mercator equorum domini regis, un autre marescallus equorum; mais ceux qui s'y trouvent en plus grand nombre sont, sans contredit, ceux qu'on désigne par le titre de cocus; cette circonstance me paraît inexplicable avec ce que nous connaissons des moeurs de cette époque.

Il est en effet probable qu'on ne se faisait recevoir maître en cette corporation que pour placer ensuite son habileté au service du public, et dès lors on ne saurait trop s'étonner du prodigieux changement qui, sous ce rapport, s'était opéré à Londres dans l'espace d'un siècle, car à la fin du douzième siècle, du temps de William Fitz-Stephen, il n'y avait encore à Londres qu'un seul établissement culinaire, et probablement il était nouveau, puisque c'est une des choses qui excitaient le plus vivement l'enthousiasme de l'ami du saint archevêque de Cantorbury: Preterea, dit-il, est in Londonia, super ripam fluminis, inter vina in navibus et cellis vinariis venalia, publica coquina. Ibi, cotidie pro tempore est invenire cibaria, fercula, essa, pista, etc. Si subito veniant ad aliquem civium amici... nec libeat jejunis expectare... hec quidem publica coquina est in civitate plurimum expediens et ad civilitatem pertinens. On remarquera sans doute cette dernière expression.

Il paraît d'ailleurs que pour être reçu citoyen il fallait jouir d'une bonne réputation. Un tavernier fut obligé de payer 40 sous pour être admis et de s'engager à faire venir dans quinze jours litteras bone conversationis sue (2).

 

(1) En 1336, cette somme s'éleva à 182 liv. 15 s. 6 d. Reg. F, fol. 9vo.

(2) Reg. B, 2e fol. de garde.

 

 

p. lxxxvi                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

Très peu d'étrangers furent admis à acquérir le droit de cité; ils payaient des sommes proportionnellement beaucoup plus fortes, et devaient en outre donner des cautions. Petrus Caban, mercator Vasconie, admissus fuit in libertatem.... et dat communitati pro libertate habenda C. solidos. Un alderman, gascon d'origine, Guillaume Trente, dont le nom se retrouve très souvent dans les registres de Guild-Hall, et quatre habitants de Londres se portèrent caution de P. Caban: Manuceperunt pro predicto Petro ad conservandam comunitatem civitatis indempnem, citra mare et ultra sub obligatione omnium bonorum suorum.

J'ai remarqué à peine cinq ou six étrangers admis à jouir des droits de citoyen; il parait cependant qu'il arriva un temps où leur nombre inquiéta la susceptibilité des citoyens, Anglais de race. Dans une pétition que les habitants de Londres présentèrent au maire, ils demandaient qu'aucun étranger ne fût désormais admis comme citoyen, sans l'assentiment de l'assemblée générale de la commune (1).

Un seul nom de femme se rencontre parmi toutes ces admissions; c'est celui d'Elisabeth de Durham; elle fut admise en payant 10 sous. Cependant, j'ai trouvé que le Roi avait accordé à Cécile de Lamore l'exemption de tout impôt pour elle, ses terres et ses marchandises (2), et le registre principalement consacré à l'inscription des apprentis, comme je le dirai bientôt, était ouvert pour les apprentis des deux sexes.

Ce registre des apprentis constatait l'engagement que chacun d'eux prenait de servir son maître pendant sept années. Voici la formule de ces enregistrements: N... venit coram majore... et cognovit se esse apprenticium N... a festo... usque ad finem septem annorum et dat comunitati 2 s. 6 d. Plus tard, avec cet acte et la déclaration de son maître ou de ses voisins, l'apprenti obtenait, en payant 20 sous, la maîtrise ou le droit de citoyen.

Cette inscription sur les registres des apprentis n'était pas indispensable, une enquête pouvait y suppléer, mais il fallait toujours que les 22 sous 6 deniers entrassent dans la caisse de la commune: N... admissus fuit eo quod vicini sui venerunt secum... et testantur quod fecit cum predicto N... per VII annos et amplius et bene et fideliter et deservivit et licentialitus ab eo recessit (3).

En 1405, on fît une proclamation d'après laquelle chescun franc homme ou frank femme q'ad apprentice homme ou femme et ne mye enroullé, les facent enrouller devant le chamberleyn de la Guyhalle (4).

Je dois dire aussi quelques mots des causes qui faisaient perdre le droit de citoyen. Une des principales paraît être la non-résidence. En 1305, deux bouchers qui

 

(1) Reg; D, fol. 145vo.

(2) Reg. D, fol. 127.

(3) Reg. D, fol. 10vo. Il y eut en 1336 une ordonnance sur les apprentis. Reg. G, fol. 183.

(4) Reg. I, fol. 37. Aujourd'hui, les apprentis sont encore soumis aux mêmes formalités devant the court of Chamberlain.

 

 

p. lxxxvii                                                                                          SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

demeuraient hors de l'enceinte voulue furent rayés de la liste des citoyens: Compertum est per recognitionem eorum quod tenent terram de villenagio episcopi London, et manent extra libertatem civitatis, ideo consultum est quod amittant libertatem civitatis (1). Un couvreur fut seulement mis à l'amende: fecit finem pro eo quod ipse contra libertatem civitatis et sacramentum suum moratur extra civitatem (2).

Plusieurs autres circonstances pouvaient faire perdre le droit de cité; je me bornerai à transcrire le passage suivant d'une ordonnance de 1316, qui prouve qu'à cette époque la maîtrise n'était pas inhérente au droit de cité: « Pur ceo que les braceours vendent cervoise a grannt outrage et en encherissement des blez, a destruction du pople le roi, vous manndons de par le roi, qe nul braceour, ne braceresse, vende cervoise plus cher le galonn que 3 ferchyngges et le meilleur a 3 mailles, e qi auterment le face e de ceo soit atteynt, au commencement perde la bracee, a la seconde fez forjure le mestier, e a tierce foiz forjure la cite a touz jours (3). »

On peut citer comme exemple des avantages que procurait le titre de citoyen le fait suivant: Trois bouchers avaient exposé des viandes à vendre à la chandelle, leurs marchandises furent saisies. L'un d'eux déclara qu'il était libre, et reprit les objets saisis: les deux autres ne purent faire la même preuve, et la confiscation fut maintenue (4).

 

§ 8. Administration de la justice municipale.

 

On ne trouvera point sous ce titre les différentes phases de l'histoire de la justice municipale de Londres; j'ai seulement voulu signaler l'existence de quelques renseignements qui m'ont paru mériter d'être connus.

Ces renseignements sont principalement extraits de trois registres concernant: les morts violentes, les perturbateurs de la paix du roi, et les voleurs.

Le registre des procédures dans les cas de mort violente est intitulé: Rotulus de corona domini regis: rotulus de feloniis, etc. Voici la nature et la forme des actes qui composent ce recueil (5):

Die jovis... (1275)... datum fuit intelligi Gregorio de Rokesle, camerario, Ram. Leblund et Joh. Hein, vicecomitibus civitatis Londonie, quod quidam Joh. Ffuatard jacuit mortuus

 

(1) Reg. C, fol. 88.

(2) Reg. D, fol. 18vo.

(3) Reg. E, fol. 87vo.

(4) Reg. E, fol. 115.

(5) Je crois devoir noter qu'on s'est peut-être mépris jusqu'ici sur la nature du Coronator. Ce magistrat semi-fiscal et semi-judiciaire, représentant à la fois le Roi et le commerce, me parait ne faire qu'un seul et même magistrat avec le Camerarius. Voici comment s'exprime un mandement du Roi, du 27 novembre 1279: Cum dilectus serviens noster N... camerarius noster et captor vinorum nostrorum... ad quem officium coronatoris in civitate nostra London. ratione camerarie predicte pertinet. Reg. B, fol. 20.

 

 

p. lxxxviii                                                                                                                                      INTRODUCTION.

 

ex alia morte quam recta morte, in domo J. Bechungel in warda de.... Quo audito, predicti camerarius et vicecomites ibidem accesserunt et convocatis probis hominibus ejusdem warde, diligenter inquisiti qualiter hoc accidit, qui dicunt in fide qua tenentur duo Regi, quod cum predictus Johanes et quidam Joh. Clericus, die dominica proxima... simul lusissent in cymiterio B. Marie de Suthwark, cum tegulis suis, predictus Joh. Clericus jacendo tegulam suam ad eorum metam invite et contra suam voluntatem propriam sic predictum Joh. Fuatard cum tegula sua in dextra parte capitis percussit, faciendo ei unam plagam profundam usque ad cerebrum et sic languendo vixit a predicto die usque... quo die per plagam predictam obiit et visum fuit corpus in quo nulla alia plaga, lesio seu brusura paruit. Requisiti ubi predictus Johanes devenit post factum illud, dicunt quod incontinenti ivit ad ecclesiam B. Marie, sed nunquam postea visus fuit in civitate. Requisiti de catallis suis: dicunt quod nulla bona habuit nec catalla.

Et attachiatus est predictus Joh. de Blechungel per Aug. Lepestur et Steph. Letreere, et Maria, uxor Johanis, per Ricardum de Lepham et Odonem de Drekyng lanarium. Joh. de Longa, manens in eadem domo, per Ricardum Aggini lanarium et Ric. de Merthon.

Et attachati sunt quatuor vicini propinquorum: Prinius vicinus etc. (1).

 

Ce volume contient trente-trois actes de suite, rédigés dans la même forme, et dans lesquels il s'agit toujours d'enquête sur des décès causés par des morts violentes.

Le second registre judiciaire contient les procès-verbaux des enquêtes et des délibérations contre les malfaiteurs ou perturbateurs de la paix du roi.

Ces procédures avaient lieu devant le maire et les aldermen, et se terminaient par la décision d'un jury. Voici la formule de ces actes, dans laquelle j'ai reproduit la nomenclature des délits les plus fréquents, et qui sont presque toujours exprimés d'une manière vague. N... attachiatus est pro eo quod indi... in warda de N... quod est malefactor; communis pugnator; noctivagans; receptor hominum extraneorum; male fame; perturbator pacis domini regis; multa mala faciens etc., venit et quesitus qualiter se velit inde acquictare, dicit: quod non, est inde culpabile et de hoc ponit se super pateram (2) etc. Et jurati; per N... et alios, in panello veniunt et dicunt super sacramentum suum quod predictus N... culpabilis est et ideo committitur prisone. Ou bien: Quod non est inde culpabilis et quod inde ipse quietus sit (3). Cette dernière formule se rencontre très rarement, et les accusés sont presque tous condamnés à la prison, sans que le tribunal prenne la peine d'en déterminer la durée. Un seul délit est caractérisé d'une manière spéciale.

 

(1) Reg. B.fol. 1.

(2) On trouve indifféremment super patram ou super priam; mais un acte analogue,dans le reg. B, fol. 130vo, ne laisse pas de doute sur ce qu'on doit entendre par l'un ou l'autre de ces mots: ponit se super veredictum quatuor juratorum cujuslibet warde civitatis.

(3) Reg. D, fol. 130.

 

 

p. lxxxix                                                                                           SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER

 

Un certain Roger, le skirmisour, est accusé: eo quod tenet scholam de skirmeria de diversis hominibus et ad colligendos filios proborum hominum et bona patrum et matrum in malo usu et devastanda, ob quod ipsi mali homines devenerunt.

Le troisième registre, contenant des procédures contre les accusés de vol, est composé de jugements semblables, et rendus dans la même forme (1).

On trouve, indépendamment de ces trois registres spéciaux, des décisions judiciaires isolées et éparses dans les manuscrits de Guild-Hall. Quelques-unes présentent des particularités curieuses, soit par les faits eux-mêmes, soit par la pénalité qui leur était appliquée, soit par la constitution du tribunal lui-même. En 1322 plusieurs prud'hommes de Londres vinrent avertir le maire que Jean de Waldeshef, auquel la commune avait accordé, en 1318, le titre de citoyen et un fief de 100 sous, mettait des empêchements à la levée des subsides accordés au roi, entretenait des dissensions entre les diverses classes du peuple, enfin était devenu si dangereux, que s'il n'était exclu des conseils de la commune il allait causer la ruine totale et imminente de la ville. En conséquence, le maire fit assembler douze des meilleurs hommes de chaque garde, et jugea J. de Waldeshef (2), qui se laissa condamner par coutumace.

Par une nuit d'été, un dimanche soir, une jeune fille, nommée Emma, fut trouvée dans la rue après le couvre-feu sonné à Saint-Martin-le-Grand. Elle fut mise in tonello, et ce ne fut que le mardi suivant qu'elle fut amenée devant les juges de Guild-Hall, et renvoyée en prison jusqu'à ce qu'elle eût trouvé des cautions qui répondissent qu'elle n'enfreindrait plus la paix du roi (3).

Le supplice d'une heure de pilori fut infligé également à une mendiante qui avait enlevé un enfant (4); à une marchande qui avait mis en vente des poissons corrompus (5); à une femme accusée de rapporter de faux bruits (6).

Quelquefois on infligeait les peines les plus sévères pour des délits très légers: ainsi il fut défendu, sous peine de la vie, de se baigner dans les fossés de la Tour, et même dans la partie de la Tamise qui est aux pieds de la Tour (7); tandis qu'à côté de ces peines d'une sévérité monstrueuse on trouve une indulgence qui eût été bien honorable pour les moeurs de ce temps, si elle eût suffi pour réprimer les crimes.

Un faussaire, convaincu d'avoir reçu de l'argent pour faire de fausses lois, en

 

(1) Reg. E, fol. 133.

(2) Reg. E, fol. 9vo et 115.

(3) Reg. E, fol. 114.

(4) Reg, G, fol. 299vo.

(5) Reg. G, fol. 292.

(6) Reg. H, fol. 21. Quod ipsa est communis jurgiatrix... quod habeat judicium collistrigii vocati le thewe pro mulieribus ordinati, super idem moraturam per spacium unius hore.

(7) Reg. F, fol. 186.

 

 

p. xc                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

fut quitte en promettent, sous peine d'être mis au pilori, de ne plus faire de fausses écritures (1). Pour arrêter l'introduction de la polarde et autres mauvaises monnaies en Angleterre, on ne trouva rien de mieux que de déclarer que les délinquants surpris perdraient cette fausse monnaie, et s'ils étaient pris une deuxième fois, la mauvaise et la bonne qu'ils pourraient avoir.

 

§ 9. Enregistrement à Guild-Hall des transactions et contrats des particuliers.

 

Sous les titres de Recognitiones debitorum; scripti inrotulati, etc., se trouvent dans les registres de Guild-Hall un genre de documents qu'il m'a paru fort curieux de rencontrer à une époque aussi avancée du moyen âge. Ce sont des transcriptions d'actes, de toute espèce, que des particuliers, comme cela se pratiquait dans les municipes romains, venaient faire inscrire dans les registres de la communauté. Le procès-verbal d'insertion ne contient plus les formules dialoguées et dramatiques qui se rencontrent encore au huitième et au neuvième siècle, dans les exemples que nous ont conservés Marculphe, Sirmond, Martene, etc.; mais le fond et le fait lui-même sont évidemment semblables. C'est devant le husting, au lieu d'être devant la curie, que les comparants viennent faire inscrire les choses dont ils veulent conserver le souvenir; mais c'est là toute la différence.

Parmi les actes divers enregistrés dans les archives de la mairie de Londres, une espèce de document est bien distincte des autres, non seulement par sa nature, mais parce qu'après une certaine époque elle disparaît complètement. Je diviserai donc en deux parties ce que j'ai à dire sur ces documents: dans la première j'examinerai les créances des débiteurs, Recognitiones debitorum; dans la seconde se trouveront, sous le titre De scriptis inrotulatis, les documents divers qui intéressent soit des particuliers, soit des communautés.

 

N° 1. Recognitiones debitorum.

 

Tout individu, citoyen ou étranger, pouvait venir à Guild-Hall déclarer devant le maire et les aldermen (in pleno hustingo) qu'il devait une telle somme à un autre. On dressait procès-verbal de cette déclaration, et cet enregistrement ne servait pas seulement à constater l'existence d'une créance, dans un siècle où l'écriture n'était pas d'un usage aussi fréquent qu'elle l'est de nos jours: il servait aussi à donner de nouveaux droits au créancier, et, de plus, établissait une sorte de solidarité entre le créancier et la commune. Plusieurs fois la ville de Londres eut occasion d'intervenir en conséquence de cette espèce de solidarité contractée par l'insertion, d'une

 

(1) Reg. C, fol. 28.

 

 

p. xci                                                                                                 SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

créance dans ses registres, et non seulement elle intervint contre de simples particuliers, mais encore contre de grands seigneurs ou des communautés puissante, qu'elle invitait orgueilleusement à se comporter désormais de telle sorte que leurs créanciers s'aperçussent de l'efficacité de l'intervention de la Mairie de Londres: ita quod preces nostras sibi sentiat fructuosas (1).

Mais cet enregistrement n'était pas seulement une espèce de prime d'assurance prélevée par la commune sur les créanciers auxquels elle vendait sa protection: il en résultait aussi, comme je l'ai dit, de nouveaux droits pour le créancier. Ainsi, d'après une disposition au statut des marchands, toute créance enregistrée entraînait la contrainte par corps et la saisie de tous les biens du débiteur. En conséquence, dans les cas de non payement, le maire écrivait au vicomte de la garde du domicile du débiteur de se saisir de sa personne. Si le vicomte répondait qu'il n'avait pas pu s'en emparer, le maire donnait un nouveau mandat ordonnant de saisir non seulement le corps du débiteur, mais aussi tous ses biens meubles et immeubles. Pour opérer cette saisie, le vicomte devait choisir douze prud'hommes et leur faire déclarer sous serment quels étaient les biens du débiteur. Voici un exemple:

Preceptum fuit Johani de Lincoln et Rogerio de Paris, vicecomitibus London... (1304)... per Joh. Leblonnd, tunc majorem, quod caperent corpus Henrici Poteman de London, si laycus esset et salvo in prisona custodirent, quousqne satisfecisset Arnaldo Ffokeram et Petro de Hospitali, mercatoribus de Cahors, de XXXIV lib. sterlingorum, quas cognovit coram prefato majore et domino Henrico de Leycestre, clerico regis, per formam statuti mercatorum cujus tenor talis est: Noverint universi (c'est l'obligation)... Qui vicecomites retornarunt quod corpus predicti Henrici Poteman non fuit inventam in Wallia (ballia?) sua postquam istud mandatum ad ipsos pervenit et ipsum capere non potuerimt etc.

Alors le maire écrivit de saisir tous les biens, terres, rentes, etc. Les vicomtes répondirent que, d'après ce qu'ont affirmé sous serment douze voisins, Poteman ne possédait et n'a jamais rien possédé dans leur baillie; que sa femme Dyonis avait reçu en dot quatre échoppes, mais qu'elles étaient affermées pour huit ans. En conséquence, il fut prononcé que les demandeurs ne pourraient rien obtenir avant l'accomplissement de ce terme (2).

Ce registre était ouvert même le dimanche (3). Le clerc chargé de l'enregistrement ne transcrivait pas les actes littéralement, mais leur substance: la plupart du temps il écrivait en latin et très rarement en français. Très souvent aussi le scribe ne

 

(1) Nos LIX, etc.

(3) Reg. C. fol. 133. La même chose arriva à G. Trente, marchand gascon, pour une somme de 18 liv.; le débiteur avait disparu et ne possédait rien.. Reg. C, fol. 150vo.

(3) Reg. A, fol. 52vo.

 

 

p. xcii                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

mentionnait que le montant de la créance sans en exprimer le motif; cependant quelquefois il entrait dans certains détails. Quand le créancier venait déclarer qu'il avait été payé, on dressait un nouvel acte de cette déclaration; mais le plus souvent, dans ce cas, le gardien du registre se contentait d'écrire en marge que la dette avait été payée, ou simplement de biffer l'article.

On trouve un enregistrement qui mentionne dix-sept fidéjusseurs pour une créance de 140 marcs(l). Un grand nombre de créances provenaient de l'achat de chevaux; la plupart de celles des marchands gascons avaient pour cause des vins livrés (pro bonis vinis) (2). En 1388, un abbé convint avec Jean le Poter que celui-ci ferait pour le couvent: novum lavatorium de bono et duro metallo... quod quidem lavatorium triginta et tres pedes in longitudine et duos pedes et dimidium aut plus in latitudine (3).

Un autre couvent fit faire une châsse (unum sercerum) d'or et d'argent de cinq pieds de long sur un pied et demi de large, avec les autres ornements convenables à un aussi riche ouvrage (4).

En 1316, le comte de Richemond fit transcrire à Guild-Hall l'obligation contractée par l'entrepreneur des plâtres à établir dans son château (5).

Comme on vient de le voir, ce registre était ouvert non seulement pour les marchands anglais entre eux et pour les créances entre deux marchands étrangers, mais encore pour celles des nobles, des religieux et même pour celles de la reine (6) et du roi, comme le prouvent les textes rapportés aux nos XXX, etc.

La ville de Londres n'exerça point sans contestations un pareil droit. Par les statuts du parlement d'Acton Burnel, sous Edward Ier, il fut défendu à tout autre que des marchands de faire inscrire ses créances sur le rôle de Guild-Hall; mais le célèbre Henri le Galeys, maire en 1283, rendit une ordonnance par laquelle, nonobstant le statut du parlement, le greffier de Guild-Hall continuerait à recevoir les déclarations de tous les débiteurs (7). Il ne se borna pas à ordonner de le faire: il en donna lui-même l'exemple. En 1290, il avança 100 sous au roi, et fit inscrire sa créance à Guild-Hall: ita, dit l'acte, quod non sit prejudicium littere sue quam habet de domino rege (8).

De tous les marchands étrangers qui faisaient transcrire leurs créances à Guild-Hall,

 

(1) Reg. A. fol. 40.

(2) Voyez dans l'analyse des pièces, troisième partie, chapitre II, ce que je dis sur ces créances.

(3) Reg. A, fol. 80vo.

(4) Reg. A, fol. 86.

(3) Reg. E, fol. 61.

(6) Voy. Analyse des pièces, troisième partie.

(7) Reg. A, fol. 36vo.

(8) Reg. A, fol. 52vo.

 

p. xciii                                                                                               SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

si l'on s'en rapportait aux apparences, les Espagnols auraient été les plus nombreux; mais comme le scribe de la Mairie négligeait aussi souvent de désigner le pays des comparants que la nature de leur créance, il est probable que les marchands gascons, dont le nombre mentionné par le registre approche beaucoup de celui des marchands espagnols, était au moins aussi considérable. (Voir ce que j'en dis: Introd., 3e part., chap. II. Guyenne.)

On trouve d'ailleurs dans cette partie des registres le nom des marchands d'un grand nombre de villes de France: de Paris, Toulouse, Montpellier, Limoges, Cambrai, Abbeville, Saint-Quentin, Nantes, Calais, Saint-Jean d'Angely, etc., etc.

 

N° 2. De scriptis inrotulatis.

 

Il serait assez difficile de donner une idée exacte ou même une simple nomenclature des autres actes de toute nature qui, à diverses époques, furent transcrits dans les registres de Guild-Hall, ou sur la demande des parties, ou volontairement dans l'intérêt de la ville, ou seulement par le caprice du greffier, soit pour en augmenter la publicité, soit pour en assurer la conservation. Les pièces qui n'intéressent que des particuliers s'y confondent continuellement avec les documents d'un intérêt général. Les actes désignés sous les noms de custodia, compota, manucaptiones, concordia, quiete clamationes, scripta, conventiones, etc., y sont mêlés avec les créances dont j'ai déjà eu occasion de parler; les concessions de ghildes aux marchands étrangers; les statuts des métiers; les règlements de police administrative; les rapports de la commune avec les rois ou leurs officiers, avec les diverses provinces de France, avec l'Espagne, la Belgique, l'Allemagne, la Suisse, la Prusse, la Bohême et autres pays; les traités et tous les autres actes publics du Roi avec les souverains étrangers, etc., etc.

Quoique bien convaincu qu'un examen plus attentif de ces documents pourrait révéler des faits ignorés ou imprévus, et amener la découverte de renseignements curieux sur l'état des moeurs et la forme des transactions civiles ou commerciales, comme ce travail s'éloignait du but de mes recherches, et qu'il eût d'ailleurs fallu, pour le faire avec fruit, une connaissance déjà profonde des lois et des usages de l'ancienne Angleterre, je m'en suis abstenu. Si j'ajoute ici quelques nouveaux renseignements à ceux que j'ai déjà donnés, c'est uniquement pour qu'on puisse se faire une idée plus exacte de l'abondance et de la variété des richesses que renferment les archives de Guild-Hall.

Pour faciliter les recherches et donner une espèce de vie aux notes que le hasard m'a fournies, je les ai rassemblées sous les titres suivants:

1. Chartes et privilèges des villes d'Angleterre;

2. Police et voirie;

3. Mézeaux.

 

p. xciv                                                                                                                                           INTRODUCTION.

lépreux, mendiants;

4. Ordonnances sur les moeurs;

5. Boissons et aliments;

6. Mélanges.

 

Chartes et privilèges des villes anglaises.

 

On ne devine pas au premier abord pourquoi les chartes de privilèges accordées aux autres villes anglaises étaient inscrites dans les registres de la mairie de Londres; mais cependant il est assez facile de s'expliquer ce fait. Londres avait une espèce de suprématie sur les autres villes du royaume: presque toutes les communes d'Angleterre étaient organisées à l'instar de la sienne; d'ailleurs, comme Londres était la plus puissante, et que sa position la rendait, alors comme aujourd'hui, le centre des affaires, la porte du commerce, s'il est permis de s'exprimer ainsi; les communes obtenant quelques privilèges étaient en quelque sorte obligées de faire enregistrer leurs chartes à Londres, pour qu'elles y fussent connues, et que celle-ci ne mît pas d'entraves à leur exécution. Londres regardait ce droit comme lui étant si bien reconnu, qu'indépendamment des sommes qu'elle ne manquait pas sans doute de se faire payer pour consentir à ces enregistrements, elle s'arrogeait quelquefois le droit de modifier ces chartes elles-mêmes. Je me bornerai à citer la charte de Colchester, qui ne fut acceptée par la commune de Londres qu'en ce qui concernait l'exemption du droit de muragio (1).

 

Police et voirie.

 

La plupart des ordonnances ou règlements de police étaient faits, comme je l'ai dit, au nom du Roi; mais indépendamment de ces règlements extraordinaires, chaque nouveau maire, en entrant en fonctions, faisait faire une proclamation qui rappelait ces règlements anciens, où les nouveaux magistrats romains faisaient connaitre les dispositions qu'ils voulaient maintenir, et les dispositions particulières qu'ils voulaient établir. Je n'ai point entrepris d'analyser les immenses documents de ce genre que renferment les registres de Guild-Hall; mais j'ai signalé quelques-uns de ceux qui m'ont paru les plus curieux.

A la date de 1310, on trouve une ordonnance du roi, que je laisse s'exprimer

 

(1) Pour donner une idée du nombre des chartes concernant les villes d'Angleterre qui se trouvent dans les registres de Guild-Hall, j'en ai fait un relevé qui n'est peut-être pas complet, mais peut néanmoins faire comprendre l'importance de cette partie des registres, si l'on songe que la plupart des chartes que je cite sont des confirmations, et renferment le texte de plusieurs autres chartes antérieures: Bedford, reg. G, fol. 30vo; Colchester, reg. E, fol. 117; Dublin, reg. G, fol. 236; Ipswich, reg. E, fol. 70vo; Lincoln, reg. G, fol. 242; Maldon, reg. G, fol. 68vo; Norwick, reg. G, fol. 88; reg. H, fol. 38vo, 54; Nothingham, reg. G, fol. 100vo; Oxford, reg. C., fol. 44vo, 141; reg. B, fol. 42; reg. E, fol. 202vo, 204; reg. F, 206, 208, 209; reg. G, fol. 33vo, reg. H, fol. 283vo, 314vo; Portsmouth, reg. C, fol. 44; Reading, reg. C, fol. 51; Wallingford, reg. C, fol. 40vo; Winchester, reg. F, fol. 23, 28; reg. G, fol. 39, 39ro; reg. H, fol. 280vo.

 

p. xcv                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

en son langage: « Pur ceo que sovente fees, myntes houres a este defendu de par le rey et de par le meyre... qe taillours qe avoyent forures de bones genfz a escower qe ils le escowassent de nuyt ou avant le jour, issi qe grants seignurs et bone gentz passantz par un chepe e en autres grantz ruwes de la Cite ne feussent par tiel manere de escower revuh ne desturbe de lur passage. E sur ceo home ne a pas uncore lesse de escower les forures en chepe e en autres grantz ruwes... ordine... qe nul taillur, ne pheliper, ne soit si os, ne si hardy de escower forures si nonn de nuyt, ou avant le aube de jour. E si par cas aviegne qe nul taillur eit tant a fere qe pur grant haste des busoygnes nostre seignour le roy, ou de aukun autre grant seignur q'il convient forures de jour escower, q'il les face escower en aukun morte venelle... ou nulz grantz seignurs ne sont passantz allants ne venants... E si nul soit si ose... soit son corps attache et mannde a la prison et illoqes demoere, issi q'il ne soit delivres sanz especial comandement nostre seignur le roy (1). »

 

La propreté des rues préoccupait constamment, mais, il faut l'avouer, assez infructueusement, les édiles de la Cité. Il est facile de s'en convaincre par leurs ordonnances elles-mêmes.

Un arrêté pour faire enlever les boues et bourriers s'exprime ainsi: « Pur ceo qe la gent de la vile fonnt porter le ordure qi est cuilhe en lour mesons e mettre en rues et en venelles la (où) il le deussent fere porter a Tamise (2). »

Un autre défend aux équarrisseurs d'écorcher des chevaux dans les rues (3). Je suis obligé de laisser s'exprimer en latin une ordonnance de 1355: Pro hiis latrinas super fossatum juxta Fleete habentibus et aliis sordis et fetidis in eundem pertinentibus (4).

 

Les ordonnances contre les pourceaux qu'on gardait dans les rues peuvent compléter la triste idée qu'on doit se faire de la propreté de la ville de Londres au moyen âge. Le passage suivant d'une de ces ordonnances m'a paru mériter d'être connu: « Rogerius de Wynton, rentarius domus sancti Antonini London. juratus fuit coram majore quod de cetera nullum porcum per vicos civitatis vagantem, nomine sancti Antonini tanquam elemosina dicte domui per aliquem caritatis intuitu collata advocabit, nec campanas aliquas collis porcorum suorum propriorum aut aliorum apponet pro se vel pro alium nec pro posse suo apponi permittet, nisi tantum modo illis porcis que caricature dicte domui dari contingent et hec sub periculo quod incumbit etc. (5). »

 

(1) Reg. D, fol. 108.

(2) Reg. C, fol. 96vo.

(3) Reg. D, fol. 127.

(4) Reg. G. fol. 40.

(5) Reg. D, fol. 122ro.

 

p. xcvi                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

Cependant on trouve dans les anciens registres de Guild-Hall plusieurs documents très anciens sur les fontaines et les aqueducs de Londres. Dès le douzième siècle, ces monuments excitaient l'admiration de W. Fitz Stephen. En 1237, le revenu d'une espèce d'abonnement, exigé de la corporation des marchands d'Amiens, était employé à conduire dans la ville de Londres les eaux des fontaines de Tyburn. Une ordonnance du quatorzième siècle argumente, à propos des réparations de certaines murailles, de la beauté et de l'embellissement que ces réparations procureront à la ville (1).

En 1349, à propos de la peste, dont les effets furent si violents, que quelques auteurs pensent qu'il y périt un dixième de la population, plusieurs mandements tâchèrent d'empêcher les émigrations, et surtout que les domestiques des deux sexes exigeassent des salaires exorbitants (2).

En juillet 1376, une ordonnance enjoignit à chaque alderman de veiller à ce que, pendant la grande sécheresse, chaque citoyen eût devant sa maison « un grant keve ou di tere vessel, plein de evve... pur socurer qe peril de feu n'aviegne, come ancienement estoit usé (3). »

 

Mezeaux, lépreux et mendiants.

 

On pourrait ranger dans la catégorie des actes qui intéressent la salubrité et la propreté de la ville, les règlements concernant les mendiants et les lépreux; c'est du moins ainsi qu'en avait jugé l'auteur du Liber niger; un des chapitres de son manuscrit est intitulé: De Judeis, leprosis, porcis et validis mendicis extra civitatem evacuandis.

Il semble résulter des termes d'un acte du 13 mars 1316 que, jusqu'à cette époque, les lépreux circulèrent librement dans Londres, cherchant par leurs fréquentes communications avec les personnes saines à augmenter le nombre de leurs malheureux camarades. Un des moyens dont ils se servaient dans ce but pourrait confirmer l'opinion de ceux qui pensent qu'on comprenait sous le nom de lèpre un mal généralement regardé comme inconnu au moyen âge; voici les termes du registre: Per carnales copulas cum mulieribus... sanos et sanas inficiunt (4). Quoi qu'il en soit, l'ordonnance prescrivait contre eux des mesures d'une telle inhumanité et sur des preuves si légères, que l'imagination s'effraye à l'idée des détestables abus qu'il a pu en résulter.

 

(1) Reg. F, fol. 17.

(2) Reg. F, fol. 108, 177, 178.

(3) Reg. H, fol. 37vo.

(4) Reg. F, fol. 116. Il n'est peut-être pas inutile d'ajouter que Froissart nomme la lèpre, dont mourut Robert-Bruce, la grosse maladie, et que dans les livres de médecine les plus anciens, où il est traité de la prétendue nouvelle maladie, son article suit immédiatement celui de la lèpre.

 

p. xcvii                                                                                              SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Heureusement la plupart des mesures du moyen âge n'étaient que des menaces qu'on appliquait quelquefois, il est vrai, à la rigueur, mais qui le plus souvent n'étaient pas même exécutées. On voit en effet en 1372 plusieurs délibérations de la commune contre un même individu lépreux, qui refusait obstinément de sortir de la ville (1). Il y a dans les registres de Guild-Hall une foule d'autres chartes, bulles, proclamations, etc., relatives aux lépreux et à l'hôpital Saint-Gilles (2).

Les mezeaux paraissent avoir été à Londres complètement distincts des lépreux. Jusqu'en 1346, les lépreux avaient librement circulé dans Londres, tandis que, dès 1332, les mezeaux étaient parqués, et leurs biens exempts d'impôts, selon qu'ils étaient administrés par un sovereyn mezel ou par un mestre sain. (Voy. chap. I, art. 2, n° 5.)

 

Ordonnances sur les moeurs.

 

Les règlements qui concernent les moeurs proprement dites sont en général peu nombreux et disséminés dans des proclamations concernant d'autres matières; mais on en trouve quelques-uns, vers le milieu du quatorzième siècle, qui méritent spécialement d'être cités.

Au mois de janvier 1351, on publia une ordonnance contre les comunes foles femes qui ont pris la gise d'estre vestu et attiree a lappareille des bones et nobles dames et damoiselles. L'ordonnance énumère les vêtements qu'il leur est défendu de porter, et leur assigne un costume particulier (3).

On trouve très souvent dans les registres la mention des peines infligées aux gens de mauvaises moeurs des deux sexes; quelques-unes sont curieuses, mais elles sont toutes soigneusement rapportées dans le liber niger et dans le liber Horn. D'après un de ces registres, il résulte qu'au quatorzième siècle les prostituées de Londres étaient presque toutes des femmes flamandes (4). Il y a des ordonnances contre les usuriers, contre les sorciers et les magiciens, contre ceux qui portent des visures ou faux visages, contre les jeux. Parmi ces derniers, une proclamation de 1365 fait remarquer qu'autrefois les nobles et les roturiers (ignobiles) ne s'amusaient dans leurs jeux qu'à s'exercer à tirer de l'arc, ce dont la pairie avait retiré un immense avantage dans ses guerres. Edward III défendait en conséquence tous les jeux inutiles ou honteux auxquels, disait-il, on avait pris l'habitude de s'adonner depuis quelque temps (5). Il désignait quelques-uns de ces jeux selon lui nouveaux;

 

(1) Reg. G, fol. 289.

(2) Reg. G, fol. 24, 27, 78, 192, etc.

(3) Reg. F, fol. 208.

(4) Reg. H, fol. 146vo.

(5) Reg. G, fol. 158.

 

p. cxviii                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

mais la plupart de ceux qu'il nommait étaient déjà en usage bien longtemps auparavant, et William Fitz-Stephen les citait presque tous comme existant au douzième siècle.

On peut encore ranger dans la classe des règlements sur les moeurs ceux qui défendent les tournois (1), et quelques autres ordonnances dont j'ai déjà eu l'occasion de parler, entre autres ces proclamations si souvent répétées pour que tout le monde soit rentré après le couvre-feu sonné, et qu'aucun marchand ne soit assez hardi pour étaler ses marchandises à vendre à la chandelle.

 

Boissons et aliments.

 

Les règlements sur les boissons et les autres aliments sont aussi très nombreux dans les archives de la Mairie de Londres; en voici quelques exemples:

En 1290, une proclamation défendit aux marchands d'enchérir le prix des vivres à l'occasion du parlement que le Roi se proposait de tenir. Le gallon de vin pur ne devait pas se payer plus de trois deniers, un gallon de cervoise pure plus d'un denier (2), et quatre pains plus d'un denier.

28 août 1309, le Roi s'opposa à une espèce d'accaparement entrepris par quelques riches particuliers qui envoyaient à quatre ou cinq lieues en avant de Londres attendre les marchands qui portaient des vivres, et les revendaient ensuite au peuple à un prix beaucoup plus élevé (3).

En 1320, au temps des vendanges, le vin était encore au même prix qu'en 1290; mais les taverniers se plaignirent: il était arrivé des vins du Kek qui s'étaient vendus 40 sous, 60 sous, et jusqu'à 5 marcs le tonneau; en sorte que les taverniers ne pouvaient le donner à moins de 4 deniers le gallon (4).

En 1352, les prix étaient bien différents: le vin de Gascogne pouvait se vendre 6 deniers le gallon, et le vin Remoys 8 deniers (5).

On trouve aussi des renseignements sur le prix des autres denrées. Le 2 mars 1315, une ordonnance royale avait ainsi fixé le prix des objets suivants:

 

1 boeuf gras.                                                                 16 sous (6).

1 vache grasse.                                                             12

l porc de deux ans.                                                       »                 40 deniers.

 

(1) Voy. entre autres: Liber Horn, fol. 101vo; reg. F, fol. 154; reg. G, fol. 6vo, etc.

(2) Reg. C, fol. 86.

(3) Reg. C, fol. 92.

(4) Reg. E, fol. 119.

(5) Reg. G, fol. 2vo.

(6) Reg. E, fol. 30. Quad melior bos, vivus, venalis, crassus, de grano non pastus, vendatur de cetero pro sexdecim solidos et non ultra, et si de grano pastus fuerit et sit crassus, pro viginti et quatuor solidos ad plus, tunc vendatur.

 

p. xcix                                                                                               SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

1 mouton avec sa laine.                                             » s.             20 d.

1 mouton tondu.                                                          »                 14

1 oie grasse.                                                                   »                 3

1 chapon gras.                                                              »                 2

1 poule, 2 poulets, 3 pigeons ou 20 oeufs.              »                 1

 

Le 5 décembre 1318, la commune de Londres envoya au Roi un présent qui avait coûté:

 

10 morceaux de boeuf salé (carcasia bovina).      7 liv.          10 s.

20 morceaux de porc.                                                 4                »

24 cygnes.                                                                     6                »

24 butors et hérons.                                                     4                4

10 douzaines de chapons.                                          »                 50

5 poids de cire.                                                              19              19

4 barils d'esturgeon.                                                     12              »

6 barils de brochets et 6 d'anguilles.                         »                 »           10 marcs.

 

Le présent destiné à la Reine était composé de la moitié des mêmes objets, et le tout avait coûté 85 livres 13 sous 6 deniers (1).

 

Mélanges.

 

J'ai réuni sous ce dernier titre quelques renseignements qui n'ont aucun rapport entre eux ni avec les notes qui les précèdent.

Dans presque tous les registres se trouvent des fragments de comptes des revenus de la ville. Ces comptes, d'abord informes et très succincts, se perfectionnent peu à peu, et se présentent enfin sous des formes parfaitement claires et intelligibles; mais ils n'acquièrent jamais un développement assez grand pour qu'il ne soit pas évident qu'il a dû en exister des registres spéciaux, et que je n'ai pas connus.

Le registre D contient la formule des différents serments que devaient prêter les divers officiers municipaux, et le registre C, plusieurs ordonnances sur la garde des portes de la ville, desquelles il résulte qu'au commencement du quatorzième siècle il y avait à Londres sept portes, gardées chacune par 24 hommes d'armes (2). On y voit aussi des détails curieux sur le vol du trésor royal, audacieusement effectué en plein jour, en 1275, par quelques moines de l'abbaye même de Westminster (3).

 

(1) Reg. E. J'ai cité, chap. I. art. 2, §3, l'estimation de quelques objets mobiliers, et je citerai dans la 3e partie, aux articles consacrés au commerce, aux armements, aux finances, etc., la valeur du fret des navires, le prix des chevaux, des armures, etc., etc.

(2) Reg. C, fol. 93vo.

(3) Reg. C, fol.78vo. Ces détails complètent les nombreux documents publics, sur cet événement singulier, par sir Francis Palgrave: Kalendars and inventories, tom. 1, fol. 231.

 

p. c                                                                                                                                                 INTRODUCTION.

 

Le registre H contient une délibération de la commune en 1381, ordonnant la confection d'un nouveau sceau, l'ancien étant trop petit, trop grossier et trop vieux. La description très longue et très compliquée de tout ce qui doit être représenté dans le nouveau sceau est jointe à la délibération (1). Il ne sera peut-être pas inutile de faire remarquer à cette occasion que l'usage des sceaux était répandu au moyen âge jusque dans les classes du plus bas étage. On en trouve des preuves nombreuses dans les registres de Guild-Hall. Je me contenterai de rapporter l'exemple d'un tavernier qui perdit le sceau dont il se servait, et fit publier qu'il ne serait plus désormais obligé par ce sceau (2).

Un autre registre nous apprend que le Roi fit consulter le Domesday-book en 1428, pour savoir si la ville n'avait pas autrefois fait partie du domaine royal (3).

Les documents sur l'armement et l'équipement des armées sont fréquents dans les registres. J'en citerai quelques-uns dans la troisième partie de cette introduction. Je réserve également pour la troisième partie, chapitre IX, tout ce que j'ai à dire sur la fabrication et le prix des diverses monnaies.

Il est probablement inutile d'ajouter combien on trouve de renseignements pour l'histoire ecclésiastique dans les archives de la capitale d'un peuple où les querelles religieuses ont toujours eu le privilège d'agiter si violemment les esprits; je me bornerai à signaler la lettre par laquelle la commune de Londres annonce au Roi, le 22 août 1415, qu'elle avait livré à l'évêque de Londres le chef des lollards, ce patriarche de dépravation, nommé Jean Cleydon, et qu'elle contribuerait de tout son pouvoir à son supplice et à celui de ses émules (4).

Mais je ne dois pas oublier de dire que, quoiqu'une phraséologie d'étiquette y tienne trop souvent la place du récit des faits, une des parties les plus intéressantes des registres de Guild-Hall est, sans contredit, la correspondance que les rois d'Angleterre ou leurs ministres entretenaient, pendant leurs voyages, avec la commune de Londres. J'ai parlé ailleurs des lettres qui concernent les événements arrivés en France; mais je crois devoir ajouter ici qu'il existe en outre dans les registres un assez bon nombre de lettres concernant les guerres d'Ecosse, d'Irlande, etc., qui mériteraient d'être connues. Je me bornerai à citer celle que l'évêque de Chichester, trésorier du Roi, écrivit en 1290 à la commune de Londres, pour lui annoncer la grande victoire remportée près d'Edimbourg (5).

Ces registres nous offrent aussi un exemple des bizarreries que peut entraîner

 

(1) Reg. H, fol. 132vo. Il existe, dans les archives de la mairie de Bordeaux, une empreinte en cire rouge, assez bien conservée, du sceau de la commune de Londres en 1446.

(2) Reg. C, fol. 56.

(3) Reg. K, fol. 59vo.

(4) Reg. I, fol. 153.

(5) Reg. B, fol. 24.

 

p. ci                                                                                                    SECONDE PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

l'observation rigoureuse de l'étiquette. On y voit la copie de la lettre que la reine Catherine, accouchée à Wyndsor le soir à quatre heures, écrivit le même jour, 6 décembre 1421, à la commune de Londres pour lui apprendre qu'elle était accouchée d'un enfant mâle. Quelque temps après, le 1er octobre 1422, on trouve la lettre que ce même enfant, âgé de neuf mois à peine, écrivit à la commune pour lui apprendre qu'il venait de monter sur le trône, et qu'il avait convoqué son parlement (1).

Les archives de la Mairie de Londres fournissent une foule de renseignements pour l'histoire généalogique de la noblesse. Les maires, gardiens, vicomtes, aldermen, etc., malgré leurs titres de merciers, poissonniers, orfèvres, etc., faisaient souvent partie de la classe privilégiée, ou plus tard y étaient admis (2). Tandis que des noms appartenant à la noblesse se trouvent mentionnés dans des actes qui paraissent n'intéresser que des marchands (Voyez n° LXXVIII).

On devine combien doivent être nombreux les renseignements sur l'histoire commerciale d'une ville dont les archives intéressent toutes, de près ou de loin, quelques-unes des différentes branches du commerce. Il suffira, pour en donner une idée, de rappeler que tous les statuts des corporations et des métiers dont j'ai parlé sont conservés dans ces archives; que les ordonnances et règlements sur les poids, les mesures, les monnaies; la vente des denrées, des marchandises, des boissons, des vivres, etc., encombrent les registres, et qu'on y trouve toutes les concessions de ghildes de marchands, non seulement à Londres, mais dans presque toutes les villes d'Angleterre; des renseignements sur les rapports qui existaient entre Londres et les principales villes et provinces de l'Angleterre, de la France et des autres contrées de l'Europe. Je me borne donc à le rappeler ici, et à renvoyer pour de plus amples renseignements aux divers articles de la troisième partie, où il est traité des différentes provinces de France, et surtout au chapitre intitulé: Histoire commerciale.

Enfin les archives de Guild-Hall offrent des renseignements si variés, que quelques-uns intéressent même les sciences naturelles; ainsi on y trouve, à la date du 4 novembre 1364, un acte intitulé Breve pro bestia de terra Egypti, vocata Oure. Le Roi écrivait au maire en faveur de son animal [quemdam bestiam nostram]. Il avait appris que les habitants de Londres formaient le projet de maltraiter les deux citoyens auxquels la garde de cet animal extraordinaire avait été confiée, et de tuer la bête elle-même (dictam bestiam atrociter interficiendam). Il lui mandait on conséquence de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre la bête et ses

 

(1) Reg. I, fol. 257,282ro.

(2) Maintenant encore, le maire de Londres qui est en fonction lors de la naissance du prince de Galles est nomme chevalier, et c'est à cette circonstance que l'honorable John Piric, lord-maire en 1842, doit d'avoir été élevé au rang de baronnet.

 

p. cii                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

gardiens, désormais sous sa protection spéciale (1). Les rois d'Angleterre entretenaient dès lors une ménagerie à la Tour de Londres, ainsi qu'on en trouve la preuve dans les actes publiés par les soins de la commission des archives d'Angleterre; mais cet oure, dont le nom ne se rencontre point dans les nomenclatures des animaux connus au moyen âge, était probablement une bête extraordinaire gardée à part dans la ville, et à l'existence de laquelle s'étaient attachées quelques idées superstitieuses.

C'est certainement une grande gloire pour la commune de Londres de posséder des archives non seulement plus complètes que celles d'aucune autre ville, mais que ces archives renferment on peut dire les titres de la nation elle-même, et non pas seulement en copies incorrectes, partielles ou accidentelles, mais réguliers, authentiques et plus complets que dans aucun des dépôts d'après lesquels on les a publiés. L'intérêt que présentaient les faits qui passaient sous mes yeux m'a entraîné à donner peut-être trop d'étendue à l'analyse de ces registres; cependant je n'ai pas la prétention d'avoir fait connaître parfaitement ces archives, encore moins d'avoir su y voir tous les faits curieux qui s'y trouvent; j'ai seulement essayé d'indiquer la richesse et l'abondance des matériaux qu'ils peuvent fournir.

Les archives de la Mairie de Londres renferment pour son histoire des ressources pour ainsi dire inépuisables; mais tant que ces registres ne seront pas imprimés, elles ne pourront jamais être consultées avec fruit. Si donc Londres veut avoir quelque jour une histoire de sa glorieuse existence, elle doit avant tout songer à la publication de ses registres historiques. L'entreprise n'est pas aussi immense qu'on pourrait le penser: cinq ou six volumes y suffiraient amplement, et seulement alors la Cité pourrait croire avoir réellement mis ses archives à l'abri de toutes les causes de destruction; seulement alors elle pourrait espérer de voir un homme de génie essayer de lui donner enfin une histoire complète et vraiment digne de son sujet.

 

(1) Reg. G, fol. 140.

 

p. ciii                                                                                                  SECONDE PARTIE, CHAPITRE II.

 

CHAPITRE II.

Archives du duché de Lancastre (lancaster office).

 

Le duché de Lancastre fait aujourd'hui partie du domaine de la reine d'Angleterre; mais l'administration et les archives de ce duché sont complètement distinctes de celles des autres domaines de la couronne. Cependant de l'antique habitation des ducs de Lancastre, située à la porte occidentale de Londres, sur les bords du fleuve, entre Westminster et la Cité, et qui se trouverait occuper aujourd'hui le centre même de la métropole, il ne subsiste plus rien, pas même des ruines. Quelques noms de rues rappellent seuls l'emplacement qu'occupait autrefois le manoir de la Savoie. Du reste l'histoire de ce palais, château, manoir, sauveté ou liberté de la Savoie, n'est pas sans intérêt pour nous. S'il faut en croire quelques auteurs, il avait été construit sur l'emplacement même de l'habitation du célèbre Simon de Montfort, comte de Leycester, par Pierre, comte de Savoie et de Richemond, frère de Béatrix de Provence, et par conséquent oncle de saint Louis et de Henri III. Plus tard il fut habité pendant six années par un de nos rois prisonnier, le roi Jean, auquel il avait été assigné comme le plus beau manoir de l'Angleterre.

Quoi qu'il en soit, les archives du duché de Lancastre sont conservées aujourd'hui dans un bâtiment construit exprès, et à l'épreuve du feu, sur l'emplacement de l'ancienne liberté de la Savoie, à l'extrémité septentrionale du pont de Waterloo. L'entrée de ces archives n'est pas publique; mais, grâce à l'obligeante intervention de M. Dawes Danvers, secrétaire de la chancellerie du duché, et je puis dire à l'amitié de M. William Hardy, archiviste aussi savant que modeste, je n'eus besoin d'aucune recommandation pour y être admis, et tout ce que ce dépôt contenait de curieux me fut communiqué avec une obligeance et une gracieuseté dont je ne saurais trop me louer.

Plusieurs ducs de Lancastre ont, comme on le sait, gouverné quelques-unes de nos provinces, ou ont joué un rôle important à la tête des armées qui combattirent en France; je pouvais donc espérer de rencontrer dans leurs archives des renseignements curieux sur les opérations de ces armées, et surtout y trouver des documents sur les dernières années du quatorzième siècle, époque curieuse, où l'on vit les seigneurs de Guyenne s'armer des ordonnances du Roi pour résister aux volontés formelles de ce même roi, et le duc de Lancastre, auquel le duché d'Aquitaine venait d'être donné, obligé d'accorder concession sur concession à ses nouveaux sujets, pour être reconnu par eux. Mais ces archives n'ont pas été tenues, à toutes

 

p. civ                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

les époques, avec le même soin qu'elles le sont aujourd'hui; le registre le plus important pour moi, celui où je devais trouver les renseignements les plus curieux, n'existe plus depuis longtemps.

Du reste, comme je devais m'y attendre, la plus grande partie des archives du duché de Lancastre se compose de documents modernes et relatifs à l'administration d'un domaine particulier. J'ai parcouru toutes les pièces que leur ancienneté et leur nature peuvent faire nommer historiques; mais le tout se borne à une collection de chartes originales des rois, dont il existe un catalogue remarquablement bien fait, et une suite incomplète de registres ou cartulaires des ducs antérieurs à la deuxième moitié du quinzième siècle.

Des circonstances fortuites m'ont empêché de visiter une portion des archives du duché de Lancastre, où se trouvent probablement quelques documents qui peuvent intéresser la France; c'est la partie classée sous ce titre: Miscellaneous records deposited in the lower record's room. La huitième division de ces Miscellaneous records, intitulée: Minuter's accounts, remonte à l'époque de Richard II: on pourrait donc y trouver des détails sur les recettes, ou plutôt sur les dépenses faites en France par les ducs de Lancastre, les comtes de Derby, etc. Il y a aussi plusieurs comptes des receveurs de Calais du temps de Henri VII; mais tous ces documents étaient pêle-mêle à cause des réparations qu'on exécutait alors dans cette partie du bâtiment des archives, et je n'ai pu les parcourir.

La plupart des actes que j'ai transcrits dans les archives du duché de Lancastre ne mentionnent que des dons, des payements de gages, des dépenses, etc., faits ou ordonnés en France ou pour des Français; j'y ai cependant rencontré quelques documents d'un intérêt véritablement historique, et qu'on ne s'attendait guère à trouver dans ces archives. Leur liste est indiquée à la table des matières.

Je n'ai pas à signaler les ressources que ce dépôt peut fournir à l'histoire de l'Angleterre, et l'on devine assez combien de renseignements utiles ou curieux doivent être contenus dans les archives d'une maison aussi puissante que celle des ducs de Lancastre; mais je crois cependant devoir indiquer comme curiosité paléographique deux volumes d'une belle écriture du quatorzième siècle, et contenant les cartulaires des seigneuries possédées en 1397 par le duc de Lancastre. On n'a jamais, que je sache, poussé plus loin le luxe de l'exécution dans ce genre de manuscrits. La première page de chacune des divisions des volumes est ornée d'une magnifique vignette, renfermant dans ses enroulements les armoiries des différentes seigneuries du duc de Lancastre. Chaque pièce, chaque alinéa, est orné d'une lettre peinte enrichie d'or, etc.; enfin on y a déployé une telle magnificence, que dans certains passages où il est rendu compte des redevances de diverses localités, il y a tant de dorures, tant de dessins, tant de lettres ornées, que bien certainement la dépense

 

p. cv                                                                                                  SECONDE PARTIE, CHAPITRE II.

que dut occasionner une transcription si somptueuse dépassa de beaucoup les revenus des fiefs qui y étaient mentionnés.

Les feuillets de garde du deuxième volume contiennent en outre le dessin en grand des bannières des seigneuries de la maison de Lancastre. Dans ces bannières comme dans les armoiries qui se trouvent dans les vignettes, l'écusson de la seigneurie de Bergerac s'y distingue par deux pattes de griffon de sable sur un champ d'or.

 

p. cvi                                                                                                                                              INTRODUCTION

 

CHAPITRE III.

Bibliothèque des Avocats de Londres (Lincoln's-Inn library).

 

Les avocats de Londres possèdent à Lincoln's-inn une bibliothèque considérable, dont le catalogue imprimé signale un grand nombre de documents qui concernent la France. M. Charles Purton Cooper, secrétaire de l'ancienne commission des archives d'Angleterre, orientaliste, historien et savant jurisconsulte, voulut bien faire les démarches nécessaires pour m'obtenir l'entrée de cette bibliothèque, et sur sa recommandation, j'y fus reçu avec la même politesse et la même obligeance que j'avais déjà rencontrées chez les archivistes et bibliothécaires anglais.

Malheureusement le résultat de mes investigations ne répondit pas aux espérances que la lecture du catalogue m'avait données. Les documents signalés existent bien réellement; mais ce ne sont que des copies, dépourvues pour la plupart de tout caractère d'authenticité, et dont les originaux se retrouvent à la Tour, au Musée et dans d'autres dépôts, où l'on peut encore les consulter. Les copies de Lincoln's-inn ne peuvent servir, après avoir épuisé les dépôts où elles ont été transcrites, qu'à vérifier si, depuis cette époque, quelques-uns de ces documents n'ont pas été égarés ou détruits.

Mon travail à Lincoln's-inn a donc été bientôt terminé; cependant j'y ai trouvé quelques manuscrits originaux auxquels j'ai consacré des notices, qu'on trouvera dans la troisième partie de cette introduction, au chapitre III.

 

p. cvii                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

CHAPITRE IV.

Archives de l'Echiquier. Première partie, (Chapter-House).

 

Depuis les dernières années du dix-septième siècle, une portion des archives de l'Echiquier est déposée dans l'ancienne salle du chapitre de Westminster. Attenant aux cloîtres et à l'église, cet édifice répondait par sa splendeur à la magnificence de toute l'abbaye, et ce qui en reste est encore un des plus curieux monuments de l'architecture ogivale.

Autour d'une vaste salle octogone, dont la hauteur surpassait deux ou trois fois la largeur, une rangée d'arceaux uniformes divisait par des ciselures de marbre les différents compartiments d'un mur entièrement couvert de dorures et de peintures à fresque. Quelques fragments de ces peintures allégoriques et mystiques subsistent encore aujourd'hui, et dans l'un d'eux une tête de femme est si parfaitement belle, qu'on peut se demander si jamais les ruines de l'Italie et de la Grèce nous ont rien laissé de plus beau. Le parquet de la salle, couvert de carreaux vernis, formait une vaste mosaïque, où d'innombrables dessins se détachaient en jaune d'or sur un fond de brun rouge; puis, au centre de toutes ces richesses et de tous ces chefs-d'oeuvre, un élégant pilier, formé d'un faisceau de colonnettes légères, s'élançait du sol inflexible et gracieux, et montait jusqu'au faîte. Les nervures des voûtes, rayonnant de ce centre comme les épis d'une gerbe gigantesque, allaient s'épanouir sur les vastes angles des murs, et portaient, suspendus à leurs flexibles rameaux, les immenses festons des baies. Par ces larges baies pénétrait de tous côtés la lumière comme une pluie nuancée des plus brillantes couleurs, qui retombant scintillante et muette sur les arceaux sculptés, ruisselait le long des murailles couvertes de peintures et d'or, et semblait inonder des reflets les plus chatoyants du prisme, le parquet diapré de cette merveilleuse enceinte.

Il faut aujourd'hui toutes les ressources de l'imagination pour se représenter ce qu'avait été Chapter-House, car les choses ont bien changé depuis que les moines au sévère costume ne viennent plus animer de leur présence les solitudes de Westminster. La réforme d'abord, plus tard les soldats de Cromwell, puis toujours le manque de soins, ont rendu presque méconnaissable l'ancienne salle de l'abbaye royale. Déjà les voûtes s'étaient affaissées, les baies avaient été murées, et le pilier, redressé malgré lui, servait d'appui à l'ignoble charpente d'un grenier, lorsqu'on eut la malheureuse pensée de se servir de Chapter-House, et d'y enfermer une masse énorme de parchemins et de papiers noircis. Des échafaudages hideux se dressèrent contre les murs, au milieu de la salle, partout. Ce qui restait encore des mosaïques

 

p. cviii                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

et des peintures allait périr sans retour, si, par un reste de pudeur, ceux qui avaient eu l'idée d'utiliser ces ruines n'avaient heureusement voilé ces précieuses reliques derrière un plancher protecteur.

Espérons, dans l'intérêt réuni de l'art et de l'histoire, que les Anglais s'apercevront enfin qu'en utilisant mesquinement ces ruines vénérables, en renfermant, s'il est permis de s'exprimer ainsi, les archives scientifiques dans les archives de l'art, ils ont sacrifié non pas seulement l'un à l'autre, mais l'un et l'autre. La France leur a donné un bel exemple à la Sainte-Chapelle de Paris; qu'ils délivrent, eux aussi, Chapter-House de leurs archives, et leurs archives de Chapter-House.

Les diverses classes de documents conservés à Chapter-House proviennent toutes des archives de l'Echiquier; mais les nombreux déplacements qu'elles ont éprouvés depuis un siècle rendent d'autant plus difficile de dire à quels dépôts successifs ces actes ont appartenu, que la plupart d'entre eux n'étaient pas alors et ne sont pas encore aujourd'hui complètement inventoriés. D'ailleurs, tout ce qui pouvait être recueilli d'une manière certaine sur l'origine de ce dépôt, le classement des archives qu'il contient, etc., a été dit aussi complètement qu'on peut le désirer, par sir Francis Palgrave (1). Quoique l'histoire des archives soit bien certainement une des parties les plus curieuses de l'étude de la diplomatique, le point le plus important pour nous est de connaître, non pas les vicissitudes auxquelles ces archives ont échappé, mais ce qui en reste et ce qu'elles renferment d'intéressant pour l'histoire de notre patrie.

Sous ce rapport encore, une notice sur les archives de Chapter-House est très difficile à faire, non seulement à cause de leur immensité (2), non seulement parce qu'elles ne sont pas encore toutes inventoriées, mais parce que le gardien actuel des archives de S.M.B., tout en s'occupant de la conservation, du dépouillement et du classement de ces archives, autant que le lui permettent les ressources trop faibles dont il dispose (3) et les besoins journaliers du service, poursuit avec une activité et un zèle non moins louables la centralisation et la réunion en un seul dépôt des archives confiées à sa garde, et qui sont encore répandues sur toute la superficie de la métropole. Ainsi, tel document qui se trouve aujourd'hui à Westminster n'y sera

 

(1) Kalendars and inventories of his Majesty exchequer. London. 1836, in-8°, page XV à CXXIX, et dans les rapports que le député gardien des archives de S.M. Britannique présenta en 1840 à la chambre des communes d'Angleterre.

(2) J'ai mesuré la masse effrayante des parchemins, connus ou inconnus, sous les noms de writs, fines, court of wards, king's bench, miscellanea, etc., qui sont entassés à Chapter-House, entre des piliers provisoires, à peu près comme les hectolitres de farine sont entassés entre les piliers de la halle aux blés de Paris, sans que rien vienne interrompre l'immense circulation d'air, de fumée et de poussière qui agit, et surtout à Londres, d'une manière si déplorable sur les archives; son ensemble s'élève à plus de cinq cents mètres cubes.

(3) Il n'y a que trois employés à Chapter-House.

 

p. cix                                                                                                 SECONDE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

peut-être plus dans un mois: déjà une très grande partie des archives que j'avais vues à Chapter-House à mon premier voyage, n'y étaient plus quand j'y suis revenu, et peut-être qu'avant un an ou deux le reste de ces documents voyageurs aura quitté aussi le dépôt où il est maintenant pour se transporter dans la grande tour qu'on leur élève à côté du nouveau palais des deux chambres du parlement.

Brequigny avait visité les archives de Chapter-House; mais elles ne contenaient pas alors les documents qu'elles renferment aujourd'hui et ne les contiendront peut-être plus au moment où ces lignes seront imprimées. Il est donc inutile de donner une notice exacte des différentes sortes de documents qui composent les archives de Chapter-House; mais en me conformant au plan de travail que je me suis imposé, et donnant une description des séries que j'ai visitées, il sera toujours très facile de les reconnaître, qu'elles restent à Chapter-House ou soient transportées ailleurs. Je commence donc par décrire les parties que j'ai visitées.

Arrivé trop tard à l'Echiquier pour qu'il me fût possible de dépouiller complètement l'énorme ensemble des archives qu'il renferme, je me suis borné à jeter un coup d'oeil sur quelques-unes des séries où j'espérais trouver le plus de documents intéressants pour l'histoire de France. J'en ai extrait, comme une sorte de spécimen, quelques documents qui m'ont servi à compléter ce volume, et pour qu'on puisse plus aisément se faire une idée de l'importance des richesses historiques de Chapter-House, je donne ici, dans les pages qui suivent, la liste de tous les documents curieux pour notre histoire, qu'un premier examen m'a fait découvrir.

Il y a à Chapter-House un assez grand nombre de catalogues des actes qui servent journellement dans les procès et des autres transactions entre particuliers. Ce sont ces catalogues qui avaient excité l'admiration de Brequigny lorsqu'il visita les archives de l'Echiquier; mais ils ne peuvent être d'aucune utilité pour ce qui concerne notre histoire. Les catalogues des pièces purement historiques sont loin d'être terminés; mais on y a beaucoup travaillé dans ces derniers temps: un assez bon nombre de divisions sont déjà faites, et d'autres sont en bonne voie d'exécution.

Les archives de Chapter-House sont divisées en séries désignées chacune par une lettre de l'alphabet. Je n'ai eu le temps de visiter que les séries désignées par les lettres A, B, C, E, F, L, Bs, et par les mots Pell Rolls.

Dans ces différentes séries, j'ai transcrit presque au hasard, et comme spécimen de l'intérêt que ces archives peuvent présenter, quelques documents que j'ai publiés, quoique à regret, et seulement pour terminer ce volume, parce que quelques-uns, isolés et perdus, s'il est permis de s'exprimer ainsi, au milieu de pièces avec lesquelles ils n'ont aucun rapport, décompléteront les séries de documents qu'on peut extraire de Chapter-House; mais on m'excusera d'avoir fait fléchir en cette occasion la sévérité du plan auquel je me suis astreint, si l'on considère qu'au moyen des notes

 

p. cx                                                                                                                                               INTRODUCTION.

 

que je donne il sera toujours facile de retrouver les documents de chaqne série que j'ai publiés.

Je vais donc consacrer une notice à l'ensemble de chacune des séries visitées; puis en trouvera réunis dans une seule liste chronologique le catalogue de tous les documents français que j'ai aperçus, mais n'ai pas eu le temps d'examiner avec attention.

Les séries désignées par les lettres A, B, C, forment ce qu'on appelle library, mais ne renferment point une bibliothèque proprement dite: c'est une collection de documents isolés, réunis et conservés au moyen d'une reliure. Presque aucun de ces volumes ne présente un caractère littéraire qui me permette de lui consacrer une notice à part dans la troisième partie de cette introduction. Ils sont tous formés de documents primitivement isolés, rassemblés et reliés à mesure qu'on les retrouvait, mais qu'il faudra isoler de nouveau pour les publier selon le rang que leur assignera leur date. Cette collection est excessivement riche en documents relatifs à l'époque de Henri VIII, et renferme une grande quantité de pièces relatives à la France; mais comme cette série peut s'augmenter à chaque instant des découvertes qu'amène le travail journalier de MM. les employés de Chapter-House, j'ai noté avec soin le nombre des volumes de chaque division et subdivision que j'ai vus, pour qu'on ne soit plus obligé de revenir sur un travail déjà fait.

La série A se composait, quand je l'ai visitée, de six sections; la Ire contenant 25 numéros, la IIe 31, la IIIe 27, la IVe 40, la Ve 24, la VIe 33; en tout 180 volumes.

La série B avait cinq divisions; la Ire de 26 numéros, la IIe 24, la IIIe 26, la IVe 27, la Ve 23; en tout 126 volumes.

La série C ne formait que deux sections; la Ire contenant 19 numéros, et la VIe 12; en tout 31 volumes. Ces deux sections ont été cotées I et VI, parce que les sections intermédiaires sont remplies par 77 boites en cuir de Russie, confectionnées exprès pour les chartes qu'elles renferment, et par conséquent d'inégales grandeurs, mais qui ne portent d'autre cote que la date imprimée sur leur couverture.

La série E F, consacrée aux documents étrangers à l'Angleterre, était alors composée de 1180 numéros catalogués, et de quatre boites de documents étrangers qui n'étaient pas encore inventoriées. Cette collection contient évidemment un grand nombre de pièces qui nous intéressent; mais plusieurs ont déjà été imprimées, entre autres par Rymer, et je n'en ai pas fait le dépouillement; j'en ai extrait une seule pièce, que M. Augustin Thierry avait spécialement demandée (n° CCVII).

La série L, dont j'ai seulement inventorié les catalogues, ne contient que des comptes de dépenses et de recettes: elle est composée d'un très grand nombre de

 

p. cxi                                                                                                 SECONDE PARTIE, CHAPITRE IV.

subdivisions dont plusieurs intéressent la France et surtout les provinces d'Aquitaine et de Ponthieu. On en trouvera la liste ci-après.

La série B, l'une des moins importantes des archives de Chapter-House, est certainement la plus bizarre collection que jamais conservateur des archives ait eu idée de former. Un des prédécesseurs de sir Francis Palgrave ― je n'ai point cherché à savoir son nom, ― se trouvant entouré de tant du richesses paléographiques, finit par se blaser sur leur importance, et n'attacha plus de prix qu'aux morceaux de cire qui les accompagnent. En conséquence, muni d'une grande quantité de boites en bois de toutes les grandeurs et de toutes les formes, il y renferma tous les sceaux dont il put faire collection, et quand il arriva que la charte à laquelle le sceau était appendu se trouva trop volumineuse pour entrer commodément dans la boîte, il la plia, bourra et tamponna de manière à ce qu'elle fit place et servît de coussin à son sceau. En attendant de pouvoir porter un remède plus efficace à la barbarie de son prédécesseur, le gardien actuel des archives a fait faire un catalogue de ces documents, et ce catalogue permettra de restituer aisément chaque pièce aux collections dont on les a enlevées.

Cette série est divisée en plusieurs sections: l'une d'elles est consacrée aux sceaux inconnus ou brisés; une autre, c'est la plus raisonnable, renferme tous les actes par lesquels les évêques et abbés d'Angleterre reconnurent, en 1554, la suprématie de Henri VIII. Il y en a 200. Tous les autres sceaux, qu'ils soient ou non accompagnés de leur charte, sont placés je ne sais dans quel ordre. Quelques-uns remontent jusqu'à Richard Coeur-de-lion; mais je n'ai trouvé dans cette collection que trois actes qui concernent la France. Heureusement, ou malheureusement, ― ici je ne sais quelle est l'expression que je dois employer, ― le collecteur n'avait pas compris dans sa collection les sceaux en or, qui se trouvaient autrefois en assez grand nombre dans les archives de l'Echiquier. (Voyez Palgrave, Kalendars and inventories, p. XX.) Dans le petit nombre de ceux-ci qu'on retrouve encore à Chapter-House, est celui d'Alphonse, roi de Castille, lorsque ce roi céda au fils aîné de Henri III ses droits sur la Gascogne. Le plus moderne et le plus beau est celui de François Ier, attaché au traité de paix du 18 août 1527. (Voy. n° CDLXII).

La série désignée sous le nom de Pell Rolls contient environ 1050 rouleaux de parchemin où sont transcrits, année par année, les revenus et les dépenses des rois d'Angleterre de 1250 à 1550. Toutes ces pièces sont cataloguées; mais le catalogue indique seulement le nom du trésorier et la date de l'année, en sorte qu'il faut parcourir un à un chacun de ces rôles pour y découvrir les articles qui peuvent, intéresser notre histoire.

M. Frédéric Devon, directeur des archives de Chapter-House, frappé de l'importance de cette collection, mais n'osant entreprendre à ses frais la publication d'un

 

p. cxii                                                                                                                                             INTRODUCTION.

aussi grand nombre de pièces, a rassemblé dans un volume in-8° les extraits des actes qui lui ont paru présenter le plus d'intérêt (1); puis il y a publié en entier, comme spécimen de ces documents, les comptes de l'an 1370. Cette seule pièce forme un in-octavo de 493 pages (2). Il ne faut pas cependant se laisser effrayer de l'immensité du travail que semble présenter le dépouillement d'une pareille collection: sur les trois siècles qu'elle embrasse, le dernier tout entier est postérieur à l'époque où les Anglais perdirent leurs dernières possessions dans les provinces françaises. Il ne resterait donc à dépouiller, dans l'intérêt de notre histoire, que les deux tiers de cette collection, et une fois qu'on aurait acquis un peu d'habitude de ces documents, on pourrait parcourir, sans les étudier à fond, les quatre cinquièmes au moins des articles qui les composent.

Le hasard m'ayant fait découvrir dans cette collection quelques documents intéressants pour la France, je les ai notés dans le catalogue qui suit.

 

CATALOGUE DES DOCUMENTS OU DES COLLECTIONS DE DOCUMENTS

qui intéressent l'histoire de France,

dans les diverses parties des archives de l'Echiquier

que j'ai visitées (1).

 

XIIe SIÈCLE.

Rôles Normands; deux boîtes, voyez n° III.

 

XIIIe SIÈCLE.

1270. Dépenses, etc., d'une ambassade de Londres à Constantinople, L. 1. XI. n° 1. Il est inutile de signaler tout l'intérêt que cette pièce pourrait offrir aux historiens des Croisades.

1271. Février. Vente par Robert, abbé de Sainte-Marie de Lyra, à Adam de Stratton, moyennant 80 marcs sterling, de tous les revenus que son abbaye possède en Angleterre. Be 3. 116.

1279. Comptes du comté de Ponthieu. L. 2. 10. 2.

1280. Novembre. Confirmation par Simon, prieur de la Charité de l'ordre de Cluny, des concessions faites à Adam de Stratton. Be. 1. 43. - Le sceau porte tous les caractères d'une haute antiquité. Une femme assise, en profil, tient sur ses genoux un enfant nu; derrière elle se voit un ange ailé et nimbé, et devant, une autre femme à genoux semble adorer l'enfant. Au-dessus, dans le champ, on lit ces caractères GMM. Le contre-sceau est une tête de Christ nimbée avec cette inscription: Caput nostrum cr....uses.

1281 à 1287. Necessaria regis Edwardi. Dépenses du roi pendant son séjour en France. Manuscrit sur parchemin de 65 fol. A. 1. 22.

 

(1) Le petit nombre de pièces que j'ai publiées sont suivies de l'indication de leur numéro d'ordre dans ce volume.

 

p. cxiii                                                                                               SECONDE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

1289 à 1300. Recettes de Ponthieu faites par Renaud Berard. L. 1. 5. 1.

1298. Juin. Lettres du roi de France sur l'observation des trêves avec l'Angleterre et l'Ecosse. C. 2. boîtes.

1298. 1299. Garderoba: Manuscrits sur parchemin de 111 folios. A. 4. 7.

1299. Comptes des receveurs du Ponthieu. L. 1. 6. Nos 20 et 21.

 

XIIIe siècle.

Mandements du sceau privé des rois d'Angleterre, de Henri III à Henri IV. 988 pièces qui, la plupart, intéressent la France. B. 5. 21.

 

XIIIe et XIVe siècle.

Boîte ne portant d'autre désignation que le signe 6, et contenant dans 24 enveloppes, marquées des lettres de l'alphabet, 88 lettres ou rapports des agents des rois d'Angleterre en France. Presque toutes ces pièces sont sans date. C. 6.

 

XIVe SIÈCLE.

1300. Comptes du bailliage d'Abbeville. L. 1. 4. 1.

1300. Payements faits à divers citoyens, tant de Bayonne que d'Aragon, Catalogne, etc. Pell rolls. fol. 17 du catalogue.

1301. Recettes du bailliage de Crécy. L. 1. 6. Nos 1, 2, 3.

Id. Dépenses du receveur du Pontbieu. L. 1. 6. N° 7.

Id. Comptes du bailliage d'Abbeville. L. 1. 6. N° 17.

1302. Dépenses du seigneur de Varennes, étant à l'armée de Flandre, pour le comte de Ponthieu. L. 1. 4. 2.

Id. Recettes du bailli de Vauban. L. 1. 5. 2.

Id. Comptes des forestiers de Crécy. L. 1. 6. 5.

Id. Comptes des receveurs du Pontbieu. L. 2. 10. 1.

1303. Demandes des Friscobaldi aux receveurs du Ponthieu. L. 1. 4. 3.

Id. Déchais des rentes du Ponthieu. L. 1. 4. 4.

Id. Dépenses faites à Abbeville. L. 1. 5. 3.

Id. Demandes des Friscobaldi en Ponthieu. L. 1. 5. 4.

Id. Ouvrages et dépenses à Crécy et au Crotoy pour les tourbières, les messagers, etc. L. 1. 6. N° 4, 6, 7, 8.

Id. Comptes des receveurs du Ponthieu. L. 1. 6. 18.

1305. Comptes du Ponthieu. L. 1. 43. N° 1, 2, 3, 4, 5.

1306. Constructions, etc., en Ponthieu: à Rue, Crécy, Abbeville, Araisnes et Waben. L. 1. 4. N° 5, 6. L. 1. 4. 5. N° 5, 6, 7, 8, 11, 12, 13, 14, 15, 16.

1307. Déboursés pour les pêcheries, etc., dans le Ponthieu. L. 1. 6. Nos 9, 10.

Id. Decais de rentes de Ponthieu, L. 1. 6. N° 19.

Id. Dépenses de Thom. Cantebrigge dans le Ponthieu, en y attendant le retour des ambassadeurs envoyés par le pape à Lyon. L. 1. 12. N° 8. L. 1. 13. N° 9.

1308. Ouvrages faits en Ponthieu. L. 1. 5. N° 9.

1321. Inventaire de toutes les chartes et titres qui concernent le duché d'Aquitaine. Manuscrit sur parchemin de 193 fol. A. 5. 8.

 

p. cxiv                                                                                                                                           INTRODUCTION.

1322. Un volume contenant entre autres 30 lettres écrites par Hugues Le Despencer, et plusieurs pièces sur le Ponthieu. B. 3. 20.

1324. Inventaire des chevaux, hommes et armes au service d'Edward II, en Guyenne. L. 1. 11. 4.

1330. Garderoba: Comptes du connétable de Bordeaux, du prévôt de l'Ombrière, etc. A. A. 2,

1338 à 1341. Garderoba: A. 5. Nos 9, 10. A. 6. N° 3.

1347. Registre de la correspondance d'Edward III, pendant la vingtième année de son règne. B. 1. 18. ― Ce manuscrit, sur papier, contient les minutes de plus de 500 lettres, avec les ratures originales. Ces minutes ont été trouvées dans les liasses qui n'avaient pas été ouvertes depuis qu'elles avaient été déposées dans la trésorerie.

1350. Avril 22. Dépenses de l'évêque de Norwyk pendant son ambassade en France. Pell rolls, pag. 62 du catalogue.

1361. Procès-verbal de la délivrance du comté de Tarbes et de Bigorre. L. 1. 8. 1.

1361 à 1365. Comptes des recettes du Ponthieu. B. 3. 21.

1362 à 1370. Comptes des recettes et des dépenses du duché d'Aquitaine, par Rich. Filongleye. Pell rolls, classement provisoire. J'ai publié les trois documents dont se composent ces comptes. Voy. n° CCXXIII, CCXXIV.

1363 à 1365. Hommages rendus au prince de Galles par les vassaux des diverses provinces d'Aquitaine. B. 4. 5. Voy. n° CXCII.

1365 à 1367. Comptes des recettes des différentes villes du Ponthieu. B. 3. 23.

1366 à 1372. Un volume contenant les comptes du Ponthieu et de la Guyenne. B. 4. 1.

1368. Février 16. Serment prêté à Edward III par Gr Lemercier, otage du roi de France. (Voy. n° CCVII.)

1370. Un volume contenant, entre autres, 74 lettres écrites ou reçues par le prince de Galles. B. 3. 20.

1377. Avril 10. Procédures de la cour de Gascogne contre Guillaume Sans de Pomiers, vicomte de Fronsac. Pell rolls, classement provisoire.

1379. Août 15. Payement de 2000 couronnes à des marchands anglais, par le comte de Saint-Paul. L. 1. 28. 6.

1380. Diverses pièces concernant la Guyenne. B. 5. 1.

1389. Mars 2. Rôle contenant la copie de toutes les pièces qui se rapportent au don de la principauté d'Aquitaine, fait par Richard II à son oncle, le duc de Lancastre. Cette copie avait été faite pour les jurats de Bordeaux. ― Pell rolls, classement provisoire.

1395. Instructions pour le traité de mariage entre Richard II et Isabelle de France. C. boîte n° 2.

 

XIVe siècle.

Registrum munimentorum. Deux énormes volumes bien conservés, contenant la copie de toutes les chartes qui se trouvaient au quatorzième siècle dans les archives de l'Echiquier. Le dernier volume presque tout entier est composé de pièces sur la France. Armoire D.

 

XIVe siècle. Liber memorandorum de tempore Edwardi III: Kalendare de bullis: Black book, etc. Armoire C. Ces divers manuscrits ont été publiés par S. Francis Palgrave, et j'en ai extrait tous les articles relatifs à la France, que j'ai intercalés à leur place chronologique.

 

p. cxv                                                                                                SECONDE PARTIE, CHAPITRE IV.

 

XVe SIÈCLE.

1401. Etat des pertes éprouvées par les marchands flamands, et dont ils n'ont pas été indemnisés. L. 1. 28. N° 1, 2, 3, 4.

1415. Septembre. Inventaire des biens de l'église de la Sainte-Trinité de Fécamp. L. 1. 11. N° 3.

1419. Lettre de David, archevêque de Bordeaux, à Henri V, dans laquelle se trouvent les copies de tous les actes qui établissent la souveraineté des rois d'Angleterre sur l'Aquitaine. A. 4. 34. ― J'ai publié la lettre de l'archevêque, et me suis servi de la copie du procès-verbal de l'hommage rendu an Prince Noir en 1363. Voy. Nos CXCXII, CCCLV.

1420. Mai 6. Montre des hommes, armes, etc., retenus pour accompagner Henri V en France. L. 1. 15. 4.

1420. Juillet 13. Fragments des comptes de Calais, par Walter Blonnt, chevalier. Pell rolls.

1422. Comptes de la ville de Harfleur pendant le règne de Henri V. B. 3. 23.

1437. Juillet 3. Endenture entre Henri VI et quelques marchands de Rouen. L. 1. 42. 7.

1439. Dépenses de l'armée partant pour l'Aquitaine. L. 2. 5. 3.

1440. Revenus des terres de Gascogne: Manuscrits in-4°, sur papier, de 289 fol. Il est intitulé: C'est la value de terres de Civray, Chisie, Melle, Villeneuve, Belleville. C. 1. 12. Voy. Nos CXCIII, CC.

1440. Comptes de J. Radclyf, chevalier, gardien du château de Fronsac. Pell rolls, pag. 119 du catalogue.

1443. Juillet 17. Montres de l'armée du duc de Sommerset au moment de s'embarquer à Southampton. L. 1. 15. 5.

1496. Avril 16. Promesse d'observer le traité conclu le 24 février 1495 entre Henri VII et Philippe, archiduc d'Autriche et duc de Bourgogne, faite par Henri de Bergis, évêque de Cambrai. Be. 1. 25.

 

XVIe SIÈCLE.

1507. Comptes des revenus de l'évêché de Tournay, rendus à monsr. Charles du Hautbois, par son receveur général, J. Villain. B. 1. 5.

1518. Décembre 21. Ratification du traité conclu entre Henri VIII et François Ier. Armoire C, boites.

1519. Dépenses des armements faits en France par Henri VIII. A. 6. 29.

1520. Diverses pièces relatives à l'entrevue de Henri VIII avec François Ier, reliées et formant un volume de 76 fol. A. 4. 19.

1521. Comptes de Calais. L. 1. 42. Nos 1, 2, 8, 4, 5, 6.

1527. Août 18. Original du traité d'Amiens. Armoire C, boites. Voy. n° CDLXII. Id. Sept. 15. Commission pour recevoir Henri VIII chevalier de Saint-Michel. L. 1.10. 5.

Id. Nov. 10. Acceptation par François Ier de l'Ordre de la Jarretière. L. 1. 10. 4

Id. Statuts de l'ordre de Saint-Michel, en 92 articles, collalionnés par Robertet, greffier de l'ordre. En tête, une belle miniature représente Louis XI dictant les statuts de son ordre. Armoire C, boites.

 

p. cxvi                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

1539. Administration du comté de Guynes, Calais, etc. B. 3, 32.

1547. Litterae latine... tempore Henrici VIII. Diverses pièces intéressent la France. B. 3. 2.

Id. Comptes des contrôleurs de Calais pendant les règnes de Henri VII et de Henri VIII. E. 1.

Id. Diverses minutes des traités et autres actes de Henri VIII avec la France. B. 1. 17.

Id. Dépenses faites à Calais du temps de Henri VIII. C. 1. 1.

1559. Mai 12. Commission donnée au connétable de Montmorency pour recevoir le serment de la ratification du traité de Cambrai, pour le roi-dauphin et Marie, reine d'Ecosse. Armoire C, boites.

 

XVIe siècle. Dépenses faites à Calais pour y recevoir l'empereur. B. 1. 26.

Id. Comptes de la ville de Calais de diverses dates. 4 vol. in-4°. C. 1, 2, 3, 4.

Id. Répertoire des traités avec l'Angleterre et les autres nations. Les traités avec la France jusqu'en 1551 occupent 116 fol. A. 4. 1.

Id. Lettres écrites de Calais à lord Lysle. B. 2. 18.

Id. Royal letters and other documents. 5 volumes in-4°. On y trouve entre autres une lettre du duc de Bourbon, prisonnier du roi d'Angleterre (XVe siècle), 18 lettres de François Ier, 10 lettres de la reine Marie, femme de Louis XII, etc. B. 3. 3. etc.

Id. Miscellaneous papers Gallicè. 3 volumes in-4°. B. 3. Nos 8, 9, 10. J'ai publié quelques-unes des pièces les plus importantes, et consacré une notice aux autres documents de ce manuscrit dans la troisième partie de cette introduction, chapitre 3.

 

p. cxvii                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

TROISIEME PARTIE.

 

ANALYSES OU RESUMES DES PRINCIPAUX RENSEIGNEMENTS

QUI SE TROUVENT DANS CE VOLUME.

 

CHAPITRE PREMIER.

Histoire générale (1).

 

ARTICLE PREMIER.

XIe, XIIe et XIIIe siècles.

 

Le plus ancien des documents originaux conservés dans les archives que j'ai visitées, est sans contredit la charte que Guillaume le Conquérant accorda la première année de son règne aux habitants de la ville de Londres; mais cette pièce importante et célèbre n'intéresse la France que d'une manière indirecte. L'histoire du vainqueur, qui serait restée celle de sa patrie s'il eût été vaincu, est devenue l'histoire du peuple soumis, et je n'aurais peut-être pas dû mentionner un pareil document dans ce recueil, si les modernes travaux d'un illustre écrivain, en ajoutant une heureuse et pacifique conquête à celle de nos ancêtres, n'avaient rendu doublement française une histoire qui rappellera désormais inséparablement unies deux gloires de notre patrie, celle du héros et celle de son poète; les noms d'Augustin Thierry et de Guillaume de Normandie. Le scribe du XIe siècle qui traça sur un morceau de parchemin si petit, qu'il couvrait à peine la moitié de la main de celui qui le reçut, les deux ou trois lignes qui sont devenues si célèbres, ne se doutait certainement pas de l'immense retentissement qu'elles auraient dans la postérité. Un volume entier ne suffirait pas pour indiquer le nombre de fois que cette charte a été imprimée ou transcrite; je me bornerai donc à mentionner parmi les nombreuses transcriptions conservées avec l'acte original, dans les archives de la mairie de Londres, la copie qui se trouve dans le liber Horn. Elle est accompagnée de deux traductions en anglais et en latin, qui font connaître exactement le sens attaché au commencement du XIVe siècle, à chacun des mots de la charte saxonne du XIe siècle (n° I).

 

(1) Il est peut-être utile de rappeler que je n'ai pas eu l'intention d'indiquer dans ce chapitre tout ce qu'il y a d'historique dans ce volume, et que j'y ai ajouté quelques notes sur l'importance ou l'authenticité des actes eux-mêmes.

 

p. cxviii                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

Au commencement du XIIIe siècle, en 1226, lorsque devint roi de France, Louis, connu depuis sous le nom de Saint, mais qui n'avait alors que douze ans, le trône d'Angleterre était occupé par un autre enfant, Henri III, dont l'avènement avait promptement rallié les grands vassaux au parti national. Les barons anglais pensèrent avec raison que la jeunesse du roi de France, loin de produire des événements semblables à ceux qu'avait amenés la minorité du roi d'Angleterre, fournirait au contraire une occasion favorable de tirer vengeance de ces voisins tracassiers qui, dans leur présomptueuse vanité, s'étaient d'avance partagé le patrimoine du petit-fils d'Eléonore; ils préparèrent donc une expédition contre la France, et les habitants de Londres, contrairement à leurs privilèges, furent forcés d'y contribuer. Pour ménager le plus possible la puissante commune, Henri III lui accorda une de ces déclarations banales que les rois donnaient si aisément aux villes dont ils violaient les franchises, et déclara que c'était bénévolement et sans tirer à conséquence pour l'avenir, que les citoyens l'avaient aidé à défendre son héritage au delà de la mer (n° V).

Entre la charte de 1226 et la proclamation faite à Londres en 1291, pour empêcher de maltraiter les envoyés du roi de France (n° XXXV), on ne trouve dans ce volume, malgré quelques documents très curieux pour l'histoire des moeurs et des coutumes, aucun de ces faits auxquels on est accoutumé de donner le nom d'historiques.

Les dispositions bienveillantes du gouvernement anglais, exprimées dans la proclamation de 1291, ne furent pas de longue durée à l'égard de la France, l'espèce de supercherie par laquelle les Français se firent livrer la Guyenne excita contre eux, en Angleterre, une réprobation générale, dont se rendit interprète un poème latin assez remarquable, soit par la forme, soit par le fond (voyez: Introduct. chap. III, art. I, § 12, et n° XLV). Il est assez difficile d'assigner une date précise à la composition de ce poème; cependant comme le titre porte: De proditione Vasconie et de ejusdem conquestu, il est permis de penser qu'il fut composé en 1295, c'est-à-dire à l'époque où les premiers succès de l'expédition du duc de Lancastre firent croire qu'Edouard Ier allait tirer une vengeance éclatante de la mauvaise foi dont il avait été victime. Le cartulaire où ce poème avait été transcrit est orné de vignettes, et pour en enlever une, un voleur doublement coupable a emporté les neuf derniers couplets, qui contenaient sans doute une indication de l'époque où ces vers avaient été composés. Quoi qu'il en soit, le récit du poète est en tout conforme aux faits résultant des actes connus: Edouard Ier, trop confiant dans la parole des Français, avait été le jouet de leur perfidie; épris des charmes de la femme qu'on lui proposait, il ne s'était pas aperçu du piège qu'on lui tendait, et pour réparation de griefs imaginaires, avait consenti à se dessaisir fictivement de la Guyenne pour six semaines

 

p. cxix                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

au plus. Puisse la publication de ce document appeler l'attention des érudits sur un des faits les plus importants de notre histoire, quoique la plupart de nos historiens lui aient donné une signification contradictoire sans prendre la peine de discuter les preuves de leurs assertions.

Edouard Ier se conduisit en effet comme le poète nous le représente. En même temps qu'il s'occupa des affaires les plus importantes pour lui, celles du pays de Galles et de l'Ecosse, il pressa une expédition contre la France, et prépara une ligue qui devait être fatale au prince qui venait de faire pressentir son règne par un acte d'ingratitude et de déloyauté. Les succès d'Edward contre les Ecossais et les Gallois avaient augmenté sa popularité; mais pour développer chez les Anglais les sympathies dont il avait besoin, le monarque eut soin de réchauffer par des demandes de secours habilement combinées, les susceptibilités nationales, il fit valoir surtout que les Français, non contents de s'emparer déloyalement de la Guyenne, venaient récemment de faire une descente en Angleterre, comme pour interrompre la prescription du droit qu'ils voulaient s'arroger d'y faire de temps en temps une invasion. Pendant qu'Edward faisait revenir à grands frais en Aquitaine les chevaliers gascons qu'il avait employés à ses guerres dans la Grande-Bretagne (n° LVI), il mandait à la commune de Londres de prendre des mesures de sûreté contre les étrangers qui se trouvaient en Angleterre, et se faisait accorder des secours pour garder les côtes du comté de Kent (n° XLVI).

Edward partit, mais malgré ses efforts et malgré les vers du poète, il parait que la guerre entre les deux rois fut généralement regardée par leurs peuples comme une querelle de famille que les traités pouvaient assoupir. Du moins les actes publiés dans ce volume et qui concernent les marchands d'Amiens et les foires de Champagne semblent le prouver (Nos L, LIX, LXII, etc.).

 

ARTICLE II.

XIVe siècle.

 

Ce n'était pas seulement envers le monarque anglais que Philippe le Bel devait montrer un caractère inquiet et tracassier: les registres de la mairie de Londres nous en fournissent la preuve dans la transcription de cette bulle si fameuse et si connue: Salvator mundi, où Boniface VIII, après avoir reproché à Philippe son ingratitude envers le Saint-Siège, lui retira toutes les faveurs précédemment accordées par les papes (n° LXXV). Le fait seul de la transcription contemporaine de cette bulle dans les registres de Guild-Hall me parait susceptible d'offrir quelques considérations utiles à l'éclaircissement de cette célèbre querelle entre le Pape et le Roi, tandis que la manière dont elle y est transcrite fournit aussi une remarque importante.

 

p. cxx                                                                                                                                            INTRODUCTION.

La bulle est intitulée dans les registres de la mairie de Londres: Littera generalis revocatorum privilegiorum et gratiarum concessarum regi Francie; elle est suivie d'une dernière déclaration: Scire le volumus... dans laquelle le Pape annonce en termes si clairs, si concis et si énergiques, que le Roi lui doit obéissance au temporel aussi bien qu'au spirituel, qu'un grand nombre d'historiens, argumentant de la netteté et de la précision de ce langage, si peu en rapport avec le style ordinaire des autres bulles, ont prétendu que cette pièce était apocryphe. Or, la transcription contemporaine de cet acte dans les registres de la mairie de Londres fournit un argument contraire à leur opinion, en même temps que la manière dont elle y est transcrite peut expliquer comment d'autres érudits ont été fondés à dire que la bulle Scire te volumus n'avait jamais été expédiée de la chancellerie pontificale. En effet, dans le manuscrit de Guild-Hall, cette déclaration en style inaccoutumé ne forme point une bulle à part, avec dates, suscriptions et formules, comme Dupuy et quelques autres écrivains nous l'ont donnée; elle sert pour ainsi dire de postscriptum à la bulle Salvator mundi, ainsi que l'indiquent ces mots: Clausula specialis directa regi Francie. Cette dernière circonstance coïncide parfaitement avec cet autre témoignage du viel livre que Dupuy avait vu (1), et où cette déclaration était précédée d'un titre semblable: Ista clausula erat in litteris quas Papa misit Regi. D'ailleurs, si le style de cette déclaration est peu en rapport avec le style ordinaire des lettres des Papes, on ne peut en dire autant des prétentions qu'elle exprime. La bulle Ausculta fili, et surtout la bulle Unum sanctam, insérée par Boniface VIII dans le quatrième livre des Décrétales, élèvent les mêmes prétentions, sinon en termes aussi concis, du moins en termes aussi clairs, et les documents inconnus à Dupuy et que Brequigny a rapportés de Londres, ôtent toute espèce d'incertitude à cet égard.

A la mort d'Edward Ier, dont nous avons déjà parlé, page 62, son fils, quoique reconnu roi, ne fut couronné que longtemps après son avènement. Au mois de février 1308, il fit faire à Londres une proclamation pour que les Français qui devaient assister à son couronnement fussent honorablement reçus et que personne ne les insultât ou ne leur fit de mal, sous peine d'un emprisonnement d'un an et un jour (n° LXXXVIII).

Le commencement du règne d'Edward II ne fournit guère que des documents relatifs aux querelles suscitées par la turbulente commune de Londres aux marchands étrangers. Cependant, un acte de 1313 fait voir que malgré l'inutilité des réclamations d'Eléonore, veuve de Henri III, les Rois d'Angleterre n'avaient pas renoncé à faire valoir leurs droits sur le comté de Provence. Edward II confirma en

 

(1) Dupuy, Histoire du différend, etc., p. 10.

 

p. cxxi                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

faveur du comte de Lancastre la donation de tous ses droits à cette succession (n° XCIX).

La lettre qui fut écrite à Edward II en 1315, par Louis X, est aussi un document curieux, non seulement en lui-même, mais parce qu'il met en saillie l'absolutisme des prétentions de la royauté féodale. Louis le Hutin ayant fait condamner par son parlement un de ses vassaux et alliés, le comte de Flandre, exige que son autre allié et vassal, le roi d'Angleterre, fasse publier dans ses états la mise hors la loi de tout un peuple et l'abandon au premier occupant des biens et des personnes des Flamands, condamnés tous par leur suzerain à la mort ou à l'esclavage. Heureusement pour ceux-ci, les conséquences logiques n'étaient pas aussi rigoureusement suivies, au moyen âge, dans les actions que dans les paroles, car Edward II fit en effet publier la proclamation que son allié lui demandait (Nos CII, CIV).

La suite du règne de ce prince présente au contraire, dans ce volume, un assez grand nombre de pièces importantes. La plupart d'entre elles seront plus amplement analysées dans le chapitre suivant, à l'article Guyenne; mais il est bon de les indiquer ici, et de faire connaître leurs caractères généraux. Ces pièces font partie d'une suite de lettres et autres documents, écrits de Guyenne par les agents secrets du dernier favori d'Edward II, cet infortuné Despenser, dont la mémoire si tardivement réhabilitée pourra désormais servir d'exemple et montrer combien de temps l'esprit de parti peut parvenir à fausser l'histoire et faire prévaloir un mensonge. Quelques-unes de ces lettres, nouvellement trouvées dans les archives de l'Echiquier, n'avaient pas encore été ouvertes, en sorte qu'elles présentaient, comme le dit sir F. Palgrave, indépendamment de l'utilité des faits qu'elles apprennent, l'intérêt d'offrir, après 500 ans, les prémices d'une pensée qui ne s'était révélée à personne depuis qu'elle avait été écrite. Dans l'impossibilité où je me trouvais alors de transcrire en entier cette curieuse correspondance, et quelque pénible qu'il fût d'enlever à ces documents un de leurs principaux mérites, en les séparant de ceux qui les expliquent, les modifient ou leur donnent de l'importance, j'en ai transcrit cinq au hasard et comme une sorte de spécimen. Aucun d'eux n'est daté, il a donc été très difficile de leur assigner des dates précises: celles que je leur ai données ne reposent que sur des conjectures et se trouveront peut-être modifiées par l'examen des autres documents contemporains.

Dans le premier de ces documents (n° CX), un des agents de Despenser lui dénonce les préparatifs du roi de France, et demande qu'on mette au plus tôt la Guyenne en état de défense, si l'on ne veut être dupe, comme on l'a été plusieurs fois, de la parole et des traités des Français. Le confident donne à son maître des détails circonstanciés et curieux; il lui apprend entre autres l'envoi d'un émissaire français en Lomhardie, pour y équiper une flotte.

Quelques jours après, le même personnage auquel Hugues le Despenser avait fait

 

p. cxxii                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

promettre de l'avertir de tout ce qui serait contraire aux intérêts de son protecteur, écrit de nouveau pour annoncer le départ d'un messager intelligent et sûr, et qui doit contrebalancer le rapport fait au Roi par un envoyé du comte de Kent (n° CXI).

Ces deux pièces servent pour ainsi dire de préambule à l'un des plus importants documents de ce volume, un mémoire écrit de Guyenne par une main inconnue, peut-être par le même personnage qui avait écrit les deux lettres dont nous venons de parler, mais plus probablement par le père du favori, le vieux Despenser, qui se trouvait en Guyenne vers cette époque (n° CXII). Quel qu'en soit l'auteur, ce mémoire a certainement été écrit par un personnage bien haut placé dans l'esprit du ministre favori, puisqu'on y demande de faire faire des remontrances au frère du Roi, au comte de Kent lui-même. Les instructions politiques et autres qui sont données dans ce long et précieux mémoire, sont plus amplement analysées dans les chapitres suivants, je me borne à en indiquer ici l'existence.

Les prescriptions de ce mémoire avaient sans doute été exécutées, ou bien un autre agent de Despenser fut moins clairvoyant lorsqu'il écrivit que tout était en bon état de défense, qu'il envoyait un messager pour raconter ce qui se passait et instruire le favori du dévouement et de l'affection que lui portaient les principaux officiers de la province (n° CXIII).

Quel que soit l'intérêt de ces documents, il le cède sans contredit à celui que présente la lettre écrite par deux bourgeois de Bordeaux à leur ami Hugues le Despenser (n° CXIV). En arrivant en Guyenne, ils ont trouvé la province bouleversée; la prolongation des trêves avait fait croire qu'on allait encore livrer la Guyenne aux Français, et pour augmenter le désordre, les seigneurs anglais, ennemis de Despenser, avaient imaginé d'incendier et piller la ville où ils étaient logés; ils avaient commencé l'attaque en mettant le feu dans plusieurs quartiers à la fois et s'étaient conduits comme dans une ville prise d'assaut. Il n'existait jusqu'ici aucune trace d'un événement aussi extraordinaire.

Il résulte de l'ensemble de ces documents, qu'il y avait alors en Aquitaine, indépendamment du Conseil ou Parlement, composé des principaux seigneurs et officiers, où se traitaient toutes les affaires importantes, des conseils clandestins pour ménager la susceptibilité des conseillers ordinaires, et où n'étaient admis que les amis particuliers des princes (n° CXII). Il en résulte aussi que les ministres ou les directeurs des affaires avaient chacun une multitude d'agents subalternes, inconnus ou déguisés sous différents titres, et d'après les avis desquels ils se dirigeaient. De telle sorte, qu'un prince du sang, lieutenant-général et souverain gouverneur de l'armée et de tout le pays, avait à ses côtés un pauvre clerc bien humble et bien timide; mais dont les avis secrets dictaient sans qu'un s'en doutât les ordres auxquels

 

p. cxxiii                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

l'orgueil des plus hauts dignitaires était obligé d'obéir. Tout ce monde d'agents obscurs et d'hommes de rien, dont l'intelligence était rompue de bonne heure à la pratique des affaires, arrivait promptement aux honneurs et aux richesses, et a perpétué pendant le moyen âge les traditions de ce gouvernement occulte de l'intelligence et du savoir, dont les peuples et les souverains eux-mêmes n'ont pas toujours compris l'inévitable influence.

La déposition d'Edward II n'a laissé d'autres traces dans les registres de la mairie de Londres que cette courte note: Memorandum quod dominus Edwardus, filius regis Edwardi, filii regis Edwardi, filii regis Henrici, custos Anglie, concedente patre suo, apud Kenelworth existente, tenuit parliamentum suum apud Westminster, in crastino sancti Hilarii, anno regni regis Edwardi patris sui XX° (1).

Néanmoins, les actes qui suivent immédiatement sont datés de la première année du règne d'Edward III: anno regni regis Edwardi tertii post conquestum.

Cette note fixe d'une manière précise la date du jour où fut tenu le premier parlement d'Edward III, date sur laquelle il y avait des incertitudes (2), et fournit l'occasion de citer un fait littéraire assez remarquable, en ce qu'il montre avec quelle facilité peuvent se tromper les érudits, même les plus célèbres, et ceux-là même que leur mérite et leur savoir ont rendus les pères et les maîtres de la science. Pour quiconque a lu la phrase par laquelle est désigné Edward III dans la note que je viens de citer, et qui a vu des actes successivement datés d'Edward fils de Henri, puis à Edward fils d'Edward, puis enfin d'un autre Edward, désigné par les mots: Edwardus tertius post conquestum, ces mots ne présentent pas l'ombre d'une interprétation douteuse; cependant les Bénédictins, ces hommes dont la science et la sagacité sont devenues proverbiales, s'y étaient mépris, et mépris de manière à ne pas en croire ses yeux (3). Je ne sais à l'aide de quels raisonnements ils avaient d'abord trouvé que ces mots post conquestum signifiaient depuis l'avènement. Plus tard de nouvelles conjectures leur persuadèrent que cela voulait dire depuis le couronnement, puis enfin, à l'aide de nouvelles réflexions et des renseignements que leur transmit Brequigny, ils reconnurent que cette formule ne se rattachait pas aux fantômes que leur imagination avait créés, mais au nom même du roi. Néanmoins, ils tombèrent encore dans une nouvelle erreur et prétendirent que les rois qui s'étaient intitulés troisième et quatrième depuis la conquête, étaient seulement ceux qui avaient eu des prédécesseurs du même nom avant Guillaume le Conquérant. Ainsi, il avait fallu à ces hommes éminents une dépense étonnante d'érudition et de raisonnement pour comprendre à demi le sens d'un mot tellement clair que son interprétation

 

(1) Archives de la mairie de Londres, reg. E, fol. 161vo.

(2) Voyez Harris Nicolas, Chronology of history. London, 1840, Longman, in-8, fol. 317.

(3) Nouveau traité de diplomatique, t.1, p. 384, et t. VI, p. 98. Art de vérifier les dates.

 

p. cxxiv                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

n'a jamais, que je sache, fait l'objet du moindre doute en Angleterre, où l'on savait parfaitement que dans les actes authentiques les rois avaient été constamment désignés par leur nom propre joint à celui de leur père, jusqu'au moment où pour la première fois, et précisément à l'époque où l'on se déshabituait de joindre le nom du père à celui du fils, il s'était rencontré une succession de trois rois du même nom, et il était devenu nécessaire d'ajouter un numéro d'ordre à celui du dernier, pour éviter la longueur et la confusion d'une périphrase telle que celle qui m'a fourni le sujet de cette observation. Le même motif qui avait fait adopter par Edward III la distinction des rois de race normande d'avec les rois de race saxonne, porta les autres souverains à ne pas répudier une formule consacrée par un règne si long et si glorieux et qui d'ailleurs rappelait au peuple un souvenir qu'on ne voulait pas lui laisser oublier.

Les archives de Guild-Hall, en 1335, font connaître le nom d'un envoyé du Pape en Angleterre, qui n'avait pas été signalé; c'est Bernard Sistre, chanoine de Poitiers (n° CXXIV, CXXV). Il est possible que cette circonstance, peu importante d'elle-même, fasse découvrir plus tard quelque négociation jusqu'ici restée secrète; mais il est positif que si l'envoyé du Pape avait été chargé de maintenir la paix entre les deux rois, il n'y réussit pas.

En 1336, Edward III convoqua son parlement à Nottingham et écrivit à ce sujet une longue lettre à la commune de Londres, pour lui faire connaître les motifs de cette décision et ses griefs contre le roi de France (n° CXXVIII). On voit dans cette lettre qu'Edward III ne demandait pas seulement à la ville de Londres de lui envoyer son contingent de députés au parlement, mais qu'il demandait deux marins expérimentés, pour concerter avec eux les meilleures mesures à prendre pour assurer le succès de l'expédition projetée. Et c'est probablement d'après l'avis de ces hommes inconnus que ce roi fit donner à son armée des armures luisantes et des lances d'une longueur inaccoutumée, dont l'emploi fut si fatal à la France.

Quelque temps après, Edward III écrivit à son fils (n° CXXXII), pour lui annoncer l'heureux succès de son entreprise; sa lettre est datée du 28 juin, c'est-à-dire de quatre jours après la bataille de l'Ecluse; elle donne quelques nouveaux détails sur ce célèbre événement; mais ne contrarie en rien, quoi qu'on en ait dit, la tradition, qui veut que la nouvelle de la victoire soit parvenue à Londres le lendemain même de la Saint-Jean. Quoi qu'il en soit, ce document commence, dans ce recueil, la série de cette curieuse correspondance que les rois d'Angleterre entretenaient avec la capitale de leur royaume, et nous en venons désormais de fréquents exemples. Les résultats qu'Edward tira de sa victoire sont connus; mais les registres de Guild-Hall révèlent des détails curieux de ce qui se passa à Londres au retour du vainqueur de l'Ecluse. Edward manda le maire et les aldermen A Westminster, et

 

p. cxxv                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

pour obtenir d'eux la ratification des privilèges qu'il avait accordés aux Flamands, il joua devant eux une espèce de comédie, et, les larmes aux yeux, il descendit jusqu'à dire qu'il aimerait mieux perdre toute sa famille et tout son royaume que de ne pas voir ratifier sa promesse. Néanmoins la commune de Londres n'accorda qu'à regret ce que le Roi demandait avec tant d'insistance, et peut-être même ne le fit-elle qu'à condition de l'insertion dans l'acte d'un article additionnel, où le Roi déclarait qu'en accordant de pareilles faveurs aux Flamands il n'entendait préjudicier en rien aux privilèges de la ville de Londres. La longue liste des faveurs accordées dans cette circonstance aux Flamands est inscrite dans les registres de la mairie de Londres (1); mais je croyais ce document publié, et ne l'ai pas transcrit.

En 1343, Edward voulant s'opposer à l'importation des grains en France, où la disette commençait à se faire sentir, et s'apercevant que ses prétentions au trône de France donnaient quelque chose d'odieux à cette défense, essaya d'en atténuer l'effet en faisant une longue énumération des contrées où il était permis d'en apporter, et omettant d'y nommer la France (n° CXLII).

Mais d'autres événements approchaient, et le 3 août 1346 Edward écrivait à ses sujets anglais pour leur annoncer ses succès contre ses sujets de France. Débarqué à la Hague, en Normandie, depuis vingt jours, il s'était successivement emparé de toutes les villes qui s'étaient trouvées sur son chemin, depuis Valognes jusqu'à Caen, pendant que sa flotte avait ravagé toutes les côtes, de Cherbourg jusqu'à l'embouchure de l'Orne (n° CXLV). Il est curieux de pouvoir comparer ce récit avec celui de la lettre sur le même sujet, publiée par Robert de Avesbury.

Les documents qui concernent les graves événements qui suivirent sont imprimés ailleurs que dans ce volume: Robert de Avesbury entre autres a fait connaître la lettre qu'écrivit le Pape à Edward III pendant le siège de Calais, et la réponse insolente à force d'ironie qu'y fit le roi d'Angleterre; et quoique tous ces détails se retrouvent dans les archives de Guild-Hall, je ne dois m'en occuper ici que pour les indiquer. Cependant il faut dire qu'au milieu de plusieurs lettres qui ne contiennent que des demandes de vivres et de secours, il s'en trouve une qui révèle une circonstance curieuse. L'arrivée des Français avait été apprise à Edward III par quelques-uns de ses chevaliers prisonniers, qui avaient été à Hesdin pour payer leur rançon (Nos CLIII à CLVI).

Bientôt après Calais fut pris, et dès le 12 août 1347 le roi d'Angleterre ne demanda pas seulement des vivres pour son armée, mais des habitants pour repeupler la ville conquise (n° CXVI). Les trêves qui suivirent ne furent rien moins qu'observées sur terre et sur mer (Nos CLIX à CLXV), la guerre recommença, et amena la bataille de Poitiers.

 

(1) Archives de la mairie de Londres; reg. F, fol. 134.

 

p. cxxvi                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

A cette nouvelle le Pape lui-même s'émut, et prenant parti pour le vaincu, il écrivit au prince de Galles pour qu'il ne se laissât pas enorgueillir de sa victoire, et consentît à la paix (n° CLXXI). La réponse du Prince Noir au Pape ne se trouve point dans le registre de Guild-Hall, et je ne sais comment la lettre que le vainqueur de Poitiers écrivit à Londres pour annoncer sa victoire n'est transcrite dans les registres de la mairie qu'après la lettre que le Pape avait écrite d'Avignon (n° CLXXII).

Plusieurs proclamations pour l'observation des trêves sont contenues dans les n° CLXXIV et CXXXVI; puis en 1359 on trouve une nouvelle proclamation pour faire sortir d'Angleterre tous les Français, excepté les prisonniers (n° CLXXXI).

Par le traité de Bretigny, Edward III avait été reconnu souverain indépendant de toutes les provinces qui composaient ce qu'on appela dès lors la principauté d'Aquitaine; il les donna en fief à son fils aîné, le prince de Galles, qui commença à toucher les revenus de sa principauté le 19 juillet 1362. Cependant toute une année était déjà passée lorsque le 9 juillet 1363 le Prince Noir vint prendre possession de son nouveau domaine, et convoqua ses tenanciers et vassaux pour le reconnaître et lui prêter serment. Cette formalité n'était pas aussi simple qu'on serait tenté de le supposer. Edward III ayant été reconnu, par le traité de Bretigny, suzerain des provinces dont il n'était que feudataire, ou sur lesquelles il n'avait aucun droit; pour que les choses se passassent dans la régularité des formes féodales, les vassaux devaient prêter deux hommages et en payer les frais: le premier, au nouveau suzerain; le second, à son nouveau feudataire. En conséquence, Edward III nomma son fils lieutenant et commissaire pour recevoir les hommages qui lui étaient dus (1), et Thomas de Beauchamp et Jean Chandos commissaires pour mettre le Prince en possession de l'Aquitaine. Nous verrons plus tard que toutes ces formalités ne furent pas jugées suffisantes, et que quelques feudataires exigèrent encore la présence des commissaires du roi de France.

On ne connaissait jusqu'ici aucune copie exacte du procès-verbal de cette longue et importante opération, dans laquelle plus de mille vassaux ou représentants des villes d'Aquitaine comparurent devant les commissaires du Roi et le prince de Galles. On savait que l'opération avait eu lieu: une multitude de familles prétendaient que leurs ancêtres y avaient assisté; mais depuis l'incendie de la Chambre des comptes de Paris les généalogistes ne pouvaient citer aucun titre authentique à l'appui de prétentions qui se trouvaient ainsi n'avoir d'autres fondements qu'une tradition vraisemblable, mais sans aucune espèce de certitude. Il existait ça et là quelques fragments de procès-verbaux et quelques extraits informes de pièces isolées; mais on ne connaissait aucune copie authentique et complète de cet important document. Le seul extrait un peu considérable auquel le temps avait donné une sorte d'authenticité

 

(1) Les lettres de nominations des commissaires, etc., sont publiées dans Rymer.

 

p. cxxvii                                                                                            TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

consistait dans les notes presque illisibles que Ducange avait prises à la hâte et pour son usage particulier dans les registres, aujourd'hui détruits, de la Chambre des comptes. C'est donc un bonheur inespéré d'avoir retrouvé dans les archives de l'Echiquier deux copies authentiques de l'ensemble de ce document (n° CXCII). La première de ces copies, écrite au XIVe siècle par un clerc du nom d'Aberford, parait avoir été faite pour le trésorier d'Aquitaine, Richard Filongleye, sur les notes originales du notaire Pierre de Maderan, qui dressa les actes d'hommages: la seconde copie, faite d'après les originaux conservés dans les archives d'Aquitaine, fut envoyée au commencement du XVe siècle par l'archevêque de Bordeaux au roi d'Angleterre (n° CCCL). Ces deux copies, jointes à l'extrait de Ducange et à quelques renseignements recueillis çà et là, m'ont permis de restituer d'une manière à peu près complète un document qui comble une véritable lacune de notre histoire.

Malheureusement, quelque précieuses que soient les copies nouvelles dont je me suis servi, elles ont été faites avec cette négligence et ce manque d'ordre et de méthode qu'on retrouve trop souvent dans les oeuvres de nos jours, pour songer à en faire un reproche particulier au moyen âge: elles ne sont parfaitement semblables ni dans le nombre, ni dans l'ordre, ni dans l'orthographe des noms; j'ai donc taché, en les collationnant et en les complétant l'une par l'autre, de faire du tout un seul corps, où, sans rien élaguer ni changer, je me suis seulement permis d'essayer de classer chronologiquement les notes qui avaient été rassemblées sans ordre.

Malgré tous mes efforts, cette liste sera nécessairement incomplète et fautive. L'orthographe des noms propres est si étrangement défigurée, qu'il m'a été quelquefois totalement impossible de reconnaître le véritable nom qu'on avait voulu inscrire, et quelquefois peut-être je me suis mépris sur les noms que j'ai cru retrouver; mais comme j'ai soigneusement reproduit les différentes orthographes de chaque nom, et que les rectifications adoptées ne sont indiquées que dans la table des matières, il sera toujours facile aux lecteurs favorisés de connaissances particulières de reconnaître les noms que je n'ai pu deviner ou que j'ai méconnus. Quelles que soient les imperfections de cette immense liste, elle sera néanmoins d'un grand secours à la science. On peut même dire que ces imperfections elles-mêmes sont une preuve de l'utilité de sa publication. Pour concevoir combien il était difficile de se servir avec quelque sécurité des renseignements défectueux que nous avions, il suffira de savoir qu'aidé de deux nouvelles copies soigneusement comparées, et de la coopération bienveillante qu'ont bien voulu me prêter, et dont je suis heureux de pouvoir les remercier publiquement, M. Lacabane, conservateur du cabinet des titres à la Bibliothèque royale, et qui connaît si bien l'histoire de nos grandes familles, surtout à cette époque, et pour ce qui concerne le Quercy; M. Léon Dessalles, employé aux Archives du royaume, qui a consacré sa vie à l'histoire du Périgord; M. Marchegay,

 

p. cxxviii                                                                                                                                       INTRODUCTION.

 

originaire du Poitou et archiviste d'Angers; M. l'abbé Michon, qui fait une histoire de l'Angoumois; M. de Métivier, qui s'occupe de l'Armagnac; M. Curysimbre, qui connaît si bien toute la Gascogne et le Bigorre, etc. etc. J'ai eu une peine infinie à reconnaître ou restituer d'une manière incomplète l'orthographe de cette longue nomenclature de noms défigurés.

Du reste, quelque considérable que soit ce document, il ne faut point le regarder comme une statistique exacte et complète de la noblesse d'Aquitaine au XIVe siècle. Les lacunes que chacune des listes qui nous sont parvenues révèlent dans les autres copies, font assez deviner qu'il doit y avoir encore d'autres passages oubliés, et l'on sait d'ailleurs qu'à cette époque, où les actes administratifs n'étaient pas rédigés avec l'exactitude qu'on y apporte aujourd'hui, plusieurs vassaux, volontairement ou involontairement, ne se soumettaient pas à l'hommage, tandis qu'un grand nombre de tenanciers, même des plus puissants, ne devaient point s'y soumettre, soit que leurs terres fussent allodiales, soit qu'elles ne relevassent pas immédiatement du souverain. Quoi qu'il en soit, ce document donne une idée exacte de la manière dont s'accomplissait cette grande opération féodale, qui joue un rôle si important dans l'histoire du moyen âge. Brequigny avait, il est vrai, transcrit, d'après le supplément de Rymer, et sans indiquer où se trouvait l'original, la formule du procès-verbal de l'hommage du sire d'Albret (1); mais il n'avait connu ni la liste des vassaux, ni celle des députés des villes, ni rien de ce qui constitue l'importance et la valeur historique de ce document; tandis que la liste de Ducange, en la supposant complète, avait au contraire supprimé toutes les formules, et n'était plus qu'une aride et sèche nomenclature.

Il résulte de la pièce que je publie, que, contrairement au récit de Froissard (2) et des historiens qui l'ont suivi, l'opération commença par Bordeaux, et le 9 juillet 1363. En admettant, comme on l'a fait jusqu'ici, que le Prince Noir soit réellement débarqué à La Rochelle au commencement de février 1363 (il faudrait qu'il y eût 1362, car le mois de février 1363 de l'ancien calendrier serait pour nous février 1364, époque où le prince était depuis longtemps en Aquitaine); en admettant que le prince Edward soit réellement débarqué à la Rochelle au mois de février, il est impossible de concilier le récit de Froissard avec le témoignage des documents qui nous occupent, quelque inexacts et confus qu'ils soient sous le rapport des dates. Les trois copies que nous avons s'accordent d'ailleurs en un point, et font commencer l'hommage dans la capitale de la nouvelle principauté, au lieu de le faire commencer à Poitiers. En admettant que les copistes dont les manuscrits nous sont parvenus se sont fréquemment trompés, et ont mis indifféremment le chiffre d'une

 

(1) Collection Brequigny, t. III, 20 juillet 1363.

(2) Froissard, t. II, chap. CLIII.

 

p. clxix                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

année pour celui d'une autre, on ne peut pas admettre qu'ils se soient aussi aisément trompés en écrivant en toutes lettres les noms des mois; or, il arrive qu'en commençant par Bordeaux et arrangeant l'itinéraire du Prince selon l'ordre des mois, cet itinéraire ne présente aucune circonstance improbable; tandis que s'en rapportant au témoignage de Froissard, et faisant commencer cette opération à Poitiers, il serait impossible de continuer le voyage du Prince sans changer les noms des mois indiqués par les copistes. Quoi qu'il en soit, il suffira sans doute d'avoir constaté ici l'incertitude que présente cet itinéraire, pour qu'il soit facile plus tard de le rectifier, s'il y a lieu.

La prestation de l'hommage commença donc à Bordeaux le 9 juillet 1363, et dura dans cette ville jusqu'au 30 du même mois. Elle eut lieu presque toujours dans l'église cathédrale de Saint-André, en présence du prince d'Aquitaine et des grands du pays, Guillaume de Serys portant la parole au nom du Prince et en langue romane. Quand les hommages eurent été prêtés, maitre Massé d'Ayguecane, probablement trésorier du Prince, requit les tenanciers de payer les frais des hommages et de fournir les dénombrements de leurs fiefs, selon la coutume du pays. Le premier hommage fut celui du seigneur d'Albret; il protesta qu'il ne faisait son serment que sauvées ses franchesez et libertez, et selonc ses prédécesseurs l'ont accustume a ffaire. Presque tous les noms des barons, chevaliers, écuyers et autres gentils de la province, se trouvent sur cette liste; on y remarque en première ligne les noms des seigneurs qui déjà avaient des intelligences avec la France, ou qui dévaient bientôt en avoir.

La prestation d'hommage la plus remarquable fut sans contredit celle qui eut lieu le 15 juillet: ce jour-là, les représentants de toutes les villes ou bastides du Bordelais et de la Gascogne avaient été convoqués. C'est, je crois, la seule circonstance où l'on voie les députés des communes et des plus petites bourgades convoqués en masse, et malgré eux, pour rendre hommage et prêter serment en même temps et de la même manière que les plus hauts barons. Ce n'est pas ici le lieu de développer les conséquences historiques qu'on peut déduire de ce fait. Il suffira de signaler l'importance et la valeur de cette tentative. (Voyez d'ailleurs ce que j'en dis au chapitre: Histoire municipale.)

De Bordeaux, où ils reçurent les hommages de plus de trois cents feudataires, le Prince et les commissaires royaux se transportèrent à Bergerac; ils y étaient rendus le 4 août. Du 10 au 15 du même mois, le Prince séjourna à Périgueux et y reçut les hommages des tenanciers du Périgord, du Quercy et du Rouergue: il était à Angoulême le 18 et le 21 août, et y reçut l'hommage du comte d'Armagnac.

D'Angoulême, Edward se rendit à Cognac, à Saintes, à Saint-Jean-d'Angely, puis, revenant sur ses pas, partit de Saintes le 27 août pour arriver à La Rochelle

 

p. cxxx                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

le 29. Le 1er septembre, les commissaires s'arrêtèrent à Benon, et le 3, à Niort; le 6, ils étaient à Saint-Maixent, et le 13, à Poitiers. Le Prince séjourna dans cette ville ou ses environs jusqu'au 19 novembre, et y reçut une grande quantité d'hommages, surtout dans les journées des 13 et 14 septembre: il y vint des tenanciers d'une haute importance, et le 23 septembre, soit que le Prince fût malade, soit pour un autre motif, c'est dans sa chambre qu'il reçut l'hommage des seigneurs de Saint-Julien et de Pierre Buffière. A partir de cette époque, la succession des dates indiquées par mes copies me paraît moins certaine: il est fort possible qu'Aberford ait mis idem à la suite d'un fragment concernant Poitiers, tandis que cet idem, dans les notes de P. de Maderan, se rapportait à une autre localité; mais des erreurs de ce genre ne peuvent modifier d'une manière bien sensible l'ensemble de l'itinéraire du Prince.

De Poitiers, les commissaires se rendirent à Agen, où ils étaient arrivés le 26 décembre; ils y étaient encore le 12 janvier 1364, et c'est dans cette ville que fut rendu l'hommage le plus important et le plus solennel que le Prince ait reçu. Le notaire a cru devoir conserver toutes les particularités qui s'y passèrent. C'est dans le parloir ou chambre de parlement de la maison des frères prêcheurs, en présence des commissaires déjà nommés, du duc de Bretagne, du chancelier d'Aquitaine, du connétable de Bordeaux, etc., que comparut le très noble et très honoré seigneur Gaston-Phoebus, comte de Foix et vicomte de Béarn, qui, jusque-là, prétextant ses engagements envers le roi de France, s'était refusé à faire l'hommage et n'avait voulu le faire qu'en présence des commissaires spéciaux du roi de France. Ces commissaires étaient Louis d'Harcourt et Jean de Saintré: ils montrèrent leurs pouvoirs et, sur la requête du prince de Galles, commandèrent au comte de Foix de faire les hommages auxquels il était tenu et le déchargèrent pour toujours du serment qu'il avait prêté au roi de France. Chandos, prenant de nouveau la parole, demanda, au nom du Prince, si le vicomté de Béarn était aussi compris dans l'hommage qui venait d'être rendu; mais Gaston-Phoebus répondit que son hommage ne concernait que les vicomtes de Marsan et de Gavardan, et que s'il était prouvé que pour le Béarn il fut moindre seigneur que le roi d'Angleterre ou le prince d'Aquitaine, il était prêt à faire tout ce qu'il devait réellement. On sent percer l'orgueil de cette réponse à travers les termes embarrassés dont le notaire l'a revêtue, et la fierté des paroles du jeune et beau comte de Foix sont un argument de plus contre les partisans de l'unité et de l'intégrité du prétendu royaume de France au moyen âge. Même au XIVe (F.B. sans doute faudrait-il lire XVIe) siècle, et je devrais dire dès le XIVe siècle, puisque Louis XIII écartelait encore ses armes de l'écusson de Béarn; même au XIVe siècle, dis-je, le vicomte de Béarn se prétendait souverain au même titre que les rois de France et d'Angleterre, et c'est une province de plus qu'il faut ajouter à la longue liste de toutes celles

 

p. cxxxi                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

qu'une politique peut-être habile, mais à coup sûr ignorante, a voulu comprendre dans l'unité fantastique de notre nationalité au moyen âge.

Gaston-Phoebus promit en outre, sur l'ordre des commissaires du roi de France, de restituer au roi d'Angleterre et à son fils toutes les terres dont il s'était emparé.

Le 21 janvier, le prince d'Aquitaine était encore à Agen: il en repartit pour Poitiers, où il était arrivé le 17 février, sans que nous sachions par où il avait passé. C'est de cette époque qu'il faudrait commencer l'itinéraire du Prince, si l'on voulait rejeter toutes les dates de la copie d'Aberford et s'en rapporter uniquement au récit de Froissard; mais l'on rencontrerait alors des invraisemblances choquantes et qu'il serait impossible de concilier. D'après mon système, le Prince était encore à Poitiers le 10 mars, et le 28 il s'était rendu à Angoulème. Il reçut des hommages dans cette ville jusqu'au 4 avril 1364; mais à cette époque, soit que l'opération fût terminée, soit que les hommages se fussent ralentis, le notaire cessa de les enregistrer, et son procès-verbal n'embrassa ainsi qu'une période de neuf mois; mais, je le répète, les notes de P. de Maderan avaient été prises séparément et rassemblées sans ordre pour être plus tard, comme il le dit lui-même, enregistrées dans le procès plus parfaitement fait et accompli dans une livre: Aberford les a transcrites sans avoir soin de les classer. L'exclamation par laquelle il termine son travail prouve suffisamment combien il s'y intéressait peu.

Les observations sur le procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir m'ont obligé de m'écarter un peu de l'ordre chronologique; les mêmes motifs me forcent à m'en écarter encore dans l'analyse des Nos CCXXIII et CCXXIV, embrassant tous les deux une période de plusieurs années, et présentant le résumé de l'administration financière de l'Aquitaine, du 19 juillet 1362 au 29 septembre 1370. Ces deux documents furent dressés par le même trésorier qui avait fait transcrire le procès-verbal dont nous venons de nous occuper, l'écuyer Rich. Filongleye, l'un de ces hommes utiles qui, pour n'avoir pris dans leur temps qu'une part obscure au maniement des affaires, n'en méritent pas moins d'occuper aujourd'hui une place importante dans l'histoire. Il est difficile de deviner exactement le but du travail du trésorier du Prince Noir; mais ce travail n'en est pas moins pour nous une source de renseignements utiles et curieux, et il y a longtemps que ce document est regardé comme une pièce importante, puisque les registres de l'Echiquier ont conservé le souvenir des époques où l'on s'en est servi (1).

A la fin de l'an 1370, Richard Filongleye fut chargé de faire le relevé des revenus et des dépenses de la principauté d'Aquitaine, du jour où les revenus on avaient été abandonnés au Prince jusqu'au 29 septembre de l'année courante,

 

(1) Voyez Nos CCCVI et CCCLXXIV.

 

p. cxxxii                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

c'est-à-dire pendant une période de huit ans deux mois et treize jours. Le trésorier divisa son travail en deux tableaux. Dans le premier, qui ne commence qu'en 1363, il présenta le relevé, année par année, des revenus et des dépenses particuliers à chaque sénéchaussée, mais sans en faire l'addition générale. Dans le second, qui commence à 1362, il présenta, indépendamment du relevé des revenus et des dépenses détaillés dans le premier tableau, le produit du monnayage d'or et d'argent, des fouages, du sceau de la chancellerie, des opérations de change, etc., et le termina par une addition qui semble, au premier aspect, présenter un résumé complet de la situation des finances du Prince; mais qui n'est rien moins que cela. Il parait, en effet, que ce résumé a été ajouté postérieurement, et ne concerne qu'une certaine portion de l'administration de la province: tous les trésoriers n'avaient pas encore remis leurs comptes, et le total embrassait si peu l'ensemble des finances du Prince, qu'après l'avoir exprimé, Filongleye ajouta quelques autres articles et n'en forma point une nouvelle somme.

Ces comptes ne sont point les originaux présentés aux auditeurs chargés de les vérifier; ce sont des extraits et des résumés, faits et présentés dans un but qui ne nous est pas connu, mais dont les témoignages n'en sont pas moins authentiques et intéressants.

En envisageant ce travail sous le rapport financier, on pourrait développer tout le système de comptabilité de cette époque mémorable; mais ce n'est ici ni la place ni le moment; et si j'insiste, plus peut-être que je ne le devrais, sur l'importance de ces documents, c'est que je crois qu'il a existé et qu'il existe encore contre eux des préventions qu'il faut détruire. Ces préventions, quelles qu'elles soient, s'expliquent d'ailleurs bien facilement, si l'on ne perd pas de vue qu'entre tous les progrès que les événements politiques de ce siècle ont apportés dans la science de l'histoire, l'un des principaux est résulté de l'initiation des masses aux secrets du gouvernement des peuples. Les anciens érudits, qui, pour la plupart, ne comprenaient aucun des rouages de la machine gouvernementale, regardaient très aisément comme inutiles les documents relatifs aux branches d'une administration qu'ils ne connaissaient pas, ou qu'il ne leur était pas permis de faire connaître; mais aujourd'hui que chacun voit fonctionner devant lui toutes les parties de cette immense machine, et que les questions qui s'y rattachent sont journellement débattues en public, il est tout simple que les écrivains s'attachent de préférence à la recherche des documents que leurs devanciers avaient regardés comme inutiles.

En examinant, sous le rapport financier, le travail de Richard Filongleye, il ne faut pas oublier que si, de nos jours, malgré les perfectionnements introduits depuis cinq cents ans dans l'administration des finances, il existe encore parmi nous un art de grouper les chiffres susceptibie de faire illusion aux hommes les plus versés

 

p. cxxxiii                                                                                           TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

dans cette science, à plus forte raison on doit craindre de s'égarer en voulant tirer des conséquences trop absolues des tableaux incomplets d'une administration que nous connaissons à peine. Les comptes de Filongleye présentent d'ailleurs plusieurs difficultés assez embarrassantes; quelques articles n'y sont cotés que pour mémoire; les sommes y sont exprimées en monnaies différentes, dont la valeur et le rapport ne sont pas toujours bien connus; ainsi, en attendant que de nouvelles publications éclairassent ce qu'il y a d'obscur pour nous dans le système financier du moyen âge, ces documents ne peuvent guère, sous ce rapport, servir que de sujet d'étude; mais quand ils devraient rester éternellement une énigme indéchiffrable, il m'a semblé que plus l'explication de ces tableaux était difficile, plus il était important d'appeler sur eux l'attention. D'ailleurs, quelque imparfaits qu'ils soient, ils n'en sont pas moins d'une incontestable utilité: la clarté avec laquelle ils sont présentés prouve, comme l'a déjà dit sir Francis Palgrave (1), non seulement que la comptabilité des souverains au moyen Age était tenue d'une manière exacte et régulière, mais encore avec assez de précision pour que d'un coup d'oeil ces princes pussent parfaitement connaître les ressources dont ils pouvaient disposer. Ces comptes détruisent donc complètement les assertions des écrivains qui, se laissant imprudemment entraîner aux impressions causées par l'examen de documents dont ils ne connaissaient pas bien l'ensemble, ont avancé qu'il était impossible aux souverains de cette époque de se faire une idée bien exacte de la situation de leurs finances (2). Mais, comme nous venons de le dire, il y a dans l'étude des finances du moyen âge tant de considérations qui nous échappent, tant de faits qui nous sont inconnus, et dont il faudrait tenir compte, qu'on s'exposerait à se tromper complètement, si l'on déduisait inconsidérément de ces chiffres les conséquences qui paraissent les plus naturelles. Si nous voulions, par exemple, malgré ce que nous venons de dire, essayer de faire nous-mêmes ce que Filongleye n'a pas fait, et trouver le résultat définitif de la situation des finances du Prince, nous nous apercevrions bientôt que nos calculs n'ont qu'une apparence de réalité. D'après le premier tableau, l'addition générale des revenus de la principauté d'Aquitaine, comparée à l'addition des dépenses, donnerait pour résultat un excédant de dépense de 4200 guyennois noirs. Ce résultat n'aurait rien de bien surprenant; et quand pendant les huit années de son existence belliqueuse et splendide en Aquitaine, le Prince Noir aurait dépensé, pour fournir a l'entretien de toutes ses guerres, et d'un luxe plus que royal (3), à peu

 

(1) Palgrave, Kalendars and inventories, introduction.

(2) Quelques historiens, en voyant les tablettes de cire où le trésorier de Philippe le Bel avait écrit confusément ses notes, ont soutenu qu'il n'existait pas alors de comptabilité proprement dite, tout en prévenant leurs lecteurs que ce monarque se préoccupait tellement de ses comptes qu'il comptait avec son trésorier tous les vingt-cinq jours. Voyez entre autres, Sismondi, Histoire des Français, t. IX, p. 173.

(3) « L'état du Prince et de madame la Princesse étoit adonc si grand et si étoffé que nul autre de prince ni de seigneur, en chretienté, ne s'accomparoit au leur. » Froissard, liv. I, chap. CCXLV.

 

p. cxxxiv                                                                                                                                       INTRODUCTION.

 

près 4000 l. de plus que les revenus de sa principauté d'Aquitaine, le produit de ses autres revenus, accumulés pendant ce temps en Angleterre et dans le pays de Galles, ne l'aurait pas moins rendu possesseur d'un des trésors les plus considérables qu'il y eût alors en Europe. On voit qu'un pareil résultat serait bien différent des assertions des historiens. Mais si l'on sépare les revenus et les dépenses propres à la principauté des dépenses et des recettes qui lui sont étrangères, il en résulterait que les revenus sont inférieurs aux dépenses de près de 500000 l., résultat, qui ne serait pas plus exact que le premier, car plusieurs des sources principales des revenus du Prince ne figurent pas dans ce tableau, entre autres les revenus des monnaies, du fouage, etc.

D'après le deuxième tableau, la somme totale des recettes, déduction faite des dépenses, s'était élevée au contraire à 445000 l., et ce tableau, quoique plus complet que le premier, n'est pas encore exact, puisque nous savons que plusieurs trésoriers n'avaient pas remis leurs comptes. Mais quelque incomplet que soit ce travail, et même en supposant que de nouvelles recherches ne permettent pas de le compléter, il n'en fournit pas moins, sous d'autres rapports, des renseignements utiles et précieux, soit pour l'histoire proprement dite, soit pour quelques branches particulières de cette science.

Sous le rapport historique, ces comptes suffisent pour réfuter une grande partie des assertions avancées trop légèrement par les historiens anglais et français qui ont raconté les événements passés à cette époque en Aquitaine; mais quand ces tableaux n'offriraient aucun autre intérêt que celui de la curiosité, il m'a semblé que, dans un temps où l'on recueille avec empressement les moindres traces des moindres faits des hommes les moins éminents, des comptes où l'on voit figurer en recette les joyaux de la couronne de Castille, la rançon d'un roi de France et celle d'un du Guesclin, méritaient d'être vus avec quelque intérêt. On trouve d'ailleurs à chaque instant dans les notes du trésorier d'Aquitaine des renseignements historiques inattendus. Il serait facile de faire une collection importante de chartes, en ajoutant seulement les formules usitées aux faits que Filongleye résume dans une seule ligne de ses comptes. Quand on voit par exemple qu'une prévôté n'a rien rapporté au Prince parce qu'elle a été donnée au captal de Buch, au soudic de Latrau, à Chandos, etc., cette simple note nous en apprend plus que les actes de donation ordinaires, puisqu'elle ajoute à l'énoncé du fait lui-même l'indication de la valeur de la chose donnée. On peut dire aussi que les articles de ces comptes n'expriment pas seulement la valeur des sommes qu'il est curieux et utile de recueillir, ils présentent une espèce de carte topographique, où l'oeil peut suivre par des chiffres plus sûrement que dans le récit des chroniques le mouvement des armées: la cote des revenus est une espèce de thermomètre de la victoire. L'impassible et froide

 

p. cxxxv                                                                                           TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

expression de ces chiffres peut encore fournir des arguments dans cette grande question, jusqu'ici si mal étudiée, de l'exécution du traité de Bretigny. Les phrases et les raisonnements les plus éloquents n'en diront jamais plus que ces faits si simplement et si naturellement énoncés par le trésorier: Nichil quia in marchiis Francie: Nichil propter guerram: Nichil quia datur per regem Francie, etc. Ces tableaux paraissent aussi présenter sous un jour tout nouveau l'histoire de la levée des fouages en Aquitaine, opération à laquelle nos écrivains ont jusqu'ici attaché une importance sinon trop grande, du moins reposant sur des bases inexactes.

On peut dire aussi que si l'on découvrait dans un manuscrit inconnu une description géographique de l'une de nos provinces au XIVe siècle, on s'empresserait certainement de la recueillir. Le travail de Filongleye nous donne mieux encore qu'une simple nomenclature des localités dont se composait l'Aquitaine; il nous fait connaître en même temps les divers droits que le Prince en retirait. Il résulte de ces tableaux que la domination du Prince s'étendait sur 25 diocèses, divisés en 14 sénéchaussées. Dans cette circonscription, le Prince avait conservé dans ses mains 14 châtellenies, 30 prévôtés et 220 baillies; en tout 264 seigneuries, sur l'existence et la valeur desquelles nous avons des renseignements positifs. Il n'est pas question dans ces comptes des fiefs du Condomois, de l'Armagnac, d'Albret, etc., par la même raison sans doute qu'il n'eût pas été question des fiefs de l'Aquitaine dans le compte des revenus des rois de France: une suzeraineté douteuse pouvait être utile aux calculs politiques, mais ne laissait pas de traces dans les additions financières.

L'origine des revenus des princes est une des parties le moins connues de notre histoire; sous ce rapport encore, le travail du trésorier d'Aquitaine fournit des renseignements précieux. Au moyen âge, tout était matière à fief: tout droit, tout péage, tout impôt, toute fonction rapportant un salaire ou un bénéfice quelconque était regardé comme négociable et transmissible; et les souverains les vendaient ou les donnaient avec une imprévoyance qui nous paraît d'autant plus inconcevable, qu'à cette époque les revenus royaux n'étant plus en rapport avec le nouveau rôle que la royauté était appelée à jouer, la politique des conseillers du pouvoir tendait constamment à augmenter le nombre des revenus de leurs maîtres. Ces empiètements systématiques étaient devenus une nécessité; car les moeurs obligeant les princes à se défaire de presque tous les fiefs disponibles, et les usurpations, si faciles alors, joignant leur contingent aux libéralités intempestives des souverains, le pouvoir se serait insensiblement dépouillé de toute ressource, si le zèle des officiers royaux ne s'était attaché à rétablir une espèce d'équilibre.

Avant de faire connaître en détail quels étaient, d'après les comptes de Filongleye,

 

p cxxxvi                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

les revenus du prince d'Aquitaine, remarquons qu'il n'est jamais question, dans ces tableaux, des revenus particuliers du Prince, c'est-à-dire de ses propriétés personnelles ou de son domaine privé. Il est cependant probable que, malgré la facilité avec laquelle les souverains aliénaient les domaines que les lois féodales faisaient si souvent retomber dans leurs mains, les ducs d'Aquitaine avaient conservé quelques seigneuries sur lesquelles ils possédaient autre chose que les droits, très souvent abstraits, de leur suzeraineté. Les produits de ces domaines en blés, vins, troupeaux, etc., se consommaient sans doute en nature, ou bien il y avait un trésorier chargé d'en tenir un compte à part. On peut faire une observation à peu près semblable à propos du butin ou des revenus de la guerre. Les princes n'avaient-ils aucune part dans le pillage d'un camp ou d'un château, dans les contributions imposées aux villes, etc.? On n'en voit aucune trace dans les comptes de Filongleye.

Les revenus que le Prince avait conservés en Aquitaine sont renfermés dans environ 800 articles: 700 articles à peu près concernent les recettes, et 100 les dépenses; mais les mêmes revenus se trouvant répétés dans plusieurs localités, il n'y a en réalité que 130 noms différents pour les revenus, et 20 pour les dépenses: en tout 150 dénominations, dont la signification exacte est souvent peu connue et, par conséquent, utile à étudier. J'ai cru pouvoir me dispenser d'en donner le catalogue, et me suis borné à faire quelques observations sur les principales d'entre elles.

Pour les dépenses, il a été facile aux trésoriers de les ranger sous un petit nombre de titres. Nous avons vu que ce nombre ne dépasse pas 20, encore quelques-uns d'entre eux sont-ils à peu près synonymes. Le premier article qui se trouve toujours en tête des dépenses, est celui des aumônes; mais comme les sommes ainsi désignées sont presque toujours fixes, il ne faut pas croire qu'on ait voulu comprendre sous ce titre les sommes que la charité du Prince le portait à donner aux pauvres; il est plus probable qu'on désignait ainsi certaines rentes pieuses que le Prince s'était imposées.

Quant aux recettes, la multitude des dénominations inventées pour déguiser l'avidité toujours croissante du fisc nous a laissé, comme nous venons de le voir, 130 expressions différentes qu'on peut ranger dans diverses classes, déterminées par la nature de l'impôt qu'elles désignent: revenus féodaux; droits de justice; revenus du monnayage; impôts sur le sol et sur ses produits; droits de douanes; impôts indirects ou octrois; et quelques autres réunis sous le nom de mélanges.

 

Revenus féodaux.

 

Dans ma conviction, mais ce n'est pas ici le lieu d'en développer les motifs, le régime féodal fut créé principalement pour tenir lieu du système fiscal, détruit avec l'empire. Sous un gouvernement féodal, toutes les sources des revenus des princes devaient donc se rattacher plus ou moins à la féodalité, et je n'aurais pas dû en faire

 

p. cxxxvii                                                                                         TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

une catégorie particulière; mais je n'ai rassemblé sous ce titre que les revenus dont l'existence ne pouvait avoir lieu que sous un régime féodal: tous les autres sont examinés dans des classes à part.

En première ligne, et parmi les plus beaux revenus féodaux, il faut compter les trahisons et les félonies des vassaux. Ce serait mal comprendre l'esprit de cette époque que de croire que les princes envisageaient alors les révoltes et les transgressions de leurs sujets comme les rois absolus ont pu les regarder depuis; on a des traités entre des rois et leurs vassaux où le cas d'une nouvelle guerre entre les contractants est soigneusement prévu; et la confiscation des fiefs, espèce de droit de retour, était une condition si essentielle et si inhérente à la féodalité, qu'on peut dire qu'elle seule lui donnait la force et la vie. Quelle puissance les souverains auraient-ils pu conserver, si le retour fréquent des fiefs aliénés ne leur avait permis de se créer de nouveaux partisans, lorsque le souvenir de leurs anciennes libéralités s'était effacé? Ainsi, dans les circonstances ordinaires, les princes voyaient avec plaisir les transgressions qui leur fournissaient l'occasion de s'emparer des terres de leurs vassaux. (Voyez les exemples cités plus bas au chapitre Ve.) Un demi-siècle aurait suffi aux rois de France pour s'emparer de tous les fiefs qu'ils prétendaient avoir anciennement aliénés, si la manie des aliénations nouvelles ne les avait sans cesse affaiblis et mis dans l'impossibilité d'exécuter ce projet. Dès que la royauté fut lasse de ce régime, et cessa de donner les fiefs qui lui rentraient, la féodalité fut éteinte. Mais jusque-là, la fidélité au suzerain n'avait pas été précisément un devoir; c'était un danger et une chance à courir. Les rois eux-mêmes le reconnaissaient indirectement; car la plupart des privilèges des communes étaient basés sur cette considération que les villes leur avaient été fidèles et avaient tenu leur parti: propter fidelitatem et adherentiam. Telle fut la politique constante de la France envers l'Angleterre et les autres possesseurs des grands fiefs; de l'Angleterre envers l'Ecosse et ses autres tenanciers: des grands vassaux envers leurs arrière-vassaux, etc. C'était la conséquence, presque le seul but de l'hommage. Quelques souverains se pénétrèrent même si bien de ce principe de leur puissance, que ce sentiment étouffa chez eux celui de l'équité naturelle, et leur fit exploiter un peu trop profondément cette branche de leurs revenus: ils en vinrent à se réjouir d'une révolte comme un pêcheur se réjouit de la tempête; mais en les jugeant, il ne faut pas oublier de tenir compte des moeurs et des principes de leur époque.

Dans les tableaux de Filongleye, les articles des revenus de ce genre et dont profita le prince d'Aquitaine ne sont pas mentionnés; ils ne constituaient pas des valeurs qu'on pût additionner en chiffres; mais on y trouve un assez grand nombre d'articles qui tenaient de plus ou moins près au droit de confiscation, et qui sont désignés par les mots: Escaetis, forisfacturis, mendationes, condemnationes, compositioncs, etc.,

 

p. cxxxviii                                                                                                                                     INTRODUCTION.

 

qui se divisaient et se subdivisaient en plusieurs autres branches, la plupart très productives. On trouve entre autres: Emendationes super transgressiones monetarum, emendationes coram senescalo, compositiones forestarum, etc. Tout cela était différent des revenus désignés par les mots: Bona confiscata et bona incursa, qui cependant étaient si bien regardés comme une des sources des revenus féodaux, que le trésorier du Quercy n'ayant eu à enregistrer aucune recette de ce genre, avait cru néanmoins devoir inscrire cet article pour mémoire.

Je ne sais s'il faut comprendre dans les revenus féodaux un article, du reste fort minime, et qui n'exista qu'une année, sous le nom de custuma compositionis; un droit sur les objets abandonnés, de exteahoris; les dons ou secours volontaires accordés par les bonnes villes, et que le Prince ne reçut que deux fois, au commencement de son règne et lors de son voyage en Espagne.

Parmi les autres droits et revenus essentiellement féodaux, on remarque l'esporle, à peu près synonyme d'investiture, et particulier au pays Bordelais. Ce revenu n'est mentionné qu'une fois, la première année de la domination du Prince: il ne produisit que 22 s. 2 d. Cette circonstance confirme la remarque que j'avais déjà faite ailleurs (1), et prouve que réellement les tenanciers immédiats ne payaient l'esporle qu'au changement de seigneur, tandis qu'ordinairement les sous-feudataires la payaient à chaque changement de seigneur et de tenancier. Un droit analogue se prélevait en Saintonge et en Poitou sous le nom de rechat.

Dans d'autres localités les noms des revenus féodaux varient, quoiqu'ils soient peut-être à peu près synonymes: en Rouergue, financia feodorum mobilium; en Bigorre, affeude; dans le comté de Gaure, feudis et feude. On peut encore ranger dans la même classe les articles désignés par les mots: communium pacis et paxiagium, que Ducange regarde comme synonymes.

Le cens payé par tête ne fut payé que deux ans, et n'est mentionné que dans le comté de Gaure, sous le nom de capitagia: il pourrait cependant se faire que ce mot ait une signification locale et différente, comme celui de capsos, qui désigne, je crois, un droit prélevé sur les ventes.

Le mot logres, dont le dictionnaire de Ducange n'a pas connu la véritable signification, et qui, d'après ses conjectures, désignerait l'usufruit; les lods et ventes; un droit sur les loyers ou sur les vendeurs de mauvaise foi, etc., est mentionné un assez grand nombre de fois dans les sénéchaussées de Poitiers et d'Angoulême, et il en résulte qu'aucune des conjectures de Ducange ne peut être exacte, car ce droit était fixe et le même dans chacune des localités où il était prélevé, il fut partout de 10 fr. la première année et de 5 fr. toutes les autres, excepté dans la seigneurie d'Aubeterre, où il ne fut perçu qu'une fois, et produisit 15 liv. 15 s.

 

(1) Notices des Manuscrits publiés par l'Académie des Inscriptions, t. XIV.

 

p. cxxxix                                                                                          TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Le service militaire et les autres devoirs ne sont point inscrits dans les comptes de Filongleye. Les redevances qui consistaient en quelque obligation de fait ne pouvaient pas figurer dans ses chiffres; mais on s'explique plus difficilement l'omission des rentes ou cens annuels, dont la valeur pécuniaire, ordinairement supérieure à celle de l'esporle et du rechat, devait avoir une certaine importance. Je suis assez tenté d'en conclure que c'était encore une différence entre les fiefs immédiats et les arrière-fiefs. Dans ceux-ci, la condition de la rente était ordinaire, et les censives formaient un des principaux revenus des arrière-vassaux, tandis qu'elle n'existait pas dans les fiefs immédiats. Cependant quelques articles sont désignés par les mots: sensus denarius, blada sensualia, etc. Il suffira sans doute d'avoir signalé le fait pour qu'on puisse aisément décider plus tard s'il faut y voir une modification locale du système féodal, ou la preuve que le Prince possédait dans ces sénéchaussées des arrière-fiefs qu'il ne possédait pas ailleurs.

 

Droits de justice et monnayage.

 

Les impôts qui se prélevaient sous prétexte de l'administration de la justice ont fourni un nombre incroyable d'articles dans les comptes de Filongleye. En y comprenant les articles qui se rapportent à l'écriture des actes, tels que droits de greffe, de notaires, etc., le chiffre de leurs divisions et subdivisions s'élève à plus de la moitié du nombre total des articles qui composent ces comptes; mais comme j'ai consacré un chapitre à part à l'analyse des renseignements qui concernent l'administration de la justice, je me borne ici à y renvoyer le lecteur. (Voyez plus bas, chapitre VI.)

Il en est de même de ce qui concerne le monnayage.(Voyez chapitre X.)

 

Impôts sur le sol et sur ses produits.

 

L'impôt foncier proprement dit n'était pas encore rétabli; mais le fouage était un pas immense vers ce perfectionnement, et c'est probablement à cette circonstance qu'on doit attribuer l'énergique résistance qu'il rencontra dans l'Aquitaine. J'ai déjà dit que les comptes particuliers de la levée des fouages se trouvent dans le deuxième tableau, et que dans le premier il est seulement question d'une somme de 11000 l., que le trésorier de Limoges avait prise sur les revenus du fouage; je dois ajouter qu'il est possible que deux articles désignés ainsi en Bigorre: septem foce de Fica, duo foce de Correto, soient une espèce de fouage annuel, habituellement levé dans ces localités. Quoi qu'il en soit, par un hasard singulier, l'examen des comptes du fouage semble contredire presque toutes les assertions qui ont été avancées à propos de la levée de cet impôt. Son produit fut de beaucoup supérieur

 

p. cxl                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

à la somme totale des gages de guerre payés par le Prince pendant tout le temps de son administration: sa perception fut plus onéreuse et plus fréquente précisément dans les sénéchaussées où l'on croyait qu'elle l'avait été le moins, etc.

Les impôts sur les différentes natures du sol et sur leurs divers produits étaient déjà très nombreux. Le blé, la denrée la plus nécessaire, était imposé de plusieurs manières. On trouve des articles désignés par ces mots: bladu, bladagium, blada sensualia, blada baillive, fromentum, avene, minagium, cesteral, voata (boata?), bladorum, cultura, quarte, quinte, agreriis. (Le Prince ne perçut les agrières que dans trois localités de l'Agenois).

Il y avait en outre les nombreux revenus des moulins, des fours, etc. Le Prince tirait sans doute aussi de la culture de la vigne et du commerce des vins en Aquitaine des revenus considérables; cependant, soit que ces revenus eussent été aliénés, soit tout autre motif, très peu d'articles de cette nature figurent dans les comptes de Filongleye. On n'y trouve qu'une fois ces expressions: quartum et quantum vini et vinat(icum). Les droits de coutume et de taverne y sont aussi très peu nombreux. La coutume des vins n'est mentionnée qu'à Bordeaux et à Poitiers, et celle de Poitiers ne fut perçue par le Prince qu'en 1369. Le droit de taverne n'existait que dans deux baillies du Bigorre. Le droit de jaugeage, qui du reste ne se payait qu'à Libourne et à Bordeaux, était sans doute prélevé sur les navires plutôt que sur les vins.

Les droits sur les prairies et les pâturages faisaient assez souvent partie des revenus féodaux, mais ils restaient rarement dans la main du suzerain; aussi nous ne trouvons qu'une fois: pasturagium, deux fois: herbagium, et une autre fois: dete herbagiorum, mots qui désignent probablement les amendes payées pour des dégâts commis dans les prairies. On peut assimiler à ces droits l'impôt désigné dans la sénéchaussée des Landes par ces mots: guidonagium vaccarum; d'après Ducange, c'était une espèce de prime d'assurance ou de sauvegarde pour les vaches; d'après un acte des Rôles Gascons, c'était un impôt sur les vaches qui passaient sur un pont.

Toutes les propriétés trop vastes pour qu'un particulier ait pu s'en emparer étaient censées appartenir au souverain; ainsi, les forêts composaient une des principales portions des domaines royaux. Les princes ne savaient pas les exploiter; mais ils avaient trouvé moyen d'en prendre occasion pour de nouveaux impôts. Ils avaient des droits désignés par ces mots: forestagium; emendationes, compositiones, expleta, redditus, vendinones, etc., forestarum. C'est surtout dans le Poitou que ces sortes de droits étaient nombreux; le Prince n'en possédait aucun dans le Bordelais et les Landes.

Les seigneurs féodaux se faisaient aussi payer des amendes par ceux qui causaient des dégats aux propriétés rurales. Ces amendes étaient désignées par les mots: deci

 

p. cxli                                                                                                TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

ou dete. Nous avons déjà vu: acte herbagiorum, on trouve une fois: decis pariagii.

On peut encore ranger dans la classe des impôts territoriaux les impôts sur le sel et celui sur les mines d'argent en Rouergue.

 

Douanes, commerce, octrois, mélanges.

 

Très peu de droits étaient prélevés sur le commerce et la navigation fluviatiles ou maritimes; cependant les ports de Bordeaux, Bayonne, Libourne, Bergerac, La Réole, etc., faisaient alors un commerce considérable; on serait donc en droit de s'étonner qu'une fiscalité déjà si avancée dans l'art d'atteindre les contribuables eût été si arriérée sur un article amplement exploité par les souverains modernes, si l'on ne se rappelait que les comptes de Filongleye ne mentionnent que les branches des revenus conservés par le Prince. On voit en effet dans le mémoire que Brequigny lut à l'Académie (1), qu'il existait dans les archives de l'Échiquier un document d'où il résultait que pendant l'année 1350 il était parti du port de Bordeaux seulement cent quarante-et-un navires d'un fort tonnage. Cette circonstance fait de nouveau ressortir la défectuosité du système de travail adopté par l'illustre académicien. Brequigny ne transcrivit pas ce document: il n'était propre, selon lui, qu'à satisfaire une vaine curiosité, et renonciation seule de son existence sert à prouver que le système des douanes au moyen âge n'était pas aussi arriéré qu'on serait tenté de le conclure du silence de Filongleye.

Il reste néanmoins dans les comptes du trésorier d'Aquitaine plusieurs traces des impôts nombreux auxquels la surface de l'eau, aussi bien que celle de la terre, avait servi de prétexte. On y voit que le Prince prélevait sur les cours d'eau: les droits de pêche, dont quelques-uns sont désignés par les mots: nassa, paxeria, piscaria, firma aquarum, etc.; les droits sur les moulins; les redevances payées aux maîtres des eaux et forêts, etc.

Il ne faut pas oublier que plusieurs droits de douane étaient compris sous le nom générique de coutume, quoiqu'il y eût en outre des coutumes spéciales. On trouve custuma yssac, ollarum lutearum, mellis, vinorum, olee, furni, portus peregrinorum, compositionis, etc.

Dans quelques localités, le nom générique de l'impôt était redditus, et alors on trouve ce mot employé seul, ou accompagné de désignations plus précises: redditus castri, castellanie, civitatis, palatii, per consules, forestarum, assisiarum, hostagiorum, vini, sigilli, incertus, etc. On trouve aussi varia recepta; et même une fois le mot impositiones. Ailleurs, ces mêmes impôts étaient désignés par le mode de leur perception: firma castellanie, aquarum, notariorum, redditus, etc.

Il est probable que ces expressions n'étaient pas indifférentes, et tel impôt qui

 

(1) Mémoire de l'Académie des Inscriptions, t. XXXVII.

 

p. cxlii                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

passait inaperçu à la faveur de son nom n'eût peut-être jamais été prélevé sans ce déguisement. Les dons ou présents auxquels les peuples étaient quelquefois assujettis en sont une preuve évidente. En 1368, la ville d'Angoulême, qui n'avait peut-être pas contribué suffisamment au don que les bonnes villes avaient fait au Prince à l'occasion de son expédition d'Espagne, paya un supplément de 400 livres.

L'industrie seule paraît avoir été épargnée par la fiscalité du moyen âge. Trois articles concernant les tanneries et les fabriques de drap, en Bigorre, sont les seuls que l'on puisse ranger dans cette catégorie; à moins qu'il ne faille aussi y comprendre quelques-uns des mots suivants, dont je n'ai pu deviner le sens exact. D'abord les mots: sponderus fardus et supergardus, qui ne se trouvent qu'une fois en Rouergue; puis le mot leuda, qui ne se rencontre aussi que dans cette sénéchaussée, mais s'y trouve un grand nombre de fois, soit seul, soit accompagné de désignations spéciales: leuda, pedagium de leuda, leuda pacis, leuda platee, leuda macelly. Plusieurs auteurs se sont mépris sur la signification de cette expression, qui, selon Ducange, exprimait une espèce de droit de transit, ou plutôt un droit prélevé sur les marchandises achetées ou vendues. La recette désignée par le mot leuda se trouve assez souvent réunie avec celle désignée par le mot inquantum; mais ce mot inquantum lui-même avait-il toujours la signification qu'on lui attribue ordinairement? il est permis d'en douter lorsqu'on trouve dans la même baillie trois produits différents ainsi désignés: inquantum, inquantum de clausa vinea, inquantum de Ausico. La connaissance particulière des usages locaux permettra seule aussi de définir l'espèce de revenu que désignent les mots suivants dans les baillies de Riperia et Labesseria, en Bigorre. Dans la première on trouve: furnum et labassaria; dans la seconde: lanseria et labesseria. Il en est de même du mot Cobams ultra Garomnam, qui ne se trouve qu'une fois en Agenois.

Il faut encore ajouter à cette longue énumération quelques autres revenus, plus ou moins faciles à déterminer. Ainsi, en Saintonge, on trouve: domania non mutabilia; à Bordeaux et à Poitiers: portus peregrinorum ou custuma portus de peregrinatione; enfin les droits sur les foires et les marchés: nundine, pars fori mercati, venditio victualium; mais il ne faut pas confondre ces derniers impôts, mentionnés dans le premier tableau de Filongleye, avec les bénéfices sur la vente des vivres et équipements que le Prince faisait apporter d'Angleterre pour en faire le commerce, et dont il n'est parlé que dans le deuxième tableau. Ces bénéfices faisaient partie de ce que Filongleye appelle la recette foraine, recette dans laquelle il a fait figurer pêle-mêle le prix des joyaux de la couronne de Castille, et de la rançon du roi et de la noblesse de France, avec le prix de la vente de la morue, des harengs et des stockfisch.

 

p. cxliii                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Je reprends l'examen par l'ordre chronologique des faits historiques que l'analyse des comptes de Rich. Filongleye m'avait obligé d'interrompre, et pendant quelque temps encore le travail du trésorier d'Aquitaine continuera à fournir quelques renseignements curieux.

Nous avons vu que les revenus de l'Aquitaine appartinrent au vainqueur de Poitiers à partir du 19 juillet 1362; mais que ce prince ne revint en France qu'en 1363; et qu'il commença à se faire rendre les hommages à Bordeaux le 9 juillet de cette année. Toutes les parties de sa principauté ne lui furent pas livrées à cette époque. Dans le Rouergue entre autres, plusieurs des revenus appartenant au Prince continuèrent à être perçus par le roi de France. La guerre se faisait encore en Bigorre; la vicomté de Limoges ne fut rendue qu'à la fin de 1364; et dans le Poitou, les seigneurs de Clisson et de Laval, l'évêque de Poitiers, etc., prétendirent que les prévôtés de Laganasche, Beaumer-sur-mer, l'Ile-Dieu, etc., leur appartenaient, et le Prince n'en jouit jamais.

Comme on doit s'y attendre, c'est la première année de son arrivée en Guyenne que le Prince fît le plus de libéralités à ses chevaliers: parmi les plus favorisés, les comptes de Filongleye signalent le captal de Buch, le soudic de Latrau, J. de Harpedenne, Bertoncat d'Albret, R. d'Angle, Roger Dore, les seigneurs de Poyanne, de Mucidan, de Mareuil, etc. Ces donations sont d'autant plus précieuses à recueillir, qu'il ne doit en exister aucune trace, ni dans les rôles gascons, ni dans les autres parties des archives de la chancellerie anglaise; car l'Aquitaine était alors un fief de la couronne d'Angleterre, et non un fief tenu par le roi d'Angleterre.

C'est sans doute pour aider à l'installation du Prince que la province lui fit cette année un don de 1000 l. Néanmoins le Prince de Galles fit apporter d'Angleterre près de 18000 l. st., et ses dépenses excédèrent encore de beaucoup ses recettes.

Pendant ce temps, Edward III ayant renouvelé la paix avec le nouveau roi de France, fit faire à Londres plusieurs proclamations pour en faire connaître les conditions (nos CXCIV et CXCV), et de son côté Charles V rendit une ordonnance en faveur des marchands anglais (n° CXCVI). Ce document ne se trouve pas dans le recueil des ordonnances des rois de France.

En 1365, le prince d'Aquitaine recouvra dans la sénéchaussée des Landes plusieurs baillies qu'il n'avait pas encore possédées, tandis qu'en Limousin la baillie de Beauregard commença à ne rien rapporter, parce qu'elle était sur les frontières de France; mais partout, excepté dans le Poitou et le Limousin, les revenus du Prince furent supérieurs à ses dépenses.

En 1366, le Prince ne paya aucun gage de guerre dans le Bordelais, la Saintonge, etc., mais il les augmenta beaucoup dans le Rouergue et le Quercy: le

 

p. cxliv                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

Périgord et la Terre-du-duché étaient déjà presque complètement abandonnés. Dans toutes les autres sénéchaussées, les dépenses furent supérieures aux recettes ordinaires.

L'année suivante fut l'année du voyage d'Espagne. J'ai déjà dit que le total des sommes données à cette occasion par les bonnes villes de la principauté, joint aux prix des joyaux de don Pedre, aux revenus ordinaires des sénéchaussées, à l'argent que le Prince fit venir d'Angleterre, etc., surpasse de beaucoup la somme des gages de guerre payés par le Prince en Aquitaine, non seulement cette année, mais pendant tout le temps de son administration. Ce fait est si complètement en opposition avec le récit des historiens, qu'il faut nécessairement admettre qu'il y eut pour l'expédition d'Espagne un trésorier particulier, dont les comptes ne furent pas communiqués à Filongleye. Il est plus difficile de concilier le témoignage des historiens avec celui de ces comptes en ce qui concerne les fouages. Il est positif que cet impôt avait été levé dans plusieurs sénéchaussées avant l'expédition d'Espagne, et qu'il ne le fut pas dans quelques autres, où l'on suppose que la levée excita le plus de murmures. Quoi qu'il en soit, dès cette année, les comptes des revenus du Prince cessèrent d'être tenus dans tout le Quercy, le Périgord et l'Agenois.

En 1368, les comptes du Prince, déjà fort simplifiés, comme nous venons de le voir, le furent bien davantage par la mort de Jean d'Alby, connétable de Bordeaux. On se saisit des sommes qu'il avait en caisse, et tout en resta là. Il semble que la générosité du Prince augmentait à mesure que les revenus diminuaient; il donna cette année à R. de Walsham, son confesseur, à J. Chandos, à M. de Gournay, à J. de Stratton, etc., presque la moitié des baillies qu'il possédait encore dans le Bordelais.

En 1369, les revenus furent de plus en plus diminués; les habitants du Bazadois se révoltèrent, et les trésoriers cessèrent de tenir leurs comptes dans toute la sénéchaussée du Rouergue.

En 1370, la comptabilité, déjà si réduite, le fut encore par les nombreuses libéralités du Prince, et dans toutes les contrées qui lui restaient, les dépenses excédèrent de beaucoup les recettes. Edward III voyait ainsi peu à peu le fruit de ses conquêtes échapper de ses mains, il essaya d'y remédier, en envoyant son autre fils, le duc de Lancastre, au secours de son frère, et sentant combien il avait besoin, pour réussir, de se concilier l'affection des peuples, il lui donna, le 1er juillet 1370, le pouvoir d'accorder toute espèce de grâce ou de pardon, même pour les crimes de sortilège et de lèse-majesté, de relever de toute tache d'infamie, et même de conférer la noblesse (n° CCXVII).

L'expédition du duc de Lancastre, préparée depuis longtemps, et pour laquelle ce prince avait été obligé de mettre en gage le comté de Richemond (n° CCII), ne

 

p. cxlv                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

devait durer que six mois; cependant, pour dédommagement, il se fit donner par son frère les seigneuries de La Roche-sur-Yon et de Bergerac (nos CCXVIII, CCXIX), et quelque temps après l'expiration des six mois, conformément au traité passé avec le Prince Noir (n° CCXX), le duc de Lancastre se démit du commandement de l'Aquitaine, et l'abandonna à la garde du sénéchal et des autres officiers ordinaires (n° CCXXX).

Le Prince Noir, malade, s'était lui-même démis entre les mains d'Edward III de sa principauté d'Aquitaine; en conséquence, l'année suivante, le duc de Lancastre, par un nouveau traité passé avec son père, le 1er juillet 1372, se chargea de défendre l'Aquitaine (n° CCLI). Parmi les conditions de ce traité, il en est une si singulière et si honorable pour un de ces guerriers, auxquels Froissard prodigue quelquefois beaucoup trop d'éloges, qu'il est juste de la faire remarquer. Le vieux roi exigea de son fils que monseigneur Hugues de Calviley fût du nombre des chevaliers qui l'accompagneraient. Mais pour réussir, une armée a besoin d'autres choses que d'un bon chef: les prospérités d'Edward III devaient nécessairement finir, puisque ses finances étaient épuisées. En vain, pour engager les chevaliers à le suivre, le duc de Lancastre eut-il recours à un moyen extrême. Le bizarre remède qu'il employa mit le comble au mal, au lieu d'y remédier. Le 14 juillet 1373 le duc avait écrit à son trésorier de ne plus délivrer de mandats pour le payement de gages arriérés de sa dernière expédition, excepté aux créanciers qui s'engageraient à faire partie de la nouvelle armée (n° CCXLVIII). On peut juger de l'effet que produisit cette mesure, quand on voit quelques mois plus tard Edward III obligé, pour arrêter la désertion qui s'était mise dans l'armée de son fils, de faire emprisonner à Londres tous ceux: qui revenaient d'Aquitaine sans un ordre spécial du duc de Lancastre (n° CCL). Ces documents suffisent pour expliquer les revers que les armées anglaises devaient désormais éprouver en France.

Ce volume ne contient rien de nouveau sur les événements historiques qui suivirent; il faut aller jusqu'à l'année 1380 pour y rencontrer deux actes relatifs au traité de paix conclu entre Richard II et le duc de Bretagne. L'un est la nomination des commissaires anglais, l'autre la ratification du traité par les barons anglais et Richard II (nos CCXXXIII, CCLXXVI).

A l'appui de ses prétentions au trone de Castille, le duc de Lancastre avait été amené à faire une expédition en Portugal; et dans l'armée qui lui était opposée se trouvait sans doute un corps de troupe française; car en 1387, pendant une suspension d'armes, le duc de Lancastre accorda à Renaud de Roys, chevalier français, et à cinquante autres chevaliers et écuyers de sa suite, un sauf-conduit pour venir exécuter certaines passes d'armes au milieu de l'armée anglaise (n° CCXCIII). Je ne sache pas que cette honorable faveur ait été mentionnée dans aucune chronique. Ce

 

p. cxlvi                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

document est le dernier de ce siècle que je puisse signaler ici, et il faut ensuite descendre jusqu'à une époque assez avancée du XVe siècle pour rencontrer des pièces véritablement historiques.

 

ARTICLE III.

XVe siècle.

 

Les documents purement historiques du XVe siècle, publiés dans ce volume, sont peut-être moins importants que ceux des siècles précédents; ils appartiennent presque tous à la série de lettres officielles que les rois et les grands seigneurs d'Angleterre écrivaient à la commune de Londres. Presque toujours dans cette correspondance une phraséologie d'étiquette tient la place du récit des faits déjà connus ou très succinctement racontés: mais quand il serait vrai que ces espèces de bulletins des victoires des armées anglaises dans nos provinces n'eussent d'autre mérite que celui de contrôler la vérité des faits rapportés par les chroniqueurs, il eût encore été utile de les publier. Ceux qui les consulteront avec soin s'apercevront en outre qu'ils peuvent fournir des renseignements ignorés et rectifier des faits mal connus.

On s'explique difficilement pourquoi dans les registres de la mairie de Londres il existe des lacunes considérables dans la transcription régulière des pièces de cette correspondance; mais en compensation il sera facile de s'apercevoir que j'ai quelquefois publié des réponses de la commune à des lettres dont le texte ne se trouve pas dans les manuscrits de Guild-Hall.

Le premier document de ce genre est une lettre du 22 septembre 1415, par laquelle Henri V annonce son arrivée et ses succès: elle fixe d'une manière précise la date de la prise d'Harfleur, sur laquelle y avait des doutes (n° CCCXXIX). Deux ans plus tard le même roi écrivit pour annoncer son nouveau débarquement en Normandie et la prise du château de Touques (n° CCCXXXVII).

Le 5 septembre 1417, Henri V manda à la commune de Londres qu'il avait pris d'assaut la ville de Caen et que le château lui-même s'était rendu (n° CCCXXXIX); le 11 du même mois le duc de Clarence apprit au maire de Londres les nouveaux succès de l'armée anglaise, et pour faire bien comprendre l'état prospère de l'armée et la nature de ses succès, il se borna à demander l'envoi de gens pour repeupler les contrées où leurs victoires avaient passé (n° CCCXL).

Le 5 juillet de l'année suivante le duc de Clarence annonce la prise de Louviers et le siège de Pont de l'Arche (n° CCCXLIII). Le 31 du même mois, c'est le Roi lui-même qui rend compte à la commune de Londres des négociations du cardinal des Ursins, de la reddition de Pont-de-l'Arche, des propositions du duc de Bourgogne et de la mort du comte d'Armagnac (n° CCCXLIV).

 

p. cxlvii                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

Le 10 août, Henri V assiégeait Rouen; et demandait pour rafraîchir son armée des vivres qu'on pouvait amener par eau de Harfleur dans son camp (n° CCCXLVI). La réponse de la commune de Londres fait connaître le curieux détail des approvisionnements qui furent envoyés (n° CCCXLVIII}.

Le 5 août 1419, le Roi et le duc de Clarance écrivent de Mantes, le même jour, pour annoncer la prise de Pontoise et le refus de leurs ennemis de consentir à la paix; Le duc de Clarence demande en même temps le titre de citoyen de Londres pour un de ses gens (nos CCCLIII, CCCLIV).

Le 17 août, Henri V avait encore écrit de Pontoise; mais son messager ayant été pris au Crotoy, il écrivit de nouveau de Trie-le-Chatel, le 12 septembre, pour que la commune se préparât à lui envoyer les secours que le duc de Bedford devait lui demander (n° CCCLVII). Le 7 novembre, le duc de Bedford fit une proclamation pour faire apporter des vivres en Normandie (n° CCCLVIII).

Le 12 juillet 1421, Henri V annonça son voyage en Picardie; les bons services qu'il recevait du duc de Bourgogne; la levée du siège de Chartres et la retraite du Dauphin; c'est la dernière lettre qu'on trouve de lui (n° CCCLXIII). Le 26 octobre 1422, ce fut le duc de Bedford qui écrivit de Rouen pour demander à la commune de Londres d'avoir la même fidélité pour le jeune enfant qui était devenu roi, qu'elle avait eue pour son père (CCCLXVI). Bientôt après, une lettre de la commune de Paris mandait à celle de Londres la mort du roi de France; l'assurait de son dévouement à Henri VI et lui demandait de s'employer activement en sa faveur (CCCLXVIII). En 1424, deux lettres des habitants de Londres au duc de Bedford apprennent que celui-ci leur avait rendu compte de ce qui se passait en France (nos CCCLXX, CCCLXXI). En 1428, c'est le comte de Salisbury qui annonce les suceès de l'année anglaise; elle s'est emparée de 40 villes ou châteaux et n'est plus qu'à cinq lieues d'Orléans. (n° CCCLXXVI). Enfin Henri VI fit son entrée solennelle à Paris, les registres de Guild-Hall nous en ont conservé une relation inédite, dont je parlerai plus amplement (Voyez Introduction, IIIe partie, chap. III, et n° CCCLXXXI). On ne trouve plus désormais dans ce volume de lettres des rois d'Angleterre; mais en échange, en 1432, c'est la commune de Paris qui croit devoir envoyer à celle de Londres une copie de la lettre qu'elle écrit à Henri VI, pour lui rendre compte de ce qui se passe en France (nos CCCLXXXIII, CCCLXXXIV). A peu près dans le même temps, la ville de Paris envoie encore à celle de Londres la copie d'une requête qu'elle adresse au roi d'Angleterre, et prie la ville de Londres ds s'intéresser à son sort, sachant bien que si Londres veut s'en mêler, Paris se verra bientôt soulagée et délivrée des maux qu'elle souffre (CCCLXXXV, CCCLXXXVI).

Le 14 mai 1435 le duc de Bourgogne voulant se concilier l'affection des Parisiens, leur écrit de Dijon pour leur rendre compte des négociations qui ont eu lieu à

 

p. cxlviii                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

Nevers et de l'assemblée qui doit avoir lieu à Arras (n° CCCLXXXVII). Le 27 juin de la même année, la ville de Calais implorait la protection de celle de Londres (n° CCCLXXXVIII).

La singulière requête, adressée en 1440 à Henri VI, par les deux états de la sénéchaussée des Landes, est moins importante sans doute sous le rapport historique proprement dit, que curieuse par les renseignements qu'elle donne sur les moeurs de l'époque et sur les faits relatifs à l'histoire particulière de cette province; cependant elle jette aussi quelque lumière sur les causes des événements qui s'accomplirent alors en Gascogne; le siège de Tartas; la présence et le nombre des routiers dans cette contrée, etc. (n° CD).

Les traités passés l'année suivante entre les deux puissantes communes de Bayonne et de Londres intéressent beaucoup plus l'histoire locale et celle des moeurs que l'histoire générale elle-même; si je les indique ici, c'est qu'ils ont une telle importance particulière, qu'il est impossible qu'ils n'aient pas aussi quelque signification générale (nos CDIII, CDV).

Pour clore cette longue série de lettres de rois, de princes et de communes que nous a fournie le XVe siècle, on trouve en 1447, une lettre écrite par Charles VII à ses très chers et grands amis de la commune de Londres, pour leur apprendre combien il est disposé à la paix; leur annoncer le départ de ses ambassadeurs, le comte de Dunois, le sire de Petigny, etc., et les prier de s'intéresser à leur message. Une lettre de Charles VII à la commune de Londres, quel qu'en soit le motif, est un fait assez intéressant par lui-même, pour qu'il soit inutile de le faire remarquer autrement qu'en l'indiquant (n° CDVII).

Je dois signaler encore la proclamation que fit faire en 1450 le roi d'Angleterre contre le duc de Bourgogne. Il est impossible en la lisant de ne pas la comparer avec celle que Louis le Hutin avait exigée d'Edward II, en 1315, et de remarquer que Henri VI, qui prétendait avoir sur la Flandre les mêmes droits que Louis X y avait eus, au lieu de mettre hors la loi les individus et les propriétés de tout un peuple, recommande expressément au contraire de ne pas punir comme coupables du crime de leur seigneur, les Flamands qui ne s'y sont pas associés. Mais de cette comparaison il ne faut faire honneur ni au caractère ni à la politique de l'un de ces princes; un siècle d'intervalle avait changé les idées et les moeurs (n° CDXIII).

 

ARTICLE IV.

XVIe siècle.

 

Le petit nombre des documents inédits du XVIe siècle qui se trouvent dans ce volume viennent tous des archives de l'Échiquier, où ils semblent avoir été laissés

 

p. cxlix                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE PREMIER.

 

par hasard. Presque tous aussi sont des lettres; mais à cette époque les communes se sont effacées, et ce sont généralement entre eux ou avec des agents subalternes que les princes entretiennent leur correspondance.

La première de ces pièces est une lettre que l'empereur Maximilien écrit en 1508, à sa fille, Marguerite d'Autriche, pour lui annoncer que les Vénitiens ont refusé la paix; mais que les pertes qu'ils viennent d'éprouver les forceront bientôt à l'accepter. Cette lettre manque au curieux recueil de lettres de ce prince, publié par Mr Edward Leglay (n° CDXLIV).

En 1517, une lettre confidentielle, sans adresse et sans signature, exprime en termes équivoques les projets de paix de l'Empereur (n° CDXLVIII).

En date du 16 juillet 1519, on trouve une lettre que je crois du prince de Ligne au cardinal Wolsey, où ce seigneur explique comment son attachement à la cause d'Angleterre l'oblige de quitter le service de la maison de Bourgogne et à partir pour la Terre-Sainte (n° CDL).

Le 28 août 1520, Thomas Bohier écrit d'Etampes à la reine d'Angleterre, pour lui donner des nouvelles de la santé du Roi (n° CDLIII).

En 1522, un agent de Marguerite d'Autriche, à Blois, apprend à cette princesse tout ce qu'il a pu savoir sur les dispositions des Suisses; le projet d'alliance du roi de France avec les Vénitiens; la bienveillance du Pape pour les Espagnols; le motif de la rupture du Roi avec le connétable; les murmures du peuple contre la levée des tailles; l'équipement en Bretagne d'une flotte de 1500 hommes destinée contre les Anglais, etc. (n° CDLIV).

Le 1er septembre de la même année, Marguerite d'Autriche écrit de Berghes à l'amiral d'Angleterre, qu'elle a donné l'ordre de faire amener des vivres à l'armée de l'Empereur et du roi d'Angleterre. Cette lettre manque aussi à la collection de M. Leglay (n° CDLV).

En 1525, Henri VIII écrit à François Ier pour se plaindre de ce que son envoyé ne lui a pas laissé en partant la preuve écrite de leur alliance (n° CDLVI).

On trouve de la même année quatre autres pièces importantes: Rapport d'un agent anglais sur ce qui se passe en France, et sur les dispositions adoptées par la Régente et les trois états. A ce rapport est jointe une lettre de Charles-Ouint à la Régente et une chanson satirique contre le chancelier Duprat, où on lui reproche entre autres d'être fils d'un marchand de sabots, ce qui est contraire à l'opinion généralement admise par les généalogistes (nos CDLVII, CDLVIII, CDLIX). Puis l'évaluation des dépenses d'une armée que le connétable de Bourbon propose à l'Empereur de conduire en France: 2500 fantassins et environ 3000 hommes d'armes, chevaux-légers ou artilleurs, dont l'entretien devait coûter 100000 écus par mois (n° CDLX).

 

p. cl                                                                                                                                                INTRODUCTION.

 

Une lettre sans date, adresse ni signature, apprend qu'en 1527, une flotte étant descendue en Sardaigne, y a vaincu l'armée du vice-roi et s'est emparée du butin de Rome que les Espagnols ramenaient en Espagne (n° CDLXII).

Vers 1536 le rapport d'un agent des Anglais en France donne les nouvelles qui s'y répandent; les embarras du roi de France; son alliance avee l'Ecosse; la maladie de la reine d'Ecosse; les propositions extraordinaires que le Grand Turc fait faire à François Ier, etc. (n° CDLXIII).

Enfin, en 1562, une quittance de la main de l'amiral de Coligny, dont je parlerai plus amplement au chapitre X, constate de la manière la plus positive un fait sur lequel on avait des doutes, et prouve que réellement les chefs protestants recevaient de l'argent de la reine d'Angleterre (n° CDLXV).

 

p. cli                                                                                                   TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

CHAPITRE II.

Histoire des Provinces (1).

 

ARTICLE PREMIER.

Boulenois, Artois et Ponthieu.

 

Les documents relatifs à ce petit coin du territoire de la France qu'on nomme le Boulenois et le Ponthieu occupent plus de place dans les archives d'Angleterre que les documents relatifs à la plus grande de nos provinces; on peut s'en faire une idée en parcourant le chap. IV de la IIe partie de cette introduction; mais comme je ne dois parler ici que des documents publiés dans ce volume, il se trouve que sauf un acte qui concerne l'importation des laines en Artois (n° XCVIII), pas un des renseignements que je dois mentionner n'est antérieur à l'époque du siège de Calais par Edward III. A partir de cette date, les documents concernant Calais et le Boulenois sont si fréquents dans les archives anglaises que j'ai dû forcément renoncer à les mentionner tous; il eût fallu citer tous les règlements qui concernent l'ensemble du royaume d'Angleterre; car dans tous les actes du Parlement et dans toutes les ordonnances générales, il y a toujours quelques dispositions spéciales pour Calais. Quand j'ai dit, en parlant des archives de la mairie de Londres, qu'en les consultant à partir de l'époque où je m'étais arrêté, on y rencontrerait encore quelques documents intéressant la France, j'avais surtout en vue de désigner les documents qui concernent Calais; à cette époque, cette ville étant restée le seul point de notre territoire possédé par l'Angleterre, les relations de Calais avec Londres devinrent encore plus multipliées qu'elles ne l'avaient été jusqu'alors.

Dès le 30 octobre 1346, une ordonnance du gardien du royaume d'Angleterre prescrit des mesures pour éviter qu'on apporte des vivres d'Angleterre en France, ailleurs qu'à l'armée qui est devant Calais (n° CXLVIII). L'année suivante, le Pape écrivit à Edward III pour l'exhorter à la modération et à la paix, et le Roi, fier de ses succès, lui répondit d'une manière presque dérisoire; Edward ne fut cependant pas sans appréhension; à l'approche de l'armée française, il écrivit à Londres de lui envoyer des secours en toute hâte (nos CLIII, CLIV).

 

(1) Il n'est question dans ce chapitre que des renseignements contenus dans les textes nouvellement publiés; pour chercher ce qui concerne les diverses localités dans les autres parties de cet ouvrage, il faut avoir recours à la table des matières, où l'on trouvera réuni, à l'aide de divers renvois, tout ce qui intéresse chaque province, chaque département, chaque arrondissement, chaque localité.

 

p. clii                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

Calais se rendit le 3 août, et dès le 12 du même mois, le gardien d'Angleterre faisait proclamer à Londres que tous ceux qui voudraient apporter des vivres ou venir habiter Calais se hâtassent de partir; car à compter du 1er septembre on distribuerait des maisons et des terres à des conditions très avantageuses à tous ceux qui en demanderaient (n° CLVI). On trouvera plus bas quelques-unes de ces donations.

En 1355, on fit proclamer à Londres qu'on manquait de blé et surtout d'avoine à Calais (n° CLXIX). En 1360, Edward III, étant à Calais, donna à son fils le duc de Lancastre plusieurs maisons qui étaient restées dans ses mains. Cet acte fait connaitre les confrontations de chacune de ces maisons, et peut par conséquent aider à retrouver les noms et les demeures des citoyens qui défendirent si héroïquement leur patrie. Ce document m'a paru d'autant plus mériter d'être conservé, que le nom d'Eustache de Saint-Pierre y figure plusieurs fois, et qu'il en résulte que s'il est vrai qu'il ait trahi sa patrie (ce dont, après tout, je doute fort), les apparences contraires furent si bien gardées, qu'il fut comme les autres dépossédé de ses propriétés. J'ai pensé que les Calaisiens et tous les Français verraient avec plaisir un acte propre à jeter quelque lumière sur cette intéressante question (n° CLXXXV).

Le n° CCLXXVIII nous apprend que le duc de Lancastre prétendit plus tard qu'Edward III lui avait, en outre, donné cette année l'hôtel d'un chevalier, nommé Barthélémy de Burghersh. Voyez plus bas le procès qui en résulta.

Un document de 1369 a conservé les noms de cent vingt hommes d'armes qui partirent de Londres pour venir tenir garnison à Calais (n° CCIX). La même année, le duc de Lancastre, étant à Calais, fit payer quelques ouvrages de charpenterie faits dans les maisons qu'il y possédait (n° CCXII). En 1373, le même duc passa à Calais et afferma sa maison, connue sous le nom d'Hôtel de Lancastre, à condition, entre autres, que le fermier ne serait pas tenu de réparer les dégâts causés par les tempêtes, et que le duc pourrait occuper son hôtel chaque fois qu'il passerait par Calais (n° CCXLIX).

Le 25 juin 1377, quatre jours après la mort d'Edward III, Jean Salman, écuyer, et sa femme, en vertu de certaines lettres patentes dont la date n'est pas citée, mais qui, d'après les catalogues des rolles gascons, doivent être du 25 mai de cette année, se firent mettre en possession d'un hôtel qui avait autrefois appartenu à Barthélémy de Burghersh, chevalier, et probablement beau-père de J. Salman; trois ans plus tard, le tout puissant duc de Lancastre prétendit, à tort ou à raison, que ce fief lui avait été enlevé contrairement aux lois du royaume, et il obtint de son neveu, le jeune Richard II, de nouvelles lettres patentes ordonnant que ce fief fût saisi par les officiers royaux et restitué au duc de Lancastre (n° CCXXXVIII).

L'année suivante, un mandement du duc de Lancastre chargea un des aldermen

 

p. cliii                                                                                                 TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

de Calais, resté dépositaire des revenus des maisons dont s'était emparé J. Salman, de les employer à faire quelques réparations à ses maisons (n° CCLXXX).

Le 5 février 1395, le duc de Lancastre passa plusieurs actes pour la ferme de ses maisons de Calais; ces actes sont non seulement curieux par les noms des individus et des localités qu'ils font connaître, mais en outre par les dispositions particulières qu'ils contiennent (nos CCCVI, CCCVII, CCCVIII).

Au commencement du quinzième siècle, le directeur de la monnaie d'Angleterre était chargé, à la fois, de toutes les opérations de banque et de change qui ne pouvaient se faire qu'à Londres et à Calais. En 1413, Louis Jean remplaça dans ces fonctions Richard Garner (nos CCCXXVI, CCCXXVII).

On trouve quelques détails sur les conférences qui devaient avoir lieu à Arras, le 1er juillet 1435, dans une lettre du duc de Bourgogne, comte d'Artois, datée du 14 mai de la même année (n° CCCLXXXVII).

Cette année, la commune de Calais était dans un état si déplorable, que, menacée d'être assiégée par les Français, elle fut réduite à implorer la bienveillance et le secours des magistrats de la municipalité de Londres, qui, dans tous les temps, s'étaient vivement intéressés au sort de Calais (n° CCCLXXXVIII). C'était l'époque, au contraire, où la commune de Londres avait acquis une telle prépondérance, qu'elle se crut assez puissante pour faire exécuter partout les privilèges, vrais ou supposés, qu'elle prétendait avoir été accordés à ses marchandises et à ses navires, dans tous les ports soumis à la domination des rois d'Angleterre. Elle essaya de faire valoir ses prétentions à peu près en même temps à Calais, à Bordeaux, à Bayonne, etc. Cette circonstance doit faire présumer que ces privilèges n'avaient jamais existé que de nom, car il est peu probable qu'il y ait eu à la fois une conspiration générale contre les privilèges des Londoniens dans tous les ports de l'Océan (n° CCCXCVII).

Une note trouvée sur une feuille de garde d'un cartulaire nous a fait connaître le revenu exact des maisons que le duc de Lancastre possédait encore à Calais en 1489 (n° CDXXXVI).

 

ARTICLE II.

Picardie.

 

Les archives de Guild-Hall ont révélé à la science un genre de documents non seulement inconnu, mais dont l'existence n'était même pas soupçonnée. Dans ce nombre, nous devons comprendre la correspondance entretenue par la commune de Londres avec les villes d'Amiens, de Nesle et de Corbie.

La copie que j'ai faite du texte de ces actes doit être publiée dans la collection des monuments de l'Histoire du tiers-état; cependant, comme ces documents m'ont été

 

p. cliv                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

utiles dans l'explication de quelques points historiques dont j'ai eu l'occasion de parler, j'ai cru devoir donner ici une analyse qui puisse faire comprendre l'ensemble d'une affaire dont j'ai plusieurs fois cité les détails.

La guerre entre la France et l'Angleterre ayant interrompu ou diminué le commerce que les marchands des trois villes de Picardie faisaient avec la capitale de l'Angleterre, où ils apportaient principalement de la guède, de l'ail et de l'oignon, marchandises sans doute alors fort recherchées des Anglais, la commune de Londres, pour engager les marchands Picards à revenir dans son port, leur accorda, en 1237, plusieurs privilèges et exemptions qui furent regardés comme très importants, car ils furent transcrits un grand nombre de fois dans les cartulaires et les registres de la Cité. Moyennant le payement d'une rente assez minime, les marchands de ces trois villes se trouvaient assimilés aux marchands nationaux, et les conditions étaient également stipulées pour les temps de paix et pour les temps de guerre. Ce n'était pas seulement, disaient les habitants de Londres, l'intérêt particulier de leur ville qui avait dicté les conditions de ce traité, c'était l'intérêt général du commerce et celui de l'Angleterre. Il est impossible de développer, à ce sujet, une théorie du commerce plus large et mieux sentie que ne le firent dans cette lettre les magistrats de Londres (voy. plus bas: Introd., chap. IX). Cependant la guerre ayant interrompu les relations entre les deux peuples, quand la paix fut rétablie, les marchands Picards ne revinrent pas à Londres, craignant que, selon un usage alors généralement adopté, la commune de Londres ne rendit responsables de la rente arriérée les premiers marchands qui arriveraient. Les Anglais, inquiets de ne plus les voir dans leur port, leur écrivirent, en 1298, qu'ils pouvaient revenir sans crainte, et qu'il ne serait exigé d'eux que les six derniers mois échus de la rente stipulée par le traité de 1237. En conséquence, les marchands de Picardie revinrent; mais de nouvelles hostilités ayant éclaté, la rente fut mal payée on ne le fut pas du tout. Aussi, en 1332, le bailli d'Amiens ayant eu occasion de demander un service au maire de Londres, celui-ci, en répondant à la demande du bailli, réclama le payement de la rente consentie par le traité de 1237.

Le fait qui engagea le bailli d'Amiens à écrire au maire de Londres est lui-même curieux, et a fourni à M. Augustin Thierry une preuve certaine de l'exécution des articles de la première coutume d'Amiens, par lesquels les bourgeois étaient tenus, sous des peines sévères, d'accepter et d'exercer les fonctions municipales. André Audeluye ayant été élu grand compteur d'Amiens, pendant qu'il était en Angleterre, le bailli écrivit au maire de Londres pour qu'il signifiât à André Audeluye qu'il eût à revenir remplir ses fonctions. C'est en transmettant la réponse du grand compteur que le maire de Londres réclama le payement de la rente et de l'arriéré, et comme les Picards souffraient sans doute autant de cette interruption que les Anglais,

 

p. clv                                                                                                 TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

on entra en négociation. Les marchands d'Amiens obtinrent du roi de France la permission de nommer, pour leur mandataire général dans tout ce qui regardait leurs affaires avec la Grande-Bretagne et l'Irlande, ce même André Audeluye, et celui-ci ayant subdélégué ses pouvoirs à six autres marchands, il intervint, en 1334, un nouveau traité. Ce traité renouvela celui de 1237, et y ajouta quelques avantages au profit des marchands d'Amiens.

Le nouveau traité, qui fournit de curieux renseignements sur l'état du commerce à cette époque, fut exécuté avec plus d'exactitude que ne l'avait été le précédent; mais les marchands de Corbie et de Nesle n'ayant pas voulu, quelque réclamation qu'on leur eût adressée, contribuer pour leur part au payement des sommes réclamées par la ville de Londres, le même jour où fut conclu le nouveau traité dont nous venons de parler, et dans lequel les marchands de Nesle et de Corbie paraissaient ostensiblement compris, il fut passé entre la ville de Londres et les procureurs des marchands d'Amiens un autre acte, probablement tenu secret, et par lequel le maire de Londres s'engageait à saisir les marchandises des marchands de Nesle et de Corbie, jusqu'à ce que les marchands d'Amiens eussent été indemnisés des sommes qu'ils avaient payées. Cette espèce de contre-lettre me paraît un véritable guet-apens tendu aux marchands de Corbie et de Nesle par les marchands d'Amiens, d'accord en cela avec la commune de Londres. Si le second acte n'avait eu pour but que d'obliger les marchands des deux petites villes à contribuer au payement de la rente ou à cesser de faire concurrence sur le marché de Londres aux marchands d'Amiens, il n'était nul besoin de faire un traité à part et dans une autre forme. Il suffisait d'ajouter un article au premier traité.

Quoi qu'il en soit, dès cette époque, les marchands d'Amiens payèrent exactement la rente et les arrérages dont il fut tenu compte aux anciens maires de Londres ou à leurs représentants, et l'on trouve assez régulièrement dans les registres de Guild-Hall des quittances données par la ville de Londres aux marchands d'Amiens, jusqu'au mois de mars 1397, circonstance curieuse, et qui prouve que la guerre entre les deux peuples n'interrompit pas les relations entre les deux villes.

 

ARTICLE III.

Flandre.

 

La position géographique de cette contrée, qui l'a rendue le champ de bataille de presque toutes les querelles de la France et lui a communiqué un esprit de nationalité douteuse, est sans doute aussi la cause qui, réunie au caractère mercantile et tracassier de la population, a rempli les archives anglaises de documents relatifs à la Flandre. C'est surtout dans les archives de la mairie de Londres que les documents

 

p. clvi                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

se trouvent en abondance. Ils y sont si nombreux, si variés et quelquefois si minimes, qu'il n'est pas toujours facile de les apercevoir. Très souvent ils se dérobent aux yeux par la nature même des actes qui les contiennent. Ainsi il eût fallu faire une étude spéciale des actes qui paraissaient n'intéresser que le commerce anglais pour être sûr qu'ils ne contenaient aucune disposition, directement ou indirectement applicable aux marchands ou aux produits de la Flandre (1). Il était impossible de recueillir tous ces renseignements épars et de leur assigner dans ce recueil une place chronologique exacte; mais cela ne dispensait pas de prévenir ici de leur existence.

Dans les documents relatifs à la Flandre que j'ai pu recueillir, beaucoup étaient déjà connus; le plus ancien acte inédit est une lettre de la commune de Londres, adressée en 1299 aux maire et prévôt de Bruges et de Cambrai, pour les engager à forcer leurs compatriotes, débiteurs envers un marchand de Londres, de s'acquitter envers lui, s'ils ne veulent pas que leurs concitoyens soient mal reçus à Londres (nos LIX, LX).

En 1311, un mandement du Roi fit mettre en liberté un marchand écossais qui avait été arrêté comme Flamand (n° XCV). L'année suivante, Edward II rendit une ordonnance pour remédier aux abus qui résultaient de la libre exportation en Flandre des laines et des pelleteries (n° XCVIII).

J'ai déjà signalé la lettre que Louis le Hutin écrivit en 1315 à Edward II, pour qu'il fit publier à Londres la confiscation de la Flandre et la mise hors la loi de tous les Flamands (n° CII).

En 1332 Edward III fit saisir en Angleterre tous les Flamands et leurs marchandises (n° CXVIII). En 1340 le même prince écrivit à la commune de Londres pour faire connaître la victoire navale qu'il venait de remporter, et quoique le port de l'Ecluse soit situé dans une partie de la Flandre qui ne nous appartient pas aujourd'hui, j'ai cru que je devais néanmoins le rappeler ici (n° CXXXII). Le même motif me fait mentionner ce que j'ai déjà dit au chapitre précédent des choses qui se passèrent au retour du Roi, relativement aux privilèges accordés aux Flamands (n° CXXXVII). En 1346, un mandement d'Edward III défendit d'apporter du blé d'Angleterre ailleurs qu'en Flandre et dans les possessions anglaises (n° CXLVIII).

Un document plus curieux est la proclamation faite à Londres en 1351, contre les chefs de bandes qui malgré les ordres du Roi étaient entrés en Flandre, et, entre autres dévastations, s'étaient emparés de la ville de Gravelines (n° CLXI). Trois ans plus tard, le même roi faisait un mandement en faveur des ouvriers flamands que leur attachement à sa cause avait forcés de venir exercer leur industrie en

 

(1) Je puis en donner un exemple en rappelant ce document déjà cité et duquel il résulte qu'au XIVe siècle, presque toutes les filles publiques de Londres étaient des femmes flamandes.

 

p. clvii                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

Angleterre (n° CLXVIII). En 1373, une autre proclamation annonça qu'Edward III s'était allié de nouveau avec le comte de Flandre et qu'il ne fallait plus désormais saisir ni retenir les Flamands (n° CCXLVII).

Au XVe siècle les documents intéressant la Flandre sont peu nombreux dans ce volume. Il n'est guère possible de ranger dans ce nombre la lettre écrite en 1435 à la commune de Paris par le duc de Bourgogne (n° CCCLXXXVII), et dès lors il ne reste plus que la proclamation faite à Londres en 1450, contre celui qui se dit duc de Bourgogne et comte de Flandre, et dans laquelle Henri VI recommande expressément de ne pas regarder comme complice de leur comte les Flamands qui sont en Angleterre (n° CDXIII).

Les documents du XVIe siècle dans ce volume intéressent rarement l'histoire particulière des provinces; on peut cependant regarder comme se rapportant plus spécialement à la Flandre, deux lettres de la célèbre Marguerite d'Autriche (nos CDXLIV, CDLV), une lettre du prince de Ligne (n° CDL) et quelques passages des rapports des agents anglais en France, entre autres le n° CDLIV.

 

ARTICLE IV.

Normandie.

 

Les documents qui concernent la Normandie sont peu nombreux avant le XVe siècle. Cependant ils m'ont fourni l'acte le plus ancien de ce volume; le privilège accordé en 1152 à un prieuré de l'évêché de Lisieux par l'archevêque de Rouen (n° II). De cette époque, il faut passer en 1299, pour rencontrer une lettre écrite par la ville de Londres au bailli de Caen, en faveur d'un marchand anglais (n° LIX); puis en 1336, pour trouver la confirmation d'une donation faite par Edward III à l'abbaye de Baubec (n° CXXVII). On trouve cependant encore une lettre de 1346, dans laquelle le même prince demande de faire faire des prières publiques à Londres, pour remercier Dieu de ses victoires en Normandie (n° CXLV).

An XVe siècle, au contraire, la correspondance active que les rois et les seigneurs anglais entretiennent avec la commune de Londres est presque tout entière relative aux événements qui se passèrent en Normandie, et les curieux détails qu'elle renferme, non seulement contrôlent et complètent les récits des chroniqueurs, mais pourraient, réunis aux actes nombreux relatifs à cette province qui se trouvent dans la collection de Brequigny, donner une idée exacte de ce que furent ces invasions de la Normandie dont les affreuses traces subsistaient encore soixante années plus tard, lors de la tenue des états de Tours.

Une lettre de Henri V apprend que son armée avait pris terre à Harfleur le 17 août 1415, et non le 14 comme le dit Monstrelet; elle donne de nouveaux détails

 

p. clviii                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

sur le siège de cette ville, dont la reddition produisit en France une telle sensation, qu'on s'en servit pour demander jusque dans les provinces les plus méridionales, un aide pour reprendre Harfleur (n° CCCXXIX). Malgré ces efforts, en 1417, Henri V s'empara sans coup férir du château de Touques, le plus fort de toute la contrée, et continua sa marche victorieuse à travers la province (n° CCCXXXVII). Le 5 septembre suivant, Henri V écrivit encore qu'il s'était emparé d'assaut et sans grande perte, de la ville de Caen. Un postscriptum annonçait que le château de la ville avait promis de se rendre s'il n'était secouru avant le 19 du même mois (n° CCCXXXIX).

En attendant, plusieurs autres villes et forteresses des environs s'étaient rendues aux Anglais. Le 11 du même mois, le duc de Clarence chargea un messager d'en apporter la liste en Angleterre. Le duc, séduit par cet heureux commencement, se croyait déjà prêt à voir se réaliser ses espérances et disait qu'il ne leur fallait que du monde pour peupler et garder ces conquêtes (n° CCCXL). Cette dernière expression peut prouver qu'il n'y avait rien d'exagéré dans les plaintes des bailliages de Normandie aux états généraux de 1484.

Les succès de l'armée anglaise continuaient avec une rapidité merveilleuse. Le 5 juillet 1418, le duc de Clarence écrivit encore à la commune de Londres que le Roi après avoir pris Louviers, était venu assiéger Pont-de-l'Arche. La veille, une partie de l'armée avait passé la Seine, et les défenseurs du château proposaient déjà de se rendre (n° CCCXLIII). Pendant que le cardinal des Ursins, qui était venu joindre le Roi à Louviers, était parti pour Paris, porteur de propositions de paix, Pont-de-l'Arche se rendit le 20 juillet, ainsi qu'on l'apprend d'une lettre que Henri V écrivit le lendemain à sa bonne ville de Londres, en lui annonçant que le comte d'Armagnac était mort et que le duc de Bourgogne faisait demander des trêves (n° CCCXLIV).

Le 10 août suivant, Henri V était occupé du siège de la ville de France la plus importante après Paris, et il écrivait de Rouen à sa commune de Londres de lui envoyer le plus tôt possible des armes, quelques petits vaisseaux, des vivres, et surtout des boissons, qu'on pouvait d'abord faire arriver à Harfleur pour de là remonter la Seine jusqu'à Rouen (n° CCCXLVI).

La réponse de la commune de Londres à la lettre de son souverain est également curieuse par la suppression d'un passage important que le scribe avait transcrit sur le registre; mais qui ne fut pas mis dans la lettre, et par rémunération des objets qui furent envoyés à Rouen. Indépendamment des armes et des petits vaisseaux que les magistrats de Londres avaient pu se procurer, ils avaient confié à J. Gredy et J. Combe, officiers de la ville et porteurs de leurs lettres, 4300 bouteilles de vins de diverses espèces, 1000 pipes d'ale et de bière et 2500 coupes, qu'ils

 

p. clix                                                                                                TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

priaient le Roi d'accepter comme un faible témoignage de leur joie et de leur désir de lui être agréables (n° CCCXLVIII).

Les armes victorieuses de Henri V l'eurent bientôt conduit hors du territoire de la Normandie, et sa correspondance n'intéresse plus l'histoire de cette province; mais parmi les autres faits qui s'y rapportent, on trouve le 7 novembre 1419, une proclamation que le duc de Bedford fit faire à Londres, pour annoncer une exemption de droit, pour tous ceux qui voudraient apporter des grains en Normandie (n° CCCLVIII).

On trouve encore un autre renseignement relatif à cette province, dans le passage d'une lettre que la commune de Paris écrivait au roi d'Angleterre le 20 mars 1452 et dans lequel il est parlé d'une manière si singulière de la capitulation des Français qui s'étaient emparés par surprise du château de Rouen (n° CCCLXXXV).

Aucun des actes du XVIe siècle n'est particulier à la Normandie. Cependant il est question dans le n° CDLIV de l'équipement d'une flotte que François Ier y faisait faire en 1522. Dans le n° CDLXIII, des armements qui se firent en Normandie on 1536; de l'arrivée au Havre d'une flotte écossaise et de la maladie de la reine d'Ecosse à Rouen. Enfin le n° CDLXV prouve que l'amiral de Coligny était à Caen en 1562, lorsqu'il donna quittance de toutes les sommes qu'il avait reçues de la reine d'Angleterre.

 

ARTICLE V.

Ile de France, Paris, Orléanais, etc.

 

Charles V était à Paris lorsqu'il rendit son ordonnance du 16 novembre 1364, pour assurer le libre échange du commerce entre l'Angleterre et la France (n° CXCVI). Le 5 août 1419, Henri V écrivait de Mantes que Pontoise venait d'être prise d'assaut (n° CCCLIII), et, le même jour, le duc de Clarence ajoutait que la prise de cette ville leur ouvrait la route de Paris (n° CCCLIV). Néanmoins, l'armée anglaise s'arrêta à Pontoise jusqu'à la fin de septembre (n° CCCLVII).

Le 12 juillet 1421, Henri V écrivit de Mantes qu'il avait quitté Paris pour aller faire lever le siège de Chartres; mais qu'il avait appris en chemin que le Dauphin venait de se retirer en Touraine (n° CCCLXIII).

En 1422, la commune de Paris écrivit à ses chers et bons amis de la commune de Londres pour leur annoncer la mort de Charles VI, et témoigner de tout son dévouement au jeune roi sur la tête duquel les deux couronnes se trouvaient réunies (n° CCCLXVIII).

Une lettre du comte de Salisbury, en 1428, raconte la prise de Yenville et de quarante villes ou châteaux de l'Orléanais (n° CCCLXXVI). Une pièce de vers fait connaître l'état déplorable dans lequel se trouvait Paris vers 1431 (n° CCCLXXX).

 

p. clx                                                                                                                                              INTRODUCTION.

 

Mais le document le plus curieux, relatif à l'histoire de notre capitale, est certainement le récit de l'entrée solennelle de Henri VI à Paris, le 2 décembre de cette même année (n° CCCLXXXI).

Ce document est, pour le fond, parfaitement conforme à l'ensemble des relations de cette cérémonie que nous connaissions déjà, mais c'est le seul qui nous ait conservé des détails aussi circonstanciés de cet événement. Félibien, en effet, n'a pas ajouté un seul mot au texte de Monstrelet; mais je n'ose tirer un argument du silence gardé par Godefroy dans le Cérémonial français; il est fort possible que ce dernier n'ait pas été bien convaincu que c'était aussi fausser l'histoire que de cacher la vérité. Quoi qu'il en soit, il m'a semblé que dans un siècle où l'on recueille les moindres faits qui se rattachent à notre histoire, et jusqu'aux représentations graphiques de ces faits, la description détaillée de l'entrée de Henri VI, écrite probablement par un membre de l'Université de Paris, et peut-être par l'ordonnateur lui-même des cérémonies qui y furent faites, pouvait mériter d'être connue.

Je n'ai besoin de rapporter ici aucun des faits qui résultent de ce récit, il faut lire le récit lui-même; je me bornerai à faire remarquer combien, malgré la joie factice dont l'auteur voulait faire parade, toute cette description porte l'empreinte d'une tristesse intérieure, et combien aussi le poète officiel avait été malheureux dans ses inspirations, excepté peut-être quand il mit dans la bouche du peuple cette strophe remarquable par son énergique simplicité:

 

Le peuple de toute sa puissance

A moult peine d'entretenir

La ville en votre obéissance;

Si, vous en vueillez souvenir!

 

Il est d'ailleurs assez difficile de s'expliquer pourquoi cette description se trouve transcrite dans les registres de la mairie de Londres qui ne contiennent aucune autre pièce de ce genre. On peut cependant supposer qu'elle y a été insérée par un motif précisément contraire à celui qui fait qu'elle ne s'est pas conservée en France; mais peut-être aussi par un mouvement de vanité particulière du secrétaire de la ville de Londres. Ce secrétaire, qui signe simplement Jean, était sans doute un des beaux esprits de son temps, auquel un autre personnage éminent et son ami avait demandé une relation des cérémonies faites à Londres pour célébrer le retour du jeune Roi. Il fit copier les deux relations à la suite l'une de l'autre, afin qu'on put juger à la fois de la supériorité de son esprit sur celui du rédacteur anonyme de l'entrée du Roi à Paris (1) et de la supériorité de la capitale de l'Angleterre sur celle de

 

(1) Cette narration de l'entrée de Henri VI à Londres fut trouvée si belle, qu'un des poètes les plus célèbres de cette époque, Jean Lydgate, la mit en vers anglais. Son amplification poétique a été publiée à la suite de la Chronique de Londres.

 

p. clxi                                                                                                TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

la France, par la différence des fêtes qu'elle avait données. On voit aussi dans ces documents que l'entrée à Londres fut une fête véritablement nationale, tandis que pour l'entrée à Paris, la tristesse et la souffrance du peuple s'étaient reflétées jusque dans le style du narrateur. J'ai cru qu'on verrait avec plaisir cette seconde relation à côté de celle qui intéresse plus particulièrement la France, et je l'ai donnée à la suite de la première (n° CCCLXXXII).

Au commencement de mars 1432, la commune de Paris envoya à la commune de Londres la copie d'une lettre qu'elle écrivait au roi d'Angleterre, suppliant celle-ci de vouloir bien appuyer sa demande auprès du Roi, persuadée, disait-elle, que si Londres veut bien s'en mêler, l'état de misère auquel est réduit Paris aura bientôt cessé (n° CCCLXXXIV).

La lettre au Roi n'est pas moins remarquable. La ville de Paris rappelle à Henri VI que depuis sa venue elle n'a reçu aucun adoucissement aux maux qu'elle éprouvait et qui se sont accrus d'une manière intolérable. Les remèdes qu'elle implore méritent d'être remarqués; c'est surtout l'envoi d'un plus grand nombre de gens de guerre, et la prise et destruction de Lagny et autres places qui lui sont nuisibles, et dont elle veut faire des villes champêtres; puis, pour triompher des ennemis, l'emploi de la force au lieu de la corruption, ce qui est nourrissement de guerre et chose damnable contre Dieu et raison (n° CCCLXXXIII).

Quelques jours après, le 20 mars, la commune de Paris écrivit encore à celle de Londres en lui transmettant une nouvelle lettre adressée au Roi pour rendre compte de ce qui se passait en France, et des préparatifs que faisaient les ennemis pour assiéger Paris. Elle plaisante sur le sort des chevaliers français qui s'étaient emparés par surprise du château de Rouen (nos CCCXLXXXV, CCCLXXXVI).

Le 14 mai 1435 une lettre du duc de Bourgogne apprit aux habitants de Paris le bon état de la santé de la duchesse et de son fils le comte de Charolais, en même temps qu'elle leur annonçait le résultat de la conférence tenue à Nevers et leur demandait d'envoyer leurs députés à Arras, pour le 1er juillet (n° CCCLXXXVII).

Les documents du XVIe siècle ne renferment, dans ce volume comme j'ai déjà eu l'occasion de le dire, que très peu de renseignements relatifs à l'histoire particulière des provinces: pour l'Isle de France, le tout se borne a quelques détails donnés par des émissaires anglais sur les nouvelles qui circulent (nos CDLIII, CDLIV, CDLVII, CDLXIII).

 

ARTICLE VI.

Champagne et Brie.

 

Plus les provinces françaises sont enfoncées dans l'intérieur des terres, moins on trouve de renseignements qui les concernent dans les archives anglaises. Cependant

 

p. clxii                                                                                                                                            INTRODUCTION.

 

ce volume contient plusieurs renseignements relatifs aux transactions commerciales de la Champagne avec l'Angleterre. Les foires de Champagne et de Brie étaient, comme on le sait, une des plus célèbres assemblées commerciales du moyen âge. Nous avons déjà vu que les marchands de la Champagne fréquentaient les marchés de Londres et se trouvaient désignés un assez grand nombre de fois parmi les étrangers qui faisaient enregistrer leurs créances à Guild-Hall (page xciii et n° XVIII); nous devons ajouter ici que parmi les actes de toute sorte, enregistrés à la mairie de Londres, se trouve une transaction entre deux marchands anglais, à propos d'une obligation de 122 francs 10 sous, faite à l'un d'eux, en 1286, par Gauthier de Châtillon, sire de Bersi et connétable de Champagne. Le sort de ce billet d'un des guerriers de saint Louis m'a paru mériter d'être transcrit (n° XXXII).

Quelques années plus tard, on trouve encore dans les archives de la mairie de Londres un document curieux pour l'histoire commerciale de la Champagne. Au mois de septembre 1299, P. de Fremeville et Robert de Champagne, gardien des foires de Champagne et de Brie pour le roi de France, écrivirent à la commune de Londres pour se plaindre de n'avoir pas reçu au moins une réponse à leur première lettre, écrite en 1295, et qu'un sergent des foires de Champagne et de Brie avait été lui-même porter à Londres. Cette correspondance s'était établie à l'occasion d'une somme fort importante, 1600 livres petit tournois, que Bourgeois Faubert, citoyen de Florence et marchand de chevaux, devait à quelques marchands de Bar-sur-Aube, tant pour ses achats que pour des amendes encourues pour violation des règlements des foires. Il est très probable que l'origine de cette créance remontait à l'achat de quatre-vingts grands chevaux, précédemment fait par ce même Bourgeois Faubert, marchand de chevaux du roi d'Angleterre, et dont Philippe le Bel n'avait pas voulu permettre la sortie de France (1). Quoi qu'il en soit, les gardiens des foires de Champagne demandaient à la commune de Londres, à titre de réciprocité de service, de faire saisir les biens de Bourgeois Faubert ou de ses associés, jusqu'à concurrence de la somme due, et si ses biens ne suffisaient pas, de se saisir du corps du débiteur et de le leur envoyer aux dépens des créanciers (n° LXII).

Quatre ou cinq mois après, Elie Russel, alors maire de Londres, répondit au nom de la commune, que quelque désir qu'il ait de faire quelque chose qui puisse être agréable aux gardiens des foires de Champagne, il n'a pu sévir, comme ils le demandaient, contre Puy de Prat et ses associés, car les ayant fait comparaître devant lui, en présence de Jean de Flechers, que le maire qualifie de sergent des foires de Champagne, quoique les gardiens se fussent excusés au contraire de ne pas faire

 

(1) Champollion Figeac, lettres de Rois, etc., t. 1, p. 283.

 

p. clxiii                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

porter leurs lettres par un de leurs sergents, ledit Puy de Prat et ses associés avaient prouvé qu'ils ne devaient rien à Bourgeois Faubert, ses associés ou héritiers, en exhibant une quittance donnée par ceux-ci en 1295, en présence de Gentian de Paris, panetier du roi de France, et de Robert de Champagne, alors gardiens des foires de Champagne (n° LXVIII).

Le maire de Londres n'avait rien dit dans la réponse du motif qui l'avait porté à ne pas répondre aux premières lettres qu'il avait reçues; dans la nouvelle lettre que lui adressent au mois de mai les gardiens des foires de Champagne, ils rappellent cette circonstance avec aigreur, et renchérissant sur des prétentions qui nous paraîtraient si exorbitantes aujourd'hui, ils ne se contentent plus de demander, à titre de bienveillance réciproque, la saisie des biens et l'extradition des débiteurs, ils prétendent que le maire et la commune de Londres n'ont aucun droit d'examiner si la créance est réelle ou non, car l'appréciation des contestations soulevées à l'occasion des foires de Champagne n'appartient qu'à eux seuls. En conséquence, ils intiment au maire et à la commune de Londres l'ordre menaçant, non seulement en leur nom, mais encore au nom du roi de France, de faire immédiatement ce qui leur est enjoint, s'ils ne veulent pas que l'entrée des foires et de tout le comté de Champagne soit fermée à leurs concitoyens et à leurs marchandises (n° LXIX).

Les menaces des gardiens des foires de Champagne et de Brie effrayèrent peu la commune de Londres. Elle n'y répondit point; mais, profitant habilement de ce que les gardiens des foires de Champagne avaient fait intervenir le nom du roi de France, elle fit aussi intervenir le nom du roi d'Angleterre, opposa une fin de non recevoir, et se trouva ainsi tout à fait en dehors de la question. La commune de Londres protesta de nouveau du désir qu'elle avait de faire, autant que le lui permettaient les droits et les coutumes d'Angleterre, tout ce qui pouvait être agréable aux gardiens des foires de Champagne; mais comme les débiteurs qu'on lui demandait de poursuivre jouissaient des libertés de la ville, elle n'avait pu y porter atteinte sans consulter le roi d'Angleterre et s'entendre avec lui. Or, le roi d'Angleterre étant dans ce moment occupé à ses guerres d'Ecosse; elle priait les gardiens des foires de vouloir bien la tenir pour excusée et de s'adresser directement au Roi (n° LXXI).

Il paraît d'ailleurs que les gardiens des foires de Champagne se regardaient comme investis d'un pouvoir absolu. En 1262, les marchands flamands avaient été si maltraités par l'un d'eux, qu'ils avaient promis de ne plus fréquenter ces foires (1).

 

(1) inventaire analytique des chartes des comtes de Flandres..., publié par Jules de Saint-Gennis, Gand, 1843, in-4°.

 

p. clxiv                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

ARTICLE VII.

Bretagne.

 

Il existe à Londres, dans les registres de Guild-Hall, quelques documents relatifs au comté de Richemont, pendant que cette seigneurie appartenait au duc de Bretagne; mais j'ai cru qu'ils n'intéressaient pas assez la France pour les publier dans ce recueil.

On voit dans ce volume que le 12 janvier 1364, le duc de Bretagne était à Agen, où il assista à l'hommage prêté au prince de Galles par le vicomte de Béarn (n° CXCII, art. 983).

Le 8 novembre 1364, Edward III fit proclamer à Londres que tous les capitaines des places et châteaux de ses domaines en France, excepté ceux du duché de Bretagne, eussent à s'embarquer pour la Normandie avec le comte de Kent (n° CXCV).

Dans les comptes des revenus du Prince Noir en Aquitaine (n° CCXXIII, art. 347 et 349), on voit que ce prince ne toucha aucun revenu de quelques seigneuries voisines de la Bretagne, parce que le seigneur de Clisson et celui de Laval s'en étaient emparés. L'intérêt qu'offre cette note se trouve encore augmenté par une des clauses du bail passé en 1371 entre le duc de Lancastre et les sénéchaux de Poitou et de Saintonge, pour la ferme des revenus de la ville de La Roche-sur-Yon. Le duc cédant à ses fermiers les profits à faire sur les terres des rebelles, avait stipulé une diminulion du prix de ferme, à dire d'experts, dans le cas où les seigneurs de Clisson et de Laval feraient la paix avec le roi d'Angleterre (n° CCXXXI).

En 1375 le duc de Lancastre envoya en présent au duc de Bretagne un hanap d'or (n° CCLVII).

Il existe dans les archives du duché de Lancastre une copie d'un document déjà publié, le traité d'alliance conclu en 1580, entre le roi d'Angleterre et le duc de Bretagne; mais je crois que quelques actes relatifs à ce traité, la nomination des commissaires anglais et la confirmation par le Roi et les barons d'Angleterre, n'étaient pas connus (nos CCLXXIII, CCLXXVI).

Dans le n° CDLIV, il est question d'une flotte de quatre-vingts navires équipés en Bretagne, en 1522.

 

ARTICLE VIII.

Poitou, Aunis.

 

Le plus ancien document concernant ces provinces est de 1275; il constate qu'à cette époque les marchands et même les ecclésiastiques faisaient le commerce des vins avec l'Angleterre (n° XVIII, note). Souvent sans doute les marchands

 

p. clxv                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

poitevins ou rochelais étaient compris dans les actes, où ils n'étaient désignés que par la dénomination générique de marchands gascons (voyez article Guyenne), on en trouve une preuve évidente dans la liste des chevaliers gascons, dont Edward Ier se chargea de payer les dettes à Londres; l'article 87 entre autres est consacré à quelques habitants de la Rochelle (n° LVI).

Le n° CVII fait connaître le détail des mésaventures arrivées à un marchand écossais qui était venu en Poitou prendre une cargaison de sel, etc., en 1318. Les nos CCXXIV, CCXXV, CCXXVI, sont relatifs à la mission confiée par le Pape, en 1335, à Bernard Sistre, chanoine de Saint-Hilaire de Poitiers; mais il faut ensuite passer aux temps de la domination du Prince Noir, en 1363, pour trouver le récit des chevauchées que fit ce prince dans le Poitou (n° CXCII). J'ai déjà dit, au chapitre précédent, en quoi ce document différait du récit de Froissard; ici je me bornerai à suivre l'ordre de l'itinéraire, qui me parait le plus vrai.

D'après cet itinéraire, le prince d'Aquitaine et sa cour seraient arrivés de Saint-Jean d'Angely à la Rochelle, le 27 août 1363. Là ils reçurent dans l'église des frères mineurs les hommages des seigneurs de Parthenay, de Marans, de Thouars, etc., jusqu'au 29 août. Le 1er septembre ils reçurent les hommages à Benon, et le 3 à Niort, où maître Pierre Perseschausses, maire de la ville, rendit hommage au nom de la commune. Le 6 septembre, le Prince s'arrêta à Saint-Maixent, et le 13 il était arrivé à Poitiers, où il séjourna longtemps et reçut les hommages dans plusieurs églises de la ville et même un jour dans sa chambre.

C'est à Poitiers que le Prince reçut le plus grand nombre d'hommages et les plus importants, soit que réellement les contrées environnantes fussent plus peuplées de noblesse, soit que le Prince y demeurant longtemps, les seigneurs des autres contrées aient profité de la longueur de son séjour pour venir le joindre, comme firent les consuls d'une petite ville du Béarn. Le Prince séjourna à Poitiers du 13 septembre au 19 novembre (n° CXCII, art. 684 à 946).

Les comptes de l'administration financière de l'Aquitaine, dressés par Filongleye dans deux tableaux, forment les nos CCXXIII et CCXXIV de ce volume. (Voyez ce que j'en ai dit au chapitre précédent.) Dans le premier tableau, les revenus et les dépenses de la Rochelle sont joints à ceux de la Saintonge (n° CCXIII, art. 71, 144 et 807 à 811). Le tout est tellement mêlé et confondu, qu'il faudrait un travail tout spécial pour le séparer. Je me bornerai à en donner les résultats généraux et communs aux deux sénéchaussées. Les revenus ordinaires furent près de trois fois supérieurs aux dépenses. Il est vrai que le trésorier avait reçu quelques sommes étrangères à sa recette ordinaire; mais il est vrai aussi que les droits possédés par le Prince dans cette contrée étaient plus nombreux que dans les autres.

Dans le Poitou (n° CCXIII, art. 296 à 367 et 814 à 817), les recettes ordinaires

 

p. clxvi                                                                                                                                          INTRODUCTION.

 

dépassèrent à peine les dépenses. Cependant les droits royaux avaient été et même étaient encore très nombreux en Poitou; mais le Prince les avait sans doute aliénés (1), tandis que sa domination n'avait pas été établie d'une manière bien claire sur quelques-unes des prévôtés voisines des frontières de la France.

Le second tableau de Filongleye, en ce qui concerne la Rochelle et le Poitou, ne peut guère nous servir à contrôler l'exactitude des chiffres du premier; dans ce second tableau, la Rochelle est jointe avec la Saintonge, et le Poitou avec le Limousin. Je renvoie ce que j'ai à dire du monnayage au chapitre X. Le fouage, en Poitou, où il fut levé quatre fois, produisit plus de 38000 livres, c'est-à-dire deux fois autant que les recettes ordinaires du Poitou jointes à celles du Limousin, et cependant les frais de perception ne s'étaient pas élevés à un soixantième du produit. Il faut ajouter que les bourgeois de la Rochelle avaient fait exceptionnellement un don de 1000 livres au Prince, à une époque qui n'est pas indiquée (n° CCXXIV, art. 21).

Le 8 octobre 1370, le Prince étant à son château de Cognac, donna à son frère Jean, duc de Lancastre, le château, la ville et la chastellenie de La Roche-sur-Yon, avec tous ses droits et revenus, à la seule charge des redevances féodales ordinaires. Il y avait peu de temps sans doute que ce domaine était entré dans ses mains, car il n'en est pas question dans les comptes de Filongleye (n° CCXVIII).

Le prince Edward, en quittant l'Aquitaine, y avait laissé pour gouverneur son frère, le duc de Lancastre; mais celui-ci était également revenu à Londres, et le 5 mai 1371, il mandait à Thomas de Percy, sénéchal de Poitou, de faire payer par Bert. Palerank, receveur dans l'île d'Oléron, la somme de 600 francs d'or à Guichard d'Angle, maréchal d'Aquitaine, à compte sur les recettes provenant de l'impôt d'un franc ou guyonnais hardy, sur chaque tonneau de vin croissant dans le pays d'Aunys. Cet impôt, octroyé l'année précédente au duc de Lancastre, avait été donné par lui au maréchal d'Aquitaine, qui n'en avait pas été payé (n° CCXXVIII).

Bientôt après, le duc de Lancastre se trouvant à la Rochelle, afferma pour tout le temps de la guerre, sa ville de La Roche-sur-Yon, à Th. de Percy, J. de Harpedenne et Regnaut de Vivonne, moyennant une rente annuelle de 500 marcs. Dans cette somme étaient formellement comprises toutes les confiscations des biens des vassaux rebelles dont la valeur ne dépasserait pas 100 livres. Le duc abandonnait en outre les rançons à imposer sur les terres de Bretagne et d'Anjou, en spécifiant que si les seigneurs de Laval et Clisson venaient à faire la paix avec le roi d'Angleterre, ce qui diminueruit les terres sur lesquelles on pouvait faire des courses, il serait fait une diminution sur le prix de ferme, à dire d'expert (n° CCXXXI).

 

(1) Nous savons entre autres que le chambarlatge de Poitiers était tenu en fief (n° CXCII, art. 1033).

 

p. clxvii                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

Il paraît que la levée de l'impôt d'un franc par tonneau de vin croissant dans le pays d'Aunys, n'avait pas été accordée au duc de Lancastre aussi bénévolement qu'il le disait; il semble même que dans l'île d'Oleron la levée de cet impôt avait excité un tel mécontentement que le duc avait été obligé d'accorder d'abord un délai pour le payement, puis d'écrire à son receveur, non seulement de ne rien lever cette année, mais de restituer les sommes qu'il pouvait avoir perçues. Cependant il écrivit à la même époque au sénéchal de Poitou de faire lever cet impôt par ses agents quand le délai serait expiré (nos CCXXXII, CCXXXIII).

Le 18 avril de la même année, le duc de Lancastre certifia que pendant qu'il était en Aquitaine il avait revu fidèlement de J. Compaignon de Nyort, les provisions de blés, vins, foins, etc., que les pourvoyeurs Rob. Hadrigant et P. Petruche lui avaient livrées pour l'approvisionnement de Nyort (n° CCXXXVII).

Le 4 avril 1574, J. Cressewelle et Geoffroi Saint-Quentin, gouverneurs du château de Lusignan, qui avait été assiégé par les Français depuis le premier samedi du Carême, et ne pouvaient maintenant, à cause des trêves, s'approvisionner dans le pays, sans argent, vinrent trouver le duc de Lancastre à Bordeaux et obtinrent de lui 6000 florins d'Aragon, moyennant quoi ils promirent de garder la ville jusqu'au 1er septembre, époque à laquelle les trêves devant cesser, ils pourraient s'approvisionner sans payer (n° CCLII).

Le dernier document inédit qui concerne cette province est relatif à la ville de la Rochelle; le 11 octobre 1409, Henri IV fit annoncer aux marchands anglais que d'après les trêves conclues avec ses adversaires de France, jusqu'au 1er mai prochain, les marchands anglais qui voudraient aller à la Rochelle ou les marchands de la Rochelle qui voudraient venir en Angleterre avec des vins ou d'autres marchandises, pouvaient le faire sans danger (n° CCCXVIII).

 

ARTICLE IX.

Saintonge, Angoumois.

 

Les documents relatifs à ces provinces sont peu nombreux dans ce volume et se bornent presque aux articles qui les concernent, dans le procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir et dans les comptes de Rich. Filongleye. Cependant dans le mémoire sur les moyens de mettre l'Aquitaine en état de défense, en 1325, il est recommandé au comte de Kent de faire mieux approvisionner le château de Saintes (n° CXII, art. 25).

En 1563, le Prince Noir arriva à Angoulême le 18 août, et il y reçut les hommages dans la salle du château jusqu'au 21. Le 24 août il les recevait dans la cathédrale de Saintes, et le 26 à Saint-Jean-d'Angely. En 1564 le Prince était de

 

p. clxviii                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

retour à Angoulême le 28 mars, et s'y trouvait encore le 4 avril. C'est alors qu'il y reçut l'hommage du comte d'Armagnac (n° CXCII, articles 467 à 646, et 1037 à 1047).

Dans le premier tableau de Filongleye, les articles relatifs à la Saintonge sont mêlés à ceux de la Rochelle. L'Angoumois seul est à part, et les dépenses ordinaires y balancent presque les recettes. On y remarque que le captal de Buch possédait la terre de Cognac, le seigneur de Mucidan la seigneurie d'Aubeterre, etc., et que le Prince avait donné à un certain hermite les greffes de Montendre, de Saintes et de Talmont. Il est possible que cet hermite fût celui qui était chargé d'entretenir le fanal de la tour de Cordouan (n° CCXXIII, art. 71 à 144, 407 à 436, 807 à 811, 821 à 823).

Dans le deuxième tableau, les comptes de la Saintonge sont aussi mêlés avec ceux de la Rochelle; il n'y eut point de monnayage à Angoulême; mais il y eut quatre fouages, tandis qu'il n'y en avait eu que trois en Saintonge (n° CCXXIV, art. 1, 7, 13, 16).

 

ARTICLE X.

Périgord.

 

En dehors des tableaux de Filongleye et du procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir, les renseignements relatifs au Périgord sont peu nombreux dans ce volume et concernent presque exclusivement la ville de Bergerac, ville importante par sa situation, car elle se trouva presque toujours limitrophe des frontières anglaises et françaises. Bergerac d'ailleurs était assise au milieu des terres, à l'endroit même où un grand fleuve commençait à être navigable et devait par conséquent être un point essentiel pour le commerce des environs. Les registres de la mairie de Londres en fournissent des preuves; dès l'an 1275, on y trouve inscrits les noms de plusieurs marchands de Bergerac (n° XVIII, art. 20, 22, 23, 26, 28, 29).

Lorsque Edward Ier se fut chargé de payer les dettes contractées à Londres par quelques seigneurs gascons, on remarqua parmi les plus endettés Gaillard de Bergerac, qui n'avait guère emprunté qu'à des femmes. Parmi ces seigneurs se trouvait aussi un chevalier nommé Elie de Périgord (n° LVI, art. 17, 71, 81). Voyez ce que j'en dirai à l'article Guyenne.

Une lettre écrite en 1325 à Hugues le Despenser lui annonce que les Français n'observent point les trêves, qu'ils se sont déjà emparés du château d'Hautefort et se préparent à d'autres agressions (n° CX).

Lorsque l'Aquitaine, érigée en principauté, eut été donnée au vainqueur de Poitiers, le Prince Noir parcourut ses provinces pour recevoir les hommages qui lui étaient dus; il était à Bergerac le 4 août 1565, et reçut dans la chapelle du château

 

p. CLXIX                                                                                         TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

un très grand nombre d'hommages de la noblesse du Périgord et des contrées voisines. Le plus remarquable de ces hommages fut celui de l'évêque de Sarlat; c'est le seul hommage rendu par un évêque dont le souvenir nous ait été conservé par ce procès-verbal. De Bergerac, le Prince et sa cour se transportèrent à Périgueux. Ils y séjournèrent le 10 et le 15 août et y reçurent les hommages des vassaux du Périgord, du Quercy et du Rouergue. Le premier et le plus important fut celui du comte de Périgord lui-même (n° CXCII, art. 340 à 467).

Le premier tableau de l'administration financière de l'Aquitaine sous le Prince Noir montre que le Périgord proprement dit était distinct de ce qu'on appelait alors terre du duché, que dès l'an 1367, les trésoriers du Prince avaient cessé, à cause de la guerre, de toucher les revenus de ces deux contrées, et que dans les années précédentes les revenus avaient à peine dépassé les dépenses (n° CCXXIII, art. 582 à 623, 828 à 830).

Le second tableau de Filongleye réunit les comptes du Périgord à ceux du Quercy et ne détermine pas d'une manière précise la portion de bénéfices du monnayage qu'on doit attribuer à l'une ou l'autre de ces provinces; mais on y voit que la guerre, qui avait empêché le trésorier de tenir les comptes du monnayage de l'argent, n'avait pas empêché de tenir ceux du monnayage de l'or, pour l'an 1367. On y voit aussi que le Périgord eut à supporter beaucoup plus de fouages que les autres provinces. Il en fut levé cinq dans trois ans, tandis que dans le même temps il n'en avait été levé que deux en Quercy (n° CCXXIV, art. 5, 10).

Edward III, étant à Calais, avait donné la ville de Bergerac à Henri, duc de Lancastre (n° CLII); A la mort de celui-ci, la seigneurie revint au Prince Noir, qui en toucha les revenus à compter de 1365; mais l'an 1370, il donna cette seigneurie à son frère Jean, devenu duc de Lancastre, et qui devait le remplacer dans le gouvernement de l'Aquitaine (n° CCXIX). En conséquence, le 15 janvier 1571, le duc de Lancastre étant au siège de Montpon, confia la garde de ce château à Héliot Buade (n° CCXXV).

A la mort du Prince Noir, Edward III se trouva possesseur de la terre de Bergerac et la donna ou la rendit au duc de Lancastre, en y ajoutant plusieurs privilèges, entre autres celui de battre monnaie (n° CCLXVII). L'année suivante, Richard II confirma en faveur de son oncle la donation faite par son grand père (n° CCLXVIII). Ainsi cette seigneurie fut regardée comme annexée au duché de Lancastre, et l'on trouve en effet ses armoiries peintes dans les cartulaires de cette maison. (Voyez page cv.)

En 1381, il se passa au sujet de Bergerac un acte fort curieux pour l'histoire des moeurs de cette époque: les gardiens de Bergerac avaient laissé prendre la ville par les Français, mais savaient un moyen inconnu du duc de Lancastre pour faire

 

p. clxx                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

rentrer cette ville sous son obéissance. En conséquence, celui-ci abandonna la jouissance de tous ses droits sur Bergerac, s'il était repris sur les Français, à Bertoncat d'Albret, ce célèbre chef de compagnie, qui déjà en 1370 avait reçu de Charles V la seigneurie de Bergerac (archives de Pau), alors qu'elle était encore entre les mains des Anglais. Le duc regarda l'événement comme tellement sûr, qu'il fit le même jour quelques donations de revenus spéciaux de la châtellenie à un écuyer qui avait essuyé de grandes pertes aux environs de Bergerac (nos CCLXXXII, CCLXXXIII, CCLXXXIV et CCLXXXV).

 

ARTICLE XI.

Limousin et Quercy.

 

A part quelques noms de marchands de ces provinces qui se trouvent mentionnés dans des actes du XIIIe siècle, tous les renseignements relatifs à ces contrées se trouvent dans les nos CXCII, CCXXIII et CCXXIV.

Le Prince Noir reçut les hommages de la plupart des vassaux du Limousin et du Quercy, en partie à Périgueux, le 10 août 1365, et le reste à Poitiers pendant les différents séjours qu'il y fit (n° CXCII, art. 4-32 et suivants).

Les comptes de l'administration de ce Prince pour le Limousin sont divisés, dans le premier tableau de Filongleye, en deux portions distinctes, le Limousin et le vicomté. Cette dernière contrée ne fut remise au Prince qu'à partir du 18 décembre 1364, et dès 1365, les deux contrées ne lui produisirent rien, parce qu'elles étaient sur les frontières de France. Parmi les recettes, on remarque en 1365 les bénéfices faits par le Prince sur les comestibles qu'il avait fait vendre dans diverses châtellenies. Tout compris, les recettes dépassèrent les dépenses de plus de 10000 livres (n° CCXXIII, art. 367 à 407, 817 à 821). Dans le deuxième tableau, les comptes du Limousin sont confondus avec ceux du Poitou, excepté pour les fouages, qui rapportèrent 22000 livres (n° CCXXIV, art. 3, 9).

Les comptes du Quercy (n° CCXXIII, art. 537 à 581, 826 à 828) ne furent tenus à cause de la guerre que pendant trois ans et demi: ils se résument par 11000 livres de bénéfice. Dans le second tableau, les comptes de monnayage sont confondus avec ceux du Périgord. Le fouage n'y fut levé que deux fois et produisit 6600 livres (n° CCXXIV, art. 5, 12).

 

ARTICLE XII.

Rouergue.

 

Il n'est aussi question du Rouergue que dans le procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir, et dans les comptes de son administration. Les hommages du

 

p. clxxi                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

Rouergue furent rendus à Périgueux le 10 août, en même temps que ceux du Quercy (n° CXCII, art. 432). Les comptes particuliers de cette sénéchaussée occupent un grand nombre d'articles dans le premier tableau de Filongleye (n° CCXXIII, art. 144 à 296, 811 à 814). Aussi les bénéfices y dépassèrent les dépenses de 44000 livres, et cependant la guerre empêcha les trésoriers de tenir leurs comptes en 1369 et 1370. Le second tableau (n° CCXXIV, art. 8, 14) prouve que le Prince Noir ne fit pas frapper de monnaies en Rouergue, et que le fouage y rapporta plus de 12000 livres.

 

ARTICLE XIII.

Guyenne.

 

La Guyenne était la plus ancienne et la plus importante des possessions anglaises sur le continent; il n'est donc pas étonnant que les documents qui concernent cette province soient proportionnellement très nombreux dans ce recueil. Pour les faire bien connaître et les analyser convenablement, il eût peut-être fallu les diviser ici en plusieurs classes; mais j'ai mieux aimé risquer de donner moins d'intérêt à cette partie de mon travail que de m'éloigner de mon plan, et d'introduire pour ainsi dire un livre dans un autre livre. Par une singularité remarquable, les plus anciens des documents relatifs à la Guyenne sont précisément ceux dont la nature paraissait ne leur promettre qu'une existence éphémère. Ce sont des actes constatant les événements les plus ordinaires de la vie des individus les plus obscurs. On a pu voir dans les notes sur l'organisation municipale de Londres en quoi consistaient les registres de Guild-Hall, où les marchands étrangers et autres venaient faire transcrire les déclarations auxquelles ils voulaient donner plus d'authenticité et de durée; je ne m'occuperai donc ici que de ce qu'ils offrent de curieux pour l'histoire particulière du Bordelais.

Parmi les marchands étrangers qui firent enregistrer leurs créances dans les archives de la mairie de Londres, les marchands bordelais étaient probablement les plus nombreux; mais comme le scribe négligeait très souvent d'inscrire non seulement le pays du créancier, mais encore la nature de sa créance, il n'y a guère qu'une cinquantaine de marchands désignés comme Bordelais. Presque toutes leurs créances proviennent des bons vins qu'ils ont vendus; l'adjectif n'est jamais oublié. J'ai réuni toutes les indications éparses dans un registre de la fin du XIIIe siècle, et je les ai placées sous une date approximative dans le n° XVIII.

La plus importante de ces créances est celle d'Arnauld Chyket de Bordeaux: elle monte à la somme énorme de 1200 livres sterling. On trouve ensuite inscrits pour différentes sommes les noms de Ronet de Labat, Rémond Aleman, P. Camparian de rue Bouquière, associé d'Amanieu de Safran, Galhard de Spans,

 

p. clxxii                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

Emeric Martin, J. de Ferrères, Jean Dissote, Rém. Armand, etc., et Gaucelm Bonet, qualifié quelquefois de marchand ou commis de P. Agilon. P. Agilon et Gaucelm Bonet étaient ces marchands de Bordeaux qui, ne s'en rapportant pas assez à la quittance qu'ils avaient reçue en 1284 de la reine douairière d'Angleterre, firent transcrire leur titre dans les registres de la mairie de Londres, et exigèrent en outre que la Reine trouvât des cautions qui répondissent qu'elle ne demanderait pas d'être payée une seconde fois d'une aussi forte somme (n° XXX).

Peu de créanciers domiciliés à Londres firent inscrire leurs créances contre des marchands bordelais; on en trouve cependant quelques-uns. Ainsi, G. Bonet devait 7 livres pour le prix du fret de son vin. Rém. de Savenak et G. de Acre reconnurent devoir 46 livres à Catherine la Française, et 116 sous à dame Philippa, femme de Jean de Paris. Rémond de Bordeaux, tisserand, devait à Gobert Gérard de Cahors 50 livres et 15 sous d'argent, et 66 sous 8 deniers pour le prix d'un cheval.

Les autres villes du Bordelais envoyaient aussi leurs marchands à Londres. On trouve les noms de J. de Lasalle et de Georges de Acre, marchands de Saint-Macaire. La Réole, ville ancienne, située au milieu des terres et sur un grand fleuve, faisait alors un commerce important. On trouve dans les registres de Guild-Hall le montant des sommes dues à Amenand d'Espagne, Arn. et Guill. Lafossie, frères, Gaillard de Gaston, marchand, de Reginald de Laroke, bourgeois de Laréolle, etc.

Libourne, qui comptait à peine deux ou trois ans d'existence, avait aussi quelques-uns de ses marchands à Londres: Bern. de Lacave et Gérard Roger étaient bourgeois de Libourne. La ville de Saint-Emilion fournit aussi les noms d'Amanieu de Territ et d'Elie Cucuk. Dans un autre acte il est aussi question d'Elie Cucuk {n° XXXII).

J'ai déjà mentionné les noms de quelques marchands gascons qui étaient devenus citoyens de Londres (page lxxxvi).

Les rois anglais, pour se concilier l'affection des Gascons ou se procurer de l'argent, avaient accordé ou vendu plusieurs privilèges aux marchands bordelais qui venaient en Angleterre (1). Mais la turbulente commune de Londres, au sein de laquelle fermentait toujours le vieux levain d'insurrection dont le comte de Leycester avait été le héros, et qui gardait rancune aux Gascons de leur haine contre cet ancien chef du parti populaire en Angleterre, voyait avec envie ces faveurs accordées au commerce d'une ville rivale. Elle profita du moment où Edward, préoccupé de ses guerres d'Ecosse et de ses démêlés avec la France, avait un intérêt évident à ménager une aussi puissante commune que celle de Londres, pour s'opposer à

 

(1) Le plus ancien leur avait été accordé par une charte d'Eléonore, niece de Richard, le 1er juillet 1189; Henri III les avait confirmés et augmentés le 12 janvier 1236.

 

p. clxxiii                                                                                            TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

l'exercice des privilèges dont les marchands de Bordeaux avaient joui jusqu'alors (n° XXXIII).

Edward, qui voulait ménager à la fois et les Gascons et les Anglais, écrivit à son lieutenant pour savoir si les privilèges accordés aux marchands bordelais n'étaient pas contraires aux libertés et franchises de la commune de Londres, car, disait-il, quelque bienveillance que nous ayons pour ceux de Bordeaux, nous n'avons pas voulu et nous ne voulons pas leur accorder des faveurs qui porteraient préjudice aux intérêts de ceux qui n'ont pas été consultés. Par ce moyen, il ne changeait rien à l'état des choses et gagnait du temps. Il savait bien que l'enquête terminée, les Bordelais ne manqueraient pas d'en demander une à leur tour, et qu'en attendant les circonstances lui fourniraient l'occasion de prendre le parti qui lui conviendrait le mieux (1).

C'est peut-être par un motif analogue que ce roi manda en 1295, au gardien de Londres de suspendre les poursuites commencées contre quelques marchands anglais accusés d'avoir pillé un navire gascon dans les eaux de la Gironde (n° XXXVIII).

Un acte de 1294 nous apprend que de même que les Papes prenaient sous leur protection spéciale les biens des Croisés, les rois se chargeaient aussi quelquefois de défendre pendant leur absence les biens des agents qui quittaient leur patrie pour le service de leur souverain. Un sergent d'armes, envoyé par Edward en Guyenne, obtint cette espèce de sauvegarde qui probablement avait une importance commerciale et n'était pas une simple formalité, puisque l'acte fut enregistré à la mairie de Londres (n° XLI). L'envoi de ce sergent en Guyenne se rapportait sans doute à cette grande affaire de l'occupation de cette province par les Français, événement qui fournit le sujet du curieux poème latin que j'ai déjà cité (voyez page 118 et n° LXV).

Quoi qu'il en soit, l'immense déploiement de forces auquel Edward Ier fut obligé d'avoir recours en cette occasion avait épuisé ses finances, et vers l'époque où fut composé le poème latin dont je viens de parler, on trouve dans les registres de Guild-Hall un document fort curieux pour l'histoire, et qui nous révèle un des expédients dont ce prince fut forcé de se servir pour se procurer de l'argent.

Un assez grand nombre de seigneurs d'Aquitaine avaient contracté pendant leur séjour à Londres des dettes qu'ils se trouvaient dans l'impossibilité d'acquitter (nos LVI, LVII, LVIII). Il est assez difficile de déterminer quel avait été le motif du séjour prolongé des chevaliers d'Aquitaine à Londres. On serait d'abord tenté de

 

(1) Ses prévisions ne furent pas trompées; ce n'est que vingt-trois ans plus tard, le 13 août 1303, qu'il intervint un arrangement désigné sous ce titre, dans les archives de la municipalité de Bordeaux: Compositio facta inter regem Anglie et mercatores vinetarios ducatus Aquitanie super libertatibus quas ipsi mercatores debent habere in regno Anglie. Archives de la mairie de Bordeaux: Cartulaire de l'abbé Baurein, fol. 54, et Livre des Bouillons, Nos 48 et 70, fol. 50 et 69.

 

p. cixxiv                                                                                                                                        INTRODUCTION

 

croire que ces chevaliers avaient été envoyés prisonniers en Angleterre pendant les troubles excités en Guyenne par la tyrannie de Simon de Montfort, car parmi ceux-ci se trouvent les noms de quelques-uns des plus célèbres antagonistes du comte de Leycester; mais il est plus probable que ces seigneurs avaient été appelés en Angleterre par suite du système politique que les rois normands mirent si souvent en pratique, et qui consistait à neutraliser, en l'employant dans des expéditions lointaines, l'esprit de nationalité des populations dont la fidélité leur aurait peut-être manqué s'ils les eussent employées contre des compatriotes. Edward Ier, qui se servit souvent des Gallois en Gascogne, s'était probablement servi de ces chevaliers gascons dans ses expéditions contre les Gallois ou les Écossais, et il est en effet naturel de penser qu'il n'aurait pas eu la maladresse de renvoyer en Guyenne des vassaux sur la fidélité desquels il ne pouvait pas compter, au moment où il voulait reconquérir la province. Mais quelle que soit la conjecture la plus vraisemblable (1) les registres de Guild-Hall sont complètement muets à ce sujet, et une discussion approfondie des circonstances pourra seule permettre de décider une question fort intéressante pour l'histoire assez mal connue de cette époque. Le document qui nous l'a révélée est aussi fort curieux comme peinture de moeurs.

En effet, ces grands seigneurs gascons (Vascones de paragio) étaient partis de Londres sous la caution du Roi, sans payer leurs dettes; de retour chez eux, ils s'étaient acquittés entre les mains de Henri de Lacy, comte de Lincoln, lieutenant-général d'Edward en Guyenne; mais en 1299 leurs créanciers à Londres n'étaient pas encore payés, et le Roi, se trouvant dans l'impossibilité de se procurer tant d'argent, prit le parti d'emprunter à la ville de Londres, et de lui abandonner en remboursement les revenus des vicomtés de Londres et de Middlessex, jusqu'à ce qu'ils eussent produit une somme égale à celle qui avait été empruntée. Le maire de Londres était alors ce fameux Henri Legallois, dont le nom se trouve aussi sur le registre des maires de Bordeaux, et cette circonstance peut jeter un nouvel intérêt sur le fait que nous ont révélé les archives de Guild-Hall. Cette singulière opération de banque royale a fait conserver dans les registres de la mairie de Londres, en regard des noms des débiteurs gascons, celui de leurs créanciers anglais, le montant et la nature de leurs créances, dont la somme totale s'élevait à 1049 livres, 13 sous, 11 deniers.

Dans les 92 articles qui composent ces comptes, on ne trouve que 79 individus, parce que les dettes de quelques-uns sont réparties en plusieurs articles. Dans ce

 

(1) On voit dans Rymer que le 4 avril 1283, Edward Ier remercia les principales communes de Guyenne du secours qu'elles lui avaient fourni contre les Gallois, et qu'en 1297, il promit de faire grâce aux Écossais rebelles qui voudraient l'accompagner en France. En 1323, Hugues le Despenser conseillait de faire passer en Guyenne les otages gallois, irlandais, et autres gens suspects (n° CXII, art. 13).

 

p. clxxv                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

nombre, 10 seulement sont désignés par le titre de dominus, titre équivalent alors à celui de chevalier, mais il ne faut pas en conclure que tous ceux qui ne sont pas désignés par ce titre n'étaient pas chevaliers; car il a dû nécessairement arriver plusieurs fois que les créanciers, en dictant le nom de leur débiteur, auront négligé d'indiquer bien exactement la qualification qui lui appartenait. On peut en donner comme preuve les noms de plusieurs des barons les plus riches du Bordelais, entre autres le captal de Buch, Pierre de Bordeaux, Arnaud de Bouville, etc.; mais surtout le nom de celui dont les dettes s'élevèrent à une somme incomparablement supérieure à toutes celles de ses compagnons, et qui, cité deux fois dans le registre, n'est accompagné d'aucune qualification ni d'aucun prénom, comme s'il était le chef de ces aventureux guerroyeurs, et qu'il eût suffi de le nommer pour le faire suffisamment connaître. C'est celui de Ladalil ou Ladils, appartenant à l'une des familles les plus illustres de Bazas et qui jouèrent un rôle très important en Guyenne pendant tout le XIIIe siècle.

A part les 10 chevaliers appelés seigneurs, les autres n'ont en général aucune qualification. Cependant l'un d'eux est désigné sous ce titre: varlet d'Arn. de Caupene, et un autre par sa qualité de prêtre. Dans l'impossibilité de distinguer ceux qui sont chevaliers d'avec ceux qui ne le sont pas, je les ai laissés pêle-mêle et les ai classés tous dans le tableau suivant, d'après les sommes de leurs créances.

 

Ladalil, devait                                                                     241 l.      » s.          » d.

Guillaume Seguin, seigneur de Rions.                             196         »              »

Guillaume de Nunyan ou Flinyan.                                  80           »              »

Pierre de Bordeaux.                                                           44           »              »

Pierre Amanieu, captal de Buch.                                     37           »              »

Dominge et Pierre Gerald de Villa, mandataires

de plusieurs hommes de la Rochelle.                              28           »              »

Arnaud de Caupene.                                                         22           »              »

Gaillard de Bergerac.                                                         27           »              »

Amanieu de Curton.                                                          22           »              »

Jean Kalegre de Bersak et Jean, son fils.                       20           »              »

Le sr de Castillon.                                                               18           »              »

Othon de Venguet.                                                             15           »              »

Othon de Lados.                                                                 15           »              »

Gaillard de Agassac.                                                          15           »              »

Arnaud Bernard de Lados.                                               15 l.        » s.          » d.

Bertrand de Tribus aquis.                                                 14           »              »

Othon de Casnau (Casanova?)                                       13           »              »

Arn. Guill° de Pugeys.                                                        13           »              »

Bertrand Assabti et Peregrin Larokan.                           12           »              »

Arnaud Ayquelin ou Aykeleny.                                       12           »              »

Arnaud de Murmere.                                                         10           »              »

Numandus de Sis.                                                              9             »              »

Guy le Flamand.                                                                 8             »              »

Arnaud Guill° de Mauvesin.                                             8             »              »

Jordan Elie.                                                                          7             »              »

Jean Geralli.                                                                         6             »              »

Pierre de Laperolle, bourgeois de Dax.                           6             »              »

Bernard de Semengers, prêtre.                                         6             »              »

Bernard de Leylan, ou Keylan.                                       6             »              »

 

p. clxxvi                                                                                                                                        INTRODUCTION.

 

Raimond de Laforche.                                                      6 l.          » s.          » d.

Bertrand de Lamothe.                                                       5             »              »

Oger Robert.                                                                        5             »              »

Bernard de Sto Siardo.                                                        5             »              »

Pons de Lamore.                                                                4             »              »

Raimond de Fungara.                                                       4             »              »

Raimond de Marignan et Seynerus Elis.                        4             »              »

Eble de Puyguillen.                                                             4             »              »

Lubatus ou Bibatus de Rigo.                                           3             »              »

Arnaud de Castel Pugo.                                                    3             »              »

Arnaud de Bouville.                                                           3             »              »

Amanieu de Sales.                                                             3             »              »

Gérard de Peyrelongue.                                                     3             »              »

Jean Robert.                                                                        2             »              »

Pierre de Corrigiis.                                                               2             »              »

Arnaud Loup d'Age.                                                          2             »              »

P. Arnaud Duprat.                                                              2             »              »

Vital de Forsed.                                                                   2             »              »

N... Febarius.                                                                       2             »              »

Vidal de Peyre.                                                                    2             »              »

Maître Guill° de Cleron et ses associés.                          2             »              »

Guill° Arn. de Villeneuve.                                                  2             »              »

Archibald de Monte Albo.                                                2             »              »

Elie de Périgord.                                                                  2             »              »

Guill° de Moussens.                                                           1             »              »

Amanieu de Villeneuve.                                                    1             »              »

Guill° Munde.                                                                      1             »              »

Pierre de Begare.                                                                 1             »              »

Guill° Deste.                                                                         1             »              »

Jean Aleger ou Alègre, l'aîné.                                           »              18           2

Raimond Guillaume de Balanson.                                 »              19           6

Dominges de Bares.                                                           »              17           3

Bernard, varlet d'Arn. de Caupène.                                »              15           »

Garsies de Sauveterre.                                                       »              13           9

Arnaud Dupuy.                                                                   »              13           8

Arnaud Duvercher.                                                            »              13           7

Dominique de Basta.                                                         »              11           11

Othon de Montegustardi.                                                  »              10           7

Boniface de Rioncia.                                                         »              10           5

Arn. Guill° Delbois.                                                             »              10           1

Gaillard de Chatelpuy.                                                      »              8             9

Guill° Scharck.                                                                    »              8             6

Bernard Joye et Bertrand Woteyn, bourgeois

de la ville de Saint-Jean de Sorde.                                   »              6             3

Arnaud de Jatz.                                                                  »              5             »

 

La nature des dettes des chevaliers d'Aquitaine n'est pas toujours exprimée dans les registres de Guild-Hall; cependant on y trouve quelques indications curieuses et desquelles il résulte entre autres, que la plus grande partie des dettes contractées par nos compatriotes provenaient des dépenses occasionnées par leur logement ou leur nourriture. Les fournisseurs de pain, viande, poisson, vin, bière, cervoise, etc., sont très nombreux. Les tailleurs, cordonniers, barbiers, les marchands de cire ou de chandelle, les maréchaux ferrants et les marchands de foin et d'avoine viennent ensuite. Un seul, G° d'Agassac avait emprunté à un orfèvre. G° de Nunyan devait 20 sous 1 denier à son apothicaire, et Arn. Duvercher 18 deniers à son médecin.

Le captal de Buch et le seigneur de Castillon logeaient chez la même hôtesse, Alice Leche, à laquelle le captal devait 42 sous, et son ami 13 livres. Il paraît que les femmes de Londres furent aussi compatissantes que leurs maris pour la détresse de ces nobles étrangers; l'un d'eux, Gaillard de Bergerac, emprunta surtout aux femmes: sur un total de 27 livres, il devait plus de 18 livres à Dionis, la venere, à Alice, la fournere, à Mathilde et Leticia, la mercere, à Mathilde,

 

p. clxxvii                                                                                           TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

femme de Robert-le-Barbier et à Catherine de Laréole. La bourse de cette Catherine de Laréole ou la Française, dont nous avons déjà vu le nom plusieurs fois inscrit dans les registres de Guild-Hall, fut inépuisable pour ses compatriotes. Elle avait prêté à 15 d'entre eux diverses sommes qui portaient le total de sa créance à 184 livres 6 sous. C'était près d'un cinquième de la somme totale prêtée à tous les chevaliers, somme que les revenus des vicomtes de Londres et de Middlessex ne purent achever de payer en dix années. On continue en effet de rencontrer dans les registres de Guild-Hall, des quittances données par la ville de Londres aux receveurs des revenus royaux de ces deux vicomtés, jusqu'en l'an 1310 (nos LXXIII, LXXVII, et Archives de la mairie de Londres, regist. D, fol. 135 v°).

Je me suis arrêté peut-être trop longtemps sur un document qui n'a pas toute l'importance historique que je lui suppose, mais on m'excusera en faveur de sa singularité, car il est au moins bizarre de retrouver après 600 ans, dans les registres municipaux de la capitale de l'Angleterre, le menu détail des dépenses personnelles de ces aventureux chevaliers d'Aquitaine qui s'embarquaient avec autant d'indifférence pour aller combattre dans les montagnes glacées du pays de Galles ou de l'Ecosse, que dans les plaines brûlantes de l'Espagne ou de la Syrie.

Pendant que s'opérait à Londres le payement des dettes laissées par les seigneurs d'Aquitaine, et que la Guyenne était toujours occupée par les Français, la querelle des marchands de Londres et de Bordeaux prit un autre aspect. L'an 1300, Edward Ier fut obligé de demander à la commune de Londres pourquoi elle troublait les Bordelais dans l'exercice de leurs privilèges et voulait leur faire payer un droit nouveau de deux deniers par tonneau de vin. La commune répondit que les marchands bordelais, comme les autres marchands étrangers, n'avaient jamais eu le droit d'avoir un domicile dans la ville, ni d'y loger les autres marchands, ni de leur donner à manger, tant que la ville de Londres avait joui d'une entière liberté comme elle en jouissait alors, et que le droit de deux deniers par tonneau avait été autorisé par le Roi lui-même pendant un temps qui n'était pas encore expiré (n° LXX).

Edward, soit qu'il ne voulût pas se contenter de ces explications, soit qu'il cherchât un prétexte pour se faire donner de l'argent par les deux partis, écrivit l'année suivante pour avoir des renseignements plus précis au sujet des plaintes des marchands de Bordeaux. Il voulait savoir, disail-il, si les Bordelais pouvaient ou non habiter les magasins où ils avaient le droit de déposer leurs marchandises. La commune répondit très sèchement et très brièvement, absolument dans les mêmes termes dont elle s'était précédemment servie, et sans ajouter aucun renseignement nouveau (n° LXXIV).

Nous verrons plus tard la suite de cette affaire; mais dans l'intervalle, les relations

 

p. clxxviii                                                                                                                                      INTRODUCTION.

 

commerciales entre les deux métropoles ne cessèrent point. En 1302, des marchands bordelais firent transcrire dans les registres de Guild-Hall à Londres, une créance importante par la valeur de la somme qui en était l'objet, et que j'ai publiée comme spécimen des transactions commerciales de cette époque. Gaucem Bonnet, bourgeois de Bordeaux, celui-là même qui avait fait enregistrer une quittance de la reine d'Angleterre, se présenta à Guild-Hall, accompagné de témoins et demanda d'y faire transcrire une déclaration de lui, rédigée en forme de lettres patentes, munie de son sceau et par laquelle, en son nom et celui de son fils, il reconnaissait avoir été payé, par un marchand anglais, d'une somme de 200 marcs, et lui avoir cédé tous ses droits sur diverses obligations des comtes de Warwyck, d'Arundel et autres grands seigneurs anglais (n° LXXVIII).

La vente des vins de Gascogne, en Angleterre, joue un rôle si important dans les relations de la commune de Londres avec les communes d'Aquitaine, que j'ai transcrit tout ce qui pouvait s'y rapporter dans les registres de Guild-Hall. J'ai même noté les noms des dégustateurs jurés des vins de Gascogne, à Londres, pour l'an 1302; ils étaient au nombre de six et devaient faire jeter tous les vins qu'ils trouveraient corrompus (n° LXXIX). Nous verrons plus tard les règlements qui présidaient à la vente de ces vins.

Il paraît que tant que vécut Edward Ier le procès entre les marchands de Londres et de Bordeaux fut décidé en faveur de ceux de cette dernière ville; mais à l'avènement d'Edward II, la commune de Londres recommença bientôt à s'opposer aux privilèges de sa rivale. Dès 1309, les Gascons inquiétés, furent obligés d'obtenir un nouveau mandement du Roi; mais la commune de Londres sentit bientôt qu'elle pouvait plus aisément se dispenser d'obéir à Edward II, qu'elle n'avait pu le faire sous son prédécesseur, et le maire de Londres se contenta de répondre que les exemptions accordées aux Bordelais avaient été temporaires et que leur temps était fini (n° LXXXIX).

La querelle ne resta pas dans les bornes légales: dans le port même de Londres, nos compatriotes osèrent soutenir leurs droits les armes à la main, et furent maltraités. Le Roi fut obligé d'envoyer à Londres un commissaire spécial chargé de rétablir l'ordre (n° XC), et de faire ensuite mandement sur mandement pour protéger les Gascons (nos XCI, XCII).

Ces querelles, et d'autres causes peut-être, firent considérablement augmenter le prix des vins à Londres, et dès le commencement de l'année suivante Edward II fut obligé de faire une ordonnance sur la vente des vins, devenus plus chers qu'ils n'avaient jamais été. Nul, excepté le bouteiller du roi, ne pouvait aller au-devant des marchands pour leur acheter leurs marchandises, et le bouteiller du roi ne devait acheter que ce qui lui était strictement nécessaire. Avant d'être rentrés dans les

 

p. clxxix                                                                                            TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

celliers, les tonneaux devaient être marqués des deux bouts, afin que les acheteurs pussent savoir ce qu'ils contenaient; et quand ils étaient dans les celliers, ils ne pouvaient être vendus aux revendeurs qu'après trois jours. Aucun marchand de vin en gros (grosseur) ne devait être tavernier, et vice versa; aucun tavernier ne devait mettre son vin, en vente avant qu'il eût été essayé par les essayeurs jurés, et chaque tonneau marqué à sa valeur. Le meilleur vin, à cinq deniers le gallon; le meilleur après, quatre deniers; et l'autre, trois deniers. Les acheteurs avaient le droit de voir tirer le vin du tonneau, et ce qui restait de lie au fond des barriques devait être mis sur les barriques de moindre prix. Les degotailles de vin devaient être jetées afin qu'elles ne fussent mises dans aucune boisson qui dût entrer dans le corps de l'homme (n° XCIV).

Malgré ces mandements, l'irritation durait toujours. Edward II avait plusieurs fois ordonné aux Londoniens de cesser, pendant l'instruction du procès, toute voie de fait et toute opposition aux privilèges des marchands bordelais; mais ils n'en avaient tenu aucun compte. De nouveaux sévices eurent lieu; le Roi s'en plaignit avec plus d'instance, et il lui fut répondu que le vin confisqué l'avait été parce que, contrairement à un autre privilège de la ville, il avait été vendu à un revendeur étranger (n° C). Le Roi répondit qu'il défendait d'en agir ainsi, et fit rendre immédiatement les vins saisis (n° CI).

Il faudrait suivre, l'histoire de Londres à la main, les différentes phases de cette lutte perpétuelle des marchands gascons et des marchands anglais, pour s'en rendre un compte bien exact; mais les documents que j'ai trancrits peuvent donner une idée du degré de vivacité auquel elle était parvenue lorsque le Roi, profitant, pour payer ses dettes, d'une sédition qui avait lieu, chargea les marchands de Londres, en punition de leur rébellion et comme dédommagement du préjudice causé par la populace, de payer à des marchands gascons l'argent qu'il leur devait pour sa provision de vin. Sous divers prétextes, la commune de Londres s'y était refusée; mais le 30 août 1315, Edward écrivit une lettre si impérieuse, que la commune n'osa pas résister plus longtemps. Le registre a conservé le nom de nos compatriotes qui furent chargés de recevoir ce dangereux remboursement (n° CIII). Les documents qui concernent cette querelle disparaissent pendant quelque temps devant les troubles de la fin du règne d'Edward II.

Le 1er février 1325, Jean Travers, connétable de Bordeaux, écrit à Hugues le Despenser que les Français supportent les trêves avec impatience, qu'ils garnissent leurs châteaux; qu'ils se sont emparés, après un siège de plusieurs mois, du château de Hautefort et vont maintenant assiéger Madaillan, qui appartient à Amanieu Dufossat. La Guyenne, disait-il, se trouve complètement démunie, et il est urgent de se hâter de la garnir le mieux et le plus tôt qu'on pourra, afin de n'être pas déçu sur les

 

p. clxxx                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

paroles et les traités des Français, comme on l'a été déjà plusieurs fois. Le mieux serait d'avoir une bonne et honorable paix; mais quelque assurance et quelque traité qu'on obtienne, il ne faut pas négliger de se préparer à la guerre. Les Français ont déjà envoyé en Lombardie Antoine Pesaigne, qui fut sénéchal de Gascogne et comblé d'honneurs et de biens par le roi d'Angleterre, pour rassembler le plus de galères qu'il pourra contre les Anglais. En passant à Laréole, il a dit au sire de Pomiers, son ami, qui accompagnait le comte de Kent, que si le roi de France voulait lui donner une somme qui n'était pas très forte, il s'engageait à conquérir l'Angleterre dans un délai qui n'était pas très long. C'est le sire de Pomiers qui l'a dit lui-même. Jean Travers recommande d'armer des navires et de bien défendre les côtes. Il indique les personnages qui conviendraient le mieux pour maire de Bordeaux et prévôt de Lombrière; mais avant tout il faut faire préparer des vaisseaux, des armes, des vivres, etc., et envoyer tous les officiers nécessaires pour cela. Si le Roi pouvait venir lui-même, les choses n'en iraient que mieux (n° CX).

Le document qui suit, écrit par le même personnage, nous donne une preuve certaine d'un fait historique assez curieux. Hugues le Despenser, en accordant à J. Travers l'office de connétable de Bordeaux, lui avait fait jurer de le prévenir de tout ce qu'il pourrait apprendre de contraire aux intérêts de son protecteur. En conséquence, quoique le comte de Kent ait envoyé des messagers au Roi, pour lui faire savoir l'état du duché, J. Travers veut peindre aussi cette situation à son protecteur: il lui envoie un serviteur dévoué, auquel il a remis un mémoire plus détaillé, et confié de vive voix ce que pour d'autres raisons il n'a osé écrire. Ce messager est d'ailleurs bien instruit de tout ce qui s'est passé; il était en Agenais lors de la venue de Charles de Valois, puis à Laréole pendant tout le temps du siège (n° CXI).

Ces deux lettres pourraient faire présumer que Jean Travers est aussi l'auteur d'un mémoire sur les moyens qu'il faut employer pour mettre la province en état de défense. Ce mémoire est sans date ni signature, et n'a certainement été écrit que par un confident intime; mais Jean Travers n'a été nommé connétable d'Aquitaine qu'en 1324: il pourrait donc se faire que l'auteur de ce mémoire fût Hugues le Despenser père. La publication des autres pièces de la correspondance, adressée au comte de Glamorgan, lèvera toutes ces incertitudes; mais le document en lui-même n'en est pas moins curieux par sa forme et par les renseignements qu'il fournit (n° CXII). Les instructions contenues dans ce mémoire peuvent se diviser en deux classes: les précautions morales, et les préparatifs matériels.

C'est d'Angleterre, où se trouve le Roi, que doivent partir toutes les instructions envoyées en Guyenne; car l'auteur du mémoire ne peut rien ordonner là où se trouve un frère du Roi; en conséquence l'auteur demande qu'en Angleterre on fasse publier, partout où l'on pourra, les torts du roi de France envers celui d'Angleterre,

 

p. clxxxi                                                                                            TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

afin que tous les hommes généreux embrassent avec plus d'ardeur une querelle si juste. Il ne faut pas oublier de rechercher et de punir les officiers précédemment chargés de ces publications, et qui, ne les ayant pas faites, ont encouru la responsabilité du préjudice que le Roi pourrait éprouver.

En Guyenne et en Gascogne, comme dans les pays d'outre-mer, il faut faire des proclamations, annoncer l'arrivée prochaine du Roi, surtout aux bonnes villes qui sont restées en son pouvoir, et envoyer des agents accrédités auprès des autres pour les entretenir dans l'affection qu'elles portent au Roi. Il faut surtout remercier Laréole, qui s'est bien montrée; lui promettre pardon et indemnité, et lui annoncer que le comte de Kent est chargé de faire une enquête. Si le Roi est généreux envers ceux de Laréole, tous les autres lui seront plus attachés. Le comte de Kent doit se montrer moins haut et plus affable qu'il ne l'a été jusqu'ici pour les pauvres comme pour les riches. Il ne faut pas surtout qu'il renvoie les gens du pays quand il veut tenir conseil; il peut y appeler les Gascons sans que cela l'empêche de traiter ensuite ses affaires en particulier. On ne doit point négliger d'avoir des agents dans chacune des villes conquises par les Français, afin d'être instruit de leurs dispositions et de leurs approvisionnements; si le comte veut savoir les préparatifs que les Français font du côté de Toulouse, Raimond Durant pourra l'en instruire. Il faut enfin que le Roi remercie particulièrement les capitaines des châteaux qui se sont montrés fidèles à sa cause.

Quant aux préparatifs matériels, il faut, en Angleterre, suffisamment garnir les frontières d'Ecosse; savoir de chaque sénéchal de combien de forces il peut disposer, et faire passer en Gascogne les principaux otages du pays de Galles et d'Irlande. Il faut faire choisir et préparer tous les archers, arbalétriers et autres combattants de lance et d'épée, ainsi que des ouvriers artilleurs, fléchiers, charpentiers, mineurs, etc., de manière à ce qu'ils ne puissent retarder leur départ sous prétexte de leur équipement. Il faut aussi faire préparer le plus possible de machines de guerre; si le temps presse, qu'on se borne à dégrossir les bois, afin qu'ils soient plus aisément employés en Guyenne. Le Roi doit faire demander à l'évêqne de Durham quelques-unes de ses espringalles et un bon maître pour en fabriquer d'autres. Il faut aussi demander dans chaque vicomté des plumes d'oie pour garnir les flèches, pour épargner le parchemin. Il ne faudra pas attendre que tout soit prêt; mais faire deux flottes, et dans la première envoyer avec les hommes d'armes et les engins qui seront prêts, les gens suspects, tels que les otages des Gallois, etc.

En Guyenne, le comte de Kent doit faire descendre et conduire à Bordeaux, pour les armer, avant Pâques, tous les couraux, bateaux et gabarres qui sont sur la Garonne, et barrer la rivière de pieux ou autrement pour que les bateaux des Français ne puissent descendre. Il faut approvisionner de vivres Bordeaux

 

p. clxxxii                                                                                                                                       INTRODUCTION.

 

et Blaye, mais surtout Bourg; car c'est de là qu'on ravitaillera Libourne et Saint-Emilion, et tandis que le connétable de Bordeaux fera apprêter l'artillerie, un machiniste préparera les espringalles de Blaye et de Bourg.

Le comte de Kent aura soin d'augmenter la garnison de Saintes, et d'envoyer en Béarn et dans les Landes, auprès des chefs principaux, demander de combien d'archers et d'hommes d'armes ils pourront aider le Roi. Le sire de Lescun et Laspes de Béarn sont spécialement désignés comme pouvant être d'un grand secours dans ces parties. Le comte de Kent devra aussi prier la commune de Bayonne d'envoyer ses marins en Espagne, sous la conduite d'un homme sage, pour acheter des vivres et des armes pour garnir Dax, Saint-Séver et les autres villes des Landes; mais il faudra d'avance qu'il envoie des messagers au Roi d'Espagne pour lui demander permission de s'approvisionner dans son royaume.

En 1326, un clerc de Hugues le Despenser écrit à son maître pour lui apprendre ce que le conseil de Guyenne a décidé sur les affaires dont ils s'étaient entretenus avant son départ de Londres, et comme il n'ose tout écrire, il envoie un intelligent et dévoué messager pour l'instruire du reste. Il se borne à dire que les trêves prises jusqu'à la Pentecôte, viennent d'être prolongées, de dix jours, dans l'espérance qu'une bonne paix s'ensuivrait, et que la Reine a spécialement prié le comte de Kent de veiller à ce qu'elles ne fussent pas enfreintes. Il ne sait si cela sera avantageux pour l'Angleterre; mais le pays est suffisamment en état de défense, et il croit toujours pouvoir répondre de la fidélité du sénéchal (n° CXIII).

Un document de la même année prouve que l'auteur de la lettre précédente avait vu juste en prévoyant que la prolongation des trêves serait nuisible, et révèle un épisode excessivement curieux du retentissement en Guyenne de la lutte des partis qui divisaient alors l'Angleterre. J. Colomb et Bert. Cailhau, deux des principaux bourgeois de Bordeaux, arrivés de Portsmouth à Bordeaux après une traversée de onze jours, écrivent à leur noble et puissant ami, Hugues le Despenser, qu'ils ont trouvé la province dans un état de bouleversement inouï. Le bruit s'était répandu qu'on allait encore livrer la Guyenne aux Français, et tous les amis du Roi s'étaient préparés à quitter le pays. Profitant de ce trouble, quelques seigneurs anglais, ennemis des Despenser, avaient imaginé de saccager la ville où ils étaient logés. Ils avaient commencé l'attaque en mettant le feu dans quatre ou cinq endroits à la fois, et pillant et tuant partout, comme dans une ville prise d'assaut; on estimait leur butin à plus de 40000 l. Les amis de Hugues le Despenser lui promettent d'envoyer avant peu des détails sur la conduite de chacun; mais jusqu'ici personne n'a été indemnisé. J. Colomb prévient le favori que, n'ayant pas son sceau, B. Cailhau a mis le sien pour tous deux. L'intérêt que présente ce document est augmenté

 

p. clxxxiii                                                                                          TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

par l'étrange bizarrerie de son style, mélange confus des idiomes français, anglais, normand et gascon (n° CXIV).

Quelque temps après la mort d'Edward II, un ancien trésorier de Guyenne se plaignit aux barons de l'Echiquier du nouveau gouvernement à Londres, qu'un autre clerc du Roi s'était refusé à faire avec lui une endenture sur les vivres qui lui avaient été autrefois livrés. Les barons de l'Echiquier demandèrent des explications, et aussitôt les officiers de la cour de Gascogne, dont les noms sont insérés dans l'acte, écrivirent respectueusement que le débiteur ne refusait point de donner quittance, et envoyèrent aux barons de l'Echiquier une expédition des pièces du procès (n° CXV).

En 1342, le Roi fut obligé de faire un nouveau mandement pour l'exécution du règlement de 1311 sur la vente du vin à Londres (1), et pour fixer le prix du vin de Gascogne à 4 deniers (n° CXL).

En 1346, on publia à Londres une proclamation pour régler l'exportation des blés en Gascogne (n° CXLVIII), et une autre en 1356, pour annoncer que tous les navires qui devaient se rendre en Guyenne eussent à se réunir à Plymouth, sous la protection de la flotte qui devait porter le sénéchal et le connétable de Bordeaux (n° CLIX).

En 1353, comme les trêves étaient toujours mal observées, surtout sur mer, où les pirates se réunissaient dans la saison des vendanges, Edward III fit encore défendre aux commandants des navires de partir seuls pour la Gascogne (n° CLXV).

J'ai déjà donné dans le chapitre précédent, pages 126 et suiv., l'analyse du long et important procès-verbal de la réception des hommages qui furent rendus au prince d'Aquitaine, du 9 juillet 1363 au 4 avril 1364: il est d'autant moins nécessaire d'y revenir que dans l'acte lui-même (n° CXCII), j'ai rassemblé, sous chaque localité, les renseignements que le copiste avait enregistrés sans ordre. Je dois cependant ajouter que la nomenclature des tenanciers qui prêtèrent hommage dans chaque ville ne donne point la liste exacte de tous les vassaux du pays, non seulement par les motifs dont j'ai précédemment parlé, mais encore parce que plusieurs feudataires furent obligés, par diverses circonstances qui nous sont inconnues, de faire leur hommage hors de la circonscription territoriale de leurs fiefs.

Le chapitre précédent contient aussi, à la page 131, sur les comptes de l'administration financière de la Guyenne, pendant la domination du Prince Noir, plusieurs observations qu'il est inutile de répéter ici. J'ajouterai seulement que le Prince recueillait à Bordeaux, comme capitale de sa principauté, un assez grand

 

(1) En 1368, le Roi ordonna qu'il n'y eût plus à Londres que trois tavernes pour vendre le vin doux. Archives de la mairie de Londres, reg. G, fol. 187, 188vo.

 

p. clxxxiv                                                                                                                                      INTRODUCTION.

 

nombre de revenus, qu'il ne faut pas confondre avec les revenus particuliers au Bordelais. Je me sers à dessein de ce nom, parce que dans les comptes de Filongleye, les pays qu'on désigne ordinairement par le nom de Guyenne ou Gascogne, n'y sont point indiqués par ces mots: chacun porte le nom d'une sénéchaussée particulière: Sénéchaussée d'Agen, de Bordeaux, etc. Cette remarque peut avoir une certaine importance dans les controverses sur l'étendue et la signification, jusqu'ici assez mal connues et comprises, des mots: Guyenne, Gascogne et Aquitaine.

Les revenus particuliers du Prince étaient considérablement réduits. Il ne possédait plus que quatre prévotés: le quart des revenus du marché; quelques péages ou coutumes sur les pèlerins, les vaches, le vin, la faïence, l'huile, le miel, etc. Les revenus généraux que le Prince avait conservés étaient aussi très peu nombreux. C'étaient quatre ou cinq droits de greffe et de sceau de la cour de Gascogne, puis quelques droits sur les ventes, les amendes, les confiscations, le change des monnaies, le jaugeage des navires, les dons ou secours volontaires accordés par les villes; les esporles, dont le trésorier ne tint compte qu'une fois; les produits du sceau de la chancellerie, qui ne s'élevèrent pas au double des frais de perception; puis enfin les louages, qui ne furent levés dans le Bordelais que deux fois (n° CCXXIII, art. 1 à 71, 803 à 807, et n° CCXXIV, art. 2, 15, 18).

Malheureusement les comptes du Bordelais sont mêlés à ceux du Bazadais et des Landes. On ne peut donc tirer de ces tableaux que des considérations générales. Le total des recettes s'éleva à 1473000 l., celui des dépenses à 1415000 l.

En 1366, quoique la guerre n'eût pas été ouvertement déclarée, le duc de Lancastre leva une armée, à Londres, pour passer en Guyenne; et comme ses finances étaient épuisées, il obtint de son père la permission de mettre en gage le comté de Richemond pour sûreté des obligations qu'il contractait (n° CCII).

Le 19 mai 1370, le duc de Lancastre, de retour à Londres, certifiait qu'un écuyer auquel le Roi avait fait grâce en 1367, à condition qu'il allât combattre en Guyenne, y était en effet venu et avait fait son service (n° CCXVI).

Le 1er juillet suivant, Edward III, obligé de renvoyer le duc de Lancastre en Guyenne au secours de son frère, comprit que le seul moyen d'arrêter la défection des peuples qui se retiraient peu à peu de la domination anglaise, était de les attirer non seulement par l'espoir du pardon, mais encore par la perspective de faveurs et de privilèges nouveaux; en conséquence il donna au duc de Lancastre le pouvoir d'accorder toute espèce de grâces, pardons et privilèges, comme lui-même aurait pu le faire (n° CCXVII).

Il parait que le duc de Lancastre se souciait assez peu que les affaires de son frère prospérassent ou non en Aquitaine; à peine arrivé, il se fit donner comme

 

p. clxxxv                                                                                          TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

indemnité par le prince de Galles les villes de La Roche-sur-Yon et Bergerac, puis il obtint aussi une déclaration par laquelle le Prince reconnaissait que, quoique le duc Jean ait accepté la lieutenance d'Aquitaine sans fixation de terme, il ne serait pas obligé de la garder au delà du 24 juin prochain, et que si dans l'intervalle ses gages et ceux de ses gens étaient retardés d'un mois, il serait libre de remettre la principauté à la garde du sénéchal et du connétable, et de s'en aller où il voudrait (n° CCXX). J'ai réuni sous les nos CCXXI, CCXXVI, CCXXVII quelques notes sur les gages que touchaient diverses personnes de la retenue du duc de Lancastre.

Ce duc s'ennuya bientôt de la charge de lieutenant d'Aquitaine. A peine le terme fixé était-il passé, qu'il assembla le conseil d'Aquitaine, et remit en sa présence la garde de la principauté au connétable et au sénéchal, prétendant que, quoiqu'il n'eût rien reçu depuis plus de six mois pour ses gages ni ceux de ses gens, il n'avait néanmoins levé aucun impôt et n'avait point vécu aux dépens du pays; mais que ne pouvant plus continuer ces sacrifices, et pour d'autres motifs aussi désirant retourner en Angleterre, il se démettait de sa lieutenance. Il promettait d'ailleurs de défendre la principauté, et à ses frais, pendant tout le temps qu'il continuerait à y demeurer (n° CCXXX).

Le duc de Lancastre resta en effet dans le pays. Le 7 septembre 1371, il reçut 1100 marcs d'or, que lui amenait William d'Ardenne, parti d'Angleterre cinq mois auparavant et qui était venu par terre (n° CCXLVI).

En 1372, Edward III préparait une autre expédition contre ses ennemis, mais ne savait pas encore s'il la dirigerait vers l'Aquitaine ou vers l'Espagne. En conséquence il contracta avec son fils, le duc de Lancastre, qui avait pris le titre de roi de Castille, un engagement éventuel par lequel celui-ci s'engageait à servir son père, moyennant une somme déterminée et à condition que Hugues de Calvyley ferait partie de l'expédition, savoir: pendant un an, avec 500 hommes d'armes et 500 archers s'il fallait aller en Aquitaine, et pendant six mois avec 600 hommes d'armes et autant d'archers s'il fallait aller en Espagne (n° CCXLI). On trouve à la suite de ces importants documents plusieurs actes qui le sont moins, mais qui révèlent quelques circonstances curieuses des faits qui se passèrent alors en Guyenne: des convocations de chevaliers; des mandements pour le payement des gages, le transport des denrées, etc. Les mandements pour le payement des gages surtout font connaître d'une manière frappante l'état déplorable des finances du duc de Lancastre. Les gages et autres dettes de la dernière expédition n'étaient pas encore acquittés, et les réclamations étaient devenues si nombreuses, que le duc défendit à ses trésoriers de délivrer désormais aucun mandat pour le payement des dettes arriérées, excepté pour le restor des chevaux, et seulement aux hommes qui prendraient l'engagement d'accompagner de nouveau le Prince. Cette mesure produisit un effet

 

p. clxxxvi                                                                                                                                      INTRODUCTION;

 

désastreux: la désertion se mit dans l'armée du duc de Lancastre, et son père, pour s'y opposer, fut obligé de donner l'ordre d'emprisonner à Londres tous ceux qui revenaient d'Aquitaine sans un congé, spécial du duc de Lancastre (nos CCXXXVI, CCXXXVIII, CCXXXIX, CCLXII, CCXLV, CCXLVI, CCLXVIII, CCL, CCLIII).

Cependant, revenu à Londres, le duc de Lancastre fit payer, en 1374, 500 fr. d'or, que le chapitre de Saint-André de Bordeaux lui avait prêtés (n° CCLIV), et l'année suivante 20 l., qui lui avaient été prêtées par le roi d'armes d'Aquitaine (n° CCLVIII).

Dans une contestation sur la rançon d'un prisonnier, il attesta quelle avait été la décision de la cour de Gascogne (n° CCLV). Ce duc fit des présents considérables au comte de Foix et à plusieurs autres (n° CCLVII).

A partir de cette époque, on ne trouve plus dans ce volume qu'un seul document concernant la Guyenne proprement dite. En 1419, Henri V voulant savoir au juste quels pouvaient être ses droits sur l'Aquitaine, demanda à l'archevêque de Bordeaux une copie de tous les titres propres à la constater (n° CCCL). David de Montferrand répondit, le 4 avril, en envoyant un immense rouleau, dans lequel se trouvait, entre autres, une copie du procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir, copie dont je me suis servi (n° CXCII); mais de tout le reste, je n'ai transcrit que la lettre d'envoi de l'archevêque. Il m'a semblé qu'avant de publier ces copies il valait mieux essayer de retrouver les actes originaux eux-mêmes dans les autres archives

 

ARTICLE XIV.

Agenais, Condomois, comté de Gaure, Armagnac.

 

Les actes qui concernent particulièrement ces provinces pourront paraître rares; mais il ne faut pas oublier que des personnages de ces localités sont compris dans presque tous les actes où il est question des marchands ou des chevaliers gascons, entre autres dans les nos XVIII et LVI, et qu'il est aussi question de ces contrées dans les pièces de la correspondance de Hugues le Despenser avec ses agents (nos CX à CXV).

Dans le procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir, en 1363, ceux des vassaux et des communautés de l'Agenais, occupent une place très importante. Voyez ce que j'en ai dit au chapitre précédent à propos de l'hommage du comte de Foix. Ici j'ajouterai seulement que, le 15 juillet 1363, les représentants non seulement d'Agen, mais des principales villes et bastides de l'Agenais: Penne, Puymirol, Tournon, Marmande, Condom, etc., furent contraints de venir à Bordeaux prêter serment au Prince, quoique celui-ci dût plus tard venir lui-même à Agen pour y

 

p. clxxxvii                                                                                        TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

recevoir les hommages des autres vassaux du pays. Le Prince et les commissaires royaux partirent de Poitiers à la fin du mois de novembre 1363 et se dirigèrent sur Agen. Notre document ne donne aucun détail sur la route qu'ils suivirent; mais ils y étaient arrivés le 26 décembre, et de ce jour-là, jusqu'au 21 janvier 1364, ils continuèrent à y recevoir les hommages. Il faut remarquer que le comte d'Armagnac ne rendit hommage que le 2 avril suivant, à Angoulême (n° CXCII, articles 140 à 252, 946 à 1027 et 1038).

.Dans les comptes de Filongleye, il n'est question que de l'Agenais et du comté de Gaure; sur tout le reste le Prince d'Aquitaine n'avait droit qu'à l'hommage. Dans l'Agenais, les droits du Prince étaient excessivement nombreux: quelques-uns de ces revenus avaient été annulés par la guerre, et dès 1367 les comptes du Prince cessèrent d'être tenus dans tout l'Agenais; cependant il recueillit encore en 1367 et 1368 les bénéfices sur le monnayage d'argent. Il n'y fit point frapper de monnaies d'or, et les profits du fouage ne furent pas enregistrés (n° CCXXIII, art. 623 à 803, 830 à 833; n° CCXXIV, art. 4, 17).

 

ARTICLE XV.

Landes, Soule, Labour, Bigorre et Béarn.

 

Les observations que je viens de faire à propos de l'article précédent peuvent s'appliquer aux différentes localités dont il est question dans celui-ci; cependant on y trouve quelques autres documents qui concernent particulièrement l'histoire de ces contrées.

Un acte de 1303 (n° LXXXII) fournit des renseignements précieux pour l'histoire de Bayonne, et de curieux détails sur les moeurs de l'époque. Deux marchands de Bayonne étaient détenteurs d'une somme qui appartenait à Guillaume Saut, l'un des membres de cette famille qui joua un si grand rôle dans l'histoire de cette partie de la Gascogne, et dont les biens avaient été adjugés au Roi. Pour être sûr d'être payé, Edward Ier écrivit au maire de Londres de faire saisir tous les biens que ces deux marchands pouvaient y avoir: il se trouva ainsi remboursé, et au delà, de ce qui lui était dû.

En 1325, dans le mémoire sur les moyens de mettre la Guyenne en état de défense (n° CXII), il est recommandé au comte de Kent de s'adresser particulièrement, pour tout ce qui concerne le Béarn et les Landes, au seigneur de Lescun, à Laspes, à R. de Millesaints, etc. Il doit surtout s'informer de la quantité de gens et d'artillerie qu'on en pourra tirer sans trop dégarnir les villes des Landes, et exciter au travail principalement les artilleurs béarnais. On lui recommande aussi de faire prier la

 

p. clxxxviii                                                                                                                                    INTRODUCTION.

 

commune de Bayonne d'envoyer ses navires en Espagne, pour y chercher des armes et des vivres.

Dans le procès-verbal des hommages rendus au Prince Noir, on voit que tous les tenanciers des contrées méridionales de l'Aquitaine furent contraints de venir prêter serment hors de leur sénéchaussée. Le Prince ne fit point pour les recevoir de chevauchée dans ces pays comme il en fit dans les autres provinces. C'est le 15 juillet 1363 que les députés des villes de Bayonne, Dax, Saint-Séver, etc., furent contraints de venir prêter hommage à Bordeaux. Les villes de Bigorre, Tarbes, Lourde, Rabastens, etc., ne s'y rendirent que le 20 juillet. Les consuls de Mauléon n'étant pas venus à temps à Bordeaux, furent obligés de suivre le Prince, et ne le rejoignirent qu'à Poitiers. Les vassaux ordinaires prêtèrent leur serment soit avec ceux du Bordelais, soit ailleurs; mais ceux des Landes comparurent principalement le 22 juillet, et ceux du Labour le 28 (n° CXCII, art. 232 à 258, 308 à 327 et 864).

Dans le tableau de l'administration de l'Aquitaine, les comptes de la sénéchaussée des Landes sont joints à ceux des sénéchaussées de Bordeaux et de Bazas, et je ne puis en citer ici les résultats; mais la sénéchaussée de Bigorre forme un article à part. Les comptes n'y furent pas tenus en 1370, et les dépenses y égalèrent presque les recettes. Le Prince n'y fit frapper que des monnaies d'argent, et il paraît qu'il n'y leva aucun fouage (CCXXIII, art. 1 à 71, 436 à 537, 803 à 807, 324 à 827, n° CCXXIV, art. 2, 6, 15).

J'ai placé en 1440 un acte dont il m'a été impossible de déterminer la date d'une manière plus précise, et j'en parle ici pour ne pas interrompre ce qui me reste à dire sur les rapports de la ville de Bayonne avec celle de Londres. Sous la forme d'une supplique ou remontrance adressée au Roi par les deux états de la sénéchaussée des Landes, ce document parait être une espèce d'excuse d'un traité suspect, ou simplement une lettre de recommandation en faveur du sénéchal de Guyenne. Les deux états des Landes, représentés, pour la noblesse, par le lieutenant du sénéchal, le sr de Lescun et le sr de Caunar, et, pour le tiers-état, par les communes de Bayonne, Dax et Saint-Séver, envoyèrent des députés en Angleterre représenter au Roi que, depuis près de cent ans, les habitants de ces contrées ont souffert, pour garder leur foi, des maux incalculables de la part des comtes d'Armagnac, du sr d'Albret et autres rebelles; que pour obvier à ces dommages ils ont été obligés de s'emparer à leurs frais d'une partie des domaines du sr d'Albret, et que celui-ci, pour se venger, est venu, au nom du roi de France, à la tête des routiers et de 14000 cavaliers ravager tout le pays; et que, non content de cela, il a mis une forte garnison dans Tartas, d'où il détruit et ravage tous les environs. Dans cette situation, les deux états se sont adressés au lieutenant général en Guyenne, et lui

 

p. clxxxix                                                                                         TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

ont demandé, pour se débarrasser de ceux de Tartas, de leur donner pour chef Thomas Rampston, sénéchal de Guyenne. Ce sénéchal est arrivé avec 100 hommes d'armes et 400 archers, dont les deux états ont payé les gages depuis six mois; mais pour faire lever le siège, le seigneur d'Albret s'est mis à ravager la Chalosse et principalement les terres du seigneur de Lescun, en sorte qu'on a été obligé de faire un arrangement, dont on montrera au Roi une copie vidimée, et par lequel le siège de Tartas doit être levé.

Les états prient donc le Roi d'ouvrir des yeux de pitié et de miséricorde sur les souffrances de son peuple, et de prendre une décision qui puisse maintenir à la fois l'honneur de la royauté et la tranquillité du pays. Ils demandent en outre que le Roi, qui avait promis la ville de Tartas au sénéchal, l'en dédommage si celle-ci reste à Charles d'Albret; car le sénéchal s'est conduit pendant le siège de manière à se concilier l'estime de tous, et même y a reçu une blessure (n° CD).

En 1438, les marchands de Bayonne qui se trouvaient à Londres se plaignirent au Roi que le maire et les vicomtes avaient fait arrêter un navire de Bayonne (1). Le Roi fit demander au maire pourquoi il en avait agi ainsi. Celui-ci répondit que, d'après les privilèges accordés aux habitants de Londres, leurs navires et leurs marchandises devaient être exempts de tous droits et de tous impôts, sous quelque nom et prétexte que ce soit, dans tous les pays soumis à l'obéissance des rois d'Angleterre en deçà comme au delà de la mer; qu'ils avaient paisiblement joui de ces privilèges depuis le règne du roi Jean et de Henri III jusqu'à ces derniers temps où les habitants de Bayonne avaient imaginé d'exiger un certain impôt sur les marchandises anglaises, sous prétexte de quelques privilèges et de quelques règlements qu'ils ont eu la présomption de faire entre eux et de leur propre autorité. Les habitants de Londres s'en sont plaints plusieurs fois au Roi, qui a déclaré n'avoir point eu l'intention de porter préjudice aux privilèges de Londres, et a mandé aux habitants de Bayonne de respecter les droits de la commune de Londres, ou bien de comparaître devant lui à Westminster pour faire connaître les motifs qui les portaient à en agir autrement. La commune de Bayonne a néanmoins continué à exiger de plusieurs citoyens de Londres des sommes très fortes; et quoiqu'à plusieurs reprises les habitants de Londres aient employé tous les moyens possibles pour les déterminer à renoncer à ces prétentions, les Bayonnais se sont constamment refusés à revenir à la justice. En sorte qu'on s'est déterminé à saisir le navire ci-dessus désigné, qui du reste est aussi saisi pour répondre d'une créance réclamée du maître du navire et de quelques autres marchands de Bayonne (n° CCCXCVIII).

Un acte de 1441 fait connaître la suite de cette affaire. La commune de Bayonne

 

(1) Voyez dans Rymer, t. X, p. 411, une charte du 18 février 1429, qui dispense les habitants de Londres de payer des droits à Bayonne.

 

p. cxc                                                                                                                                             INTRODUCTION.

 

était trop puissante pour que les habitants de Londres essayassent d'agir contre elle par les voies d'une rigueur intempestive. Le 1er septembre, il intervint un véritable traité entre les deux villes, dans lequel, après avoir déclaré dans les termes les plus affectueux, que Londres et Bayonne étaient comme deux soeurs, dès longtemps unies et liées par une étroite réciprocité d'amitié et de bons rapports, il était spécifié: que la commune de Londres, en considération de la fidélité et de l'attachement que la ville de Bayonne avait en tout temps montré pour les Anglais, et aussi à cause de sa position sur les frontières, lui permettait de lever pendant vingt ans, sur les marchandises anglaises, un certain impôt dont la quotité serait déterminée d'après la valeur déclarée du premier achat, et que néanmoins les habitants de Bayonne continueraient à jouir à Londres des privilèges dont ils avaient toujours joui. La ville de Londres, comme celle de Bayonne, devait s'employer de tout son pouvoir à ce qui pouvait contribuer à l'honneur et au profit de sa soeur, et, à l'expiration des vingt ans, les marchands de Londres ne payeraient pas plus de droits à Bayonne que l'homme le plus libre (n° CDIII).

Ce traité fut confirmé à Londres dans une assemblée qui eut lieu le 15 juin de l'année suivante, et pour indemniser les commissaires anglais chargés de cette importante négociation, la commune leur accorda une somme de 100 marcs, qui devait être produite par une augmentation de l'impôt sur les marchandises anglaises à leur entrée et à leur sortie de Bayonne. L'acte original fut remis le 9 juillet suivant dans les archives de la mairie de Londres. Pour perpétuer le souvenir de cette alliance, on en fit dresser un procès-verbal dans les registres de Guild-Hall, et je suis heureux qu'il m'ait été donné de contribuer en partie à la réalisation du souhait que formaient au XVe siècle les citoyens des deux soeurs rivales (CDV).

 

ARTICLE XVI.

Provence.

 

Malgré la longue influence exercée à la cour d'Angleterre par les seigneurs provençaux, ce volume contient peu de documents qui se rattachent d'une manière même indirecte à l'histoire de cette province.

Le plus ancien est une déclaration faite à Londres en 1293, par cinq marchands de Provence, tant en leur nom qu'en celui de leurs compatriotes, et par laquelle ils reconnaissaient n'avoir en Angleterre aucun privilège de plus que les autres marchands étrangers (n° XXXVII).

On y trouve ensuite quelques pièces relatives aux droits que les rois d'Angleterre pouvaient avoir sur une partie du comté de Provence. Cette intéressante question,

 

p. cxci                                                                                               TROISIEME PARTIE, CHAPITRE II.

 

sur laquelle Brequigny a déjà fait un mémoire (1), vient d'acquérir un attrait de plus par la publication des pièces sur cet objet, que Brequigny avait rapportées de Londres. Les actes que je publie, et qui paraissent au premier aspect n'avoir aucune importance, prouvent au contraire combien le savant académicien s'était trompé en avançant que cette grande affaire avait été terminée en 1284 (2). On voit en effet que si les circonstances s'étaient constamment opposées à ce qu'Eléonore de Provence ait pu faire valoir ses prétentions à la succession de son père, elle ne voulut pas que ses droits fussent abandonnés, et les céda, avant de mourir, à ses neveux Thomas et Henri, fils d'Edmond, comte de Leycestre. Edward Ier ratifia cette donation; mais Edward II ne s'était pas encore expliqué, lorsque le 5 juin 1313, le fils aîné du comte de Leycestre, devenu comte de Lancastre, profita de son influence pour faire confirmer cette donation par son royal neveu (n° XCIX).

En 1366, Jean de Gand, fils d'Edward III, ayant épousé Blanche, héritière de Thomas de Lancastre, le Roi confirma encore en faveur de son fils la donation d'Eléonore (n° CCI).

Le nouveau duc de Lancastre s'occupa sans doute activement de faire valoir ses droits; car l'on voit que, le 17 avril 1372; il fit payer 40 deniers à un messager porteur d'une bulle du Pape relative à ses droits sur la Provence (n° CCXXXVI).

 

(1) Mémoires de l'Académie des Inscriptions, t. XLIII, p. 449.

(2) id., p. 481.

 

p. cxcii                                                                                                                                           INTRODUCTION.

 

CHAPITRE III.

Histoire littéraire (1).

 

ARTICLE PREMIER.

Monuments littéraires en vers.

 

N°1.

 

Le n° LXVII est le plus ancien document en vers publié dans ce volume. Je l'ai trouvé sur les feuillets de garde d'un manuscrit du XIIIe siècle, connu dans les archives de la mairie de Londres sous le nom de Liber de antiquis legibus; mais sa composition peut remonter à une époque beaucoup plus ancienne que celle de sa transcription. C'est une espèce de chant ou complainte dont la musique peut s'appliquer également à des paroles normandes ou saxonnes. Rien dans le poème ne peut faire deviner quel était le prisonnier dont les vers étaient devenus si populaires, qu'on les avait traduits de manière à pouvoir les chanter dans les deux langues et sur les mêmes notes. Mais pourquoi ce chant plaintif se trouvait-il transcrit dans un livre auquel il est si étranger, à côté d'un passage de l'office du saint martyr de Cantorbury? Tout cela peut certainement être arrivé par un concours de circonstances fortuites, mais peut aussi retracer quelque grande infortune politique dont le souvenir est aujourd'hui perdu. Quoi qu'il en soit, et bien que le texte saxon de cette pièce ait déjà été publié (2), j'ai cru devoir transcrire le texte français; il m'a paru important par son ancienneté, et de nature à fournir quelques remarques utiles sur les règles qui présidèrent à la formation de la langue que nous parlons.

 

N° 2, 3, 4.

 

Le manuscrit de Guild-Hall, qui contient le document dont je viens de parler, renferme aussi trois petits poèmes latins.

Le premier de ces poèmes est celui que composa sur le nom des papes un certain

 

(1) Ce chapitre est destiné à faire connaître non seulement les monuments littéraires que renferme ce volume, mais encore les manuscrits que j'ai vus et que leur nature ne me permettait pas d'insérer dans ce recueil. Dans chaque division de ce chapitre les notices sont classées chronologiquement.

(2) Th. Wright and J. O. Hallewell. Reliquiae antiquae; Shraps from ancient manuscripts. London, 1841. W. Pikering, fol. 274.

 

p. cxciii                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE III.

 

Nicolaus Mamatucius, Manuatucius ou Maniacutius; mais non pas Montacutius, ainsi que l'ont dit par erreur Baleus, Pitseus, Vossius, et Jean Joscelin (1). Ce poème, composé de cent trente vers, s'arrête en 1271, et fut probablement fait au XIIIe siècle, comme le style l'indique suffisamment. Fabricius (2), en avertissant que l'auteur est Nicolas Maniacutius, et non Nicolas Montacutius, se serait donc encore trompé de deux cents ans en plaçant la composition de ce poème au XVe siècle.

Le second poème contient, en soixante-dix vers, le nom de tous les empereurs depuis Jules César jusqu'à Richard, comte de Cornouailles, élu roi des Romains en 1250; il est peut-être du même auteur, mais on ne peut le lui attribuer avec certitude.

Le troisième poème ou catalogue rimé, composé des noms des archevêques de Cantorbury, se trouve au fol. 54 du manuscrit.

 

N° 5.

 

L'occupation momentanée de la Guyenne par les Français, dans les dernières années du XIIIe siècle, inspira un poème latin assez bizarre par la forme, et qui fit sans doute une grande sensation dans son temps, puisqu'il fut transcrit dans un cartulaire de la mairie de Londres. L'auteur, pour donner plus de prix à sa poésie, avait imaginé de s'astreindre à une espèce de double rime. Chaque couplet, composé de quatre vers, se terminait au milieu et à la fin par la même lettre; et pour qu'on s'aperçût moins des difficultés qu'il avait surmontées, l'auteur avait disposé ses vers de manière à ne répéter qu'une fois la lettre qui servait de rime. J'ai reproduit exactement cette disposition (n° XIV). Cette difficulté matérielle et savante n'avait rien enlevé à l'exaltation des pensées de l'écrivain, et elles rappellent par leur tournure et leur énergie, les poésies de ces troubadours dont la voix venait de s'éteindre. Néanmoins ce sirvente latin est plus curieux comme document historique que comme monument littéraire (Voy. p. cxviii).

 

N° 6.

 

Dans un manuscrit de la bibliothèque des avocats à Lincolnn's-inn (voy. plus bas, art. 2, § 5) se trouve, à la suite d'un traité de géographie du XIVe siècle, un

 

(1) Catalogues de J. Joscelin, publiés par Bearne, à la suite des chroniques de Robert de Avesbury; Oxford, 1720, in-8°, p. 297.

(2) J. A. Fabricii Biblioth. latina. Patavii, 1754, in-4°, t. V, p. 14, 118 et 119.

 

p. cxciv                                                                                                                                         INTRODUCTION.

 

éloge de la Bretagne, par Henri... Les vers suivants m'ont surtout paru remarquables, vu l'époque de leur origine:

 

Anglia terra feras et fertitis angulus orbis,

Anglia plena jocis, gens libera, digna vocari

Libers gens, cui libera mens, et libera lingua;

Sed lingua melior liberiorque manus,

Anglia terrarum docus...

 

N° 7, 8, 9, 10.

 

Au XVe siècle, à l'époque où le duc de Bedford quitta momentanément la France, la ville de Paris se trouva réduite à un tel état de misère, qu'un poète du temps se fit l'interprète des douleurs de sa patrie, et les exprima dans une pièce de vers composée de trois strophes de douze vers, assujetties chacune à des rimes semblables, et terminée par un quatrième couplet de sept vers. Cette pièce eut l'honneur d'être transcrite dans les registres de la mairie de Londres. Mais, comme les inscriptions et discours en vers français qui se trouvent dans la relation de l'entrée de Henri VI à Paris, et la chanson satirique faite à Lyon au commencement du XVIe siècle contre le chancelier Duprat, ces monuments poétiques sont beaucoup plus intéressants pour l'histoire que pour la littérature. Il suffit donc de les citer (Voy. les nos CCCLXXX, CCCLXXXI, CCCXXXII, CDLIX).

 

ARTICLE II.

Monuments littéraires en prose

 

XIIIe SIECLE.

 

N° 1.

De antiquitis legibus liber (Archives de la mairie de Londres).

 

Ce manuscrit, petit in-4°, d'environ 160 feuillets, écrit sur vélin, est de la fin du XIIIe siècle. Il est difficile de juger de son contenu par son titre. Je dirais même que le titre du livre n'a aucun rapport avec son contenu, si quatre ou cinq feuillets ne pouvaient à la rigueur servir de prétexte au nom par lequel on l'a désigné.

Un titre bien exact eût été d'ailleurs assez difficile à trouver; on y rencontre indépendamment des pièces de poésie dont nous venons de parler, page cxciii, et sans compter quelques pièces isolées transcrites par des mains plus récentes sur les feuillets restés blancs:          :

 

1° Epistola Bonifacii, archiepiscopi Magnociasensis, natione Anglus, qui postea

 

p. cxcv                                                                                              TROISIEME PARTIE, CHAPITRE III.

 

martyrio coronatus est, ad Ethebaldum, regem Merciorum. Après cinq ou six autres pièces analogues, et transcrites par la même main, vient l'histoire singulière du philosophe Secundus, terminée par ces mots: explicit liber.

2° Un ouvrage que la table des matières, placée au commencement du manuscrit, désigne ainsi: De origine gentis Francorum et de rege Carolo Magno, quoique l'ouvrage transcrit commence par un chapitre intitulé: Particulare tractatus Wilhelmi, qui scripsit de gestis regum Anglorum.... anno quarto regni Chelwfi, regis Northumbriorum... obiit Beda, hystoricus... anno DCCXXXIV, etatis sue LIX...

Cette biographie de Béda fut écrite peu de temps après la conquête des Normands; car l'auteur, dépeignant les localités habitées par Béda, dit que ces lieux reculés n'avaient eu à souffrir ni de l'irruption des Danois, ni de la récente invasion des Normands (1). Or, les Normands pénétrèrent dans le Northumberland vers l'an 1074, c'est donc entre cette époque et l'an 1067 que l'auteur écrivait.

Cet auteur prétend, dans son dernier chapitre, que depuis la mort de Béda, l'étude de la science a longtemps disparu du sol de l'Angleterre, comme ne l'attestent que trop, dit-il, les vers que l'on a gravés sur son tombeau (2). C'est avec un sentiment bien vif d'intérêt que j'ai retrouvé ce récit d'un Saxon inconnu, contemporain de la conquête, qui se préoccupait encore d'études philosophiques et littéraires, lorsque déjà l'invasion avait détruit la base d'une civilisation qui bientôt allait disparaître pour toujours. Cette vie du Vénérable paraît avoir été inconnue des éditeurs de ses oeuvres, publiées en 1838, pour la Société des antiquaires de Londres.

Après avoir dit sur Béda tout ce qu'il avait à en dire, l'auteur ajoute: Nunc de genealogia Karoli Magni volo tractare, et il parle des descendants de Karle-le-Grand, de Karle, gendre d'Edward, de Knut, roi des Danois, de Gerbert, Hildebrant, Urbain II, et enfin termine son extrait par une liste des évêques et des patriarches de Jérusalem. Le temps ne m'a pas permis de vérifier à quelles sources l'auteur avait puisé son récit.

3° La table des matières annonçait à la suite: Caput XXVI. Chronica regum Anglorum a tempore quo Angli et Saxones venerunt in Angliam. Caput XXXIII. De regibus Normanorum qui regnaverunt... etc.; mais cette partie, écrite d'une autre main que le reste du volume, ne commence qu'à la deuxième année de Guillaume-le-Roux, d'où il faut conclure, qu'à une époque déjà ancienne, les six premiers chapitres de cet ouvrage, et une partie du septième, ont été enlevés du manuscrit.

 

(1) Plaga... nec vel antique Danorum vel recenti Normanorum populatu lugubris. (2) « Magnus ignavie testimonium dabunt versus epilaphii pudendi prorsus et tanti viri mausoleo indigni. »

 

p. cxcvi                                                                                                                                         INTRODUCTION. .

 

L'auteur de cette première partie du manuscrit s'est arrêté au départ de Jean-sans-terre pour la Normandie; et un autre écrivain, probablement contemporain des événements qu'il raconte, a continué le récit jusqu'aux dernières années de Henri III. Je n'ai pas besoin de faire remarquer l'importance que peuvent avoir ces divers traités historiques; quand même ils seraient extraits d'ouvrages connus, ils pourraient encore être très utilement consultés pour la révision des textes, et peut-être fournir des variantes importantes.

4° L'ouvrage qui vient ensuite est le plus considérable du manuscrit, non seulement par le nombre des pages qu'il occupe, mais encore par l'espèce de documents qu'il contient. Sous le titre modeste de: Liste des maires de Londres, se trouve une véritable chronique, un journal complet des événements arrivés dans Londres pendant une grande partie du XIIIe siècle.

Cette chronique commence par une simple liste des maires, liste entremêlée de notes historiques, dont quelques-unes ne sont pas sans intérêt. La première, entre autres, est, je crois, le seul monument qui constate que le premier maire de Londres fut perpétuel, et qu'à sa mort les maires furent élus chaque année; mais peu à peu les notes historiques devenues plus fréquentes acquièrent aussi plus d'étendue; et quand le narrateur arrive enfin au temps qu'il a vu ou qu'il voit, son récit n'est plus une chronique, c'est un véritable journal, journal écrit pour ainsi dire d'heure en heure, avec toute la vivacité des impressions que l'auteur venait d'éprouver. J'en citerai comme preuve, un passage sans doute écrit à l'avance sur quelques feuillets blancs, mais qui se trouve maintenant enchâssé au milieu d'une charte rapportée à sa date; puis encore des notes marginales où l'auteur, trouvant qu'il n'avait pas assez bien rendu sa pensée, revient sur son sujet et s'exprime avec toute la violence d'une passion ardente et actuelle.

Dans un passage maintenant encadré dans une charte, au f. 85vo: « Ce maire, dit l'auteur, avait su si bien exciter les têtes des gens du peuple, que, se nommant eux-mêmes la commune, ils gouvernaient seuls la Cité. » Nam ipse major, omnia agebat et terminabat dicens eis: Vultis vos ut ita fiat? et si dixissent YA! YA!  ita factum fuit... etc.

Le narrateur détestait principalement le maire qu'il vient de désigner: « Puisque, dit-il (fol. 114), on écrit le récit des belles actions pour en perpétuer le souvenir, à la gloire des bons, on doit aussi écrire le récit des cruautés, malices, perfidies et iniquités des méchants, afin que le témoignage de leur honte soit aussi connu des siècles à venir qu'il l'est de celui-ci. Il ne faut donc pas passer sous silence les crimes et les cruautés que Thomas, fils de Thomas, et Thomas de Puwelesdon avaient formé le projet d'exécuter, lorsque heureusement l'événement de la bataille d'Evesham vint les en empêcher. Ils s'étaient rassemblés, je ne sais si c'est ou

 

p. cxcvii                                                                                            TROISIEME PARTIE, CHAPITRE III.

 

non d'après le conseil du comte de Leycester, et ils avaient promis sous serment de massacrer quarante des plus honorables citoyens de le ville. Ils devaient assembler la commune à Guild-Hall, s'y rendre avec des armes cachées, et tuer au milieu de la foule les victimes désignées, dont voici les noms: N... etc.» Un peu plus loin (f. 118vo), l'auteur nous apprend qu'une réaction eut lieu; et il cite encore les noms de cinquante amis de Thomas, fils dudit Thomas, qui furent bannis de la ville.

Une des notes marginales dont je parlais tout à l'heure s'exprime ainsi, sous l'an 1264: Tunc qui ibi fuerunt presentes, potuerunt videre mirum et a seculo inauditum, quod ille miserrimus major, in ipso juramento suo ausus est verba tam temeraria proferre, dicens domino regi, coram populo: « domine quandiu vos volueritis esse nobis bonus rex et dominus, nos erimus vobis fideles et devoti » (f. 93).

Il faudrait citer ainsi toute cette chronique pour donner une idée exacte de l'importance et de l'intérêt que psésente la narration de tous les drames dont Londres fut alors le théâtre; mais il faut espérer que M. Edward Tyrell, qui a depuis longtemps fait préparer une copie de cette chronique, se déterminera enfin à la livrer au public, enrichie des nombreuses notes que sa connaissance profonde des historiens anglais et de l'histoire de Londres lui permettra d'ajouter.

5° La partie suivante ne contient que sept feuillets. La table des matières leur donne pour titre: Provisiones ad leges anglicas emendandas... Mais cette pièce fut regardée sans doute comme très importante, puisqu'elle suffit pour donner au manuscrit, qui contenait tant d'autres choses, le titre de: De antiquis legibus liber.

6° J'ai formé une dernière division des nombreuses pièces transcrites çà et là, et par diverses mains, dans les feuillets blancs du manuscrit. Voici celles qui m'ont paru les plus importantes:

Folio 1. Deux chartes de Henri III, sur les impositions à prélever sur la ville.

Fol. 41. Vision d'Edward le Confesseur pendant sa dernière maladie.

Fol. 43. Quelques notes qui tiennent la place d'un chapitre que la table avait intitulé: Généalogie de Henri II, depuis Noé.

Fol. 45. Copie d'un statut ou règlement, fait du temps de Richard Ier, sur la construction des maisons, sur les murs mitoyens, etc. Cette pièce, qui est ici désignée sous le nom de: De Assisa require casum, se trouve aussi dans le registre de Guild-Hall, côté C, sous le titre: De edificiis inter vicinos, et enfin une troisième fois, dans le Liber custumarium.

Fol. 48 v°. Liste des évêques des principaux évêchés d'Angleterre. Celle des évêques de Cantorbury est répétée deux fois, l'une en vers, l'autre en prose.

Fol. 56. Acte curieux dans lequel on a essayé d'établir un étalon invariable des poids et des mesures anglaises, au moyen de grains de blé; depuis un esterling, qui doit peser 32 grains, jusqu'au poids de 512 livres, qui pèse 3932160 grains,

 

p. cxcviii                                                                                                                                       INTRODUCTION.

 

nombre plus fort que ceux qu'on a ordinairement l'occasion de trouver dans les calculs du XIIIe siècle.

Fol. 134. Quelques règlements faits en 1271 sur l'état des Juifs à Londres.

 

J'ajouterai qu'il existe au Musée britannique, Biblioth. harleienne, n° 690, une copie complète du Liber de antiquis legibus, faite au XVIIe siècle, et que M. Hunter en a donné une description dans le rapport de la commission des archives d'Angleterre: Appendix, page 465.

On a pu remarquer ci-dessus, page xlvii, l'indication de quelques autres manuscrits du XIIIe siècle.

 

XIVe siècle

 

N° 2.

Liber Horn (Archives de la mairie de Londres).

 

Ce volume en parchemin, petit in-4° de 370 feuillets, relié en bois, enrichi de miniatures, vignettes, initiales ornées, etc., est, après le De antiquis legibus liber, le plus ancien manuscrit que possède Guild-Hall. Il se trouve dans les archives de la Cité depuis le moment de sa confection, en 1311; car il est souvent cité dans des registres fort anciens. André Horn, qui l'avait fait faire pour son compte ou pour celui de la ville, vivait à la fin du XIIIe siècle et au commencement du XIVe. Il était tout à la fois jurisconsulte, fonctionnaire de la commune et marchand de poissons.

Ce volume commence ainsi: In isto libro continentur statuta, ordinationes, et carte, et liberates, et consuetudines civitatis Londôn, et ordo justicie itinerantium apud turrim Londôn, et ipsum iter.

Ce titre explique suffisamment le contenu du manuscrit; mais, à la page 206, se trouve un nouveau titre, qui semble indiquer qu'André Horn n'avait pas fait compiler tout le volume; on y lit: Iste liber restat Andree Horn, piscenario Londôn, in quo continentur carta et alie consuetudines predicte civitatis et statuta, etc.; quem fieri fecit anno Domini 1311.

Ce curieux volume, vaste répertoire où l'auteur avait placé tout ce qui lui paraissait utile à conserver, doit nécessairement contenir une foule de renseignements qui se sont perdus depuis lors. C'est surtout dans ce qui a rapport à la jurisprudence qu'il fournit des renseignements précieux, et qui m'ont paru s'éloigner beaucoup de tout ce que je connaissais d'ancien en ce genre.

J'ai remarqué (fol. 190): Ceo sont bones notabilites prises de Bretonn: Ceo est de la commune lei d'Engleterre. Breton est le titre d'un des plus anciens traités sur la loi commune. On en a attribué la composition à André Horn lui-même.

Au fol. 119. Règlements, formules, etc., sur les plaidoiries: chartes des coutumes,

 

p. cxcix                                                                                             TROISIEME PARTIE, CHAPITRE III.

 

des assises, des corporations, etc.; et à la page 158, sous le titre de Housebondria, un traité d'agriculture fort singulier sinon très curieux. Il contient dix feuillets et est écrit en français. J'en ai transcrit ci-dessous la table des chapitres:

Au fol. 355vo se trouve une transcription des Rôles d'Oléron: elle ne présente rien de remarquable; néanmoins j'en ai transmis une copie à M. Pardessus.

 

EXCIPIT HOUSE BONDRIA.

 

1. Primers, aprent coment hom deit governer terre et tenement et menee, sagement et ordyneement, ne mye par orgilouses despenses, ne par gaster foleement q'il cheese après en poverte.

2. Puys, aprent coment hom deyt despendre ses biens.

3. Puys, coment home deyt terres et tenementz estendre par bone estente, e coment baillifs deyvent respundre par lour en prowement conntre l'estente.

4. Puys, cumbien des acres, e quantes acres, une charue poet sustenir par an, Et quant liwes les chevaus ou les boefs funt a la journée, quant il arrent une acre de terre, e les resonns pur quey.

5. Puys, de tels qi dedyent custoumes e services dues, ou il verronnt la vérité.

6. Puys, coment hom deit eslire baillifs ou servannz.

7. Puys, coment baillifs frunt acomencement de wareter, de rebiner et de seemer.

8. Puys, coment e pur quoy, la charue des boefs vaut plus ke la charue des chevaus, et cumbien le cheval couste par an plus ke les boefs.

9. Puys, les bones seysuns par an a waretter, a rebyner et a semeer, e les maneres coment e pur quey om deit semer par teus les terres.

10. Puys, quant hom (doit) sarcler les bletz.

11. Puys, coment provoutz deyvent charger mesures al issue de la granngee.

12. Puys, coment hom deit channgeer la seemence au semer, E le estable, ne mye la terre remuer.

13. Puys, la noreture des feus et quel avanntage il i ad des feus norir.

14. Puys, en quele houre del au hom deit sun estor tryer.

15. Puys, de la pasture des bestes, des charues, et de lour provendres, e coment eles deyvent estre gardeez.

16. Puys, des vaches et de lour blannc, e de cumbyen eles responnderonnt de bure et de furmage en tens de este, e de veals madles e femeles, et cumbien de tens